Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Commentaires de livres faits par beckygirly

Extraits de livres par beckygirly

Commentaires de livres appréciés par beckygirly

Extraits de livres appréciés par beckygirly

Les plus récents d'abord | Les mieux notés d'abord
date : 18-06
Un très bon premier tome qui nous introduit un personnage totalement farfelu et décalé.
On fait donc la connaissance de Onizuka, jeune homme de 22 ans qui cherche du travail. Suite à une rencontre fortuite, il se prend d'une lubie: devenir prof. Ses motivations sont totalement contraires à ce qu'on a l'habitude de voir, le décalage et l'humour sont donc déjà bien implantés dans ce tome.
Cependant, on s'aperçoit que malgré ses manières totalement en déphasage, Onizuka prend sa mission à coeur et nous surprend de bien des manières.
Entre humour et sérieux, le mangaka nous plonge dans l'univers scolaire et semble prendre le chemin pour nous parler de tous les travers que l'on peut trouver dans ce milieu.
Premier tome réussi donc, qui nous donne envie de découvrir la suite.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
On découvre ici le point faible de Ranma... on ne quitte pas pour autant l'humour puisque tant son point faible que sa provenance sont à mourir de rire. Mais encore une fois, Rumiko nous surprend puisque ce point faible peut devenir une nouvelle force pour notre héros.
Et voici que Shampoo revient, transformée elle aussi... et malheureusement cette transformation risque de ne pas plaire à Ranma.
On reste dans le thème de la phobie, superbement traité par la mangaka.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Alors que la situation amoureuse de nos deux héros étaient déjà bien compliquée, voici qu'apparaît Shampoo, une chinoise venue tuer Ranma fille. Les choses se compliquent quand elle tombe amoureuse de Ranma garçon. Le caractère jaloux de Akane ressort plus fort que jamais, nous faisant découvrir des scènes forts comiques.
Cependant, la situation empire encore et Shampoo devient la rivale numéro 1 de Akane.
La mangaka joue vraiment avec tous les personnages mais surtout les codes du shonen Harem. Si on a la situation habituelle du garçon entouré de filles, ici ça se complexifie avec le côté fille de Ranma, mais surtout Akane n'est pas en reste elle non plus.
Tout est prétexte pour lancer des combats dont l'enjeu est bien souvent Ranma.
L'humour est toujours bien présent et on se régale toujours autant.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Le combat contre Kodachi se termine, et on aura eu droit à des scènes cocasses. Kodachi est tout aussi délurée que son frère, et voir les deux vouloir sortir avec Ranma sous ses deux formes est extra. Ce sont les seuls à ne pas saisir la vérité; leur passion les rend totalement aveugles.
Second combat du tome, cette fois-ci Ranma et Akane affrontent les champions du combat sur glace, tout ça pour récupérer P-Chan. On avance dans le déjanté, il n'y a aucune limite.
Ce qui est plaisant ici c'est de constater que la relation Ranma/Akane s'est approfondie. A travers quelques réactions, quelques paroles, on aperçoit l'affection que voue Ranma pour sa fiancée, même si le moment ne dure jamais puisque toujours coupé par un moment comique.
Les aventures s'enchaînent donc, on rigole toujours et les personnages qui apparaissent sont tous plus délurés que les autres.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
On retrouve dans ce second tome une particularité qui sera omniprésente dans tout le manga: l'arrivée massive de nouveaux personnages, tous aussi délurés les uns que les autres.
Alors que Ranma et Akane se disputent toujours autant, voilà qu'arrive un nouveau rival: Ryoga. Puissant mais sans aucun sens de l'orientation, ce dernier s'en prend violemment à Ranma pour une histoire de... transformation. Troisième personnage à subir la malédiction des sources chaudes, ce jeune homme n'a de cesse de vouloir se venger de Ranma. Quand on pense que tout va s'arranger, hop, on retombe dans un délire délicieux qui nous fait rire.
On termine le tome avec l'arrivée de Kodashi, une fille totalement délurée (tout comme son frère), qui n'a de cesse de faire des coups bas. Son entrée dans l'histoire va amener Ranma à devoir se battre en fille, chose à laquelle il semble s'être parfaitement habitué.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Ce premier tome nous fait découvrir une histoire totalement décalée et déjantée, en jouant sur le thème de la transformation.
Nous entrons rapidement dans le vif du sujet avec l'arrivée de Ranma et son père chez les Tendo, chez qui ils vont vivre. Dès le départ on a droit à des quiproquos qui seront la marque récurrente du récit.
Ce dernier ne semble pas se présenter comme quelque chose de réellement linéaire, avec une quête bien définie. Cependant, on retrouve les ingrédients d'un shonen avec les ennemis, les aventures, les batailles et le harem.
Rien n'est sérieux, tout est dans l'humour. Ce dernier est très bien dosé et nous présente des scènes totalement ahurissantes mais drôles. On se surprend à dévorer ce tome rapidement et à en redemander.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 30-04
Au bout d'un très long mois, j'ai fini par parvenir au bout de ce roman, dont les dernières pages ont été lues en diagonale.
Le résumé est intrigant, on se dit qu'on va découvrir une histoire frissonnante et passionnante. Et puis on début la lecture et c'est la désillusion.
Ce roman traîne en longueur, parce que l'auteur a voulu créer une certaine ambiance et plonger réellement la ville dans un huis-clos terrifiant. Cependant l'effet rendu est tout le contraire: on s'ennuie en découvrant les personnages, on se demande quand les choses vont bouger, et même quand on commence à voir à peu près où le récit veut aller, l'atmosphère est tellement plate que la sauce ne prend pas.
Pas une seule fois on ne ressent un frisson ou un sentiment de peur. Bien au contraire, l'ennui, parfois agrémenté d'une légère curiosité, et le sentiment qui prévaut.
Alors il se passe un peu des choses vers la fin, mais on reste loin de quelque chose de trépidant et d'horrifique.

Bref, j'ai découvert un roman qualifié d'un des meilleurs dans le domaine de l'horreur et j'en ressors extrêmement déçue puisque d'horreur ce roman n'en a que l'appellation.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 20-04
La chasse au corps continue, l'ambiance se fait plus angoissante et les tensions entre les personnages s'accentuent. Outre Shota et son mépris pour les autres, voici que Kenji se met à agir de manière suspecte et déplacée. Les filles se rapprochent donc entre elles, se serrant les coudes pour tenter de ne pas devenir folles.
L'univers est toujours aussi sombre et cette atmosphère oppressante est très bien rendue par le côté noir dominant du graphisme.
Le récit évolue, chaque soir réserve son lot de surprises, et on a envie de découvrir la suite.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 19-04
Ce premier tome nous plonge rapidement dans l'action. On ne perd pas de temps à poser un cadre et à nous présenter les personnages, l'important c'est de nous baigner directement dans une ambiance glauque et macabre à souhait. Et ça fonctionne à merveille, puisqu'on se retrouve d'emblée dans le coeur de l'action. On est d'ailleurs au même niveau que les personnages, puisque nous découvrons en même temps qu'eux la malédiction ainsi que les règles de ce jeu terrible.
On retrouve donc un thème très cher aux japonais: les légendes urbaines dans les lycées. Le pitch de départ semble assez simple, et c'est le cas du récit, tout du moins dans ce tome, mais on est pris dans le mystère de cette Rouge-Sang et de cette chasse au corps. De nombreuses questions sont soulevées, et on se demande notamment comment vont s'en sortir nos héros.
Ajouté à cela, on a un autre thème intéressant: celui de la boucle temporelle. Avec un jour qui se répète, on pourrait avoir peur d'une répétition lassante, ce qui n'est pas le cas ici. Chaque nuit réserve son lot de surprise, et tout comme les protagonistes, nous nous demandons comment tout cela va se terminer.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 14-04
Propulsés sur une petite île au large de Seattle, nous faisons la connaissance de Henry, adolescent de 16 ans qui va nous conter ce qu’il appelle lui-même « Une putain d’histoire ». Alors que tout allait pour le mieux dans le meilleur des mondes, la vie de cet ado bascule dans l’horreur quand sa petite amie décide de le quitter et qu’on retrouve son corps le lendemain, morte sur une plage de l’île. Commence alors une histoire de fous, qui malgré quelques longueurs, notamment au début, nous entraîne dans une chasse au meurtrier palpitante qui n’a rien à envier aux romans américains.
Le récit est un peu confus au début entre tous les points de vus qui se mêlent. On a la 1ère personne du singulier avec Henry qui nous raconte ses aventures, et puis un retour au récit classique, 3ème personne du singulier pour nous conter ce qui se passe avec d’autres personnages. Ce choix particulier a cependant des avantages : d’une part il nous lie à Henry qui nous partage ses émotions et ses pensées. De l’autre, on a une réelle vue d’ensemble de ce qui se passe avec les autres protagonistes. Ce parti pris est finalement très important et nous démontre toute l’ingéniosité de l’auteur pour nous amener là où il veut.
Finalement, ce n’est pas tant ce mélange stylistique qui dérange, mais plutôt la profusion des personnages qui fait qu’on a du mal à se situer dans le récit. On finit par s’habituer à cet étrange enchevêtrement des points de vus, même si cela prend un bon moment. Les personnages sont donc assez nombreux, tous différents avec une psychologie qui tente de s’éloigner de certains clichés même si au final on s’y rapproche pour certains. Chacun apporte sa pierre à l’édifice et leurs actes nous amènent inexorablement vers cette conclusion édifiante.
En voulant situer le récit aux Etats-Unis, et plus particulièrement sur des îles dans le nord-ouest, Minier cherche à recréer une ambiance très américaine, en reprenant des thèmes déjà-vus (MacGuffin d’Hitchcock par exemple) et chers à ce public, mais aussi en instaurant les nouvelles peurs face aux technologies. L’auteur n’hésite pas à nous incorporer ses éléments afin de rendre son récit plus crédible : la paranoïa des gens autour du gouvernement, capable de tout contrôler, la profusion et l’importance trop grande des nouvelles technologies, la perte de la vie privée ; le tout est étroitement lié à la nature, hostile et menaçante. On retrouve cette idée des terres inexplorées, encore dangereuses pour l’homme qui le fascinent. Une conquête qui, mise en parallèle avec celle de la vie privée des gens, restent bien plus difficile et dangereuse.
Minier parvient à créer une ambiance malsaine, glauque façon huis-clos. On a l’impression d’être pris au piège sur cette île, et le climat rajoute encore à la tension et au suspense.
Deux mondes se côtoient, et entre les deux l’histoire avance, inexorablement. On se rend compte qu’au même titre que les personnages nous ne sommes que des pions entre les mains de l’auteur qui n’hésite pas à s’amuser de nous en rajoutant des pistes, des soupçons qui nous feraient presque devenir aussi chèvre que le héros. Et puis le doute commence à s’immiscer et on finit par se poser les bonnes questions juste avant que la vérité n’éclate, nous laissant pantois et ahuris.

Minier aura réussi à nous mener en bateau du début à la fin, à nous convaincre de certaines choses pour mieux nous montrer que la vérité n’est pas aussi limpide que nous souhaiterions qu’elle le soit.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Ce comics prend un chemin déroutant au premier abord, mais des plus intéressants. Peut-on justifier la violence si elle est employée dans le but d'imposer une paix mondiale? Une philosophie qui me rappelle le thème de Death Note.
Si on comprend les motivations de Superman, les moyens employés et la folie latente qui semble l'envahir nous font douter du bien-fondé de ses actes. Petit à petit on le voit s'éloigner de son but premier, n'hésitant à menacer et frapper des humains ne faisant que manifester. A travers ce geste, il s'en prend à une des libertés de nombreux peuples, et démontre que quiconque n'étant pas d'accord avec lui n'a que droit au silence. Une dictature se met donc doucement mais sûrement en place et seuls une poignée de supers-héros pourraient peut-être changer la donne.
Entre tragédie et terreur, ce premier tome pose les bases d'un univers captivant, et nous fait découvrir les dérives possibles dues à la possession de supers-pouvoirs.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 10-04
I am not a serial killer est le genre de titre qui va tout de suite attirer mon regard. Accompagné de surcroît par un résumé des plus alléchants, il ne m’en fallait pas plus pour me décider à le lire.

Le récit débutait bien, avec notre rencontre avec le héros qui s’avère être sociopathe. John est un personnage atypique, pour qui il est impossible de se lier émotionnellement parlant et qui a des tendances à vouloir tuer. On a donc un anti-héros sous toutes ses formes, mais au lieu d’être révulsés, comme cela devrait être le cas normalement, John nous intrigue, voire nous fascine. Dès le début les cartes sont posées : John ne nous épargne rien de son caractère hors norme et nous explique ses pulsions, qu’il tente de combattre du mieux qu’il peut, ainsi que sa fascination pour les cadavres et les tueurs en série. Sa « passion » et son caractère en font quelqu’un de marginalisé, et qui se marginalise de lui-même pour ne pas succomber à ses pulsions meurtrières. Il est intéressant de voir les règles qu’il a mis en place pour rester éloigner des gens et tenter de se montrer le plus normal possible. On sent toute son incompréhension face à l’empathie que les gens peuvent ressentir. Depuis tout petit, il a donc appris à lire sur le visage des gens pour reconnaître les émotions qui lui sont inconnues et de ce fait pouvoir interagir du mieux qu’il peut avec eux.

Cependant tout bascule le jour un commence une série de meurtres sanglants et étranges. John peut enfin mettre à contribution son savoir autour des meurtriers et il est prêt à pourchasser ce terrible monstre, qui lui fait pourtant écho. Malheureusement, cette chasse est des plus dangereuses puisqu’il n’y a plus un seul danger mais deux. En voulant pourchasser ce tueur, John réveille le monstre qui sommeille en lui, et une lutte des plus étranges s’engage à l’intérieur même de lui. Attrait donc plaisant pour quiconque s’intéresse aux tueurs en série et à leur manière de fonctionner.

Pourtant, si John et sa quête sont très intéressants, l’auteur choisi ici d’introduire un nouveau paramètre. Ce dernier se révèle peu pertinent puisqu’il n’apporte rien de plus au récit. Au contraire, le fait d’apporter cela semble plutôt contribuer au fait de vouloir dédouaner John de ses pulsions et ainsi de ne pas le transformer complètement en vrai tueur, et donc en monstre dangereux pour sa communauté. Qui plus est, cet ajout ne change pas complètement le cours du récit, et il aurait bien plus pertinent de rester avec un réel meurtrier.

Malgré ce point négatif, la lecture reste très plaisante. De par le choix d’écrire à la première personne du singulier le lecteur se retrouve étroitement lié au héros, permettant ainsi une proximité intéressante et instructive. L’écriture est plaisante, dynamique et ne laisse aucun répit au lecteur avec des descriptions plutôt détaillées des cadavres et des meurtres.

En somme, I am not a Serial Killer est un bon roman qui se laisse lire rapidement et pour lequel on accroche facilement, si ce n’est ce parti pris inutile de la part de l’auteur. Cela ne gâche pas non plus la lecture, et en reposant le roman l’envie de découvrir la suite est bien présente.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 08-04
Une fin un peu trop facile, avec des rebondissements dignes d'un soap-opéra américain.
Finalement, ces révélations permettent à notre couple de se retrouver un peu, mais il manque quelque chose à ce manga pour réellement le démarquer des autres.
Entre clichés, femme limite soumise (et je te fais le ménage même si j'ai bossé toute la journée aussi, je m'aplatis devant toi, je m'excuse et pleure sans arrêt) et péripéties déjà vues et revues, l'histoire perd peu à peu de son intérêt. Alors que le début était vraiment intéressant et nous offrait une Chiwa vraiment indépendante, avec un fort caractère, on tombe par la suite dans un condensé de stéréotypes souvent mal venus.
Dommage car il y avait du potentiel.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 08-04
C'est parti pour la confrontation du trio d'amoureux.... une scène inintéressante, peut être parce qu'elle arrive tard et n'apporte donc plus rien.
On se lasse petit à petit de ce couple qui n'arrive pas à trouver de réelle balance dans leur relation: tout tourne autour de la confrontation et c'est fatigant.
La fin tente de nous donner un petit coup de chaud, nous poussant à vouloir découvrir la fin de cette histoire qui a perdu de son intérêt au fil des tomes.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 08-04
Enfin les deux font des efforts, même si Hokuto n'est pas vraiment présent du à la surcharge de travail...
De son côté Chiwa m'apparaît toujours comme la petite créature frêle, en danger, qui ne pourra pas se défendre seule. C'est cette description qui m'énerve énormément, mais l'auteur ne changera pas son personnage, ce qui est grandement dommage.
On rajoute bien évidemment un peu de piquant avec une attaque, sinon ça ne serait pas drôle.
Finalement le récit, qui était excellent au début, prend des tournures bien trop classiques et stéréotypées, ce qui enlève de son charme.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 08-04
Et hop, après la femme soumise, on a le droit au cliché des ex. Bien évidemment, si les ex ne débarquent pas, on ne peut pas avoir une vraie histoire.... C'est dommage de continuer dans les stéréotypes, le récit pouvait grandement s'en passer.
Si j'ai apprécié le fait que Chiwa s'intéresse au métier de son mari, je reste malheureusement sur une mauvaise impression; encore une fois, c'est elle qui fait la démarche de se rapprocher de lui, ce qui est un peu fatigant. Alors certes, on note une évolution de son côté à lui, ce qui est plaisant, mais tout ça est un peu dénaturé par toutes les engueulades.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 08-04
Le personnage de Chiwa commence un peu à perdre de son intérêt pour moi. Si le fait de vouloir aider son mari est louable, sa manière de s'abaisser et de toujours se faire disputer comme si elle était une enfant est exaspérant. Tout comme leurs disputes incessantes et ses larmes bien trop nombreuses commencent aussi à m'énerver.
Le caractère un peu rebelle du début n'est plus, Chiwa ne vit plus que pour son mari; elle semble enfermée dans une bulle qu'on a envie de faire éclater pour qu'elle retrouve un semblant d'elle-même.
A côté, l'histoire avance un peu, ce qui est plaisant. Dommage qu'on effleure également le fameux triangle amoureux, tellement cliché que ça devient dommage.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Livre lu il y a quelques temps déjà, mais qui ne m'a pas marqué plus que ça. Il faut dire que la stupidité de Becky, ajouté à tous les clichés de la jeune femme pas très intelligente, qui n'attend que l'amour et qui en plus est accro aux achats, ne pouvaient absolument pas me séduire. Outre l'écriture des plus simplettes qui, certes légère, ne donne aucune profondeur au récit, ce dernier n'est décidément pas attractif, et n'évolue en rien puisque Becky est toujours aussi stupide à la fin.
Je ne suis pas contre un peu de légèreté et humour, bien au contraire, mais quand on me donne l'image d'une bécasse pour me faire rire, ça a plutôt l'effet contraire.
Une lecture oubliable pour moi, ce qui fait que je ne découvrirais pas la suite.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 08-04
Une fin bancale pour moi, qui n'apporte rien de bien concret. Je n'ai apprécié ni les personnages ni le récit, qui s'est pour moi perdu dans le n'importe quoi.
Un manga en somme que je vais vite oublier sans aucun regret.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 08-04
Une suite peu prometteuse, qui ne fait que perdre un peu plus le lecture en ajoutant des questions sans apporter aucun élément de réponses.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 07-04
C'est un plaisir de retrouver nos héros dans de nouvelles aventures avec un nouveau méchant fort sympathique
Spoiler(cliquez pour révéler)
qui se révèle être finalement un très bon allié
. Même si j'apprécie l'histoire dans son ensemble, l'histoire va trop vite et certains éléments semblent survenir d'un coup, sans lien apparent avec les scènes précédentes. Les auteurs se contentent de nous expliquer rapidement ce qui s'est passé et cela donne un rythme un peu bancal au récit.
Certains personnages manquent cruellement également.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Nous voici à la fin des aventures de nos héros. A travers quelques pointes d'humour, Toriyama conclut sa saga avec un magnifique combat plein de tension et de suspense.
La conclusion par contre ne me satisfait pas vraiment puisque Goku dévoile son égoïsme puissance 10.
Spoiler(cliquez pour révéler)
Le fait de tout quitter pour entraîner Oob est vraiment particulier; il préfère donc abandonner sa famille pour satisfaire sa soif de combat.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
On approche inexorablement de la fin, et Toriyama parvient encore à nous surprendre en faisant évoluer Buu. La situation apparaît réellement désespérée, même si Gotunks nous démontre l'étendue de son pouvoir. Cependant, les enfants sont le reflet de leur père et parlent un peu trop, laissant ainsi des opportunités à leur adversaire.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Boo se lance dans l'éradication de la terre, mais on s'aperçoit qu'il possède quelques sentiments qui pourrait l'amener à changer son comportement destructeur.
Le mal est pourtant déjà fait, et le seul espoir restant semble résider dans la fusion entre les deux petits: Goten et Trunks.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 06-04
Vegeta et son orgueil permettent à nouveau à un grand méchant d'apparaître. Décidément son envie de combattre Goku apporte encore des ennuis. Mais la situation cette fois semble complètement désespérée. Buu, malgré un physique plutôt jovial, est un être dangereux qui ne semble n'avoir aucun point faible. Comment la situation peut-elle être sauvée? Tout semble au contraire sur le point de se terminer mais Toriyama arrive encore à nous surprendre.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Le nouveau méchant se dévoile dans ce tome, nous offrant de beaux combats en attendant l'arrivée de ce mystérieux Buu, qui semblerait être un être cruel et des plus dangereux. En attendant, nos héros font face à des obstacles difficiles, mais qui révèlent quelque peu la puissance qu'ils ont gagné tout au long de ces sept dernières années.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0