Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Bouig : Liste de diamant

retour à l'index de la bibliothèque
L'Hérésie d'Horus, tome 31 : L'Héritage de la Trahison L'Hérésie d'Horus, tome 31 : L'Héritage de la Trahison
David Annandale    Chris Wraight    Aaron Dembski-Bowden    Nick Kyme    John French    Graham McNeill    Gav Thorpe    Anthony Reynolds   
Je me rappelle encore très bien de ce qu’il disait, mais nous étions tous plus prompts à apprendre par l’exemple que par la parole. C’est ainsi que nous étions faits : nous regardions, et nous agissions.
Nous prenions plaisir à la vitesse. Peut-être que nous allions trop loin, trop vite, même si je ne regrette rien. Nous étions fidèles à notre nature, et au bout du compte, lors de l’épreuve finale, c’est ce qui nous a sauvés.
Je me rappelle beaucoup de choses de lui à cette époque. Quand nos instincts étaient plus simples. Certains exemples, certaines leçons précieuses sont demeurés avec moi jusqu’à aujourd’hui, et ont fait de moi quelqu’un de meilleur.
De toutes les choses qu’il a dites, ou qu’il est supposé avoir dites, une seule m’a vraiment marqué. Il disait : ris lorsque tu tues.
S’il nous avait fallu une épigramme, si quelqu’un m’avait demandé ce qui faisait de nous ce que nous étions, je lui aurais répondu ça.
Personne ne l’a jamais demandé. Le temps que quelqu’un se soucie assez de nous pour venir nous chercher, tout avait déjà changé. Voilà qu’on avait besoin de nous tout d’un coup, mais sans qu’il y ait le temps de réfléchir au pourquoi de la chose.
J’ai suivi sa recommandation : j’ai tué en riant. J’ai laissé le vent glacé me défaire les cheveux, et j’ai senti le sang chaud contre ma peau. J’ai foncé loin et vite pour défier mes frères de réussir à suivre l’allure. J’étais comme le berkut, l’oiseau de proie libéré de ses lanières, lâché dans l’air ascendant, haut sur l’horizon.
C’était ainsi que nous étions à l’époque. C’était ainsi que nous étions tous. Minghan Kasurga : la Confrérie de l’Orage.
C’était notre nom dans l’organisation de la légion, celui que nous utilisions pour nous différencier.
En privé, nous étions les tueurs qui riaient.
Et pour le reste de la galaxie, nous étions encore inconnus.

par neicna16
L'Hérésie d'Horus, tome 22 : Les Ombres de la traitrise L'Hérésie d'Horus, tome 22 : Les Ombres de la traitrise
Gav Thorpe    John French    Aaron Dembski-Bowden    Graham McNeill    Dan Abnett   
Excellent ! Comme toujours je ne suis jamais déçue par un roman de l'hérésie d'Horus, mais celui ci était vraiment bien. Toutes les nouvelles étaient très intéressantes et permettent de découvrir des événements passé pour certains avec de nouveaux personnages comme ceux présents dans le projet Kaban et qui décrivent les événements sur Mars. Les deux romans courts sont ceux qui m'ont le plus marqué, être plonger dans l'univers des Imperial Fists et des Night Lords était le plus intéressant et nouveau quand on n'a pas beaucoup les Night Lords par exemple par le passé. Des personnages marquant comme Sigismund et Sevatar que j'aimerais énormément revoir par la suite. Les primarques sont aussi très présents, ils doivent faire face à leurs propres démons et leurs envies. Je les ai trouvé plus humain qu'à l'accoutumée et bien plus intéressant que les rares fois ou nous avons pu en voir certains. Pour finir, c'était mon premier recueil de nouvelles que je lisais que se soit dans l'univers de Warhammer ou autre et j'ai bien aimé le principe même si j'aurais aimé que certaines histoires soient plus longues ^^
Les fantômes de Gaunt, tome 9 : Son dernier ordre Les fantômes de Gaunt, tome 9 : Son dernier ordre
Dan Abnett   
Gaunt s'est vu retirer son régiment. Mais grâce à sa force de caractère et à son intelligence, Gaunt ne restera pas longtemps inactif. Le Premier et Unique sera peut être le régiment qui mettra fin à la guerre. Et peut être est-il venu l'heure de recruter à nouveau...

par tarzajuju
L'hérésie d'Horus, tome 20 : Les Primarques L'hérésie d'Horus, tome 20 : Les Primarques
Gav Thorpe    Nick Kyme    Graham McNeill   
Roman en demi teinte pour ce tome XX de l'Hérésie d'Horus. Oeuvre divisée en quatre nouvelles reprenant les aventures des Primarques Fulgrim, Ferrus Manus , Lion El Johnson et Alpharius/Omégon.

La première nouvelle traitant du Primarque Fulgrim est relativement bien écrite et agréable à lire. En revanche, la trame de la nouvelle n'est pas extrêmement recherchée.
- La seconde nouvelle concerne Ferrus Manus. Ecriture soporifique, manque d'action en encore une fois, une trame pauvre.
La troisième nouvelle concerne Lion El Johnson. Ici en revanche, bonne écriture, plus d'action et une trame révélant un but final.
La quatrième nouvelle concerne Omégon. L'écriture est très agréable et on s'investit directement dans l'histoire jusqu'à son final.
Roman à conseiller pour les nouvelles 1,3 et 4.

par tarzajuju
L'Hérésie d'Horus, tome 30 : La Damnation de Pythos L'Hérésie d'Horus, tome 30 : La Damnation de Pythos
David Annandale   
La chair de la mansuétude. Le sang de l’espérance. Les os brisés de la joie. La chose allait avoir son festin, elle allait en sentir le goût dans sa bouche. Ses mâchoires allaient croquer les nerfs élastiques, ses griffes allaient sentir la déchirure sensuelle des lésions ouvertes. Elle-même allait se délecter de cette sombre gloire, très bientôt. Elle le savait.
Elle avait la foi.
Et qu’est-ce que cela voulait dire, pour une créature comme elle, que d’avoir la foi ? Qu’est-ce que cela voulait dire, pour une entité éternelle, d’être au service de ses protecteurs ? Il y avait tant d’occasions de méditer sur ces questions dans l’écoulement du temps distendu et de l’espace bouillonnant qu’était le royaume des dieux. Tant d’occasions d’explorer leurs formes, de s’enchevêtrer dans leurs contradictions, de savourer leurs perversités.
Trop d’occasions.
Parce qu’il y avait toujours cette impatience, ce besoin, cette faim, qui jamais n’étaient résolus, jamais satisfaits. Comment auraient-ils pu l’être ? Ils étaient la matière même de ce maelström, et celle de l’existence du monstre. Même si les passions le consumaient, elles laissaient encore assez de place aux questions et aux spéculations, car c’étaient elles, en vérité, qui accentuaient les besoins de cette bête. Elles étaient les pierres sur lesquelles s’aiguisait la lame de sa résolution.
Mais qu’est-ce que cela voulait dire pour elle d’avoir la foi ? Comment ce concept pouvait-il avoir un sens ici, où le sens de chaque chose était torturé à mort, et où l’existence meurtrière des dieux ne dépendait pas d’y croire ou non ? La réponse était simple dans son expression, mais d’une complexité douloureuse et exquise dans sa manifestation entière.
Avoir la foi revenait à faire confiance à la promesse de la satisfaction. À bien vouloir croire que l’heure de se nourrir était proche.
Le festin allait débuter sur cette planète. Les barrières vers l’univers de la matière et de la chair y étaient fines et continuaient de s’élimer. L’entité se pressait contre elles ; son impatience et sa frustration s’entremêlaient en un grognement, et ce grognement s’enroulait à travers le Warp, pour s’immiscer dans les esprits de ceux suffisamment perceptifs pour l’entendre, et leur amenait des cauchemars, leur amenait la folie. Les barrières tenaient encore, mais tout juste.

par neicna16
Visions d'Hérésie Visions d'Hérésie
Alan Merrett   
Avec la moitié des forces de l’Imperium ralliées à sa cause, il se met en quête du Trône d’Or de Terra, et déclenche une guerre civile qui déchirera la galaxie pendant plus de dix-mille ans. Visions de guerre, de ténèbres, de traîtrise et de mort – tout cela et bien plus encore se trouve dans ce volume hérétique… Vous y trouverez nombre d’illustrations iconiques représentant les légions des Space Marines et les plus grands héros de cette époque troublée, ainsi que de nombreuses oeuvres de Neil Roberts, et page après page de notes et de descriptions de l’univers de Warhammer 40,000 par Alan Merrett. Soyez le témoin de la fin d’une ère et du début d’une nouvelle, alors que l’Hérésie s’apprête à consumer la galaxie entière…

par tarzajuju
Les portes de Terra - Kryptos Les portes de Terra - Kryptos
Graham McNeill    Nick Kyme   
L'HISTOIRE

Vous n'avez pas pu vous rendre au Games Day France ? Ne ratez pas votre chance d'aquérir votre exemplaire du chapbook exclusif Horus Heresy 2012. Ce livre contient deux nouvelles inédites en France : la version papier de Kryptos (Graham McNeill) est exclusive à cette édition, et Les Portes de Terra (Nick Kyme), est une exclusivité mondiale pour les fans français !

Les Portes de Terra

Les forces du Maître de Guerre Horus se frayent un chemin au travers de la galaxie, leur but n’étant autre que Terra elle-même. Le capitaine Arcadese des Ultramarines est affecté à la défense du Récif Ardent. Alors qu’il est aux commandes d’une plateforme d’artillerie orbitale, le Vengeful Spirit fait son apparition, et avec lui une gigantesque flotte de vaisseaux rebelles. Sous le regard acéré de Rogal Dorn et de Malcador le Sigillite, Arcadese prendra-t-il la tête de ses hommes pour un glorieux baroud d’honneur, ou la pression sera-t-elle trop forte même pour un tel vétéran ?

Kryptos

Blessés, mais toujours debout, les space marines de la Raven Guard et des Iron Hands continuent le combat. Même après le désastre du Massacre du Site d’Atterrissage, les Légions loyalistes ne baissent pas les bras, et se préparent à porter le combat sur les territoires aux mains du Maître de Guerre. Sur le monde forge Cavor Sarta, deux vétérans space marines s’infiltrent derrière les lignes ennemies, en plein cœur d’une zone aux mains du Mechanicum Noir. Armes à la main, et prêts à en découdre avec quiconque osera se dresser sur leur route, ils se mettent en quête du mystérieux “Kryptos”…

par karrank
L'Hérésie d'Horus, tome 24 : Félon L'Hérésie d'Horus, tome 24 : Félon
Aaron Dembski-Bowden   
Un super livre ! C'est vrai que la fin est palpitante, on en apprend beaucoup et en même temps, on en veut toujours plus !!
J'espère que cet auteur de génie va vite reprendre la plume pour un nouvel opus mêlant World Eaters et Word Bearers pour que brûle la galaxie !!!

par Azeuh
Les fantômes de Gaunt, tome 4 : Garde d'Honneur Les fantômes de Gaunt, tome 4 : Garde d'Honneur
Dan Abnett   
Encore une fois, Gaunt et les fantômes sont encore lancés dans une mission suicide. Cette fois ci Gaunt doit se racheter d'une faute. Le premier et Unique va encore une fois froler la mort de très très près!!

par tarzajuju
L'Hérésie d'Horus, tome 16 : L'Âges des Ténèbres L'Hérésie d'Horus, tome 16 : L'Âges des Ténèbres
Christian Dunn    Graham McNeill    Dan Abnett   
Il aurait aimé pouvoir pleurer. Mais les deux dernières années avaient changé son cœur en pierre : il lui en avait été trop demandé, trop de choses avaient été perdues, et il ne lui restait plus de chagrin à épancher. Des frères trahis, un des mondes d’Ultramar brûlé, et le rêve doré d’une unité galactique réduit en cendres. Un instant aussi singulier dans l’histoire méritait que l’on en portât le deuil. Il réclamait des larmes ; il réclamait de déchirer ses vêtements, de s’arracher les cheveux, ou tout du moins un éclat de rage primaire.
Il ne s’était accordé aucune de ces délivrances cathartiques. S’il s’était permis de pleurer, ses larmes auraient risqué de ne jamais cesser.
L’intérieur de l’Arcanium constituait un espace de vingt mètres carrés dont chacun des murs était percé d’une arcade, doucement éclairée par des cierges épais que tenaient en hauteur des appliques de fer, forgées à l’image d’aigles et de lions rampants. Le sol était une dalle sombre, les murs formés de poutres nues, aplanies par un rabot que lui-même avait manié. Il se souvenait avoir trouvé refuge ici, il y avait de cela bien des années, lorsque les chamailleries incessantes entre les sénateurs de Macragge devenaient insupportables pour un garçon porté par l’action et l’excitation.
Ce garçon-là n’était plus aujourd’hui. Le sang du meurtre de Konor l’avait noyé, et la vague de massacres plus grande encore qu’il avait déclenchée au lendemain de cette trahison. Il avait autrefois qualifié ce massacre de justice, mais le passage du temps lui avait apporté le recul nécessaire pour reconnaître la vérité sur ses motivations. La vengeance n’était jamais un motif suffisant pour envoyer les hommes à la guerre, et il s’était résolu à ne plus jamais succomber à son attrait. Ayant identifié cette faiblesse, il avait pu prendre les mesures pour s’en purger. Et l’exécution de Gallan représentait la dernière fois où l’émotion avait guidé sa main.
Il ramena son attention sur le livre posé devant lui en entendant le bruissement de la forteresse au-delà des murs de son sanctuaire privé. Ce lieu avait jadis été isolé de toutes sollicitations, bâti à des centaines de kilomètres de la localité la plus proche, mais son isolement appartenait désormais au passé. Des hectares de remparts marbrés, de dômes géodésiques scintillants, de tours élancées et de structures aux proportions parfaites l’entouraient. Une grande bibliothèque avait été érigée autour de la chambre et, bien que les architectes et mathématiciens l’eussent supplié de considérer l’harmonie géométrique du nombre d’or, inhérente à leurs plans, il avait refusé que l’Arcanium fût démoli.
Il voulut sourire, reconnaissant finalement que l’exécution de Gallan n’avait peut-être pas été la dernière fois où l’émotion avait guidé ses prises de décision. Mais le sourire refusa de poindre et, face à tout ce qui occupait actuellement ses pensées, sa détermination à s’accrocher à ce fragment de sa jeunesse lui semblait être délibérément futile.
Assis à la table de bois lourd et sombre qui emplissait le milieu de la pièce, il lut les mots qu’il venait d’écrire dans l’énorme tome ouvert devant lui, dont le dos de la reliure était long d’un mètre, et assez profond pour accueillir pleinement trente centimètres d’épaisseur de pages. L’or brillant bordait la couleur chaude du cuir, et les pages étaient d’un fin vélin, portant encore l’odeur de la bête dont il avait été tanné. Une écriture serrée couvrait la page de gauche, chacune de ses lettres tracées avec précision, et toutes arrangées en lignes de texte parfaitement droites.
L’ouvrage progressait, et chaque jour l’amenait plus près de son achèvement.

par neicna16