Livres
511 671
Membres
522 562

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par ilovelire 2020-04-23T00:35:31+02:00

— Numéro 492.

Reyna regarda le bout de papier qu’elle n’avait pas lâché pendant les huit dernières heures et n’en crut pas ses yeux : 4-9-2.

— C’est moi, dit-elle en levant la main pour attirer l’attention de la coordinatrice.

Il était grand temps. Elle ne s’était pas attendue à poireauter toute la journée.

La responsable traversa la salle d’attente d’un blanc immaculé. Ses talons résonnèrent de plus en plus fort sur le carrelage à mesure qu’elle approchait de la jeune femme qui la détailla : cheveux blonds et lisses jusqu’aux épaules, uniforme assorti au décor. Avec, pour seule tache de couleur vive, le logo rouge sang qui ornait sa poche de poitrine.

Afficher en entier

« — Comment j’aurais pu savoir ? dit-elle en lui tournant le dos, écœurée. Et elle, elle sait que tu m’as embrassée ?

— Non. Ça ne la regarde pas.

— Ah bon ? lança Reyna, incrédule. Pas sûr qu’elle soit de cet avis. Pourquoi tu ne m’as pas dit que tu avais quelqu’un ?

— Ce que je fais de mon temps libre ne regarde que moi.

— Bien sûr, siffla-t-elle. Tu t’es montré très clair, à ce sujet. Je me demande vraiment pourquoi tu m’as fait venir. »

Afficher en entier
Extrait ajouté par ilovelire 2020-04-23T00:36:43+02:00

Reyna sauta d’un bond au pied du lit. C’était grotesque d’attendre assise sur ce foutu matelas. Son futur employeur se ferait une piètre impression d’elle s’il découvrait une pauvre fille recroquevillée de peur sur un grabat d’hôpital. Il fallait qu’elle apparaisse forte, sûre d’elle. Prête à conquérir le monde.

Mais quand son mécène entra dans la salle d’examen, Reyna se liquéfia de trouille. Jamais elle ne s’était sentie plus vulnérable.

Le nouveau venu bouchait tout l’encadrement de la porte. Son magnétisme faisait qu’on avait le sentiment de contempler un type encore plus immense et massif qu’il ne l’était. Comme si… comme si sa grande carcasse dégageait une énergie palpable, voilà. Son assurance était telle qu’il prenait toute la place.

Elle leva les yeux et se retrouva à contempler deux puits de noirceur. Un court instant, elle crut y déceler une vague lueur d’appétit qui s’éteignit presque aussitôt. L’homme était taillé à la serpe : pommettes saillantes, joues creuses, maxillaire puissant et carré. Jusqu’à ses cheveux d’un noir de jais coupés au millimètre. Costume noir impeccable, chemise rouge sang.

Afficher en entier
Extrait ajouté par ilovelire 2020-04-23T00:36:15+02:00

— Indéfiniment ? hoqueta Reyna.

— Oui. Le nouveau système vous placerait auprès d’un vampire compatible. Vous vivriez chez votre mécène.

— Pour toujours ? lança-t-elle, incrédule.

— Pas nécessairement, mademoiselle Carpenter. Ce dispositif a pour seul objectif de pallier certaines imperfections du précédent. Il limite les impondérables et offre aux sujets un meilleur cadre de vie.

— Mais indéfiniment… ça veut dire que je n’aurais pas le droit de démissionner ?

— Bien sûr que si, voyons ! Si le sujet ou le mécène estime que la relation fonctionne mal, Visage trouvera un remplaçant, et le contrat qui vous lie sera rendu caduc. Nous n’avons aucun droit de vous retenir contre votre volonté, mademoiselle. Nous pensons avant tout au bien-être de nos mécènes. Si cela peut vous rassurer, sachez que lesdits mécènes ont été triés sur le volet. Vous n’aurez pas à vous plaindre, je m’en porte garant.

Afficher en entier
Extrait ajouté par ilovelire 2020-04-23T00:35:59+02:00

Reyna franchit le seuil.

La coordinatrice la guida le long du couloir immaculé. Elles dépassèrent plusieurs portes blanches et divers employés tirés à quatre épingles, debout, alignés comme des oies.

— Il ne convient pas du tout. Je propose de rejeter sa candidature, murmura un homme à sa collègue au moment où les deux femmes passaient.

— Entendu. Parlons-en au docteur…

Reyna n’entendit pas la fin de phrase de la collègue. Elle tourna la tête dans leur direction.

— Il y a des candidats qui ne sont pas retenus par Visage ?

Son accompagnatrice ne se donna pas la peine de relever. Le rejet de certains postulants n’était pas un mystère ; tout un chacun avait eu vent d’histoires affreuses de maladies sanguines et autres horreurs. Les donneurs de sang employés chez Visage étaient censés apaiser les pulsions des vampires, pas les aggraver.

Afficher en entier
Extrait ajouté par ilovelire 2020-04-23T00:35:53+02:00

Cela étant, la perspective qu’offrait cette porte ouverte la fit douter pour la première fois de la journée. Sa décision était pourtant prise. Elle avait eu le temps d’y réfléchir lors des deux dernières semaines, après avoir postulé en catimini pour devenir compagne de sang. Personne n’avait voulu d’une gamine du quartier des Entrepôts comme employée. Au terme de ses études secondaires, la jeune femme s’était trouvée confrontée au cauchemar absolu : sans diplôme du supérieur, elle ne valait rien sur le marché du travail post-effondrement et, pour s’inscrire à la fac, il fallait de l’argent. Une montagne de fric. Mais comment gagner le premier sou quand toutes les portes lui étaient fermées ? La boucle était bouclée. C’était à devenir dingue !

Aussi ses frères étaient-ils contraints de travailler comme quatre… au sens propre. Reyna en était malade : ses frangins avaient beau marner comme des esclaves à l’usine, leur maigre paie suffisait tout juste à maintenir la fratrie à flot dans ce contexte de crise sans fin. Elle voulait pourtant faire quelque chose. Non. Elle se devait d’agir. Il n’était pas question de les laisser s’épuiser jour et nuit pour un salaire de misère.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode