Livres
364 332
Comms
1 255 581
Membres
239 763

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Blonde

6 notes | 4 commentaires | 3 extraits
Description ajoutée par ninanina 2010-06-17T23:51:57+02:00

Résumé

Il y a l’icône. Et il y a la femme, l’habitante esseulée du 12305, Fifth Elena Drive. Pour Norma Jean, par fascination pour la fille derrière l’actrice Monroe, Joyce Carol Oates a écrit un pavé de mille pages. Lourd, puissant et guerrier. Peu importe finalement que ça ressemble ou non à la «vraie vie». D’ailleurs, que peut-on en savoir, d’une vie, si on n’a pas approché le sujet ? La romancière américaine a le cerveau bien trop plein d’étincelles pour se soucier de tels détails. «70% du livre est imaginé» précise-t-elle dans tous les journaux de la planète. Si elle n’a interviewé personne, l’affabulatrice a choisi son camp. Une fois de plus, dans son trente-neuvième ouvrage, elle écrit contre ceux qui instrumentalisent les femmes. A la lire, on croit volontiers à la thèse de la beauté devenue jouet des hommes, de l’actrice née, bousillée par l’ultra-libéralisme des studios anthropophages, dévoreurs de jeunesse et avaleurs de corps. Ce qui détonne, c’est que Joyce Carol Oates écrit comme Marylin apparaît : c’est évident, hypnotique, ensorcelant. Sa forme textuelle, c’est la rage. Tout est vraisemblable et mensonger, comme une intense séance de voyance, un travail de sorcière buveuse de faux souvenirs, une analyse post-mortem. C’est Flaubert à Los Angeles, les néons remplacent la Normandie. Mais la lumière crue des réverbères montre que les âmes américaines sont un peu sales et pas seulement au temps du maccarthysme. Il fallait une féministe de 62 ans pour le crier si fort.

Afficher en entier

Classement en biblio - 58 lecteurs

Or
16 lecteurs
PAL
24 lecteurs

Extrait

Extrait ajouté par x-Key 2011-01-20T22:23:22+01:00

Elle avait dû lutter contre le sommeil, dans une robe du soir sans bretelles cousue sur son corps superbe, au corsage si serré qu'elle pouvait à peine respirer; le cerveau privé d'oxygène, et les yeux vitreux derrière le masque de céramique de Marilyn sculpté par son maquilleur Whitney sur sa peau cireuse maladive et son âme meurtrie.

Afficher en entier

Commentaires récents

Ajouter votre commentaire

Commentaire ajouté par Krysaline 2017-02-19T14:26:47+01:00
Lu aussi

2017 : En fait je pense que ce roman mériterait une relecture plus attentive de ma part. En effet à la première lecture, il en ressort un avis plus que mitigé. Je n'incrimine pas le style de la romancière mais seulement la forme. Bon, c'est sûr, je ne vais pas me faire « que des ami(e)s » car à la lecture des critiques, je m'aperçois que ce livre a globalement été encensé.

2001 : Alors, autant le dire tout de suite, je suis une fervente admiratrice de Marilyn Monroe (eh oui, je ne pense pas que c'était seulement la « gourde » de service, la blondasse « bombasse » défoncée et stupide comme les multiples biographies de Marilyn voudraient nous le faire supposer. Je pense au contraire que c'était quelqu'un d'hyper sensible, une écorchée-vive perfectionniste en quête de reconnaissance, en perpétuelle recherche d'identité et surtout quelqu'un d'hyper-manipulée). Une chimère ? Peut-être, mais c'est ma vision des choses. Alors évidemment, sans surprise, j'ai été profondément déçue par l'interprétation que Carol Joyce OATES fait de l'histoire de la comédienne. Certes, Marilyn ça ne devait pas être « de la tarte » et sa vie surement moins « dorée » que ce que l'on a bien voulu nous faire croire (en réalité : la misère sous les paillettes), mais cette histoire-là ne m'a pas emballée et ne m'a pas plu. Je ne sais pas, un malaise, une inadéquation avec l'histoire, ce livre m'a dérangé et laissé un gout amer. Peut-être était-ce vraiment ça la vie de la Star ? Mais je n'avais pas, à ce moment-là, envie de la lire ainsi. Je n'avais pas envie de lire toute cette noirceur, pas envie de partager cette vision sordide de l'histoire, qui est peut-être la vérité d'ailleurs… allez savoir ? En effet, ce n'est pas une biographie fidèle de la vie de Marilyn mais une version « romancée » et imaginée pour une grande partie alors on peut imaginer ce qu'on veut…

2017 : A la lecture donc, des critiques dithyrambiques publiées, j'ai bien envie d'en reprendre la lecture car je me dis que je suis peut-être passée « à côté » de quelque chose que je n'ai pas su saisir il y a seize ans ! A redécouvrir donc.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par coucougi 2013-02-02T00:18:56+01:00
Pas apprécié

Je n'ai pas réussi à accrocher, peut-être parce que justement c'était un roman avec quelques brides de vérité. Je ne sais pas trop mais je n'ai même pas pu le terminer. Peut-être un jour... car je l'ai dans ma bibliothèque.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Alienor 2012-07-10T16:10:01+02:00
Or

Un livre touchant. Même s'il s'agit avant tout d'un roman, on est ému par la justesse des personnages et on le lit du début à la fin même si on l'a connaît avant même de commencer à le lire.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Anisette81 2011-01-19T11:23:48+01:00
Diamant

Est-ce que ça ressemble à la vraie vie de marilyn? Justement, c'est ce qui fait le suspense de ce livre. On connaît la fin, mais on le lit quand même avec plaisir. On suit le parti-pris de l'auteur.

Un plaisir, mais un peu long.

Afficher en entier

Date de sortie

  • France : 2002-05-15 - Poche (Français)

Activité récente

Les chiffres

Lecteurs 58
Commentaires 4
Extraits 3
Evaluations 6
Note globale 7.83 / 10

Évaluations