Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Bethencourt : Liste d'Or

retour à l'index de la bibliothèque
Savage Rider Savage Rider
Lil Evans   
https://lecoindeslivres.blogspot.com/

Dans ce roman, l'auteur nous pose une romance au coeur d'un gang de bikers et si elle s'inscrit dans un registre vu et revu, elle ne manque pas de tomber dans les clichés du genre.

Le début était pourtant prometteur, nous laissant présager des personnages hauts en couleurs, de l'action à revendre avec ces nouveaux voisins venus d'un autre monde, le tout saupoudré d'une belle histoire d'amour à vous en faire baver d'envie. Je ne mentirais pas en disant qu'il m'est arrivée d'avoir quelques frissons au cours de ma lecture mais contre toute attente, ils ont été d'appréhension.

Si au départ, les personnages m'ont fait esquisser de maigres sourires, ils m'ont rapidement fait lever les yeux au ciel. Ici, nous avons affaire à trois protagonistes pour le moins insipides. De prime abord, Ebony est le genre d'héroïne que j'aime. Passionnée de littérature au point d'en avoir fait son métier -qui ne rêverait pas de gagner sa vie en chroniquant des livres, à défaut de les écrire - impétueuse, volontaire et drôle. Elle aurait pu être de celle qui me marque à jamais si l'auteure n'était pas tombé dans l'excès en la rendant insupportable. Certaines de ses réactions sont tout simplement invraisemblables, allant jusqu'à la rendre ridicule en essayant de lui donner de la répartie à tord et à travers. Là où son mordant aurait pu me faire rire, il m'a profondément agacée tant je le trouvais exagéré. Sans compter qu'elle ne cesse de passer du coq à l'âne. Elle ressent tout et son contraire et n'a de cesse de se jouer tantôt à l'amoureuse transie, tantôt à la femme de caractère. A ne pas vouloir se laisser marcher dessus, elle en devient réellement crispante.

Pour ce qui est de ses acolytes, le bilan n'est pas plus positif. Indy est tout aussi irritant que sa comparse. Une chose est sure, ils se sont bien trouvés. Je passe sur les descriptions redondantes de son magnifique physique que l'auteur nous fait manger à toutes les sauces, pour m'attarder plus en détail sur sa personnalité. Indy est bien trop gentil pour faire parti d'un gang et ce, même s'il y est plus ou moins contre son grés. Je ne l'ai pas trouvé crédible pour un sous, d'autant que lorsque l'on attend de lui LA réaction, il patiente pas moins de dix jours avant de nous la donner. Comme son acolyte féminin, il souffre du syndrome du "trop". Trop doux, trop mou, trop gentil. En somme, il ne se dégage rien. Un homme parfait manquant cruellement de saveur.

En revanche, Ax relève un tantinet le niveau. Contre toute attente, l'auteure a choisit de nous offrir un récit à deux voix, et non pas trois, nous permettant ainsi de découvrir un peu plus le chef des bikers. Ax n'est pas à la hauteur de son rôle et nous sommes bien loin du Jax de Son's of Anarchy mais il n'en demeure pas moins qu'il reste le personnage le plus agréable de ce roman. Ax souffre des clichés pré-établis du bad-boy en herbe mais a au moins le mérite de pimenter un peu le récit avec son esprit torturé et ses réactions aussi impulsives que redoutables. Du reste, s'il ne m'a pas totalement convaincue, il est celui pour qui j'ai eu le plus d'affection.

Je passe sur Soren puisqu'en plus d'être quasiment inexistant et de ne pas servir à grand chose hormis de tenir le rôle de l'ami rébarbatif, il n'est là que pour servir à dessein.

Mais c'est la rapidité déconcertante avec laquelle chacun de nos trois personnages se confie, où réside ma principale difficulté. En effet, il aurait été plus judicieux de laisser courir quelques secrets plutôt que d'en dévoiler l'entièreté en un chapitre et qui plus est, dès le début de l'histoire. A croire qu'il n'est rien de plus facile que de se confier de bout en bout à une personne que l'on vient tout juste de rencontrer. Ce choix me semble encore plus étonnant puisque Ax et Indy sont censés trempés dans des affaires plus que louches et qu'il n'est pas du tout dans leur intérêt d'en dévoiler la teneur. Qui plus est, leurs états d'âmes sont quelque peu risibles, au vu du milieu dans lequel ils gravitent.

Pour ce qui est de l'écriture, je n'ai tout simplement pas accroché au style de l'auteure. Elle est simple mais manque cruellement d'efficacité. Suivant les chapitres, les moments ou mêmes les points de vue, le style peut changer du tout au tout (brut de décoffrage/niais au possible), comme si l'auteure n'avait pas réellement trouvé chaussure à son pied, laissant à la lectrice que je suis, un goût certain d'inachevé.

Contrairement à ce que laissait présager la double voix, nous n'avons pas affaire à un triangle amoureux, ce qui rend le parti pris de l'auteur d'offrir des chapitres à Ax quelque peu déroutant, bien que je ne le regrette pas. Etonnant également, le choix de ne pas s'être fixé sur l'intrigue décrite dans la quatrième. En effet, nous devons bien attendre les trois quart du roman avant d'entrer réellement dans le coeur de cette histoire de lettres macabres. Choix dommageable puisque le reste du temps, nous tournons exclusivement autour de l'histoire d'amour ou plus particulièrement autour de la pseudo tension sexuelle des personnages qui n'existe pas et n'arrivera à son apogée qu'à la fin du roman. Pour le New Adult on repassera !

Si tout le roman se veut trop sage, trop gentillet et bien trop gnangnan pour le thème originairement abordé, la palme d'or de l'invraisemblable revient tout de même à la révélation finale et aux conséquences qui en découlent. J'en ai rit tellement c'était prévisible et grotesque à la fois. Une fois de plus, l'auteure suit son envie et tombe dans le too much.

En somme, ce roman est le combo d'une intrigue mal menée, de rebondissements improbables, le tout agrémenté d'une romance de bas étage. Vous l'aurez donc compris, je passe mon chemin pour la suite.

par ouiteup
L'inconnu de la route 66 L'inconnu de la route 66
Lena K. Summers   
Croyez-vous au hasard des rencontres? Aux forces de la destinée et des statues de jade? À la force incommensurable que donnent la nécessité absolue et les sentiments profonds? À la passion capable de naître des plus improbables circonstances? Au pouvoir absolu du chocolat?
Si vous avez répondu à au moins une de ces réponses, l'Inconnu de la route 66 est pour vous!
Dans son nouveau roman, Lena K Summers nous propose de suivre les mésaventures de Cassie. C'est une jeune femme brillante, scénariste dans une société qu'elle a contribué à faire grandir, et une "gentille". Entendez par là qu'elle fait toujours passer le bien-être avant les siens, quitte à tolérer les abus manifestes de sa collègue, quitte à s'écraser devant l'ego surdimensionné de son petit ami. Je dois avouer qu'au départ, j'étais partagée entre compassion face aux abus qu'elle tolère et une bonne envie de la secouer un peu pour qu'elle réalise un peu mieux à quel point elle mérite le meilleur.
Le meilleur, ce n'est sans doute pas cette prise d'otage, dans une station service de la route 66, par un inconnu menaçant et pour le moins énigmatique.
Quoique.
Dans ce récit à deux voix, les interventions de l'inconnu -je suis sadique, je ne vous en dirai pas plus que l'auteure ;) - permettent de mieux comprendre ses motivations et j'avoue sans crainte que j'ai été pleine de sympathie pour lui. Apprécier un kidnappeur et trouver "compréhensible" sa démarche?
Un syndrome de Stockholm en moins de 300 pages?
Même pas! Plutôt le tour de force de Lena K Sumers qui saupoudre ce romantic suspens de tous les ingrédients nécessaires pour faire naître une très jolie romance aussi improbable sur le papier qu'évidente à la lecture des pages de ce roman qui se dévore aussi facilement qu'une barre chocolatée.
En effet, pas d'erreur, ce roman n'est pas une dark romance, malgré son cadre. C'est un road movie d'un genre particulier qui permet à nos héros de traverser les Etats-Unis pour une question vitale, mais les révèle aussi l'un à l'autre en dévoilant leur vie et tout ce qui les unit, par-delà les évidentes dissensions.
Et le contexte de cette histoire d'amour donne un petit plus à l'histoire. Les livres, les praticiens, la logique dit Syndrome de Stockholm (quand on finit par épouser la cause de son kidnappeur, voire le kidnappeur lui-même).
Cassie comme son inconnu savent que leur histoire n'est pas née sous les meilleurs auspices, qu'elle est peut-être la réaction de leurs instincts à une situation de danger imminent. Mais s'il y avait plus.
Parce que, quoi qu'en pense Cassie, c'est grâce à son inconnu qu'elle est capable de révéler un tempérament bien plus affirmé qu'elle ne se l'était autorisé jusqu'alors. Quant à lui, il est peut-être, le plus lucide sur ce que cette improbable rencontre fait naître chez lui.
Mais entre savoir ce que l'on veut et rattraper une situation pourrie de chez pourrie, il y un fossé qu'un bouquet de fleurs et de chocolats ne suffit pas forcément à combler. C'est là que commence la deuxième partie du roman, celle qui relève davantage de la romance traditionnelle, livrée avec peste, ex repoussant et copines en or à la clef.
Ce deuxième temps pourrait paraître un peu plus convenu. Il a été, au contraire, pour moi, une excellente surprise, une très jolie relance qui a su maintenir mon attention intacte jusqu'à la dernière page, et même au-delà.
Parce qu'il y a, parmi les personnages secondaires, une petite brunette à sacré caractère dont j'aimerais bien avoir des nouvelles.
Mais ça, c'est une autre histoire que celle que Lena K Summers a menée avec talent.
Les joutes verbales entre les personnages sont piquantes, les moments de confidences d'autant plus touchants qu'ils unissent subitement deux êtres que rien n'aurait dû approcher. Les rapprochements sont délicatement menés et apportent à chaque fois un vrai plus dans la progression de l'intrigue.
Au final, vous l'aurez compris, j'ai été conquise par cette plongée dans l'odyssée de Cassie et de son inconnu, par la qualité d'écriture de Lena K Summers, addictive comme un très bon chocolat! De ceux qu'on consomme sans modération, et sans autre risque qu'une dépendance totalement assumée.

par gwenny13
Devil's Night, Tome 3 : Dark Obsession Devil's Night, Tome 3 : Dark Obsession
Penelope Douglas   
UN PURE DIAMANT NOIR

Je n'ai pas les mots et ce serait beaucoup trop long, mais,
je n'ai qu'une supplique.
Je vous en conjure et vous implore de lire ce troisième tome .
VOUS pensez le haïr mais vous vous trompez.Le DEMON n'est pas toujours celui que l'on pense...
L'Enlèvement, Tome 2 : Garde-moi L'Enlèvement, Tome 2 : Garde-moi
Anna Zaires   
Un tome légèrement au-dessus du précédent. Et pourtant même si je l’ai préféré au T1, ce n’est pas un coup de cœur... Et oui je sais, je suis bizarre ^^

On retrouve Nora et Julian exactement comme on les avait laissés. Il est revenu la chercher et cette fois-ci, elle décide de le suivre de son plein gré...

De ce fait on pourrait croire que tout va changer. Vu que ça y est Nora est consentante, on se dit que Julian va changer. Mais non, il est toujours égal à lui-même. Il fait toujours ce qu’il veut même si pour ça il doit blesser Nora...

La nouveauté ici c’est qu’on a son point de vue et franchement c’est flippant ! Julian est flippant ! Il peut se montrer tellement froid, méchant, et intraitable avec elle. Mais ensuite il devient presque un ange. C’est très troublant. Je ne sais pas si vraiment je l’aime au vu de ses actes, mais je me tue à essayer de lui trouver des excuses pour son comportement. Toutes les petites « failles » que l’auteur nous laisse percevoir, me font espérer qu’il ne soit pas complètement mauvais. Même s’il ne faut pas se leurrer, Julian est vraiment un sadique...

la suite ici : http://lilitthbook.canalblog.com/archives/2015/05/17/32072196.html

par lilitth
Mount, Tome 1 : Le Roi sans pitié Mount, Tome 1 : Le Roi sans pitié
Meghan March   
http://www.lmedml.fr/2019/04/29/mount-serie-1-le-roi-sans-pitie-meghan-march/

UN PREMIER OPUS QUI MET LE FEU SUR SON PASSAGE…
J’adore les tomes d’introduction surtout lorsqu’ils sont aussi intenses que celui-ci… Après le franc succès de la saga [Sugar Bowl] de Sawyer Bennett, c’est au tour de Meghan March de faire une entrée fracassante en France avec sa [Mount Série]. Autant vous dire tout de suite que cette saga va faire grimper la température et mettre le feu sur son passage…

Meghan March nous offre un premier opus qui nous ouvre les portes d’un monde mené d’une main de maître par le tout puissant Lachlan Mount…

« – Rien ne se passe dans cette ville sans qu’il ait donné son accord. Il est le conduit à travers qui tout doit passer. L’alcool. La drogue. Les filles. L’escroquerie. Le jeu. Comment un seul type a pu amasser un tel pouvoir, je n’en ai pas la moindre idée, mais il l’a fait et il le détient d’une main de fer. »

Les bases de la série sont posées dans ce premier tome, l’ensemble est sombre, sulfureux et très intriguant. J’ai particulièrement aimé l’avancement de l’histoire et les révélations qui sont tombées au fil des pages.

DEUX HÉROS QUI S’AFFRONTENT… UN DUO EXPLOSIF ET ÉLECTRISANT !
Keira Kilgore est à la tête d’une distillerie, « Seven Sinners », qui produit le meilleur Whiskey qui soit à la Nouvelle-Orléans. Elle se retrouve dans une fâcheuse situation suite au décès de son mari qui a contracté une dette importante auprès du grand Lachlan Mount… Keira n’a d’autre choix que d’accepter un pacte avec le diable, s’offrir pour mieux sauver son entreprise et garder ses proches en sécurité. Comment va-t-elle gérer cet arrangement contraint et forcé ? Tiendra-t-elle tête à Mount ?

« Lachlan Mount ne me brisera pas. Il peut me baiser. Il peut jouer avec ma tête. Mais jamais il ne me brisera. »

Keira est une héroïne qui nous montre de quoi elle est capable, elle a un tempérament de feu, elle provoque et elle n’hésite pas à se mettre en danger. Entrer dans le monde de Lachlan Mount c’est comme un saut à l’élastique sans élastique… Et elle pourrait sombrer plus vite qu’il n’y paraît. Keira va être mise à rude épreuve mais elle saura rebondir et j’ai hâte de la découvrir encore plus combative. Je n’ai eu de cesse de me demander si j’aurais fait les mêmes choix qu’elle… Difficile à dire ! Mais j’ai apprécié son personnage.

« La plupart des hommes n’osent pas me regarder dans les yeux, mais cette femme n’a pas peur de me déclarer une guerre sans merci. Si elle croit que le fait de me maudire va me pousser à la larguer plus vite, elle se trompe. Elle m’amuse. Elle me défie.

Lachlan Mount… Hum… Alors je vais rester très évasive le concernant. Ma seule certitude c’est que vous allez aimer le détester ! Dans le genre connard arrogant, il a un potentiel hors norme, mais je pense qu’il est bien plus complexe que ce qu’il nous laisse entrevoir ici. J’ai hâte d’en découvrir plus sur lui. Votre côté féministe risque de rugir face à sa manière de traiter Keira mais cela fait partie intégrante de l’intrigue et qui sait s’il ne se fera pas prendre à son propre jeu… Mystère !

« Ce type est tellement habitué à obtenir ce qu’il veut qu’il ne s’attend à rien d’autre qu’à une obéissance totale à ses ordres, explicites comme implicites.

Qu’il aille se faire foutre !«

Il y a peu de personnages secondaires, j’ai bien aimé Magnolia, la meilleure amie de Keira, elle a un rôle assez sympa et sera de bons conseils. Les autres ne sont encore que des ombres et j’ai hâte qu’ils entrent en scène.

UNE INTRIGUE QUI MONTE CRESCENDO…
Les enjeux semblent assez simples… Keira Kilgore ne peut pas rembourser la dette contracter par son défunt mari, elle n’a pas tellement d’option pour ce sortir de ce pétrin… Mais là où cela se corse, c’est dans la mise en place de l’arrangement avec Lachlan Mount.

« Dans ma ville, il n’y a qu’un seul roi, et c’est moi.

Régner par la peur, mais gagner le respect par les actes. »

Ce romantic suspense est terriblement prenant, on plonge de suite dans un univers intriguant, nos héros vont se livrer une bataille sans merci, s’affronter et sombrer un peu plus dans les méandres d’un désir incontrôlable.

« Mount a réussi son coup, je suis en train de devenir complètement dingue à force d’attendre ce qui va pouvoir se passer. »

Il n’y a clairement pas une histoire « d’amour » dans ce premier opus. Le récit se met en place, le contexte est particulier et très bien mené. Le suspense est omniprésent, l’érotisme se mêle à l’intrigue sous haute tension, accentuant un peu plus le côté sombre de l’histoire. J’ai aimé que notre héroïne entre en conflit avec elle-même, qu’elle soit trahie par les réactions de son propre corps, par ce que Mount arrive à lui faire ressentir malgré elle.

« Comment puis-je haïr un homme à ce point alors que mon corps aime ce qu’il lui fait ? »

Le rythme est assez lent, Meghan March rend l’histoire insoutenable, on sombre avec Keira, on ne sait clairement pas où on va et on se laisse prendre au jeu jusqu’à la révélation finale qui tombe comme un couperet… Bim KO, la suite au prochain épisode… Une douce frustration s’est emparée de moi en terminant ce premier tome.

EN BREF :
Une nouvelle série phénomène débarque en France. Meghan March nous offre un premier opus qui pose les bases d’une saga sombre et sulfureuse qui s’annonce riche en émotions, en rebondissements et en révélations. L’autrice est reconnue par ses lecteurs comme LA reine du cliffhanger et je comprends mieux pourquoi… J’ai dévoré ce premier opus comme si ma vie en dépendait et je serais sur le fil du rasoir en attendant le mois prochain de découvrir la suite !

A lire si vous aimez…

Les romances sombres et sulfureuses.
Les héroïnes au tempérament de feu.
Les héros arrogants, autoritaires, dangereux, mystérieux et charismatiques.
Les intrigues où le suspense, le danger, les émotions en tout genre, le sexe et des révélations de taille s’entremêlent.
La Société, Tome 3 : À votre service ! La Société, Tome 3 : À votre service !
Angela Behelle   
MAGNIFIQUE !!!!!! comment ne pas aimer ce 3ème tome ??? c'est impossible. C'est mon préféré pour ma part !!!!

Un livre érotique d'une très grande qualité.

Une auteure française qui na franchement rien à envié à toutes ces auteures international qui font parler d'elles.
Mount, Tome 2 : La Reine de pique Mount, Tome 2 : La Reine de pique
Meghan March   
je me suis jeté sur la version originale,même si mon anglais n'est pas au top.
la relation de mount Mount et Keira avance lentement mais surement. la fin :0. My god comme dans le saison 1 Mme March et ses cliffhanger.... Mount deviendra BEAUCOUP plus protecteur...
Je vais me jeter sur la saison 3

par shona91
After, Saison 1 After, Saison 1
Anna Todd   
Ce livre est très étrange. J'ai eu envie de claquer les personnages tous les chapitres ou presque mais en même temps je les ai bien aimés (parfois). Le livre est long (trop) et leur jeu de "je t'aime, moi non plus" est lourd mais bizarrement je veux lire la suite. Ça doit être mon côté masochiste... Croisons les doigts pour qu'Hardin et Tessa soient moins cons dans le tome 2, quand même.

par Micheline
Cinquante nuances de Grey Cinquante nuances de Grey
E.L. James   
Que dire... A part que je ne comprends pas l'engouement pour ce roman: c'est mal écrit, l'histoire est d'une banalité affligeante et les personnages manquent d'intérêt. Ana a une certaine tendance à la schizophrénie, elle hésite entre sa conscience et sa déesse intérieure et à part rougir toute les 2 pages et se mordre la lèvre toutes les pages elle ne fait pas grand chose! Quant à Mister Grey lui il est atteint de névrose et cherche à tout contrôler. Il est limite borderline!
Les scènes soit disant BDSM sont sans intérêt, l'auteure aurait du lire Sade, cela lui aurait donné des idées.
Bref, 50 nuances de Grey est un produit purement marketing dont l'histoire aurait pu être éditée par Harlequin!!!

par Evaelle
Devil's Night, Tome 1 : Dark Romance Devil's Night, Tome 1 : Dark Romance
Penelope Douglas   
Voilà un roman que j’avais hâte de découvrir, notamment car son auteur avait déjà fait parler d’elle et ensuite l’histoire m’avait l’air assez inédite. J’aimerais remercier les Éditions Harlequin et NetGalley France de m’avoir permis de découvrir ce roman. Si je devais résumer mon état d’esprit ça donnerait ça : OhMonDieu. Je ne crois pas ressortir indemne de cette lecture, mon rythme cardiaque a été malmené par l’intensité du récit. Dès les premières pages le ton est donné et lorsque les sombres révélations ont été mises en lumière, j’ai cru que je n’allais pas m’en remettre. Le début a tout d’une romance classique et rapidement j’ai cru que j’allais suffoquer tellement certains chapitres sont frustrants.

Cette lecture ne conviendra pas à tous les lecteurs, ce n’est pas que le contenu soit dur, mais le récit dégage un côté malsain et l’intensité est telle qu’immédiatement la tension monte et j’ai parfois ressenti un certain malaise face à des scènes qui en soit du point de vue de l’héroïne sont stressantes, mais derrière pour le lecteur on a tendance à imaginer le pire. Tout ce stresse n’est pas bon pour mon cœur, j’ai ressenti tellement d’émotions par anticipations que j’ai vraiment cru que mon cœur allait lâcher. Afin de préserver l’intrigue, vous comprendrez que cette chronique n’abordera pas certains points essentiels à l’histoire et par sadisme, j’ai envie de vous voir tomber des nues face à la noirceur de l’intrigue.

Michael Crist est un personnage qui ne va pas dans la demi-mesure, issu d’une famille riche il a toujours obtenu ce qu’il désirait. Depuis l’enfance il côtoie Erika Fane, sans vraiment prêter à la jeune femme, également originaire d’une famille aisée, la jeune femme n’a jamais manqué de rien. La mort soudaine de son père, va la placer au rang de petite chose fragile par son entourage et tout le monde s’entend à la protéger de la moindre contrariété. Seulement seul Michael la voit telle qu’elle est vraiment et alors que tout le monde pense qu’elle prend une décision irréfléchie, Rika décide de quitter subitement son université, afin d’affronter la vie à sa manière et repartir de zéro sans parents, sans amis, rien qu’elle pour s’assumer.

Penelope Douglas a encore une fois prouvé qu’elle est maître dans l’art des relations mêlant haine/amour. Elle réaffirme son talent en suscitant des émotions contradictoires pour une romance qui n’aurait pas dû nous faire ressentir ça. C’est assez difficile à expliquer, on s’attache énormément au personnage de Rika, elle a tout d’une héroïne qui mérite d’être chouchoutée et pourtant elle n’est pas aussi sage que tout le monde le pense. Je suis passée d’un Michael qui fait grimper la température, à une douche froide face à ce qui se profile pour la jeune femme. J’ai été intriguée, excitée et finalement ce qui l’a emporté est un sentiment assez particulier, car arriver à un bon quart de la fin l’intensité est retombée d’un coup et le rythme du récit a pris un nouveau tournant qui m’a donné l’impression d’avoir perdu les émotions qui menaçaient d’exploser depuis le début du roman et pour ça, je n’ai pas pu lui mettre cinq étoiles.

Si vous devez retenir une chose de ce roman, c’est que la plume est très addictive et même si je n’ai pas toujours adhéré ce qui se déroulait, car assez machiavélique, les pages défilent à une vitesse impressionnante, même si le dernier quart m’a un peu déçu, car j’ai perdu une part de l’intensité qui m’avait animé pendant une bonne partie de ma lecture. Mais parfois, ça fait du bien de sortir de sa zone de confort, d’essayer des romans qu’on n’aurait pas pris le risque de découvrir. Toutes ces émotions contradictoires ont rendu ma lecture vivante et unique.

http://wp.me/p4u7Dl-30O

par Luxnbooks