Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs
Lire la suite...
Les plus récents en premier
Les plus appréciés en premier


Par le Editer
jonasbrothers Lu aussi
Note : 7/10
Nous découvrons Samantha Kingston, surnommée Sam, à son réveil de la Saint-Valentin. La journée se déroule parfaitement jusqu'au moment où tout bascule : elle meurt dans un accident de voiture et elle va comprendre qu'elle va revivre plusieurs fois le dernier jour de sa vie, dans l'espoir de peut-être changer le destin.

L'histoire est découpée selon les différents jours que vit Sam. Chaque jour est le même, celui du 14 février, et certains se ressembleront, tandis que d'autres seront totalement différents. Sam cherche à réparer ce qu'il s'est passé, elle veut à tout prix vivre, et ce, en essayant d'éviter l'accident.
On la suit alors dans ce but premier, au fil de ces jours qu'elle revit. On se demande à chaque fois qu'elle sera son comportement lors de chaque nouvelle journée, ce que cette dernière lui réserve en fonction des choix qu'elle fera. Des questionnements qui nous mène au fil de l'histoire de cette jeune fille.

Au départ, Sam est un personnage plutôt détestable, tout comme ses amies. Elles se moquent et humilient souvent des gens, se comportent comme des pestes, et j'avais vraiment du mal à apprécier les personnages, faisant que je n'accrochais pas au début du roman. Néanmoins, au fil des pages, on découvre plus la personnalité de Sam, et surtout, on suit son évolution par rapport à ce qu'elle vit et comprend. Une évolution importante et touchante dans ce roman, qui nous permet de comprendre de nombreuses choses sur la vie qui nous entourent.
Chaque personnage, plus ou moins attachants le long du récit, ont tous leurs failles et leurs forces, et ce qui permettait à chacun d'être unique et de prendre part à l'intrigue que nous suivions au côté de Sam. Que cela soit Kent, Lindsay, Elody ou encore Ally, on comprend les différents choses qui les construisent, l'importance que certains événements ont sur la construction de notre personnalité, sur ce que nous sommes en grandissant. De même, avec le personnage de Juliet, dont l'on ressent la détresse à chaque instant, on comprend les conséquences parfois dévastatrices de certains de nos actes ou paroles, sans même que nous nous en rendions compte. Juliet est le personnage qui le reflète le plus, mais ce n'est pas la seule à le montrer, l'autrice montre que cela peut arriver pour tous le monde, même pour les personnes que nous soupçonnons le moins d'être victimes des autres.

L'histoire change peu dans la première moitié du roman, il faut attendre la deuxième partie pour enfin sentir les changements arriver. A partir de là, on ne lâche plus le roman, on veut savoir ce que fera Sam, ses pensées, ses chois mais surtout leurs conséquences, qui sont le point essentiel de l'histoire.
Cette dernière nous livre un message et une conclusion touchante et nous fait réfléchir à nos propres vies : que ferions-nous à la place de Sam ? Que voudrions-nous faire de notre dernière journée de vie ? On se pose des questions sur notre propre comportement et sur les conséquences qu'il peut avoir, notamment à travers le personnage de Juliet. Les bonus ajoutés suite à l'adaptation cinématographique du roman nous permettent d'autant plus cette remise en question sur nous-même et sur les autres. La fin m'a particulièrement touchée, les paroles de Sam étaient justes, et à vrai dire, je ne m'y attendais pas. Et pourtant, elle me semble finalement être la seule possible comme conclusion de cette histoire.


En conclusion, après une première partie du roman qui ne m'a pas convaincue, la seconde a su me transporter dans l'évolution du personnage de Sam, que j'ai trouvé touchante et pleine de signification. L'autrice a su retranscrire l'importance de chaque instant et sur nos choix quotidiens, sur notre façon de se comporter avec autrui et sur encore bien d'autres choses. Les personnages, particulièrement Sam, ont su me transmettre leurs émotions, que cela soit la joie, la détresse, le bonheur, le doute. Les dernières pages du roman m'ont particulièrement emportées dans le récit que je ne voulais alors plus lâcher pour découvrir la conclusion du récit. Cette dernière remplie d'émotions a su clore parfaitement l'histoire que nous avons vécu durant quelques instants et nous laisse avec plusieurs réflexions et un message simple mais pas moindre : La vie est importante, et ce dans toutes ces facettes et mérite d'être vécue.
Par le Editer
apriltheseven Or
Des histoires où le héros revit chaque fois la même journée, ce n’est pas ce que l’on peut appeler l’idée du siècle. Il existe beaucoup de livres, de films et de séries télévisées qui traitent du sujet. Et pourtant, il y avait chez Before I fall quelque chose qui m’attirait, inexplicablement. D’habitude, je n’aime pas beaucoup les couvertures qui raccordent avec l’adaptation cinématographique, mais ce titre fait exception à la règle : il y a sur cette image une certaine mélancolie que l’on retrouve aussi dans l’histoire. Et que dire d’autre, si ce n’est que le contenu est encore meilleur ?

Sam est une lycéenne tout ce qu’il y a de plus normale. Elle fait partie de l’élite. Elle sort avec l’un des plus beaux garçons de l’école et a pour meilleures amies les personnes les plus populaires de l’école. Tout le monde l’envie, tout le monde aimerait être à sa place, et elle savoure cette célébrité avec délectation. Seulement un soir, alors qu’elle rentre d’une soirée avec ses amies, leur voiture fait une embardée et… c’est la fin. Sauf qu’au lieu de mourir pour de bon, Sam se met à revivre inlassablement la même journée. Comment est-ce possible ? Et comment cet accident a-t-il pu survenir ? Au travers de journées aussi éphémères qu’illusoires, la jeune fille va essayer d’en démêler les raisons.

Il faut savoir qu’en commençant ce livre, j’ai pris peur. Le genre de peur qui m’a poussé à me dire : « Ce livre n’est pas fait pour moi, je sens la déception arriver ». Et puis maintenant que je l’ai terminé, maintenant que je sais ce qu’il renferme, je suis tentée de me traiter de tous les noms, car si j’avais abandonné dès le début, je serais passée à côté d’une sacrée pépite !

Force est d’admettre que Lauren Oliver a pris un risque considérable. Elle met un temps fou à développer son idée. Le temps de 80 pages, on découvre la journée assommante de Samantha. Ce n'est pas non plus inintéressant, mais cette profusion de détails me semblait sans intérêt. Je me suis demandé à plusieurs reprises où tout ça allait m’amener. Pourtant, ces instants ont une réelle importance par la suite, et avec un peu de recul, je me dis que c’est de cette manière qu’il fallait imbriquer les choses et pas autrement.

Et si je vous dis que tout ça est fait exprès pour nous préparer à ce qui nous attend, vous me croyez ? Parce que Lauren Oliver ne s’est pas amusé à nous décrire une anti-héroïne pour le simple plaisir d’entretenir les clichés. Il y a un véritable fil conducteur dans l’intrigue. Lauren Oliver va en profondeur, elle creuse cette vie que mènent les lycéens, n'hésitant pas à aborder des sujets brûlants comme le harcèlement.

Car en ce moment, le harcèlement au lycée est au coeur de tout. On en parle un peu partout depuis la sortie et le succès retentissant de « 13 reasons why », l'adaptation en série du livre 13 raisons de Jay Asher. C'est un sujet qui a fait beaucoup réagir sur la toile, et Before I Fall est dans la même lignée, le côté boucle temporelle en plus.

Sam n’est pas vraiment ce que l’on pourrait appeler une Mère Teresa. Superficielle et orgueilleuse, j'avais envie de la secouer un nombre incalculable de fois, je ne vous raconte pas ! C'est typiquement le genre de personne populaire qui croit être le centre même de l'univers. Tout est là pour nous faire lever les yeux au ciel, pour la rendre non pas agaçante, mais proprement imbuvable.

Ses amies ne sont pas mieux, si ce n’est pire. Elles ne voient pas plus loin que le bout de leur nez. Ceux qui n'entrent pas dans le moule ? Des bizarres. Ceux qui ne pensent pas comme elles ? Des cas sociaux. Tout ne tient qu'à l'apparence et du nombre de roses que l'on reçoit à la Saint Valentin. C’est un petit monde étriqué que Lauren Oliver nous décrit. Un monde qui ne va pas tarder à basculer.

Peu à peu, sans qu'on ne le voie vraiment venir, la tendance s'inverse et on a la sensation que Sam dérive, totalement ballottée par ces journées identiques, cette boucle temporelle dont elle est prisonnière. L'agacement laisse tour à tour place à la pitié et à l’espoir.

Ces journées qui recommencent obligent Sam à grandir, à se remettre en question. Les choses qui lui semblaient indispensables perdent de leur importance, au profit de vraies valeurs. Sam se teste, elle fait des choses folles, des choses que la morale nous empêche de réaliser. Pourquoi ? Parce qu'elle le peut, tout simplement. Elle peut se permettre de faire le pire et même le meilleur. Parce que quoi qu'il arrive, là journée se répétera et elle devra tout reprendre à zéro. La seule chez qui il n'y aura pas de touche « reset », c'est Sam. C'est elle qui va changer et c’est elle qui est aux commandes de sa vie. Mourir lui donne une acuité qu'elle n'avait pas auparavant. Elle s'illumine de l'intérieur à mesure qu'elle prend conscience de certaines choses.

La beauté de cette histoire, c'est qu'elle soulève de véritables problématiques, elle nous pousse à réfléchir à notre propre vie, à nos rêves, nos aspirations et nos priorités.

Lauren Oliver a su transmettre beaucoup d’émotions dans son récit. C'est surtout dans la dernière centaine de pages, quand j'ai senti mes yeux s'embuer, que j'ai su qu'il s'agissait d'un livre pas comme les autres. Pas le genre d’histoire retentissante qui nous fait sauter au plafond, plutôt le genre où chaque nouvelle page ajoute un petit bouleversement supplémentaire, jusqu'à nous faire rendre les armes à la fin. Une fin qui était beaucoup trop abrupte à mon goût (j’ai dû la relire 3 fois pour être bien sûre d’avoir compris), même si je comprends le choix de l’auteur.

En résumé, Before I fall est une histoire qui a frôlé le coup de cœur. Elle a su m'apprivoiser, me titiller, m'agacer et me séduire. Lauren Oliver aborde des sujets complexes qui sauront parler à tous les adolescents d’aujourd’hui – et même aux plus grands, comme moi. Je ne regrette certainement pas d’avoir découvert ce roman bouleversant, et j’ai très envie de lire l’adaptation du roman sortie récemment !

Ma chronique : http://april-the-seven.weebly.com/jeunesse---young-adult/before-i-fall-lauren-oliver
Par le Editer
MiAngeMiDemon Pas apprécié
Note : 6/10
Je remercie les éditions Hachette pour l'envoi de ce SP via Net Galley.

J'avoue que le résumé m'a attirée et que le fait que l'auteure ai écrit Lily et Po que ma fille aime beaucoup.

Au final, je ne suis pas faite pour ce livre, le truc de la popularité, des bêtises d'ado ce n'est vraiment pas pour moi, j'avoue avoir zappé la première vraie journée jusqu'à la soirée. Puis il y a eu le jour UN, le DEUX, le TROIS, le QUATRE... et j'ai craqué. A 47% quand même.

Après, je conçois que ce livre puisse plaire aux ados puisque justement, cela les concerne beaucoup par contre attention il y a quand même quelques scènes "difficiles" (quand des personnes meurent même si pas de détails sanglants).

Bref j'ai abandonné
Par le Editer
http://www.unbrindelecture.com/2017/05/before-i-fall-de-lauren-oliver.html
on reste dans du YA, la partie fiction est peu exploitée et on parle plus de quelques journées finalement ordinaires dans la vie d'une adolescente. On passe néanmoins un excellent moment et inconsciemment on se pose la question de ce qu'on ferait dans les mêmes circonstances. C'est léger frais et plein de bons sentiments de mon côté il a manqué la partie psychologique plus développée pour que je vibre.
Par le Editer
Maelis31 Pas apprécié
Note : 3/10
CHRONIQUE COMPLETE : https://leslecturesdedobbyweb.wordpress.com/2017/05/14/before-i-fall-lauren-oliver/

Je tiens tout d’abord les éditions Hachette et NetGalley pour l’envoi de ce roman.

Dès le début du livre, l’auteur nous met dans l’ambiance : lycée, amis, amourettes, ragots, fêtes… J’avoue avoir eu un peu de mal à me plonger dans ce monde-là, cette multitude de détails et de personnages. Au début, je suis un peu passée au-dessus.
Cependant, ces détails et personnages sont – je m’en suis rendue compte au fil de ma lecture – essentiels pour comprendre l’évolution du personnage principal et son rôle dans ce méli-mélo.


En lisant le résumé, je m’étais attendue à ce que le livre soit construit de cette façon.
J’ai apprécié, à chaque fin de jour, les questions que Samantha posait pour faire réfléchir le lecteur. Cela dénotait du reste des dialogues légers et insérait une note de profondeur et de réflexion.
Nous suivons donc la remise en question du personnage principal, sa confrontation entre des questions d’adolescentes et des questions plus profondes sur la vie. Il est intéressant de voir son évolution mais de voir que le monde autour d’elle n’évolue jamais.
Les motivations et l’évolution de Samantha me laissent perplexe : fait-elle tout ça pour elle, ou pour les autres ? Même si la fin laisse percevoir une réponse, c’est une question que je me pose encore.

Au dernier chapitre, je n’avais toujours aucune idée de la nature de la chute du livre. Quand j’ai enfin tourné la dernière page ; j’avoue ne pas avoir compris la fin. Je ne l’ai d’ailleurs toujours pas comprise. Elle ne m’a pas forcément émue, et je ne pense pas avoir saisi le message que l’auteur a voulu faire passer. Il faut dire que j’ai du mal avec les fins ouvertes et les fins floues, donc j’ai été un peu déçue de celle-ci.
Spoiler(cliquez pour révéler)
je voulais savoir pourquoi il se passait ceci, qu'est ce qui était vrai - qu'est ce qui était faux. Mais je n'ai obtenu aucunes réponses.
Par le Editer
Goewin Or
Note : 9/10
Un livre surprenant.

C’est le jour de la St Valentin. Sam est une adolescente très populaire qui peut tout se permettre : elle a les meilleures amies du monde, un petit ami que tout le monde lui envie, une chouette famille et ce soir, elle se rend à une fête. Sauf qu’au retour, elle a un accident de voiture dans lequel elle meurt… Et le lendemain elle se réveille et c’est toujours le 14 février, jour de la St Valentin.

Je remercie NetGalley ainsi que les Éditions Hachette Romans pour l’envoi de ce Service Presse. Au début, j’ai trouvé que Sam était antipathique au possible et qu’elle ne brillait pas par ses qualités de cœur. C’est une adolescente très populaire et qui le sait, n’hésitant pas à se moquer, à rabaisser ou à profiter de ceux qui ne peuvent pas se défendre. Avec sa bande d’amies, elle harcèle sans pitié une autre ado, Juliet Sykes. Bien évidemment je ne lui souhaitais pas de mourir pour autant mais de là à revivre avec elle sa journée de St Valentin…

Arrivée à la fin de sa deuxième journée, j’en avais déjà assez, et puis arrivée au Jour trois, j’ai commencé à être captivée car même si Sam revit sans fin (sept fois pour être exacte) cette même journée du 14 février, elle va le faire de façon différente. Elle comprend que chaque acte aussi petit soit-il a une conséquence, elle découvre l’effet papillon qui veut “que le simple battement d’ailes d’un papillon en Thaïlande [puisse] provoquer un ouragan à New-York.” Et à chaque jour qui passe, elle va évoluer, se révéler, sa perception des autres va changer et elle va tout faire pour tenter d’arranger les choses. Avec elle, nous allons voir ses trois meilleures amies différemment, découvrir les secrets des uns et des autres. Lauren Oliver nous rappelle l’importance de vivre à fond l’instant présent, de dire à ceux que nous aimons combien ils comptent pour nous car on ne sait jamais quand la mort nous séparera d’eux. Elle nous dit également à quel point la vie est précieuse et que “Tant de choses deviennent belles quand on sait les regarder.” Par contre la fin m’a laissé un goût amer et je n’ai pas trop compris le message de l’auteure. Je ne veux pas trop en dire pour ne pas dévoiler l’intrigue mais je doute qu’elle apporte quoi que ce soit de bon à ceux qui restent. J’ai plutôt l’impression qu’elle sera cause d’une culpabilité terrible et de ressentiment.

Un roman Young Adults d’une grande richesse qui aborde des sujets durs et pousse à réfléchir.
Par le Editer
Lorsque ce livre est sorti il y a quelques années (sous le titre Le dernier jour de ma vie), il me faisait déjà de l'oeil. Mais pour je ne sais quelle raison, je ne l'avais jamais lu, même si, je l'avoue, je l'avais gardé en tête ! Alors quand j'ai vu qu'il allait être adapté en film, je me suis dis que ce serait le moment de me jeter à l'eau et de lire cette histoire !

On découvre l'histoire de Sam, une jeune lycéenne du clan des "populaires". Elle est fière d'en faire partie et ne changerait sa place pour rien au monde ! Eh oui ! C'est quand même très sympa de pouvoir faire ce que l'on veut sans que personne ne dise rien.
Mais tout bascule quand Sam, et sa bande d'amies, rentrent d'une soirée... car c'est le début d'un cercle infernal ! Sam semble condamnée à recommencer indéfiniment ce jour infernal.

On a du mal à ressentir de l'empathie pour Sam au début. En fait au début elle m'a inspirée TOUT sauf de la sympathie ! Sam fait partie de la team des populaires à son lycée. Et, bien sûr, prendre les gens de haut et les harceler... bref être une parfaite peste, va de pair avec la popularité. Donc forcément on n'a pas forcément envie d'en apprendre d'avantage sur Sam.
Pourtant en avançant dans ma lecture, j'ai commencé à changer d'avis sur elle (on a tous droit à une 2nde chance, non ?). En effet en recommençant encore et encore ce vendredi elle se redécouvre, elle apprend à connaître son entourage et elle commence à comprendre que la popularité ne fait pas forcément le bonheur !

Bien que l'histoire prenne beaucoup de temps à démarrer et que je n'ai pas tout de suite apprécier Sam, j'ai été transportée dans ce même cercle infernal que la jeune fille ! Je voulais connaitre la suite et savoir comment Sam allait s'en sortir.
J'ai trouvé la fin très surprenante ! Ce n'est pas que je ne l'ai pas apprécié mais simplement que je ne m'y attendais pas (peut-être qu'encore une fois j'ai été trop "naïve"...). En fait cette fin laisse à réfléchir... il ne vaut mieux pas que j'en dise plus sinon ce serait du spoil...
Ce n'est pas une histoire très haletante ! Elle pousse beaucoup plus à la réflexion... Mais Before I fall reste un livre vraiment sympa à lire.
Par le Editer
SerialBookineuse Or
https://serialbookineuse.wordpress.com/2017/04/30/before-i-fall-le-dernier-jour-de-ma-vie-lauren-oliver/

Je remercie tout d’abord les éditions Hachette pour l’envoi de ce livre. C’est suite à son adaptation cinématographique que j’ai entendu parler de ce roman et j’ai donc voulu le lire avant de voir le film pour ne pas être influencée dans mon jugement. Certes, le concept n’est pas des plus innovants mais le résumé m’à suffisamment intriguée pour que je m’y intéresse de plus près. Ainsi, et bien que ça n’a pas été un coup de cœur, Before I fall de Lauren Oliver a été une très bonne découverte dans l’ensemble.

Nous suivons donc Samantha, une jeune adolescente qui partage son temps entre le lycée où elle jour d’une popularité sans limites, son petit ami Rob, l’archétype du beau sportif et sa bande de meilleures amies avec qui elle partage tout. Sam mène une vie insouciante jusqu’à ce fameux vendredi de Saint-Valentin où tout bascule. Sam va perdre la vie suite à un accident de voiture mais au lieu de mourir tout simplement, la jeune fille va revivre sept fois ses dernières 24h. Comment Sam va-t-elle réagir ? S’agit-il là d’une chance pour tout arranger ?

L’intrigue en soi est plutôt bien construite car bien que l’idée d’une boucle temporelle ait déjà été abordée dans d’autres ouvrages, l’auteur a su maîtriser son sujet de telle sorte que l’on ne se rend pas compte de l’aspect répétitif de l’histoire. En effet, le fait de revivre la même journée aux côtés de la protagoniste ne m’a pas semblé linéaire et prévisible malgré le sentiment de déjà-vu. Les modifications les plus anodines dans cette journée sans fin apportent leur lot de surprises et offre un aperçu des différentes conséquences résultant des actions de Sam. Ainsi, les journées se répètent mais ne se ressemblent pas.

Par ailleurs, Lauren Oliver aborde avec justesse des sujets assez délicats comme la mort, le suicide ou encore le rapport aux autres. On ne se rend pas toujours compte de l’impact que peuvent avoir nos paroles ou nos actes sur la vie d’une autre personne. L’auteur décrit ainsi le gouffre qui peut se créer entre les adolescents selon qu’ils soient populaires ou rejetés par leurs camarades. Cet âge ingrat où seules les apparences et le fait de faire partie de la majorité comptent. La différence n’a pas sa place et on a vite fait de devenir le vilain petit canard. Sam va apprendre apprendre ses dépens que son attitude jusque là a entraîné bien plus que sa propre mort mais va-t-elle se remettre en question pour autant ?

La plume de l’auteur est simple mais agréable et nous transporte du début à la fin à travers une flopée d’émotions. Seul petit bémol, la longueur des chapitres qui a quelque peu alourdi ma lecture au début. J’ai tendance à préférer les chapitres courts qui donnent plus de dynamisme à l’ensemble mais, dans le cas présent, ça n’a pas constitué un inconvénient majeur une fois que j’ai été immergée dans le récit.

J’avoue que je n’ai pas de suite accroché au personnage de Sam, d’autant plus que l’attitude de la jeune fille au départ m’a été totalement antipathique. En effet, Sam est ce qu’on pourrait qualifier de peste. Superficielle, égoïste et injustement méchante, elle avait tout pour me déplaire. Et pourtant, j’ai changé mon point de vue la concernant car, au fil des journées qu’elle revit, Sam aura une vraie prise de conscience qui la poussera à se remettre en question et revoir ses priorités dans la vie. Son évolution, bien que pas toujours très réfléchie, la fera mûrir et reconsidérer certains de ses choix. J’ai ainsi fini par m’y attacher et rien que pour cela, je salue l’auteur et sa capacité à modifier mon ressentiment de départ.

Pour ce qui est des autres personnages, ils ont chacun un rôle à jouer dans le récit. J’ai particulièrement été intriguée par deux personnages qui tirent leur épingle du jeu à mesure que les chapitres défilent mais je ne vous en dis pas plus. Par contre, je regrette que l’évolution de Sam n’ait pas déteint sur sa petite bande d’amies qui demeurent toujours les mêmes.

En bref, j’ai passé un bon moment de lecture malgré quelques longueurs au départ et le manque de sympathie que m’inspirait Sam. Lauren Oliver nous offre au final un roman qui fait réfléchir sans être ouvertement moralisateur. Je ne peux donc que vous conseiller de vous laisser tomber entre les pages de Before I fall.
Par le Editer
Mariondlms Bronze
Note : 8/10
J'ai acheté ce roman en me demandant si je l'avais déjà lu où non. Et en le commençant je me suis rendu compte que oui. Vous devez sans doute le connaître sous le nom Du dernier jour de ma vie.
Ce livre ce lit très vite, on accroche aux personnages, il nous fait réfléchir sur la vie, que l'on doit profiter de chaque jour.
Si vous ne l'avez pas lu et bien c'est dommage. Je ne vous dirais qu'une chose : lancez-vous !

Ajouter un commentaire

Ajoutez votre commentaire

Envoyer
Spoiler
Max 0/10000 caractères utilisés
Inscrivez vous !
▶ Crééz votre propre bibliothèque virtuelle.
▶ Découvrez des conseils de lecture.
▶ Echangez avec des milliers de passionnés de lecture.