Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Commentaires de livres faits par bscmm

Extraits de livres par bscmm

Commentaires de livres appréciés par bscmm

Extraits de livres appréciés par bscmm

Les plus récents d'abord | Les mieux notés d'abord
date : 21-04-2018
Karine Giebel arrive dans tous ses romans à me subjuguer et me laisser dans un étrange mélange: anesthésier et ébahie. Ce roman n'y échappe pas!
L'atmosphère du livre, bien que lugubre, est réellement addictive. Le milieu carcéral très bien décrit, permet de rentrer aisément dans l'histoire et d'être près des personnages. Malgré les crimes commis par Marianne on s'attache très facilement et cela démontre bien tout le talent de l'auteur qui nous fait passer outre son passer pour espérer et souffrir avec elle. Son personnage découvre plusieurs facettes au fil de l'histoire et évolue grâce aux autres personnages.
Le livre se découpe en deux partis, la première se place dans une contextualisation des lieux, des personnages, et des relations, le deuxième parti sur l'évolution des situations. J'ai vraiment adoré la première partie, la deuxième également même si j'y aie trouvé quelques longueurs. L'ayant pratiquement lu d'une traite, j'étais vraiment imprégné de l'histoire ainsi les quelques longueurs ne m'ont pas dérangé.
En somme un livre bouleversant qui déchire le cœur! À ne pas louper!
Avez vous apprécié ce commentaire ? +3
date : 11-06-2018
Un récit très bof est une lecture plus qu'oubliable.


Les personnages sont très loin d'être attachants.
En particulier Roland qui me paraît être la caricature du seigneur généralement représenté dans les livres du même genre, mais pas le héros, plutôt celui en arrière plan dans le rôle du "vilain", qui force les contacts physiques, sans une once de regret et ne s’intéresse qu'a l'aspect visuel d'une personne.

On essaie de nous transmettre de la sympathie pour lui, en évoquant une enfance très difficile donc en résumé le personnage aurait un fond d'une bonté extrême pour pouvoir traiter les autres avec un peu de bonté.

Quant au personnage de Brigitte, sans être antipathiques comme Roland, elle est vraiment quelconque. Elle passe une grande partie de la moitié du livre, à pleuré ou à essayer de s'enfuir.

Je ne vois d'ailleurs pas comment leur relation a pu évoluer vers des sentiments amoureux.
Il passe vraiment du tout au tout sans aucune concordance.


De plus le fil conducteur laisse vraiment à désirer.
L'histoire se base sur une suite de quiproquos tous plus improbables les uns que les autres. Sans compter les secrets plus ou moins enfouis qui resurgissent d'une façon mal habile et qui sont finalement, mal, voir d'aucune façon intégré de manière utile aux récits.

La conclusion du livre fait appel à la force des sentiments des personnages comme dans beaucoup d'autres récits, mais malheureusement les sentiments appelés sont apparus subitement n'ayant jamais été développé le long de la lecture.

Une livre qui n'apporte rien à mon sens.
Avez vous apprécié ce commentaire ? +3
Quel dommage de conclure cette série par un roman si estompé. J'ai vraiment l'impression que beaucoup de choses restent en suspens.
Tellement d'effleurements sans aller jusqu'au fond des choses dans cette saga.
C'est vraiment quelque chose que je regrette car malgré ces cinq tomes il y a une forme bien présente de trop peu.

Dans ce tome-ci on voit une réelle évolution d'Easton.
Mais concernant les autres personnages, je suis plus dubitative.
De par
Spoiler(cliquez pour révéler)
l'amnésie
d'Hartley, j'ai comme l'impression qu'au final toute l'histoire construite avec Easton ne servait pas à grand-chose, même si elle ressent d'instinct qu'elle est bien avec lui, leur histoire se construit sur une ancienne Hartley qui existe dans l'esprit d'Easton, mais plus dans celui de la Hartley présente, qui n'a plus les mêmes fondamentaux qui l'avaient amené à être celle rencontrée, ça me laisse un peu perplexe.
Les personnages de la famille Royals, quant à eux, sont très frustrants, car on sent que les choses vont plus loin mais au final comme c'est juste frôlé ça apporte plus de perturbation que d'intérêt.
Particulièrement avec les jumeaux qui laissent vraiment beaucoup de place à un approfondissement.
Après peut-être est-ce le choix de l'auteur de ne pas tout résoudre à l'image de la réalité qui s'étale sur toute une vie.




Pour finir, même si je suis loin d'avoir adhéré à tout ce qui a pu se passer dans cette saga, je suis un peu triste de conclure l'histoire des royals.
Avez vous apprécié ce commentaire ? +3
date : 19-02-2019
Un discours qui allie réflexion philosophique, cynisme et obsession de jeu d’apparence aiguillé par l'influence.
Ce roman mène une réflexion très intéressante à suivre auprès d'un personnage central qui va avoir une opportunité unique. Au côté d'un portrait absorbant les affres d'une beauté vieillissante et l'impacte d'une vie sans limites marquée par ses vices. Il va évoluer progressivement.
Il garde l'apparence physique du jeune homme plein de candeur de ses vingt ans, pendant ce temps, le portrait vieillit, devient de plus en plus détestable, hideux, monstrueux, fidèle reflet de l'âme épouvantable de Dorian Gray, de son caractère exécrable et de sa personnalité cruelle, manipulatrice, cynique.
L'être vil devenu ainsi guider sur cette voix par Lord Henri Welton, êtres rongés par le cynisme qui cherche un projet philosophique. Dorian va être ainsi un parfait exemple traitant du narcissisme en cherchant à faire de sa vie une oeuvre d'art dont la beauté reste inébranlable malgré cette quête incessante de sensation le poussant à papillonner d'aventure en aventure.
L'approche quand fait Oscar Wilde se fait par une réflexion sur l'art, la beauté et la morale. Un être oisif qui cède à ses pulsions les plus pernicieuses sous couvert de cette beauté artistique imperturbable. Cela pose un questionnement d'influence, si Dorian n'avait pas été attiré par l'aura de Lord Henry lui attribuant le rôle de guide dans ces limbes de luxure et avait plutôt considéré Basil comme guide et véritable ami cette perception de lui-même et de l'art de la beauté aurait surement été tout autre.
Cette réflexion intéressante soulignée par une écriture très fluide et particulièrement bien menée.
Avez vous apprécié ce commentaire ? +3
En replongeant dans cet univers que j'avais tant aimé j'avais vraiment la crainte que quelles années plus tard je ne sois passé à autre chose comme pour tant d'autres série.
Hors absolument pas l'écriture de Jennifer L. Armentrout est toujours aussi addictive et absorbante.
Retrouvé Luc qui m'avait déjà beaucoup plus dans Lux permet de rester avec ce point de repaire dans cet univers déjà connu.
Son histoire avait tant de part d'ombre et portait vraiment à la découvrir qui plus est avec cette jeune fille à laquelle il attachait tant d'importance.
Fidèle à lui-même il reste toujours aussi intrigant et captivant qui plus est sous le regard d'Évie.
Evie qui permet de s'impliquer totalement dans l'histoire, elle ne m'a pas donné une seule fois envie de changer de point de vue.
Nous évoluons en même temps qu'elle mais à la fois de manière un peu différente car certaines zones d'ombre pour elle était largement découverte dans la série Lux ou même dans Obsession.
Sa relation avec Luc est tout aussi attachante que celle de Deamon et Kat. Certes différente mais s'inscrivant dans une même dynamique qui les rendent addictifs.

L'intrigue du livre a réellement su se renouveler et apporter beaucoup d'interrogations et d'impatience.
Les nouveaux personnages secondaires s'intègrent parfaitement à l'univers et s’entremêlent aussi bien aux personnages déjà connus.


Maintenant je vais attendre la suite avec une impatience monstre.
Avez vous apprécié ce commentaire ? +3
Un livre plein de rebondissement qui emporte totalement entre ses lignes.
Je dois dire que je me suis plus lancé dans cette lecture pour sa renommée que pour le résumé que j'ai trouvé très peu attractif.
L'auteur arrive à mener avec la vision omniprésente rendue presque omnisciente de Claire grâce au savoir de l'histoire, un livre avec une multitude de ressentis.
Il se révèle rempli d'humour, il m'a fait réellement rire ce qui est rare dans un récit, mais aussi riche en action, rebondissant de dramatique à miraculeux le tout en passant par des myriades d'émotions.
Les personnages donnent à l'histoire une grande partie de son entrain. Les secondaires autant que les principaux sont marqués et indispensables.
J'ai particulièrement apprécié Claire, qui peut étonner face à certaines réactions mais rend un personnage réellement singulier et très attachant.
J'ai également beaucoup apprécié Jamie qui peut surprendre dans sa manière d'agir et de concevoir la vie mais c'est en partie grâce à ce prisme de l'histoire et d'une culture d'une époque et d'une société qui rend ce personnage tel qu'il est et également aussi attachant et intéressant.

J'ai maintenant hâte de poursuivre cette odyssée.
Avez vous apprécié ce commentaire ? +2
date : 30-07-2018
Livre très bien écrit, avec des rebondissements intéressants.

On se laisse très aisément happer par l'histoire aux côtés de personnages riches en ressources.

J'ai apprécié une fois de plus ma lecture de la plume de Guillaume Musso.
Malgré ça je l'ai placé quelque peu en deçà sur certains points par rapport aux précédents tome lu.
En effet la trame se découvre très simplement et annule l'effet de surprise. De plus plusieurs points me semblent incohérents ou sans utilité réelle.
Spoiler(cliquez pour révéler)
Le mariage entre Kate et Matthew ne me paraît pas nécessaire à la bonne marche du plan de Kate.[/spoiler]

Un autre point m'a paru expédier voir oublié [spoiler], l'échange de mail entre le Matthew de 2011 et de l'Emma de 2010, qui est interrompu suite au dysfonctionnement de l'ordinateur de Matthew, et rompt tout contact entre eux mais zappe du récit par la même occasion le Matthew de 2011.


Ce roman reste très agréable à lire de par l'histoire et de par la fluidité d'écriture.
Avez vous apprécié ce commentaire ? +2
Une histoire mignonne et rafraîchissante.

J'ai trouvé le récit complet, avec une belle évolution, progressive. Les personnages sont attachants, ainsi que leur relation a la foi très jolie, magnétisante et pleine de malice.

Et malgré les côtés psychopathes inquiétants de Joshua et de Lucy, ce roman apporte parfaitement son côté chick-lit, avec de la légèreté, de l'humour, un joli fil conducteur et l’envoûtement des personnages.
Avez vous apprécié ce commentaire ? +2
date : 01-11-2018
Je me suis vraiment laissé surprendre par ce roman.

De prime à bord, la quatrième de couverture ne me tentait que très peu, mais au vu des commentaires je me suis laissé tenter; je ne le regrette absolument pas.

Pourtant je n'ai vraiment pas apprécié le premier quart du livre.
Je me sentais perdue, dans une histoire qui n'avait pas vraiment de sens, des personnages très atypiques, et l'où je ne voyais pas ou l'auteur voulait nous emmener.

Cependant au fil des pages, je me suis laissé surprendre à les tourner avec de plus en plus d'avidité et un brin d'exaltation.
J'ai complètement adhéré à l'histoire, qui dans sa simplicité rend hommage à ses personnages.

En me faisant détester certains personnages, puis en retournant complètement ces derniers, nous montrant une personne dans sa toute sa complexité, à l'image de Wren. Avec Cath qui montre des facettes parfaitement humaines et réalistes, ou encore avec Lévi qui me semblait au premier abord saugrenu mais qui est au final est un personnage tout en sincérité.

La conclusion du livre ma surprise.
Je ne m'attendais pas à ce que ce soit la fin.
Je me suis demandé si j'avais loupé des choses mais au final j'ai juste l'impression, que contrairement à des histoires du même genre, celle-ci se passe aisément d'une fin où tout est conclu mot à mot. Ça renforce d'autant plus cet effet de style flottant, quelque peu irréelle du livre, qui pourtant est bien ancré dans la réalité.


Ce roman a commencé en me donnant une impression de flou total , puis une vue d'horizon qui se dégage, pour finir dans une brume ensoleillée très paisible et agréable.
Avez vous apprécié ce commentaire ? +2
date : 11-12-2018
Une lecture qui me fût follement intensive, puissante, fiévreuse, frénétique, et finalement si peu qualifiable .

Absolument tout me marque dans cette histoire, des personnages, à leurs actions, en passant par leurs réactions, ainsi que les détails si beaux si puissants, la force de cet écrit si explosif, exaltant, arrachant, troublant mettant en doute la raison et sa manière de mettre en marche notre monde sur quelque chose de finalement impossible à quantifier.
Une barrière si floue, si éthérée.

Ce livre me touchant de très près, il m'a arraché et subjugué par sa véracité.
En commençant par mettre bien en avant le terme de psychose maniaco-dépressive et non bipolaire, le terme bipolaire ne reflète que si peu toute cette explosion, ses multiples rythmes éreintants, que ce soit pour la personne maniaco-dépressive ou pour son entourage.
Psychose maniaco-dépressif mets tellement plus en évidence les sommets vertigineux atteints, qui donne ce tourbillon ardant incessant d'énergie et de toute-puissance, pour céder à la plus vive et déchirante des chutes.
Brume incarne majestueusement cette lutte inachevable, avec sa nonchalance qu'elle n'a de cesse de vouloir contrôler pour ne pas céder aux pulsions qui lui soufflent à tout moment qu'une partie d'elle se terre, murée par la volonté de ceux qu'ils l'entourent.
Elle montre cette souffrance, ce doute qui taraude son esprit, ceux de ses proches, en ne sachant pas ou la limite d'un esprit malade se trouve par rapport à ce qu'on pourrait attendre d'un esprit dit rationnel.
On se demande ou s'arrête les sentiments, les émotions, les sensations dites normales et quand viennent s'entremêler, grignoter petit à petit cette intensité d'une extrême profondeur euphorique, exaltante, désinvolte, absoute de toutes limites, mélancolique si désillusoire.

Les personnages donnent tout à ce récit.
Il lui donne son essence, sa profondeur, ses sommets, sa passion, ses fulgurances, ses déchirances, ses déchéances, ses peurs, son trouble.
Je ne saurais décrire ce qu'ils éveillent en moi, ce qui est certain c'est qu'ils ne sont pas resté sur le papier, prisonniers des pages mais me sont devenue bien plus réels qu'illusoires.
Comme seule des personnages bouleversants, arrachant peuvent vous marquer.

Leurs relations sont aussi belles que dures, seulement en constatant que ce qui est négatif impacte cinq fois plus je conclue qu'elles sont infiniment éclatantes.
Je marquerais particulièrement le lien de Jensen et Brume.
Absolu, certain, dépendant, si aveugle qu'il illumine tout, tout en étant si lucide.
J'ai trouvé que ce moment où Jensen dit à Brume qu'il la suivra toujours, que ce soit dans ses isolements que dans ses incompréhensions avec parallèlement l'accroche de l'image de Brume se laissant guider dans leurs courses en parfait apaisement et confiance en Jensen résume très justement leurs relations.

En sentant l'importance et l'impact que ce livre allait avoir sur moi, j'ai vraiment voulu prendre mon temps pour me le rendre encore plus particulier qu'il ne l'était déjà.
Plus je poursuivais mon ascension plus j'avais le désir de faire se poursuivre l'histoire encore et encore, la repoussée toujours plus loin mais j'avais parfois tellement l'impression de suffoquer sous cette histoire écrasante, éreintante, vertigineuse que je voulais avancer encore et encore pour en finir au plus vite avec cette lecture étouffante, révélatrice.
J'avais une pression avant chaque retour dans ce livre qui m'empruntait une partie de moi hors de ses pages, et pourtant je replongeais entièrement dedans, aspirée et accrochée.
Je n'ai jamais autant réagi à une lecture, jamais aussi physiquement, avec ses pulsations harassantes, ardentes, paralysantes et douloureuses. Avec ce besoin de prendre absolument le temps de le lire, de l’absorber, le ressentir mais cela en devenait tellement intense, frénétique, que j'avais la nécessité de le finir au plus vite.

On ne peut que se demander tout du long où est la mesure d'une vie, d'une pensée, d'une réflexion, il n'y en a aucune car ça ne peut être.

C'est pages m'ont été et me sont encore tellement obsédante, en me laissant si vides, perdue tout en étant si expansive que la suite va me paraître plus fade tant ce livre a fait ressortir de folles pulsations.
Avez vous apprécié ce commentaire ? +2
date : 16-01-2019
Ce livre m'est apparu comme une balade mêlant surprise, intérêt et ébranlement.
Dans un premier de l'étonnant par rapport à la façon dont nous sont présentés les personnages et la manière d'aborder cette histoire, en étant au premier plan et cependant en gardant une place de spectateur qui créer une sorte de petite distance qui rend le récit encore plus significatif en nous projetant comme témoin intime.
Dans un second temps de la curiosité pour ces personnages aux décors ostentatoires, aux mille excès permit par l’opulence qui joue sur les apparences. Ces apparentes lascivités qui montrent les mêmes failles que tout un chacun.
Pour conclure de l'ébranlement au sujet d'une quête aveugle au crépuscule envolé.

Ce roman dégage pour moi une atmosphère de paresse acérée, aux écrits simplement beaux. Simplement beaux et éloquents.
Avez vous apprécié ce commentaire ? +2
date : 21-01-2019
Nous pourrions craindre d'un roman classique qu'il ne soit usé et passer d'usage, "Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur" est un exemple parfait pour nous montrer le contraire.
Écrit avec une incroyable justesse des mots, il nous donne une vision d'une époque aux manières de réfléchir et d'agir qui paraissent à la fois lointaines et actuelles.
Avec des personnages donnant un échantillon du panel que peut composer une société, il semble très réaliste en n'en montrant pas que la noirceur ou la blancheur mais juste un mélange variable pour chaque individu.
Avec des thématiques aussi importantes que la ségrégation noire, le racisme ou encore un procès, "Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur" ne tombe dans pas dans divers travers ou le bien est le mal serait en confrontation. Il chercherait plutôt à montrer qu'ils se confondraient souvent et qu'il ne faudrait pas émettre de jugement hâtif et appliquer rigidement la loi.
Il ne sombre pas non plus dans des penchants dramatiques et ce grâce à Scout, qui du début à la fin porte l'histoire par son intelligence et son humour.
Il réussit ainsi un fameux mélange alliant complexité et simplicité, car l'histoire nous est racontée avec les limites de l'âge de scout, nous voyons les mêmes interdits qu'elle peut rencontrer ainsi que les limites auxquelles elle est confrontée quand on lui cache partiellement les choses. Nous suivons aussi son raisonnement que nous voyons fluctuer en passant d'une réflexion propre à certains âges où tout est blanc ou noir, à une réflexion qui commence à repérer quelque nuance au fil de ses discussions ou de ses observations.
Cela montre que ce roman est remarquablement bien écrit car avec ce point de vue Harper Lee suggère plus qu'elle ne montre.
Elle montre aussi une remarquable maîtrise de la gestion de temps sur une période de trois ans et une acuité de descriptions du passage à l'adolescence de Jem et de la perte de l’innocence de ses personnages.


Ce roman est, et étonnamment malgré ses thématiques complexe et ceux grâce à Scout, à la fois enrichissant, charmant et d'une infinie drôlerie.
"Il y a la légèreté et le poids que recherche le véritable amateur de romans et cette vertu si rare de pouvoir être lu à tout âge, quelle que soit l'éducation qu'on ait reçu, de quelque pays que l'on vienne à quelque sexe que l'on appartienne Il est vraisemblable que l'on n'en fera pas tout à fait la même lecture mais on y trouvera nécessairement un univers communiquant avec celui d'Harper Lee par le miracle de l'écriture et de l'enfance."
Avez vous apprécié ce commentaire ? +2
date : 26-01-2019
Un roman excellemment bien écrit qui mène à un scénario parfaitement ficelé.
L'histoire est très addictive et à aucun moment redondante. Elle nous pousse à élaborer tous les plans possibles et contribue ainsi à une soif de cette intrigue.
Les personnages quant à eux montrent un panel varié.
En ne se fixant pas sur un ou deux personnages la trame évolue très certainement, en amoncellent des petits bouts par des petits bouts sous une forme d'entonnoir.


L'histoire a le mérite de rendre une trame, certes très recherché qui semble si peu réalisable tant c'est parfaitement millimétrée, mais une trame qui s'ancre bien dans une réalité ce par une réalisions très concrète, bien construite et très bien mené, et le tout avec certains personnages aux traits grossis, comme Jibe ou encore Marianne.

Une enquête très prenante, très bien écrite, qui éveille au fonctionnement de la mémoire sous une certaine forme et qui nourrit un appétit de curiosité tout le long de l'histoire.
Avez vous apprécié ce commentaire ? +2
date : 09-02-2019
Je trouve toujours ça surprenant de rentrer dans un livre dont nous avons entendu parler aussi souvent que ce soi indirectement ou par d'innombrables références.
Les hauts de Hurlevent rentrent indéniablement dans ce cadre de par sa grande place dans la littérature anglaise.
Habituellement je rentre dans ce type d'écrit en essayant de mettre de coté l'image que je me suis indirectement construite ainsi que sa place dans la littérature, comme dans le cas d'un classique. Cependant les hauts de Hurlevent sont une lecture que j'avais toujours repoussée dans une idée de crainte irrationnelle de ce monument de la littérature classique.
Je dois dire que je ne regrette aucunement de mettre enfin lancée. Je m'attendais réellement à être confronté à une histoire d'amour tourmentée autour de laquelle s'articule tout le récit. J'avais à la fois raison et tort.
C'est évidemment un point central de l'histoire sans lequel ça n'aurait pas de sens et il n'y aurait pas ces sentiments pleins de violence et de fougue mais sur une même ligne l'histoire prend toute son évidence par toutes les petites choses qui fourmillent.
La passion destructrice qui unit Catherine et Heathcliff les fait entrer au panthéon des amoureux littéraire. 
Leurs déclarations d'amour rivalisent d'intensité mais se croisent souvent sans se rencontrer. C'est ce qui va donner le ton de toute cette histoire.
Avec Heathcliff personnage sans ambivalence, à visage découvert torturé éternellement, tourmenté que ce soit en amour ou dans sa quête de destruction. Il n'aura de cesse de repousser les limites de l'imaginaire pour assouvir sa soif de vengeance dans les pires scenarii.

Ce qui construit ce roman est aussi la place qu'il donne à ses personnages secondaires à l'image d'Edgar Lindton ou de Joseph attaché éternellement aux Earnshaw, il était bien avant et demeurera bien après Heathcliff.

Le récit est rapporté des années plus tard par une domestique mais la narration est telle que l'action se déroule à chaque page. Mme Dean délivre au mot et à la virgule près cette histoire près d'une vingtaine d'années plus tard. Ce qui est à retenir n'est pas le réalisme d'un contexte mais cette voix qui se veut mémoire et détentrice d'une vérité de deux âmes que seule la mort pourra rassasier.

Ce récit donné comme une histoire d'amour va bien plus loin que cela..
Avez vous apprécié ce commentaire ? +2
date : 12-04-2019
Une suite tout aussi prenante avec un univers de plus en plus riche.

Je ne sais pas pourquoi mais j'ai mis relativement beaucoup de temps à lire ce second tome.
Pourtant tout est en parfaite adéquation avec ce j'apprécie dans ce genre lecture.
L'(es)époque(s), ses différences culturelles, l'immersion totale dans une époque qui semble lointaine et un peu vague pour la rendre concrète et vivante à nos yeux, les personnages secondaires avec une vraie place au sein de l'histoire et dans certains cas attachants, une quête qui évolue perpétuellement et tend éternellement à pousser les pages et l'histoire de plus en plus loin et le tout accompagné de personnages principaux Jamie et Claire qui sont plus qu'addictifs et aux auxquels nous nous attachons follement.
Ce que j'apprécie également énormément c'est la manière qu'a le récit d'évoluer considérablement en gardant un fil conducteur et une dynamique progressive et très bien amenée.
En outre cela permet d'être vraiment imprégné de l'histoire, de son époque et de ressentir les personnages.
Néanmoins certaines longueurs endiguent quelque peu des passages.

Cela reste un très bon second tome avec toujours la même envie de découvrir ce qui va suivre.
Avez vous apprécié ce commentaire ? +2
date : 14-05-2019
Une oeuvre qui peut sembler difficile d’accès avec une sorte d'avidité de coucher sur le papier les idées, sensations, et émotions qui se succèdent dans une espèce de cohue de métaphores et d’ellipses. Ce recueil reposant sur un langage très imagé renvoie à une puissance des mots que seul cet état voguant entre exaltations de la jeunesse, animation de la folie et semblant de retour raisonné peut donner en une infime parcelle du ressenti de profondes émotions et interrogation d'une personne en plein cataclysme. "Une saison en enfer" offre pour ma part un chef-d'oeuvre d'un impact et d'une beauté sensible.
Avez vous apprécié ce commentaire ? +2
Je n'ai pas adhéré à ce roman que j'ai trouvé passablement ennuyeux. L'histoire m'a paru d'une simplicité de roman d'enfant dans son écriture. Le contexte historique m'a également paru incohérent. Et les personnages n'ont pas relevé le tout en restant dans un contexte peu enrichissant pour donner vie à un récit.
Avez vous apprécié ce commentaire ? +2
Une lecture très enrichissante.
Ce livre traite son sujet de manière très claire et précise. Il aborde son exploitation de façon fluide en se faisant succéder les périodes et événements naturellement en gardant un schéma bien construit.
Il propose ainsi de façon chronologique un point de vue historique éclairé et limpide qui permet d’accéder à toute une réflexion sur l'impact de l'humanité avec sa manière d'évoluer et de se situer.
Il aborde divers points de vue qui lance plusieurs pistes d'interrogations sans imposer la doctrine de l'auteur.
Au contraire l'auteur expose et propose plus sa réflexion et son idée qu'il ne l'impose.
Il laisse ainsi une ouverture sur ces sujets très intéressants et importants qui nous laissent prendre les événements avec un certain recul.
Au demeurant si l'on ne partage pas les idées soutenu par l'auteur, ce qui n'est pas mon cas, ce livre reste enrichissant et stimulant par sa manière de retracer tout un point de vue historique et sa réflexion sur l'humanité ainsi que le fondement d'un monde basé sur l'évolution d'une espèce.
Avez vous apprécié ce commentaire ? +2
date : 29-07-2019
Un livre enrichissant qui propose un point de vue intéressant sur la collision entre deux sociétés aussi différente que celle des Indiens d’Amérique chasseurs-cueilleurs à l'écoute de leur environnement plaçant les rapports entre humains sous un jour plus libres et dans une certaines mesure plus ouverts et les colons anglais d’Amérique aux mœurs très puritaine, dictée par la religion catholique sous une forme très restrictive d'autant plus pour les femmes.
Le déroulement que suit l'histoire est intéressante au côté de Mary.
Il permet dentait aisément dans deux sociétés aussi différentes que l'est celle des Amérindiens et des colons d’Amérique du nord et d'en aborder les préjugés que l'on peut exercer sur l'une ou l'autre.
L'évolution que suit Mary est progressive et stimulante à suivre.
On voit la manière dont une personne s'adapte à un environnement et dans le cas de Mary amène à un changement de réflexion qui va à l'encontre de sa société et de ses mœurs.
Dans son parcours en peut voir qu'il lui est plus simple d'adhérer aux mœurs des Amérindiens qui n'exercent pas une pression aussi forte sur elle et qui lui permettent de construire une nouvelle forme de réflexion qui ne lui est pas imposée comme celle de l’Amérique du Nord au XVIII ème siècle.

Son parcours est plaisant et intéressant à parcourir et offre un moment de réflexion agréable sous cette écriture.
Avez vous apprécié ce commentaire ? +2
date : 30-07-2019
Une histoire qui m'a saisi et captivé dans un tumulte d'enjeux sociaux, identitaire et passionnelle.
Je ne m'attendais pas à ressentir autant d'impact en lisant ce roman mais l'histoire est tellement bien mené et amené qu'il m'a conquise par ses personnages et ses décors.
Maggie m'a beaucoup plu, elle incarne très bien le personnage blasé et tiraillé par son devenir. Dans une société où la condition de la femme reste que très peu équitable, elle mène une réflexion qui oscille entre fière indépendance avec l'idée qu'est censée représenter une femme fière, libre et indépendante et le choix de pouvoir être simplement une personne qui n'est pas obligée de prouver son féminisme mais d'être seulement dans la condition d'une personne libre à part entière. Son parcours que l'on voit évoluer en est un très bon reflet. La place que vient occuper John pour elle est décisif et lui permet de faire évoluer une réflexion qui séparerait devoir de combattre pour le féminisme et relation avec une autre personne avec qui elle devrait se livrer et donc renoncer à une certaine indépendance. Le déroulement du récit ce passant à un moment charnière de l'évolution de la condition féminine on y voit d'autant plus ce qu'une personne pouvait ressentir et la confusion que pouvait ressentir Maggie. Sa réflexion est intéressante à suivre en tant que personne tiraillé dans un combat qui évolue peu à peu en s'affirmant et arrivant à se délivrer d'une pression sociale et identitaire pour s'affirmer dans les deux aspects de sa vie qu'elle juge de prime à bord inconciliable.
L'histoire en reste très accrocheuse que ce soit dans ses personnages qui représentent un panel de profils qui évolue et ne se contente pas de figurer figés dans un rôle, que ce soit dans ses décors très bien décrits qui nous plongent dans une ambiance certaine aussi bien dans la première partie que dans la deuxième ou bien que ce soit dans le déroulement de l'histoire qui m'a accroché dans la première partie dans cette ambiance quelque peu calfeutrée et vivante qui atteint un pic donnant envie d'en savoir encore plus qui conduit sur une deuxième partie qui fait ronger son frein en situant un nouveau décor moderne et épris d'une certaine liberté mettant dans sorte de parenthèse l’exaltation ressenti à la fin de la première partie. Ce moment de transition jouant avec nos émotions m'a à la fois poussé à tourner les pages avec avidité pour retrouver ce point d'impact et à la fois dérangé car je me désintéresse un peu plus de ses moments de resituation contextuelle. J'aurais souhaité que certain aspect du roman soit un peu plus développé, à l'image de John que j'ai apprécié mais qui reste cependant peu à découvert.
Je ressors de cette histoire un peu hébétée et dans une certaine langueur douce et berçante sur le portrait de l'évolution d'une femme qui cherche à faire évoluer les réflexions et sa propre réflexion qui s'en reflétait en a priori et qui a eu l'audace de s'accorder asser de foi en tant que personne libre qui n'a pas besoin de le prouver sans cesse.
Avez vous apprécié ce commentaire ? +2
date : 31-07-2019
Une nouvelle très bien maniée qui fronde avec les ressources subtiles de l’intellect.
On plonge avec aisance et habilité dans les limbes d'un esprit et ses ressorts qui regorgent de richesses à tel point que l'imaginaire prend place pour se confondre avec la réalité. Le récit est si bien construit qu'on arrive à saisir cette frontière invisible qui cataloguerait d'un côté ce qui est sain et souhaitable avec d'un autre côté ce qui serait à fuir avec panache et vigueur. On en vient à se poser la question du bien-fondé de ses limites.
L'histoire tenue de bout en bout est intrigante et très bien menée dans une parfaite concordance avec une sorte de légèreté de la forme plus que des événements qui emporte le récit et le lecteur.
Il s'en dégage une fluidité très agréable à suivre avec des protagonistes cernés en quelques lignes qui pourtant ne les limite pas à de simples figurants figés.
Cela donne une nouvelle très bien exploitée et fort sympathique à découvrir.
Avez vous apprécié ce commentaire ? +2
date : 01-08-2019
Songe semblant incliné les événements dans une fébrile frénésie associant des mots répétés inlassablement confondants en une subtile rencontre un premier amour terrassant et effrayant dans une découverte d'impossibilité de mourir d'amour, la catastrophe d'Hiroshima que l'on souhaite immortaliser pour en faire un étendard de la paix et une nouvelle rencontre passionnelle pleine de langueur et d'exaltation.
Cette histoire se déroule tout en poésie, en subtilités qui se découvrent peu à peu dans une brume qui semble donner à ces images une impression d’infini qui se délite à peine effleuré.
Une caresse qui souffle d'une même étreinte sur trois aspects distincts en les entrelaçant pour venir sur un parcours de l'oubli qui s'inscrit dans une forme éternité.
Avez vous apprécié ce commentaire ? +2
date : 01-08-2019
Une nouvelle écrite avec la souplesse et l'élégance de simples mots qui rendent compte d'une histoire émouvante et fascinante.
En seulement quelque ligne l'histoire est saisie avec profondeur, donnant vie à une ébriété des sens de façon épurée et transcendante.
L'histoire imprègne et envoûte pour donner corps à ses personnages et leur tumulte qui continuent de flotter une fois les pages tournées.
Avez vous apprécié ce commentaire ? +2
date : 18-10-2019
Into The Wild fait partie de ces lectures qui ont un tel impact que je n’ai pas envie qu’il s’étiole par finir par n’être qu’un maigre résidu de la tourmente qu’il entraîne à chaque page tournée et qui flotte une fois le livre clos avec cet engouement qui fait que l’on cherche à raccrocher tout ce qui peut faire état de ce livre et de ce qui si rapporte.
Avez vous apprécié ce commentaire ? +2
Un recueil de douces sensations qui donnent matière à se plonger dans une myriade d’événements évocateurs.
Il aborde ses instants de vie dans une sorte de parenthèse que mets bien évidence ses accents descriptifs aux tournures périphrastiques qui accorde une certaine envergure à ses moments joliment retranscrits.
J’ai passé d'agréables instants à trouver dans ses descriptions des sensations enveloppantes, qui a certains égards se réfugie quelque peu trop en enfance mais qui offre une certaine gaieté tout en s’égarant légèrement vers la fin.
Avez vous apprécié ce commentaire ? +2
date : 18-10-2019
Nabokov montre l’envergure d’une écriture toute en lyrisme qui immerge avec aisance dans un livret de nouvelles qui frustrent par une brièveté qui laisse à peine le temps de contempler la beauté de chaque échange donné. La douce délicatesse qui ressort de ces parcelles de vies laisse quelque peu hagard dans ses paysages si évocateurs.
Avez vous apprécié ce commentaire ? +2