Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Benjamin-48 : Ma PAL(pile à lire)

retour à l'index de la bibliothèque
L'Hérésie d'Horus, tome 10 : Chroniques de l'Héresie L'Hérésie d'Horus, tome 10 : Chroniques de l'Héresie
Gav Thorpe    Dan Abnett    Graham McNeill    Mike Lee    Anthony Reynolds    James Swallow   
Bon tome. Les nouvelles sont intéressantes et nous permettent de découvrir plus de personnages de l'univers Warhammer tels que la garde custodienne et les sœurs du Silence. On voit aussi enfin apparaître l'Empereur en personne ce qui est pour moi un événement notable ! Après il est dommage que toutes les histoires ne revêtent pas une grande importance dans l'histoire de l'Hérésie.

par romain1
Les Royaumes oubliés - La Légende de Drizzt, tome 11 : Lame furtive Les Royaumes oubliés - La Légende de Drizzt, tome 11 : Lame furtive
Robert Anthony Salvatore   
Il y a beaucoup d'action dans ce tome. Wulfgar part de son côté pour se retrouver ou essayer de se trouver à la lumière de ce qu'il s'est passé dans ces dernières années. Drizzt essaie de transporter l'éclat de cristal pour le détruire mais Jarlaxle s'implante dans le monde de la surface en utilisant Artémis Entreri comme fer de lance de ses nouveaux projets. Artémis n'a pas trop le choix mais n'a pas encore surmonté ses rencontres avec Drizzt et Jarlaxle s'en rend compte. Il s'arrange alors pour manipuler les deux partis et a des vues sur l'éclat de cristal. Tome intéressant et fluide. De nouvelles aventures promettent d'être conduite dans le prochain tome. Surtout du côté de wulfgar.

par Djczq
Les Royaumes oubliés - La Légende de Drizzt, tome 12 : L'épine dorsale du monde Les Royaumes oubliés - La Légende de Drizzt, tome 12 : L'épine dorsale du monde
Robert Anthony Salvatore   
Aïe aïe aïe, que c'est laborieux ! A-t-on obligé l'auteur à écrire les derniers tomes de la saga ? Parce que le contraste avec les premiers est quand même saisissant. Il ne se passe absolument rien d'intéressant. C'est beaucoup trop long et répétitif. Les personnages sont mous et l'intrigue quasi inexistante. Je pense que je vais me contenter d'un résumé pour le dernier tome.

par Elodia
Les Royaumes oubliés - La Légende de Drizzt, tome 10 : Une Aube nouvelle Les Royaumes oubliés - La Légende de Drizzt, tome 10 : Une Aube nouvelle
Robert Anthony Salvatore   
Une nouvelle quête se profile à l'horizon, Drizzt essaie de comprendre les étranges événements qui suivent l'attaque contre le capitaine Deudermont. Drizzt et ses amis traversent à nouveau le monde des Royaumes pour sauver leur compagnon emprisonné. Ils font la rencontre de nouvelles personnes dont les convictions ressemblent beaucoup à celles de Drizzt et Cattie-Brie. On trouve enfin des personnes qui ne sont pas égoïstes ou complètements bornées autres que le groupe de Drizzt et ça change beaucoup. Ils ont l'air d'avoir eu des aventures tout aussi impressionnantes que celles qui nous sont contées dans cette série. J’espère que ces aventures seront un peu plus détaillées ou qu'on rencontrera ces personnages à nouveau.

par Djczq
L'Hérésie d'Horus, tome 29 : Vengeful Spirit partie 2, La Bataille De Molech L'Hérésie d'Horus, tome 29 : Vengeful Spirit partie 2, La Bataille De Molech
Graham McNeill   
Une vague d’un vert océan allait s’écraser sur les plages d’Avadon ; mais cette vague-ci ne refluerait pas, et continuerait simplement de pousser plus loin. Une machine blindée tout en puissance de feu et en résistance transhumaine. La percée devait s’opérer à vitesse maximale.
Deux cents Land Raider des Sons of Horus emmenaient la poussée du fer de lance.
Sans grâce, sans finesse ; rien qu’un coup de marteau en plein cœur.
Edoraki Hakon, marshalle de l’Océanique Nord, attendait l’armée de Lupercal avec toute une ligne de points fortifiés, de tranchées profondes, six régiments complets de l’Armée et une compagnie de super-lourds retranchés. Ses défenses bordaient les falaises côtières et encerclaient l’extrémité continentale de la chaussée. Si les Sons of Horus voulaient atteindre la terre, ils devraient quitter Damesek par la force des armes.
La raison pour laquelle un tacticien tel qu’Horus avait établi une tête de pont sur une île dont le seul point de sortie viable se limitait à une chaussée étroite dépassait son entendement.
Cette décision qui n’avait aucun sens était pourtant celle que le Maître de Guerre avait prise.
Personne au sein de son grand état-major ne savait expliquer le raisonnement d’Horus, mais l’opportunité de châtier les traîtres pour leur erreur leur appartenait désormais.
Les compagnies d’artillerie d’Holst Lithonan postées sur les hauts caps de l’île avaient passé la nuit à se battre en duel contre les canons d’Hakon, et la marshalle avait été contrainte, à contrecœur, de faire reculer ses pièces les plus lourdes lorsque les premières lueurs de l’aube avaient point à l’horizon.
N’ayant plus à craindre les tirs de suppression, les canons renégats avaient fait pleuvoir les missiles brouilleurs sur les impériaux. Des bancs d’une brume électromagnétique scintillante se dégageaient des obus tournoyants, annulaient les solutions de tir et perturbaient les outils de télémétrie soigneusement calibrés.
Alors que les artilleurs impériaux peinaient à voir au travers de ce voile de brume, les Land Raider des Sons of Horus se ruaient sur la dernière portion de chaussée vers le continent. Des Whirlwind modèle Scorpius tiraient en cloche au-dessus d’eux leurs salves de missiles, dont les têtes détruisaient les pièges antichars et retournaient les champs de barbelés dans une tempête d’explosions souterraines.
Les premiers Land Raider atteignirent violemment le bas de la chaussée au milieu de la fureur des autocanons lourds, des affûts à servants et des emplacements de canons laser. Les chars super-lourds d’Hakon se cabrèrent dans leurs bermes lorsque les canons démolisseurs ajoutèrent leur grondement au vacarme. Mortiers de siège et bombardes, couleuvrines et obusiers éructèrent leurs charges explosives dans le ciel.

par neicna16
L'Hérésie d'Horus, tome 28 : White Scars L'Hérésie d'Horus, tome 28 : White Scars
Chris Wraight   
Il roula sur le ventre, et toussa du sang entre ses dents cassées. Il se traîna, son torse frotta sur l’herbe et la terre dure, avant qu’il ne sente des mains se baisser pour le saisir à nouveau.
Se replier, puis revenir.
Les mots lui vinrent tandis que ces mains tiraient sur son kaftan déchiré. Tel était le premier principe de l’art du combat Khin-zan : déséquilibrer, forcer l’autre à trop s’engager, frapper à contre-pied.
Tamu ramena vivement ses genoux sous lui et poussa brusquement en arrière, contre les mains qui l’agrippaient. Il entendit un grognement de surprise lorsque son corps maigre jaillit vers le haut, cogna contre l’un de ses assaillants et l’envoya s’étaler.
Il se retourna en se tordant sur lui-même, expédia son poing serré, et sentit le coup porter. Un autre grognement, un autre corps qui tituba.
Quelque chose frappa sa tempe, le jeta de nouveau au sol. La vue de l’herbe se brouilla en dessous de lui. Son visage la percuta, et le goût des grains de terre lui envahit la bouche.
D’autres coups tombèrent ; des coups de pied dans les jambes, d’autres sur son dos exposé. Il se tortilla, essaya de trouver le moyen de se redresser. Une douleur chaude et humide se manifesta à l’arrière de son crâne.
Pensant qu’ils en avaient fini avec lui, l’un d’eux se pencha, tendit la main, prêt à le soulever par la peau du cou et à le jeter aussitôt au sol, à la façon dont les Talskar affirmaient leur domination d’un adversaire.
Se replier, puis revenir.
Tamu attendit encore, juste une fraction de seconde. Puis il se cabra de plus belle, fit le dos rond et se tordit comme une anguille, se retourna, agrippa le torse de son agresseur. La surprise se lisait sur le visage qu’il trouva face à lui, et il se mit à rire. Puis il frappa de la tête, contre un front proéminent, vit voler les gouttelettes de sang, et l’autre reculer sous l’impact.
Il crut alors pouvoir se dégager d’eux, parvenir à s’enfuir le long du lit à sec de la rivière jusqu’à se mettre en sécurité. Son espoir se révéla de courte durée ; il fut empoigné à nouveau, plus fermement cette fois. Deux mains l’agrippèrent solidement aux épaules. Il fut jeté sur le dos. Il vit trois visages flotter au-dessus de lui, tous meurtris et furieux. Un autre coup de pied s’abattit, et le frappa en plein ventre. Il se recroquevilla en s’étouffant.
— Ça suffit. »
Ils s’arrêtèrent immédiatement, et tournèrent la tête. L’incertitude parcourut leur groupe.
Tamu souleva sa tête. Sa vision était floue. Il vit l’un d’entre eux détaler, se mettre à courir en traînant la jambe. Alors les autres le suivirent : deux hommes trapus du foyer d’Alju, portant la ceinture en tissu rouge des keshig du vieil homme. Ils ne jetèrent pas même un regard en arrière. Tandis qu’ils couraient, ils accélérèrent, comme si une panique étrange les avait soudain pris.
Tamu sentait son sang lui couler à l’arrière du cou. Il s’efforça de se relever, mais n’y parvint pas. Le vent lui paraissait froid contre ses vêtements, même si le soleil était haut dans le ciel.
Il n’arrivait pas à voir celui qui avait parlé. La lumière se réverbérait douloureusement sur les plaines et l’aveuglait. Il se redressa sur ses deux coudes.

par neicna16
L'Hérésie d'Horus, tome 29 : Vengeful Spirit partie 1, Les Fils de Lupercal L'Hérésie d'Horus, tome 29 : Vengeful Spirit partie 1, Les Fils de Lupercal
Graham McNeill   
Les minces volutes de fumée odorante qui s’élevaient des braseros dentelés remplissaient la pièce d’une fragrance de cannelle et de chèvrefeuille. Un très léger lustre d’huile mêlée de sueur et d’haleine parfumée complétait ce tableau lénifiant. Les premières lueurs dorées de l’aube filtraient entre les persiennes des lucarnes, et se déversaient langoureusement sur le couple immobile et ivre de bonheur allongé dans le lit somptueux, les yeux perdus dans le vague, les bras et les jambes entrelacés.
Trois bouteilles de vins fins de Caeban étaient posées sur une table artisanale, près du lit, et les traces rouges qui tachaient les draps témoignaient d’une consommation excessive. Raeven retira le bras qu’il avait glissé sous les épaules de Lyx, et passa le doigt sur le tatouage reptilien habituellement caché derrière son oreille par ses cheveux auburn.
— Es-tu consciente des ennuis que tu t’attirerais si quelqu’un voyait ça ? » demanda-t-il.
— Tu l’as bien vu, » répondit-elle.
— Oui, mais je ne vais pas te dénoncer pour un simple tatouage de culte.
— Alors pourquoi devrais-je m’inquiéter ? » poursuivit-elle en souriant. « Nul autre que toi ne l’a vu.
— Pas même Albard ?
— Surtout pas Albard, » fit-elle en riant, une légèreté qui ne trompa cependant pas Raeven.
— Tu ne fricotes tout de même pas sérieusement avec le culte du Serpent, si ? »
Lyx secoua la tête avant de l’embrasser.
— Est-ce que tu m’imagines vraiment en train de danser toute nue dans la forêt ?
— Maintenant, oui. Ils font vraiment ce genre de chose ?
— C’est ce qu’on dit. Sans compter qu’ils sacrifieraient des vierges et copuleraient avec des nagas. »
Raeven fit une mine dégoûtée. Comme beaucoup de gens, il avait entendu les rumeurs sur les ignobles pratiques du culte du Serpent, leur foi déplacée en de vieilles divinités et leur rejet de toute forme d’autorité. Et comme beaucoup de gens, il ne leur avait pas accordé plus d’importance que cela, pas plus qu’à de simples ragots en tout cas.

par neicna16
L'Hérésie d'Horus, tome 22 : Les Ombres de la traitrise L'Hérésie d'Horus, tome 22 : Les Ombres de la traitrise
Aaron Dembski-Bowden    John French    Gav Thorpe    Dan Abnett    Graham McNeill   
Excellent ! Comme toujours je ne suis jamais déçue par un roman de l'hérésie d'Horus, mais celui ci était vraiment bien. Toutes les nouvelles étaient très intéressantes et permettent de découvrir des événements passé pour certains avec de nouveaux personnages comme ceux présents dans le projet Kaban et qui décrivent les événements sur Mars. Les deux romans courts sont ceux qui m'ont le plus marqué, être plonger dans l'univers des Imperial Fists et des Night Lords était le plus intéressant et nouveau quand on n'a pas beaucoup les Night Lords par exemple par le passé. Des personnages marquant comme Sigismund et Sevatar que j'aimerais énormément revoir par la suite. Les primarques sont aussi très présents, ils doivent faire face à leurs propres démons et leurs envies. Je les ai trouvé plus humain qu'à l'accoutumée et bien plus intéressant que les rares fois ou nous avons pu en voir certains. Pour finir, c'était mon premier recueil de nouvelles que je lisais que se soit dans l'univers de Warhammer ou autre et j'ai bien aimé le principe même si j'aurais aimé que certaines histoires soient plus longues ^^
L'Hérésie d'Horus, tome 25 : La Marque de Calth L'Hérésie d'Horus, tome 25 : La Marque de Calth
Dan Abnett    Graham McNeill    John French    Aaron Dembski-Bowden    Rob Sanders    Guy Haley    Anthony Reynolds    David Annandale   
Les chants que scandaient les prêtres humains d’Erebus atteignirent leur paroxysme lorsqu’il déballa l’anathame de son linge consacré. Avec révérence, l’Apôtre Noir le souleva ; une main sur le manche, l’autre sous la lame, paume ouverte, afin de ne pas en toucher le tranchant redoutable.
Il n’était fait ni de métal ni de pierre, mais possédait les caractéristiques des deux, et dégageait une chaleur au toucher, comme s’il était vivant. Cette arme était celle qu’Erebus avait volée à l’interex, celle qui avait blessé le Maître de Guerre et l’avait amené à la voie authentique. Un artefact sacré, la clé d’une conjuration qui s’étendait sur des dizaines de millénaires.
Et Erebus allait à présent devoir l’outrager.
Il présenta la lame aux statues des quatre puissances qui dominaient l’espace du sacellum à bord du Destiny’s Hand, leur adressa ses prières et ses incantations, en saluant tour à tour chacun des seigneurs du Warp. Huit prêtres des cultes, porteurs d’icônes et d’encensoirs, imitaient tous ses mouvements en joignant leur propre chœur à ses suppliques. Ils emboîtèrent le pas à Erebus quand celui-ci marcha solennellement jusqu’au grand autel de l’Octed qui dominait la nef. L’Apôtre Noir n’accordait guère d’intérêt aux simples mortels, mais ces prêtres comptaient parmi ses serviteurs de confiance.
Ce qu’il accomplissait ici devait rester secret jusqu’à l’heure voulue. Les portes étaient barrées. Ses guerriers personnels montaient la garde au-dehors.
Devant la grande étoile d’airain et de fer avait été installée une enclume, spécialement fondue et sanctifiée pour ce seul rituel. Des artisans encapuchonnés se tenaient prêts de part et d’autre d’elle : Guldire, premier parmi les façonneurs du Warp de l’Apôtre Noir, accompagné de son meilleur apprenti. Ils l’assisteraient dans sa tâche, dirigeraient ses coups et écarteraient de lui les énergies dangereuses qui pourraient être libérées.
Les façonneurs ne cillèrent pas lorsqu’Erebus tendit la lame terrible vers eux. Il saisit la poignée à deux mains et leva l’anathame, pointe vers le haut, contre son front. Les yeux fermés, une prière murmurée par le mouvement rapide de ses lèvres, il plaça l’arme sur l’enclume, l’arme sainte qui avait amené Horus Lupercal vers la lumière.
Les prêtres baissèrent leurs icônes et étouffèrent leurs flambeaux. Ils tirèrent leurs athamés de leurs manches. Leur psalmodie se fit plus grave.

par neicna16
L'Hérésie d'Horus, tome 26 : Vulkan est vivant L'Hérésie d'Horus, tome 26 : Vulkan est vivant
Nick Kyme   
Excellent tome. L'histoire suit Isstvan 5 en racontant les actions des survivants Salamanders ainsi que la captivité de leur Primarque. La narration à la première personne des parties concernants Vulkan sont de plus très intéressantes. J'ai aussi eu une surprise en retrouvant La Cabale que j'avais découvert dans Légion et qui continue à agir comme elle pense devoir le faire...

par romain1
  • aller en page :
  • 1
  • 2