Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Bierserge : Ma PAL(pile à lire)

retour à l'index de la bibliothèque
Le Bal des folles Le Bal des folles
Victoria Mas   
Avis complet : http://vibrationlitteraire.com/le-bal-des-folles-de-victoria-mas/

Une immersion dans la psychiatrie du XIXè siècle donnant un aperçu clair de la condition de la femme à Paris à cette époque…

J’ai vraiment adoré ce roman, autant vous le dire tout de suite. J’étais très impatiente de le découvrir lorsque j’avais vu l’annonce de sa sortie lors de la rentrée littéraire d’Albin Michel et je me suis jetée dessus dès que je l’ai eu entre les mains.

J’ai beaucoup apprécié découvrir les destins de Geneviève, Louise, Eugénie et les autres qui s’entrecroisent au gré de l’intrigue. Nous découvrons aussi le fameux Dr Charcot et ses « hystériques » à la Salpêtrière.

Nous sommes donc au cœur des expérimentations et des « cours » donnés par ce neurologue à succès qui décrira et diagnostiquera énormément d’hystériques avec une multitude de symptômes. A l’heure actuelle, on parle encore parfois de « l’hystérie à la Charcot« , très bruyante, rarement réellement rencontrée. Vous vous doutez que j’ai adoré ces notions d’histoire de la psychiatrie qui s’avèrent tout à fait exactes. On va même entendre parle de la fameuse Augustine qui avait fait toute la renommée des cours de Charcot de l’époque…

Cependant, l’auteure va aller bien plus loin que cette passionnante histoire de la psychiatrie.
En effet, elle va en profiter pour dénoncer la condition terrible de la femme à cette époque, en lien avec cette même psychiatrie. Il faut savoir qu’au XIXè siècle, il ne fallait pas grand chose pour se retrouver aliénée : des idées différentes un peu trop bruyantes, ou la folie de trop s’insurger contre les hommes et l’internement n’était pas bien loin ! (heureusement que ça a bien changé depuis !)

On va alors découvrir plusieurs femmes internées et leur histoire, et on se rend compte que beaucoup n’avait pas grand chose à faire dans cet hôpital, mais qu’au moins elles y étaient protégées. Victoria Mas va aussi nous décrire le fait que l’hôpital va agir comme un cocon, écartant des difficultés extérieures auxquelles on n’a plus besoin de penser… et toutes n’ont donc pas forcément envie d’en sortir ! C’est d’ailleurs toujours le cas aujourd’hui. Il est parfois préférable de vivre en hôpital psychiatrique plutôt que de devoir retrouver les difficultés rencontrées à l’extérieur…

Enfin, j’ai adoré le questionnement diagnostique de l’époque, la remise en question des pratiques, mais aussi une belle réflexion autour de la frontière entre la psychiatrie et l’ésotérisme ou la religion. Ces questionnements sont toujours d’actualité et donc très intéressants à mener.
J’ai vraiment beaucoup aimé la plume de l’auteure et le dénouement ainsi que l’évolution des différents personnages suivis et je ne peux que vous recommander chaudement cette lecture !

Je pense que Le bal des folles est un incontournable de cette rentrée littéraire, alliant histoire de la psychiatrie à une réflexion plus profonde sur la condition des femmes déplorable à cette époque, et parfois encore de nos jours. Ces personnages ont beaucoup à nous apprendre et j’ai été fasciné par leur évolution et le dénouement de l’intrigue : un coup de cœur !

par Mayumi
Oliver, le petit chat au grand cœur Oliver, le petit chat au grand cœur
Sheila Norton   
La couverture ma décider a le lire, il est fantastique ce félin qui est très malin, cela commence par l'incendie du pub ou réside Oliver le Chat, une histoire digne d'un comte pour Noël, le livre est très attachant, pour les amis des petits Félins je le recommande chaudement, juste une petite remarque, ont est tous d'accord qu'un Félin digne de ce Nom préférera dormir avec son humain et de préférence au plus prêt de lui, Le camarade Fripouille du Soviet Suprême dont je suis son Majorchat toutes les nuits dort en travers de ma gorge merveilleux réveil vivant mais pas le week end, donc n'hésiter pas a le lire
Le Grand Meaulnes Le Grand Meaulnes
Alain-Fournier   
C'est sûr : Ce roman, que j'ai dû lire en quatrième, est un grand classique, par lequel on doit passer. A tous ceux qui veulent le lire : ACCROCHEZ-VOUS. Je vais être franche : la première partie est très dure à accrocher mais la seconde et la troisième sont plus simples. On arrive à pénétrer dans l'histoire. La fin m'a même fait pleurer. C'est seulement à la dernière page que l'on se rend compte que ce livre est très beau.

par myra44
Les Diaboliques Les Diaboliques
Jules Barbey d'Aurevilly   
J'ai pas aimé !! Bon fa&ut admettre que les histoires sont bien trouvées ! Mais quand on regarde bien, on voit que les trois quart du livre ne servent à rien !! En faite, tu peut sauter la moitié ( ou les trois quart) de chaque début de nouvelle, et tu comprend très bien, si ce n'est pas mieux !!

par Marie15
La Fille de la supérette La Fille de la supérette
Sayaka Murata   
Ce petit livre se lit très rapidement. On y découvre la vie de Keiko, une vendeuse dans une supérette, trentenaire, sans mari ni enfant, que son entourage blâme de ne pas diversifier son quotidien et de ne pas chercher à s'accomplir dans d'autres tâches que celle de vendeuse. Un jour, elle noue des liens étranges avec un ancien collègue, lui aussi rebut de cette société japonaise basée sur des normes strictes.
L'auteure dépeint avec brio ce mode de vie et on se glisse de manière addictive dans ce quotidien d'employée de Kombini (ces supérettes ouvertes 24h/24 et 7j/7). Cependant, j'ai du mal à comprendre le revirement de situation et la "morale" de ce livre qui, par sa fin, ne nous montre rien. Je me demande toujours pourquoi je l'ai lu et ce que ces mots ont cherché à démontrer, mis à part la description d'un quotidien répétitif. Dommage.

par Antiigone
Junk Junk
Melvin Burgess   
Une histoire vraiment émouvante qui nous ramène les pieds sur Terre et nous balance des réalités en pleine figure, le monde n'est pas toujours tout beau. J'ai beaucoup d'admiration pour Nico qui a vécu une enfance pas très tendre mais qui s'en sort quand même. Ce livre nous fait prendre conscience que certains adolescents peuvent prendre une route différente de cele que tous les parents veulent et ils font leurs choix eux mêmes.
Je félicite donc l'auteur pour ce livre où tout le long on se demande ce qui va arriver à Nico (personnellement c'est mon personnage préféré)et où on réalise à quel point les jeunes s'en sortent (assez bien) malgré l'hostilité du monde qui les entoure.

par chups
The Prison Experiment, Tome 1 The Prison Experiment, Tome 1
Éric Costa   
Bouleversante, palpitante, imaginative, une quête effrénée qui ne peut que nous enthousiasmer !

Curieuse, j’ai eu envie de découvrir l’univers d’Éric (qui me tentait depuis longtemps, mais comme j’ai toujours 15000 livres à lire…) ainsi que cette dystopie (à mon sens, puisqu’on a un monde dans le monde, qui n’a plus rien d’utopique !). Ce récit, palpitant de la première ligne à la dernière, nous plonge dans un univers singulier, nous met face à des choix extraordinaires, à des personnages fascinants, nous pose mille questions sur notre Humanité, sur ce qu’est réellement un être humain, face à la bête qui sommeille en nous. Que ferions-nous dans un tel « monde » ?
Le récit n’est pas chronologique. Il commence in medias res et oscille entre les flashbacks, les points de vue narratifs variés (et donc les informations incomplètes selon le narrateur), l’intrigue qui se poursuit et nous happe invariablement. Une aventure folle !

Une écriture très belle, nuancée, et souvent poétique !
Un roman difficile à poser, dont les 542 pages défilent à une vitesse bien trop importante !
Bravo Éric pour ce roman-cathédrale dévoré en deux jours 1/2 !
Le Dernier cercle du paradis Le Dernier cercle du paradis
Arcady Strougatski    Boris Strougatski   
Surtout, ne pensez à rien ! Vous voici au pays de l'Imbécile Heureux. Sous le règne de l'abondance et du plaisir. Et de la folie. Tout comme Ivan Zhilin, Agent des Nations-Unies, vous enquêtez dans cette étrange station balnéaire où les fêtes succèdent aux cérémonies aberrantes, ou les Maîtres Coiffeurs changent votre apparence, où les Intels sont maudits, où les feuilletons idiots s'immiscent dans la réalité.
Mais où est la réalité entre les tentacules du rêve, dans ce pays d'où l'on ne revient pas, où vous affrontez une menace plus terrible que la guerre totale ?

par Lilinie
Virus 57 Virus 57
Christophe Lambert    Sam Vansteen   
Je ne suis pas convaincue... Je m'attendais à trouver un super chef d'oeuvre et je suis très déçue par ce livre.
Tout d'abord, je n'ai aimé aucune des personnages sauf Virgile [spoiler]qui finit par mourir[/spoiler] et encore, car il sacrément bizarre (et Gaudi, mais bon, c'est une chienne alors... :p). Pour moi, il y avait beaucoup, beaucoup, beaucoup trop de personnages (les policiers, le FBI, les mafieux, les contaminés, le père, les amis du père, les amis des amis du père etc.) je m'y suis complètement perdue et j'étais obligé de faire des retours en arrière pour me souvenir des personnages.
Ensuite, je n'ai tout simplement pas accroché à l'histoire. Je m'en suis désintéressée au bout d'une vingtaine de pages et pour un roman qui en contient près de 400, ça ne fait pas beaucoup. Le fait de ne pas mettre identifiée aux personnages n'a pas arrangé la chose. [spoiler]Pour moi, on sait la fin avant le début dans ce livre.[/spoiler]
Enfin, je crois que ce livre était beaucoup trop centré sur le suspens et l'enquête policière pour moi. On passe s'en cesse de course poursuite à la cavale, de coup monté à une prise d'otage.
De plus, la fin n'est pas une fin ! On ne nous explique rien et j'ai horreur de ça. L'auteur nous laisse dans le brouillard avec une sensation que le livre n'a pas d'aboutissements. A croire que l'auteur n'a pas vraiment d'idée quant à la fin de son roman.
Donc, je n'ai pas aimé ce livre, mais je pense qu'il peut plaire quand même aux amateurs de romans policiers ou aux personnes qui n'ont pas forcément besoin de s'identifier à un personnage pour rentrer dans l'histoire.
Le Congrès de futurologie Le Congrès de futurologie
Stanislas Lem   
L'idée m'est venu avec le film THE CONGRESS de Ari Folman. Un film raté, pas mauvais mais raté. Par contre il y avait quelques idées insolites et fantaisistes.
J'en suis à la moitié, ça détonne de partout, c'est encore plus loufoque que je ne le pensais, il y a un aspect visionnaire inattendu.
Je recommande

par devantf