Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Commentaires de livres faits par bebi

Extraits de livres par bebi

Commentaires de livres appréciés par bebi

Extraits de livres appréciés par bebi

Les plus récents d'abord | Les mieux notés d'abord
date : 14-12-2017
Joia et Angelo vivent dans la même petite ville, Montebello, vont à la même école, mais ne gravitent pas du tout dans les mêmes sphères. A vrai dire, cela saute aux yeux qu'ils n'ont rien à faire ensemble.

Et pourtant... le destin fait parfois bizarrement les choses... Angelo, dragueur invétéré, tombe sous le charme de Joia, douce et posée. Mais alors que, d'ordinaire, il n'aurait fait que draguer avant de jeter, il s'attache à la jeune fille, au point d'être prêt à tous les sacrifices.

Les familles respectives ne voient pas leur idylle d'un bon oeil. En effet, l'une des deux familles est réputée pour tenir toute la ville sous sa coupe avec des moyens pour le moins discutables, et l'autre ne veut pas se voir mêlée à ces magouilles.

Il est bien difficile, pour les jeunes gens, d'établir une relation stable, à cause de ces démêlés, ces disputes, et les mauvais travers qui refont parfois surface....

Ce roman est le tout premier qu'écrit l'auteur. J'ai eu l'occasion de le découvrir en avant-première, quelques jours avant sa sortie en librairie.

Mon ressenti? L'impression d'avoir vécu un remake de Roméo et Juliette, sur fond de Bella Mafia. Rien de négatif, au contraire. Je m'explique.

La plume de l'auteur est jeune, incertaine parfois. Ce qui est normal quand on se lance dans le grand bain pour la première fois. Quelques petites erreurs de ponctuation et de profondeur, mais rien qui ne puisse s'améliorer.

Joia est une jeune fille comme je les aime. Mignonne, posée, avec de belles relations familiales. Un rien fleur bleue, ce qu'il faut pour une romance. Comme dans tous les romans du style, il y a une belle qui fond devant le bad boy du lieu. Joia incarne ce rôle à la perfection!

Côté bad boy, nous sommes bien servis avec Angelo! Arrogant, sûr de lui, dragueur, fortuné, et insouciant, voilà un tableau idéal du jeune homme devant lequel toutes les filles à moins de 5 kilomètres à la ronde fondent. Je dois vous avouer que régulièrement, tout au long du roman, je lui aurais bien collé une paire de claques! (les bad boys, c'est pas mon truc, décidément hihi). Heureusement, l'influence de Joia le change quelque peu, et il devient alors beaucoup plus appréciable.

Là ou ça devient intéressant, c'est lorsque l'on se rend compte réellement que la famille d'Angelo, les Fabiani, représentent la famille régnante, mafieuse. Ca met du piquant à l'ensemble, donne un côté plus adulte et plus sombre à l'ensemble de l'histoire. Ca me plaît! Le conflit entre les pères des deux jeunes gens nous permet également de comprendre qu'il y a une histoire plus complexe, et plus secrète également, que j'adorerais découvrir plus en détail.

Plus en détail? Oui, parce que l'auteur m'a laissé comprendre que des suites sont prévues! J'avoue être curieuse de ce qui va arriver à ce jeune couple, et à leur famille.

http://au-fil-des-pages.be
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 30-06-2017
Mabel Jones a une petite soeur. Parfois bien encombrante, mais c'est tout de même la sienne.

Alors, la nuit où le bébé est kidnappé par des êtres peu recommandables, Mabel n'écoute que son courage et fonce à leur poursuite. La voilà revenue dans ce monde peuplé de pirates, d'escrocs et de voleurs.

Qu'à cela ne tienne, Mabel Jones a plus d'un tour dans son sac et d'anciens amis qui sont encore là cette fois pour l'aider...

J'avais beaucoup aimé le premier tome de Mabel Jones. Et il avait ensuite voyagé de mains en mains, parmi mes enfants. Quel bonheur donc de découvrir une seconde aventure (une troisième arrive, mais Chut! Je ne vous ai rien dit).

Energique, comique, et peuplé de personnages hauts en couleurs, ce livre ne pouvait que plaire! En plus, oui, le personnage principal est une fille, mais elle se bat comme un garçon! Du coup, les filles se sentent héroïnes, et les garçons sont intéressés. Ce qui fait de cette série un choix très appréciable et apprécié.

Il faut dire que Mabel est absolument adorable. Elle déborde d'énergie, d'imagination, et elle relève beaucoup de défis. Même pour moi, qui suis adulte et maman, j'ai trouvé les péripéties de la petite fille vraiment très drôles.

Le plus de cette collection est la présentation. Les différences de taille de police, l'impression qu'une phrase a glissé sur la page, ainsi que les dessins vraiment joliment réalisés donnent d'autant plus envie de découvrir l'histoire, je dois dire.

J'avais déjà, je pense, été très enthousiaste pour le premier opus. Je le suis tout autant pour le second, et j'attends donc avec impatience le troisième. Vous me suivez?

Points attribués: 8/10
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Dans la famille de Chloé, c'est vraiment particulier. La porte d'entrée ne s'ouvre que quand elle a envie. Et puis les copines de leur grand frère passe une évaluation chaque fois qu'il y en a une nouvelle qui se présente.

Papa travaille à la maison, pendant que maman court partout. Et dehors, il y a les chats qui ne répondent qu'à un certain mot, le voisin qui crie qui disparaît, des fêtes qui n'en sont pas, et un rhododendron vraiment envahissant.

Mais un jour, maman en a assez. Et elle décide de partir se reposer, pendant que papa et les enfants feront un effort sur le ménage...

J'ai savouré ce livre de la première à la dernière page! Un savant mélange d'humour, d'originalité, de philosophie, et d'aventures.

J'ai adoré la vision des choses que possède Chloé. Une fillette qui exprime avec ses propres tous les soucis que l'on rencontre tous... plus quelques autres. Elle met de la simplicité là où les adultes dramatisent. Elle entend et voit des choses qui passent inaperçues la plupart du temps.

Bien que ce soit un roman destiné à la jeunesse, j'y ai trouvé aussi une petite leçon pour les adultes. La vie est difficile, mais après tout, que serait-il s'il n'y avait pas de temps en temps des imprévus, et des nuages de folies?

Ce petit roman est une véritable bouffée d'air dans ce monde où tout doit toujours aller très vite. Une bulle de douceur dans laquelle on peut évoluer le monde tout autour, tout en respirant le calme.

Voilà une lecture qui m'aura rendu zen hihi. Le plus, c'est qu'il s'agit d'un premier tome. J'ai donc vraiment hâte de retourner dans cette maison où personne n'est parfait.

Points attribués: 10/10
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 30-06-2017
Lisa est décidée à quitter la petite ville dans laquelle elle vit. Une seule solution: obtenir une bourse pour l'université qu'elle a choisi. Un seul moyen pour cela: constituer un dossier dans lequel elle pourra expliquer comment elle a guéri quelqu'un d'un trouble psychologique.

C'est là que Solomon entre en scène. Sujet à des crises d'angoisse, agoraphobe, il vit chez lui depuis 3 ans. Sans jamais mettre le pied ou le nez dehors. Pas même dans son jardin.

Lisa a une idée: le guérir et le faire sortir de chez lui.

C'est la première fois que je lis ce genre de roman. Une histoire où l'héroïne est aussi la méchante. Il fallait oser...

Lisa a un objectif bien clair. Et au premier regard, on pourrait se dire qu'effectivement, elle n'a aucun scrupules. Oui, elle joue avec les émotions de Solomon. Oui, elle lui ment, puisqu'elle ne lui dit pas pourquoi elle lui rend visite si souvent.

Mais au-delà de cela, il y a sa réflexion profonde. Elle a un projet, mais n'avait pas pensé à l'affectif. Et quand elle se retrouve liée d'amitié à Solomon, tout dérape. S'oppose alors sa volonté de réussir pour son obtention de bourse, et celle de réussir pour le bien de Solomon.

Le jeune Solomon est, lui, un personnage vraiment, vraiment génial. Replié sur lui-même et sur son microcosme, il s'est créé son propre univers. Doté d'humour, d'autodérision, et d'un esprit d'analyse à toute épreuve, il est sensible et déroutant.

Enfin, le petit ami de Lisa, Clark, est l'élément stable du trio. Il est doux, calme, émouvant de gentillesse. Et c'est lui qui équilibre les émotions que l'on rencontre dans le livre.

La fin du roman m'a émue. J'aurais eu envie de me lever, les deux mains au ciel, et de crier "Hourra!!!".

L'auteur a fait preuve d'une sensibilité profonde, arrivant à exprimer les angoisses de Solomon, les volontés de Lisa, et les questionnements de Clark. Moi je dis bravo!

C'était le deuxième roman que je lisais de cet auteur, et j'en sors avec une plus grande envie de découvrir ses futurs écrits.

Points attribués: 10/10
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Le Grand Méchant Loup tient un journal depuis quelques temps. Il a décidé de changer de vie, puis de revenir au village de Livresdecontes, pour faire son mea culpa.

Mais ce n’est pas si facile d’effacer ses erreurs du passé. Il faut faire des efforts pour prouver sa bonne volonté…

Pour une fois, le grand méchant loup a une belle image. Il s’est adouci, s’est amendé, et a décidé de commencer une nouvelle vie. Il est aidé, pour ça, d’une famille de hippies qui lui ont appris à vivre simplement, à calmer les battements de cœur de colère, et à apprendre à aimer son prochain, quel qu’il soit.

Ce loup, si féroce, est devenu tendre et doux. Il ne rêve que de retrouver son frère et de s’établir. Mais ça aurait été si simple s’il n’y avait pas la disparition de Chaperon Rouge pour compliquer tout.

Ce petit livre est tout doux et gentillet. Il raconte que n’importe qui, même le plus méchant, peut changer de comportement, et faire des efforts sur son caractère. Bien sûr, je pense que les enfants qui liront ce roman n’y verront pas cette leçon. Après tout, il y a de nombreux événements qui peuvent les distraire du but premier. Des enquêtes, des histoires d’amour, de vieilles rancunes… Il y a de quoi se mettre sous la dent hihi.

J’ai malgré tout bien apprécié cette petite lecture, bien sympathique.

Points attribués : 7/10
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Senna se sent de plus en plus inquiète: sa tante ne réapparaît pas, elle se sent espionnée et Ian n'est pas dans son état normal.

Il va bien falloir qu'elle s'en sorte par ses propres moyens.. Et peut-être un peu aidée.

Rappelez-vous, j'avais été un peu déçue de la consistance du premier tome. Mais j'avais trouvé le second mieux bâti. Ce troisième opus apporte encore de belles améliorations dans son style.

Senna murit. Elle n'est plus la petite adolescente perdue et sans consistance du premier tome. Elle est plus assurée, plus aventurière et plus sûre d'elle-même. Ses pouvoirs, qui ont évolué également, lui ont certainement également apporté une stabilité.

Io, la petite fille rencontrée dans le précédent livre, se découvre un peu plus. Elle paraissait si effrayante au début. Mais Ericka Duflo lui a fait de la place, lui a créé de la place dans ce nouvel épisode. On apprend à la connaître mieux, et c'est tant mieux, puisque c'est un des personnages les plus intrigants, je trouve.

Il n'y a pas qu'elle, évidemment. Et je dois dire que la mère Harpie a vraiment de quoi inquiéter. Quoique, encore une fois, elle nous montre une facette que nous n'avions pas encore eu l'occasion de découvrir jusqu'ici. Un peu plus douce, et sentimentale.

C'est finalement une sympathique petite série que les adolescents peuvent se mettre sous la dent. Je pense que l'idée des Harpies est dans l'air du temps, et que les jeunes filles aiment s'imaginer séductrice.

Il y a toujours certaines lenteurs dans le récit, et quelques vides que j'aurais aimé voir combler. Mais dans l'ensemble, j'ai beaucoup aimé ma lecture, et je lirai le prochain tome avec grand plaisir. Toi aussi, Pampoune?

Points attribués: 7/10
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 30-06-2017
Quand Nina apprend qu'elle part en vacances en Inde, elle ne tient plus!! Depuis le temps qu'elle en rêve!! Mais elle déchante, quand elle comprend qu'il s'agit en réalité d'une retraite dans un ashram. Là, elle n'a plus envie d'y aller du tout.

Embarquée avec sa mère, et sa petite soeur avec qui elle ne s'entend pas toujours, mais qu'elle aime très fort quand même, elle n'a d'autre choix que de s'adapter.

Mais Nina, qui imaginait une quinzaine de jours mornes et ennuyeux, découvre que finalement, on peut apprécier quelque chose quand on prend le temps d'apprendre à le connaître. Et aussi, qu'après tout, il y a des sorts pires que le sien...

Nina est une ado tout à fait comme les autres. Raleuse, pleine d'envies et de desiderata (je sais de quoi je parle, j'en ai plusieurs de la même espèce à la maison), elle s'attend à ce que le monde se conforme à ses envies. Et comme tous les ados, elle rouspète si ça ne marche pas comme ça.

Ce n'est pas qu'elle soit foncièrement mauvaise, c'est simplement que, comme tous les autres à cet âge, il faut qu'elle se débarrasse de ses oeillères. Et il faut l'y aider un peu... C'est d'ailleurs ce que sa mère veut faire, en l'emmenant avec elle dans cette retraite.

J'ai trouvé ce petit livre (très rapidement lu, pas vrai Pampoune?) assez réaliste. Bon, bien sûr, il y a la partie sauvetage (non non je ne vous en dit pas plus, vous n'avez qu'à le lire pour savoir de quoi je parle hihi) qui soit un peu extrapolée. Mais les réactions de chacun dans ce roman sont tout à fait conformes à ce que l'on peut attendre d'une petite fille de 7 ans, d'ados ou d'adulte cherchant l'apaisement.

Je n'irais pas jusqu'à dire que c'est un livre feel good, mais ça n'en est pas loin. Il donne en tout cas une ouverture sur le monde et ses possibilités. Et il propose aussi l'idée qu'on peut aussi parfois lâcher prise. Pour un roman jeunesse, c'est idéal! Vous avez compris, n'est-ce pas, que ma lecture m'a plu?

Le style est à la fois léger et grognon, et pour cette prouesse de l'auteur de s'être mise dans la peau de Nina, et d'arriver à exprimer ses pensées, moi je dis bravo! Ce n'est pas toujours facile pour un jeune homme ou une jeune fille d'arriver à exprimer le fond réel de leurs pensées. Et ce qui arrive, comme à Nina, c'est que les paroles dépassent les pensées. Ce qui est frustrant. A 15 ans, on a pas encore appris à moduler ses émotions.

Et puis, pour dédramatiser le tout, il y a une jolie dose d'humour. Un soupçon de coeur à fleur de peau, une innocence enfantine, et un regard drôle, et le tout fait un livre tout à fait adorable.

Je l'ai mis, après ma lecture, dans les mains de ma fille. Elle n'a que 12 ans, mais je pense que cette lecture lui plaira également.

Points attribués: 8/10
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 30-06-2017
Tout le monde, petits et grands, connaissent ces princesses de contes de fées: sages, belles, douces, et amoureuses. Oui, bon, un peu nouilles parfois même. Non?

Dans ce livre, pas de Cendrillon qui chante aux oiseaux, pas de Blanche-Neige effrayée.

Non non, mais plutôt une chanteuse dans un groupe de rock, une miss Cendrillon cultivée et instruite, une autre demoiselle rusée, etc. De quoi satisfaire les nouvelles tendances chez les petites filles: le rock, le punk, la mode, la maîtresse-femme. Ca change, c'est sûr.

C'est décoiffant, de se trouver tout d'un coup face à une princesse de contes de fées, maquillée de noire, et portant des bottes à clous! Je dois bien avouer que moi, toute seule dans mon coin, j'ai un faible pour les princesses originales. Je dois être de la vieille époque hihi

Quoi qu'il en soit, cette nouvelle version des princesses si connues ne sera pas pour déplaire à de nombreuses petites filles. Après tout, pourquoi pas?

A côté de cela, les histoires sont bien construites. Et je dois bien avouer que la petite leçon qui ressort de chacune d'elle fait du bien au moral, même pour une adulte: les femmes aussi peuvent faire ce dont elles ont envie. Je ne suis pas une féministe absolue, mais quand même, j'aime lire ce genre de choses.

Bref, les filles, si vous avez des demoiselles en manque d'émancipation féminine, n'hésitez pas. Offrez leur ce petit livre.

Points attribués: 7/10
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 30-06-2017
Gloria a grandi dans l'ombre d'un grand frère décédé. Pas de place pour elle dans le coeur de sa mère.

Pourtant elle a un rêve et veut l'atteindre. Elle veut faire du cinéma. Mais tout dérape quand elle tombe amoureuse de son professeur, et se trouve enceinte alors qu'elle n'est pas majeure. Sa vie va s'en trouver bouleversée, et toutes ses décisions auront une incidence sur son avenir.

J'ai trouvé ce roman très touchant. On suit le parcours d'une jeune fille que la malchance frappe de plein fouet. Une longue descente aux enfers. De jeune fille innocence, à maîtresse d'une scénariste dépravé, le lent cheminement vers l'oubli et l'ennui est tracé.

Pourtant, Gloria est solide. Et je compatis de tout coeur pour cette jeune fille. Et quand elle décide de récupérer son fils, je ne peux qu'être émue!!

Bon, bien sûr, on peut se poser la question de savoir le pourquoi de ce revirement, puisqu'elle a abandonné son bébé à la naissance (pour savoir pourquoi, il faudra que vous lisiez le livre! Je ne vous dirai rien). Mais on comprend que cette envie soit la plus forte.

Le caractère du petit bonhomme est à la hauteur de mes espérances. Réfléchi, sociable et très intuitif, ce petit garçon est attachant comme tout. N'importe qui l'adopterait au bout d'un quart d'heure.

Dans l'ensemble, je me suis laissée porter par cette lecture. Ca coule tout seul. L'auteur a su passer sous silence les périodes de la vie de Gloria inintéressantes, pour nous amener aux points culminants, sans qu'on aie l'impression de manquer quoi que ce soit.

J'ai passé un très bon moment avec Gloria.

Points attribués: 7/10
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 30-06-2017
Ils sont nés le même jour, sont voisins depuis leur naissance, vont à l'école dans la même classe. Emmy et Oliver s'adorent, et passent tout leur temps ensemble. Jusqu'au jour où Oliver est kidnappé par son père, et qu'il disparaît pendant 10 ans.

Le jour où il est enfin retrouvé, Emmy ne sait pas quoi faire. Elle trépigne de retrouver son ami, mais en même temps, le connait-elle encore depuis tout ce temps? Et puis avec tous les journalistes, comment faire pour renouer tranquillement?

Pour ces deux adolescents de 17 ans, retrouver l'équilibre qu'ils connaissaient avant est loin d'être facile...

J'ai adoré cette lecture!! A tous points de vue!

Le thème, tout d'abord. Pas facile de partir d'une disparition pour entamer un roman. Pas facile de parler d'un absent, d'un personnage qu'on a pas encore vu. Mais au travers des yeux d'Emmy, on a l'impression de le connaître déjà.

Ensuite, il y a la période des retrouvailles. On pourrait se dire que c'est tout facile, un joli happy end après un enlèvement. Mais pour une fois, je lis quelque chose de concret. Les situations bancales, la perte de repères, les souvenirs qui ne coïncident plus avec la réalité, les peurs, la colère, la tristesse,...

J'ai été envahie d'émotion en lisant ce livre. Ces deux ados en particulier sont vraiment touchants. Ils se connaissent, mais uniquement par leurs tous jeunes souvenirs. Comment se dire que l'inconnu qui se trouve en face de soi est son voisin, son meilleur ami?

L'auteur a su trouver un équilibre, debout sur une corde raide, pour nous expliquer ce que peut être ce genre de situation. En y ajoutant en plus le fait que le kidnappeur soit un parent, toujours en cavale.

C'est fort, et c'est juste. J'ai vraiment adoré ce voyage, et ce livre est l'un de mes coups de coeur de ces dernières semaines.

Points attribués: 10/10
Avez vous apprécié ce commentaire ? +1
date : 30-06-2017
Abi a tout organisé. Ils vont passer, elle et sa famille, leurs dix années d'esclavage sur le domaine de la famille noble Jardine. Ainsi, se dit-elle, ils seront épargnés par rapport à ceux qui doivent les faire à Millmoor, dans cette cité où l'on tombe d'épuisement et de mauvais traitements.

Son frère, Luke, est loin d'être aussi enthousiaste. Mais il n'a pas le choix, il faut qu'il suive ses parents.

Hors, rien ne se passe comme prévu. Au moment du départ, Luke se trouve séparé de sa famille, pour être dirigé vers Millmoor, où il va devoir se faire à une vie remplie de dangers...

Cette nouvelle série... purement et simplement ADDICTIVE!!! A l'heure où je vous écris, j'ai terminé la lecture depuis quelques jours déjà. Pourtant, il suffit de vous en parler pour que, immédiatement, je me trouve à nouveau transportée dans cet univers si particulier.

J'ai parfois bien du mal avec certaines dystopies. J'ai souvent l'impression qu'on tourne un peu en rond. Qu'une telle vaut bien une autre. Je m'ennuie parfois avec une impression de déjà-vu. Du coup, quand j'ai reçu ce roman de Nathan Jeunesse, j'ai été un peu méfiante en voyant le style proposé.

Mais dès les premiers chapitres, j'ai été intriguée. L'idée de période de servage est tout à fait particulière. Bien sûr, comme souvent, on se trouve face à différentes castes: ceux qui ont le Don, et ceux qui ne l'ont pas. Et nous naviguons entre les deux.

L'auteur a mis visiblement un point d'honneur a créer des personnages forts, munis de qualités et de défauts multiples. Ils sont bien construits, et si j'ai détesté certains ( à cause de leurs manigances), j'en ai adoré d'autres. Ce qui est déjà un très bon point en faveur de ce livre.

Ensuite, l'idée d'un parlement ayant des propriétés magiques, des traditions bien ancrées, et des relations entre ces différentes personnes haut placées ont rendu à l'ensemble un aspect puissant. Pile ce qu'il fallait en somme.

Lorsque je suis arrivée au bout du livre, sans m'en être rendue compte d'ailleurs, j'aurais bien trépigné sur place! Quoi?! Il faut attendre le tome suivant maintenant?! DAMNED...

Bon j'espère vous avoir donné l'envie de le découvrir. Si ce n'est pas le cas, relisez depuis le début. Vous étiez déconcentrés hihi.

Points attribués: 10/10
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 30-06-2017
Quand Cath quitte sa petite ville pour aller à l'université, elle est bien obligée, en même temps, de s'éloigner de son meilleur ami, Scott. Qu'à cela ne tienne, l'encre et le papier existe!

Une correspondance va s'installer à un rythme régulier. A travers leurs lettres, ils parleront de leurs soucis, de leurs espoirs, et partageront tout, le pire et le meilleur...

J'ai dévoré ce livre sur un après-midi!!

J'adore les romans épistolaires en général. Aussi, quand j'étais tombée sur le roman dans les sorties littéraires de Casterman, je m'étais empressée de le choisir. Quelle bonne ai-je eu là.

A un rythme soutenu, et de manière enjouée ou émouvante, les deux protagonistes principaux nous font entrer dans leurs vies. Ils nous montrent la déchirure de la séparation, la difficulté de l'entrée dans le monde des adultes et celui de l'université. Ils nous parlent de leurs pertes respectives, et de leur peine ou de leur colère.

Les auteurs (un homme et une femme, tiens tiens) ont réussi a créer deux personnages tout à fait entiers. Avec des blagues et des souvenirs en commun , mais aussi des aspirations différentes. Et leurs lettres sont tellement intéressantes, même quand il s'agit de parler de leur emploi du temps. J'adorerais recevoir des lettres de ce genre (mes souvenirs de correspondance d'adolescente sont bien classés dans de belles boîtes).

Finalement, bien qu'il y ait très peu de dialogue proprement dit, on a vraiment l'impression de suivre une longue conversation pratiquement ininterrompue, faite de blagues, de rires, de détresse, de questions, et parfois de disputes. J'ai suivi leur courrier, refermant une lettre pour ouvrir la réponse. Je n'ai pas vu le temps, et quand je suis arrivée à la fin du livre, j'aurais voulu le voir prolonger de quelques mois de courrier supplémentaires!

J'ai vraiment beaucoup aimé cette lecture, et franchement, j'aimerais qu'il y en ait davantage de ce style. A bon entendeur... hihi

Points attribués: 10/10
Avez vous apprécié ce commentaire ? +1
date : 30-06-2017
Capucine, Puce pour les intimes, a 17 ans. Elle a grandi en étudiant dans une bahut très sélect. Pour la simple bonne raison que ses parents y travaillent.

Au-dessus, suivre toutes les activités que ces écoles proposent, c'est épuisant. Et Capucine sait qu'elle doit tout goupiller. Au-delà de tout ça, Capucine vit une histoire relationnelle plutôt compliquée. A 17 ans, c'est pas facile d'arriver à tout gérer...

Heureusement pour elle, elle a un sens de l'humour et de la dérision très développé. Ce qui peut parfois la sauver de certaines situations périlleuses....

J'ai lu ce petit livre sur un après-midi, au soleil, au bord d'un étang de pêche. Alors, soit c'est cette ambiance qui a favorisé l'appréciation de la lecture (ça doit tout de même bien y participer, notez bien), soit c'est simplement le livre lui-même qui est mignon comme tout.

Capucine plante le décor dans les tous premiers chapitres: Un lycée chic, des aspirations diverses, des traditions scolaires tout à fait particulières, un amoureux parti loin, un chat adorable, et une auto-dérision à toute épreuve!

Cette petite Capucine est plein de bonne volonté, et a très très très envie de vivre quelque chose d'extraordinaire. Ca se sent. Malgré cela, ou peut-être à cause d'ailleurs, elle reste très sérieuse, et motivée. Mélangeant Anglais et Français (on parle les deux langues chez elle), elle dresse des portraits et des tableaux remplis de couleurs. Moi j'adore! J'aime cette façon légère de parler de choses pénibles. Cette manière d'enjoliver les catastrophes de l'adolescence en leur octroyant un rayon de soleil.

Le livre porte vraiment bien son nom. Après avoir lu la dernière page, on a l'impression d'avoir été un peu secoué, et d'ouvrir désormais les yeux en grands. J'ai adoré le voyage.

Tous les personnages du livre sont "réels", adoptant des attitudes et disant des choses que n'importe quel adolescent pourrait avoir ou dire. Dans ce roman, pas de situations magiques, pas de dépaysement énorme. Mais justement, c'est ce point qui m'a plu par-dessus tout. J'aime voir, dans un roman jeunesse, des situations que les jeunes peuvent vivre tous les jours. Cette lecture leur permet justement de pouvoir les appréhender différemment. Et du coup, ben, je dis bravo!

Je pense qu'il peut s'agir d'une agréable lecture d'été pour nos adolescents.

Points attribués: 8/10
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
L'agence confettis se trouve confronté à un nouveau défi: organiser un anniversaire effrayant... pour quelqu'un qui n'a peur de rien. Cette demoiselle a déjà tout fait: du parapente, de l'alpinisme, de la plongée sous-marine....

Quel défi l'équipe peut-elle bien lui proposer? Sans compter que, pour corser les affaires, le grand frère ne doit pas être au courant de ce qui va être organisé. Vont-ils pouvoir satisfaire cette nouvelle cliente?

Comme toujours l'agence confettis fait preuve d'une imagination à toute épreuve, et d'une énergie incomparable. Il faut avouer que cette petite équipe se débrouille sans aide extérieure, ou presque. Le résultat est en général à la hauteur de ce que l'on attendait d'eux.

Pour cette fois, il s'agit de faire avoir une frayeur à quelqu'un qui n'a peur de rien, qui ose tout. Le tout est de comprendre l'énoncé de la demande. Evidemment, la jeune fille fait beaucoup d'activité. Mais est-ce le seul moyen pour obtenir le résultat voulu? L'agence confettis contournera le souci.

J'aime toujours autant cette sympathique petite série. Et je dois bien dire que mes enfants l'adorent. Chaque nouveau tome est accueilli avec des cris de joie, et ils attendent tous impatiemment que leur tour de le lire soit arrivé. Que ce soit ma fille ou mes fils d'ailleurs. Ce qui veut bien que ces histoires sont adaptées à tous, quel que soit l'âge de l'enfant. Je pense que l'idée différente et originale pour chaque nouvel anniversaire à découvrir, leur donne des idées pour leurs propres fêtes, dans le futur. De quoi éveiller leur curiosité et leur imagination.

En tant que lectrice, j'aime beaucoup lire les aventures de l'Agence confettis. En tant que maman, je ne peux que la conseiller pour l'été qui arrive!

Points attribués: 8/10
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Arthur, Loane et Thos sont de jeunes enfants qui ont trouvé des oeufs de dragon. Dans un monde où ces animaux ne sont plus les bienvenus, il s'agit pour leurs formateurs de les protéger et de leur apprendre à travailler de concert avec leurs dragon.

L'apprentissage n'est pas toujours simple, et chaque animal a des particularités bien à lui. Ils ont aussi leurs caractères propres, et des moyens de communication hautement développés.

Malheureusement, leur ennemi juré veut par tous les moyens les éliminer. Et pour cela, il ne recule devant rien... allant même jusqu'à empoisonner un dragon pour qu'il se retourne contre les autres...

J'avais adoré le dessin animé Dresseurs de dragon.. Et je trouve que ces livres sont dans la même veine. J'ai été très vite conquise par ces petits être humains et féériques que nous montre cette série de livres.

Si moi, j'ai adoré, je ne peux qu'être certaine que les enfants aimeront eux aussi. C'est rempli d'aventure, d'humour, de mystères, et de vol à dos de dragon. De quoi vraiment les faire rêver, non?

Ce que j'aime également dans cette petite série, c'est l'esprit de fraternité qui règne au sein de la petite école, tant au niveau des dragons que des dresseurs. C'est un gros plus pour moi. Ces histoires sont agréables à lire, et donnent de l'aventure aux petits lecteurs.

Points attribués: 7/10
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 30-06-2017
Sylvestre Tardy redécouvre une maison qu'il a laissé derrière lui, il y a plus de 40 ans.

Déçu de tout, il a décidé de venir se réfugier dans la maison familiale, laissée à l'abandon depuis la mort de ses parents. Pas de tous, non. Trois chats ont élu domicile dans la grange, trois solitaires aux habitudes bien ancrées. Chats qui, d'ailleurs, semblent bien embêtés de cette intrusion.

Et pourtant, même les solitaires peuvent se créer un réseau d'amitiés et de respect. Même Sylvestre...

L'entrée en matière de ce roman est assez originale. Puisqu'on commence par parler des chats, ces jolies boules de poils paisibles, et certains de leur territoires. J'aime énormément les chats, et évidemment, ces trois-là ne me laissent pas indifférente. Pourquoi je vous parle d'eux? Mais parce que, en dehors de l'histoire de ces humains si compliqués, nos trois félins apparaissent très régulièrement dans ce livre. Un peu comme une pause accordée au lecteur.

J'ai eu un vrai gros coup de coeur pour le personnage de Joseph, vieux voisin de Sylvestre. Bourru mais au coeur énorme, il est énergique, drôle, et sincère. Le caractère que lui a dessiné Didier Cornaille correspond en tout point au portrait que l'on pourrait se faire d'un grand-père adorable! Il donne cette petite note piquante nécessaire au récit pour qu'il ne tombe pas dans l'ennui des bons sentiments.

Attention, je n'ai pas dit que je n'aimais pas les bons sentiments. D'ailleurs, Sylvestre, Antoinette, Agathe et Aurélie en sont dotés, et plutôt deux fois qu'une. Ce petit groupe crée un microcosme attachant, où il fait bon vivre. Bien que (et peut-être justement d'ailleurs) l'histoire se passe en pays reculé, il y a dans les rencontres de ces personnages quelque chose de simple, de doux et de tendre à la fois.

J'ai lu ce roman très rapidement (à l'instar de ma binôme, Pampoune, avec qui j'ai partagé ce rythme), et j'en apprécié chaque page.

Je pense que si vous avez envie de sentir l'air frais des campagnes, d'entendre les vaches, et de profiter du calme, ce livre est vraiment fait pour vous.

Points attribués: 7/10
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 30-06-2017
4 adolescents se préparent à un concours international de piano. Réunis dans une même classe dans une haute école française, ils se démènent pour que le niveau approche la perfection.

Jusqu'à ce qu'ils soient enlevés. Tous les 4....

Comment les retrouver? Et surtout, qui a pu faire cela, et pour quelle raison? Une inspectrice de police ne lâchera rien, et fera tout ce qu'il faudra pour résoudre cette énigme.

Le premier chapitre plonge le lecteur immédiatement dans une situation prenante. Bien qu'il soit court et ne contienne que quelques phrases, il montre où se trouvent les quatre adolescents. Immédiatement, juste après ces quelques mots, je n'ai plus eu qu'une seule envie: tourner la page pour continuer ma lecture!

Mia, Matthis, Sacha et Valentin ont créé un véritable esprit de cohésion. Ils se connaissent bien, passent pratiquement tout leur temps ensemble, s'entraînent ensemble, vivent pratiquement ensemble, disons. Et le fait est là: ils sont bien unis. Ce qui fait que, dans leur prison commune, ils s'entraident et s'encouragent. Malgré cela, on comprend, grâce aux petits chapitres distillés au fil des pages, et qui parle de cet endroit, que c'est loin d'être faciles.

Pendant ce temps, Clara Di Lazio, l'inspectrice chargée de l'affaire concernant leur disparition tente de comprendre. Elle cherche, pose des questions, s'interroge et tente de faire des recoupements. Au dehors de l'espace dans lequel sont confinés les jeunes musiciens, un tourbillon d'émotion est déclenché. Les parents apeurés, d'autres indifférents, et le passé des derniers entrent en ligne de compte.

Je ne m'attendais pas du tout au visage que j'ai découvert derrière le masque du coupable. Ma binôme, Pampoune, elle, avait compris plus vite. Je me suis laissé guider par l'histoire, par les étapes de recherches. Je me suis attardée sur certaines personnes, à cause de leur comportement ou de ce qu'ils ont dit.

J'ai beaucoup aimé ce livre, que j'ai lu très rapidement. Une fois ouvert, je n'avais pas très envie de le refermer hihi.

Vous avez envie de frisson, d'enquêtes? Ouvrez ce livre, vous ne serez pas déçu.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 30-06-2017
Félix Métivier a décidé de visiter le Canada, afin de connaître ses habitants, qui sont français, à leur manière. Mais le voilà rapidement emporté dans des aventures rocambolesques, dans lesquelles il va rencontrer une femme, un politicien, et de nombreuses situations dangereuses.

Les années passent, et Félix est retourné en France, pour soutenir l'effort de guerre français. Mathilde, restée au Canada, va être emportée dans cette folie que l'on nomme: La guerre. Chacun à leur manière, ils vont essayer de déjouer les plans allemands.

J'ai déjà lu, il y a un moment, un autre roman de cet auteur. J'avais été déçue par son manque de détail, de description et de suivi dans la chronologie des événements. En ayant lu le résumé de ce livre, j'avais décidé de retenter l'expérience.

Bon... Je crois que le souci reste le même dans ce nouveau roman. On suit Félix Métivier qui, pour une raison obscure, décide d'aller exploser le Canada à la veille de la Seconde Guerre Mondiale. Je m'interroge déjà sur cette idée de départ. Passons..

A peine arrivé, le voilà embarqué dans une procession pour le moins particulière, puisqu'il s'agit d'un tour de conférences afin de faire élire quelqu'un aux prochaines élections. Mmmh mouais, là je m'arrête. Il vient visiter le canada, et que fait-il à la place? De la politique! Heureusement, ça ne dure pas très longtemps, puisqu'au hasard de ce voyage, il atterrit dans un chantier d'abattage, en pleine grosse forêt. C'est là qu'il rencontre Mathilde.

Qu'il en tombe évidemment amoureux immédiatement. Et que la jeune femme, pas farouche, décide de séduire. Amour tragique, puisque (et là, non vous ne saurez rien de plus, je ne vous raconterai pas, na!) les circonstances font qu'ils se retrouvent séparés.

Nous les retrouvons en plein milieu de la période de conflit. Pendant que Félix fait une petite résistance en France, Mathilde, elle, travaille toujours sur le chantier d'abattage. Et, ô coup de chance, on vient la débaucher pour l'expédier en tant qu'espionne canadienne sur le sol français.

Je vous laisse imaginer la suite?

J'avoue, je ne suis absolument pas convaincue par la trame du roman. Pour ce qui est de la façon d'écrire, la tournure de phrase, je suis nettement plus enthousiaste. J'ai trouvé beaucoup de douceur dans les échanges de Félix et Mathilde, et dans leur façon d'appréhender les événements. J'ai beaucoup aimé ces deux personnages. Et les décors qu'il m'a été donné de voir sont splendides.

Malheureusement, ça ne contrebalance pas assez ma déception à propos du fond du roman. Je pense que Louis Caron est un auteur qu'on aime sans réserves, ou que l'on n'aime pas pour x raisons. Je suis, après deux essais, de la seconde catégorie.

Points attribués: 6/10
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Charlène Morrisson arrive à Menlo Park, engagée par Thomas Edison lui-même, afin de travailler dans son équipe. Hors, on attendait un homme. Et dans cette époque où la gent masculine est encore omnipotente, Charlène va devoir se créer sa propre place si elle veut parvenir à faire reconnaître ses compétences.

Très vite, elle se rend compte que ses idées rejoignent celles du célèbre inventeur. Et bien que le travail soit épuisant, que la tension soit partout présente, elle se rend bien compte que le travail et son coeur se trouvent au même endroit: tout près de Thomas Edison.

Thomas Edison est un personnage que je n'avais pas encore croisé dans mes romans. C'est une époque donc et surtout un univers que je ne connaissais pas encore.

J'ai plongé dans ce roman à une vitesse telle que, sans même m'en être rendue compte, j'avais avalé la première centaine de pages! Tout de suite, sur les pas de Charlène, j'ai ouvert la porte sur l'atelier de Thomas Edison. Et j'y ai découvert les balbutiements de l'électricité, de l'éclairage et du phonographe. J'ai suivi leurs longs travaux, toutes leurs recherches, et les difficultés qu'ils ont rencontré.

Par acquit de conscience, je me suis parallèlement documentée sur la chronologie de toutes ces inventions dans l'Histoire. Et j'ai très agréablement surprise de découvrir que tout ce qu'explique Dominique Audet dans ce roman, tout ce qui a trait au monde de l'invention, ainsi qu'à la vie privée de Thomas Edison se révèle rigoureusement exact.

Du coup, l'entièreté du roman m'a plu. La touche féminine qu'apporte Charlène (un des rares personnages fictifs du roman) donne le petit plus pour que ce livre plaise à tous. Elle est énergique, volontaire, dotée de nombreuses qualités, ainsi que de quelques faiblesses. Un personnage haut en couleur, qui porte l'ensemble de l'oeuvre vers la lumière.

C'est un roman qui mérite à être connu. Il s'agit d'un premier tome, et j'ai donc vraiment hâte de pouvoir découvrir la suite de cette histoire. Car, évidemment, l'auteur s'est arrêté dans l'histoire d'Edison, pile à un moment décisif, me laissant sur ma faim!

Vous êtes passionnés d'histoire? Ouvrez vite ce roman!

Points attribués: 10/10
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 30-06-2017
Zhida voit le plus jour de sa vie arriver: celui de son mariage avec Gabrielle.

Pendant la période de préparatifs, dans sa belle-famille, il se remémore son passé.

Chinois élevé au Cambodge par un père médecin et une mère sage-femme, il est ensuite envoyé, avec son jeune frère, en France, afin d'y faire ses études. Une déchirure énorme.. Surtout que la vie au Cambodge est de plus en plus difficile et que sa famille n'en sortira pas entièrement indemne..

Dans ce roman, Yves Viollier nous fait à nouveau toute sa douceur. Il a su rendre les souvenirs de Zhida tellement réels et ses émotions tellement fortes, que l'on peut se demander s'il ne s'agit pas là d'un véritable récit biographique....

J'avais déjà lu un de ses romans (les pêches de vigne), et déjà avec celui-là, j'avais été touchée par la poésie qui parsemait les pages. Il y a, dans cette façon d'écrire, une invitation au rêve et à la détente.

Bien sûr, tout ce que raconte Zhida n'est pas rose, loin de là. Après tout, la situation au Cambodge dans les années 60 était loin d'être paradisiaque! Entre la misère, la révolution Khmère, et le danger, il y a de quoi s'inquiéter. Et c'est que l'on ressent, rétrospectivement, quand le jeune homme revient sur ces années perdues, celles pendant lesquelles il n'a pas pu intervenir pour sauver sa mère.

Mais à côté de cela, il y a le mariage avec Gabrielle. Gabrielle, et sa joie de vivre. Et là, en Vendée, on prépare des noces comme il se doit, à l'ancienne, avec toutes sortes de traditions. On se trouve entouré d'une famille aimante, d'un futur beau-père rude mais au coeur gros comme ça. De futurs beaux-frères prêts à l'adopter, lui et ses traditions. On ne fait pas les choses à moitié. Et c'est le bonheur sans nuage.

Ce roman n'est pas un coup de coeur (l'est-ce pour Pampoune, ma binôme?), mais je dois dire que j'ai passé un très agréable moment de lecture.

Points attribués: 7/10
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 30-06-2017
Monsieur Jean se retrouve à la retraite. Il n'a pas l'habitude de vivre le jour, lui qui a toujours travaillé de nuit. Il était concierge dans un grand hôtel, habitué à prendre des milles et unes demandes des clients.

Et là, tout d'un coup, il se demande ce qu'il va bien pouvoir faire de sa vie.

Mais le hasard fait parfois bien les choses....

Ce Monsieur Jean est un homme que chacun voudrait avoir dans sa vie. Discret, attentif, il a des idées plein la tête. Surtout quand il s'agit d'améliorer le quotidien de son entourage.

Vous avez déjà les livres si célèbres maintenant, ayant un chat sur leur couverture, d'un certain Gilles Legardinier? Eh bien, ce livre-ci est de la même trempe. Ils sont composés de petits rien, de situations qu'on connaît tous, et de petits coups de pouce qui arrangent tout.

Ce roman ne paie pas de mine. Il est plus petit qu'un grand format, contient moins de pages qu'un roman d'aventures digne de ce nom, n'a pas une couverture hors du commun. Et pourtant... dans ses pages se trouvent une magie qui fait battre le coeur, tout simplement. Celle qu'on ne voit pas venir, qui n'a pas besoin de tambour pour l'annoncer.

J'adore ce genre de roman feel good. Ces histoires qui nous font en la beauté du caractère humain, qui nous donne envie de voir les choses d'une autre façon.

Vous allez dire que je m'enflamme, que je déraisonne. Mais non.. Je vous assure que si un jour vous avez un coup de cafard, ce livre vous en sortira, je vous le promets.

Points attribués: 10/10
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 30-06-2017
Flora Banks souffre d’un trouble vraiment particulier : Toutes les deux heures, elle oublie tout. Le nom de ses parents, l’adresse de chez elle, bref, tout ce qui fait sa vie quotidienne.

Jusqu’au jour où l’ex-petit ami de sa meilleure amie l’embrasse… Ca, elle s’en rappelle. C’est la seule chose qui ne s’efface pas… Malheureusement, le lendemain, il est parti vivre à l’étranger, et elle n’est pas près de le revoir.

Evidemment, son amie le découvre, et lui en veut. Ses parents, partis au chevet de son frère mourant, ne savent qu’elle est, du fait de cette dispute, livrée à elle-même. Mais pour Flora, Peu importe, elle s’accroche au souvenir qui ne s’efface pas.

Le démarrage du livre m’a intrigué. On comprend bien que le personnage principal tente de rassembler ses souvenirs, qu’elle se trouve à une fête dont elle n’a aucune souvenance. On comprend que quelque chose coince.

Et puis, ce fameux baiser. Et le fait particulier, sur lequel on insiste beaucoup, c’est que Flora Banks s’en rappelle..

Je ne vais pas vous le cacher : A part cette répétition perpétuelle de ce dont elle doit se rappeler pour vivre relativement normalement, et le souvenir du baiser, il n’y a pas bien grand-chose d’autre. On dirait une ritournelle sans fin : oubli, rappel, souvenir… Oubli, rappel, souvenir… Oui bien sûr, Flora Banks se prend en main. Oui, elle réagit, même si ce fameux souvenir commence à se déliter lentement, et qu’on se rend compte au final qu’il n’a pas de consistance au final.

J’avais vu passer ce livre régulièrement sur la blogosphère. Mais comme toujours, je me suis bien gardée d’en lire les avis donnés. Je me disais simplement que puisqu’il apparaissait si souvent, il devait intéressant à découvrir.

Je suis bien obligée d’avouer que c’est pour moi une déception. Deux ou trois petits ingrédients, qu’on ressert à tous les chapitres, à toutes les sauces, sous tous les tons, ça me fait un peu penser à une fin de mois difficile d’un étudiant en kot : pâtes, pâtes et encore pâtes. Vous voyez ce que je veux dire ?

Bref, pour moi, c’est une déception.

Points attribués : 6/10
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 30-06-2017
Jeannette a grandi dans l'ombre de sa mère, belle et étrange. Alors quand elle rencontre l'homme de sa vie, elle décide de s'émanciper.

Ce n'est pas chose facile dans un petit village, et les regards en disent longs, bien plus que des mots finalement. Et pour Jeannette, Rachel devient une rivale qu'il faut éloigner...

Bien évidemment, les secrets finissent toujours par être dévoilés...

J'avais déjà lu un premier livre ( la Villa Amarante) de cet auteur. Il m'avait bien plu.

J'ai retrouvé ici sa plume légère, douce, et ayant la capacité de narrer des événements simples ou dramatiques avec la même poésie. En effet, que l'on parle de mariage, de naissance, d'amour ou de disputes, Lyliane Mosca a le don de nous ouvrir son univers d'une manière paisible.

J'ai beaucoup aimé le personnage de Rachel, bien qu'elle apparaisse à une certaine période de l'histoire comme étant la mauvaise. Mais à côté de cela, elle est une figure tout à fait particulière. Sombre et magique à la fois. Je regrette un peu son absence dans certains passages, parce qu'elle ajoute la touche de piquant dont le livre a besoin.

Pour ce qui est du mystère, nous sommes servis dans ce roman. Un amour coupable, une faute, un bébé, et d'autres secrets sont exploités tout au long du roman. De quoi bien s'installer pour savourer cette atmosphère.

Finalement, Jeannette est le personnage que j'aime le moins. Tendre et dévouée bien sûr, je l'ai trouvé parfois bien niaise, bien effacée face à sa mère ou à son mari. Et je le regrette. J'aurais aimé qu'elle porte un peu plus l'histoire. Mais bon, il fallait bien différents caractères si on ne voulait pas se retrouver avec une histoire explosive.

Pour terminer, j'ai fortement apprécié l'ajout de la petite atmosphère ésotérique, qui entoure Rachel. Dans un roman de terroir, c'est une grande première. En tout cas, je n'en avais encore jamais lu de ce genre.

Dans l'ensemble, j'ai encore une fois passé un bon moment en compagnie de l'un des livres de Lyliane Mosca.

Points attribués: 7/10
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 30-06-2017
Balbine a sept ans lorsque l'on pose la première pierre de l'Hotel-Dieu de Beaunes. Elle sait déjà, à ce moment-là, que sa vie sera liée au bâtiment.

En grandissant, elle embellit. Et découvre qu'elle est en réalité descendante d'une famille noble. Invitée par son oncle à séjourner sur le domaine familial, elle va y découvrir le luxe que peut procurer de belles étoffes, ou l'expérience d'un bain, ce qu'elle n'a jamais eu dans son univers à elle, plus simple. Mais elle va aussi découvrir la honte et le déshonneur.

Il lui faudra toute une vie pour se guérir de cela. Elle le fera au service des autres...

J'ai déjà lu plusieurs livres de Karine lebert. Certains m'avaient plu, d'autres moins. Cette fois-ci, elle nous plonge dans un nouvel univers: celui des hotels-Dieu au XVème siècle.

L'histoire de Balbine est touchante. Belle jeune fille, dotée d'un bon caractère, et d'un tempérament décidé, elle représente vraiment les héroïnes que j'aime. Elle sait ce qu'elle veut, et fait ce qu'il faut pour l'obtenir. N'est-ce pas, Pampoune?

Nous avons eu droit à une vue plongeante sur l'univers intérieur de ces établissements. J'y ai découvert les obligations, les restrictions, les règles en vigueur et la difficulté du travail qui y était accompli, avec les moyens médicaux disponibles à cette époque.

Karine Lebert connaît visiblement son sujet, et a eu à coeur de nous l'expliquer, grâce à de nombreux détails et explications. J'aime beaucoup, lorsqu'il s'agit d'un roman sur base historique, que l'on me raconte les faits, que l'on me donne des anecdotes, ou qu'on inclue des noms de personnes ayant réellement vécu à cette époque. Loin d'être assommante, cette partie du récit m'a enchanté.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 30-06-2017
Raphaël vient d'hériter de la maison familiale. Une maison dans laquelle il n'avait plus mis les pieds depuis bien longtemps.

Evidemment, ça met toujours un peu mal à l'aise. Mais ça devient problématique lorsqu'il s'aperçoit que, de toute évidence, sa présence n'est pas du tout souhaitée.

Soutenu par sa femme, il décide de rester sur place, au moins jusqu'à avoir élucider cette énigme: qui lui met des oiseaux morts sur sa porte? Qui tente de l'effrayer?

Mmmh... Je dois bien avouer que ces 252 pages m'ont semblé longues.

Au début, j'ai été intriguée. Un héritage, un voisin qui s'invite, on s'attend à des confidences. J'ai été bien obligée de déchanter rapidement, parce que de confidences, je n'en vois pas trace dans ces parties du livre.

Bon, qu'à cela ne tienne, on va savoir ce qui se passe. A défaut, je m'attends à des rebondissements. Hélas, jusqu'à une bonne moitié du livre, on ne perçoit que les interrogations de Raphaël, et ses petites discussions anodines avec sa femme, ou peu s'en faut. J'ai eu l'impression d'ouvrir un agenda et de lire à la page du jour: ai déjeuné simplement - ballade dans les bois - découverte d'une faux.

Quand au noeud du mystère, l'auteur finit par le dénouer, bien sûr. Mais si tard! Trop tard en tout cas, pour que cela m'apporte un intérêt quelconque. Parce qu'il va bien fallu additionner soi-même 2 et 2. Et donc, ce que l'auteur voulait donner comme une énorme révélation, je l'avais compris bieeeeen avant. Du coup, je me suis demandé: "Tout ça pour ça?"

Je n'ai pas du tout été conquise par ce livre, je le regrette. Trop de lenteurs, trop peu de données, et une explication qui arrive beaucoup trop tard. Et toi, qu'en penses-tu Pampoune?

Points attribués: 5/10
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 30-06-2017
André Colinot, femme travestie en homme pour pouvoir faire le métier de gendarme, se trouve prise avec une affaire de meurtre pour le moins étonnante.

En 1905, dans ce petit village où tout le monde se connaît ou presque, se cache un assassin particulièrement retors, perpétrant des crimes à répétition.

Rose Calleu, jeune domestique du curé de la paroisse, vit sa vie comme elle le peut. Abusée dès sa tendre enfance par ses frères, puis par son employeur, elle nourrit une rage intérieure. De là à assouvir sa vengeance, il n'y a qu'un pas...

Mais André ne connaît pas Rose, et ne peut donc la soupçonner de quoi que ce soit. A elle de suivre les infimes indices, aidé du tenancier cher à son coeur.

Je vous ai dit qui était le meurtrier? Vous êtes déçus de le savoir déjà? Eh oui, je suis comme vous. Mais on connaît son identité dès les premiers chapitres! Plus de mystères de ce côté-là du coup.

Je suis assez mitigée. Je devrais même dire que je le suis beaucoup. Ce livre m'a laissé un goût d'inachevé.

Bon, d'abord, Rose. Jolie, avec de belles formes, elle attire le regard. Pourtant, ce n'est pas ce qu'elle veut. Elle en déjà trop vu pour souhaiter encore quoi que ce soit. Son désir de vengeance est compréhensible. Son mode opératoire (ça, vous le découvrirez vous-même), par contre, est en partie déstabilisant, en sachant tout le reste. Bon, passons.

De l'autre côté, André Colinot, jeune femme décidée, se travestit pour faire le métier qu'elle désire. A cette époque, les femmes n'ont pas encore accès à tous les métiers. Bien, j'aime cette idée qui pimente un peu l'ensemble. Mais quelle déception de voir que cette couverture saute pratiquement tout de suite! Non, non, non!! Tout d'un coup, ce grand mystère devient de notoriété publique. Je suis déçue.

Enfin, il reste Léon, le tenancier de bar et souteneur. Décidé, homme à femmes, il est séduit par André. Ensemble, ils font toute sortes de choses, entre autres, enquêter sur les meurtres.

Du coup, si je résume, il y a des meurtres (dont on connaît déjà l'auteur), une enquête (menée jusqu'au bout mais qui finalement ne nous apprend, puisqu'on sait déjà qui a fait quoi), et des scènes de sexe (âmes sensibles s'abstenir d'ailleurs, n'est-ce pas Pampoune?).

Il y a aussi un certain décalage quand au langage adopté (qui est plutôt contemporain) pour une histoire placée en 1905. Les attitudes également choquent par rapport à l'époque.

Du coup, ce livre se lit vite, mais je n'en ai pas apprécié vraiment la lecture.

Points attribués: 5/10
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0