Livres
529 152
Membres
549 669

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

L’histoire que recueille Hurston est présentée de telle manière qu’elle-même, l’interlocutrice, disparaît quasiment. L’espace narratif ainsi créé pour permettre à Kossola de se décharger de son fardeau est un espace sacré. Plutôt que de s’immiscer elle-même au sein du récit, dans le rôle de l’anthropologue culturelle érudite qui sonde son interlocuteur, de l’ethnographe sur le terrain ou de l’auteure souveraine, Zora Neale Hurston, dans son écoute muette, a la fonction d’un prêtre. Et dans cet espace ainsi libéré, Olualé Kossola lui transmet l’histoire épique de sa vie.

Afficher en entier

Kossola est né aux alentours de 1841 dans la ville de Bantè, fief de l’ethnie Isha, sous-groupe des Yoruba d’Afrique de l’Ouest. Il était le deuxième enfant de Fondlolou, elle-même deuxième des trois épouses de son père. Sa mère le nomme Kossola, ce qui signifie « Je ne perds plus mes fruits désormais » ou « mes enfants ne meurent plus maintenant »4. Sa mère donnera encore le jour à quatre enfants après lui, et Kossola aura douze autres frères et sœurs issus de sa famille élargie. Le nom de Fondlolou l’identifie comme ayant été initiée au culte des Orishas. Le père de Kossola s’appelait Oloualé5. Même si son père n’était pas de sang royal comme l’élément Olou, qui signifie « roi » ou « chef », pourrait le laisser croire, le grand-père de Kossola était un officier du roi de leur ville, et possédait terres et bétail.

Afficher en entier

Le 4 décembre 1927, en gare de Penn Station à New York, Zora Neale Hurston prit le train de 15 h 40 pour Mobile, où elle devait conduire une série d’entretiens avec le dernier survivant africain connu du dernier navire négrier américain – le Clotilda. Cet homme avait pour nom Kossola, mais on l’appelait Cudjo Lewis. Il avait été esclave pendant cinq ans et demi au lieu-dit Plateau, à Magazine Point, dans l’Alabama, entre son arrivée sur le sol américain en 1860 et le jour où des soldats de l’Union lui avaient annoncé qu’il était libre. Kossola vécut le restant de ses jours à Africatown (Plateau). Ce voyage d’Hurston dans le sud des États-Unis était la continuation d’une enquête de terrain initiée l’année précédente.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode