Livres
540 788
Membres
571 651

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Brooklyn



Description ajoutée par njfok 2012-11-11T10:27:08+01:00

Résumé

Années 1950. New York, terre d'exil et terre promise, s'étend à l'horizon. Alors qu'elle quitte l'Irlande pour travailler à Brooklyn, la jeune Eilis se perd dans cette ville anonyme. Mais bientôt, un drame la rappelle à son pays natal. Déchirée entre deux mondes, entre l'enfance et l'avenir, quels choix fera-t-elle pour imposer sa voie ?

« Un petit chef-d'oeuvre d'une rare virtuosité... un superbe roman sur l'exil et le désir d'une femme. »

Alexandre Fillon, Lire

Afficher en entier

Classement en biblio - 153 lecteurs

extrait

Extrait ajouté par clecledu29 2017-11-10T13:35:59+01:00

On her way home she stopped at the house of her best friend, Nancy Byrne, to find that their friend Annette O'Brien was also there. Since the Byrnes had only one room downstairs which served as a kitchen, dining room and sitting room, and it was clear that Nancy had news of some sort to impart, some of which Annette seemed already to know. Nancy used Eilis's arrival as an excuse to go out for a walk so they could talk in confidence.

Afficher en entier

Commentaires les plus appréciés

Argent

J'ai beaucoup aimé cette histoire, l'ambiance, l'écriture de l'auteur, tout sonne très juste.

Il profite de son histoire pour parler également de certains aspect sociaux de l'époque comme l'émancipation de la femme ou encore la ségrégation.

Le seul problème pour moi c'est que l'on a pas accès aux sentiments d'Eilis. Je me suis beaucoup attaché au personnage, mais n'ayant pas accès à ses sentiments je ne comprenais pas toujours ses réactions.

Par exemple Spoiler(cliquez pour révéler)on sent que Tony est très amoureux. Mais elle? Je ne saurai pas le dire. Peut être aussi parce qu'elle ne le sait pas elle même. mais du coup j'ai été très surprise quand Spoiler(cliquez pour révéler)elle se met à "sortir" avec Jim, parce que concrètement, elle le connaît pas, et ça tombe un peu comme un cheveux sur la soupe car elle n'a pas l'air non plus spécialement attiré par lui. En fait on ne sait pas vraiment ce qui lui passe par la tête.

J'aurais bien évidement aimé avoir un épilogue car la fin est très ouverte.

On ne sait absolument pas si elle a fait le bon choix, si elle sera heureuse ou si elle regrettera cette décision toute sa vie. Effectivement, encore une fois, on en sait aussi peu que l’héroïne elle même à ce moment là, qui ne sait pas ce que l'avenir lui réservera.

En contre partie j'ai trouvé les personnages secondaires très bien travaillé. Je me suis beaucoup attaché à Tony et sa famille.

Bref, une bonne lecture.

Afficher en entier
Lu aussi

Je ne sais pas vraiment quoi penser de ce roman.

Ce n'est peut-être pas une bonne phrase d'accroche pour un commentaire mais il résume parfaitement ce que j'ai ressenti en sortant de ma lecture.

Le livre m'a tout d'abord attiré à cause du thème de l'exil d'une femme et de sa nouvelle vie en terre inconnue. Je ne sais pas pourquoi mais j'imaginais un roman narrant l'histoire d'une femme forte qui réussit à s'épanouir par ses propres choix et qui se révèle à elle-même au cours du récit.

Malheureusement, ce n'est pas vraiment le cas. Au début, j'ai été fascinée par la jeune Eilis, une combinaison étrange de force et de fragilité. Elle n'est pas réellement maître de son destin (beaucoup de décisions sont prises sans qu'on ne la consulte) mais qui s'efforce de prendre son destin en main. Le manque de description physique la concernant, nous permet de nous mettre plus aisément à sa place et la plume de l'auteur nous transporte avec Eilis dans son voyage entre son Irlande natale et Brooklyn.

Dans la première et deuxième partie du livre, j'ai été captivée et je soutenais presque tout ce qu'Eilis disait ou faisait. Son apprentissage de vie de femme était vraiment tout ce que j'attendais. D'une certaine manière je la sentais s'affirmer au fil des pages et cela me procurait une sorte de sentiment de joie. (Même si les choses commençaient à se compliquer vers la fin)

Puis, en abordant la troisième partie du livre, et donc l’événement tragique qui la "force" à retourner en Irlande, ce sentiment a complètement disparu. Je ne cautionnais plus le comportement d'Eilis et son attitude vis à vis de certains personnages.

Tout commence à s'enchaîner rapidement, les sentiments n'existent pas, tout arrive pêle-mêle, on ne comprends plus où l'auteur veut en venir et surtout l'attitude d'Eilis devient de plus en plus inexplicable.

J'ai été d'autant déçue par la fin parce que le livre se finit, non pas sur un choix d'Eilis, mais sur une décision qu'elle prend car elle n'a plus le choix si elle veut se préserver. De plus, les sentiments ne sont pas développés donc il n'y a pas de moyens de savoir si elle prends la bonne décision ou non. Comme si, elle se laissait porter par son destin que d'autres choisissent à sa place.

Bref, je ne vois pas vraiment où le féminisme prend place puisqu'elle ne prend absolument aucune décision par elle-même. Les gens lui dictent sa conduite et elle la suit à la lettre, ne s'impose jamais et ne fait jamais (ou presque) part de ses sentiments.

Peut-être, n'ai-je pas eu le bon axe de réflexions. N'empêche, je sors assez perplexe et déçue de ma lecture qui, pour autant, commençait sur les chapeaux de roue.

Toutefois, c'est un livre que je recommande car sous certains aspects, il relate bien la dureté de la vie d'une femme dans les années cinquante.

Bonne lecture à tous et à toutes,

Julie

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Commentaire ajouté par CecileM 2020-06-27T15:02:20+02:00
Argent

"Brooklyn" est un roman de l'exil. Dans les années cinquante, Eilis va quitter sa mère, sa soeur et son Irlande natale pour travailler à Brooklyn, aux Etats-Unis. Elle ressentira d'abord le mal du pays, se sentira étrangère, fantôme dans les rues. Mais petit à petit, elle va devenir plus "américaine", suivre des cours du soir pour devenir comptable après ses heures de travail en tant que vendeuse, nouer une idyle avec un jeune homme d'origine italienne. Suite à un décès familial, elle doit revenir en Irlande. On la sent alors partagée entre deux mondes. Toìbin nous décrit bien l'atmosphère de ces pensions de familles qui accueillaient les jeunes filles, souvent immigrées, les liens hiérarchiques au magasin où travaille Eilis (un des premiers à accueillir des personnes de couleur). Il pose en creux des questions essentielles sur l'identité et l'exil.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Aline-100 2020-01-24T18:22:02+01:00
Or

L'écriture de Colm Tóibín, simple et belle à la fois, m'a tout de suite plu. L'auteur nous fait tout de suite entrer dans le vif du sujet en nous décrivant tout d'abord la vie d'Eilis dans la petite ville d'Enniscorthy. On comprend bien vite que la famille Lacey n'a pas été épargnée par les difficultés et que les trois femmes de la famille qui vivent toujours en Irlande (Eilis, Rose et leur mère) doivent se serrer les coudes.

Très vite aussi, on constate qu'Eilis est assez passive face aux événements de sa vie. Elle ne semble jamais oser révéler ce qu'elle pense ou ce qu'elle souhaite, par peur de décevoir les autres ou de sembler irrationnelle. La jeune fille se retrouve donc, un peu contre son gré, sur un paquebot à destination de l'Amérique.

Eilis semble toutefois s'adapter relativement bien à ses nouvelles conditions de vie. Même si elle souffre fortement du mal du pays, elle s'intègre assez bien : elle a un emploi, suit des cours du soir et, surtout, rencontre Tony.

Les conditions de vie d'Eilis à Brooklyn s'améliore donc peu à peu. On la voit évoluer et mûrir, mais elle reste toutefois indécise et ne sait jamais comment réagir aux événements de la vie quotidienne. Eilis réfléchit beaucoup et aime analyser ce qui lui arrive pour tenter de savoir comment se comporter, mais elle donne l'impression de ne jamais réagir de façon adéquate. Elle hésite, réagit de façon inappropriée, se tait quand elle devrait parler... J'ai plusieurs fois eu pitié d'elle et j'ai trouvé que cette vie que d'autres choisissaient à sa place est assez cruelle.

Malgré cette indécision, le personnage n'est pas antipathique : Eilis n'est pas l'une de ces héroïnes qui agacent, loin de là. Sa jeunesse et le fait qu'elle soit déracinée contre son gré de sa ville natale plaident pour elle et justifient ses défauts.

Un drame familial ramène Eilis à Enniscorthy et bouleverse la vie qu'elle a (péniblement) construit à Brooklyn. Cette partie du roman révèle à quel point la situation de la jeune fille est compliquée : elle n'est pas de Brooklyn, mais elle n'est plus tout à fait chez elle à Enniscorthy, où plusieurs de ses amies lui font remarquer à quel point elle est devenue sophistiquée.

Et, une fois de plus, les autres semblent décider de la vie d'Eilis pour elle. Sa mère, en particulier, la mène apparemment par le bout du nez et souhaite organiser la vie de la jeune fille comme elle l'entend. Eilis se laisse faire parce que c'est plus facile mais, comme toujours, elle doute et réfléchit.

Eilis hésite : rentrera-t-elle à Brooklyn ou restera-t-elle en Irlande ? A vous de le découvrir !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Irene-Adler 2019-07-21T06:50:31+02:00
Argent

Auriez-vous oser tout quitter – votre famille, vos amis, votre ville, votre pays, votre continent – pour aller travailler dans une ville et un pays inconnu, vous ? Moi, pas sûre…

Déjà que monter à la capitale était toute une aventure… Et je n'étais pas à l'autre bout du monde, la Belgique, ce n'est pas bien grand.

Pourtant, Eillis a osé le faire. Bon, pas vraiment de bonne grâce, on pourrait dire qu'on ne lui a pas laissé le choix, vu qu'elle ne trouvait pas d'emploi dans sa ville Irlandaise, alors qu'elle avait un diplôme de comptabilité.

Là, je peux dire que j'ai eu une lecture rafraichissante, agréable, dépaysante (comme d'hab) et surtout, je me suis identifiée à Eilis dans certains de ses gros blues. Et je ne vous parle pas de la musique que j'aime…

Si ce roman comporte une histoire d'amûr, le réduire à ça sera criminel car dans le fond, on a aussi du roman noir avec les pauvres gens obligés d'immigrer aux States afin de trouver un emploi, comme bien des Irlandais, entre autre (et pas qu'eux).

Roman noir aussi de par la condition sociale des Noirs qui, en 1950, pourront entrer dans certains magasins qui étaient fréquentés uniquement par des Blancs. On a beau savoir que la ségrégation a existé (et elle existe encore, hélas), lire certains faits provoquent toujours chez moi un malaise certain.

Mon seul bémol sera pour ce passage là : j'aurais aimé que l'auteur approfondisse un peu plus cette partie-là du roman. Certes, on a les réactions choquées des vendeuses, de certaines clientes, des filles de la pension de famille, mais j'ai trouvé que ça faisait peu.

Les personnages sont humains, normaux, bien décrits, avec ses lots de pestes, de timides, de coquines, de mêle-tout.

Eilis, elle, elle oscille entre les deux, n'étant jamais peste, mais jamais effacée non plus. Parfois, j'aurais aimé qu'elle s'affirme un peu plus devant les autres, surtout devant sa mère, qui elle, ne se rend même pas compte qu'elle parle pour sa fille et décide pour elle aussi.

Quant aux lieux décrits, ma foi, j'ai eu l'impression de les voir, de les arpenter, de humer l'air de Brooklyn, me demandant sans cesse ce que j'aurais fait à la place d'Eilis, comment j'aurais réagi.

Anybref, ce roman, c'était une bulle d'air dans mes romans noirs purs jus, un petit bijou à lire, avec des personnages attachants, qu'on se plait à suivre, même si parfois on a envie de les houspiller pour qu'ils se comportent autrement et arrête toutes ces cachoteries.

Un roman que j'ai posé avec regrets sur la table, une fois terminé.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par benerogue 2019-03-10T19:10:14+01:00
Or

Une histoire d’exil, d’amour et d’identité. Entre passé et présent, Irlande et Amérique, Jim et Tony, Eilis devra faire un choix …

Brookyn nous fait découvrir Eilis, une jeune Irlandaise qui va être contrainte et forcée d’immigrer aux États-Unis, pour tenter, comme beaucoup de ses compatriotes, d’avoir une vie meilleure. Elle va avoir énormément de mal à s’adapter à cette nouvelle vie, ressentant une profonde mélancolie pour son pays. Son sentiment d’exil diminue au fur et à mesure qu’elle s’intègre, se plaisant dans son travail, prenant des cours du soir, et rencontrant un garçon italien, Tony … Mais un dramatique événement la pousse à rentrer en Irlande. Et deux vies s’opposent, deux garçons, deux potentiels futurs …

Colm Tóibín réussit magistralement à décrire les émotions qui peuvent habiter une jeune fille, ses doutes et ses espoirs. La force de cet auteur c’est son pointillisme, il décrit énormément la vie d’Eilis, nous donne les moindres détails, nous permettant de nous sentir au plus proche du personnage, et de connaître tous ses sentiments. Ce sens du détail se ressent aussi au niveau des descriptions des lieux qu’on peut parfaitement se représenter, et encore plus lorsqu’il s’agit de la ville d’Enniscorthy, ville d’Eilis, mais aussi de Tóibín.

On a également une présentation de la société des années 1950 : le racisme tout d’abord, avec l’ouverture de certains commerces à des gens de couleur. On découvre ce racisme en même temps qu’Eilis, qui n’a pas connu cela dans son petit village. Mais on peut aussi y voir la place de la femme, son statut, dans cette société encore majoritairement machiste. Ainsi il est évoqué le fait qu’après le mariage, une femme arrête de travailler. On peut également y découvrir la vision des relations amoureuses dans les années 1950, et l’importance de l’exil, et des communautés étrangères aux États-Unis. On a la chance de découvrir une petite partie de l’Histoire du XXe siècle irlandais et américain.

L’un des principaux thèmes de ce livre reste celui de l’identité, lié à l’exil. Eilis est irlandaise, et sur plus de la moitié du livre se sent toujours Irlandaise. Alors qu’elle vit aux États-Unis, elle pense toujours à son île comme son chez elle. Ce n’est que lorsqu’elle rencontrera Tony qu’elle commencera à s’intégrer et à se penser comme américaine. Mais c’est le moment où elle se doit de rentrer chez elle. Il y a donc une vraie question de savoir si l’endroit où l’on vit définit notre identité, qui l’on est.

Je suis véritablement tombée amoureuse de ce roman. Ancienne étudiante en histoire, j’ai tout d’abord aimé cette plongée dans les années 1950 et les thèmes qui étaient abordés, avec justesse et rigueur historique. Mais l’autre raison de mon affection pour ce livre, c’est Tony et la romance. Alors qu’Eilis est une fille plutôt renfermée, qui exprime peu ses sentiments, au point qu’on puisse avoir du mal à comprendre ses décisions, Tony lui est franc, sincère. C’est la rencontre entre deux univers totalement différents : la retenue irlandaise, la spontanéité italienne :

"Eilis protesta : – En Irlande, sur la plage, personne n’aurait l’idée de vous regarder. Ce serait considéré comme malpoli. – En Italie, ce serait malpoli de ne pas regarder."

C’est un homme simple, romantique, amusant, entier, ce qui contraste avec le caractère réservé d’Eilis. Ils se complètent réellement. J’ai trouvé leur histoire vraiment belle, même si Eilis m’a parfois énervé avec certaines de ses réactions.

Par la suite, j’ai eu la chance de voir le film, qui est vraiment fidèle au livre. Les acteurs sont très bons, et j’ai bien pu retrouver l’esprit de l’œuvre. Le défaut indubitable de ce livre reste pour moi la fin, beaucoup trop ouverte, problème qui a été corrigé dans le film.

https://lecariboulitteraire.wordpress.com/2019/02/20/colm-toibin-brooklyn/

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Plume6117 2019-03-04T14:51:25+01:00
Lu aussi

Avis complet >>> https://www.laplumeapapote.com/brooklyn-colm-toibin/

C'est un livre que j'avais vraiment hâte de lire et dont le thème me faisait vraiment envie. Je pensais y suivre l'histoire d'une jeune femme devenant indépendante, une sorte d'ode au féminisme dans les années 1950. Au lieu de cela,

Brooklyn nous fait tourner en rond autour d'un personnage qui ne prends aucune décision et qui subit littéralement sa vie. Le roman étant de plus très lent, j'ai réellement eu du mal à finir ma lecture.

Le début m'avait pourtant plu, mais le dernier quart très brouillon a suffit à ternir ce sentiment. En bref, c'est un bilan très mitigé que j'ai pour Brooklyn, loin du roman d'apprentissage que je m'attendais à lire.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par -Meline- 2018-08-13T04:33:55+02:00
Lu aussi

Une lecture mitigée, entre le manque de clarté sur les sentiments d’Eilis et un contexte historique.

Un livre touchant sur l’émigration et la découverte d’un nouveau pays. Le contexte des années 50’ est bien représenter, ainsi que les problèmes dû à l’exil.

Toutefois j’avais vu le film avant le livre en premier, et je l’ai préféré au livre. Je pensais être déçu par le film ensuite malheureusement ce n’est pas le cas. Le personnage d’Eilis est tellement différent dans le livre, et manque de confiance tout au long du livre, contrairement au film où on la voir gagner en assurance au fur et mesure. Le livre nous donne toutefois quelques précisions supplémentaires sur les personnages secondaires qui restent intéressantes.

On reste également sur sa fin, on ne sait pas si ça décision lui convient ou pas, un épilogue aurait été le bienvenue pour nous éclairer sur le devenir des personnages qui reste flou et libre à l’imagination de chacun. Avec deux dernières parties sont plus longues à lire, et manque de précision.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Manonlivres87 2018-06-19T20:44:47+02:00
Argent

Un très bon roman qui raconte le quotidien d'une jeune immigrée irlandaise à New York dans les années 50. L'histoire peut paraître simple et elle l'est, en effet. Cependant, cette simplicité permet de montrer une réalité, celle d'une femme qui a la nostalgie de son pays, qui rencontre diverses personnes et qui doit surmonter de dures épreuves. Petit bémol tout de même sur l'écriture, trop impersonnelle à mon goût, ce qui fait qu'on rentre difficilement dans l'histoire. Bonne lecture !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par clecledu29 2018-01-06T08:10:44+01:00
Bronze

J'ai apprécié ce livre sans pour autant être satisfaite de l'histoire. La personnalité d'Eilis m'a semblé très "grise", sans force et sans émotions. Le mal du pays, par contre, est très bien décrit et a rendu Eilis attachante. J'étais déçue de ses choix et de la manière dont cela s'est passé. Est-ce que l'auteur voulait nous faire découvrir une partie culturelle irlandaise?

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Amelie116 2017-10-22T16:34:29+02:00
Or

J'ai bien accroché à ce livre.

Pourtant ce n'est pas facile. Le récit à la troisième personne peut très vite devenir impersonnel et c'est parfois le cas. J'ai souvent eu l'impression d'être détachée d'Eilis, et qu'elle même était détachée d'elle même. Volonté de l'auteur ou traduction, je ne sais pas.

L'histoire m'a bien plu. On se perd dans ce dédales de rues New Yorkaises, on suit cette jeune femme au fur et à mesure de sa vie. Vie somme toute pas vraiment passionnante si on y songe, mais nous sommes vraiment ailleurs. Critère essentiel pour moi dans un roman.

J'ai eu beaucoup de mal avec la fin. Spoiler(cliquez pour révéler) Grande fan de Tony, j'ai un peu de mal à comprendre cet attachement à Jim. J'en veux presque à l'auteur pour cette fin. Elle doit retourner en Amérique! Mais doit être contente d'y retourner! Or là c'est assez flou. On la sent presque contrainte. Ca m'horripile.

Je le conseille vivement, mais la fin nous laisse justement sur notre faim.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par mariion59 2017-08-11T11:28:08+02:00
Bronze

Pas mal. J'ai très vite accrocher a l'histoire.

Je recommande.

Afficher en entier

Date de sortie

Brooklyn

  • France : 2012-10-18 - Poche (Français)

Activité récente

Évaluations

Les chiffres

lecteurs 153
Commentaires 30
extraits 2
Evaluations 53
Note globale 7.19 / 10

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode