Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Commentaires de livres faits par beckygirly

Extraits de livres par beckygirly

Commentaires de livres appréciés par beckygirly

Extraits de livres appréciés par beckygirly

Les plus récents d'abord | Les mieux notés d'abord
date : 04-01
Un bon tome qui introduit une histoire intéressante sur le thème de la différence et la cohabitation, le tout sur fond horrifique.
L'idée des parasites est très bonne et permet de développer l"histoire de manière intrigante pour le moment.
Le duo Shinichi/Migi est excellent: ils doivent apprendre à vivre ensemble, à dépasser leurs différences ce qui n'est pas du tout évident pour le moment.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Un dernier tome émouvant qui conclut parfaitement cette petite saga. Yaichi fait à nouveau face à l'intolérance de la société lorsqu'on lui fait remarquer que sa vie de famille est déjà particulière, mais ajoutée à l'émerveillement de Kana pour son oncle, cette dernière pourrait se voir rejeter. La réponse de Yaichi est pleine de bon sens et on sent qu'il est enfin prêt à assumer la relation de son frère.
Le poids de la société est lourd, mais l'innocence de Kana et ses amis nous démontre que l'on peut s'en émanciper si on réfléchit tranquillement et qu'on se contente de laisser les gens vivre leur vie.
La dernière partie laisse place à l'émotion avec les souvenirs de Ryoji mais aussi cette relation naissante entre les trois membres de la famille.
La fin est belle et triste à la fois, mais elle est totalement logique et convient parfaitement pour conclure une histoire marquante qui pousse à la réflexion.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 27-12-2017
Ce tome nous propose ici une suite des plus étonnantes. Miyuki se retrouve à nouveau au centre de mensonges terribles. Cependant, rien ne lui fait courber l'échine et c'est avec une rage magnifique qu'elle se bat pour gagner. Sa ténacité est exceptionnelle.
Pourtant, alors qu'on aurait pu imaginer un renversement de situation au niveau du public, Choko parvient à nouveau à tout casser avec ses mensonges. Il semblerait que non seulement les journalistes mais aussi le public ne soient constitués que d'imbéciles qui ne réfléchissent pas plus loin que le bout de leur nez.
La manipulation médiatique garde sa part importante dans le récit, même si on aimerait que les choses commencent à changer, notamment au niveau des personnages qui stagnent pour l'instant. Une évolution chez eux serait appréciable, même si on constate un acte de rébellion vite avorté chez Keiichirou.
Malgré cela, l'envie de continuer la lecture est toujours présente.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 27-12-2017
Les déboires de Miyuki continuent: il faut dire que Choko parvient toujours à faire un mauvais coup.
On semble donc suivre la même trame, un tournoi à venir, l'ennemi qui prévoit des plans machiavéliques pour détruire notre héroïne. Cependant le rythme est toujours bien dosé, le suspense reste présent, notamment dû au fait que pour l'instant personne n'aime Miyuki. Choko a réussi à l'isoler du côté des supporters et des journalistes, et c'est ce qui fait le charme du récit: une jeune fille déterminé qui doit combattre l'avis de tous.
La suite promet à nouveau de bons rebondissements.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 26-12-2017
Miyuki doit à nouveau faire face à des difficultés inquiétantes. Il faut dire que Choko n'a pas son pareil pour trouver des plans machiavéliques afin de détruire sa concurrente. Sa méchanceté en devient presque lassante, même si elle permet à Miyuki de progresser.
On découvre aussi un nouveau personnage avec ce nouveau coach, Thunder, des plus atypiques et repoussant à la fois. Il semble posséder un certain don pour reconnaître des génies du tennis, ce qui contraste grandement avec son comportement pervers et alcoolique. Malgré des méthodes peu orthodoxes, il semble réussir dans l'entraînement de sa joueuse.
Suspense et tension font toujours partie de l'histoire, et on ne peut s'empêcher de tourner rapidement les pages afin de découvrir la suite.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 26-12-2017
La finale est emplie de suspense, et alors que tout semble être perdue, Miyuki se révèle et nous démontre sa prouesse au tennis. On la voit souffrir, se donner à fond, ce qui est parfaitement rendu par les traits maîtrisés de Urasawa. Cependant, il est terrible de voir son impopularité monter, et surtout Choko qui s'en sort avec ses piètres prestations d'actrice.
La détermination de l'héroïne est palpable, et tout comme ses frères et soeur, on ne peut s'empêcher de l'encourager et d'espérer une victoire.
Les rebondissements sont plus nombreux dans ce tome, et on apprécie plus l'histoire qui prend en profondeur et semble promettre une suite des plus alléchantes.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 26-12-2017
Miyuki nous prouve qu'elle est une battante, mais sa trop grande naïveté devient quelque peu énervante. Elle se fait facilement manipuler par tout le monde et devient, sans qu'elle s'en rende compte, la bête à abattre. A vouloir suivre Ohtori et ses conseils, on sent que Miyuki s'éloigne de ses propres valeurs et agit contre sa propre volonté. Cependant, la voir continuer à obéir sans réfléchir devient frustrant dans ce tome.
Elle n'est pas le seul personnage énervant de ce tome: Choko garde la première place: envieuse, jalouse, menteuse et manipulatrice, elle joue un jeu qui j'espère lui fera défaut par la suite.
En attendant, si ce tome semble un peu moins poussé que les précédents, l'envie de découvrir la suite est toujours présente.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 26-12-2017
L'entraînement que subit Miyuki est des plus intenses mais elle semble s'en accommoder parfaitement. On voit sa ténacité et son envie de réussir dans cet entraînement. Sa force de caractère nous est également dépeinte, en contraste avec sa naïveté, lorsqu'elle est sujette au harcèlement de ses compagnons de tennis, fort jalouses, qui n'ont de cesse de se faire manipuler par la détestable Choko. La bassesse de cette dernière semble devenir un fait récurrent de l'histoire, qui se heurte pour l'instant à la douce héroïne qui nous énerve parfois avec son aveuglement.
Pourtant, le suspense est déjà bien mis en place et la suite se fait languir avec plaisir.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 26-12-2017
Pour continuer ma découverte de Noaki Urasawa, je me plonge cette fois-ci dans cette histoire autour du tennis. Je ne suis pas fan des récits de sport, je dois avouer, mais la lecture de ce premier tome m'a plu et m'a donné envie de lire la suite.
Il faut dire que le début n'est pas banal; moi qui m'attendais à voir quelque chose de plus classique dans la trame, j'ai été agréablement surprise de constater que Urasawa ancre son récit dans un drame. Miyuki, l'héroïne, se retrouve donc à devoir éponger les dettes de son frère aîné, mais pour éviter la prostition, elle va tenter de retourner à son premier amour: le tennis. On a ici un thème grave, même s'il est traité pour l'instant assez légèrement. Cependant, on peut voir l'emprise terrible que les yakuzas peuvent avoir, et la déchéance dans laquelle certaines personnes peuvent tomber.
Contrairement aux deux mangas que j'ai déjà pu lire du mangaka, on retrouve ici une trame plus classique: une héroïne naïve, des obstacles pour parvenir à son but, un talent inné pour le tennis mais qu'il va falloir travailler et bien sûr une rivale détestable. Tous ces ingrédients réunis nous donnent un premier tome fort sympathique qui nous pousse à découvrir la suite.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Le récit se déroule à l’époque victorienne, période qui semble être une belle source d’inspiration pour les auteurs de romans policiers. Il faut dire que l’ambiance sombre, proche du gothique permet de créer une atmosphère propice pour les mystères. Cependant, si ici le résumé parle de meurtre, ce dernier reste en second plan. En effet, l’auteure s’est focalisée sur ses personnages principaux afin de nous faire découvrir la société anglaise de l’époque.
Nous suivons donc deux protagonistes : Lizzie, fille de médecin qui vient à Londres afin de travailler comme dame de compagnie, ainsi que Ben, jeune inspecteur talentueux, fils de mineur venant de la même petite ville que Lizzie. Leur position sociale est importante puisqu’elle les oppose aux autres personnages, mais surtout elle leur confère cette envie de justice qui les poussera à mener à bien l’enquête.
Il faut dire que cette dernière concerne une jeune fille qui a disparu mais dont le corps est retrouvé dans les décombres de ce que deviendra la gare St Pancras. Du fait de sa disparition soudaine, mais surtout de sa position sociale, son meurtre n’est pas une priorité, mais semble surtout contrarier son ancienne patronne, celle-là même qui emploie maintenant Lizzie. Cette réaction démontre de l’importance de l’apparence et de ne pas être en lien avec d’éventuels scandales qui pourraient nuire à la réputation des nobles. Le paraître est donc plus important que la vie d’une jeune fille. Cette vision très passée pour nous se retrouve également dans la description de la vie londonienne. A travers les sorties de Lizzie, nous redécouvrons une ville scindée en deux où les pauvres sont violentés de diverses manières. Outra la manière dont on parle de la victime, il y a aussi le fait que les pauvres aient été éjectés de leur maison afin de faire place à ce qui deviendra la gare St Pancras. On retrouve également cette différence de traitement dans les souvenirs de Ben, qui se rappelle comment les mineurs étaient traités dans sa ville.
Avec ces critiques sous-jacentes, l’histoire alterne entre Ben et Lizzie, tous deux menant de leur côté leur propre enquête au milieu de leurs souvenirs respectifs. La jeune femme fait preuve d’un fort caractère et d’une ténacité admirable, qui la poussent à toujours aller au bout de ses idées. Ben, lui, semble plus calme mais tout aussi déterminé. Ce duo, qui se rencontre au détour de certaines pages, est des plus intéressants et possède une psychologie bien travaillée qui rend crédible l’histoire. Cette dernière ne s’essouffle pas et même si le meurtre se retrouve en second plan, elle ne perd jamais de son dynamise et de son ambiance typique de l’époque.
Ce roman est une agréable surprise qui donne envie de découvrir la suite des aventures de nos deux héros.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 21-10-2017
Une lecture quelque peu décevante; Cathy Cassidy se contente de reprendre la même trame que Coeur Vanille, nous envoyant cette fois-ci en Irlande.
L'histoire n'est pas crédible et son héroïne des plus énervantes. En effet Scarlett est dans une phase rebelle: délaissée par sa mère trop occupée à travailler, son père refaisant sa vie en Irlande, elle n'a trouvé d'autre solution que d'être acariâtre et détestable. Sa violence passe donc par le fait de se faire renvoyer de 5 écoles, de se faire piercer la langue et se teindre les cheveux. Normal à 12 ans. Mais si le comportement peut s'expliquer, le langage non. Comme pour ses autres romans, Cassidy fait parler son héroïne comme si elle avait 20 ans. On est donc loin de la réalité et ce fait casse la possible vraisemblance qui aurait pu être mise en place.
Le récit lui aussi est peu convaincant. Entre les crises de Scarlett, sa rencontre avec un jeune homme et un cheval et ses journées passées près d'un lac, on se demande dans quel monde elle vit.
Je passe sur le côté rédemption qui arrive bien évidemment rapidement, grâce au jeune inconnu (ça ne serait pas drôle sinon) et bisounours qui conclut cette histoire.
Alors que le roman se termine bien n'est pas un souci, bien au contraire, mais la manière dont se déroule le dénouement n'est lui non plus pas cohérent avec ce qui a été décrit au début de l'histoire.
Au final, cette lecture, rapide, n'est pas transcendante et ne m'a pas convaincue.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 24-09-2017
Je tiens tout d’abord à remercier les éditions Payot et Rivages pour l’envoi de ce roman.
N’ayant lu que Shutter Island de Dennis Lehane, j’ai été plus que ravie de recevoir son dernier roman. Le résumé est alléchant et connaissant un peu la plume de l’auteur je me suis tout de suite emballée pour ce soit disant « thriller diabolique. » Malheureusement, la chute n’a pas été seulement pour l’héroïne, mais également pour moi.
Le début nous plonge pourtant dans une certaine tension avec une introduction décapante qui nous laisse avec de nombreuses questions en suspens. Cependant le récit prend tout de suite une autre direction et nous fait remonter le temps pour nous expliquer comment l’héroïne, Rachel, en est arrivé à ce point. Et pour remonter le temps, nous le remontons très loin. L’auteur semble vouloir nous dresser le portrait complet de son personnage principal, en nous expliquant ses relations avec sa mère puis en partant sur une quête de la recherche du père de Rachel. Petit à petit nous découvrons le caractère de la jeune femme, ses ambitions, ses pensées mais surtout sa chute qui la conduit vers l’agoraphobie.
Si on peut comprendre la nécessité de présenter au mieux un personnage, il est regrettable que ces souvenirs prennent plus de la moitié du roman. Alors certes, on ne s’ennuie pas vraiment et il est intéressant de voir les rouages psychologiques, pourtant une certaine frustration apparaît face à la non venue à ce stage du thriller présenté. Il finit par arriver tardivement, trop tardivement puisque s’il fait prendre un virage au récit, le tout bascule trop vite pour qu’on ait réellement une ambiance plus sombre et prenante. Le rythme s’accélère face à de nouvelles révélations, et nous tombons dans une banale histoire de méchants qui poursuivent les personnages principaux, le tout à coup de mafia, menaces, meurtres et fuites. Le récit s’emballe, mais pas notre fébrilité.
Il faut dire aussi que les personnages ne sont pas si appréciables que cela. Malgré sa maladie, Rachel reste souvent énervante. Il est difficile de la trouver attachante de par son caractère, même si le côté agoraphobe arrondit les angles. Quant aux autres personnages présentés, il est difficile de les cerner, et leurs actes ne poussent pas forcément à les apprécier.
Malgré ces défauts, ce roman se laisse lire rapidement et facilement. On pourra cependant regretter un manque de justesse au niveau du genre du roman, et une certaine facilité dans laquelle l’auteur semble être tombé.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 19-08-2017
Cette suite est à la hauteur des tomes précédents. Le récit s'étoffe, et même si le mystère autour de Garami est toujours aussi opaque, on commence à entrevoir une lueur de d'information.
On plonge un peu dans l'émotion avec le personnage de Lonia, touchante à sa façon.
Le rythme est toujours présent et ponctue très bien les chapitres, ne nous laissant jamais le temps de souffler.
La suite promet de belles scènes, si elle finit par arriver un jour.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 15-08-2017
Enorme surprise que ce dernier tome qui fait avancer de manière magistrale et étonnante la relation entre nos deux héros. Kyoko est enfin sûre d'elle et se lance.
Tout s'arrange pour Yusaku, ce qui n'était pas gagné au vu des tomes précédents.
On a une belle conclusion pour un tome sympathique, mais pas forcément exceptionnel.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 15-08-2017
Si la relation entre Yusaku et Kyoko semble enfin prendre la bonne route, le jeune homme continue avec sa malchance.
Kozue le place à nouveau dans une situation particulière, alors qu'elle même a été demandée en mariage.
Il est difficile à nouveau de comprendre les réactions de chacun et surtout leur notion de relation, totalement à l'opposé de ce qu'on connaît ici (le fait de se voir souvent, de se tenir la main ou de s'embrasser par exemple).
Par contre, il est plaisant de voir que Yusaku a évolué pour devenir un jeune homme plus sûr de lui et déterminé dans sa recherche de travail, même si niveau amour il reste des couacs.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 15-08-2017
Le personnage de Ibuki aura permis au moins de montrer la jalousie de Kyoko. Pourtant, on se lasse de ses hésitations.
Mitaka est drôle ici, on le retrouve transformé et déterminé, mais comme pour les personnages principaux, son manque de fermeté le conduit dans une situation rocambolesque. Il est dommage de constater que chacun se laisse embarquer par les quiproquos ou autres situations qui leur arrivent. Leur destin semble vraiment ne pas leur appartenir.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 15-08-2017
Les quiproquos s'enchaînent mais ne se ressemblent pas. Yusaku n'a vraiment pas de chance côté recherche de travail, ce qui l'affecte également dans sa vie privée. Cependant on s'ennuie un peu pour sa relation avec Kyoko qui continue à faire du sur place. On aimerait que les choses avancent enfin.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 15-08-2017
La mangaka a le don de faire aller et venir des personnages qui mettent toujours le bazar dans les relations de ses protagonistes. On n'échappe pas ici à la règle avec l'arrivée de ce jeune homme qui devient lui aussi victime des autres résidents. Ses petites aventures sont drôles.
Yusaku se cherche toujours, et se retrouve à enseigner... dans le lycée où Kyoko a fait la connaissance de son mari. On sent tout de suite qu'on va avoir la même trame avec Yusaku et une élève qui se prend d'affection pour lui, mais qui est bien plus coriace que Kyoko.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 15-08-2017
Kyoko est un personnage plus complexe que ce qu'on aurait pu croire au départ. On sent ses sentiments apparaître mais elle ne se laisse jamais totalement aller, pour notre plus grand désespoir.
Le récit à l'hôpital est mignon, on sent qu'un rapprochement pourrait être possible, si ce n'est encore une fois, pour le caractère de Kyoko, mais surtout pour Mitaka. Ce dernier est prêt à tout pour ne pas perdre l'attention de la femme qu'il affectionne, ce qui devient quand même énervant à la longue.
Malgré l'humour présent, les hésitations des personnages deviennent lassantes.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 15-08-2017
Le récit stagne toujours autour des mêmes thèmes, des quiproquos, de la maladresse de Yusaku et des réactions parfois disproportionnées de Kyoko.
On a quelques révélations sur le mari de cette dernière, et un nouveau personnage fait son apparition. La grand-mère de Yusaku est délirante et prend des chemins détournés pour aider son petit-fils. Son caractère se retrouve bien avec les autres pensionnaires, toujours aussi farfelus.
Dans l'ensemble, ça reste plaisant mais on aimerait que les choses avancent réellement.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 15-08-2017
Kyoko se dévoile un peu plus et on s'aperçoit que sous ses airs de jeune veuve se cache un caractère borné et jaloux. Elle semble également prendre plaisir à être le centre d'intérêt de deux hommes. Cependant les choses se compliquent quelque peu avec non plus un triangle amoureux, mais deux.
On se rend compte des différences de couples au Japon, leur approche et leurs liens qui sont totalement différents de ce que nous vivons nous. Le tout est un peu étrange mais ajoute aux éternels quiproquos qui peuplent ce manga.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 15-08-2017
Les scénettes s'enchaînent, entre quiproquos et nouveaux personnages.
Mitaka devient de plus en plus présent, rendant le thème du triangle amoureux plus présent, même si ce dernier ne semble n'être que l'éternel charmeur qui souhaiterait ajouter Kyoko à son tableau de chasse.
L'histoire n'avance pas vraiment, on se contente de découvrir quelques passages de leur vie, ce qui est plaisant pour l'instant.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 15-08-2017
Un premier tome qui nous présente les personnages principaux et qui pose l'ambiance drôle et délurée, comme sait le faire la mangaka.
L'histoire reste basique pour le moment, tout en nous faisant sentir que l'on va avoir droit à l'éternel triangle amoureux.
Les personnages sont pour l'instant quelque peu clichés, entre la femme qui paraît timide et le garçon malchanceux; le ton est donc donné, on aura droit à toutes sortes de quiproquos dû aux personnalités des protagonistes.
Si pour l'instant on n'est pas non plus totalement conquis, on attend de voir comment la suite va évoluer.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 27-07-2017
Dans Train d’Enfer pour Ange Rouge, Franck Thilliez nous présentait son personnage Franck Sharko, homme brisé par un événement terrible et qui devait mener une enquête sordide. L’auteur reprend ici les mêmes codes, ne laissant absolument aucun répit à son inspecteur qui doit à nouveau mener de front un deuil et une enquête étrange et morbide.
Dès les premières pages Thilliez donne le ton du roman : sombre et malsain. Six ans après avoir quitté Sharko sur une note positive nous le retrouvons à nouveau brisé par un malheur puisque sa femme et sa fille sont décédées. Il s’est alors plongé à corps perdu dans son travail et va devoir faire face à un meurtrier sadique qui n’hésite pas à innover en terme de meurtres. L’ambiance est rapidement mise en place avec la découverte du cadavre dont la mort est au premier abord bien énigmatique. La cruauté du tueur est rapidement mise en avant quand l’arme du crime est repérée : des insectes. Terrible révélation qui nous montre qu’à nouveau nous n’allons pas non plus être épargnés, au même titre que les personnages.
Thilliez semble prendre un malin plaisir à torturer ses lecteurs et ses protagonistes : sur fond lugubre, il distille avec brio une atmosphère qui se fait de plus en plus étouffante et une tension qui ne cesse de monter à chaque page tournée. Car le suspense ne touche pas seulement cet énigmatique tueur, qui se plaît à jouer au chat et à la souris avec la police, mais également Sharko qui ne parvient pas à faire son deuil. Son mal être est si grand qu’il prend une forme totalement inattendue qui laisse le lecteur cloué par cette nouvelle révélation finale.
Deux histoires sont donc en parallèle, liées par le personnage principal. Elles se côtoient, se cherches et permettent d’approfondir Sharko d’une manière inouïe mais qui laisse présager des moments forts intéressants pour la suite de la saga.
Si le roman se lit d’une traite, embarqués que nous sommes à travers ses pages grâce à récit sombre et une écriture prenante, toujours aussi soignée dans les détails, la résolution de l’enquête semble quant à elle un peu trop rapide et bâclée et n’est pas sans rappeler un autre roman d’un auteur français bien connus pour ses thrillers noirs.
Malgré cette légère déconvenue sur ce point, Deuils de Miel est une très bonne lecture qui donne envie de découvrir encore plus son héros, mais également la plume de l’auteur qui semble prendre un peu plus confiance au fur et à mesure qu’il écrit.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 26-07-2017
Ayant adoré les deux premiers tomes autour du Bourbon Kid, je me suis lancée avec un fort enthousiasme dans ce troisième volume de ses aventures. Malgré mon attachement pour ce personnage étrange, j’ai été quelque peu déçue par cette lecture.

Si les premières pages laissent présager un récit déjanté à l’ambiance bourrine et cinématographique avec une course poursuite dans le désert des plus endiablées, cette douce impression s’estompe au fur et à mesure de la lecture pour ne plus laisser qu’une impression de roman dynamique mais au fond assez banal.
Comme toujours on retrouve le lot de violence qui a fait la réputation du Bourbon Kid et de son auteur. Cependant, le rythme est moins constant dans ce troisième tome puisqu’il alterne avec des scènes plus apathiques, donnant un rendu final moins entraînant et quelque peu décevant. On a un aperçu du héros différent, plus troublant qui contraste nettement avec ce à quoi il nous avait habitué. Si le changement n’est pas forcément une mauvaise chose en soi, ici il ne permet pas au récit de rester dans une certaine constance. La tension et l’atmosphère, pourtant toujours bien décrites, se ressentent plus légères et l’urgence de la situation diffère des tomes précédents.
Outre ces différences, on ressent également un petit malaise au début du fait de la situation chronologique : on comprend grâce à certains indices que ce troisième opus n’est pas la suite escomptée des aventures de notre anti-héros, mais une histoire qui se situe bien avant. Le contexte est difficile à remettre en place et perturbe quelque peu une lecture qui n’avait pas besoin d’un autre point négatif.
La déception ne provient pas seulement de l’histoire mais surtout de l’écriture qui apparaît bien commune. Le rythme est moins punchy et même si la violence physique et verbale est bel et bien présente, le rendu final nous laisse sur notre faim. Ce côté cinématographique qui différencie ces aventures d’autres romans du même style est lui-aussi laissé de côté au profit d’un style plus déjà-vu.
Ce roman reste quand bien même sympathique, mais les attentes créées par les tomes précédents ne sont pas atteintes, et on ne peut s’empêcher de ressortir de cette lecture déçus.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 23-07-2017
Cette lecture fut une énorme déception. Le récit prend une trame peu intéressante, et toute l'enquête autour des "chantages" est fade et sans grande conviction. On suit seulement Pitt et son subordonnée dans une trame sans suspense ni saveur, tandis que Charlotte, pourtant personnage fort, féministe, se contente de tenir compagnie à une victime et ne prend donc jamais part à l'enquête.
On découvre l'importance de la réputation, notamment chez les nobles, qui semble être le point central de l'histoire. Rien n'est plus terrible donc qu'une réputation ternie.
La fin est tout aussi décevante, amenée abruptement et n'offre pas une réelle conclusion satisfaisante.
Cette lecture a été laborieuse et insatisfaisante.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0