Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Berenice-1 : Liste de bronze

retour à l'index de la bibliothèque
Le Pouvoir des lys, Tome 1 : Précieuse Le Pouvoir des lys, Tome 1 : Précieuse
Maria V. Snyder   
Je suis sous le charme ! Quel plaisir de retrouver la plume de Maria V Snyder ! Il est d'ailleur fort dommage que cette auteur soit très peu traduite chez nous. Car mis à part sa série Study et Inside et Out, ses autres séries tel que Glass, le spin off en 3 volumes de la série des Study (Elena et Valek) et Healer volume 1 et 2 ne sont malheureusement pas traduit en français ! Et d'après les dires ce n'est pas pour tout de suite ! Mais je tiens à rassurer ses fans françaises, l'américain/anglais de l'auteur est assez aisé à lire, même pour un débutant ! Bref !

Ici l'histoire se situe dans un monde créé de toute pièce par l'auteur, c'est son credo, nous faire voyager à travers des mondes issus de son imagination débordante et fantastique !

L'histoire démarre avec la capture de Avry de Kazan, jeune femme de 20 ans, magicienne guérisseuse ! Depuis que la peste s'est abbatue sur le monde, les guerisseurs, du moins le peu qu'il en reste, font l'objet de traques soit pour les contraindre à soigner les infestés, soit plus couramment pour les discéminer car il est dit que les guerrisseurs sont à l'origine de la peste ! 15 royaumes se partagent ce monde et comme dans tout univers politique, il y a les bons et les mauvais !
Avry se retrouve donc enfermée, pour avoir osé guerrir la fille de ses logeurs, dans l'attente de sa pendaison, mais réussit à s'échapper grâce à une faction d'hommes, composés de 5 guerriers dont le chef, Kerrick n'a d'autre dessein que l'obliger à soigner le roi de son royaume, Ryne, ce dernier atteint de la peste !
Mais le don de guérison a un prix, car les magiciens qui usent de ce don absorbent une part des blessures et des maladies en retour !
Avry qui a entendu bien des choses horribles au sujet du roi, n'est pas du tout encline à user de son pouvoir surtout quand on connait les conséquences d'un tel acte et cette jeune femme de caractère compte bien ne pas obéir et suivre sans broncher ce petit groupe de guerriers auquel elle va s'accrocher bien malgré elle ! De plus, la froideur, voire la violence dont fait preuve Kerrick à son encontre n'aident en rien !
Leur périple va prendre cependant une tournure inattendue, puisque Avry va faire l'objet de convoitises de la part d'autres royaumes, et de géôliers, ses compagnons guerriers vont devenir ses protecteurs, sa famille, ses frères...
Un magnifique roman de fantasy où l'amour et l'amitié vont prendre une place des plus importantes ! Une fin presque tragique pousse le lecteur à sauter sur la suite, scent of magique, avec frénésie !
Les fans de la première série de l'auteur avec Elena et Valek trouveront leur compte, puisque j'ai eu l'immense plaisir de retrouver des similitudes dans cette nouvelle série ! Espérons une traduction chez Darkiss pour cette série sensationnelle !

....

Bonne nouvelle, je viens d'apprendre par Darkiss que cette série devrait être traduite d'ici fin 2013 !
Les Ombres de la nuit, Tome 1 : Morsure secrète Les Ombres de la nuit, Tome 1 : Morsure secrète
Kresley Cole   
Un petit bijou
Tome 1 de la saga des ombres de la nuit, ce livre nous plonge dans un monde, "le mythos", peuplé de toutes les créatures que l'on adore: les vampires, les loups-garous, les valkyries... Toutes ces races se font la guerres depuis des millénaires. Mais quand Lachlaine roi des loups-garous rencontre son âme soeur en la présence d'Emma une créature mi-vampire, mi-valkyrie, l'amour va t'il surpasser la haine que se voue les deux protagonistes?


par Adèle
Bienvenue à Rattlesnake Bienvenue à Rattlesnake
Kim Fielding   
Une romance qui vous secoue et met en lumière une réalité passée sous silence. Bienvenue à Rattlernake est le récit d’une renaissance, celle de Jimmy. Mais pas que !

Jimmy est un survivant. Depuis ses quatorze ans à la suite de la mort de sa mère, il vagabonde d’état en état selon l’argent qu’il gagne de-ci de-là avec de petits boulots. Il n’attend pas grand-chose de la vie, il est usé par cette existence rude. À l’aube de ses quarante ans, sa rencontre avec un vieux sans-abri malade va changer son univers. Le voilà en route vers la ville de Rattlesnake pour remettre les dernières pensées du défunt à son fils, Shane. Mais tout ne se passe pas comme il l’avait prévu. Shane est aussi un survivant. Auteur d’un accident qui l’a meurtri dans sa chair, il essaye d’oublier ses rêves de grands airs et de galops.

La relation entre les deux hommes est étonnante. Un peu comme s’il y avait une durée limitée et qu’ils devaient vivre les moments présents sans réfléchir au lendemain. Cela ne veut pas dire qu’ils se jettent à corps perdu dans cette liaison, bien au contraire. Leur aventure est toute en retenue, douceur et respect, Jimmy et Shane se dévoilent petit à petit. Comment ne pas succomber et adorer Jimmy, cet homme brisé, abandonné des siens et forcé d’exister en marge de la société ? Comment ne pas aimer Shane qui malgré les séquelles de l’accident a une joie de vivre communicative ? Et comment ne pas apprécier qu’il y ait encore des gens qui vous tendent la main sans rien attendre en retour ?

Dès les premiers mots, Jimmy vous happe dans son monde et impossible de ne pas ressentir de la compassion pour lui. Courageux, un brin fataliste, hésitant et habitué à se déprécier, il va, au contact de Shane, se révéler. Quelle belle personne ! On ne peut que se réjouir de le voir enfin trouver son chez-soi et réaliser que lui aussi a le droit d’être aimé. C’est fabuleux à suivre ! Shane n’est pas en reste non plus, il est aimant, foncièrement bon et prêt à accueillir cet homme avec lequel il a envie de vivre. Leur interaction est vraiment superbe à lire.

Kim Fielding est décidément une conteuse hors pair et propose une histoire différente. Avec peu de rebondissement et d’action, elle décrit avec finesse la psychologie des deux personnages, les non-dits et leur évolution graduelle. Une multitude d’émotions vous étreint et ne vous lâche qu’à la fin. Ce livre m’a touché, je vous le conseille vivement !
Fight, Tome 1 : Corps à corps Fight, Tome 1 : Corps à corps
J. B. Salsbury   
Aux vu du résumé et des commentaires, je me suis dit chouette un bon livre. Je suis très déçu, l'intrigue n'est pas exploité, les personnages ne sont pas exploités, tout va trop vite c'est tout tout de suite et c'est toujours "je l'aime, il est trop beau trop fort", "je l'aime, elle est trop belle et pas comme les autres fille", bref tout va trop vite et c'est dommage car sa aurait pu être un livre intéressent.
La Quête du tigre La Quête du tigre
Colleen Houck   
Une tuerie !

Je trouve que cette saga est un petit bijou de la littérature fantastique ! Plus j'avance dans l'histoire et plus je suis accroc. Une vraie drogue.
Pourtant, je suis rarement satisfaite d'une saga et je me lasse très vite. Alors qu'ici, c'est tout l'inverse.

Dans ce deuxième tome, nous retrouvons Kelsey après son départ de l'Inde. La perte de Ren déprime vraiment notre héroïne et elle tente coûte que coûte d'oublier son amour perdu et de redonner un sens à sa vie.

Franchement la première partie est celle, que j'ai préféré. Le fait que l'histoire ne se passe plus en Inde, donne un coup de fraîcheur à l'intrigue. Et surtout c'est la partie la plus romantique du roman.

Dans la seconde partie, Kishan refait son apparition. J'avoue que je ne savais pas quoi penser de ce personnage. Mais du fait qu'il soit présent dans les trois quarts du roman, cela m'a permis d'apprendre à le connaître et à l'apprécier.
Bon c'est vrai, que personne ne pourra remplacer Ren, à mes yeux mais il n'empêche que c'est un personnage sympathique.
Et biensûr, je ne peux pas parler de ce roman sans revenir sur le dernier quart de l'histoire ...
Comment dire ... c'est déchirant.
En fait, cette auteure m'a fait ressentir une quantité d'émotion différente dans cette suite.
De la joie, de la tristesse, du doute, de l'attente ...
Une myriade de sentiment. Merci à l'auteure.
J'attends de lire les tomes 3 et 4 avec impatience.

Cette saga est incroyable et je vous la recommande chaudement !

par Avalon
La saga des métamorphes, Tome 3 : Une dévotion aveugle La saga des métamorphes, Tome 3 : Une dévotion aveugle
M. D. Grimm   
Du point de vue de la romance, c'est encore plus tiède que les 2 tomes précédents et c'est vraiment dommage car les personnages étaient vraiment en décalage avec un rapport toute en tendresse et en échange (sans rapport dominant/dominé), je suis donc vraiment déçue que l'auteur n'est pas exploité le passé et la personnalité des 2 héros et est fait l'impasse sur leur rencontre et leur 6 ans de camaraderie ! Ceci dit, et là c'est intéressant, elle parsème le récit d'informations sur l'agence et les chevaliers et nous font nous poser beaucoup de questions et du coup je suis intriguée et impatiente de lire les suivants en espérant tout de même un peu plus de passion ..!

par smalad
La Malédiction du tigre La Malédiction du tigre
Colleen Houck   
Pour ceux qui doutent encore que ce livre soit digne d'intérêt, je vais vous le dire simplement : vous devez le lire. Marre des vampires, loups-garous, histoires banales et répétitives ? Ou même juste envie d'un bon moment de lecture qui déménage ? Foncez. Vous ne serez pas déçus.
Ça faisait très, très, très longtemps que je n'avais pas lu un livre au scénario aussi complexe et en même temps bien construit. Cette histoire de deux Princes maudits et condamnés à se changer en tigres est tout simplement passionnante. Elle m'a rappelé à quel point j'adorais les histoires de quêtes, de mondes cachés et de mythes venus des quatre coins du monde. L'auteure manie si bien le réel et l'imaginaire qu'on en vient à se demander où se trouve la limite entre les deux.
Dans cette aventure, vous rencontrerez de nombreux personnages, la plupart très attachants (comme nos chers Princes et Mr. Kadam, leur protecteur) et d'autres franchement effrayants, comme Lokesh, le super-vilain de l'histoire, responsable de la Malédiction pesant sur les deux Princes.
Mais vous serez surtout confrontés à Kelsey, la narratrice, seule personne capable d'aider les Princes à briser la Malédiction. Kelsey est pleine de contradictions, à la fois forte et intérieurement fragile, dévouée même si parfois égoïste, courageuse face à des créatures souvent horribles mais effrayée à l'idée d'être abandonnée... Elle est humaine et c'est ce qui fait tout son charme (même s'il y a des moments où on a vraiment envie de la secouer). Jetée dans une aventure qu'elle n'aurait jamais imaginée, Kelsey va se retrouver face à face avec une déesse, des monstres issus de mythologies en tout genre et un sorcier avide de pouvoir tout en menant une bataille intérieure contre ses propres sentiments.
De plus, l'auteure fournit une foule de détails sur la vie et les coutumes de l'Inde, aussi bien celle d'aujourd'hui que l'Inde à l'époque des deux Princes. Ce pays féérique qui sert de décor à la majeure partie du récit vous enchantera par sa beauté (souvent) sauvage.
Qui sait ? Peut-être ce livre vous donnera-t-il envie de vous y rendre comme Kelsey pour trouver un prince en détresse...
Paradise, Tome 1 Paradise, Tome 1
Simone Elkeles   
Comme pour Irrésistible Alchimie et Irrésistible Attraction, Paradise est raconté par Maggie et Caleb, ce qui est loin d'être déplaisant. J'aime beaucoup avoir le ressenti de nos deux héros, car ce livre est rempli d'émotions, de la joie, de la tristesse, de l'angoisse, de l'amour ... vous allez passer par toutes les émotions, ce qui n'est pas pour nous déplaire !!!
Et puis nous pourrions très bien être à la place de Maggie tellement c'est réaliste, et ça c'est fort, nous nous identifions à Maggie, et Caleb est juste notre fantasme ;-))

Mais ben oui y'a un mais, ce livre est beaucoup trop court !!!
vivement le tome 2 ;-)))

par coco69
Les somnambules Les somnambules
Ophélie Pemmarty   
Ecrivant moi-même de la romance homosexuelle entre adolescents, j'étais longtemps tentée de voir ce que d'autres auteurs faisaient autour du même sujet. Lorsque j'ai entendu parlé de ce livre, ce fut donc tout naturellement qu'il rejoint ma wish-list, pour ensuite arriver dans ma PAL.

C'est un livre qui se lit facilement, et qui vaut le coup d'oeil. J'ai bien aimé son côté tendre, ainsi que son réalisme. Cependant, j'ai été perturbée par quelques éléments (je suppose que c'est parce que j'écris moi-même des histoires dans ce genre-là que mon côté critique n'a pas pu empêcher de ressortir), qui font que je n'ai pas tellement eu l'impression de lire un roman sur une romance homosexuelle entre deux hommes.

Le style d'écriture, dont le point de vue est à la première personne, est fluide et naturel. J'ai moins aimé le fait que Quentin s'adresse directement au lecteur - parfois avec un peu trop d'audace que ça en devient énervant -, mais là il n'est question que de mon jugement personnel (j'ai énormément de mal avec les histoires où le narrateur invite le lecteur dans l'histoire, vu que ça casse le réalisme). Cependant, j'ai trouvé la façon de parler de Quentin disons... Un peu trop féminine. Certes, l'auteur est une femme, mais je trouve qu'elle aurait pu davantage travailler ce côté-là, pour que l'on sente à la lecture qu'on est dans la peau d'un homme. Résultat ? A pas mal de moment, j'ai eu l'impression de lire de la romance hétérosexuelle, d'où la difficulté d'utiliser la première personne dans ce genre de récit. Mais, d'un autre côté, on sent que l'auteur s'est appropriée son personnage, et je trouve ça plutôt bien.

Le deuxième point dont je veux parler : la relation entre les deux personnage principaux. J'aime bien le fait que tout ne se passe pas trop vite, que les personnages prennent le temps de faire connaissance, et que Quentin reste dans le doute permanent. Cependant, j'ai eu énormément de mal à aimer le personnage d'Enzo. J'ai trouvé à son passé un côté plus caricatural que triste, mais c'est surtout cette idéalisation permanente que Quentin fait d'Enzo qui m'a laissée. Oui, quand on est amoureux on pense sans arrêt "qu'il est beau, qu'il est beau...". Mais de là à ce que ces pensées récurrentes s'affichent dans un roman ?... J'ai juste trouvé ça trop lourd. A aucun moment, on ne voit vraiment Enzo tel qu'il est. Il a toujours cette façon divine d'être décrit, qui fait que je n'ai pas réussi à m'identifier à lui. Le bon côté, c'est qu'on est tous un peu idéalistes et neuneu lors de nos premiers amours. Cependant, si au début, j'ai trouvé ça mignon, le fait que Quentin en soit toujours à décrire la couleur des yeux d'Enzo aux trois quart du livre m'a lassée. Je n'ai pas réussi à me visualiser le personnage, et le lecteur n'a pas le temps de se faire un jugement personnel qu'on a de nouveau une description idéalisée d'Enzo. Lorsque je parlais de narration trop féminine, je pense que ce point-là y joue pas mal. Je ne veux pas faire de stéréotype, mais les femmes ont plus tendance à rester dans la contemplation que les hommes, alors que ces derniers essaieront d'autres choses, comme impressionner la personne qui leur plaît. Brefouilles, si j'insiste là-dessus, c'est pour le cas-où l'auteur verrait cet avis, que j'essaie de développer le plus possible. Personnellement, ayant grandie entourée de garçons et étant méchamment garçon manqué, je me sens plus à l'aise à narrer dans la peau d'un homme, d'où le fait que j'ai été un peu embêtée par ça.

Sinon, venons-en au thème principal : le fait que ces deux personnages soient des garçons, et qu'ils s'aiment. Je suis une grande fan d'histoires d'amour homosexuelles et ce n'est pas la première que je lis, alors forcément on finit par se demander pour chaque histoire comment le thème de l'homophobie y est abordé. Ce que j'ai bien aimé dans cette histoire, c'est que les homophobes ont plus l'air de crétins que de monstres, et qu'ils se trouvent en arrière-plan de l'histoire. Pourtant, plusieurs éléments m'ont un peu perturbée. Premièrement, que les deux garçons ne se remettent jamais en question. Certes, du point de vue de l'auteur, il est tout à fait normal de se dire que oui, deux gars peuvent s'aimer. Mais de là à ce que les deux personnages soient du même avis et le prennent aussi facilement ?... La chose est beaucoup plus dure lorsqu'on le vit. Quand on se rend compte qu'on est attiré par quelqu'un du sexe opposé, on ne se dit pas "c'est normal". On va se demander pourquoi. On va se demander pourquoi l'homophobie existe, et si on a vraiment autant raison qu'on nous dit de le penser. Dans ce livre, j'ai trouvé que les doutes, les hauts et les bas, il y en avait trop peu. Quentin a déjà fait son coming-out donc ce thème n'y est pas abordé (alors que généralement dans ce genre d'histoire je trouve que c'est l'acceptation de soi qui est la partie la plus intéressante), mais du côté d'Enzo, bien qu'il s'explique à un moment donné de l'histoire, il n'a jamais eu de problème avec le fait d'aimer un garçon. Alors ici, j'ai surtout l'impression que l'auteur a voulu imposer son point de vue (qu'elle ne voit pas le problème que deux garçons s'aiment), mais le fait que les personnages eux-mêmes le pense sans hésitation me dérange.

Pour ce qui est de l'homophobie, bien qu'elle soit très peu présente dans l'histoire, elle est y. Au niveau des parents, j'ai encore trouvé étrange qu'ils l'acceptent aussi facilement (peut-être est-ce une idéalisation de la part de l'auteur ?). Même s'ils ne sont pas homophobes, en général, lorsque ça en vient à leurs enfants, et surtout si leur enfant est unique, alors ils ont quand même de quoi être perturbés. Souvent, ils pensent que c'est de leur faute, de l'éducation, et puis ils pensent aux petits-enfants... Même s'ils ne parlent pas toujours de ces doutes-là à leurs enfants, et les gardent pour eux-mêmes, essayant de se montrer le plus indulgent possible lorsque le concerné est dans les parages. A côté de tout ça, le lycée. Visiblement, Enzo et Quentin n'hésitent pas à s'afficher, même discrètement. Que cette décision viennent aussi tôt et naturellement dans la relation m'a aussi surprise. Pour ce qui est de l'homophobie, donc, elle est représentée sous un nom : Jonathan. Ce que je n'ai pas compris, c'est pourquoi il est tout seul dans son délire. S'il est si sûr de ses convictions, alors sa sûreté doit sûrement emmener d'autres lycéens qui veulent être sous son aile et qui, pour être à l'abri de ses moqueries, vont rejoindre ses délires minables. Aussi, je trouve que malheureusement, l'homophobie est trop souvent caricaturée dans les livres, et ici c'est le cas de Jonathan. Je suis extrêmement loin de dire que les homophobes ont raison, mais ils ont des raisons. Que cela soit l'incompréhension, une homosexualité refoulée, ou tout simplement le besoin de marcher sur les pieds des autres pour remonter sa propre estime - ce qui semble être le cas de Jonathan, mais encore, je suis surprise qu'il n'ait pas plus de potes à le joindre, il a bien besoin de gens devant qui il veut se montrer intéressant. Après, il y a les homophobes, les vrais, qui croient dur comme fer à leurs idées, mais là c'est surtout une question de culture et d'éducation, et Jonathan avait beau être caricaturé, il ne semblait pas se trouver dans ce cas-là. Enfin, tout ça pour dire que j'en ai un peu marre que les homophobes passent pour les crétins de service parce que oui, certes, ils le sont, mais après ils sont humains et ont leur propre fond, que l'on l'admette ou non xD

Brefouilles, je m'emporte dans mon avis, mais si je relève ces points-là, c'est bien parce que ce sont les seuls points négatifs que j'ai trouvés. A côté de tout cela, ce livre est vraiment agréable à lire, il fait rêver, nous émet et nous touche. Pour ceux qui souhaitent lire une romance homosexuelle sans que le registre ne s'éloigne trop des romances hétérosexuelles, alors ce livre pourra très certainement vous plaire. Mon seul regret ? Que ces deux jeunes hommes ne se haïssent jamais et ne se frappent pas dessus, uhuh (ça, c'est mon béguin pour les romances je t'aime - moi non plus, mélange amour/haine, mais après c'est personnel xD). Si vous aimez les histoires mignonnes, celle-ci en est très certainement une ! Pour ma part, je compte bientôt lire la suite, parce que malgré tout ce que j'ai pu dire plus haut, ces deux petits-là me manquent déjà xD

Edit: J'ai récemment regardé le film "Geography Club", racontant une histoire d'amour entre deux garçons. Et ?... On y retrouve le principe de s'occuper à deux d'un poupon. Exactement comme dans Les Somnambules. Ce qui me fait douter de l'originalité de ce roman, d'où les idées semblent venir d'ailleurs...
Devil's Rock, Tome 1 : Enchaîne-moi Devil's Rock, Tome 1 : Enchaîne-moi
Sophie Jordan   
un livre sympathique à lire pour passé un bon moment