Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de BellaCullenSwan : Mes envies

retour à l'index de la bibliothèque
La nuit, je mens La nuit, je mens
Cathy Galliègue   
Trouver les mots, trouver les mots, trouver les mots ...

Ecrire sur une lecture qu'on a aimé c'est comme grimper l'Everest, il faut du temps, de la patience pour arriver à toucher du doigt les bons mots pour les bonnes émotions et faire ressentir ce qui parfois n'est pas exprimable...

Je vais tenter de le faire pour ce livre.

J'ai eu un coup de cœur déjà pour la couverture. Toute en sobriété avec des couleurs percutantes et ce visage de femme, doux, fin mais qui garde les yeux fermés, est-ce pour mieux rêver ?
Le texte ensuite...

Envoutant dès les premières lignes, une histoire d'amour particulière et particulièrement dérangeante. Comment faire face à la perte de son premier amour, unilatéral soit dit en passant, qui n'a jamais été si présent que depuis son décès...? Mathilde veut cacher en elle ce démon car il faut faire face à la vie...mais la nuit offre aux vannes du barrage de l'imagination une formidable perspective d'ouverture et ainsi le torrent d'émotions peut nous embarquer avec lui. Le réveil est forcément dur !

Mathilde va remettre en cause sa vie et ses convictions pour trouver la clé d'un renouveau mais quel sera le prix à payer pour avancer ?

Ce roman est tout sauf un roman léger...il vous prend de surprise !

On s'attend à une histoire qui finira bien mais nous ne sommes pas dans un conte de fées.

On imagine que Mathilde va finir par revenir à la réalité et reprendre le cours de sa vie normalement...mais on est pas dans un roman feel good.
On est dans un roman qui vous prend aux tripes parce qu'on voudrait la sortir de là Mathilde, et puis Gaspard est juste adorable, il ne mérite pas ce qui se passe et puis la sœur jumelle de Mathilde non plus, et puis la dolce vita italienne nous laisse croire que tout ira bien / mieux... et puis on se prend en pleine face, d'un coup d'un seul, cette fin qui te laisse pantois devant ton livre et qui te rappelle que la vie, c'est un cadeau UNIQUE. Un cadeau, on en prend soin !
Cathy Galliègue m'a énormément touchée car derrière son écriture, se cache les fragilités de l'âme, celles que parfois on aime / souhaite cacher pour tenter d'avancer sans que les autres perçoivent ce petit quelque chose qui se tapit au fond de l'esprit mais qui vient titiller dès qu'on approche de la zone sensible.


C'est un livre que j'ai lu tranquillement, il fait réfléchir et parfois heurte le petit mur qu'on s'est construit mais est-on prêt à le laisser se casser pour de bon ? Je n'ai pas pu le lire en étant entourée de bruits comme ça peut m'arriver !

C'est un livre à lire la nuit en fait ! Et à digérer entouré de ceux qu'on aime pour pouvoir savourer et laisser agir les mots / le message de Cathy.

Partager son avis sur un coup de cœur c'est prendre le risque qu'il ne fasse pas le même effet sur un autre lecteur, mais ce n'est pas grave... je le prends avec plaisir !
Aristote et Dante découvrent les secrets de l'univers, Tome 2 : There Will Be Other Summers Aristote et Dante découvrent les secrets de l'univers, Tome 2 : There Will Be Other Summers
Benjamin Alire Sáenz   
Hey ! Si je ne me trompe pas, il n'est même pas encore sorti en anglais, c'est ca ? ...

par juju1304
Titania 3.0 Titania 3.0
Pauline Pucciano   
Il y a beaucoup de bonnes choses dans ce livre – qui est au final une bonne façon d’entrer dans le monde de la SF quand on est ado.

D’abord, le monde créé, bien qu’étrange, reste pleinement crédible. J’ai eu un peu de mal à entrer dans ce monde pourtant peu éloigné du nôtre où l’essentiel des intérêts est virtuel, dans des connexions hallucinantes au milieu d’un monde en quasi friche. Un mélange de modernisme (pour les lieux et les possibilités d’achats, de changement) et de rétrograde (pour les lieux, la corruption, les méthodes policières…).

Les personnages m’ont donné la même difficulté – hors Mytho. Ils sont tellement excessifs, caricaturaux, du policier grosse brute au poète totalement léger en passant par cette fille éclatante. Et puis au fil des pages, vers la cinquantième, j’ai commencé à les apprécier. D’ailleurs, par la suite, ils se complexifient un peu. Bon, ça ne va pas super loin, on n’est pas dans Shakespeare, mais ça les rend plus intéressant.

J’ai aussi eu du mal dans les 50 premières pages pour deux autres raisons.

La première, ce sont les descriptions. Dans les 50 premières pages, elles paraissent interminables. Par la suite, ça s’allège énormément mais au début, on a droit à la description de tous les endroits, de tout ce qui se passe, avec des synonymes, sur cinq lignes ou plus. D’accord, c’est pour présenter le monde et les gens mais ça manque de subtilité, on a l’impression d’un exercice où il faut dire exhaustivement tout ce qu’il y a. Du coup, l’action ne prend réellement son envol que vers la 50ème page.

La seconde, c’est l’histoire d’amour qui se crée. Dans ces (toujours fameuses) 50 premières pages, une idylle romantico-guimauve se noue. Et je me suis forcé à continuer parce que ce n’est pas franchement ce qui m’intéresse le plus. Le livre début comme une bête romance qui a la seule particularité de se dérouler dans un monde futuriste. Il s’avère par la suite que c’est bien plus complexe que ça.

D’abord, cette histoire d’amour perd de sa naïveté au fil des pages, se densifie et devient plutôt intéressante, remontant (volontairement ou pas) vers d’anciennes histoires (on a tout inventé, c’est toujours simple de comparer) comme Roméo et Juliette, la Belle et la Bête…

Ensuite, diverses idées sont intéressantes : ces changements opérés sur soi, la relation de Titania avec Morgane Corp., le contrat, le monde des RH.

Il m’a semblé, cependant, au fil du livre, que s’il est classé dans la littérature pour ado ou jeune adulte, c’est principalement dû à la « naïveté » d’écriture de l’auteur et non pour le propos.

L’histoire est assez intéressante mais plusieurs fois, le fil, la trame, les évènements, paraissent « simplistes ». Il manque peut-être encore une maîtrise à l’auteur pour nous emporter pleinement, pour livrer les sentiments profonds des personnages, pour vivre à cent à l’heure les péripéties – Mytho, par exemple, qui me paraît le personnage le plus intéressant, n’est abordé qu’en surface. Certes, on sait tout de sa vie mais avec tout ce qu’il a vécu, il paraît étonnement lisse. Son incursion pour aller chercher Titania paraît étonnement simple. Comme si l’auteur avait eu une idée et s’était borné à la développer sans la vivre pleinement, parce que ça semblait suffisamment et qu’elle ne voyait pas qu’on pouvait creuser bien plus loin.

Cependant, ce n’est pas un réel défaut : le livre a certes quelques longueurs, manque parfois d’intérêt, mais s’adresse parfaitement aux jeunes qui ne connaissent pas la SF et pourront découvrir ici des personnages et réflexions intéressants dans un monde plutôt bien créé.

Beaucoup de bonnes choses, donc, dans ce livre – qui est au final une bonne façon d’entrer dans le monde de la SF quand on est ado.
Photophobia Photophobia
Tom Becker   
une amie ma conseillée ce livre elle a bien fait j'ai tout de suite trouvé ce livre génial
The Graces, Tome 1 The Graces, Tome 1
Laure Eve   
«I ate and read my book, this particular kind of fantasy novel that I secretly loved. It was my favorite thing to do– eat and read. The world just shut up for a while.»

Je ne suis pas vraiment convaincue par cette lecture.

J'étais pourtant très emballée et très curieuse lorsque je l'ai acheté et je me suis plongée dans cette lecture sans la moindre hésitation mais... il a vite été clair que je n'allais pas aimé ce livre comme je l'espérais.
En vérité, je suis paumée. Je ne peux pas dire que j'ai aimé et je ne peux pas non plus dire que je n'ai pas aimé.
Je me suis juste sentie très mal-à-l'aise pendant ma lecture et c'était pas agréable du tout.

Je n'ai donc vraiment pas grand-chose à dire sur ce livre. C'est une lecture assez rapide mais j'ai lu vite parce que j'avais surtout hâte de passer à autre chose, pour être honnête.

Je pense que c'est une histoire pas trop mal avec de bons personnages. Je ne vais pas dire le contraire. L'auteure a su mener son intrigue et on ne voit pas les choses arrivées à des kilomètres... Mais en dehors de mon sentiment de malaise en lisant The Graces, je me suis sentie détachée de tout le bouquin et carrément indifférente du sort des personnages et de ce qui pourrait se dérouler durant ces 407 pages.
Pour faire court, je ne me suis pas attachée ni aux personnages ni à l'histoire et je me suis même un peu ennuyée à certains moments.

Je ressors donc de The Graces vraiment déçue bien que la fin m'ait quelque peu plu, ça n'a pas rattrapé le reste de ma lecture (malheureusement) mais bon, ce n'est que mon avis !

La seule chose que je vais essayé de retenir de The Graces c'est la couverture parce que je la trouve super belle ! (Au moins ça.)

Je ne sais pas si je lirais la suite... Bien que le premier tome ne m'ait pas vraiment plu, la fin me rend curieuse pour le deuxième tome et euh, je serais tentée de donner une seconde chance à The Graces.
Je ne suis pas encore sûre, affaire à suivre !

par Sheo
Le Destin des Âmes Le Destin des Âmes
Ophélie Mesturoux   
Un grand merci aux éditions Anyway pour leur confiance et cette très belle lecture.

Ophélie Mesturoux n'était pas un nom inconnu pour mes oreilles, puisqu'il s'agit d'une amie d'enfance à une de mes amies proches. De ce fait, j'ai longuement entendu parler de son roman et de la grande qualité de sa plume. Ma curiosité piquée à vif, je me suis lancée dans la découverte de sa première œuvre.

Morgane est une adolescente dont l'âme se réincarne de siècle en siècle dans l'espoir de retrouver son âme-sœur afin d'accomplir leur destin. Les personnes possédant cette particularité s'appellent des Âmes et sont formées à l'Institut Landsburg afin d'étudier l'utilisation de leur don ainsi que les connaissances de leurs semblables et de leur histoire. Seulement, lorsque l'établissement se voit faire face à la disparition de certains de ses élèves, le destin se remet en marche et il faut faire vite.

Le destin des âmes et un court roman (environs 200 pages) où rien est laissé au hasard. Dès la première phrase, nous sommes transportés dans la magie et le mystère qui découlent des Âmes. L'univers que nous décrit l'auteure est vraiment riche et nous donne envie d'en apprendre toujours plus. Et c'est d'ailleurs ce qui se produit. L'intrigue étant particulièrement bien ficelée, plus on avance dans l'histoire plus notre soif de découverte se sent combler et pour ne pas être rassasiée en quelques lignes, de nouveaux bouleversements font surfaces, apportant d'autres questionnements.

J'avais peur, en débutant une nouvelle histoire mettant en scène des âmes-sœurs, de retomber dans le fameux cliché d'amour dégoulinant de niaiseries, mais pas du tout ! Au final, on se retrouve avec vraiment très peu de romance puisqu'elle intervient seulement en arrière-plan. Le fait que les âmes-sœurs ne soient pas forcément destiné à devenir des amants cassent vraiment ce mythe et nous permet de nous concentrer sur des sentiments autres, comme l'amitié.

Le seul point négatif que j'ai, c'est la vitesse de certaines scènes. Comme le roman est assez court, des passages sont parfois bâclés alors qu'ils mériteraient un certain aboutissement. C'est le cas avec la fin. Même si je la trouve vraiment merveilleuse, je la trouve vraiment trop rapide. On n'a pas vraiment le temps d'assimiler ce qui vint de se passer, ni même de ressentir des émotions… Une centaine de pages en plus ne serait vraiment pas de refus !

La plume de l'auteure est comme on me l'avait décrite. J'ai vraiment adoré son style d'écriture, qui est à la fois simple et captivant, plein de poésie et très fluide. C'est la première chose à laquelle j'ai fait attention en démarrant ce roman et c'est la première chose qui m'a frappée. L'auteure à un véritable talent pour les mots et j'espère pouvoir la relire très vite !

En conclusion, Le destin des âmes est un roman bien trop court et qui mérite sa place parmi les plus grands et qui pourrait devenir un incontournable de la littérature Young-Adult. Cette lecture se dévore sans modération et permet aux lecteurs de se poser une multitude de question quant à l'issue de l'histoire.

Lien vers la chronique : http://aliybooks.weebly.com/fantastique---fantasy/le-destin-des-ames

par Philla
Izana, La Voleuse de visage Izana, La Voleuse de visage
Daruma Matsuura   
«Au printemps, les tempêtes et la tiédeur font pourrir mon cœur. En été, les violentes chaleurs consument mon cœur. En automne, la tristesse et les récoltes égarent mon cœur. C’est l’hiver. Si ce froid mortel pouvais détruire mon cœur.»

Et le prix de la fin WTF 2017 revient à…… (Il dépasse largement Follow me Back, pour ma part.)

La tournure de l’histoire de ce roman est juste totalement inattendue et incroyable. Le résumé en lui-même m’attirait énormément à la base, et puis le fait que l’histoire se déroule au Japon n’a fait qu’accroître ma curiosité.

L‘histoire est inspirée d’une vieille légende japonaise qui raconte une rivalité entre une ogresse d’une laideur incroyable et une prêtresse d’une grande beauté. La première aurait vaincu la seconde et se serait approprié de son visage. La légende raconte alors que tout enfant né LAID et durant l’année du cheval de fer serait tué sur le champ par peur que l’ogresse ne se réincarne en lui. Le roman traite principalement sur cette légende qui reste profondément ancrée dans l’esprit des personnes plus âgées. La protagoniste, Izana, a été miraculeusement épargnée par Chigusa, une infirmière avec le cœur sur la main, qui n’a pas eu le courage de tuer l’enfant.

Au départ, je me disais que le message de l’auteur était clair : la beauté intérieure prime sur la beauté extérieure. Cette dernière n’est que matérielle. Le personnage d’Izana est très intéressant en lui-même car c’est une fille qui, malgré sa réclusion, s’intéresse au monde extérieur et dévore les bouquins. En commençant cette histoire, nous ne savons pas du tout vers quoi nous partons. Nous ne savons pas vraiment où l’auteur veut nous emmener et pourquoi.

L‘ambiance de ce roman est vraiment mystérieux et intrigant. Nous traversons toutes les émotions d’Izana dans les moments les plus difficiles de sa vie. Nous la suivons à travers plusieurs obstacles qui s’ouvrent à elle et à travers les secrets qu’elle essaye de dénouer. Ce personnage est vraiment surprenant car la fin nous chamboule totalement. Izana est peureuse, réticente mais avec une envie d’aventures et d’indépendance. J’ai beaucoup accroché avec son personnage. On ressent vraiment de la pitié pour cette fille qui n’a rien demandé mais qui vit dans la paranoïa tout au long de sa vie. Tout ça à cause d’une ancienne croyance. Tout ça à cause de « sa laideur« . L’intrigue du roman n’a pas été immédiatement révélée. J’ai bien aimé pouvoir découvrir petit à petit le fil de l’histoire. L’auteur a bien réussi à nous transporter à 100% dans cet univers atypique japonais.

Je savais que ce livre allait être un coup de cœur un peu particulier. En effet, la fin What the Fuck m’a vraiment surprise ! Je ne m’y attendais pas du tout. L’auteur ne nous prépare pas à ça. Nous n’avions pas vraiment d’indices au départ que ce roman allait finir d’une telle manière. Du coup c’était vraiment la surprise ! Je ne voudrais pas en dire plus pour ne pas vous gâcher la surprise aussi, si vous décidez de le lire ! Donc si vous ne l’avez pas encore lu mais que vous cherchez un roman de ce genre entre deux lectures, foncez sur Izana, la voleuse de visage ! Merci aux éditions Lumen d’avoir édité ce roman. Sachez aussi qu’il est initialement basé sur un manga, Kasane la voleuse de visage du même auteur.
Asynchrone Asynchrone
Fabien Clavel   
Asynchrone
Un roman d'anticipation vraiment bien écrits extra trop cour a mon gout lu d'une traite envoutant et percutant !
Si vraiment nous pouvions nous déplacé dans le futur ou l'avenir mais pas sans risque Chora le comprendras a ses dépend malgré elle ! ça fait frémir rien quand y pensant...
Gros coup de cœur 2017 dans cette catégorie a lire...
Love by Design, Tome 3 : All or Nothing Love by Design, Tome 3 : All or Nothing
Kendall Ryan   
On suit ici l'histoire de Braydon , l'ami de Ben + Ellie, l'amie d'Emmy. (on s'y perd un peu avec ces prénoms qui se ressemblent!)
B est un top model comme Ben, mais on entre moins dans les coulisses de la mode, décrites de façon amusante dans les tomes 1 et 2. Dommage. L'histoire est plutôt axée sur le type de relation qu'ils entretiennent : B veut du sexe, de l'amitié, mais en secret (pas question de sortir avec Ellie hors de son appart à elle, et il ne veut pas non plus l'inviter chez lui). Ellie, insensiblement, tombe amoureuse et voudrait davantage. On finit par comprendre que les réserves de B tiennent à une ex petite amie qui n'a pas supporté la rupture, le harcèle encore deux ans après. la raison m'a paru un peu faible. Surtout que tout se résout très facilement à la fin, en quelques pages quand [spoiler]1) Ellie l'encourage à lui parler, et en une seule discussion, son ex accepte de renoncer à lui 2) Ellie se découvre enceinte et Braydon se transforme aussitôt en papa comblé alors qu'il n'avait jamais été question de former un couple, encore moins une famille, auparavant [/spoiler] Bref, j'ai trouvé ce tome moins convaincant que les précédents, même si j'ai bien aimé le caractère enflammé et sarcastique d'Ellie.

par IsaR
Timelapse Timelapse
Nadia Richard   
https://aliceneverland.com/2017/07/24/timelapse-nadia-richard/

Voilà un livre qui m’a immédiatement séduite, tant par sa couverture que par son résumé. Je n’ai donc pas hésité à le découvrir au plus tôt. Mais, malheureusement, mon engouement est très vite retombé.

J’ai mis du temps, beaucoup de temps pour finir ce roman. Pourtant, au départ, j’étais assez séduite par l’histoire. La possibilité de Samantha pour figer le temps était alléchante, et je mourrais d’envie de voir où l’auteur allait nous embarquer.

Mais, très vite, j’ai déchanté. Oubliée toute histoire autour du temps, on suit plutôt les élans amoureux de Sam. Mais aussi ceux des autres. Bref, c’est de l’amour jeté à tout va, en veux-tu en voilà, à un tel point que l’auteur arrive à nous faire purement et simplement oublier le fil rouge de son récit.

Un fil rouge fin, très fin, presque invisible, noyé sous les clichés et les personnages désespérants au possible. Ces derniers sont censés être à la fac, des adultes donc, mais ils sont d’une immaturité… Je crois que je n’ai jamais soufflé de désespoir en lisant un roman.

Enfin bref, je vais m’arrêter là. Vous l’avez compris, lire cette histoire fut un calvaire. Pourtant la trame était si bien trouvée et Nadia Richard aurait pu faire quelque chose de sensationnel ! Mais, malheureusement, on retombe une nouvelle fois dans une histoire pour midinette sans consistance et bourrée de tous les clichés possibles. Je suis la première à être dépitée de publier un avis aussi négatif, mais ce dernier se révèle être à la hauteur de cette lecture : une immense déception…

par Kesciana