Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs
Lire la suite...
<< Voir tous les extraits
Par Folize le 27-11-2016 Editer
Blackcreek, Tome 2 : Reste
Il repoussa ces pensées. Sa fièvre ne dépassait pas les 38°C quand il lui avait donné son médicament. Lydia lui aurait dit s’il fallait qu’il l’emmène chez le docteur.
Tout ça ne l’aidait pas avec son entretien d’embauche.
Wes redescendit. Tant pis pour le boulot. Jessie était plus importante. S’ils ne comprenaient pas ça, bosser pour eux ne serait probablement pas une bonne idée de toute façon.
Mais il pouvait peut-être demander à Noah. Il lui aurait fait confiance pour s’occuper de Jessie. Jess s’entendait bien avec tout le monde. Noah était vraiment la seule personne qu’il connaissait assez pour pouvoir laisser Jessie à sa garde. C’était difficile de trouver quelqu’un de plus responsable que lui.
Il essaya d’abord sur son portable mais ça ne répondait pas. Leur téléphone fixe sonna quelques fois avant qu’on décroche :
- Vous appelez le baisodrome de Cooper et Noah.
- Espèce de crétin ! hurla Cooper alors que Wes demandait :
- Braden ?
- Moh, je te manquais, hein ? Tu as appelé dans toute la ville pour essayer de me retrouver ? demanda Braden.
Il y avait de l’humour dans sa voix, mais aussi une petite touche sexy.
- Je n’ai pas le temps de jouer. Est-ce que Noah est là?
- Il est au boulot. Qu’est-ce qui se passe ? demanda Braden beaucoup plus sérieusement.
- J’ai un entretien d’embauche dans trois quarts d’heure, il me faut trente minutes pour y aller. Jessie est malade, Lydia travaille, et Noah aussi. Putain !
Ça faisait seulement quelques semaines qu’il s’occupait de sa nièce, et il était déjà perdu. Wes s’appuya au mur et laissa sa tête partir en arrière.
- Donne-moi dix minutes, j’arrive.
À ces mots, il ouvrit grand les yeux.
- Tu viens juste de répondre au téléphone en annonçant « le baisodrome de Noah et Cooper » et maintenant tu veux garder ma nièce qui est malade ?
- Pour être exact, j’ai dit Cooper et Noah, mais sinon, oui. Et c’est bête pour toi, mais tu n’as pas le temps de discuter.
Il raccrocha.
Inscrivez vous !
▶ Crééz votre propre bibliothèque virtuelle.
▶ Découvrez des conseils de lecture.
▶ Echangez avec des milliers de passionnés de lecture.