Livres
535 088
Membres
560 943

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Bibliothèque de Buchwurme : Liste d'Or

Extincta Extincta
Victor Dixen   
Ayant adoré "Phobos" j'ai été déçu par Extincta. Bien que l'univers que Victor Dixen a imaginé soit juste époustouflant de réflexion et d'imagination, les 600 pages qui ne m'auraient en temps normal pas dérangé, m'ont paru bien trop longues par rapport à l'avancée, trop lente, de l'intrigue. J'ai rapidement décroché et peu adhéré à l'histoire, ce qui est dommage car pourtant les personnages cassant les codes apportent une touche d' originalité, mais le côté moralisateur et glauque de cette dystopie est bien trop pesant à mon goût.

par LucyYy
The Kingdom The Kingdom
Jess Rothenberg   
Je ressors assez déçue de ma lecture de "The Kingdom", surtout que ce roman comporte énormément d'aspects positifs.

L'idée principale a le mérite d'être originale : un parc ayant pour "hôtesses d'accueil" des androïdes conçues exprès et totalement sous contrôle. Je me suis figurée l'univers, comme une de Disneyland du futur un poil angoissant. En tout cas, il est vraiment bien détaillé (à un point hallucinant pour un OS d'ailleurs), facilement imaginable et très crédible. J'avais peur que l'idée des Hybrides (= les animaux et humains robotiques du parc) soit juste là pour faire déco mais au contraire, cet aspect est très bien utilisé et s'inclut parfaitement au scénario.

Pour parler de ce même scénario, il reste assez basique et parfois, j'ai trouvé certains éléments pas assez exploités et maladroits. Mais, il est vraiment addictif J'ai lu ce livre en 2 jours pour 400 pages, ce qui est assez énorme. Le choix de la narration qui oscille entre le passé et le présent et le format d'interrogatoire sont vraiment des choix pertinents, qui permettent à l'autrice de développer son intrigue sans trop de soucis.

J'avoue qu'avec la couverture VF, je savais que ce roman n'allait pas être tout rose et en effet, il est loin de l'être. L'autrice aborde des thématiques importantes comme la liberté, les abus physiques et psychologiques avec beaucoup de justesse. On a une vraie évolution dans l'atmosphère : un début assez lumineux où l'on découvre l'image "artificielle" du parc puis nous en venons à l'évènement fatidique, un membre du personnel a été tué et notre héroïne, Ana, est accusée de meurtre.

Mais voilà : il y a clairement un gros point noir à ce roman, et vous le voyez venir, c'est le traitement des personnages. Je ne pense pas que clichés soit le meilleur mot pour les décrire, mais vides peut-être que si… Si on prend le personnage d'Ana, je n'ai pas réussi à m'attacher à elle car elle m'insupportait. Déjà, c'est une androïde et pour moi, l'autrice en a fait un personnage trop humain. C'est toute la complexité d'avoir choisi ce type de personnage pour héroïne : il faut de la cohérence. Puis, je l'ai trouvée vraiment imbuvable, insolente… Et je ne parle même pas des personnages secondaires, clairement pas développés.

La romance m'a aussi gavée dans la mesure du fait qu'on se retrouve face à un énième "Roméo et Juliette", cucu et cliché par dessus le marché. Mais bon, je l'admet : en tant que membre officielle de la Team Anti-Romance, je ne suis pas la mieux placé pour juger une romance.

Bref, je ressors d'autant plus confuse de cette lecture que certains des éléments auraient pu au moins la propulser dans ma liste argent.
Cogito Cogito
Victor Dixen   
Ce livre, je l'attendais depuis longtemps... un nouveau Victor Dixen !
Ce livre est vraiment bien, dans le même genre que Phobos ( dont il est un peu la suite, je ne vous en dis pas plus.. )
L'héroïne suis une belle évolution.
[spoiler]Le personnage de Faune m'a fait penser à Joshua du cas jack spark de Victor Dixen, il refuse son homosexualité à cause d'une éducation qu'il n'aime pas mais qu'il ne peut pas oublier.[/spoiler]

Ce livre est à lire, il y a énormément de référence au cinéma, aux philosophes. ..
Cogito ergo sum !

par Buchwurme
Le Cas Jack Spark, Tome 2 : Automne traqué Le Cas Jack Spark, Tome 2 : Automne traqué
Victor Dixen   
L'histoire est superbe, très différente du premier mais magnifique ! Même si je n'apprécie pas trop Sinead qui est le personnage féminin principal de l'histoire ... j'aime beaucoup jack, avec toute sa violence ( en général les personnages principaux de Victor Dixen ont ce coter la que j'adore. )
Mais surtout , le livre mérite d'être lu... pour Josh!!!!!

par Buchwurme
Le Cas Jack Spark, Tome 1 : Été mutant Le Cas Jack Spark, Tome 1 : Été mutant
Victor Dixen   
réalité et fantastique, un régale !
Ce livre est tout simplement génial. Partant de problèmes sociaux réels et trop ignoré les gens, Victor Dixen nous entraîne dans un roman remplit de suspense et de rebondissement à chaque chapitre. Le livre paraît certes gros mais il se lit en une traite. On a qu'une envie : connaître la suite. Des sentiments, de l'action, du suspense... voilà les ingrédients qui rendent se livrent parfait ! Je le recommande vivement !

par Freelfe
Le Cas Jack Spark, Tome 3 : Hiver Nucléaire Le Cas Jack Spark, Tome 3 : Hiver Nucléaire
Victor Dixen   
Le Cas Jack Spark -Tome 3- est un livre à ne surtout pas manquer.
Il regorge d'aventures sans précédents pour tous nos héros, leur permettant de se rendre compte de leur véritable place au sein de ce monde si dévasté. Je ne rentrerais pas dans les détails pour tout ceux qui n'ont pas eu encore la chance de le lire mais qui j'espère ne tarderont pas à le faire.
Si la couverture parait plutôt effrayante, c'est qu'elle n'est que le reflet de la guerre qui se déroule dans ce livre. Alors oui, certains aspects de celui-ci sombrent dans le macabre, la mort et l'épouvante mais tous ces éléments ne sont qu'un océan de péripéties que nos héros devront traverser pour arriver à leur but ultime. Pour pouvoir de nouveau gouter au parfum de la liberté.
Les différents évènements s'enchainent tous si vite et si finement qu'il est quasi impossible de fermer ce livre. Les personnages nous sont dévoilés dans toute leur profondeur, dans ce qu'il y a de bon mais aussi de mauvais en eux...
Un livre merveilleux qui nous pousse à essayer de nous comprendre mieux nous-même, faisant monter l'adrénaline dans nos veines, le courage dans notre cœur et la peur dans notre dos...
Le cas Jack Spark, tome 4 : Printemps Humain Le cas Jack Spark, tome 4 : Printemps Humain
Victor Dixen   
Bon alors, j'ai décidé de mettre ce tome dans la catégorie « Bronze », mais je ne vous cache pas que c'est très difficile de le classer tant il est spécial. Sur les conseils de ValentinWatson, j'ai choisi de ne pas acheter ce quatrième tome de Jack Spark, mais plutôt de l'emprunter à la bibliothèque et je crois que j'ai plutôt bien fait. Il arrive à rester dans la lignée des tomes précédents tout en ayant une atmosphère très différente, atmosphère qui ne m'a beaucoup plu … C'est encore une fois très subjectif, mais je vais essayer d'être précise dans mes explications ^^

Déjà, il faut savoir que le livre est divisé en trois parties : « Germination », « Floraison » et « Fructification ». Chaque chapitre alterne la narration entre Caleb et Tiago, qui sont respectivement père et fils, flic et lycéen.. J'ai trouvé sympa de pouvoir découvrir les points de vue de chaque personnage, mais ce style présente les mêmes défauts que le deuxième tome de Jack Spark : le changement est fatiguant et casse l'action au moment où le lecteur commence à s'immerger totalement dans le chapitre. C'est un peu comme à la télé, quand Patrick Jane (Mentalist) est sur le point d'annoncer le nom du tueur et que TF1 balance une page de pub ! Horrible ^^

Comme je l'ai déjà dit, ce tome est très différent, mais on retrouve quand même l'univers de Victor Dixen, ainsi que son originalité. Je vais parler en premier des points positifs de l'histoire, pour commencer dans la joie et la bonne humeur, avant de parler des choses qui fâchent ^^

Alors comme d'habitude, j'adore la façon d'écrire de l'auteur avec ses « blang », ses « Krzzz » et les différentes polices d'écriture qui donnent une dimension sonore à l'histoire. On retrouve aussi au fil des pages des illustrations (comme les publicités de l'entreprise Carabas & Carabosse) qui permettent de mieux imaginer l'histoire. Je trouve ça génial ! J'adore aussi la façon dont les noms des fées font toujours référence à une vieille légende connue de tous, comme Gauvin ou La dame blanche, etc …
Dans le même genre, les annexes à la fin du livre sont très pratiques. Elles manquent quand même de quelques infos, comme une rapide biographie des anciens personnages. Pour moi qui n'ai pas lu les tomes précédents depuis un certain temps, ou encore pour les nouveaux lecteurs, certains passages et actes des personnages sont un peu difficiles à comprendre ! Je suis sûre qu'il y a même des enjeux de l'histoire qui me sont complètement passés au dessus de la tête.

Mais alors surtout, SURTOUT, je vénère la créativité et l'originalité de Victor Dixen. Non mais imaginez : un auteur écrit trois énormes tomes excellents qui débouchent sur la création d'une république utopique, symbole de paix et d'unicité entre humains et fées. Le lecteur est heureux pour les personnages, satisfait. Et puis BAM ! Tome suivant, l'auteur explose en mille morceaux le nouveau monde bâti par son héros. Je ne sais pas si vous vous rendez compte ? Je n'ai jamais vu ça dans aucun des livres que j'ai vu. Je trouve ça hallucinant d'originalité. Et l'auteur ne s'arrête pas là : il crée l'histoire d'une révolte « moderne », c'est à dire sans combat physique, via des manifestations … Comme pour coller un peu plus à notre réalité d'aujourd'hui, afin que le lecteur puisse s'identifier aux personnages et se sente faire partie de ce monde.

Voilà, ça c'était pour ce qui m'a plu : le contexte général de l'histoire.
Malheureusement, le contenu n'a pas toujours suivi, en particulier les personnages principaux. Les deux héros ; Tiago et Caleb ; sont beaucoup moins charismatiques que les héros du premier cycle. Caleb est quasiment transparent et Tiago … Une tête à claque interstellaire ! Je n'ai pas du tout accroché à sa mentalité : « Ouais, parce que moi j'ai toutes les nanas du lycée à mes pieds, mais tu vois je me préoccupe aussi de trucs vachement plus importants, tu peux pas comprendre ... ». Si ça majesté pouvais daigner retrouver le commun des mortels, ça ferait du bien. Un poil prétentieux le héros, mais alors juste un peu hein.
Sinon, il y a un troisième personnage qui a beaucoup d'importance dans le livre : c'est Onyx, la petite chérie de Tiago. Alors avec sa mentalité « On va tout faire péter », on a vraiment le duo gagnant (:

Au delà des personnages qui ne m'ont pas du tout plu (encore que finalement, Caleb est sympathique), j'ai eu du mal à accrocher au scénario. Choisir de renverser la république grâce à la manifestation c'est bien. C'est long aussi. L'atmosphère de cette révolte est moins épique que le premier cycle de Jack Spark, et beaucoup plus politique. J'ai vraiment eu beaucoup de mal à accrocher, il y a même eu un stade où le bouquin m'a franchement gavée.

Alors je vois d'ici voir les gens arriver pour dire « Oui mais tu exagères, on revoit les anciens héros non ? » … Que répondre à ça ? Et bien NON, on ne revoit pas les anciens héros. Parce que devinez quoi ? Il sont mort de vieillesse depuis une bonne paye ! Quant à Jack Spark l'immortel, ne vous attendez pas à en entendre parler avant le tout dernier chapitre. Du coup, pendant tout le livre vous rencontrez un peuple qui souffre, qui se bat … Et Jack Spark, ne fait absolument RIEN. Plus le livre avance, et plus le lecteur entretient une frustration née de l'inactivité, de la passivité et surtout de l'absence de l'ancien héros.

Enfin, je tiens quand même à préciser quelques petites choses : si au début du livre (c'est à dire le premier tiers de l'histoire environ) j'ai vraiment galéré pour avancer, on entre beaucoup mieux dans l'histoire après « Floraison » ! A partir de ce moment là, il commence à y avoir beaucoup plus d'action dans l'histoire, et j'avoue avoir eu du mal à décrocher de l'histoire. Mais ce n'était rien comparé au plaisir que m'avaient procuré les premiers tomes de la série, à croire qu'à l'époque le livre était soudé à ma main. Là, j'aurais plutôt dit accroché avec de la pâte à fixe.

En ce qui concerne la fin, j'ai moyennement apprécié … Certes, c'est un peu tiré par les cheveux, mais surtout ce qui m'a déplu c'est qu'au lieu de ressentir de l'espoir pour les humains et les fées, j'ai surtout ressenti la tristesse de la mort (pour Sinead, Ti-jean, Doug, Brandy, etc) et la solitude de l'éternité pour Jack Spark. Une citation [p.382] m'a beaucoup touchée :
« Sinead et Kasandra ont vécu pour moi. A présent qu'elles ne sont plus et que je subsiste, je ne puis plus vivre pour quiconque, et je dois vivre pour tous ».
A ce moment là, j'ai juste eu envie de pleurer comme une madeleine. Mais ce n'est pas tout : le lecteur a aussi droit à une « leçon » de morale horriblement triste : l'amour entre humains et fés est impossible.
(Ceci dit, ils nous cassent moins les pieds sur le sujet qu'Edward et Bella)

C'est clair qu'à la fin du livre j'étais totalement déprimée, mais lire ce bouquin était quand même une nécessité : je DEVAIS finir la série. Alors restons positifs : ce livre n'est pas « mauvais », même si il n'est pas trop à la hauteur des précédents. Certains rebondissement sont vraiment très intéressants à lire, et découvrir ce qu'est devenu la société réunissant les humains et les fés créée par Jack Spark vaut le détour, ne serait-ce que pour la curiosité ! Cependant, mon cœur est resté aux héros de la première trilogie, dont le dénouement se finissait dans l'amour et l'amitié, avec une atmosphère d'espoir et de bonheur.
[Pourtant ce tome se finit pas mal hein, mais disons juste que l'espoir et le bonheur de Tiago j'en ai rien à carrer.]
Ce tome est très à part, donc.

P.S. : Le dessin de la couverture est super classe … Alors pourquoi y a t-il dessus un horrible bandeau rouge avec l'inscription « Insurgez-vous ?! »
Éditeurs, je VEUX une explication !

par Grenette
Kaleb, Tome 1 : Kaleb Kaleb, Tome 1 : Kaleb
Myra Eljundir   
http://wandering-world.skyrock.com/3096284313-Kaleb-Tome-1-Kaleb.html

Sexy. Excitant. Ardent. Intense. Kaleb, c'est une bombe. Si je devais publier un livre, ce serait un roman comme Kaleb que j'aimerai écrire. Ce thème de l'empathie me touche énormément, ainsi que tous les sentiments forts qui y sont traités. Mais, mon dieu, que ce livre est exceptionnel. En achevant la dernière page hier, j'étais juste dans la brume. Une brume qui sonnait comme une claque. J'étais lessivé. Abasourdi. Fasciné. Choqué. Autant de sensations contradictoires provenant directement de ce petit chef-d'œuvre. Je pense que vous le savez, mes attentes pour Kaleb étaient très élevées. Hé bien il n'a pas fait que brillamment les remplir, il les a surpassé comme rarement un livre l'a fait.
La présentation nous informe que nous allons, avec cet ouvrage, passer du côté obscur de la force et être bercés par le Mal. Je ne me doutais pas une seconde à quel point cela allait être vrai, et c'est essentiellement grâce au héros de l'histoire, le fameux Kaleb Helgusson. Il a la beauté des anges et le caractère du diable. Toutes les filles craquent pour lui. Il aime ça. Et il en redemande. Lorsque son don d'empathe va se révéler à lui, il va avoir du mal à comprendre ce qui lui arrive. J'ai adoré découvrir comment ce pouvoir s'est manifesté, ainsi que la façon qu'à Kaleb de l'apprivoiser.
Ce qui est saisissant avec ce roman, c'est la façon qu'à Myra Eljundir de retranscrire les sentiments de ses personnages. On erre entre exaltation, douleur et effroi. Les descriptions sont ultra visuelles et sensorielles. Tout est hyper haletant, comme si on regardait un film dans lequel un tas d'images s'entrechoqueraient, et où la tension irait crescendo. Il y a énormément de scènes où l'auteur maîtrise tellement bien son sujet qu'elle parvient à nous rendre nous-mêmes empathes. Si si, je vous assure. Et je peux également vous certifier que c'est bien la première fois de ma vie que j'ai mal aux dents en lisant un roman. Non non, ne prenez pas ce regard surpris. Vous avez bien lu. Certaines scènes de torture sont juste hyper dures psychologiquement, tellement stressantes et poignantes qu'on ressent le mal physiquement. Et, en grand masochiste reconnu que je suis, j'ai complètement adoré ça. Le plaisir dans la douleur. Une phrase qui résume à la perfection tout le livre.
Comme dit précédemment, tout est vraiment intense dans ce roman. Et en plus de vivre une foultitude de sensations destructrices, Kaleb va devoir apprendre à contrôler son don et à canaliser ses désirs bestiaux. Étrangement, même si ce personnage est le diable en personne, c'est un protagoniste que j'ai appris à aimer. Même si c'est un véritablement monstre, il ressent énormément d'émotions paradoxales en lui durant une bonne partie du livre. Regrets, désolation, amour, joie... On traverse réellement toute une palette forte de sentiments brutaux et tous plus humains les uns que les autres.
Le gros plus de Kaleb dépend aussi des faits réels qui y sont rapportés. Et là... Ô God quoi. J'en suis encore tout retourné ! Myra Eljundir a su détourner avec brio la Peste du XVIIème siècle, ou encore l'explosion du volcan islandais Eyjafjöll. Rien qu'avec ça, j'étais déjà sous le charme. Mais avec tous les autres éléments qui sont entrés en jeu, je n'ai pas seulement été captivé par ce livre. Non, c'était bien plus que ça... Kaleb était devenu une véritable obsession. Un pur bonheur malsain. C'est terriblement excitant de découvrir les émotions des "mauvais" protagonistes. Personnellement, j'ai plus que craqué pour cette idée et pour toutes les sensations addictives qui en découlent.
Pour celles et ceux qui se posent la question, oui, il y a bien une histoire d'amour. Ok, elle est complètement déroutante et diamétralement opposée de toutes celles auxquelles nous sommes habitués, mais elle est bien là. D'ailleurs, c'est cette différence avec les autres qui m'a perturbé et irrémédiablement attiré. L'amour qui rend fou. Qui consume. Qui blesse. Qui tue. Je pense que vous avez commencé à le comprendre : j'adore tout ce qui lie des choses impossibles à unir en apparence. L'amour et la mort. La plaisir et la douleur. Et Kaleb regorge d'oppositions comme celles-ci. De quoi me rendre complètement dingue.
L'intrigue du roman est juste... Indescriptible. Myra Eljundir nous a brodé une histoire extraordinaire. Je n'ai vu AUCUN rebondissement venir. A chaque fois que j'ai essayé de trouver une réponse avant Kaleb, je me trompais, et pas qu'un peu. J'ai souvent dû poser mon livre quelques minutes pour reprendre mes esprits, souffler et me dire "oh chiasse !". Oui oui, j'étais obligé de jurer tant les surprises sont immenses et les révélations imprévisibles et inouïes. Tout dans cet ouvrage est renversant. Incroyable. Inhabituel. Frappant. Unique.
On pénètre véritablement au coeur d'un tourbillon de sensations. Jusqu'à la fin du livre, nous sommes bousculés, poussés en dehors de notre zone de confort, ce qui est juste ensorcelant. Dans les dernières pages, tout s'accélère. Tout devient encore plus saisissant, plus haletant. Chaque ligne nous coupe le souffle et nous déchire le coeur. J'ai refermé le roman avec tout un tas d'émotions encore brûlantes en moi : horreur, passion, choc, surprise, torpeur... Un cocktail mystérieux qui m'a laissé un étrange goût dans la bouche. Mais je sais une chose : j'en veux encore.
En résumé, je ne peux pas vous conseiller ce livre. Ô ça non. Je vais vous forcer à vous le procurer. Kaleb est un ouvrage rare et puissant. Les personnages sont juste extraordinaires, l'intrigue est diaboliquement séduisante, et tout n'est qu'euphories violentes. J'ai adoré ce livre. Attendre la suite s'avère déjà atroce. Je suis comme en manque. A travers ses mots, Myra Eljundir a su toucher mon âme et mes émotions. A me rendre accro. Kaleb est une vraie drogue. C'est tellement mal d'éprouver tant de plaisir. C'est si bon d'être mauvais.

par Jordan
Kaleb, Tome 3 : Fusion Kaleb, Tome 3 : Fusion
Myra Eljundir   
http://wandering-world.skyrock.com/3195600873-KALEB-T-3-FUSION.html

Oh my ! Il y a tellement de choses à dire à propos de FUSION ! Ce roman, c'est un monstre, un pur ovni de la littérature YA. C'est bien la première fois de ma vie que je lis une histoire aussi étrange et aussi obsédante. Je dois bien l'avouer : la trilogie KALEB m'a envoûté et m'a hypnotisé du premier au dernier volet. FUSION clôt à merveille cette saga, car c'est un opus qui répond à absolument toutes nos questions, tout en nous laissant la possibilité d'envisager bien des futurs pour nos héros qu'on adore détester. Malgré tout, je suis un peu plus mitigé qu'après ma lecture des deux premiers romans. En effet, FUSION est véritablement un récit à part, qui se détache à la fois de KALEB et d'ABIGAIL, mais également de tout ce qu'on peut connaître et expérimenter en termes de voyages livresques. J'ai vraiment vécu quelque chose d'unique et de particulier, et je ne sais pas encore si j'ai aimé ou détesté ça. D'un côté, je suis frustré, car Kaleb est assez absent du récit. A contrario, je suis également hyper satisfait et ultra impressionné du travail de l'auteure sur son univers. Bref, la trilogie KALEB ainsi que FUSION n'ont jamais rien fait pour me faciliter la tâche côté émotions et, ça, j'adore !
Le truc vraiment spécial avec FUSION, c'est que c'est un roman... Qui nous parle d'un roman. En effet, ce troisième opus de la saga KALEB nous offre de très nombreux extraits du Livre du Volcan. Ainsi, nous nous retrouvons confrontés aux histoires des EDV (Enfants Du Volcan), chose qui m'a particulièrement étonné. Je ne m'attendais absolument pas à ce que Myra Eljundir (si cette personne existe vraiment, d'ailleurs !) emprunte un tel chemin ! Du coup, j'ai eu besoin d'un peu de temps pour me faire à l'idée qu'on ne suivrait pas que Kaleb dans cette histoire. Je l'avoue, j'ai été déçu et un peu frustré. Kaleb m'a ÉNORMÉMENT manqué. Son histoire m'a toujours irrémédiablement attiré. Sa personnalité, son don, son caractère, ce qu'il projette, tout cela m'a TOUJOURS passionné et enivré. J'étais tellement impatient de pouvoir réitérer ces expériences que voir mes désirs mettre plus de temps à être assouvis m'a mis un petit coup au moral. J'ai profondément craqué pour Kaleb, c'est officiel. Il y a quelque chose d'envoûtant, de chaotique, de sensuel, de charnel, d'hypnotique, de sulfureux, d'inoubliable et de destructeur chez lui. Quelque chose qui nous pousse à sans cesse en redemander plus. Plus, plus, plus. Plus de Kaleb Helgusson. Vous l'aurez compris, une grosse part de ma "déception" provient du fait que le héros de la trilogie ait été effacé au profit d'une histoire encore plus complexe et encore plus intrigante. C'est un peu paradoxal, mais c'est exactement ça. J'ai aimé les éléments qui ont "remplacé" Kaleb, mais j'aurais encore plus aimé retrouver ce héros de la manière dont c'était le cas dans les deux précédents romans.
Concernant le Livre du Volcan, houlalalala ! Myra Eljundir est dingue, c'est sûr. L'auteure part tellement, tellement, tellement loin que je n'ai pu que rester admiratif et ébloui devant autant de travail. C'est juste B-R-I-L-L-A-N-T. Surtout que cela explique pourquoi Kaleb doit être estompé du paysage. D'où le fait que je sois perdu, en fait. Parce que je pardonne aisément à Myra le choix de faire disparaître son héros pour nous livrer un récit aussi mystérieux et envoûtant que celui du Livre du Volcan. Le Livre du Volcan, c'est une histoire gigantesque, ultra sophistiquée et subtile, à laquelle il faut vraiment s'adapter. J'ai eu besoin de beaucoup de temps pour me mettre dans le bain, en fait. On pénètre vraiment au cœur d'un tout autre univers, alors qu'on voyage déjà au beau milieu d'un monde lui-même hyper bien construit et possédant sa part de complexité. Préparez votre concentration pour dévorer ce roman, c'est un conseil !
Rencontrer Wothan, Edda, Hermeda, Järell, Östan ou encore Loki a été une aventure exceptionnelle. Vraiment. Une fois que je suis parvenu à me faire au Livre du Volcan, j'ai été aspiré dans un ouragan de rebondissements et de surprises à couper le souffle. Tous les protagonistes cités précédemment sont HYPER HYPER HYPER profonds. Ils sont tellement bien décrits, tellement authentiques et tellement humains qu'ils en paraissent presque réels. Ils sont presque là, avec nous. C'était pratiquement palpable, bordel ! Myra Eljundir est parvenue à donner une profondeur juste démente à ses héros. J'en suis encore tout retourné ! C'est juste un truc de dingue ! Leurs histoires s'entrecoupent, se croisent et se recroisent, s'entrechoquent pour nous faire halluciner et nous consumer. Puis elles nous mènent logiquement à l'histoire de Kaleb et, là, c'est carrément l'implosion.
Myra Eljundir est vraiment allée loin. Je me répète, mais vous comprendrez ce que je veux dire lorsque vous lirez le roman. Tout est si... Immense. J'ai vraiment eu l'impression d'avoir affaire à quelque chose d'énorme. A un monstre. Je n'arrive pas à m'enlever cette image de la tête. KALEB T.3 est un monstre, tout simplement. Plus on tourne les pages du Livre du Volcan, plus nous sommes possédés par cette espèce d'avidité et de curiosité toxiques qui rampaient déjà dans chacune de nos cellules depuis notre lecture du premier volet : quel sera le dénouement final de cette histoire ? Entre le récit des premiers EDV et les passages où nous retrouvons Kaleb, je vous assure que notre patience est mise à rude épreuve. J'ai vraiment été conquis par les moments relatés au présent, où nous rejoignions enfin Kaleb et ses acolytes. Malheureusement, j'ai trouvé que trop peu de place et d'importance leur était accordée. C'est dommage, car ils sont pourtant ultra intéressants et nécessaires au fil conducteur de l'intrigue. Si les choses avaient été un peu plus approfondies les concernant, tout aurait été parfait !

par Jordan
Kaleb, Tome 2 : Abigail Kaleb, Tome 2 : Abigail
Myra Eljundir   
le tome 1 était la découverte d'un nouvel univers plutôt déconcertant, et certains ne souhaitaient pas continuer avec cette saga, c'est vrai il n'a pas été facile de se retrouver dans la tête d'un empathe comme Kaleb. Mais passé cette appréhension on se laissait pourtant entraîner par la noirceur et la détresse de Kaleb. Et bien, je suis contente de continuer cette lecture, car ce second tome est encore meilleur !
Sensualité, Action, Trahison, Tension, Émotion, Révélation, Rythme, voilà qui résume ce que j'ai ressenti avec la lecture de ce tome 2. On va de surprise en surprise et on se surprend à espérer que tout se passe bien pour Kaleb, car je confirme ce que je disais après le 1er tome, Kaleb est diaboliquement attachant !
Cette saga est également riche de personnage plus mystérieux les uns que les autres, et dans ce tome, nous apprenons à les connaître et à percer leurs secrets, enfin en partie, car à chaque révélation, un doute nouveau s'installe, et tout ce qu'on croyait cousu de fil blanc ne l'est pas !!

Cette fois, et plus que jamais la prophétie est en marche, tous les pions sont en place !! Et si le mal n'était pas incarné par ceux qu'on croit ??!!!
En tout cas vivement le tome 3 (prévu pour fin Août 2013), car avec les révélations finales on ne sait plus du tout à quoi s'attendre, à part à une fin grandiose !

par coco69

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode