Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Bene_2026 : Mes envies

retour à l'index de la bibliothèque
Grisha, Tome 1 : Les Orphelins du royaume Grisha, Tome 1 : Les Orphelins du royaume
Leigh Bardugo   
http://altheainwonderland.blogspot.fr/2014/05/the-grisha-tome-1-shadow-and-bone.html

Ma plus grande peur résidait sur le monde crée par Leigh Bardugo dans lequel j'avais peur de me perdre. S'il est vrai que j'ai un peu tâtonné au début, principalement à cause d'un vocabulaire imaginaire très présent, je m'y suis vite faite. Après tout il n'y a pas plus de difficultés et de choses à intégrer que dans un roman comme Le Labyrinthe, une dystopie au monde différent et au vocabulaire marqué. De plus, Leigh Bardugo devait avoir anticipé mes peurs puisque le roman possède un petit récapitulatif de la hiérarchie des Grisha, ces êtres magiques qui sont au centre du roman, mais également une jolie carte qui aide à se resituer dans l'univers. (Cependant il me semble que, sans surprise, la carte n'est pas présente dans l'édition française mais que vous pouvez la consulter sur le site de l'auteure.)

Bien sûr tout bon livre se doit d'avoir une héroïne du tonnerre, qu'il s'agisse d'un roman fantasy ou contemporain c'est toujours primordial. Or l’héroïne de Shadow and Bone, Alina, fait définitivement parti du haut du panier. C'est une jeune femme qui à la base n'a rien de remarquable. Orpheline, frêle, elle est une apprentie cartographe moyenne et a tendance à ne jamais réellement se démarquer. Sauf que lorsque son régiment travers le Fold, un brouillard sombre qui scinde le pays, et se fait attaquer par des Volcras, les bêtes ailées affreuses qui y vivent, son pouvoir se révèle. Malgré qu'elle ait été déclarée comme normale lors de l'examen pratiqué chez tous les enfants du pays, Alina est une Grisha. Une Grisha spéciale. Celle qui pourrait être la solution aux problèmes que pose le Fold. Et j'ai beaucoup apprécié la façon dont la jeune femme gérait ce nouveau statut qui lui tombe sur la tête. On ressent sa réticence à accepter qu'elle puisse être quelque chose d'exceptionnel, elle qui s'est toujours fondue dans la masse et a l'habitude d'être insignifiante. Elle est très touchante dans ses doutes et ses faiblesses, mais également dans la force qu'elle gagne au fil du récit et de l'apprentissage qu'elle fait d'elle-même.

Côté protagonistes masculins, deux se démarquent des autres et ont une certaine importance tout au long de l'histoire. Le premier c'est Mal, le meilleur ami d'enfance d'Alina. J'ai eu énormément de mal avec ce personnage qui représente exactement ce que je déteste chez un héro de Young Adult. Je suis tellement fatiguée des meilleurs amis de l’héroïne qui ne la regardent pas deux fois avant de finalement se rouler par terre dès qu'elles deviennent plus attirantes ou plus puissantes. C'est une attitude que je trouve extrêmement vaine et superficielle. Du fait Mal est passé dans ma liste noire très rapidement et je crois qu'entre lui et moi ce ne sera jamais le grand amour. Il est ce personnage du roman qui me met en pétard et envers qui l’attitude de l’héroïne me laisse coite. Le second personnage, à l'opposé du précédent, n'est autre que le Darkling, chef des Grisha. Je dois être faible et futile, comme Mal, mais je suis folle du Darkling. J'ai adoré ce personnage ambigu, sombre et fascinant, qui ne manque pas de nous laisser interrogateurs. On évoque souvent dans le roman le magnétisme de son personnage sur les autres, notamment sur les Grisha représentantes de la gent féminine, et c'est tout à fait remarquable de constater à quel point son magnétisme transpire au delà des pages. Le Darkling est à mon sens le personnage le mieux construit de l'univers, tout en facettes et nuances, et ce qui est certain c'est qu'il ne laissera personne indifférent !

Le monde mis en place dans Shadow and Bone est tout aussi riche et divers que ses personnages. Inspiré par la Russie du XIXème siècle, ce sont des paysages enchanteurs et un royaume bien installé que Leigh Bardugo nous offre dans ce premier roman. Le concept des Grisha, ces magiciens au service du royaume évoluant dans une hiérarchie dictée par leurs dons, est également fort et appliqué. J'ai été rassurée de voir qu'on intégrait très rapidement les subtilités de cet univers unique, puisque c'est ce qui m'inquiétait, et même le vocabulaire inventé par l'auteure finit par être retenu sans que l'on ne s'en rende compte. Le tout est bien sûr servit par une fluidité évidente dans l'écriture et le récit. Il y a beaucoup de rythme dans ce roman, les moments de réflexions plus posés sont insérés de manière très naturelle, et on ne s'ennuie jamais tout au long des près de 400 pages que dure cette histoire.

Shadow and Bone est un roman fascinant et captivant. Les personnages sont envoûtants, le monde original, et l'ensemble ensorcelant. Ce premier roman est une belle réussite et un coup de cœur comme on aimerait en avoir plus souvent. J'ai hâte de retrouver Alina, le Darkling, le Royaume de Ravka, les personnages secondaires, et même Mal, dans la suite Siege and Storm !

par Althea
Illuminae, Tome 1 : Dossier Alexander Illuminae, Tome 1 : Dossier Alexander
Amie Kaufman    Jay Kristoff   
Un roman SF Young Adult qui conviendra finalement à tout âges, déjà par son format, la mise en page est une mine de créativité, remplie de plans, de rapports, de feuilles noires quand l'I.A. s'exprime, d'infographies diverses, le tout de manière très réfléchie et ne posant aucun problème de compréhension, un véritable tour de maître visuel.

De plus nous nous retrouvons dans une histoire où l'on sent que les auteurs ont des références SF et fantastique, le récit m'as fait penser à un mélange entre Battlestar Gallactica et 2001 l'odyssée de l'espace à la sauce virus !!

Les personnages principaux sont classiques du genre Young Adult, une jeune fille rebelle qui apprend le Hacking, un jeune homme un peu gauche qui se retrouve pilote de chasseurs galactique et une entité donnant une âme au vaisseau à l'intelligence artificielle hors norme, beaucoup d'action, le roman est monté sous forme de rapports, comptes rendus, e-mail et captures de messagerie instantanée, ce qui donne pas mal de nouveautés et de différences sur le fond par rapport aux autre livres SF Young Adult.

Je ne dirai rien du tout de l'intrigue pour vous laisser la surprise de la découverte mais sachez que si vous aimez les voyages dans l'espace, l'action et l'originalité vous en aurez pour votre argent.

Voir la chronique sur mon blog :
http://unbouquinsinonrien.blogspot.fr/2017/02/illuminae-tome-1-dossier-alexander-jay.html

par Maks
Warcross, Tome 2 : La revanche Warcross, Tome 2 : La revanche
Marie Lu   
Lire l'article comprenant ma critique sur mon blog : http://cametsesblablas.eklablog.com/warcross-t2-marie-lu-a166232332

Après la très belle découverte que fut Warcross, je me suis immédiatement dirigée vers sa suite et fin, un tome bien différent du premier dans son ambiance plus sombre mais qui une nouvelle fois propose une intrigue intéressante à suivre, quoiqu’un peu plus brouillon, des personnages intrigants ainsi que son lot de rebondissements. Si j’ai trouvé cette suite un peu en dessous du précédent pour des raisons expliquées plus loin, cela n’enlève en rien le fait que l’univers de Warcross ne demande qu’à être exploré.

Bien qu’Emika soit parvenu jusqu’au bout du Championnat de Warcross sans que le NeuroLink ne tombe dans les mains de Zero, l’antagoniste présenté dans le premier tome, c’est pour se retrouver face à un danger tout autre et bien plus proche d’elle qu’elle ne l’aurait crû. De plus, sa tête étant désormais mise à prix, elle se retrouve à collaborer avec celui qu’elle pensait être le véritable ennemi.

Wildcard met donc cette fois-ci au centre le personnage de Zero qui en cache plus que je ne l’aurais deviné. Seulement, Marie Lu prend bien plus de facilités qu’avec le premier tome qui sortait clairement du lot. J’ai trouvé la première partie très addictive, avec des révélations et choix interessants, mais une seconde bien plus lourde et compliquée à suivre. Des éléments qui auraient pu être bouclés dès la première ont été relancés dans la deuxième et prenaient parfois trop d’ampleur à mon goût. J’avais l’impression que l’auteur se perdait elle-même. Certains moments étaient d’ailleurs un peu trop détaillés et ont finis par me perdre au détriment par exemple des si belles descriptions des rues de Tokyo qui m’avaient fascinées dans Warcross. Rien que pour ça l’univers m’a semblé bien moins impactant, les parties de jeux-vidéos étant quasi-inexistantes et les étincelles dans mes yeux bien moins présentes. Il en va de même pour les rebondissements, bien plus apparents, parfois inattendus, mais qui finissent par alourdir l’intrigue, n’innovant pas par rapport à certains livres, notamment vers la fin. Cependant, Wildcard m’a réellement plu dans le fait que la fin de Warcross insérait de nouveaux éléments qui relançaient parfaitement l’intrigue et n’ont pas fait de ce deuxième tome une suite inutile. On a finalement beaucoup de réponses à nos questions et l’auteur poursuit toujours cette réflexion sur les aspects néfaste d’un monde controlé par la technologie. Ici l’univers devient bien plus sombre et brutal, avec des enjeux qui évoluent, ce qui pousse nos personnages à se livrer à leurs plus grandes faiblesses.

Emika se retrouve d’ailleurs en danger dès le début et s’avère être mal entourée de tous les côtés sans pouvoir réellement découvrir qui est le véritable ennemi, un élément qui rend l’histoire d’autant plus prenante. Cette dernière s’ouvre bien plus aux autres, ayant réellement envie de s’intégrer et de tisser des liens. Seulement, si son côté individualiste s’améliore, il est vrai qu’elle passe de l’héroïne en plein dans l’action à une sorte de pion que l’on mène tout le long du livre et qui finit par la subir. Du côté de Zéro et de Hideo, il faut bien avouer que ce sont des protagonistes/antagonistes intéressants qui changent des standards habituels. Le côté parfois trop blanc ou trop noir permet à l’auteur de jouer avec nos nerfs et de nous manipuler très facilement. Cela permet d’ailleurs de se placer facilement dans la tête d’Emika qui est aussi divisée que nous. À mon grand désarroi les personnages secondaires n’ont pas plus de place dans ce tome-ci que dans le précédent, mais si une chose est bien certaine c’est qu’ils vont me manquer. Assez heureuse toutefois qu’on leur ait laissé un moment clef à chacun. Que ce soit pour les principaux ou les secondaires, ce sont tous des personnages touchants grâce aux histoires que l’on découvre plus en profondeur.

Si je ne suis pas à 100% satisfaite avec la fin, m’attendant à un peu plus de pages et à quelque chose d’assez différent, il faut bien avouer que l’auteur à fait un très bon choix en terminant Warcross avec ce second livre qui a mon sens clôture bien l’intrigue. Wildcard met en valeur le fait que la technologie et son avancement ne peuvent pas nous être simplement retirés car c’est une chose que les gens aiment et qui fait intégralement partie de leur vie, au risque cependant que cette forme de pouvoir puisse être détournée. Le tout est peut-être moins efficace que dans le précédent tome mais on retrouve tous les ingrédients qui font de Warcross une bonne histoire avec des personnages et une intrigue intéressante.
Evil, Tome 1 : Vicious Evil, Tome 1 : Vicious
Victoria Schwab   
Ma note: 6/5 (gros coup de cœur)
Chronique disponible sur mon blog: https://callmeeluh.wordpress.com/2017/09/13/villains-tome-1-vicious-de-v-e-schwab/

“Plenty of humans were monstrous, and plenty of monsters knew how to play at being human.”

Il y a certains livres que vous adorez et vous savez malgré tout former des pensées cohérentes pour en parler, et il y en a d’autres qui vous laissent sans voix. Vicious fait partie de cette catégorie. Après mon coup de cœur pour la trilogie Shades of Magic en début d’année, j’étais sûre d’une chose: que j’allais relire du Victoria Schwab. De tous ses romans, Vicious était celui dont j’entendais le plus l’éloge, donc j’ai décidé de me lancer. Je me doutais que j’allais aimer ce livre, j’ignorais juste que ce serait à ce point !

Eli et Victor sont en dernière année de fac. Bien que travaillant sur des thèses différentes, les deux amis se retrouvent rapidement à travailler ensemble sur celle d’Eli, qui recherche les conditions qui mènent à la création d’un ExtraOrdinaire ou EO. Rapidement, les simples recherches vont laisser place à l’expérimentation qui, entre expérience de quasi-mort et conséquences imprévisibles, va vite tourner au vinaigre. Dix ans plus tard, Victor s’évade de prison aux côtés de Mitch, un détenu rencontrer pendant sa décennie passée derrière les barreaux. Durant ces dix années, Victor a eu le temps de se préparer pour la seule chose qui le motive à aller de l’avant: se venger de Eli. Accompagné de Mitch et de Sydney, qu’il a rencontré après son évasion et qui est elle aussi une EO, il compte bien faire payer son vieil ami. Pendant ce même temps, Eli s’est employé à traquer et tuer des EO, à l’exception de Serena, qu’il garde en vie malgré lui.

Par où commencer ? Après avoir lu Shades of Magic, je savais déjà que Victoria Schwab est une auteure de génie, mais pour le coup ce livre repousse les limites du génie. Vicious est différent de tout ce que j’ai pu lire jusqu’à maintenant. Comme beaucoup, je suis habituée à lire des livres qui opposent gentils contre méchants. Or ce livre ne suis pas du tout cette trame: ici c’est l’affrontement entre le mauvais et le pire. Et c’est génial ! C’est original, et c’est tellement plus intéressant que les trames classiques !

“ExtraOrdinary. The word that started—ruined, changed—everything.”

Les personnages sont hauts en couleur et attachants. Qu’on aime les détester ou qu’on les aime tout court, le résultat est le même: ils sont tous incroyables. Chacun d’eux est développé avec intelligence, leur évolution est cohérente, et même si j’ai été surprise plus d’une fois lors de ma lecture par rapport à leurs actions, en prenant du recul on se rend compte que c’est toujours logique.

Durant la première moitié du livre, Victoria alterne les chapitres entre le ‘présent’ et dix ans auparavant, nous permettant de comprendre comment Eli et Victor en sont arrivés là. Au début j’ai eu un peu peur que cette façon de faire casse un peu trop le rythme du livre, mais au final je pense que c’est ce qui m’a rendu encore plus accro à ma lecture.
Dans la deuxième partie les flashbacks sont toujours présents mais moins nombreux, et ne se concentrent plus uniquement sur Victor et Eli mais également sur Sydney, Serena et Mitch. J’ai adoré en découvrir plus sur eux et leur passé, d’autant plus que je ne m’y attendais pas du tout. Il n’est pas rare que des auteurs négligent certains de leurs personnages, mais ce n’est pas le cas de Victoria Schwab qui prend bien le temps de poser les bases de chacun d’eux à travers le livre.

Vicious a un rythme particulier qui, je m’en doute, ne va pas forcément plaire à tout le monde. La première partie est un peu plus lente, mais honnêtement ça ne m’a pas du tout dérangé ! Entre la plume toujours aussi excise de Victoria et l’histoire complètement prenante, j’ai été très rapidement happée par ce livre. Les passages plus lents permettent de construire la tension toujours plus pesante qui nous maintient accroché à notre lecture.

“The paper called Eli a hero.
The word made Victor laugh. Not just because it was absurd, but because it posed a question. If Eli really was a hero, and Victor meant to stop him, did that make him a villain?”

Ce livre a été une vraie claque. Je ne m’attendais pas à une telle lecture. Victoria Schwab nous maintient en haleine du début à la fin et réussi avec brio à créer une histoire aussi complexe qu’incroyable. Je sais que ce n’est que mon quatrième livre de cette auteure que je lis, mais oserai-je m’avancer et dire qu’il s’agit de son meilleur ? En tout cas une chose est sûre: ce livre a été un énorme coup de cœur comme j’en ai rarement.

par Callmeluh
Les carnets de Cerise et Valentin Les carnets de Cerise et Valentin
Joris Chamblain    Aurélie Neyret   
Avis complet : http://vibrationlitteraire.com/les-carnets-de-cerise-et-valentin-de-joris-chamblain-et-aurelie-neyret/

Une belle suite à deux…

J’ai découvert avec plaisir cette magnifique bande dessinée où l’on retrouve l’attachante Cerise accompagnée de son nouveau demi-frère de 7 ans, Valentin. En effet, leur famille est dorénavant une famille recomposée et ils vont alors être associés dans une nouvelle enquête.

J’ai beaucoup apprécié l’enquête imaginaire autour des extraterrestres, même si j’ai trouvé qu’il y avait peut-être un peu trop de planches de dessins de Cerise et Valentin par rapport à des planches reflétant la réalité… mais bon, cela devrait beaucoup plaire aux enfants !

Cette histoire d’extraterrestres n’est finalement qu’une façon pour Valentin d’appréhender tous les changements récents et à venir dans sa petite vie d’enfant. Il a non seulement une nouvelle famille, mais en plus ils s’apprêtent à faire le tour du monde… c’est un peu trop pour ce petit bonhomme qui ne s’y retrouve plus dans la réalité et préfère se réfugier dans son petit monde imaginaire. Cela inquiète pas mal son père, mais pas Cerise qui le rejoint et en profite pour résoudre une nouvelle enquête à son tour.

J’ai adoré cette thématique-là, ce côté psychologique est très bien mené avec l’évolution de Valentin par rapport à l’enquête imaginaire des extra-terrestres et tous les parallèles qui peuvent être faits entre la fiction et la réalité. Cette bande dessinée est vraiment adaptée dans notre société actuelle où la famille recomposée est devenue très fréquente (avec toutes les difficultés associées !).

Une nouvelle bande dessinée magnifique avec Cerise et son nouveau demi-frère Valentin. J’ai adoré la portée psychologique de l’histoire donnant un grand rôle à l’imaginaire dans l’acceptation et le dépassement réel des difficultés éprouvées par Valentin. Les dessins sont absolument magnifiques, je vous la recommande chaudement !

par Mayumi
Alex Verus, Tome 3 : Persécution Alex Verus, Tome 3 : Persécution
Benedict Jacka   
http://delivreenlivres.blogspot.fr/2016/07/alex-verus-book-3-taken-de-benedict.html

Ce tome est le troisième de la série Alex Verus, et c'est mon préféré pour l'instant de la série.
J'avais un peu peur quand j'ai commencé ce tome, parce que la série pour l'instant en était encore à sa présentation et familiarisation avec des tomes assez léger et si ce tome n'arrivait pas à lancer vraiment le train j'aurais pu perdre tout mon intérêt pour la suite. Mais heureusement ce tome a été vraiment réussi et je suis ravie de la direction que prend la série. Je lirais la suite avec plaisir !

Non pas que je n'ai pas aimé les précédents mais malgré une lecture fun et rapide j'attendais vraiment que la série prenne de la profondeur. Et c'est chose faite avec ce tome.
Alex Verus est un devin, et désormais il est vraiment connu, les clients arrivent en nombre et il ne se gêne pas pour refuser les boulots car nombreux sont ceux qui ne correspondent pas à ses capacités.
Comme toujours l'intrigue commence de façon innocente et fini par lier petit à petit tous les évènements qui pris à part ne donnaient rien, on retrouve en fait la façon de faire des Dresden, mais en plus rapide et plus court.
D'un coté Alex doit enquêter sur une histoire d'apprenti disparu sans laisser de trace à un endroit ou un artefact pour bloquer la magie a été utilisé et d'un autre coté, alors qu'il commence à s'en faire pour ceux qu'il connait, notamment ceux du cours de Luna, il est témoin d'une tentative d'assassinat Anne, une de ses amies. Hors la tentative ne ressemble en rien aux autres disparition car elle était violente, et absolument pas discrète et l'artefact n'a pas été utilisé. Les deux faits sont-ils liés? Le "maître" d'Anne, un monstre réputé sanguinaire est-t-il dans le coup? Sans parler d'Onyx qui refait surface avec Morden et qui se retrouve aussi dans les pattes d'Alex, et qui a bien l'intention de lui faire payer les affronts du passé. Tous les indices semblent mettre en cause une maison étrange ou aura bientôt lieu un tournois magique très réputé.

J'ai bien aimé le contexte, une maison "magique" qui a grandit et vit plus qu'elle n'a été construite, et qui brouille les pouvoirs et notamment ceux d'Alex. Ce qui nous permet de souffler un peu au niveau des prédictions, et nous change des faits habituels car Alex ne peux compter que sur ses instincts et ses réflexes d'humain normal pour avancer cette fois ci !
Anne et Variam, les apprentis auquel de frotte Alex m'ont bien plu. Même si ils sont des adolescents typique, on les sent perdu, et ils sont dans une situation difficile qui rappelle beaucoup de mauvais souvenirs à Alex.
Et c'est la que j'ai adoré le personnage d'Alex, il passe de solitaire qui veut sauver son cul à adulte responsable qui veut sauver les autres parce qu'ils n'ont rien pour se défendre. En un sens son personnage dans ce tome m'a vraiment fait ressentir les même sentiments que j'ai à l'égard de Dresden. Ce qui est un très bonne chose.

Le mystère est bien complexe cette fois ci, plus que dans les deux précédents, je n'avais absolument pas deviné ce qu'était la fin, je suis vraiment passé très loin dans mes prévisions. J'ai adoré ce livre parce qu'il y a un bon rythme entre l'enquête et le coté social.
Par rapport à ce que je disais que le tome précédent, on a justement le type de personnage que j'attendais qui arrive, en la personne de Talisid. Bon on le connaissait déjà mais c'était jusque la un personnage ultra secondaire dont on ne connaissait rien, et la il commence à prendre de l'ampleur, ce qui n'est pas pour me déplaire.
J'ai bien aimé aussi que l'histoire rajoute de la profondeur au monde, notamment sur l'histoire des monstres.

En résumé ce tome est le meilleur de la série pour l'instant, j'ai passé un excellent moment avec cette enquête qui donne une vrai profondeur au monde et surtout au personnage principal qui prend vraiment de l'importance ici.

17/20


par lianne80
Les Âmes rouges, Tome 2 : L'appel Les Âmes rouges, Tome 2 : L'appel
Alicia Kroze    Sarah Kroze   
Ce Tome 2 est un très gros coup de cœur. Encore meilleur que le premier. Je me suis ruée dessus le jour de sa sortie et je ne suis pas du tout du tout déçue!! Je viens de le refermer et mes mains en tremblent encore... J'ai été happée du début à la fin. Et quelle fin, misère. Je ne sais pas si je vais réussir à attendre la suite. Comment vous dire sans vous spoiler: la couverture révèle vraiment bien le contenu de ce second tome. On retrouve Ellie qui va devoir affronter son Krôl qui la fissure littéralement de l'intérieur. On en apprend plus sur les origines de ce ver parasite mais aussi sur celui des chasseurs et des sorcières qui l'ont créé. On retrouve Samy qui va être confronté aux dangers de son pouvoir. Ce petit, je l'adore. Romain! Romain. Dès que je lis un passage avec lui, l'effet est instantané, je me retrouve à sourire et à rire: c'est la petite crapule qui se retrouve au mauvais endroit, au mauvais moment. Et pourtant, ce doit être lui le personnage le plus humain de tous, parce que même s'il est du "mauvais côté", j'ai été heureuse pour lui pour ses petits exploits, j'ai eu peur pour lui et j'ai admiré son courage. Je ne pensais pas apprécier autant un personnage secondaire. Même Divna a gagné en humanité, on en apprend plus sur son histoire et pourquoi elle est comme elle est tout comme Maxime. Quant à Aiden, il est encore plus énigmatique et charismatique que dans le tome 1 et tout ses passages avec Ellie vont être relus en boucle, je vous le garantie! Les flashbacks/ retours en arrière sont tellement riches et boulversant (j'ai pleuré. Oui, oui, ça faisait longtemps que ça ne m'était pas arrivé).
Et la fin, il ne vaut mieux pas que j'en parle. Mais je suis sur les fesses. Cette fin va me ronger pour l'année à venir. Et elle est si prometteuse, j'ai vraiment hâte de lire la suite.
En résumé, je recommande vivement la saga Les Âmes Rouges. Vous allez y retrouver, du frisson, parce que, soyons clair, il y aura des zombies et pas que!
De l'amour et beaucoup, à vous faire pleurer et frémir!
De l'action et par dessus tout de la profondeur.
Plus j'y pense et plus je me dis que tout a très bien été ficelé et organisé, même certains passages du Tome 1 qui prennent leur sens tout d'un coup. On est tout de suite fière d'avoir remarqué un détail et de voir à quel point il est important! Rien est laissé au hasard. Bonne lecture à tous!

par ClemGri
Animas, Tome 2 : Le vrai roi Animas, Tome 2 : Le vrai roi
C. R. Grey   
Retrouvez d'autres chroniques sur mon blog : https://lesfantasydamanda.wordpress.com/
------------------------------------------------------------

--- Un deuxième volet à la hauteur du premier… ---

…mais pas de coup de coeur ? En vérité, c’est un peu plus compliqué que ça. Pour moi, Le vrai roi est aussi bon que L’héritier, mais c’est ce dernier qui m’a permis de découvrir l’univers fantastique d’Animas. En d’autres termes, le plaisir de la découverte m’a semblé inégalable, raison pour laquelle je n’ai pas classé ce tome 2 en coup de coeur.

Toutefois, cela ne m’a pas empêchée de le dévorer en un week-end, tant il est addictif ! Alors, surtout, ne vous fiez pas au synopsis bateau ; cette saga vaut vraiment le détour.

--- Un tome de transition ? Pas pour Animas ! ---

Ce que bon nombre de lecteurs redoutent avec les volumes intermédiaires, et à plus forte raison lorsqu’il s’agit d’une trilogie, c’est qu’ils se révèlent inutiles, sans intérêt. Eh bien, je vous rassure tout de suite : C. R. Grey, forte de son scénario, vous réserve encore des surprises, et pas des moindres.

Dans Le vrai roi, de nouveaux complots apparaissent, les enjeux gagnent en ampleur, la révolte gronde. En effet, les Dominae, et en particulier Viviana, n’ont pas l’intention d’abandonner leur désir de conquête…

--- Un talent qui se confirme ---

Dans le premier numéro, l’auteure a déjà prouvé qu’elle était capable de choix audacieux, mais néanmoins réussis, et elle réitère cet exploit ici. Comment ? En bouleversant son intrigue pour mieux piéger son lecteur !

Ainsi, C. R. Grey dissémine des indices tout au long de son histoire, indices que j’ai bien entendu repérés… sans pour autant les comprendre aussitôt. Et même si je suis finalement parvenue à démêler le vrai du faux, je peux vous assurer que j’ai été – une fois de plus ! – étonnée, emportée, subjuguée.

--- Des héros de plus en plus attachants ---

C’est avec un plaisir non dissimulé que j’ai retrouvé la petite bande rencontrée dans L’héritier : Bailey, mais aussi Tremelo, Tori, Phie, Hal et leurs compagnons à poil, à plumes ou à écailles. Mais alors qu’ils n’étaient, pour la plupart, que de simples écoliers, les voilà définitivement entraînés dans une révolution qui les touche directement. Malgré leur jeune âge et des craintes bien fondées, ils n’hésiteront pas face au danger.

J’ai également découvert Gwen sous un autre jour. Sans le soutien de l’Ancien, elle n’a d’autre choix que de prendre ses propres décisions, d’emprunter son propre chemin. Et son destin, je peux déjà vous le dire, est loin d’être commun…

--- Un final explosif ---

La force de C. R. Grey réside, selon moi, en sa capacité à porter son intrigue jusqu’à son terme. La tension augmente d’un cran à chaque chapitre, les desseins des antagonistes se dévoilent peu à peu et on n’attend qu’une chose : découvrir qui l’emportera.

Mais ce n’était qu’une bataille de plus. Moi, ce qui m’importe à présent, c’est de savoir qui gagnera la guerre. Bref, vous l’aurez compris, je compte bien me jeter sur le tome 3 dès sa sortie !
Caraval, Tome 2 : Legendary Caraval, Tome 2 : Legendary
Stephanie Garber   
Ma note: 4.5/5
Chronique disponible sur mon blog: https://callmeeluh.wordpress.com/2019/01/04/caraval-tome-2-legendary-de-stephanie-garber/

“Every good story needs a villain. But the best villains are the ones you secretly like.”

Ça fait maintenant environ un an et demi que j’ai lu Caraval pour la première fois, et après des mois passé dans ma PAL, il était temps que je me lance dans Legendary. Pour me préparer à ma lecture j’ai donc commencé par relire Caraval (parce que je ne me souvenais de presque plus rien), pour ensuite passer à Legendary. J’avais beaucoup aimé Caraval malgré pas mal de petits détails qui me dérangeaient, mais rien n’aurait pu me préparer à la claque qu’a été Legendary.

Quelques jours ont passé depuis la fin du Caraval gagné par Scarlett, et déjà la troupe de Legend se prépare à partir pour Valenda, capitale de l’empire, pour un nouveau jeu en l’honneur du 75e anniversaire de l’impératrice Elantine. Mais sous ses airs de jeu, ce Caraval pourrait se révéler plus réel et dangereux que jamais. Bien que réticente à y participer, Donatella va se retrouver malgré elle contrainte d’y participer afin de payer une dette qu’elle pourrait bien payer de sa vie si elle ne parvient pas à gagner.

Dans le premier tome, l’une des choses qui m’avaient le plus dérangée était le personnage principal. C’est simple : j’ai vraiment eu du mal avec Scarlett. Alors quand j’ai commencé Legendary, j’ai été agréablement surprise de voir qu’on suivait désormais Donatella. J’avais déjà préféré son personnage dans Caraval, et ça a été un pur plaisir de la découvrir plus en détails dans ce nouveau tome.
Si je la pensais insouciante et même un peu naïve aussi, le fait de découvrir son point de vue aide réellement à mieux comprendre son personnage, et surtout à l’apprécier. Je l’ai bien plus aimé que Scarlett, et ça s’est ressenti dans la suite de ma lecture. Bien qu’elle soit la plus jeune, je l’ai trouvée bien plus mature que sa sœur.

“Tella was the sister who would destroy the world if anything happened to Scarlett, but Scarlett’s world would be destroyed if anything happened to Tella.”

J’ai été agréablement surprise par le tournant qu’a pris l’histoire dans ce second tome. Après avoir fini Caraval je ne savais pas trop comment tout cela pouvait continuer sans que cela paraisse redondant, et Stephanie Garber est parvenue à me surprendre jusqu’au bout ! Certes, on retrouve la même base quand dans le tome précédent avec le Caraval, mais les enjeux sont ici bien plus réels, et j’ai eu l’impression qu’on le sentait dès le début, avec une atmosphère plus pesante que jamais.
J’ai également trouvé ça intelligent que l’on suive Tella ici puisque son expérience avec Caraval lui donne la possibilité de s’en « détacher » et de voir le vrai du faux… jusqu’à ce qu’elle se rende compte que tout n’est peut-être pas si faux.

J’ai eu un peu peur quand j’ai vu arriver le début de ce qui semblait être un triangle amoureux, et ma première pensée a été « pitié non, tout mais pas ça ».

Heureusement pour moi, ce n’est pas vraiment le cas. La dynamique de ce trio sera très différente de ce que je pensais, et je l’ai absolument adorée ! J’ai trouvé la relation entre ces personnages très intéressante, et on se rend rapidement compte au cours de notre lecture que beaucoup de points importants reposent sur les « liens » qui les unissent (avec des très grands guillemets).

L’un de mes problèmes dans le tome précédent était la présence d’éléments sur l’univers où se passe l’histoire, dans le sens où j’avais l’impression qu’on nous les envoyait sans trop de raison, juste pour donner une impression de world-building alors qu’il n’y en avait pas. Dans ce nouveau tome on comprend enfin un peu mieux cet univers, beaucoup d’éléments viennent s’ajouter à ceux que l’on connaît déjà, et surtout on peu enfin dire qu’il y a du world-building.

Ce livre est une série de retournements de situation plus surprenants les uns que les autres, même si certains plot twists m’ont laissée un peu perplexe dans leur révélation. En effet, certains détails nous sont donnés sur un plateau d’argent, et si l’auteure fait tout pour qu’on doute de nos convictions sur ces derniers, ça ne fonctionne malheureusement pas. C’est d’ailleurs mon plus gros reproche pour ce livre..

“Every story has four parts – the beginning, the middle, the almost ending, and the true ending.”

J’ai (presque) tout adoré dans ce livre. La romance m’a énormément plu, elle est certes bien présente, et l’alchimie entre les personnages est indéniable, mais je n’ai pas eu l’impression qu’elle prenait le dessus sur le reste. J’ai trouvé les personnages tous très intéressants et étonnamment bien développés, et l’intrigue est très bien ficelée et complexe sans pour autant qu’on ne se perde dedans.

Après avoir beaucoup aimé (mais sans plus) Caraval, je ne m’attendais pas à autant adorer Legendary. Outre les quelques petits détails qui m’ont un peu dérangée (et encore, il y en a vraiment pas tant que ça), j’ai adoré ma lecture, et une partie de moi regrette de ne pas l’avoir lu plus tôt.
Ce tome sort en début d’année en France, et je ne peux que vous conseiller de le lire, même si Caraval ne vous avait pas convaincu.
Maintenant je n’ai qu’une seule hâte: que Finale sorte, pour que je puisse découvrir comment tout ça va se terminer. Vivement le mois de mai !

par Callmeluh
Magic 7, tome 4 : Vérités Magic 7, tome 4 : Vérités
Kid Toussaint    Rosa La Barbera    Giuseppe Quattrocchi   
Je n’accroche toujours pas trop à l’histoire de base, les sept sorciers qui se retrouvent, sauvent le monde, blabla.
Je n’accroche toujours pas trop au principe qui part dans tous les sens parce que vouloir traiter sept personnages en 40 pages en leur donnant une histoire à chacun ou presque, ça force à aller vite sans approfondir.
Mais au moins, ce tome, racontant les histoires passées de chaque mage, est plutôt bien fait. On n’a pas une seule histoire embrouillée, on en a sept courtes.
Dire qu’elles sont intéressantes serait probablement exagéré… Disons qu’elles ne passent pas trop mal…
Et un dessinateur différent pour chaque, c’est une bonne idée, qui donne un intérêt supplémentaire à la BD – qui reste tout de même globalement moyennement intéressante…