Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de C220905 : Liste de diamant

retour à l'index de la bibliothèque
Gardiens des cités perdues, Tome 5 : Projet Polaris Gardiens des cités perdues, Tome 5 : Projet Polaris
Shannon Messenger   
Je viens tout juste de terminer le tome 5. Comment dire que mon cœur est brisé ? Shannon Messenger m'a emporté encore une fois dans les cités perdues et je ressors de cette aventure boulversé.
La série Gardiens des cités perdues est LA série où on se pose un milliard de questions, les réponses ? Elles arrivent longtemps longtemps après. Et ce 5 tome n'a pas répondu à toute mes questions à mon grand désespoir.
Ce roman est tout simplement incroyable, j'ai vécu les aventures des personnages, leur peine, leur douleur, leur joie... J'avoue avoir bien ri à certains passages.
Pour ce qui est des personnages dans ce tome eeet bien j'ai eu un coup de cœur pour Tam. Dex a remonté dans mon estime. Keefe ? Et bien j'hésite encore, j'aime tellement ce personnage mais j'ai eu envie (et pas qu'une fois) de le baffer. Même chose pour Sophie. Elle est adorable et courageuse mais parfois elle m'exaspère. Pour ce qui est de Biana je la voie bien finir avec Dex héhé. Edaline et Grady sont tellement mignon, même si Grady est légèrement surprotecteur je l'adore. J'ai également adoré Sandor dans ce tome !
En fait, j'adore tous les personnages qu'a créé Shannon Messenger. J'aime particulièrement la noirceur ou la douceur caché de certains.

En bref, pour les fans émotifs de la série qui attendent avec impatience la sortie du tome 5 en français je vous conseille de préparer les mouchoirs. Tout ce que je peux vous dire sans vous spoiler est que vous ne ressortirez pas indemne de cette lecture.
J'attends avec impatience la sortie du tome 6 en VO pour le dévorer. L'attente risque d'être longue et douloureuse..

#TeamKeeper

par Jordane_
Gardiens des cités perdues, Tome 2 : Exil Gardiens des cités perdues, Tome 2 : Exil
Shannon Messenger   
Parfois, les tomes suivants n'arrivent pas à la hauteur du premier. Là, l'auteure a réussi à faire très fort puisque ce deuxième tome est tout simplement incroyable ! Et puis, Keefe est beaucoup plus présent et beaucoup beaucoup de lecteurs l'adorent ! Fitz aussi d'ailleurs...
Ah, Silveny et le crottin à paillettes, ça me fera toujours rire !

par LilaJune
Gardiens des cités perdues, Tome 1 Gardiens des cités perdues, Tome 1
Shannon Messenger   
OK, je rends les armes, je n'arrive même pas à exprimer une pensée cohérente sur ce livre. Oui, le côté école spéciale pour elfes fait penser à Harry Potter mais les ressemblances s'arrêtent là et c'est génial !
L'histoire est passionnante, complexe (mais pas trop, pour ne pas nous paumer au passage) et surtout très drôle. J'ai pas mal rigoler toute seule (oui, oui, ça fait très débile, je l'admets) tellement je trouvais les répliques ou les situations hilarantes.
J'adore les personnages, bien travaillés avec chacun leur personnalité bien à eux et leur manière d'être drôles. Même si c'est vrai que je n'aime pas les méchants (nooooon ? Vraiment ?)
Bref, cette série est super et... bah c'est tout en fait !

par LilaJune
Gardiens des cités perdues, Tome 3 : Le Grand Brasier Gardiens des cités perdues, Tome 3 : Le Grand Brasier
Shannon Messenger   
Que dire ? Et bien, ce livre est certainement le meilleur de la série. Il est juste génial. Cependant, du coup, c'est dur de trouver rien qu'un seul point négatif donc je vais parler un peu sur chaque personnage et sur certains passages.


[spoiler]Tout d'abord, Keefe :
On en apprend beaucoup sur sa famille et sur la façon dont il est traité, ce qui je trouve nous aide à le comprendre. Je l'ai parfois trouvé plutôt lourd et la plupart ( fin la moitié ou le tiers plutôt ) de ses réflexions ne s'avéraient pas souvent utile. J'ai trouvé ça assez dommage compte tenu qu'une des choses qui m'attache le plus à lui soit son humour qui, je vous le rassure est quand même présent. Je trouve qu'il apporte vraiment de la fraîcheur dans se livre quand il n'est pas un "boulet" question réplique.
Le fait que sa mère soit impliquée chez les rebelles et tellement triste et horrible... Je félicite grandement l'auteure pour avoir su nous faire autant ressentir ses émotions tout au long du livre.

