Livres
472 221
Membres
443 902

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

- C'est ce que tu vas porter ?

Elle baisse les yeux.

- Eh bien, oui. Avec des chaussures. Pourquoi ?

Parce que je vois tes seins à travers ?

- Comme ça.

Elle lisse son chemisier sur son son ventre en me dévisageant, incertaine. Et puis elle serre les dents.

- Si tu penses avoir ton mot à dire sur ce que je porte, tu ne sais pas encore à qui tu as affaire.

Je me lève en riant.

- Je trouve ça très joli. Mais je vois ton soutien-gorge.

- Et ?

- Et, je répète, ça me fait penser à tes seins.

Pippa se penche et enfile ses bottes.

- Tu es beaucoup moins évolué que ce que j'imaginais.

Afficher en entier

- Non, je n'ai pas de copine.

Mon poing s'écrase sur la table, il sursaute.

- Seigneur, pourquoi pas ? Une virilité comme la tienne ne devrait pas être gaspillée !

Jensen glousse.

- Virilité ?

- Oui.

Il rougit.

- C'est-à-dire que ... je suis compliqué, je crois.

Je réplique assez sèchement:

- J'avais compris.

Afficher en entier

- Ne me donne pas son fichu prénom ! dis-je en riant, incrédule. Je n'en ai rien à faire !

- Quoi ?

- Et si c'est un joli prénom ? Et si, un jour, j'épouse un type vraiment sympa, on a un bébé et mon mari suggère ce prénom ? Je serai obligée de répondre: "Oh, très mignon. Malheureusement, Mark a baisé une fille qui portait ce prénom dans mon lit, après avoir enlevé les draps parce que c'est un branleur paresseux, donc non, on ne peut pas appeler notre fille ainsi." (Je lui jette un regard noir.) Tu as déjà ruiné ma journée. Peut-être ma semaine. (Je hoche la tête.) Mais tu n'as clairement pas ruiné mon mois, parce que le nouveau sac Prada que j'ai acheté la semaine dernière est toujours aussi merveilleux, et même toi et ton cul pâle et infidèle ne peuvent m'enlever ça.

Afficher en entier

Alors, propose Jensen en se grattant le front tu me chantes une petite chanson, là tout de suite, et je fais un duo avec toi.

(...)

-N'importe quelle chanson au bar, me provoque Jensen. Tu choisis. Tu dois juste chanter quelque chose pour moi maintenant.

Bingo.

Je lui sourit largement.

-Je choisi?

-Bien sûr.

-C'est dommage que tu me connaisses si peu...

Je me lève de ma chaise et monte dessus: J'ai une vue plongeante sur tout le restaurant.

-Pippa, sourit-il. Que fais-tu? Je voulais simplement que tu chantes pour nous.

-Trop tard, lance Ruby. Monsieur , vous venez de libérer le monstre.

-Votre attention s'il vous plaît. (J'interpelle tous les convives. La salle est petite, peut-être dix tables-mais pleine. les fourchettes tintent contre les assiettes, les glaçons s'entrechoquent dans les verres, les gens se taisent soudain. Au moins vingt-cinq paires d'yeux se fixent sur moi). Aujourd'hui, c'est l'anniversaire de mon mari et son meilleur ami de l'université-qui est également son beau frère-nous a beaucoup fait boire ce soir, vous seriez géniaux si vous acceptiez de vous joindre à nous pour chanter "Joyeux anniversaire Jensen".

Afficher en entier

Je l'interrompt en riant :

- Non. Mais j'ai passé tout le vol à coté d'une fille totalement timbrée qui m'a parlé d'un tour dans les vignobles. Je viens de paniquer en imaginant que l'univers aurait pu me jouer un très sale tour et qu'elle pourrait être l'amie qui nous accompagne. Pour être honnête, je préférais donner un coup de poing dans une porte u manger une brique.

Ziggy glousse.

- Elle était dans le Londres-Boston ?

- Au début, elle était sympa et puis elle s'est mise à boire et ne s'est plus arrêtée de parler. J'aurais préférée voyager en économique, assis à la place du milieu. Seigneur rien que d'imaginer une semaine avec une fille pareille...

Ma soeur grimace avec sympathie.

Je lui avoue :

- J'ai fais semblant de dormir pendant quatre heures.

Tu sais à quel point c'est difficile ?

Une petite voix nous interrompt :

- Désolée de vous couper, mais Hanna, regarde : ma Pippa est ici !

Je me tourne et me fige.

Des yeux bleus pétillants croisent les miens, son sourire est ravi... et cette fois, sobre.

Attends.

Depuis combien de temps sont-elles là ?

Non.

Putain.

Afficher en entier

– Cette chose s’apprête à m’ouvrir en deux, gémit-elle. Et tu vas devoir pousser le fauteuil roulant de ta femme coupée en deux pour le restant de tes jours parce que ses jambes ne fonctionneront plus, puisque SA PUTAIN DE COLONNE VERTÉBRALE AURA ÉTÉ DÉTRUITE PAR CE PUTAIN DE BÉBÉ À DEUX DOIGTS DE SORTIR DE SON VAGIN DANS UNE VOITURE DE MERDE, BENNETT ! COMMENT VEUX-TU QUE JE VENDE LE DOSSIER LANGLEY COMME ÇA ! (Elle lâche ma chemise). KYLE ! (Chloé se penche en avant pour donner un coup de poing dans son siège.) TU M’ENTENDS ?

– Oui, Mme Ryan.

– C’EST MME MILLS À PARTIR DE MAINTENANT ! ET LA PÉDALE D’ACCÉLÉRATION, C’EST LA PETITE À DROITE. TU FLÂNES SUR LE CHEMIN DE L’HÔPITAL OU QUOI, PUTAIN ?

Kyle s’esclaffe, double un camion de marchandises.

Afficher en entier

- Quoi ?

Il rit.

- Tu ne peux pas ... (Il passe une main dans ses cheveux.) Tu ne peux pas t'échapper dans un vignoble la nuit.

- Alors pourquoi diable m'as tu suivie ?

Il cligne des yeux, surpris.

- Je ... (Il semble trouver sa remarque ridicule mais me la donne quand même.) Je ne pouvais pas te laisser t'échapper dans un vignoble toute seule en pleine nuit.

Afficher en entier

Pippa prend son verre et le lève:

- Aux vieilles filles ! fait-elle, l'air pensive.

Je renchéris:

- A un peu de tension sexuelle pour nous autres !

Pippa sourit, radieuse, et boit une gorgée:

- Ça, c'est un super-toast.

Afficher en entier

- Ouais, quelque chose comme ça. Je n'ai rencontré personne avec qui j'ai envie d'être si ça m'empêche de travailler.

- Tu es pathétique, tu t'en rends compte, putain ? demande-t-il, et son rire adoucit ses paroles. Tu es simplement terrifié à l'idée de t'engager et de vivre à nouveau une rupture inexplicable. C'est la raison pour laquelle tu détestes parler de Becky. Tu ne comprends pas. Eh bien, écoute-moi: Personne n'a compris. Jamais. Elle a blessé tout le monde. Et je comprends que ce soit pire pour toi -bien pire-, mais on l'a tous perdue. Maintenant, tu es tellement effrayé à l'idée de recommencer que tu ne prends même pas la peine d'essayer.

Afficher en entier

- Hello Jens ! lance-t-elle avec un grand sourire.

Sa tresse se balance à chaque pas, je la regarde entrer dans la cuisine et ne résiste pas à jeter un coup d'oeil à son cul moulé dans le legging.

Bordel.

Je me tourne vers la table, Will me sourit d'un air entendu.

- Hello Jens ! répète-t-il avec un immense sourire. Comment se passe l'addition maintenant ?

- J'ai envie de te donner un grand coup de pied dans les couilles.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode