Livres
521 023
Membres
537 081

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Blonde



Description ajoutée par ninanina 2010-06-17T23:51:57+02:00

Résumé

Il y a l’icône. Et il y a la femme, l’habitante esseulée du 12305, Fifth Elena Drive. Pour Norma Jean, par fascination pour la fille derrière l’actrice Monroe, Joyce Carol Oates a écrit un pavé de mille pages. Lourd, puissant et guerrier. Peu importe finalement que ça ressemble ou non à la «vraie vie». D’ailleurs, que peut-on en savoir, d’une vie, si on n’a pas approché le sujet ? La romancière américaine a le cerveau bien trop plein d’étincelles pour se soucier de tels détails. «70% du livre est imaginé» précise-t-elle dans tous les journaux de la planète. Si elle n’a interviewé personne, l’affabulatrice a choisi son camp. Une fois de plus, dans son trente-neuvième ouvrage, elle écrit contre ceux qui instrumentalisent les femmes. A la lire, on croit volontiers à la thèse de la beauté devenue jouet des hommes, de l’actrice née, bousillée par l’ultra-libéralisme des studios anthropophages, dévoreurs de jeunesse et avaleurs de corps. Ce qui détonne, c’est que Joyce Carol Oates écrit comme Marylin apparaît : c’est évident, hypnotique, ensorcelant. Sa forme textuelle, c’est la rage. Tout est vraisemblable et mensonger, comme une intense séance de voyance, un travail de sorcière buveuse de faux souvenirs, une analyse post-mortem. C’est Flaubert à Los Angeles, les néons remplacent la Normandie. Mais la lumière crue des réverbères montre que les âmes américaines sont un peu sales et pas seulement au temps du maccarthysme. Il fallait une féministe de 62 ans pour le crier si fort.

Afficher en entier

Classement en biblio - 71 lecteurs

Extrait

Extrait ajouté par Myrajane 2020-03-24T11:53:23+01:00

You ain’t been blue

No no no

You ain’t been blue

Till you got that Mood Indigo.

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Commentaire ajouté par Mandy42 2020-04-15T19:33:32+02:00
Poubelle

J'ai pensé qu'il s'agissait de la biographie de Maryline MONROE. Là le personnage loufoque ne me plait pas du tout de part son comportement, sa vie, le manque de cohérence des actions, des gens. Non, après 3 tentatives de lecture, je laisse ce livre de côté...

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Myrajane 2020-03-24T01:33:03+01:00
Or

J’ai pris un peu de temps à rentrer dans le roman. L’auteur a un style d’écriture un peu particulier. Cela étant, dès que je me suis familiarisée, j’ai été fascinée par cette histoire et par la façon dont Oates fait vivre MM ou même les autres personnages... Ce roman mêle faits historiques et habile fiction avec même une certaine dose de suspense. J’ai fermé ce livre avec une grande tristesse même si je voyais la fin arriver. C’est un peu comme d’avoir perdue une compagne qui aurait partagé un bout de route avec moi.

Même si je sais que les livres de Joyce Carol Oates ont des styles très différents, je vais me laisser tenter par d’autres, histoire de me faire une opinion sur cette auteur.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Aline-100 2020-01-24T18:16:59+01:00
Or

Blonde a beau être une biographie fictive de Marilyn, le roman donne l'impression de réellement pénétrer dans l'intimité de la star.

L'écriture de Joyce Carol Oates est intense et donne la sensation de vivre les événements "de l'intérieur", comme si l'on prenait part, en tant qu'observateur direct, à la vie des différents personnages et de Marilyn, en particulier.

Etrange et très perturbante, la vie de la petite Norma Jeane ne laisse pas indifférent. Tout au long du roman, on sent le malheur qui la guette, comme si la maladie mentale de Gladys était une sorte de malédiction menaçant à tout moment de s'abattre sur sa fille. Et certains passages du texte donnent d'ailleurs à penser que Norma Jeane souffrait du même mal que sa mère. Plusieurs fois, en particulier lors des tournages de ses différents films, l'actrice donne l'impression de souffrir de personnalités multiples: elle passe avec une facilité déconcertante d'une personnalité à l'autre (talent ou maladie?) et considère toujours "Marilyn" comme une entité extérieure, une personne qui fait partie d'elle, mais pas tout à fait. On en arrive à se demander si le métier de cette femme n'a pas précipité sa fin: Marilyn serait-elle morte aussi jeune si elle était resté Norma Jeane, jolie mais anonyme?

Car exposée à tous les regards, et en particulier aux regards masculins, Norma Jeane est devenue extrêmement vulnérable. Jouet des hommes et ne sachant rien leur refuser, elle semble n'avoir aucun amour-propre. Après quelques relations sentimentales catastrophiques, on pourrait s'attendre à ce que Norma Jeane soit plus raisonnable, et pourtant sa relation avec le Président, sa dernière conquête avant sa mort, montre à quel point cette femme est prête à supporter toutes les humiliations: du moment qu'elle a l'impression d'être aimée, elle est prête à tout.

La vie de Norma Jeane est aussi, bien entendu, intimement liée à Hollywood. A tel point que la jeune femme aborde l'entièreté de sa vie comme un film. Plus d'une fois, alors qu'elle bavarde avec diverses personnes, Norma Jeane se retrouve prise de cours et ne sait plus quoi répondre parce que "le scénario" ne prévoit pas le genre de situation à laquelle elle est confrontée. Ce genre de réaction renforce encore le sentiment de malaise que l'on ressent à la lecture et fait comprendre qu'il arrivera bien un moment où la jeune femme plongera dans le même abîme que sa mère. Car Norma Jeane devenue Marilyn ne vit plus sa vie, elle la joue. Et le fait d'être en représentation permanente ajoute encore à sa tension, l'amène à abuser des médicaments et de l'alcool. A tel point que sa carrière, pourtant prometteuse, finit par en souffrir:

"C'était un miracle quelquefois. D'accord, c'est un cliché, mais il se trouve qu'il est vrai. Monroe se pointait avec des heures de retard et parfois le bruit courrait qu'elle était à l'hôpital de Reno (pour avoir tenté de se suicider la veille!) et pourtant elle arrivait souvent toute douce & l'air timide & bagayant des excuses, et les acclamations fusaient même si on venait tous de maudire cette garce. Quand Monroe arrivait, on voyait que ce n'était pas une garce mais seulement une force de la nature comme un vent violent ou un orage, on voyait qu'elle était elle-même la proie de cette force de la nature et on ne demandait qu'à lui pardonner".

Comme le montre l'extrait ci-dessus, Blonde ne se concentre pas uniquement sur le point de vue de Norma Jeane. Chaque personnage est mis en avant et, en quelque sorte, amené à donner son avis sur la personnalité de Marilyn. Cette technique renforce encore l'impression de lire un véritable documentaire, une biographie pour laquelle Joyce Carol Oates aurait rencontré des ex-collègues et anciens amis de Marilyn et les aurait interviewé. Le fait de devoir sans cesse se rappeler que l'on est en train de lire une fiction et non une biographie rend le récit encore plus intense, car cela force le lecteur à rester aux aguets, à se concentrer sur la moindre anecdote afin de se rappeler qu'elle est inventée de toute pièce par l'auteure.

En bref : Magnifique et déconcertant à la fois, Blonde est à classer parmi les tous bons romans, de ceux auxquels on continue à penser des jours après l'avoir refermé.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par passiondulivre88 2017-09-05T14:26:54+02:00
Bronze

Quel pavé littéraire dans la sombre mare du show business ! L'histoire romancée (à quel point ?) de cette STAR, les anecdotes (réelles ? inventées ?), le récit des épisodes de sa vie (fictifs ? vrais ?) sont particulièrement intéressants même pour un non fan du personnage. Les aspects parfois très scabreux de la personnalité et des agissements de Norma, engendrés par une enfance douloureuse et les vils desseins entrepris par d'avides personnages, n'entament en rien l'aura de cette étoile filante (partie trop vite) mais éternelle. Beau travail de l'auteur.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Krysaline 2017-02-19T14:26:47+01:00
Lu aussi

2017 : En fait je pense que ce roman mériterait une relecture plus attentive de ma part. En effet à la première lecture, il en ressort un avis plus que mitigé. Je n'incrimine pas le style de la romancière mais seulement la forme. Bon, c'est sûr, je ne vais pas me faire « que des ami(e)s » car à la lecture des critiques, je m'aperçois que ce livre a globalement été encensé.

2001 : Alors, autant le dire tout de suite, je suis une fervente admiratrice de Marilyn Monroe (eh oui, je ne pense pas que c'était seulement la « gourde » de service, la blondasse « bombasse » défoncée et stupide comme les multiples biographies de Marilyn voudraient nous le faire supposer. Je pense au contraire que c'était quelqu'un d'hyper sensible, une écorchée-vive perfectionniste en quête de reconnaissance, en perpétuelle recherche d'identité et surtout quelqu'un d'hyper-manipulée). Une chimère ? Peut-être, mais c'est ma vision des choses. Alors évidemment, sans surprise, j'ai été profondément déçue par l'interprétation que Carol Joyce OATES fait de l'histoire de la comédienne. Certes, Marilyn ça ne devait pas être « de la tarte » et sa vie surement moins « dorée » que ce que l'on a bien voulu nous faire croire (en réalité : la misère sous les paillettes), mais cette histoire-là ne m'a pas emballée et ne m'a pas plu. Je ne sais pas, un malaise, une inadéquation avec l'histoire, ce livre m'a dérangé et laissé un gout amer. Peut-être était-ce vraiment ça la vie de la Star ? Mais je n'avais pas, à ce moment-là, envie de la lire ainsi. Je n'avais pas envie de lire toute cette noirceur, pas envie de partager cette vision sordide de l'histoire, qui est peut-être la vérité d'ailleurs… allez savoir ? En effet, ce n'est pas une biographie fidèle de la vie de Marilyn mais une version « romancée » et imaginée pour une grande partie alors on peut imaginer ce qu'on veut…

2017 : A la lecture donc, des critiques dithyrambiques publiées, j'ai bien envie d'en reprendre la lecture car je me dis que je suis peut-être passée « à côté » de quelque chose que je n'ai pas su saisir il y a seize ans ! A redécouvrir donc.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par coucougi 2013-02-02T00:18:56+01:00
Pas apprécié

Je n'ai pas réussi à accrocher, peut-être parce que justement c'était un roman avec quelques brides de vérité. Je ne sais pas trop mais je n'ai même pas pu le terminer. Peut-être un jour... car je l'ai dans ma bibliothèque.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Alienor 2012-07-10T16:10:01+02:00
Or

Un livre touchant. Même s'il s'agit avant tout d'un roman, on est ému par la justesse des personnages et on le lit du début à la fin même si on l'a connaît avant même de commencer à le lire.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Anisette81 2011-01-19T11:23:48+01:00
Diamant

Est-ce que ça ressemble à la vraie vie de marilyn? Justement, c'est ce qui fait le suspense de ce livre. On connaît la fin, mais on le lit quand même avec plaisir. On suit le parti-pris de l'auteur.

Un plaisir, mais un peu long.

Afficher en entier

Date de sortie

Blonde

  • France : 2002-05-15 - Poche (Français)

Activité récente

Évaluations

Meilleurs classements dans les Listes Booknode

Quiz terminés récemment

Les chiffres

Lecteurs 71
Commentaires 8
Extraits 5
Evaluations 11
Note globale 7.73 / 10

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode