Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de bebi : Ma PAL(pile à lire)

retour à l'index de la bibliothèque
Letizia : Napoléon et sa mère Letizia : Napoléon et sa mère
Alain Decaux   
Une formule à l'emporte-pièce, lancée avec l'accent corse dont elle ne s'est jamais départie, l'a rendue célèbre : Pourvou que ça doure ! L'histoire ne cessera jamais de s'étonner au spectacle de cette femme, épouse d'un petit avocat corse besogneux, veuve à 35 ans, dont toute la jeunesse s'écoule au milieu des embarras d'argent les plus cruels, qui tient d'une main de fer le gouvernail d'une famille de huit enfants et qui, ralliée à la Révolution française, sauve les siens en les mettant à l'abri en France. Elle vit avec des bons de pain pour patriotes nécessiteux , elle lave elle-même son linge dans la rivière - et la voici presque du jour au lendemain, mère d'un empereur, de trois rois, d'une reine, de deux princesses souveraines !

Elle accompagne l'ascension de Napoléon sans en être jamais éblouie, seul membre de la famille à oser l'affronter. Quand Lucien se rebelle contre son frère, c'est son parti qu'elle adopte en refusant d'assister au sacre impérial à Notre-Dame. Devenue Madame Mère , cette femme simple et presque illettrée en impose à l'Europe par une dignité superbe. Au milieu de cette famille difficile, toujours en conflits, elle apaise les discordes, calme les colères et tempère les injustices. De tous mes enfants, dit-elle, c'est le plus malheureux que j'aime le plus !

Après Waterloo, accueillie à Rome par le pape Pie VII, elle aide ses enfants prodigues de sa fortune prudemment mise à l'abri. Surtout, elle plaide inlassablement auprès des rois pour que soit adouci le sort du prisonnier de Sainte-Hélène : c'est pour lui seul que battra jusqu'à sa mort son coeur chaleureux.

Amazon

par allyia
Magyk, Tome 1 Magyk, Tome 1
Angie Sage   
Un premier tome qui s'est relevé très intéressant car très mystérieux quand à l'identité d'un personnage principal, soit 412, nom sous lequel il est connu tout au long de ce roman.
L'intrigue est plutôt bien construite et l'on ne s'ennuie pas.
Ainsi ai-je achevé ce premier tome de Magyk plein de promesses...
Cependant, je dois dire que je n'ai pas du tout replongé dans ce même univers dès le début du deuxième tome, tout comme tout ceux qui ont suivi. C'est donc jusqu'à présent déçue que j'ai lu les quatre tomes qui ont suivi. Je pense malheureusement que son auteur ne parviendra plus à donner tout le panache qu'elle avait pourtant fourni dans ce premier tome.
Je vous conseille ce tome, car la fin qu'il propose ne présage pas forcément une suite, vous pourrez donc vous stopper à ce livre sans connaitre la déception des suivants.
Cela n'est que mon avis. A vous d'en juger.

Le Songe d'une nuit d'été Le Songe d'une nuit d'été
William Shakespeare   
A priori légère mais source de réflexions sur l’illusion, Le songe d’une nuit d’été est une pièce qui brouille volontairement les pistes et mêle les genres avec une grande virtuosité. A découvrir !

par ninanina
Le Colonel Chabert Le Colonel Chabert
Honoré De Balzac   
J'ai eu à lire ce livre pour le programme de français. Je n'avais encore jamais lu de Balzac, et le début a été assez difficile. Au final, malgré quelques moments assez énervants à cause des personnages et du vocabulaire, j'ai plutôt bien apprécié ma lecture. On découvre tout d'abord un cabinet de notaire et des personnages qui semblent ne rien avoir en commun avec le Colonel Chabert. Cette lecture m'a désarçonnée dès le début à cause de tout ce vocabulaire propre au travail de notaire et autre. Pour un paragraphe, il pouvait y avoir jusqu'à dix aides de vocabulaire. alors je vous dit pas la galère pour lire les définitions, les comprendre, se replonger dans le récit et comprendre ce que cherche à nous dire l'auteur ! Une fois que je me suis habituée à ce style d'écriture, ça va beaucoup plus vite et l'histoire devient plus prenante. C'est un sujet très intéressant et je l'ai trouvé assez bien exploité. L'auteur ne cherche pas particulièrement à nous faire aimer ces personnages. Il veut montrer la réalité, et on sait bien que les Hommes ne sont pas parfaits. Il y adonc eu un passage où Balzac décrit la faiblesse du colonel Chabert face à sa femme, qui le manipule presque ouvertement. Ce passage m'a profondément agacé, et je suis heureuse qu'il ait finit par ouvrir les yeux. Malheureusement, l'histoire ne se finit pas bien pour lui, et son ex-femme triomphe. C'est aussi une des choses que j'ai regretté dans l'histoire. Le colonel Chabert est d'abord présenté comme faible, incapable de se défendre, mais, une fois que l'on connaît son histoire, il nous apparaît sous un tout autre jour. Cela montre autant la palette de sentiments qu'est capable de ressentir un être humain que le fait que l'on juge sur l'apparence et bien trop vite. J'ai bien apprécié le colonel Chabert, probablement à cause de sa bonté et de sa vie ratée, malgré son côté vraiment trop naïf. J'ai aussi beaucoup apprécié le notaire, que l'on retrouve tout au long du récit et qui est tout aussi bon que Chabert. Le style de l'auteur est une des choses qui a fait barrière entre moi et le livre, dans le sens où il y a des moments où ça devient trop pesant à lire et où il faut relire la page entière car je n'en ai pas compris le sens la première fois. Le vocabulaire est riche et il y a beaucoup à apprendre ce roman, mais après, il faut voir si je vais arriver à retenir tous ces mots, ce n'est pas dit... Pour conclure, cette lecture classique, qui date de presque deux siècles, peut en rebuter plus d'un mais ça fait partie de notre culture et, même si ce n'est pas mon genre de prédilection, j'ai essayé de l'apprécier à sa juste valeur.

par nilale
Jusqu'au matin T2 Jusqu'au matin T2
Han Suyin   
Stéphanie Ryder, fille d'un milliardaire texan, a tout juste vingt ans quand elle arrive à Shanghai en 1944 comme journaliste débutante.
Elle est belle, honnête, courageuse, la brave petite Américaine confrontée d'un seul coup à cet univers en décomposition où tout l'effraie et la fascine à la fois. Elle va rencontrer Jen Yong, un jeune médecin chinois, un pur lui aussi qui, en cachette, travaille pour les " Rouges ". Tout de suite c'est l'amour, la passion qui les jettent l'un vers l'autre, envers et contre leur entourage respectif.
" On n'épouse pas un Chinois ", " On n'épouse pas une capitaliste "... Jusqu'au matin est un grand roman, bouleversant par tout ce qu'il a d'authentique, une admirable histoire d'amour comme sait en raconter l'auteur de Multiple Splendeur, une vaste fresque évoquant la Chine de 1944 à nos jours à travers le destin de personnages merveilleusement campés.

par saltanis
La Conspiration des ténèbres La Conspiration des ténèbres
Theodore Roszak   
Avis à chaud: Impressionnant d'érudition !

Avis général: un suspens qui fonctionne sur plus de 700 pages ! Chapeau ! Un côté véénneux dans ces fameux films de Max Castle.

Le talon d'achille du livre: pas d'action.

Développement:
On le compare souvent à Dan Brown car il est sorti en même temps en France; il date de 1991 tout de même. Du coup je prendrai le contre-pied des avis car, de fait c'est une magnifique écriture et le supsens vous tien jusqu'à la dernière page plus de 750 tout de même !
Unique problème de la Conspiration que n' a pas le Da Vinci Code: quand commence l'action ? En fait il n'y a quasiment pas d'action. On apprends des infos et encore des infos et toujours des infos. C'est super intéressant, mais a aucun moment (ou presque) l'action ne commence) Des pistes passionnantes ne sont pas vraiment traitée et c'est bien dommage. Donc avis mitigé. En tant que cinéphile et cinéphage, j'i adoré car j'avais les même références que l'auteur et c'était assez jubilatoire de voir comment il avait mêlé l'imaginaire et le réel, mais mitigé car a aucun moment l'action commence et permet à ce qui est mis en jeu de démarrer.

Vol de nuit Vol de nuit
Antoine De Saint-Exupéry   
Les débuts de l'aviation, certes, mais surtout une aventure humaine incomparable
Forrest Gump Forrest Gump
Winston Groom   
S'il ne devait y avoir q'un seul livre, ce serait celui-là !
J'avais horreur de la lecture et choisi uniquement par facilité par facilité : déjà vu le film et livre assez court. Résultat : je ne me passe plus des livres maintenant.
J'ai même trouvé le livre plus sympa encore que le film : histoire plus poussée et humour encore plus présent.
Exceptionnel !

par Titou85
La Reine Margot La Reine Margot
Alexandre Dumas   
Mon préféré reste le Comte de Monte-Cristo mais Dumas est bel et bien un auteur de talent ! J'aime beaucoup ses livres et celui-là n'y fait pas exception. En effet, les nombreux rebondissements offrent un suspense et un plaisir au lecteur, et le tout étant écrit par un maître, c'est un pur chef-d'oeuvre !
La petite fille fantôme La petite fille fantôme
Lisa Carey   
Quatrième de couverture
En 1848, un bateau chargé d'immigrants irlandais fait naufrage au large du Maine pendant une terrible tempête.
Les pêcheurs d'une île toute proche réussissent à sauver les passagers, à l'exception d'une fillette qui ne cesse d'appeler son frère tandis qu'on la ramène à terre, et qui meurt peu après. De nos jours, Oisin, un artiste solitaire, vit sur cette île, dans une minuscule maison. Il est hanté par le souvenir de sa sœur jumelle, morte alors qu'il était adolescent. Malgré l'accueil chaleureux qui lui a été réservé par les habitants, Oisin est incapable de nouer des liens avec quiconque, incapacité qui le poursuit depuis l'enfance.
Or, le soir de la fête des morts, le fantôme de la petite fille disparue un siècle et demi auparavant entre chez Oisin, attiré par la bougie qu'il a allumée sur le rebord de la fenêtre en guise d'invitation... Un superbe conte de fées moderne, empreint de lyrisme, où réalité et fantastique se mêlent de façon parfaitement convaincante, par l'auteur de L'Ile aux sirènes.


par Lilinie