Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Brunilde : Liste d'argent

retour à l'index de la bibliothèque
La Trilogie de l'empire, Tome 1 : Fille de l'empire La Trilogie de l'empire, Tome 1 : Fille de l'empire
Raymond E. Feist    Janny Wurts   
L'hommage au Japon des samouraïs et leur code de l'honneur est réussi. L'écriture est classique et le scénario assez linéaire et tout l’intérêt se situe dans les personnages : tout repose sur Mara mais les personnages secondaires sont tout aussi importants. J'ai une petite préférence pour la nourrice. Malgré un nombre de pages assez conséquent, ma lecture a été très rapide.

par Brunilde
Les Fragmentés, Tome 1 : Les Fragmentés Les Fragmentés, Tome 1 : Les Fragmentés
Neal Shusterman   
voila un livre coup de cœur absolu. C’est un roman où l’on suit alternativement les 3 personnages. Connor le rebelle, Risa la méfiante et Lev le conditionné. C’est intéressant comme chacun a un vécu et une psychologie différente cela permet de donner trois éclairages différents au sujet de la fragmentation, Lev, par exemple, considère comme un honneur suprême le fait d’être décimé car c’est dans cette idée qu’il a été éduqué ce qui n’est pas le cas des autres.
Le rythme est soutenu, la construction du récit est remarquable, et au fur et à mesure des péripéties, on rencontre une riche galerie de personnages secondaires qui montrent différents visages du monde adulte, (traqueurs, pasteur, sauveur, camionneur greffé du bras…).
Ce roman parle de la quête de soi et de la liberté et, en abordant des sujets tels que le don d’organe et le progrès médical, donne des pistes de réflexion intéressantes. Il est difficile voire impossible de lâcher ce roman avant la fin.
Deux points positifs encore : premièrement c’est un roman en un seul tome, deuxièmement la fin même si elle n’est pas « rose » est très satisfaisante.


par lol89
Les Haut Conteurs, tome 1 : La Voix des Rois Les Haut Conteurs, tome 1 : La Voix des Rois
Oliver Peru    Patrick Mc Spare   
Roland, un jeune garçon, fils d'aubergiste, rêve d'aventures, mais son père à d'autres projets pour lui. Cependant, il ne s'attendait à ce que ses rêves deviennent réalités avec la venu d'un Haut Conteur...

J'ai adoré ce roman, un roman jeunesse, fantasy, aventure, un peu historique... L'auteur nous embarque complètement dans cette sublims histoire. J'ai beaucoup aimé le style de l'écrivain. Je suis facilement rentré dans la peau du personnage, même s'il avait que 13 ans. Je pense que je n'aurais pas de mal à lire un autre livre de cette auteur qui m'a complètement fasciné.

L'histoire n'est pas des plus banales. C'est la première fois que j'entends parler de hauts conteurs. J'avais un peu peur au début, ils étaient considérés un peu comme des seigneurs.... la voix de la sagesse... etc. Mais finalement, j'ai adoré le fait qu'il ait ces personnages, ça m'était un peu de fraicheur à ce genre de romans. Il y a beaucoup d'aventures, de créatures aussi ignobles... on ne s'ennuit pas une seconde, j'avais toujours envie de savoir la suite, sans quitter le livre. Il y a toujours des énigmes à résoudre, limite un peu policier... mais qui a fait ça? qu'est ce qui s'est passé? On cherche avec les personnages.

En parlant des personnages, j'ai été très surprise de voir que le personnage principal avec 13 ans. mais ne vous inquiétez pas, pour ceux qui hésite à lire ce livre à cause de cela, ça ne se voit pas qu'il a 13 ans, bien au contraire. Des fois j'avais vraiment l'impression qu'il avait au moins 20 ans, voire plus. Il est très mûr pour son âge, il sait ce qu'il veut, où il va... etc. D'habitude, j'ai un peu de mal avec les personnages principaux, mais lui je l'ai adoré. Ensuite, il y a la haut conteuse qui est avec lui, j'avais un peu de mal avec elle, elle ne faisait pas confiance à Roland... etc. Mais finalement, j'ai appris à l'apprécier. Et il y a un peu le maitre des hauts conteurs, je l'ai adoré tout de suite. Il me faisait bien rire.

En bref, une histoire fascinante, des personnages très intéressant, et une couverture qui donne envie de lire le livre. Tout est là pour faire une fabuleuse saga que tout le monde doit lire. Pour moi c'est un gros coup de coeur !!!

par Sandra38
La Trilogie des gemmes, Tome 1 : Rouge rubis La Trilogie des gemmes, Tome 1 : Rouge rubis
Kerstin Gier   
Bon sang je ne pouvais plus m'arrêter de lire ! J'ai été totalement transportée par cette histoire, par les personnages et par l'intrigue ! C'est bien écrit, bien décrit, on ressent vraiment bien la chose ! J'aime beaucoup cette mystérieuse histoire de Paul et Lucy même si à la fin, ça s'éclairci quelque peu... Concernant Gideon je reste sceptique, même en ayant lu la fin. Je suis comme Paul, je ne lui fais pas entièrement confiance !

par takiko
De fièvre et de sang De fièvre et de sang
Sire Cédric   
Encore un roman de Sire Cédric que j'ai lu avec un grand plaisir !
Je dois dire que les meurtres dans ce roman ont de quoi en dégouté plus d'un ! Mais c'est ça quand on écrit ce genre de romans. Et comme toujours, j'ai adoré !!!
Le personnage de Eva est vraiment très intéressant. J'espère qu'on la verra vite de nouveau dans un de ses prochains romans.
Horreur, folie, action...tout les ingrédients qui réussissent à Sire Cédric !

par Skoldasy
Le Dernier Souffle, Tome 1 : Le Don Le Dernier Souffle, Tome 1 : Le Don
Fiona McIntosh   
Ce livre était dans ma Pal depuis pas mal de temps déjà. Et c'est ma soeur qui; l'ayant lu juste avant moi, m'a fortement recommandé de le lire. Et je regrette de ne pas l'avoir fait plus tôt !
Ce livre c'est un concentré d'action et de rebondissements pour le moins inattendus ! C'est le genre de livre qui nous tient en haleine du début à la fin. Le genre de livre où l'on se dit "Allez, plus qu'un chapitre !!".
Ce même genre qui fait que l'on veut à tout prix savoir la fin et en même temps, on ne peut s'empêcher de l'appréhender. Et refermer le livre n'est que source d'angoisses et d'interrogations, si bien que, malgré nos craintes, on réouvre le livre et poursuit notre lecture, jusqu'à finalement avoir le fin mot de l'histoire.
A notre plus grand malheur, car, tout au long du livre, l'auteur se joue de notre patience, maitrisant à la perfection l'art du suspens !
Dès lors que l'on se dit que le personnage principal va enfin pouvoir souffler, que ses plans se dérouleront sans accrocs, et bien l'auteur en à décidé autrement ! Elle renverse les situations avec une telle adresse, qu'on ne la voit pas venir ! Et ça ne manque jamais ! A chaque fois, on se fait avoir de la façon la plus inattendue qui soit !
Petit point négatif cependant, les premiers chapitres ne sont qu'une succession d'élipses temporaires. Elles servent à mettre l'histoire en place, certes, mais c'est tout de même un peu dommage.
Toutefois, ce livre reste une magnifique découverte et je le recommande grandement aux fans de fantasy qui cherchent un souffle nouveau (aux autres aussi d'ailleurs !) !!

par Fantasyae
1974 1974
Arnaud Codeville   
L’histoire est vraiment intéressante.
Il ne faut pas avoir peur de la taille du livre qui est assez épais. Le roman se lit très facilement et à peine les premières pages lu j’ai eu du mal à arrêter ma lecture.
Les idées sont originales et m’ont parfois fait un peu pensé à certains romans de l’auteur Sire Cédric. Bien sûr le style d’écriture n’est pas le même. Arnaud Codeville a une écriture assez légère pour un roman qui est dans l’ensemble plutôt sombre. C’est assez surprenant au premier abord mais finalement je m’y suis vite adaptée et cela ne m’a pas beaucoup dérangée.

Les personnages sont attachants. J’ai parfois un petit peu regretté de retrouver ce héros que l’on rencontre dans la plupart des livres… J’aurais peut-être aimé retrouver un homme avec ses forces mais aussi et surtout ses faiblesses… L’auteur nous dresse plutôt le portrait de protagonistes qui n’ont peur de rien ni de personne… Personnellement je ne suis pas certaines que j’aurais accepté de vivre cela sans avoir peur ou sans hésiter…
Les retournements de situations ne sont présents que lorsque c’est nécessaire et l’auteur n’en abuse pas, ce qui m’a bien plu.

Concernant les descriptions j’aurais peut-être apprécié en avoir plus, que ce soit pour les personnages, ce qu’ils pouvaient ressentir mais aussi les lieux. J’aurais vraiment aimé avoir des descriptions détaillées des lieux importants du roman. Certaines situations m’ont paru un peu floues et je ne suis pas arrivée à m’imaginer certaines situations… c’est un peu dommage…
Certaines scènes peuvent paraître assez gores ou horribles et pourtant ce qui m’a un peu déstabilisée c’est que l’écriture assez légère et le fait qu’il n’y ait peut-être pas assez de descriptions rendent ces scènes plus légères que ce qu’elles devraient l’être.
Ce qui m’a par contre dérangée et perturbée c’est l’absence presque totale de date. En effet il y a des années, parfois des mois (mais cela reste très rare) mais il n’y a pas de date précise. Du coup je ne suis pas vraiment arrivée à déterminer pendant combien de temps se déroulait l’histoire ou la période entre deux événements principaux… J’ai vraiment été déstabilisée.

La fin est originale et surprenante. Je ne m’attendais pas à ce genre d’épilogue… Tout au long du roman je me suis imaginé une fin qui finalement n’était pas du tout celle que j’avais inventée. J’ai donc eu une sorte de mélange entre bonnes surprises et déceptions concernant certaines choses.
En résumé, un roman, qui malgré quelques petits bémols, mêle habilement thriller, réalisme et fantastique. Je vous conseille ce roman sans hésiter pour ceux qui voudraient découvrir les thrillers fantastiques.

http://fais-moi-peur.blogspot.fr/2016/10/affaire-n241-1974-darnaud-codeville.html

par manue14
Le sang des princes, tome 1 : L'Appel des Illustres Le sang des princes, tome 1 : L'Appel des Illustres
Romain Delplancq   
J'ai découvert ce roman sur Livre Paris, cette année. J'ai pu en discuter avec l'auteur qui m'a beaucoup intriguée avec son résumé et une couverture que je trouve particulièrement bien réussie !
En fil des premières pages, j'ai fait la connaissance de Mical de Meris ainsi que des ses amis et ennemis. Jeune peintre talentueux, Mical ne se doute pas du "don" qu'il possède et ne comprends guère ce qui lui arrive.
Pour ma part, j'ai eu beaucoup de mal à rentrer dans l'histoire. Les personnages sont très bien décrits et attachants pour certains. Cependant, j'ai trouvé qu'il était difficile de comprendre où tout cela menait. Il n'y a pas beaucoup d'indices au fil de la lecture qui m'ont permis de construire une ébauche d'hypothèse quand à ce qu'est l'Appel ou face aux réactions, parfois étranges, des protagonistes.
Du coup, j'ai trouvé que l'histoire patinait, bien qu'il y ai des passages qui m'ont plu, parce que je ne parvenais à comprendre où cela m'entraînait. Je n'aime pas rester dans le flou trop longtemps. Qu'il y ai un peu de mystère, c'est tout à fait normal. Mais de là à ne pas saisir le but de l'histoire, c'est un peu dommage.

par Marie-A
Pax et le petit soldat Pax et le petit soldat
Sara Pennypacker   
Quelques secondes. C’est le temps qu’il m’a fallu pour décider d’acheter ce livre à partir du moment où je l’ai aperçu dans les rayonnages. Je n’ai pas eu besoin de lire le résumé : la couverture a suffi pour me convaincre que ce petit roman illustré devait absolument rejoindre les étagères de ma bibliothèque … Par acquis de conscience, et aussi parce que je savais que j’avais du temps devant moi – quand papa est lâché dans un hypermarché en période de soldes, cela peut durer littéralement des heures –, j’ai lu les premiers chapitres … Et ma conviction première s’est confirmée : il était absolument hors de question que je sorte du magasin sans lui. Il ne restait plus qu’à convaincre papa – qui considère que j’ai déjà beaucoup trop de livres comme cela – de me l’acheter ! Je n’arrive toujours pas à y croire mais … il n’a pas protesté une seule seconde. Je crois que le magnifique petit renard a fait son effet ! C’est donc en sautillant de joie – il n’y a rien de plus beau que d’acquérir un nouveau livre – que j’ai rapporté Pax et le petit soldat à la maison … Où il aura attendu plusieurs années avant d’être lu, l’expansion de ma PAL étant plus rapide que mon rythme de lecture !

Pax aime son garçon, et Peter aime son renard. Depuis que l’adolescent endeuillé par la mort de sa mère a recueilli le renardeau orphelin, les deux amis sont inséparables. Jusqu’au jour où le père de Peter s’engage dans l’armée, obligeant le jeune homme à partir vivre chez son grand-père … et à abandonner Pax dans la forêt. Le renard, ignorant tout de la vie sauvage, décide d’attendre sagement le retour de son petit maitre … Même si cela signifie d’empiéter sur le territoire de chasse d’une autre renarde fort méfiante ! Peter, le cœur gros, choisit quant à lui de partir à la recherche de son compagnon à quatre pattes … Même si cela signifie de devoir parcourir cinq cent kilomètres à pieds ! Les deux amis finiront-ils par se retrouver ?

C’est un livre qui commence comme un roman d’aventures … Pax, renard apprivoisé, se retrouve brusquement esseulé en pleine forêt, nature sauvage et indomptée qu’il n’a jamais réellement connu et dans laquelle il est aussi vulnérable qu’un nouveau-né. Il ne sait pas chasser, il ne sait pas comment trouver de l’eau, il ne sait pas se défendre. Les coyotes rodent, et une renarde dominante semble bien décidée à protéger son jeune frère contre cet intrus qui empeste l’humain … Autant vous dire qu’on tremble d’effroi pour cet adorable petit renard qui ne comprend pas pourquoi son garçon est parti en pleine séance de jeu ! De son côté, Peter, pris de remords, dégouté d’avoir céder aux exigences de son père et d’avoir abandonné son renard sans défense, se lance dans un bien périlleux périple pour un adolescent d’à peine douze ans … Cinq cent kilomètres à pieds, en plein cœur d’une zone évacuée car l’armée s’apprête à attaquer. Sans lampe torche pour éclairer son chemin la nuit, sans vêtements de rechange pour affronter le froid nocturne … On s’en doute, son épopée va s’avérer plus délicate encore que prévue, et on attend avec crainte le moment où une embûche plus grande que les autres va stopper net son avancée …

Mais ce livre se transforme progressivement en véritable récit initiatique. Aux côtés d’Hérissée, de l’Avorton et du Gris, trois renards aussi différents que complémentaires – la rivale, le protégé et le sage –, Pax va progressivement renouer avec sa nature profonde d’enfant de la nature. Il va découvrir que tous les humains ne sont pas aussi bienveillants que son garçon, que certains commettent des atrocités sans nom au nom du « pouvoir », de la « richesse », qu’ils sont indéniablement aveugles, sourds et dépourvus de tout bon sens. Il va apprendre le sens du devoir et de l’honneur, la loyauté et la liberté … sans pour autant oublier son garçon, à qui il doit la vie, et qu’il se sent obligé de protéger. Peter, quant à lui, va croiser sur sa route Vola la solitaire. Anciennement militaire, la jeune femme fait désormais pénitence : dégoutée d’elle-même d’avoir tué et dépouillé d’illustres inconnus pour obéir aux ordres, elle a choisi de s’isoler du monde et de réparer ses torts en donnant vie à l’histoire préférée de ce jeune soldat mort par sa faute. Jour après jour, elle fabrique des marionnettes, boitillant sur la lourde jambe de bois qu’elle s’est fabriquée pour remplacer la légère prothèse qu’on lui a donnée suite à son amputation. Aux côtés de Vola, Peter va progressivement découvrir quel homme il veut être, il va apprendre à se connaitre pour mieux avancer … D’enfant buté et obstiné, il devient jeune homme posé et déterminé.

Ce livre, enfin, c’est un véritable plaidoyer contre la guerre. A travers le regard innocent et lucide des renards, le lecteur découvre sous un jour nouveau cette réalité que l’on sait si meurtrière mais qui, pourtant, semble profondément ancrée dans la nature humaine. J’ai énormément apprécié la façon dont les renards nomment les soldats : « malades de guerre », comme si cette soudaine volonté de s’entretuer pour des raisons aussi futiles qu’incompréhensible était une épidémie contre laquelle il n’existait aucun vaccin, aucun antidote. Et les animaux fuient, car ils savent que les hommes ne prêtent attention à rien et qu’ils n’auront aucun scrupule à tout détruire sur leur passage pour aller affronter des inconnus qui ne savent même pas pour quoi ils se battent. « Crois-tu que, dans l'histoire de ce monde, quelqu'un ait jamais décidé de se battre du mauvais côté ? », demande Vola à Peter lorsque celui-ci affirme que son père se bat « du bon côté » … Pourquoi la guerre ? La guerre qui laisse des enfants orphelins, qui séparent fratries et amis, qui tue des milliers d’animaux innocents et mutile la nature nourricière … L’autrice n’impose pas son opinion sur la guerre, elle s’efforce seulement de « dire la vérité sur le prix à payer lors d’une guerre », pour reprendre les mots de Vola. A chacun de se forger sa propre opinion, désormais …

En bref, vous l’aurez compris, c’est un vrai coup de cœur ! Je ne sais même pas comment exprimer tout ce que j’ai ressenti à la lecture de ce récit : c’est triste et c’est beau, c’est dur et c’est beau, c’est beau, tout simplement. L’histoire est bien plus profonde que ce qu’elle n’en a l’air au premier abord, elle aborde avec douceur et poésie de grandes et cruelles questions, elle évoque le sens de la vie, l’Amitié avec un grand A, le deuil … Pax et le petit soldat, ce n’est pas un simple « livre pour enfant ». C’est un roman d’une richesse rare, à la narration exceptionnelle, qui bouleverse et émeut. C’est un livre qui transforme … et c’est un livre qui se vit, mais ne se raconte pas. Que vous soyez jeune ou moins jeune, que vous aimiez ou non les renards, n’hésitez pas une seule seconde à vous plonger dans ce récit incroyable ! Cerise sur le gâteau : les illustrations de Jon Klassen sont magnifiques, un régal pour les yeux et pour le cœur …

https://lesmotsetaientlivres.blogspot.com/2019/05/pax-et-le-petit-soldat-sara-pennypacker.html

par Aryia
POLICE POLICE
Hugo Boris   
POLICE est là mise sous-tension de trois collègues, de trois policiers, qui se retrouvent, un soir, chargés de la mission d'escorter un réfugié à l'aéroport Charles de Gaulle dans le but de son expulsion du pays.
Si le sujet traité par Hugo Boris est évidemment d'actualité – souvent exposé du point de vue des victimes et donc de l'horreur de la chose -, il est ici pointé du doigt dans un huis-clos finement mené et surtout, très humain.

Les trois policiers ne sont pas présentés comme des bourreaux sans cœur, on apprend furtivement à connaître des fragments de leur vie, de leur passé, de leurs sentiments intérieurs aussi. Des images qui laissent transparaître beaucoup d'humanité (et de failles), tout autant que dans leur façon d'aborder leur mission nocturne et de se heurter à la réalité quant à l'expulsion de certains réfugiés.

La reconduite à la frontière du réfugié reste le sujet central du livre, mais la façon dont il est traité – en toile de fond parfois - laisse l'esprit de Virginie, la policière qui fait le plus office de personnage principale, se disperser vers des sujets personnels tels la maternité, l'adultère, la difficulté d'être une femme dans un monde d'hommes. Cette façon constante de s'éloigner du sujet du roman pour y revenir m'a énormément plu, on a réellement l'impression de se retrouver plongé dans l'esprit en pleine introspection de quelqu'un se retrouvant tiraillé par ses choix, ses valeurs et qui cogite sur les décisions à prendre, qu'elles soient immédiates ou non.

Avec ce huis-clos qui ne dure que le temps de quelques heures, d'une voiture de police à un aéroport, Hugo Boris prend le parti-pris de traiter le sujet des réfugiés d'un point de vue assez différent de celui que l'on peut avoir d'ordinaire. Ici, le réfugié ne participe pas réellement au cheminement internet de l'histoire, il n'est que la cause, la cassure dans la vie des trois policiers, celle qui les amène à remettre en question leur vie et leur métier. Ce point de vue ciblé sur la Police est un parti-pris qui aurait pu paraître risqué si l'auteur ne l'avait pas abordé avec autant de finesse, de normalité et d'humanité. Un très bon roman sur le sujet qui, comme le laisse suggéré la typographie du titre du livre sur la couverture, nous permet, le temps d'un instant, de passer de l'autre côté du miroir, de l'autre côté de l'uniforme.

http://desmotsenvrac.blogspot.fr/2016/08/livre-police-dhugo-boris.html

par x-Key