Livres
368 508
Comms
1 273 833
Membres
246 481

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait de Bad romance ajouté par lilou68 2016-03-20T14:14:28+01:00

Je lui lance un regard en biais. Il s’en aperçoit et tourne brièvement la tête vers moi :

— Quoi ?

Je garde le silence quelques secondes supplémentaires : durant ces deux dernières semaines, il s’est débrouillé pour ne jamais se trouver au bar-discothèque durant mon service, et je dois avouer que je m’en suis sentie soulagée. Maintenant j’ai un peu peur que, dès qu’un mec se montre trop entreprenant, il lui explose la tête.

— Rien, dis-je finalement pour fixer la route à travers le pare-brise.

— Accouche ! insiste Chris, comme s’il avait oublié ce terrible épisode.

Je prends une profonde inspiration.

— Je ne pense pas que ce soit… une bonne idée.

Il reste muet un bref moment, puis lâche :

— Oh.

Pour rapidement enchaîner :

— Ça n’arrivera pas. L’autre fois… ça m’a pris de court,action-réaction, tu vois ?

Je vois. Je vois même très bien. Je vais devoir lui mettre le nez dedans.

— Et si je suis totalement bourrée et que j’embrasse un type ?

— Si tu veux embrasser un mec, je suis entièrement à ta disposition. Je sais me dévouer quand la situation le demande.

— Chris !

Il rit en se tournant une nouvelle fois dans ma direction.

— Quoi ? C’est vrai !

— Je suis sérieuse !

Il hoche vigoureusement la tête.

— Mais moi aussi, je suis sérieux.

Je lève les mains en l’air, agacée.

— Tu fais celui qui ne comprend pas.

— Explique-moi, alors. Si tu ne dis pas les choses clairement…

— Toi et moi, on n’est même pas ensemble et pourtant t’es prêt à réduire en bouillie un gars parce qu’il me drague. Tu ne penses pas qu’il y a un problème quelque part, là ?

Encore une fois, il me contemple avant de se recentrer sur sa conduite.

— C’est insupportable à ce point, mon attitude ?

— Ce n’est pas ce que je voulais dire, je soupire. Si j’étais ta copine, ton attitude serait à peu près normale. Mais j’ai l’impression que tant que j’habiterai chez toi, avoir un copain est exclu et que notre relation, entre toi et moi, n’est pas très… saine.

— C’est pas toi qui voulais une règle à respecter ? Eh bien je la trouve très bonne, ton idée : tant qu’elle habite à l’appart’, pas de mecs pour Kate. Si ça te démange tellement, demande-moi, je suis un homme serviable. Putain !

Il a crié le juron en frappant son volant du plat de la main, me faisant sursauter. Après avoir bruyamment respiré, Chris reprend :

— T’as raison. Je deviens complètement cinglé quand il s’agit de toi. C’est juste que… tu es… j’éprouve le besoin de te protéger, et de manière exclusive. J’ai souvent envie d’aller plus loin… crois moi tu péterais les plombs si t’arrivais parfois à voir ce que j’ai en tête lorsque je te regarde, faut croire qu’un truc me retient. Tu sais, le bien, le mal, d’habitude je m’en tamponne. Pourtant, te vouloir de cette manière… je le sens, c’est « mal ». Tu veux t’en sortir, tout ça, je respecte. Ta volonté est hallucinante. Je ne veux pas te salir, salir ça – il agite une main – ce machin qui te rend si… hors de portée. D’un autre côté, j’ai pas envie que quelqu’un d’autre te touche, si moi je ne peux pas. C’est… c’est un putain de truc de ouf ! Merde !

Afficher en entier
Extrait de Bad romance ajouté par Nathnath30 2016-03-17T20:07:54+01:00

« Non. Tu n’es ni mon père, ni mon frère. Je m’habille comme cela me chante.

— Je suis ton petit mari.

L’entendre prononcer cette phrase avec une telle assurance me hérisse.

— Chris ! Tu n’es pas mon « mari » ! Et je ne suis pas ta « petite femme » ! Arrête avec ça ! T’es mon colocataire… mon proprio, ou assimilé, mais c’est tout ! C’est carrément malsain ton délire, là !

Il secoue lentement la tête et à la lueur taquine qui habite désormais ses yeux, je comprends qu’il prend plaisir à me rendre folle.

— Aucun mariage n’est parfait, ma petite femme.

Je lève les bras au ciel, excédée.

— T’es complètement fou, ma parole !

— Le sweat, tu l’enlèves seule ou tu veux que je te donne un coup de main ?

Je lui lance un regard meurtrier :

— Essaie un peu, pour voir. »

Extrait de : Mancellon, Céline. « Bad Romance. » Milady Littérature, 2016-03-15T23:00:00+00:00. iBooks.

Ce contenu est peut-être protégé par des droits d’auteur.

Afficher en entier
Extrait de Bad romance ajouté par lilou68 2016-03-20T02:17:49+01:00

— Tu comptais me le dire quand ?

Je suis tellement surprise de l’entendre enfin parler que j’en sursaute et le contemple d’un air stupide, en clignant des paupières. Comme si un satané miracle venait de se produire sous mes yeux.

Je suis larguée puissance un million.

— Te dire quoi ?

Il aspire deux bouffées de sa cigarette pour aussitôt les souffler de manière bruyante.

— Ne joue pas les putains d’innocentes ! J’ai lu la lettre !

Mais de quoi est-ce qu’il parle ?

— Quelle lettre ? !

Il jette rageusement son mégot puis passe une main tremblante dans ses cheveux. Je le contemple, fascinée par ce simple geste. Je n’y peux rien. Il a sur moi cette espèce de pouvoir magique qui devient chaque jour plus puissant. C’est effrayant. Plus je suis proche de lui, plus mes sentiments paraissent s’enraciner jusque dans ma chair. Ça ne me donne pas des ailes… ça me terrorise. Ça me rend dépendante.

Chris m’adresse un regard noir.

— La lettre qui annonce que tu te casses. Je t’ai donné la possibilité de ne pas t’engager, Kate, de fuir, je t’ai… bordel! Je t’ai repoussée si fort que j’en avais mal au bide ! Tout ça pour quoi ? POUR QUOI ! Tu m’abandonnes ! Je n’ai jamais fait partie de tes plans d’avenir, hein ? Normal, si j’étais à ta place, j’éviterais de m’y inclure !

— Je ne comprends rien à ce que tu racontes ! je hurle, les poings serrés.

— Tu ne devais pas m’abandonner ! PAS TOI !

Afficher en entier
Extrait de Bad romance ajouté par lilou68 2016-03-20T02:16:42+01:00

Je sais que je l’aime. Parce que le regarder me fait mal, ce qui me rend paradoxalement vivante.

Comme des débris de verres qui s’enfonceraient dans ma chair, mes organes… mon âme. Je l’aime parce que, quand il me touche, j’ai le corps qui explose en un millier de particules. Parce que, lorsque je l’écoute parler, j’oublie de penser. Parce que, quand il est près de moi, j’ai le sentiment que personne ne peut m’atteindre. Parce qu’il suffit que nous soyons dans la même pièce pour que mon univers se résume à lui. Je l’aime et j’étouffe. J’étouffe d’être aussi impuissante à chasser ce qui le hante en cet instant.

Afficher en entier
Extrait de Bad romance ajouté par Flambisou 2016-05-22T12:56:57+02:00

" Il y a des limites à ce que je peux endurer. Je viens de trouver la mienne avec cette fichue gamine. L'imaginer en train de ... D'insérer ... OK. On arrête les frais.

Afficher en entier
Extrait de Bad romance ajouté par Sobooks 2016-03-23T18:30:00+01:00

"Et si l’espoir, c’était ça ? Je veux dire, une lueur qui n’existe plus mais qui vit toujours ?"

Afficher en entier
Extrait de Bad romance ajouté par lilou68 2016-03-20T14:21:34+01:00

— Attends-moi !

C’est Chris, au moment où j’ouvre la porte d’entrée. Machinalement, je me tourne vers lui. Il a mis un jean noir, un T-shirt à la gloire des Rolling Stones et son perfecto. Il a aussi ses lunettes de soleil, donc impossible de décrypter son regard, mais il semble également me détailler. Je porte un cargo kaki trop large et un pull à col roulé noir. Je trouve qu’il est un brin moulant mais c’est le seul avec ce type de col.

Quand il est assez près de moi, il m’empoigne soudain le pantalon en tirant dessus, au niveau de la ceinture.

— Qu’est-ce que tu fabriques ?

— Je vérifie qu’il te serre bien à ta taille, je ne veux pas qu’on puisse mater ton cul quand tu te penches.

Il a sorti ça le plus naturellement du monde.

— Comme si on matait mon cul, je marmonne en levant les yeux au ciel.

— C’est un basique.

Je franchis le seuil et il s’occupe de fermer derrière nous.

— Un basique ?

— Cul et ensuite, seins.

D’accord. Je vois.

— Et la tête ? C’est en option ? j’ironise.

Il pivote dans ma direction.

— C’est important… enfin, la bouche.

Je suis franchement écœurée.

— Des animaux…, je grommelle.Il me fait sursauter en m’embrassant rapidement le cou avant de commencer à descendre les marches :

— Ouais, approuve-t-il sans la moindre honte. C’est bien pour ça que je vérifie que ma petite femme ne va pas alimenter leurs idées salaces.

Afficher en entier
Extrait de Bad romance ajouté par fangtasia62 2016-03-21T22:50:28+01:00

"Je suis en morceau. Je suis de nouveau ce sac ouvert qui ne peut plus se refermer. Le vide galope vers moi, pressé de me serrer dans ses bras tel un vieil ami à qui j'aurais manqué."

Afficher en entier
Extrait de Bad romance ajouté par lilou68 2016-03-20T14:06:22+01:00

J’ai envie de l’embrasser.

Je suis incapable de m’éloigner d’elle. Je reconnais facilement cette délicieuse tension électrique qui parcoure l’aine, et c’est un putain de mauvais signe !

C’est seulement lorsque je décrypte l’expression troublée de son visage que je parviens à mettre de la distance. Je me connais trop bien : je flirte et là, je suis en mode chasseur qui traque sa proie.

— Bon. Le gâteau au chocolat, maintenant.

Si je ne la mate pas comme un foutu chien affamé reluque un os, ça va aller. Fort de cette idée, je me focalise sur le couteau pendant qu’elle coupe des parts égales. Cependant, à chacun de ses gestes, ses cheveux, son corps, ou ses vêtements dégagent un parfum doux et féminin. J’ai les narines qui frémissent et mes pupilles ont probablement la taille d’un terrain de football, désormais. Quand elle lève la tête, après avoir déposé un morceau de gâteau sur une assiette, nos regards se croisent et je retiens illico le sien. J’accepte ce qu’elle me tend, en oubliant de la libérer du lien que nous venons de créer.

Je vais l’embrasser.

Afficher en entier
Extrait de Bad romance ajouté par fangtasia62 2016-03-21T22:46:37+01:00

"Il ne comprend pas parce qu'il ne ressent pas ce que j'éprouve pour Katherina. Quand elle est près de moi, J'ai le sentiment que le monde est normal, que tout est lumineux, drôle, tranquille, que vivre est enfin possible. Dès qu'elle entre dans une pièce, c'est un soleil vers lequel je ne peux m'empêcher de gravité. Je me nourris de chacune de ses expressions: joie, contrariété, colère...c'est fou. Je suis fou, mais cette folie me convient, je peux très bien me lever tous les matins avec."

Afficher en entier