Livres
568 038
Membres
623 015

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par nienie30 2021-07-10T23:15:56+02:00

Max :

— Pouvez-vous vous taire ? lance ma mère, agacée. Ça devient fatigant d’entendre votre bouche vomir des mots.

— C’est qui, Gertrude la frigide ? demande Tony.

Cette fois, je me pince l’arête du nez. Je suis fatigué. Vraiment…

Ma mère affiche une expression outrée et se plante près du hamac, brandissant son index sur Tony.

— C’est moi que vous traitez de frigide, la camionneuse ?

— Bah, rien qu’à vous regarder avec vos grands airs, on peut aisément supputer que vous avez un balai profondément enfoncé dans le cul ! Je viens de me prendre une porte de fenêtre dans la gueule et vous me demandez de la fermer. À ton avis, Einstein, ta remarque pouvait être accueillie comment ?

Ma mère fulmine. Cally et Norah posent leur main sur leur bouche. Milo se pisse vraiment dessus. Je dois intervenir.

— Tony, je te présente Gloria Delaunay, ma mère.

Un silence s’abat sur la terrasse. Ma mère hausse des sourcils triomphants et tapote du pied. Tony est pâle comme un cachet d’aspirine. Je crois qu’elle ne respire plus. Merde…

Afficher en entier
Extrait ajouté par nienie30 2021-07-10T23:22:29+02:00

Antonia :

— Je ne lirai pas After.1

Milo se marre. Cally devient rouge. Norah est perplexe.

— T’as pas le droit de ne pas lire After, s’insurge Norah. C’est mon choix de livre du mois !

Je me doutais qu’elle allait le prendre mal.

— C’est une question de principe.

Elle est outrée. Cally semble avoir une cacahuète coincée dans la gorge. Milo n’en peut plus. C’est qu’un bouquin, bordel !

— Je proteste contre le fait que pour la majorité des habitants de cette planète, la citation « De quelque matière que soient faites nos âmes, les nôtres se ressemblent » est attribuée à Anna Todd, alors que c’est d’Emily Brontë dans Les Hauts de Hurlevent2. C’est un blasphème !

— Tu te fous de moi, c’est ça ! lâche Cally, verte de rage.

— Non. J’ai une copine qui s’est fait tatouer cette phrase sur l’épaule. Figure-toi qu’il y a des connasses qui lui disent « Oh, mais c’est la citation d’After ! ». Tu te rends compte !

— Hardin est super sexy, lance Norah qui ignore délibérément mes arguments.

— Hardin joue au bad boy, alors qu’il a quoi… quatorze ans !

— N’importe quoi !

— Tu sais que j’ai raison, Norah. C’est un bad boy des bacs à sable.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Bookwhisperer 2021-09-07T19:26:49+02:00

“— Qu’est-ce que tu veux, Max ?

Il penche la tête et courbe le coin de ses lèvres.

— Et toi, qu’est-ce que tu veux, Antonia ?

Lui aussi a capté le truc de poser des questions par une autre question pour éviter d’avoir à répondre à une question. Merde… Je suis piégée et pense :

Dis-lui que tu es accroc à lui, et que tu te noies dans l’alcool et le shit pour ne plus y penser.

Dis-lui que tu vas le bousiller s’il entre dans ta vie, car tout ce que tu fais, tu le dézingues.

Dis-lui qu’il perd son temps avec une tocarde telle que toi.

Dis-lui que t’es qu’une merde qui a réussi à se faire virer d’un boulot de caissière.

Que ton compte en banque est un trou noir.

Que ton cœur palpite à chaque fois que tu penses à tes moments passés avec lui.

Que ton daron est en tôle et que tous tes samedis sont indisponibles.

Que tu le désires.

Que tu l’ai…

Non. Non. Non.

Ne pas lui dire ça.

Il va fuir en courant.

Le penses-tu vraiment ?

Alors je dis :

— Je ne sais pas.

Un silence. Il réplique :

— Moi, je sais ce que je veux.

Mon regard se plante dans le sien. Je respire un peu plus vite.

— Tu veux quoi ?

Il me sourit. D’un sourire qui dévoile ses dents. D’un sourire qui plisse ses yeux. D’un sourire étincelant. Il répond :

— Toi, Antonia. Je te veux, toi.

Mon cœur tombe dans ma poitrine. Quelque chose se brise en moi. J’ai les yeux qui picotent. Sa voix est rauque et me charme. Je vois des rougeurs atteindre ses joues, mais ses yeux ne cillent pas. Ils m’observent, bleu incandescent. Shaka Ponk commence à gueuler dans les enceintes. Putain…

— T’es un dingue, Air Flight. T’as fondu un plomb, t’es au courant ? dis-je, tentant de ravaler le sanglot qui m’étreint la gorge.

— Je l’ai réalisé quand je t’ai rencontré. Ou alors c’est la téquila.

Mes lèvres se retroussent.

— C’est forcément la téquila.”

Afficher en entier
Extrait ajouté par Bookwhisperer 2021-09-07T17:41:34+02:00

“— Y a-t-il une gare près d’ici ?

— Pourquoi tu demandes ça, Tony ?

— Parce que je veux partir loin, très loin… Ne plus jamais poser un pied en France. Élever des chèvres en Norvège, pourquoi pas. Ou des saumons. Putain, j’ai dit à la mère de Max qu’elle avait un balai dans le cul !

— C’est vrai que c’était malvenu, dit Norah.

— Non, tu crois ?

Quelques minutes plus tard, Max se pointe sans sa mère. À son air affligé, j’en conclus que ça n’a pas dû être facile de s’en débarrasser. Je lance en crispant les lèvres :

— Désolée.

Il me dévisage et s’approche.

— T’as un talent tout particulier pour te faire aimer d’emblée, toi.

— Ouais…

C’est limite si je ne me tortille pas tant je suis embarrassée.”

Afficher en entier
Extrait ajouté par Bookwhisperer 2021-09-07T15:33:42+02:00

“Tony arrive et mes yeux s’arrondissent face à l’énorme coquard sous son œil. Merde, c’est quoi ça ?

Je lâche en me levant :

— Je vais tuer celui qui t’a fait ça !

Elle a un mouvement de recul et hausse l’un de ses sourcils. Puis sa main se porte à son visage et elle rigole. Sérieusement ?

— Du calme, Tyson ! C’est rien.

— Qui t’a fait ça ?

Elle rougit.

— C’est sexy quand tu te mets en colère, Pilote, mais un bonjour aurait été mieux que cette éclatante démonstration de virilité.

Je lève les yeux au ciel. Visiblement, ce n’était pas « quelqu’un », le coupable de son hématome, mais plutôt quelque chose.

— Tu t’es pris un mur ?

— Ouais, c’est un peu ça.

Je souris. Elle soupire.

— T’as faim ?

— Grave. Mama m’a foutue dehors sans que je puisse avaler un morceau.”

Afficher en entier
Extrait ajouté par Delivrons_les_livres 2021-08-02T22:01:02+02:00

Pourtant, je l'aime. Je sais que je l'aime... Alors, pourquoi ça me fait tant flipper ?

Afficher en entier
Extrait ajouté par nienie30 2021-07-10T23:12:14+02:00

Il passe sa langue sur ses lèvres. C’est tellement sexy que ma mâchoire manque de se décrocher. Puis je me reprends et mords la mienne. Je me dois d’être honnête avec lui s’il veut vraiment être mon mec. J’ai peur. Je crève de peur de lui dire à quel point ma vie est merdique. Peur de le perdre. Peur qu’il ne me regarde plus avec ces yeux-là. Ces yeux contemplatifs qui percent mon âme. Au moins, sans nouvelles de moi, je restais la Tony qu’il a sautée au Bloody Black Pearl. La Tony qui a passé des vacances de rêve à ses côtés. Si je lui dis tout, je ne le serai plus. Mais je le dois et je me lance :

— Max, je… je suis un aimant à problèmes.

— Ça, je le sais.

— Non, tu ne comprends pas. J’ai une vie compliquée. Des responsabilités compliquées.

— Je m’en doute, figure-toi.

— Ce que je vais te dire va te faire fuir.

— Aucune chance.

— Max.

— Non. Arrête ! lance-t-il. N’essaie pas de trouver des excuses pour que je m’en aille. Je ne partirai nulle part.

— C’est le contraire, que je fais !

— Tu vas encore me dire que ta vie est merdique, mais ça ne marche pas.

— Je veux être honnête avec toi. J’ai tellement de casseroles que…

— Arrête.

— … on pourrait nourrir un régiment avec mes emmerdes.

— Arrête !

— Et je ne suis clairement pas celle qu’…

— Je t’aime comme tu es, Tony ! Je me fous du reste.

— … il te faut.

Il a dit quoi ?

— T’as dit quoi ?

Il semble aussi surpris que moi.

Il semble aussi surpris que moi. Puis son visage s’illumine et ses lèvres s’approchent à quelques millimètres des miennes.

— Je t’aime, Antonia.

Je n’ai pas le temps de dire « ouf » que ses mains se plaquent sur mon visage et sa bouche s’abat sur la mienne. Mes yeux sont toujours ronds comme des billes.

Il…

Il… m’aime ?

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode