Livres
462 210
Membres
419 304

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par camillel54 2011-04-03T10:53:33+02:00

Le visage de cette dame avait autant d'attraits qu'une porte de prison. Ses cheveux, d'un châtain terne et sans vie, dépassaient à peine d'un fichu solidement noué sous son menton en galoche. Elle parcourut du regard l'intérieur du magasin pendant quelques instants; ses yeux, enfoncés dans leurs orbites, sautaient d'un coin à un autre comme ceux d'un cow-boy qui observe l'intérieur d'un saloon avant d'en pousser les portes battantes et de venir y semer la panique. Puis elle entra.

Afficher en entier
Extrait ajouté par camillel54 2011-04-03T10:53:33+02:00

La voix du démon est douce à l'oreille.

Afficher en entier
Extrait ajouté par camillel54 2011-04-03T10:53:33+02:00

C'est une chose bizarre, la santé d'esprit : lorsqu'on en est privé, on ne s'en rend pas compte. On ne la sent pas partir. En revanche, on la sent revenir ; elle est comme un oiseau sauvage et rare qui vivrait et chanterait en nous, non point par décret mais par choi

Afficher en entier
Extrait ajouté par petitspock 2018-11-04T19:44:30+01:00

Il y a toutes les chances pour que ce soit comme dans le patelin où vous avez grandi, ici. Des gens qui s’excitent sur la religion, des gens qui trimbalent de bons gros mélos, mais aussi des secrets, des ressentiments... Et il y en a même qui racontent une apparition de fantômes, de temps en temps, par exemple ce qui a pu se produire (ou ne pas se produire) le jour où Pop a passé l’arme à gauche dans sa brocante, histoire de pimenter un peu la morosité de leurs journées. Castle Rock reste néanmoins une ville agréable, où il fait bon vivre et grandir

Afficher en entier
Extrait ajouté par TommyRollrbox 2018-09-20T05:59:19+02:00

PREMIER CHAPITRE

1

L’ouverture d’un nouveau magasin, dans une petite ville, fait figure d’événement.

Pour Brian Rusk, cependant, bien moins que pour d’autres personnes ; tenez, sa mère par exemple. Il l’avait entendue en parler (en principe, il ne devait pas dire « commérer », lui avait-elle expliqué, parce que rapporter des cancans était une mauvaise habitude et elle ne le faisait pas) assez longuement au téléphone avec sa meilleure amie, Myra Evans, au cours du mois qui venait de s’écouler. Les ouvriers avaient donné le premier coup de marteau, dans le vieux bâtiment qui avait abrité auparavant l’Agence immobilière et d’assurance Western Maine, à peu près au moment de la rentrée scolaire, et depuis ils n’avaient cessé de s’activer. Personne, néanmoins, n’avait la moindre idée de ce qu’ils fabriquaient ; leur premier travail avait consisté à poser une vitrine, et le second, à la badigeonner de blanc.

Afficher en entier
Extrait ajouté par SherCam 2018-08-04T13:18:59+02:00

"Entrez , mon jeune ami. Entrez librement, et laissez en repartant un peu de la joie de vivre qui vous accompagne !" qui fait échos irrésistiblement au : "Soyez le bienvenu chez moi ! Entrez de votre plein gré, entrez sans crainte et laissez un peu du bonheur que vous y apportez !" de Bram Stoker dans Dracula

Afficher en entier
Extrait ajouté par Vadaeme 2014-08-04T15:47:27+02:00

Un temps, Myrtle avait cru que les courses étaient un prétexte et qu'il voyait une autre femme - ce qui était vraiment trop drôle. Keeton n'aurait pas pu avoir la trique, oh non, même pas si Diane elle-même était descendue de la lune sur son chariot avec sa toge ouverte et un panneau autour du cou disant "baise-moi Danforth". Il lui suffisait de penser à la profondeur du trou qu'il avait creusé dans les caisses de la ville pour que sa malheureuse quéquette se recroquevillât jusqu'à la taille d'une gomme - de celles qu'il sont à l'autre bout des crayons.

Afficher en entier
Extrait ajouté par anonyme 2013-09-08T16:29:41+02:00

5 minutes plus tard, Alan coupait les phares et s'engageait au ralenti dans l'allée de Polly. La porte serait fermée, mais il savait sous quelle marche du porche regarder.

Afficher en entier
Extrait ajouté par wizbiz06 2012-07-12T19:41:00+02:00

nouvel Brian, dont le père vendait des profilés d’aluminium pour Dick Perry Siding and Door Company, à South Paris, savait exactement de quoi elle voulait parler ; mais s’il s’était agi d’une banne fixe montée selon ces principes, il n’y aurait même pas fait attention. Les bannes de magasin en métal compressé, on ne voyait que ça. La moitié des maisons de Castle Rock en avaient au-dessus de leurs fenêtres

Afficher en entier
Extrait ajouté par wizbiz06 2012-07-12T19:40:08+02:00

nouvel Moi non plus, je ne le sais pas, mais c’est de là que semblent venir mes mauvais pressentiments. Juste de là. Regardez la rue encore une fois. Vous voyez ce p’tit gars ? Celui qui pousse sa bicyclette et qui a l’air de marcher en rêvassant aux choses les plus agréables du monde ? Ne le perdez pas de vue, mon ami, je crois que c’est avec lui que tout va commencer

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode