Livres
528 641
Membres
548 794

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Bibliothèque de Burpie : Liste de bronze

Au Bonheur des Dames Au Bonheur des Dames
Émile Zola   
C'est le Zola que je préfère. Une jeune fille qui semble banale mais qui va se métamorphoser quand elle devient vendeuse dans un grand magasin de Paris.

par Alienor
Crimes de sang-froid Crimes de sang-froid
Jérôme Leroy    Ian Manook    Olivier Norek    Sandrine Collette    Olivier Truc    Danielle Thiéry    Dominique Manotti    Hervé Le Corre    Franck Thilliez    Caryl Férey    Marcus Malte   
Je lis peu de nouvelles, mais j'aime bien à l'occasion lire ce type de recueil où l'on y retrouve plusieurs auteurs qui ont collaboré ensemble. Cela me permet bien souvent de découvrir de nouvelles plumes.

Ce petit recueil comportant onze nouvelles m'a tenue en haleine plus d'une fois. Quelques nouvelles sont ressorties du lot, dont celles de Franck Thilliez et Olivier Norek.

Je préférais tuer avant la fin du film — Franck Thilliez
Je ne connaissais pas la plume de cet auteur, mais je vois souvent son nom sur la blogosphère et je viens de saisir pourquoi il est aussi apprécié. Après la lecture de cette nouvelle, j'en ressors plus que charmée et je prévois lire très bientôt les romans qui lui ont permis d'obtenir cette notoriété. Tout au long de cette courte nouvelle, je me demandais vers où l'auteur nous amenait et puis la fin nous assomme. Un coup sublime et surprenant!

Je suis encore là — Olivier Norek
Cette nouvelle n'a pas été aisée à lire, car le protagoniste est un serial killer qui s'en prend à des jeunes filles. Cela m'a donné des frissons de frayeur. De plus, l'auteur nous atteint en utilisant un style narratif qui nous accroche complètement. Et lorsqu'on arrive à la fin et que l'on lit les notes de l'auteur concernant cette nouvelle, je dois avouer que cela m'a complètement surprise. Cela a ajouté une dose de frayeur! Encore une nouvelle qui m'aura permis de découvrir un auteur.

Une affaire de femme — Dominique Manotti
Dès le premier chapitre, j'ai immédiatement vu le lien entre cette nouvelle et le roman Racket que cette auteure a écrit. Cette fois-ci, c'est un condensé du roman, mais avec la vision d'un personnage secondaire. J'ai eu un peu de difficulté à adhérer au roman, mais la nouvelle m'a charmée.

En résumé, ce petit recueil fut bien intéressant à lire et j'aurai fait de jolies découvertes. Par contre, certaines nouvelles m'ont laissée plutôt froide. Sur onze auteurs différents, je crois qu'il y en a pour tous les goûts. Et maintenant, il me reste à explorer les romans des auteurs qui m'ont séduite! Je sens que ma wishlist va augmenter...

http://alapagedesuzie.blogspot.com

par alapage
Destination vide Destination vide
Frank Herbert   
premier tome du Programme Conscience, il s'agit d'un huis-clos entre scientifiques et hommes de foi afin d'envisager puis de construire "quelque-chose" de vivant, de conscient et bien entendu de bien disposé envers son créateur, syndrome de Frankenstein oblige.
Pas d'action ici, les protagonistes ne font que parler. Mais l'auteur maîtrise le sujet philosophique, ainsi que mathématique, et on a vraiment l'impression de voir petit à petit apparaître une vraie conscience (intelligence) artificielle, et, tout comme les personnages enfermés dans ce petit vaisseau, on espère que ça se passera bien !
Donc, au final, livre "statique" mais prenant.

par philibert
Docteur Sleep Docteur Sleep
Stephen King   
J'ai mis du temps, j'ai eu du mal, mais je l'ai fini... Je ne lisais plus de King depuis des années, mais ayant adoré Shining, je me suis dit "pourquoi pas".
Pas un mauvais roman en soi. De l'intrigue, du suspens, pleins de références et d'échos avec Shining...
Mais... un livre qui tire en longueur. Et des explications que j'ai trouvées tiré par les cheveux. [spoiler]Comme le lien de parenté entre Dan et Abra. En quoi était-il utile? Jack Torrance avait déjà tant de défauts. Son amour pour sa famille était sa qualité rédemptrice, pourquoi lui ôter ça en lui créant une famille illégitime? Et le Don est sensé être une qualité aléatoire.. ça a un peu gâché le tout à mon goût.[/spoiler]
Je suppose que les inconditionnels de King adoreront. Alors vous, foncez. Les autres, si vous avez abandonné King depuis des années, pourquoi pas, mais n'en faites pas une priorité.
Dôme, Tome 1 Dôme, Tome 1
Stephen King   
voilà enfin depuis longtemps un "très grand" stephen King!
on y retrouve ces sujets préférés,la religion,la politique et l'armée.Il nous sert avec ce roman une histoire terrifiante,il prends plaisir à nous faire peur avec cet isolement que subissent les habitants de cette ville,il nous oblige à jouer les médecins fous et voyeurs qui observeraient ce petit monde,au microscope,en train de se battre contre une dictature abjecte et soudaine,contre l'horreur de se retrouver en cage,prisonniers de ces instincts les plus vils et les plus laids.
je tiens à remercier ce grand auteur qui a su retrouver avec Dôme son talent de compteur de l'horreur.
Dôme, Tome 2 Dôme, Tome 2
Stephen King   
Je n'ai pas voulu faire d'interruption dans ma lecture tellement j'étais à fond dans l'histoire, si bien que j'ai enchaîné avec le Tome 2 de "Dôme" aussitôt après avoir fini la lecture du Tome 1. Au fil des événements liés à l'arrivée du Dôme, les groupes commencent à se former dans la population de Chester Mill. Les bons qui sont avec Barbie d'un côté, et les mauvais qui ne voient que par le pouvoir et l'autorité et dont Jim Rennie est le leader, de l'autre. C'est d'ailleurs à cause de ses agissements sans cesse malhonnêtes et malsains que la petite ville sombre peu à peu. La résistance du clan de Barbie se met en place progressivement et cherche à trouver l'origine de ce "Dôme" qui est survenu du jour au lendemain sur cette petite ville du Maine et a emprisonné ses habitants sans explications. D'où vient ce "Dôme"? Pourquoi est-il là? Et à quoi sert-il? L'explication est assez fidèle à son auteur finalement : un peu irréelle et tirée par les cheveux mais n'enlève rien au talent d'écriture de Stephen King qui nous embarque dans une histoire que lui seul est capable d'inventer. D'ailleurs, je suis contente de n'avoir eu ces révélations qu'à la fin de l'histoire parce que si l'envie de savoir était présente, elle ne prenait pas le dessus sur l'envie de suivre les nombreuses aventures des habitants de Chester Mill. Le nombre important de personnages ne m'a pas gêné outre mesure et je n'ai pratiquement pas regardé le glossaire mis à notre disposition dans le premier Tome. J'aime assez les histoires riches en personnages. Si, de temps en temps, je me perdais dans les noms, Stephen King, spécialiste du détails, savait me guider dans cette petite population, si bien que j'arrivais assez vite à retrouver le fil de l'histoire et à suivre les péripéties de certains habitants. Le côté très pervers de la nouvelle Police locale, qui est en théorie là pour protéger les habitants suite aux événements, m'a beaucoup dérangé mais finalement pas trop surprise. On constate que le pouvoir si il est aux mains de gens malhonnêtes peut engendrer le chaos. La population ne pouvant absolument pas compter sur une aide extérieure doit faire face à une situation de crise qui, peu à peu, va se dégrader. A la fin de l'histoire, on se croirait presque en temps de guerre. Si certaines personnes se sont rapprocher pour s'entre-aider, d'autres, au contraire, se sont déchirés et entre-tués pour survivre. Stephen King ne nous épargne pas les détails. Il a su, à mon avis, recréer une situation catastrophe à l'échelle d'un petit bled de son cher Maine natal assez crédible. Son histoire m'a fasciné par sa réalité malgré les conditions irréelles, si bien j'ai eu un peu de la peine à quitter tous ses habitants qui m'étaient devenus si vite familliers, même si je ne regrette pas Jim Rennie. Ce roman en deux Tomes ou plutôt ce gros "coup de coeur" m'a redonné goût à l'auteur que j'avais délaissé pendant un certains nombres d'années. Désormais, c'est sûr, je ne laisserai pas passer autant de temps avant d'ouvrir un nouveau livre de Stephen King...

par Val88
Gare à Lou ! Gare à Lou !
Jean Teulé   
Comment vous dire ?! Heu ... ben ... donc ... perplexité ! Grande fut mon hésitation à entamer la lecture de ce nouveau Teulé et grand aussi mon embarras pour vous en faire la critique,
Autant j avais été conquise par la prose et l humour noir du roman « Le magasin des suicides », autant déçue par « Le Montespan » et « Entrez dans la danse » deux lectures d ailleurs abandonnées ... à priori ma préférence s oriente, pour cet auteur, plus vers ses romans d anticipation plutôt que ses romans historiques ... Ca tombe bien ! me dis-je, avec « Gare à Lou ! » Teulé revient justement dans le genre roman d anticipation !
Oui ... mais mon ressenti est tout en « mi » : mi-prenant, mi-captivant, mi-gonflant même ... Mitigé quoi !
En bref l histoire, qui se déroule dans le futur : une jeune-fille, Lou,découvre, du jour au lendemain, qu elle possède un don. Face à la méchanceté et l injustice, lorqu elle souhaite du mal à quelqu’un, son souhait se réalise illico. Ce pouvoir est très rapidement repéré par le gouvernement qui voit en Lou une « Arme » redoutable et va donc, en quelque sorte la recruter dans le but d éliminer ou nuire aux nations ennemies ... ce qui mène à des situations des plus loufoques ...
Alors voilà, mes points positifs : un bon univers futuriste, notre président étant un extravagant hypocondriaque, un humour décalé plutôt sympa et surtout une écriture poétique avec des détournements de mots à la « Boris Vian » : gratte-ciel devient « écorche-cieux » et d autres à découvrir ..
Et mes points negatifs : un manque d approfondissement du personnage principal, un ressenti de « trop » dans l enchaînements des situations, un final décevant.
Pour conclure, donc, un sentiment bien mitigé : je pensais : Teulé on n aime ou on n aime pas et bien, là pour le coup, Teulé j aime ET j aime pas !

par Cetsak
Joyland Joyland
Stephen King   
Les forains sont là pour nous vendre du bonheur, et Stephen King également. Quelle merveille ce livre !

Bien sûr, les fans du style pur et angoissant de l'auteur seront sûrement déçus. Le côté horreur est quasiment inexistant, et le fantastique n'est présent que de manière très classique et discrète. Non, Joyland n'est pas un roman d'épouvante. Mais ça ne lui enlève rien à son charme.

J'ai été transportée dans l'univers des parcs d'attractions et des forains. L'auteur décrit un monde vraiment très riche, nous introduit dans cet univers un peu à part avec ses propres règles, ses propres traditions, son propre langage. C'est coloré, joyeux, et ça brille de bons sentiments et de positivisme, mais sans jamais devenir dégoulinant.

L'intrigue et le suspense, bien qu'en arrière plan, sont comme toujours, rondement menés et j'ai été surprise par le dénouement de l'histoire (même s'il fallait s'en douter, connaissant l'auteur !).

Les personnages sont vraiment très attachants. Voir évoluer Devin au court de ces quelques mois de sa jeunesse nous offre une belle leçon d'apprentissage sur la vie. Et comment ne pas être touché par Erin, Tom, Mike et tous les autres...

Une excellente surprise, qui colle le sourire sur les lèvres et donne envie d'être jeune tout en faisant passer un bon moment de lecture.

par x-Key
L'Empire Brisé, Tome 1 : Le prince écorché L'Empire Brisé, Tome 1 : Le prince écorché
Mark Lawrence   
Avis à tous ceux qui cherchent un bon antihéros : vous êtes ici chez vous ! Dès les premières pages (dès le résumé, en fait), on est absolument sûrs d'une chose : Jorg est un connard de première. C'est un menteur, arrogant, ambitieux, meurtrier, violeur et mangeur de cœur (oui oui)... Et pourtant, comme il nous le dit si bien : "Il y a du sang sur ces mains, mais je n’ai pas l’impression d’avoir péché". Parce qu'il a malgré tout une intelligence incroyable, un passé ignoble, et une philosophie qui se tient. Alors non, ça n'excuse pas ses erreurs, et ça ne devrait pas nous faire l'apprécier mais... le style de l'auteur est tellement particulier, tellement entraînant, qu'on ne peut pas détester Jorg et que sa colère devient la nôtre, tout comme son refus de ressentir la peur, d'être manipulé ou encore de courber l'échine. Ne pas être du bon côté de la barrière, pour une fois, incarner la folie et la cruauté plutôt que les valeurs des héros traditionnels... ça change, c'est sûr. Et malgré tout, on a envie que Jorg s'en sorte, même si on compatit totalement avec la haine que les autres personnages lui vouent.

Ce roman est plein de colère, de sang, de boue, d'horreurs, mais il est étrangement addictif et fascinant. Le héros prend la vie avec une telle simplicité qu'on ressent, nous lecteurs, encore plus le poids de nos principes et de nos valeurs... dont Jorg est totalement dépourvu. Au final, le Prince Fou parvient à nous entraîner avec lui dans sa crasse, et on n'a qu'une seule envie... en redemander !
L'Enjomineur : 1792 L'Enjomineur : 1792
Pierre Bordage   
Cycle de Bordage ayant pour contexte historique la France des années post-révolution auquel l'auteur ajoute une petite dose de Fantasy.
J'ai trouvé qu'il fallait quand même avoir une bonne connaissance de l'Histoire de France (La Révolution, les révoltes en Vendée...) pour profiter au mieux de cet ouvrage. Vous me direz qu'on est tous censé connaître ça par cœur, mais bon bah voilà, c'est pas toujours le cas ;-)

par tolomas

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode