Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de bgn91 : Je n'ai pas apprécié

retour à l'index de la bibliothèque
Les vacances du fantôme Les vacances du fantôme
Didier Van Cauwelaert   
C'est un livre que je voulais. Le résumé me plaisait, le titre aussi et la couverture aussi (la bleu avec les nuages). Mais quand j'ai commencé à le lire, grosse surprise....je n'ai pas apprécié. L'histoire ne me plaisait pas, pas plus que les personnages. Je l'ai mis en pause pendant presque un an et je l'ai recommencé. Ça ne me plaisait toujours pas mais j'étais bien décidé à le terminer et j'ai trouvé que l'histoire se traînait. Il ne se passe pas grand chose de fort et on aurait pu obtenir beaucoup plus d'humour avec ce thème !
L'orange amère L'orange amère
Didier Van Cauwelaert   
Vous êtes tout ce que j’ai toujours détesté. Vous n’avez pas de cœur, vous n’avez que la tête en l’air, des sentiments qui vous échappent, et on s’attendrit. Vous ne savez pas ce que c’est de souffrir, de vouloir donner, de sentir qu’on gâche tout par maladresse, vous n’avez jamais regardé personne : le monde, pour vous, c’est une plantation de feux rouges qui vous fait vivre, et c’est tout. Je vous plains encore plus que je vous méprise.

par Bibounine
Un objet en souffrance Un objet en souffrance
Didier Van Cauwelaert   
Bon.
Après ce que je pourrais qualifier de massacre littéraire avec la publication de Jules, j'ai décidé de revenir aux fondamentaux. Aux livres qui ont plus de 20 ans, à l'époque ou il y avait encore sans doute la flamme.
Eh bien, joie, je l'ai retrouvé. Cette écriture dense, qui explose, pars dans tous les sens, ne laisse aucun repos au lecteur, l'inonde de détails, pars tout azimut, passe du coq à l'âne en passant par toute la basse cour. Ce sentiment d'écrire comme on pense. J'adore.
L'histoire partait donc bien, en tout cas, mieux. Mais, et c'est le risque, à se laisser emporter de telle manière on en vient peut être à en arriver à du n'importe quoi. On l'a frôlé dans ce livre, enjamber la frontière, et pas qu'une fois. D'où cette descente dans le classement.
Ce n'est pas le meilleur. Mais il est difficile de la lâcher, juste pour l'écriture.

par Amelie116
Présages Présages
James Herbert   
hello,
Du début à la fin il est impossible de décrocher de cette histoire! Dès les premières lignes le ton est donné!!!
les humains ont trop longtemps détruits la planète, la nature se retourne contre eux. L'auteur à cette façon magistrale de passer d'une histoire dans un coin du monde à une autre, en décrivant avec force détails les catastrophes qui s'enchainent tout en respectant le fil conducteur et l'histoire des personnages principaux. Sans trop en dire la réponse aux questions que l'on se posent est très inattendue! Un chef d'oeuvre que j'ai lu en deux coups tant je n'ai pa réussis à décrocher.
excellent livre !!!!
je le recommande!!!
marquise66
Corps étranger Corps étranger
Didier Van Cauwelaert   
C'est toujours un immense plaisir de lire cet auteur, on en ressort toujours avec un petit quelque chose en plus, que se soit de la joie, de la satisfaction, ou juste un petit sourire en coin...

par Lusylila
Pas pleurer Pas pleurer
Lydie Salvayre   
Ce livre m'a été recommandé par ma prof d'espagnol civilisation à la fac et je ne regrette pas de l'avoir lu! Cette histoire donne une nouvelle profondeur à la guerre civile espagnole et nous donne un point de vue très intéressant. Dans tout roman qui rapporte des faits historiues, j'adore pouvoir lire du point de vue d'un civil. Je trouve que cela donne une véritable âme à l'histoire et c'est ce que j'ai ressenti en lisant ce livre.
Personnellement, j'ai adoré les passages qui sont écrits en espagnol parce que cela donne une rélle authenticité au texte. Après je peux comprendre que cela n'est pas au goût de tout le monde. L'histoire peut être aussi difficile à suivre si on n'a pas toutes les clés en main pour comprendre la réelle étendue de l'histoire. Même si on découvre les réells effets de la guerre civile espagnole et des détails de tous les jours, le roman ne s'aventure pas vraiment au gros plan et je pense que ceux qui ne connaissent pas vraiment ce qui a eu lieu peuvent être un peu perdu. Ayant étudié cette période de l'histoire en cours, j'ai vraiment aimé avoir un témoignage de plus de cette époque qui demeure une période très sombre dans l'histoire non seulement de l'Espagne mais aussi de l'Europe.
L'écriture est très belle et le style d'écriture donne une cadence très intéressante au texte.
Jeanne d'arc et la guerre de cent ans Jeanne d'arc et la guerre de cent ans
Georges Bordonove   
La guerre dite de cent ans (1337-1428) L'épopée de Jeanne d'Arc (1429-1430) Le martyre de Jeanne (1430-1431) Et t'a rendu Guyenne et Normandie (1431-1453) Le dernier procès de Jeanne (1452-1456).

par Nicolas
Le bonheur : tableaux et bavardages Le bonheur : tableaux et bavardages
Philippe Delerm   
Un joli petit roman rempli de charme, qui se lit assez vite... Je regretterais seulement qu'il n'y ait pas vraiment eu d'histoire, ce que j'ai trouvé un peu déroutant, bien que ce soit normal dans ce contexte.

Quoiqu'il en soit je retiendrais une chose de ce livre : le bonheur, ça s'apprend.

par LetoBronn
Le Camp des morts Le Camp des morts
Craig Johnson   
Lorsque le shérif Walt Longmire prend en charge l’enquête sur le décès de Mari Boroja., celui-ci ne se doute pas qu’il va plonger dans l’enfer des secrets reliant les communautés indiennes et basques du Wyoming. Secrets remontants à cinquante ans. Secrets jetant le doute sur l’intégrité de son mentor, le shérif retraité Lucian Connally. Le shérif Walt Longmire se lance à la poursuite d’un mystérieux assassin avec son ami l’indien Henri Standing Bear.
Ce roman policier d’une grande noirceur fait la place belle aux paysages des hautes plaines du Wyoming ainsi qu’aux croyances et traditions indiennes. Remarquable.


par Vepug
Le petit monde de don Camillo Le petit monde de don Camillo
Giovanni Guareschi   
J’ai beaucoup apprécié la lecture de ce comte « politique ». C’est plaisant, reposant, souvent drôle, toujours touchant, parfois dur.
Sous prétexte d’une rivalité entre le communisme et la religion catholique dans un petit village de la vallée du Pô, l’auteur nous peints un tableau abstrait de la société Italienne de l’après-guerre (1939-1945) - [spoiler]« les choses non pas comme elles sont, mais comme elles seraient si les hommes étaient bons et s’il y avait du surnaturel » comme le disait Giono[/spoiler] - cherchant à dédramatiser un contexte sociale et politique très tendu.
Certes, je suis influencé dans mon jugement par le film. A chaque page, je voyais le truculent duo Fernandel/ Gino Cervi. Ils sont tellement inoubliables qu’ils en éclipsent le texte Au final, le film est à mon avis bien supérieur à l’œuvre écrite.
Bien sur, - pour en revenir au livre, - l’écriture d’un style très direct, proche du journalisme n’en fait pas un livre de grande littérature mais il y a tant de générosité, d’humanité dans les personnages que l’on croise que je me suis finalement laissé bercer d’une scénette rocambolesque à une autre toute aussi théâtrale ; un peu comme je peux lire une bande dessinée d’Astérix avec ses bagarres, ses mauvais-tours, ses caricatures. Chaque bulle est une régale d’humour et de fantaisie.
La candeur des dialogues du Christ en croix avec Don Camillo m’a particulièrement touché, tant par la poésie qu’il s’en dégage mais aussi par la façon simple et sincère qu’à le Christ à remettre Don Camillo sur le droit chemin sans jamais le juger et en le laissant totalement libre de ses choix.
Une lecture à redécouvrir et que l’on peut lire à tous les âges !


par RMarMat