Livres
546 776
Membres
583 341

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Betty



Description ajoutée par anonyme 2020-05-21T16:20:28+02:00

Résumé

« Ce livre est à la fois une danse, un chant et un éclat de lune, mais par-dessus tout, l’histoire qu’il raconte est, et restera à jamais, celle de la Petite Indienne. »

La Petite Indienne, c’est Betty Carpenter, née dans une baignoire, sixième de huit enfants. Sa famille vit en marge de la société car, si sa mère est blanche, son père est cherokee. Lorsque les Carpenter s’installent dans la petite ville de Breathed, après des années d’errance, le paysage luxuriant de l’Ohio semble leur apporter la paix. Avec ses frères et sœurs, Betty grandit bercée par la magie immémoriale des histoires de son père. Mais les plus noirs secrets de la famille se dévoilent peu à peu. Pour affronter le monde des adultes, Betty puise son courage dans l’écriture : elle confie sa douleur à des pages qu’elle enfouit sous terre au fil des années. Pour qu’un jour, toutes ces histoires n’en forment plus qu’une, qu’elle pourra enfin révéler.

Afficher en entier

Classement en biblio - 125 lecteurs

extrait

Extrait ajouté par dadotiste 2020-08-11T13:49:20+02:00

Gallmeister, p. 13

« Avant le christianisme, les Cherokees étaient fiers de leur société matriarcale et matrilinéaire. Les femmes étaient à la tête de la famille, mais le christianisme a donné aux hommes un rôle prédominant. À la suite de ce bouleversement, les femmes ont été écartées de la terre qu'elles avaient possédée et cultivée. On leur a donné un tablier et on leur a signifié que leur place était à la cuisine. Aux hommes, qui avaient toujours été des chasseurs, on a dit qu'ils devaient maintenant travailler dans les champs. Les Cherokees ont vu leur mode de vie traditionnel éradiqué, de même que la répartition des rôles entre les deux sexes, qui avait permis aux femmes d'occuper une place aussi importante que celle des hommes. »

Afficher en entier

Commentaires les plus appréciés

Diamant

Un chef-d'œuvre ! C'est tellement bien écrit-traduit, l'histoire est forte en événements et en émotions. J'ai pris le temps de le lire car certains passages sont dures ! Mais il n'en reste pas que c'est un livre magnifique. Je le recommande!

Afficher en entier
Diamant

Au final, un vrai coup de cœur mais ce n'était pas gagné au début.

Voila un livre qui se mérite mais qu'il faut "apprivoiser" tellement il peut être "résistant" par moments. Il est triste, sombre, noir même; mais il est aussi tellement puissant!

Voila un livre qui est écrit avec le cœur. Les sentiments qu'il véhicule sont forts et me transportent.

C'est l'envers du tableau du rêve américain avec tout ce qu'il y a de sordide et de tendre à la fois.

C'est peu de dire que j'ai aimé.

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Commentaire ajouté par pascale26 2021-04-12T19:59:42+02:00
Diamant

Magnifique et émouvant.

Choc des mots et de la douleur des femmes

Choc des cultures et du racisme

Choc d'un amour de la terre et de la transmission du savoir

Choc des émotions

Etc. ..............

A lire absolument.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Cathy-172 2021-03-30T10:18:04+02:00
Bronze

Hyper déçue. Beaucoup trop long . J'ai failli arrêté, je m'étais engagée dans le cadre d'une lecture commune, donc je suis allée jusqu'à la fin. Je me suis ennuyée. Pour moi le héros de ce livre, c'est le père de Betty.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Marie_pas_Aimer 2021-03-28T11:54:26+02:00
Argent

Ce livre est un choc.

Choc des mots écrits avec le brio d'un compositeur de musique dont les notes de la partition prodigieuse sonnent juste et fort, violemment ou avec poésie veloutée et douceur infinie.

Choc des cultures. Quel grand écart pour aller à la rencontre de ces traditions cherokee dont certaines laissent parfois mal à l'aise ! .. Les potions si bizarres préparées provoquent la nausée car on a l'impression de les sentir, les gri gri, les peaux pendues aux portes, les dents, les larmes, les écorces et un ensemble de détails si finement décrits provoquent l'effroi dans un esprit trop rationnel qui rejette tout ce qui ne s'explique pas par les faits et par la science. C'est mon cas, le blocage à ce niveau là a empêché mon immersion dans cette merveilleuse écriture.

Il y a aussi une démesure dans la suite parfois ininterrompue d'évènements tragiques, trop tragiques, relatés à la chaîne , qui font qu'à un moment donné on se dit "non, là quand même ça ne tient plus". Une démesure dans ces images si minutieusement décrites qu'elles nous percutent trop fort : la présence envahissante de ce rouge sang, les souffrances ignobles infligées à certains personnages, la démesure de moments de folie pour d'autres, la démesure d'un climat haineux, effrayant d'une Amérique puritaine, hypocrite, raciste et inquiétante. Et tanf d'autres choses démesurément abjectes .

De ce trouble profond on sort souvent abimé . On balaie donc tout ça avec un besoin vital de s'apaiser dans la poésie veloutée et feutrée des moments de beau réalisme. Un réalisme qui nous livre cette nature sauvage qui nous saute aux yeux, celle des chemins poussiéreux bordés de champs brûlés par un soleil de feu, celle des bois et des rivières où la verdure et l'eau rafraîchissent nos corps, celle des collines d'où on observe la beauté.

Un réalisme dans des personnages si touchants qu'ils nous marquent au plus profond de notre intime .

Et on pousse un ouf de soulagement.

Je n'ai pas réussi non plus à suivre ce père déifié dans la magie si insolite de ses histoires .

Alors pourquoi avoir lu jusqu'au bout, avec angoisse, boule au ventre, agacement ou inquiétude de ce que j'allais découvrir encore ?

Parce qu'indéniablement il y a dans ce roman une splendeur des mots à travers lesquels aussi se développent et continuent à germer en nous de vraies réflexions.

En particulier sur cette lutte féroce et sans pause que certaines femmes doivent mener pour être femmes , au- delà des préjugés, de la haine, de la violence et des violences qui leur sont faites par des hommes qui n'en sont pas .

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Blandine1 2021-03-07T12:59:14+01:00
Diamant

Ce qui interpelle, dès les premières pages, c’est l’élégance de la prose. On ressent le travail et le respect pour le lecteur. Betty est née de mère blonde de l’Ohio et de père Cherokee dont elle a pris le physique qui lui cause tant d’ennuis, surtout à l’école (scène de rentrée choquante). Une grande tendresse la lie avec ce père qu’on aimerait avoir eu. Grand conteur, être de l’imaginaire, qui trouve une solution à tout, qui lui fait aimer la nature, les plantes... Tandis que sa mère est plus dans la réalité et lui parle de ses traumatismes de petite fille. L’auteur dit s’être inspiré de sa propre mère pour le personnage de Betty. Une belle complicité avec ses sœurs et petits frères. Une immersion totale grâce à une écriture ensorceleuse tour à tour poétique, tendre, violente. Roman sur l’enfance ou comment devenir femme après avoir encaissé tant de confidences ? Jaillissent de ce roman des diamants que j’aimerais partager mais que je laisse découvrir aux autres lecteurs quand ils iront eux aussi vers ce gisement éblouissant. Inoubliable Betty, la petite indienne qui, je pense, restera toujours quelque part en moi.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Serablabla 2021-03-06T20:32:08+01:00
Diamant

Un chef-d'œuvre ! C'est tellement bien écrit-traduit, l'histoire est forte en événements et en émotions. J'ai pris le temps de le lire car certains passages sont dures ! Mais il n'en reste pas que c'est un livre magnifique. Je le recommande!

Afficher en entier
Commentaire ajouté par malice13 2021-03-01T17:46:17+01:00
Lu aussi

Un livre aussi lumineux qu'il est sombre. Pour moi ce livre aurait pu être un réel coup de coeur. Plusieurs personnages, dont Betty, sont très attachants. Tout ce qui est lié aux cherokee et à la connexion à la nature m'a beaucoup touchée. Malheureusement les épisodes glauques à répétition ont profondément terni mon ressenti.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Miney 2021-02-18T19:54:17+01:00
Or

Ohio, années 1960. Par tranches de vie, Betty, blanche par sa mère et indienne cherokee par son père, nous raconte son enfance, les mythes paternels qui l’illuminent et les secrets de famille qui la rongent.

C’est un roman extrêmement dur, et les détails ne sont pas épargnés au lecteur. D’un chapitre à l’autre, beaucoup de thèmes sombres sont abordés, presque trop même. Si certains sont approfondis et forment le cœur de l’intrigue, d’autres sont à peine esquissés et n’apportent qu’un malheur de plus à une liste déjà lourde, ajoutant un pathos qui n’était pas nécessaire dans un récit déjà poignant. Racisme, viol, inceste, sexisme, harcèlement scolaire, maladie mentale, suicide, homophobie et par-dessus tout, la terrible loi du silence qui fait pourrir de l’intérieur…

Bref, « Trigger Warning » pour les grands sensibles : vos émotions vont être salement secouées.

Tous les personnages de la famille Carpenter sont complexes et pour la plupart, attachants.

Alka, la mère aigrie et rendue folle par une vie de souffrance. Les enfants, Leland l’aîné, Fraya l’altruiste, Flossie la diva, Betty la « Petite Indienne » poétesse, Trustin l’artiste, Lint l’amoureux des cailloux…

Et bien sûr Landon, formidable papa-poule qui porte tout ce petit monde à bout de bras, qui travaille la terre sans compter pour nourrir les siens, qui les abreuve de récits fantastiques comme s’il espérait, à lui tout seul, pouvoir tenir à l’écart toutes les peines du monde réel. C’est un personnage solaire, qui m’a tiré de nombreux sourires (et quelques larmes), le genre qu’on a envie de prendre dans ses bras à travers les pages.

La relation père/fille entre Betty et Landon est particulièrement touchante, un vrai rayon de soleil dans cet environnement si glauque. On sent vraiment à quel point il lui transmet les valeurs de ses ancêtres cherokees et le goût des histoires et, à travers cela, son amour pour elle et sa fratrie.

Ça apporte un souffle de tendresse au milieu des événements violents, même si j’ai eu l’impression que ça s’atténuait au fur et à mesure de Betty grandissait, alors qu’elle apercevait l’homme de chair et de sang derrière les fables. Du coup, j’ai trouvé que ça ne contrebalançait plus assez les moments difficiles du livre.

J’ai beaucoup aimé l’écriture, riche et poétique sans pourtant abuser de fioritures. Elle a su me faire ressentir la beauté et l’horreur de l’histoire de Betty et de sa famille.

C’est un livre très prenant qui m’a souvent tourné dans la tête même quand je n’étais pas en train de le lire. Et quelque chose me dit qu’il continuera de le faire pendant un bon moment…

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Cosma-Shiva 2021-02-12T15:20:56+01:00
Lu aussi

Je reste assez mitigée suite à cette lecture. Peut-être avais-je trop d'attentes, ce livre est encensé et c'est l’engouement qu'il suscite qui me l'a fait découvrir. Je reconnais sans problème que l'autrice a une plume réellement poétique, les images provoquées par son écriture sont charmantes et la profondeur de ses personnages n'est pas à prouver (le père de Betty restera pour longtemps un personnage que j'aimerais pour sa fantaisie, son altruisme et sa générosité). De plus, j'ai beaucoup apprécié Betty qui se rebelle contre l'ordre établi pour comprendre finalement qu'elle doit se saisir de sa propre liberté pour vivre comme elle l'entend. Néanmoins, je pense que ce qui a réellement posé problème chez moi est le côté "tranche de vie" et "contemplatif" de ce roman. Il n'est pas question ici d'une histoire mais de plusieurs histoires, plus ou moins liées entre elles, autour de la famille de Betty et qui vont contribuer à son développement et aboutir à la jeune fille qu'elle sera à la fille du roman, ce qui peut être effectivement quelque chose d'intéressant à découvrir. Mais malheureusement, cela n'a pas été suffisant et dans l'immense partie de l'oeuvre, je suis "passée à côté". Suite à cette lecture, je pense pouvoir affirmer que je préfère les récits d'aventure composés de rebondissements et péripéties, Betty n'entre pas dans la catégorie des livres que je peux apprécier mais peut-être saura-t-il plaire à d'autres car il dispose de réelles qualités d'écriture.

Spoiler(cliquez pour révéler)J'ajoute également que je n'ai pas tiré de plaisir de cette lecture en raison de certaines thématiques abordées avec un réalisme cruel qui ont réellement achevé de me faire sentir mal, comme les viols à répétition ou le meurtre d'animaux, je ne supporte vraiment pas cela ...

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Marji 2021-02-07T15:33:52+01:00
Diamant

Betty, la petite indienne, vit et grandit dans l’Ohio. Entouré de ses soeurs et ses frères, elle grandira dans l’innocence et de la dureté de la vie. Un livre tendre avec le père fantasque de Betty, connecté à la nature, celui-ci sera prêt à tout pour protéger ses enfants de la méchanceté du monde. Et cela se traduit par des histoires contées; celles-ci prennent racine dans les origines Cherokees de la famille, le respect de la nature et le respect de la femme.

Malheureusement pour lui, la méchanceté et les bestialité de l'humain sont partout, et parfois bien plus près qu’il ne le pense. Autant il est solaire et bienveillant, autant la mère est un être torturée et possédant un vécu des plus noirs. Elle aura souvent des humeurs changeantes, et elle laissera ressortir le pire d’elle-même envers Betty.

Un livre qui m’a fait ressentir de l’indignation face à l’injustice que subit Betty. Un personnage attachant, elle essayera au fur à mesure qu’elle découvrira les plus noirs secrets de la famille de faire ce qu’elle peut pour améliorer les choses, et faire bouger les mentalités.

Son impuissance, face à cette société profondément ancrée dans ses préjugés, est frustrante. Tout comme le patriarcat de la société cherchant à reléguer les femmes à la cuisine et l’éducation des enfants.

Un roman se situant au coeur des année 1900 dans l’Amérique profondes et pourtant les thèmes abordés comme le racisme, l’homophobie et l’inceste sont tellement actuels.

Un livre qui m’a ému, m'a fait ressentir de le compassion pour Betty, et de la colère face à l’injustice qu’elle subit. N’est pas ce qu’on attends d’un livre qu’il nous remue de l’intérieur? De nous faire ressentir la vie?

Afficher en entier
Commentaire ajouté par nala74 2021-02-05T18:12:34+01:00
Or

Bonjour ,

Je sens que je vais être une des rares à ne pas vénérer ce roman.

Alors, je ne dis pas que je ne l’ai pas aimé .

J’ai aimé suivre la vie de cette famille , pas Seulement celle de Betty , car il n’est pas question que de sa vie à elle mais bien de toute sa famille .

Son père ,sa mère , ses 7 frères et sœurs .

Chacun est attachant à sa manière , et les liens entre chacun sont très bien décrits .

J’aime le soucis du détail apporté aux descriptions des lieux , des objets , de quelle façon un moment , un instant se grave dans la mémoire de Betty .

Ca se sont des choses que j’aime beaucoup trouver dans ce type de roman .

Objectivement , cette histoire est indéniablement prenante , triste , dramatique , avec des instants baignés de lumière que leur fantastique père leur apporte , avec beaucoup de poésie .

Mais pour autant je n’ai pas été transcendée , je n’ai pas ressenti ce côté poignant , bouleversant .

Ce que je reprocherai à ce roman , c’est une forme de déséquilibre entre la partie poétique et la partie dramatique .

J’aime l’association des deux , dans la mesure où chacune apporte quelque chose à l’autre, avec un bon équilibre , et que tout ça forme une trame qui porte le roman .

Mais pour moi ici , le côté poétique , onirique , est trop présent , créant un espèce de déséquilibre qui dessert l’aspect dramatique .

Et en même temps il y a aussi ce côté « explicatif » associé à chaque partie dramatique ou à chaque passage poétique qui vient aussi , à mon goût , casser l’émotion .

J’ai beaucoup vu de comparaison avec My Absolute Darling de Gabriel Tallent .

Pour ma part je trouve que la thématique du drame familial n’est pas du tout abordée de la même manière , justement par rapport au style d’écriture .

J’ai adoré MAD , tout comme j’ai adoré « Buveurs de vent » de Franck Bouysse .

Dans ces deux romans , on y parle de souffrance , de malheur, de drame tout comme dans Betty , et on y trouve aussi cette poésie ; mais l’énorme différence réside pour moi dans l’écriture où beaucoup de choses sont suggérées , effleurées, contournées alors que dans Betty tout est expliqué , mis en relief .

Et c’est ce qui pour moi a fait toute la différence dans mon ressenti .

Cette façon de ne pas vraiment dire les choses tout en les faisant comprendre , ces non dits , ces silences , ces absences de mots c’est ce qui a donné toute la force , à mes yeux , toute l’intensité à MAD et à Buveurs de vent :

Cette façon de se servir de la poésie , des mots , de la nature , pour se substituer à l’horreur.

Avec Betty , je n’ai pas eu cette opportunité car tout m’était expliqué : pourquoi c’est horrible , pourquoi il faut inventer des histoires pour supporter .

J’aurai aimé qu’on me laisse ressentir , qu’on ne me guide pas , J’aurai aimé que l’autrice fasse plus confiance au lecteur , pour pouvoir être emportée , bouleversée .

Pour autant , je garderai longtemps en tête , cette fratrie ,de belles phrases , et les 100 dernières pages ,dans lesquelles les mots ont enfin parlé d’eux mêmes .

Afficher en entier

Prix littéraires

  • Gagnant Prix du roman Fnac 2020 Gagnant
    Prix du roman Fnac 2020
  • Finaliste Prix Femina 2020 Finaliste
    Prix Femina 2020
    Femina du roman étranger

Date de sortie

Betty

  • France : 2020-08-20 (Français)

Activité récente

roska l'ajoute dans sa biblio or
2021-04-15T14:41:44+02:00
Ailna l'ajoute dans sa biblio or
2021-04-07T19:38:35+02:00

Distinctions de ce livre

Évaluations

Les chiffres

lecteurs 125
Commentaires 29
extraits 66
Evaluations 52
Note globale 8.31 / 10

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode