Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de BookOver : Liste de bronze

retour à l'index de la bibliothèque
Psi-Changeling, Tome 6 : Marques de feu Psi-Changeling, Tome 6 : Marques de feu
Nalini Singh   
Une tuerie........
C'est un des meilleurs tomes de la saga, peut-être parce que les deux héros sont changeling.
Du coup, il y a beaucoup de passions, de conflit de dominance.
Mercy est vraiment géniale, avec son caractère de "tête de mule". Elle s'amuse à provoquer Riley qui est connu pour être imperturbable.
Du coup, s’enchaînent des dialogues à mourir de rire, de l'action, de la passion....
C'est une saga qui ne s'essouffle pas et qui est un régal à lire

par Adèle
Psi-Changeling, Tome 3 : Caresses de glace Psi-Changeling, Tome 3 : Caresses de glace
Nalini Singh   
Un tres bon trosième tome, qui change un peu plus des deux premiers. Dans ce tome, on retrouve Brenna, la louve qui a été retenue prisonniere et torturé par Enrique.
De le l'autre coté, on retrouve Judd, le psy completement froid, le pire des psy étant une fleche.
Malgré tout, Brenna ne se sent bien qu'en sa présence, ne reussi a parler qu'à lui, et petit a petit, elle va chercher a rechauffer cet etre si froid...

En bref, un tome qui se lit très rapidmeent et qui est monter d'un cran ! J'attends de voir la suite, qui j'espère sera a la hauteur de celui ci !

par naiky
Psi-Changeling, Tome 2 : Visions torrides Psi-Changeling, Tome 2 : Visions torrides
Nalini Singh   
Un bon deuxième tome dans la lignée du premier.
Cette fois nous nous penchons sur Vaughn, une Sentinelle de la Meute des léopards, même si de son côté il est un jaguar.
Il est sans nul doute plus animal qu'humain, tant dans sa façon d'agir que dans sa manière de réfléchir.
C'est donc guidé par ses instincts primaires qu'il est attiré par un complexe au coeur de la forêt où réside - ou plutôt : vit en recluse - Faith, une Psi possédant un don de clairvoyance, une C-Psi.
Il est immédiatement fasciné par cette jeune femme, n'écoutant que ses sens et son jaguar intérieur, il pousse dès le départ Faith dans ses retranchements et ses limites, l'amenant inexorablement au bord de l'abîme - le vortex - qui pourrait lui couter la vie ou sa santé mentale.
Ce jaguar à la sensualité dévorante, initie Faith et se laisse consumer par ses désirs empreints d'un érotisme et d'une sauvagerie toute féline.
Une nouvelle enquête entre le monde des Changeling et des Psi, on en apprend davantage sur le Gardien du Net et nous retrouvons avec plaisir les personnages du premier volume.
Un univers toujours aussi intéressant et pour ma part, j'attends déjà le tome 3.

par ccmars
Psi-Changeling, Tome 1 : Esclave des sens Psi-Changeling, Tome 1 : Esclave des sens
Nalini Singh   
Je connaissais déjà l’une des séries de Nalini Singh : « Guild hunter », qui est simplement l’une des meilleurs que j’ai lue dans le genre. Je m’étais donc juré qu’un jour j’entamerai celle-ci. Lors de l’un de mes passages à la bibliothèque de ma ville j’ai remarqué cette série dans l’un des rayonnages. Les premiers volumes ayant été empruntés, impossible de me lancer. Je gardais donc à l’œil cette zone à chacun de mes passages. Quand j’ai vu que le premier tome était disponible, j’ai sauté sur l’occasion (ce n’est pas comme si j’avais une PAL grosse comme le Mont-Blanc à la maison).

Avant tout, j’étais déjà super emballée par les promesses de la quatrième de couverture, et je n’ai pas été déçue par la lecture du roman. Il a vraiment frôlé le coup de cœur de très près. Cependant, s’il n’en ait pas devenu un, c’est parce que ce premier tome connaît quelques faiblesses : dont le fait que j’ai été capable de déterminer l’aboutissement du récit avant même d’être arrivée à la moitié du roman. Alors, oui je l’ai lu jusqu’au bout car j’étais curieuse de connaître la façon dont les personnages s’en sortiraient. Toutefois, cela reste une lecture plaisante et j’ai vraiment hâte de lire la suite !

L’auteur nous immerge dans un univers riche et fascinant d’urban-fantasy pas si éloigné du nôtre. La société est divisée en plusieurs factions de différentes espèces (si on peut les qualifier ainsi). Chaque espèce ayant sa propre particularité. On suit les Psi (des gens froids et très cérébraux) et les Changeling (très proches de la nature et capables de se métamorphoser en animaux diverses et variés). J’ai particulièrement apprécié cet élément dans le roman ; une sorte de transfiguration de notre société à travers ces deux penchants de courant que l’on connaît actuellement.

Inutile de m’étendre en long et en large sur le sujet, mais vous l’aurez compris ces deux factions ne sont pas particulièrement en bon terme. Mais il peut arriver, en de rares occasions, qu’ils travaillent ensemble. Sascha, une Psi avec quelques disfonctionnements se retrouve à collaborer avec un chef Changelling, Lucas. Ils finiront par faire équipe dans une enquête qui les mènera dans à la recherche d’un mystérieux assassin.

Je ne peux pas nier que cette intrigue n’est pas une innovation dans le genre, cependant elle est tournée de telle manière que le lecteur participe pleinement au récit. De mon côté, bien que l’on évolue dans un monde fantastique, j’ai trouvé que les relations entre les personnages étaient criantes de réalisme. Les liens se tissent lentement entre eux et les sentiments mettent du temps à se clarifier.
En revanche, je regrette que les personnalités des protagonistes se tournent si facilement vers les extrêmes. L’attachement devient rapidement de la surprotection, la vengeance est glaciale, sans que la raison de cela ne soit jamais remise en cause. Et au final, je suis légèrement déçue que l’on ne se soit pas plus attardé sur certains personnages plutôt que d’autres.
On ne s’attarde pas trop sur la nature profonde des Changelings alors qu’il serait intéressant de creuser un peu plus le sujet.

Quant à l’écriture de l’auteur, pour moi c’est un régal.

suite =>
http://audreybookoverlife.over-blog.com/2017/03/psi-changeling-t1-esclave-des-sens-de-nalini-singh.html

par BookOver
Psi-Changeling, Tome 4 : Mienne pour toujours Psi-Changeling, Tome 4 : Mienne pour toujours
Nalini Singh   
Plus les tomes passent et plus je les apprécie !
Voici un livre placé sous le signe de la confiance et du pardon, Clay et Talin se connaissent depuis l'enfance et même s'ils ne se sont vu depuis vingt ans, ils ont un lourd passif commun.
Clay, ce léopard extrême et Talin, une humaine brisée, nous entrainent sur les traces de leur passé et nous apportent quelques réponses quant aux " Oubliés ".
Nous retrouvons les autres personnages précédemment introduits ainsi que les Psis.
Les machinations au sein du conseil vont bon train et les intrigues continuent, un bel univers décrit avec brio par Nalini.

par ccmars
Psi-Changeling, Tome 5 : Otage du plaisir Psi-Changeling, Tome 5 : Otage du plaisir
Nalini Singh   
Une saga que j'adore.
Les tomes s’enchaînent et l'addiction continue.
Dorian était un personnage qui m’intéressait beaucoup. Je n'ai vraiment pas été déçue.
Sniper...dominant...nous découvrons Dorian dans toute sa splendeur.
Depuis la perte de sa soeur, il est au bord du gouffre. C'est un être écorché vif.
Vous vibrez au son de sa colère et de sa haine des Psi.

par Adèle
Le gardien de la source Le gardien de la source
Vanessa Terral   
Youhou, un deuxième service presse d’affilé sur le blog, à croire que je ne lis que ça (mais non, mais non, je dramatise un chouya, étant donné que je suis tenue de rendre les chroniques dans des temps imposés. Elles sont donc postées plus rapidement sur le blog. Surtout que je terminer à peine ma session d’examens, il m’en reste un mercredi, donc voilà, voilà). J’enchaîne avec la chronique, remerciant au passage l’opération Masse Critiques de Babelio, ainsi que les éditions Pygmalion.

Donc, la chronique, la voilà avec beaucoup d’élan !
Sur la quatrième de couverture, on peut lire ce commentaire « une revisite du mythe de Perséphone et d’Hadès », en adoration devant la mythologie grecque et ayant lu assez récemment ce mythe, j’étais curieuse quant à la façon dont l’auteur, Vanessa Terral avait choisi de s’y prendre, et j’en suis plutôt bluffée.

Après avoir échappée à une issue funeste suite à une malédiction, la jeune Anne-Hélène de Varages est toujours sous le coup de celle-ci, profite de sa première apparition dans « le monde ». Lors de cette soirée, elle éveille la curiosité du mystérieux Lazare, un homme avec un nombre de fêlures et de responsabilités impressionnantes.
Une étrange histoire va éclore entre ces deux personnages aux caractères diamétralement opposés. Une histoire que je vous conseille vivement !

Fascinante et hésitante, telle a été ma lecture. J’étais très intriguée quant au déroulement de l’histoire.
Si j’ai eu un peu de mal à entrer dans le récit, les faits se déroulant à toute vitesse, j’avoue avoir été un peu larguée entre toutes les descriptions (sur ce point, c’est indéniable que l’auteur s’est fait plaisir et c’est tant mieux, mais j’y reviendrai plus tard), et tous les éléments fantastiques qui nous sautent au visage, c’est déstabilisant.
Mais une fois que l’on est entré dans le récit, on n’en sort plus et c’est un pur plaisir. Les descriptions ont cette délicate odeur du Sud qui m’a fait voyager tout au long de ma lecture.
Bien qu’à quelques moments, j’avoue en avoir sauté quelques-unes pour arriver aux moments croustillants.

Pour ce qui est de la construction des personnages, et bien, s’ils sont inspirés de personnages mythiques, certes. Mais ils ont également leur propre existence, leurs propres caractéristiques. Ils sont profonds et recherchés, pas toujours compréhensibles (oui, je me suis écriée quelques fois « POURQUOI ?!» sur certaines actions…que je ne vous révélerai pas !)
Donc, réécriture qui, pour ma part est entièrement réussie, car immersive.

Et pour terminer cette chronique, le petit mot sur la première de couverture : je la trouve superbe et bien en relation avec le récit. L’illustration est poétique, et met en scène une jeune femme (Anne-Hélène plus que probablement) dans une robe style empire que je trouve magnifique, sans parler de la couronne de fleur et du corbeau qui ajoute une légère touche glauque qui colle à la perfection avec l’ambiance du récit.

En bref, La gardien de la Source est un bon bouquin, que j’aurai adoré déguster dans un salon de thé avec des petits biscuits (et connaissant un minimum les habitudes de l’auteur, c’est en partie ainsi qu’il a été écrit). Malheureusement, étant donné que ce fut ma lecture d’examen, je n’en ai pas eu l’occasion, peut-être pour une relecture ?
Enfin, je crois que tout est dit, c’est une petite pépite qui mérite d’être lue et reconnue.

http://audreybookoverlife.over-blog.com/2016/06/le-gardien-de-la-source-de-vanessa-terral.html

par BookOver
Le Premier Été Le Premier Été
Anne Percin   
Souvenirs d'un été, quelques bonheurs, un peu plus de tristesses, des secrets jamais avoués, des sentiments jamais exprimés ... Et si la guérison du cœur commençait par des aveux ? Le jour est peut être finalement venu de raconter ces peurs pour enfin oublier.
Un livre poignant et très prenant, une écriture légère comme des pétales de roses emportés par le vent ... Il se lit vite mais ne peut laisser indifférant pour autant.

par lylou12
Arelate - Premier Cycle Arelate - Premier Cycle
Alain Genot    Laurent Sieurac   
Je l'ai acheté sur un festival, intrigué par cette atmosphère Rome Antique que j'affectionne beaucoup et qui est très bien rendue par le sépia des couleurs. Les dessins ne sont pas ma tasse de thé, trop peu réaliste à mon gout avec des problèmes de proportions mais curieusement, je trouve que cela colle avec l'univers.
L'histoire... je ne savais pas où j'allais. et le héros m'était antipathique. ce n'était pas gagné. heureusement que Carmilia et Neiko sont là. Ce sont les personnages qui m'ont permise de lire le tome en entier. Mais cela dit Vitales devient plus attachant au fur et à mesure. ainsi qu'Atticus. Je me suis donc laissée entraîner dans Arelate pour redécouvrir des choses que je savais déjà et apprécier la mise en scène des auteurs. J'ai bien aimé ce partie pris de prendre des inconnus, cela donne un côté vie quotidienne que j'aime bien dans ce genre de BD.
Un premier cycle qui tient ses promesses donc et donne envie de lire le second ^^
L'Autel d'Arkandil L'Autel d'Arkandil
Marie-Laurence Versini   
Et hop ! Un nouveau roman signé M-L Versini que je suis heureuse d’héberger dans ma bibliothèque.
Sortis au mois de mai 2015, j’ai longuement attendus ce roman à propos duquel, l’auteur et moi-même avions devisé lors des Imaginales 2014.
Dès que les précommandes furent lancées, j’étais dans la liste d’attente. C’est dire que je l’attendais avec impatience.
Et, une fois le facteur passé, c’est tel un aigle sur sa proie que j’ai foncé dessus, et pour ainsi dire, je l’ai dévoré. Bon, en revanche, la chronique a mis un peu plus de temps à venir !

Les premières impressions que j’ai eu lorsque mes serres, oups, mes mains se sont refermées sur ce livre, c’était qu’il s’agissait d’un très bel objet. Un splendide écrin violet, qui je l’espérais, refermait un petit bijou.
Pour tout vous avouez, je suis restée plusieurs minutes, complètement extatique, à contempler la superbe plastique du héros présent sur la couverture. D’ailleurs, le niveau d’extase est encore monté lorsque j’ai parcourus le petit dossier de croquis présent à la fin du roman.
Ce type de croquis, l’auteur en réalise très fréquemment à la fin de ses romans. Selon moi c’est un petit plus très agréable qui nous immerge un peu plus dans son univers.

Maintenant, que je vous ai parlé de la forme, parlons du fond !

Ce roman est un one-shot dont l’intrigue se déroule dans un univers ultérieur élaboré par l’auteur, celui du « Vol de l’aigle ». Tant et si bien, qu’en fait je le considère davantage comme un roman compagnon de la tétralogie initiale. Roman compagnon que l’on peut tout de même lire indépendamment de la série, et ce, sans soucis. Un autre coup de maître de la part de l’auteur ; car s’il s’agit bien du même univers, l’histoire est totalement indépendante.

Alors qu’il vivote tranquillement, confortablement établis dans une maison-close, où il vend ses services à prix d’or, Miron fait la connaissance de la ravissante Agape. Une jeune femme, magnifique avec de splendides atouts, et une bourse bien remplie. Pourtant, ce n’est pas un bon moment que la belle cherche à passer avec le jeune homme, celle-ci n’a pas besoin d’un amant, mais d’un guide.
Appâté par une coquette somme d’argent, sonnante et trébuchante, Miron accepte l’offre.
C’est ainsi que la jeune femme et son guide se mettent en route pour une aventure bien mystérieuse, sur les traces du peuple d’Arkandil, un dieu, presque, oublié.

De l’aventure, de l’amour, du danger, ce drôle de petit couple va tout traverser !
Selon moi, ce roman a tous les ingrédients pour faire passer un bon moment, sans prise de tête à son lecteur. Pour ma part, ce fut un véritable régale, qu’est-ce qu’ils m’auront fait rire ces deux-là, tant à travers leur relation et jeux de mots, que dans leurs aventures.
L’humour imprègne subrepticement cette intrigue, beaucoup plus que dans les autres productions (bon, oui je parle du « Vol de l’aigle ») de l’auteur, tant à travers le comportement, voir même l’apparence de certains personnages que dans les situations dans lesquelles ils se mettent.
Cela confère au récit une ambiance de vieux film d’aventure à l’eau de rose hollywoodien que j’ai particulièrement apprécié.

Outre l’ambiance, je trouve que le style de l’auteur à évoluer. Sa plume me semble plus aiguisée, et plus précise que dans ses production antérieurs. Mais cela n’est qu’un avis purement subjectif de ma part !

Mais pour être tout à fait honnête, j’ai eu un, petit, grand problème avec l’héroïne, Agape. Bien qu’elle regroupe un grand nombre de qualité que j’adore voir dans les personnages féminins ; indépendance, force de caractère, une féministe avant l’heure en somme ! Je n’ai pas pût la piffer. Le fond de sa personnalité est tel, qu’il m’est impossible de l’apprécier, ce fut-ce qu’un tout petit peu…

Je terminerai cette chronique par une annonce toute simple qui se rapproche énormément d’un souhait : « Vient avec moi mon petit Miron. Abandonne cette vilaine Agape et vient avec Audrey, je vais bien m’occuper de toi ! »

par BookOver