Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Beltan : Ma PAL(pile à lire)

retour à l'index de la bibliothèque
Endgame, Tome 2 : La Clé du ciel Endgame, Tome 2 : La Clé du ciel
Nils Johnson-Shelton    James Frey   
J’avais adoré le T1 d’Endgame malgré un certain scepticisme, notamment la crainte d’une réécriture à la Hunger Games. Il s’était avéré que ce n’était pas le cas. Absolument pas. C’était un cran plus haut glauque : là où il restait une part d’Humanité dans HG, il ne reste aux Joueurs d’Endgame qu’une amoralité sans nom ; la fin du monde, qui était en train de se mettre en place dans le T1, devient de plus en plus imminente. Dès ce second tome, on est replongé dans cette atmosphère de panique, de peur et de mort, bien plus forte que celle de Suzanne Collin.


Le principe du Jeu est le même que dans le T1 avec quelques variations : il ne reste plus que 9 participants, les plus forts et les plus déterminés. Représentant une civilisation immémoriale, une part de la population terrestre, ils Jouent dans un jeu qu’eux seuls sont en mesure de comprendre. Enfin, plus si seuls que cela car quelques hommes ordinaires décident d’agir… Mais un principe demeure : tout est permis tant que l’on gagne.


Dès le début, le lecteur est pris dans l’intrigue. Les Joueurs sont blessés, mais qu’importe pour ces machines à tuer. On halète et on s’inquiète du dénouement face aux morts qui se multiplient. Ne vous attachez pas trop à un personnage, il risque bien de disparaitre. On ne sait même pas lequel soutenir, ils sont tous fous et irrémédiablement dangereux. Comme toujours dans Endgame, rien ne nous est épargné et le niveau monte même d’un cran. Actions macabres en tout genre se mêlent aux trahisons et les humains sont pris entre ces multiples feux. Les Joueurs sont acculés et en deviennent d’autant plus dangereux et le lecteur va jusqu’à ressentir l’adrénaline des Joueurs. Une fois encore, on alterne avec les différents points de vue et on se demande lequel est le pire : l’amoureux transi qui joue pour la mort, le psychopathe qui est trop jeune pour comprendre de quoi il en retourne, ceux qui veulent sauver le monde, la mère qui ne souhaite que sauver son enfant mais qui est prête à tuer des innocents. Voilà la chose la plus glaçante selon moi dans Endgame : les Joueurs sont des animaux et ils réagissent comme tels. Leur éducation leur a enlevé cette part d’Humanité mais pourtant on ne sait pas comment les juger. Coupables ou non ? La cruauté augmente d’un cran, certes, mais l’ambivalence aussi. Et nous, comme les humains du livre, nous suivons impuissants cet itinéraire vers la fin d’une civilisation, d’un monde censé. Glaçant et bouleversant. A plusieurs reprises, je me suis surprise à penser : « non ? Ils vont pas oser ? » et à plusieurs reprises, les Joueurs et les auteurs ont réussi à me choquer. Vous voyez Janice dans Friends, son « Oh. My. God. » ? Et bien c’était moi ^^ La multiplicité des points de vue, la chasse au trésor, la cruauté et l’écriture font de cette série une vraie « page-turner » où le lecteur, comme les Joueurs, ne peuvent pas s’arrêter un instant.

Mon avis sur le T1, des extraits et des infos sur le T3 ici : http://lecturesdunenuit.blogspot.fr/2015/10/endgame-t2-la-cle-du-ciel.html
Endgame, Tome 3 : Les Règles du jeu Endgame, Tome 3 : Les Règles du jeu
Nils Johnson-Shelton    James Frey   
Decevant, et je rajouterai même : Inachevé et baclé, surtout la fin.

J'y vais peut être un peu fort vous allez me dire, mais là, c'est bien la première fois que je suis autant décu par la fin d'une trilogie qui m'a captivé !
Les livres 1 et 2 étaient géniaux ( enfin voila ... ), très interessant, des personnages qui ne demandait qu'une fin mémorable tout comme leur histoire ! Et là, rien le vide complet, un gros bide.

Mon conseil, lisez le 1 et le 2, mais surtout pas le 3, on a l'impression d'avoir perdu son temps franchement.
Et c'est dommage, vraiment, il y avait tout pour réussir !

du coup voila les points qui m'auront véritablement décu :

[spoiler]-> On commence tranquilement, en mode in médias res là, où on l'avait laissé, tout coup ca repart bien et de plus belle. Et là, se joue une alliance qui n'a plus rien à voir avec le jeu !
Une alliance de 5 joueurs pour stopper le jeu ...

en gros, il y en a un autre qui continue son Taf ( Maccabee ), donc j'ai du respect pour lui. Il évolue et plutot bien, il se remet en question, mais il continue ce pour quoi il a été formé ( et endoctrinné ) toute sa vie !
Et puis il y a le Chinois là : An.
Pour moi, c'est bien le personnage le plus naze et le plus raté de la saga.
Non mais sérieusement, un sociopathe qui fait que joujou avec des bombes accroché à sa ceinture ! Et puis sa copine Japs se fait tuer dans le tome 1 du coup, il la coupe en rondelle pour en faire un collier autour de son cou ... Répugnant.
Et puis dans le tome 2, le voila qui va voir les Mu et qui leur dit vouloir jouer pour eux à la place de Chiyoko ...

Du coup, le vieux sage Jap's l'envoyer chier ( j'ai adoré ce moment je dois dire ) et sur un coup de tête, An le tue ... Ok.
Alors si je récapitule, ce gars est un gros connard bourré de tic et de toc qui ennerve le lecteur à n'en plus finir, parce qu'en fait, on arrive même plus à lire ! De plus c'est un traitre à sa lignée et rajoutez le fait qu'il ne veux plus que tuer tout le monde sur Terre parce que tout le monde, c'est que des gros méchants, et que personne ne mérite de vivre.
Mon Dieu ! Mais donnez lui une paire de baffe et un coup de pied où je pense ! Comment sa lignée a pu creer un crétin comme joueur et le laisser détruire Endgames ?
Alors là je sais pas, mais pas du tout !

-> Les autres, et bien, c'est à peu prêt pareil, du n'importe quoi dans cette partie de la saga essencielement.
Hilal : Rien à dire, il suit la voie qu'il s'est fixé depuis le début. Et puis il trouve un bouquin avec une Australienne qui peut tout lui traduire ... ( c'est pratique ca ), et le lecteur apprends juste que tout sur Endgames est expliqué dans le livre et ... point. En fait le lecteur n'apprends strictement rien du livre. Ah oui, il est joli et il a une belle reliure.

En fait on sait rien, et on sent que l'auteur ne le savait pas lui non plus. Bref, un livre qui apporte des solutions en monde facile pour tout le monde. Et qui s'arrete là ! Génial.

-> Aisling ... ah je l'aimais bien elle, une bonne Celte, elle aussi c'est une bonne joueuse, elle décime avec son trio de choc les Harapéens et tu te dis : oui c'est triste mais c'est le jeu après tout !
Je vois pas pourquoi on devrait pleurer pour eux alors qu'on s'en foutait des hommes et des femmes que An Liu écrase avec sa voiture blindé.
Bon il faut avouer qu'elle a des remords, et ca la rends plus humaine et sympathique à nos yeux ( pas comme Sarah ).
Ce qui est Nul avec Aisling, c'est qu'à partir de là, c'est fini pour elle. Elle ne servira plus à rien jusqu'à la fin du Livre ! l'inutilité même faut le faire ca. Elle avait une équipe de Choc, toute la CIA derrière elle, mais rien. Les Celtes sont mis hors jeu par Keppler 22B qui décide comme ca de bousiller le jeu qu'il a orchestré.
Là, ca partait vraiment en cacahuete, je ne comprenais plus rien. Un bordel général.

-> Shari : touchant au premier abord, mais ensuite elle nous ennerve ! Je veux retrouver ma fille ! Ok, mais réfléchit un petit peu quoi avant de foncer. Et, en fait elle ne servira plus à rien jusqu'a la fin du livre ... comme Aisling d'ailleurs.

-> Jago et Sarah. Il y a beaucoup à dire sur eux. Apres tout le livre 1 tournait presque que autour d'eux, le 2 pareil. On les découvre, on suit leurs périéthies ... On connait tout d'eux, leurs défauts et même leur flirt tiens !
Je m'attendais à une fin grandiose avec eux deux sur le devant de la scène, soit il gagne ensemble à la Hunger Games, ou bien un seul survie à la Divergente ! Ou bien il se sacrifie tout les deux pour un autre joueur ! Je sais pas moi ! Ou encore, l'un qui trahit l'autre et le ou la tue ! Un rebondissement pour ces jeunes qui joue ensemble depuis le début !
Et vous savez quoi ? RIEN ! Il descende de l'avion avec trois des gros Bonnets Cahokiens ( mais qu'est ce qu'il foutait là eux ??? Zéro intrigue pour eux !! ) , et puis là, ya An Liu qui tue tout le monde à distance avec un sniper ...
En 30 s c'est réglé allez.
et pour le lecteur, eh bien ca passe si vite qu'on se demande si ce n'est pas un rève. NULLISSIME comme fin. Après tout ce que l'auteur avait fait avec eux, il aurait pu leur accorder une fin décente, mais RIEN !
Oh déséspoir.


Je m'attendais à mille scénario pour la fin d'Engames, il y avait tout pour reussir, les personnages, le décor, le suspens, les lignées tout ! Et ca c'est réglé à coup de baguette magique dans un temple englouti. Bref, baclé.
Je m'étais imaginé que toutes les lignées allait rejoindre leurs joueurs dans une bataille décisive, quelque chose de d'énorme !
Mais non, Sarah et Jago se font descendre dans un trou paumé et sur un trottoir, Aisling et la CIA allez savoir, Ya que Hilal qui là au rendez vous avec An.

Hilal tue le créateur avec une arme sorti de nul part ( en fait on se demande si, depuis le début, Sarah se servirai pas qu'a aller chercher cette arme ... ) Ben oui, c'est bien de faire des créateurs invincible ! Mais comment on les élimine après ? C'est simple, il suffit d'inventer une arme que les créateurs on laissé sur Terre pour bien que quelqu'un la pique ! Ouah.
[/spoiler]

Donc pour résumé, je dirai que ce livre tourne surtout autour du cinglé qu'est An. On suit ses pensées de psychopathe et il tire dans tout les sens. Il n'y a même plus d'intrigue ni de suspens autour de Maccabee car on se doute déja ce ce qu'il va arriver. Et les autres autres jouers qui veulent tout arreter ...
[spoiler]Non mais quoi ... pour stopper la déstruction de la Terre orchestré depuis des milliers d'années, il faut juste tuer le maitre du jeu ?
Genre, les créateurs ultrapuissant derriere ils peuvent rien faire ? Ils ont juste dépéché un asteroide qui détruit l'Occident et c'est tout ... pas crédible. Il aurait au moins fallu que tout le conseils des créateurs meurt, le minimum quoi ! mais rien.
Il n'y a, tout simplement, pas de fin. Pas de vainqueur. [/spoiler]

Ce livre m'aura vraiment décu au plus au point, et c'est vraiment étrange vu comme j'avais apprecié les deux précédents. C'est vraiment une première pour moi pour ce style de livre et de trilogie.
On s'en doutait un peu vue la taille du livre qui est bien plus fin que les deux autres. C'est un livre qu'on peut lire en diagonale car il ne nous apprends rien. On suit juste les pensées pour la plupart inutile des protagonistes et leurs actions ( en gros, ils pilotent des avions et tirent dans tout les sens ... ) .

La première impression était la bonne, il n'y avait plus d'inspiration pour une vrai Fin.

par Steph87
Une braise sous la cendre, Tome 3 : Le Prix du sang Une braise sous la cendre, Tome 3 : Le Prix du sang
Sabaa Tahir   
Ma note: 5/5
Chronique disponible sur mon blog: https://callmeeluh.wordpress.com/2018/08/04/an-ember-in-the-ashes-tome-3-a-reaper-at-the-gates-de-sabaa-tahir/

“Hope is stronger than fear. It is stronger than hate.”

Première pensée en terminant A Reaper at the Gates: j’ai fini A Reaper at the Gates !

Deuxième pensée en terminant A Reaper at the Gates: J’AI FINI A REAPER AT THE GATES PUNAISE, QU’EST CE QUE JE VAIS FAIRE DE MA VIE ??

Après plus d’un an et demi d’attente, j’ai enfin lu A Reaper at the Gates. C’était l’un des livres que j’attendais le plus cette année, et même si je m’étais préparée psychologiquement à être détruite par ma lecture (notamment en voyant les avis de ceux qui ont reçu un ARC du livre), rien n’aurait pu réellement me préparer à ça.
J’ai l’impression que Sabaa m’a arraché le cœur de ma poitrine, l’a écrasé à mains nues, l’a piétiné pour faire bonne mesure, et ma laissé ramasser les morceaux.

Quelques mois se sont passés depuis les événements se passant dans A Torch Against the Night. Elias est encore en plein apprentissage pour devenir Soul Catcher, Laia continu du mieux qu’elle peut à sauver son peuple des Martiaux tout en cherchant un moyen d’arrêter le Nightbringer, et Helene quant à elle doit faire face à ses responsabilités de Blood Shrike tout en protégeant sa sœur et en faisant face au Commandant qui cherche toujours à la décrédibiliser. En tout cas une chose est sûre lorsqu’on ouvre ce tome: nos personnages ne sont pas au bout de leurs souffrances, et on va devoir s’accrocher tout au long de notre lecture.
Et ça n’a pas loupé: Elias, Laia comme Helene vont énormément souffrir, et vont se retrouver face à des choix quasi impossible à faire, choix qui auront un impact important sur ce qu’il vont devenir dans le futur.

Tout comme c’était le cas dans A Torch Against the Night, c’est Elias qui en bave le plus dans ce tome. Tout ce que je voulais durant ma lecture c’est que ça cesse et que mon bébé soit sain et sauf et heureux surtout !

Son histoire avec Laia m’a brisée du début à la fin du tome. Ils sont fait l’un pour l’autre, ils s’aiment, mais la vie en a décidé autrement et continue de les faire souffrir et de les séparer. Plus qu’à espérer qu’ils auront leur happy ending dans le dernier tome de la saga, parce que je pense pas pouvoir supporter plus de cœurs brisés (le mien est déjà en miettes en plus…).

“Love. I sigh. Love is joy coupled with misery, elation bound to despair. It is a fire that beckons me gently and then burns when I get too close. I hate love. I yearn for it. And it drives me mad.”

Il y a d’ailleurs un chapitre en particulier du point de vue de Elias qui m’a complètement brisée (ceux qui l’ont lu savent duquel je parle), et honnêtement je me demande si je vais survivre à la fin de cette série, d’autant plus qu’elle teste vraiment mes limites.

Ce tome était juste… incroyable. J’ai pas vraiment les mots pour dire à quel point j’ai aimé ma lecture. Sabaa a réellement une plume magnifique, et c’était très difficile pour moi de m’arrêter parce que chaque fin de chapitre donne envie de lire la suite.
Certes, l’action n’est pas omni-présente dans A Reaper at the Gates, et il y a beaucoup de moments plus ‘longs’, mais je ne me suis jamais ennuyée pour autant. Durant ces passages on sent la tension monter toujours plus, même quand on pense qu’elle ne peut pas monter plus.

On a peur pour nos personnages tout au long du livre, et même si on se doute de ce qu’il va se passer par la suite, on n’a aucun moyen de savoir quand ni comment, et c’est ce que j’ai particulièrement aimé: certains détails ont beau être prévisibles, au final on est malgré tout pris par surprise par la tournure des événements.

Maintenant que je l’ai fini, je ne sais vraiment pas comment je vais faire pour attendre le prochain (et dernier…) tome. J’ai tellement besoin de savoir comment tout ça va se terminer, et surtout j’ai besoin de voir mes bébés heureux. EMBER4 est normalement (accent sur ‘normalement’ parce qu’on a bien vu ce qu’il s’est passé pour A Reaper at the Gates) pour l’année prochaine, et je sais que l’attente va être très longue.

Lorsque j’ai commencé An Ember in the Ashes en octobre 2016, je n’aurai jamais imaginé à quel point je tomberai amoureuse de cette saga et de ces personnages. Aujourd’hui elle fait partie de mes séries préférées de tous les temps (elle est même dans mon top 5!), et même si elle me fait souffrir comme peu d’autres séries, je ne lui en veut pas.
En tout cas ce tome ne fait que confirmer une chose: Sabaa Tahir est l’une de mes auteures préférées.

“Curse this world for what it does to the mothers, for what it does to the daughters. Curse it for making us strong through loss and pain, our hearts torn from our chests again and again. Curse it for forcing us to endure.”

Allez lire cette série. Sérieusement. Elle en vaut vraiment la peine. Et comme elle est traduite, vous n’avez aucune raison de vous défiler !

par Callmeluh
Ma vie de geisha Ma vie de geisha
Mineko Iwasaki   
Mineko Iwasaki est la Geisha que mr Golden a interviewée pour écrire son livre "Geisha". Cependant mr Golden a écrit une version très romanesque déformant parfois la vérité et baffouant les accords établis entre Golden et Iwasakin par exemple il n'a pas gardé l'anonyma d'Iwasaki, ou bien encore il a parler de son dépucelage comme un viole ce qui sera faux d'après l'ancienne geisha. Elle lui aurait d'ailleurs intenté un procès qu'elle aurait gagné. "Ma vie de geisha" est donc une autobiographie pour rétablir la vérité vis à vis de l'oeuvre de Golden-qui est un très beau roman avec ce que les lecteurs aiment lire et que j'ai donc bien aimé. Du coup "ma vie de geisha" peut paraitre plus fade (il est sans conteste moins romanesque) mais au moins il est authentique. C'est ce qui m'a plus et a pesé dans la balance pour moi. M'intéressant au japon pour ses coutumes, son histoire et ses moeurs (et non pas parce que c'est la nouvelle mode) ce livre m'a émue et instruite sur un art aujourd'hui quasiment disparu et qu'on confond encore avec la prostitution, chose qui n'a pourtant rien à voir. A conseillé donc pour ceux qui recherche la vérité mais pas pour ceux qui veulent de l'épique et du romanesque.

Autre atout : les photos d'Iwasaki au milieu du livre qui sont magnifiques

par lihiel
Supplices Supplices
Sophie Jordan   
Si vous avez lu le premier (ce qui n'est pas nécessaire) vous allez adorer celui-là ! L'histoire est super ! Le passé d'Emerson ressurgit littéralement, et on comprend progressivement ce qu'il s'est passé. Et on apprend vraiment à l'aimer, elle devient elle-même grâce à Shaw, c'est assez beau ! Et ils sont mignons sans être guimauve !
C'est un bon bouquin dans le genre, aussi bien que le premier !

par Adkay11
La Symphonie des siècles, Tome 1 : Rhapsody, première partie La Symphonie des siècles, Tome 1 : Rhapsody, première partie
Elizabeth Haydon   
Attention, il s'agit d'une série exigeante à la lecture. Beaucoup de descriptions, un début laborieux, un univers très (trop?) complexe...
Presque tout est réuni pour faire lâcher ce premier tome mais si vous allez au-delà, vous serez face à l'une des plus belle trilogie de Fantasy qui soit.
Des personnages à la complexité très fouillé, un univers happant et original... Tout est réuni pour faire de cette série un chef d’œuvre et c'est bel et bien le cas.. Donc fans de Fantasy de haute volée, cette série est pour vous.

La seule chose négative que j'aurais a formuler, ces cette manie de Pygmalion (reprit par j'ai Lu) de scinder les tomes en 2. Et oui, La Symphonie des Siècles est une simple trilogie et pas une série de 6 tomes

par Caly
La Trilogie de l'empire, Tome 1 : Fille de l'empire La Trilogie de l'empire, Tome 1 : Fille de l'empire
Raymond E. Feist    Janny Wurts   
Une autre facette de l'univers de Feist, ma préférée, car avec une héroïne hyper-attachante, courageuse et forte. Lu et relu à de nombreuses reprises et avec un grand bonheur

par Catleen19