Dex :
Ah ce cher Dex ! Et bien je dois avouer que je suis déçue ( et pas qu'un peu ) par son caractère dans ce tome.
Déjà, je trouve qu'il fait trop peu d'apparition au début du livre, bien que chacune soit magique.
Je le trouve tellement mignon quand il essaye de faire plaisir à Sophie. Le fait qu'il lui offre une bague et qu'il soit si attentionné m'a fait m'attacher encore plus à lui.
Cependant, quel a été ma déception par la suite. A partir du moment où tout le monde sait qu'il est Technopathe et que tout le monde s'intéresse à lui, il prend la grosse tête et abandonne litérralement Sophie. Il commence à lui cacher des choses et je l'ai beaucoup moins apprécier à partir de ce moment.
Mais le ponpon c'est bien entendu quand on se rend compte que c'est lui qui a fabriqué la punition de Sophie. Même si il ne savait pas à quoi ça pourrait servir, comment à-t-il pu faire ça ? Même par le suite et malgré toute sa culpabilité ( d'ailleurs il n'a pas semblé trop en souffrir ! ) je n'ai pas pu lui pardonner.

Fitz :
On le retrouve comme toujours. Je trouve que c'est le seul qui n'a pas changé au cour de la série. Il est toujours le même. Le fait qu'il ait lié une intime connexion avec Sophie est très bien.
Seulement... J'aimerais vraiment savoir ce qu'il a dit à son subconscient pour qu'il le laisse entrer ! ça à l'air tellement important et personnel !
J'adore vraiment Fitz ( peut-être est-ce dû au fait que ce soit le premier personnage inventé dans GDCP )

Sophie :
Sophie, Sophie, Sophie...
Et bien je ne sais pas trop quoi dire d'elle...
Elle est vraiment trop mature pour son âge mais pourtant ça ne m'a pas dérangé. Ni non plus le fait qu'elle soit parfois complètement "immature".
Je ne comprends pas le fait qu'elle ait pu pardonner ( même à moitié ) Dex !
J'aime bien son attitude avec Fitz bien que j'aimerais qu'elle ait le même comportement avec lui que dans les 2 premiers tomes.
Comment tout les gens peuvent le détester ?
Comment peuvent-ils tous ne retourner contre elle ?
Ne se rendent-ils pas compte qu'elle n'y ait pour rien ?
Les elfes, ce peuples si pacifique, si gentil ( en apparence apparemment ), comment peuvent-ils faire des atrocités pareil en croyant que c'est pour le bien de leur peuples ?
Comment peuvent-ils le supporter, eux si souvent rongés par la culpabilité ?
Non vraiment je n'ai pas compris...
Sinon c'est une héroïne courageuse dont, je dois l'avouer, je ne comprends pas toujours ses choix.

Jolie : ( et oui ! Elle a le droit à son petit paragraphe !^^ )
Et bien comment dire...
je la déteste. Pour aucune raison valable certes, mais je ne peux pas la supporter.

Voilà. Je ne vais pas faire tout les personnages non plus !

Non mais sérieux ? C'est quoi cette histoire de bureau des Unions ? ça m'a fait trop rire, la méthode qu'avait les elfes !
Je plains Sophie là !
Parce qu'au début, je me suis dit qu'ils ne trouveraient personne à mettre sur la liste ( à part peut-être Fitz ) et puis après, vu comment ils la détestent bah j'ai un doute qu'ils y mettent grand monde !
Cette histoire me fait quand même beaucoup penser à la technique des rois d'unir leur enfants qu'à un enfant du royaume allié.

Sinon pour l'histoire...
Elle commence calmement comme les autres mais à partir de la moitié du livre elle prend un tournant très sombre et diabolique. On se retrouve dans un univers de ténèbres où le Conseil, qui bien qu'il ait ses défauts, perd la boule et commence à devenir fou. Ils prennent des décisions extrêmes, se retourne contre les mauvais ennemis, font des choses horribles à Sophie alors qu'avant ils la protégeaient. Il y a une chose que j'aimerais savoir.
Pourquoi ?
Pourquoi ce retournement soudain ?
Pourquoi faire vivre des choses pareil à Sophie ?
Pourquoi ?
( trop de pourquoi, trop de comment. )
Ah et un dernier !^^
Pourquoi Bronte devient comme ça ? C'est juste incroyable ! Tout les Conseillers gentils deviennent méchant et celui qui l'est le plus est contre les choses horribles qu'ils veulent faire ! C'est insencé !

[/spoiler]
Quand j'ai lu j'ai vraiment eu l'impression de faire un bon d'une histoire à une autre.
Comment aurait-on pu s'imaginer que GDCP, un livre jeunesse si gentil malgré le thème, pourrait devenir comme ça.
Ce livre nous plonge vraiment dans un univers noir, où on ne peut qu'à peine réfléchir tellement l'histoire nous emporte dans de sombre recoins.

Mais malgré cela l'histoire me fait rêver. GDCP est de loin mon livre préféré et ce tome est le meilleur.
Ma seule déception ?
Que ce monde n'existe pas.
Que ces personnages n'existent pas.
Que nous ne puissions jamais vivre une histoire pareil, aussi triste que joyeuse.

Je n'ai plus rien à dire à présent. Tout le reste ne peut s'exprimer avec des mots.


PS : Un petit point négatif quand même...
Certaines des traductions ne sont pas bonnes et rendent la compréhension de la phrase, plutôt difficile.
Mais cela n'en concerne que quelques unes.

par Hurane
Gardiens des cités perdues, Tome 4 : Les Invisibles Gardiens des cités perdues, Tome 4 : Les Invisibles
Shannon Messenger   
Certains auteurs écrivent des romans merveilleux. Des romans qui vous touchent, qui vous font rire et pleurer, qui vous rendent vos douze ans. C'est le cas de Shannon Messenger. Quand j'ai terminé le premier tome de Gardiens des Cités Perdues, j'ai eu beaucoup d'espoir pour la suite. J'ai bien fait, tant le second tome a été à la hauteur de mes espérances. Je me suis estimée chanceuse d'avoir été à nouveau conquise par le troisième opus, plus encore que par les précédents. Mais j'ai osé douter, avant de commencer ce tome-ci. L'auteur arrivera-t-elle à nouveau à me surprendre et à se surpasser ? Alors que je refermais le livre, le coeur gros et les yeux encore humides, je me suis dit que oui, définitivement, ce quatrième tome avait été encore meilleur que les précédents.
Si, avec les trois précédents romans, Shannon Messenger avait réussi à malmener mon coeur, elle m'a carrément anéantie avec celui-ci. Je ne m'en remets toujours pas. J'ai passé une partie de la nuit à fixer le plafond, totalement dans le déni, une fois le livre terminé. Et le pire, c'est que j'ai adoré ça. Dans cette saga, rien n'est jamais gratuit, chacune des 655 pages est indispensable, que ce soit au niveau de l'avancée de l'intrigue, de l'exploration de l'univers ou de l'approfondissement des personnalités des personnages. Faisons une pause pour l'applaudir.
Les Invisibles est très différent des autres tomes. En effet, nous sortons de notre zone de confort et des lieux que l'on avait pris l'habitude de visiter régulièrement en même temps que Sophie. L'intrigue nous permet de nous rappeler à quel point l'univers imaginé par Shannon Messenger est vaste et bien pensé. Nous en apprenons plus sur différents peuples dont nous n'avions fait que survoler l'existence précédemment, mais nous découvrons surtout deux lieux qui étaient restés plus que mystérieux depuis le début de la saga : l'école Exilium et le quartier général du Cygne Noir. Et je ne sais pas lequel des deux j'ai préféré visiter.
Clairement, en découvrir davantage sur le Cygne Noir était presque un soulagement. Et Shannon ne se moque pas du tout de nous, elle lâche des révélations à la pelle : identités secrètes, nouvelles missions, lieux cachés… Même si ses membres gardent encore de nombreux mystères pour eux, l'organisation se dévoile un peu plus. C'était le parfait moment pour révéler à ses lecteurs de nombreux secrets qu'elle gardait depuis le début, tout en s'amusant à nous dévoiler discrètement des indices (j'en ai découvert un habilement caché dans ce tome, mais on ne me la fait pas, à moi !) alors soyez attentifs à tout ! Alors qu'une guerre semble se préparer, le rôle du Cygne Noir paraît être de plus en plus indispensable, surtout face à un Conseil elfique affaibli depuis les événements survenus dans le tome précédent.
Quant à Exilium, l'école alternative des bannis, ce fut clairement une bonne surprise. Je m'attendais à quelque chose de cliché pour s'opposer à l'éclat de Foxfire, et j'ai été vraiment émerveillée par ce nouveau lieu, sans parler de ceux que l'on y rencontre. Moi qui suis habituellement un peu refroidie par les arrivées tardives de personnages importants, je me suis tout de suite attachée à ceux que l'on rencontre ici. C'est encore une fois habilement joué de la part de Shannon Messenger, qui gère parfaitement chaque rebondissement de son histoire. Et surtout, qui prouve encore une fois qu'elle sait habilement créer des personnages crédibles et nuancés, tout en parvenant en quelques pages à leur composer un background complet en les rendant attachants et agréables à suivre.
Mais les nouveaux ne font pas de l'ombre aux personnages que l'on connait et aime depuis le tout premier tome ! C'est toujours un immense plaisir de les retrouver, comme on retrouve de vieux amis que l'on connait par coeur. À ce stade, on tremble pour eux, se rappelant que tour à tour, ils ont tous déjà exposé leur part d'ombre, et que la difficulté des aventures qu'ils vivent risque à tout moment de les faire basculer. Et l'auteur prend un vrai plaisir à jouer avec l'amour qu'elle sait que ses lecteurs portent à ses personnages principaux, pour les malmener crescendo jusqu'au final…
J'aimerais tellement vous en dire plus sur ce roman, mais je n'ai pas envie de vous gâcher quoi que ce soit, pas une seule ligne de ce pavé parfait. Partez juste extrêmement confiants, faites confiance à Shannon Messenger : si vous découvrez le quatrième tome, c'est probablement que vous avez apprécié les précédents. Croyez-moi, vous ne serez pas déçus. Choqués, attristés, traumatisés, peut-être, mais pas déçus. Oserais-je vous conseiller encore une fois de découvrir ce tome, cette saga ? Ça dépend. Vous voulez passer un des meilleurs moments de lecture de votre vie, ou pas ?

par Ombi37
Gardiens des cités perdues, Tome 6 : Nocturna Gardiens des cités perdues, Tome 6 : Nocturna
Shannon Messenger   
Génial !

Après avoir attendu une éternité le temps qu'il sorte (puis la fin du cinquième tome n'arrangeait pas les choses mais bon) je n'ai pas du tout été déçue. Shannon a une imagination fantastique, elle invente des trucs c'est juste incroyable ! Puis y a pleins de personnages secondaires qui apparaissent au premier plan on va dire, et on les redécouvre d'une certaine façon.
Enfin bref, j'ai plu qu'a attendre le septième tome *soupir*.
Je préviens ! Shannon n'a aucune pitié vu la facon de se finit le tome XD

par Noxy
Des bleus au corps Des bleus au corps
Clara Richter   
S’il y a bien une chose que j’adore lorsque je lis plusieurs ouvrages d’un même auteur, c’est lorsque l’auteur en question créé des liens entre ses différents romans. L’un des exemples les plus flagrants à mes yeux, c’est Sarah Dessen, chez qui l’on retrouve les mêmes personnages secondaires dans plusieurs romans, c’est fort sympathique parce que ça illustre bien à quel point « le monde est petit » ! Ce fut donc une belle surprise que de voir que Clara Richter semble également apprécier de genre de petit clin d’œil : j’ai eu la joie de recroiser, l’espace d’une scène, Alix et Elyas, héros de Ma bonne étoile ! Sachant que c’est mon coup de cœur pour ce premier roman qui m’a donné envie de découvrir Des bleus au corps, ça m’a fait vraiment plaisir de retrouver brièvement ces deux personnages. Ils vivent au-delà de leur propre roman, ils s’immiscent dans le quotidien d’autres héros d’une autre histoire … Histoire toute aussi émouvante que la précédente, d’ailleurs !

Un an après le décès de sa mère, Estelle vient de déménager avec son père. Nouvelle ville, nouvelle vie. Mais surtout, nouveau lycée … Le jour de la rentrée, malgré sa timidité, elle se lie d’amitié avec Eléonore et Etienne qui la présentent à leur petit groupe de riders. Estelle n’a jamais mis les pieds dans des rollers, mais elle se sent rapidement à l’aise. Seul Enzo, petit prodige du groupe, garde ses distances … distance qu’Estelle rêve de combler. Car elle ne peut le nier : elle se sent irrémédiablement attiré par le jeune homme, malgré son sale caractère, malgré ses sautes d’humeur … Peut-être parce qu’elle sent que, tout comme elle, Enzo cache une grande souffrance intérieure. Parviendra-t-elle à briser la carapace, à découvrir le secret d’Enzo ? Et surtout, parviendra-telle à l’aider, à apaiser ses tourments ?

Je dois l’avouer, au moment d’entamer ma lecture, et malgré toute mon envie de découvrir ce livre, j’avais un petit peu peur : peur de me retrouver face à un « remake » de Ma bonne étoile. Après tout, dans un cas comme dans l’autre, on a une fille et un garçon brisés par la vie, qui se rencontrent, et ça fait des étincelles … Mais fort heureusement pour moi, ce ne fut pas le cas ! Je me suis rapidement attachée à Estelle : c’est une jeune fille adorable, pleine d’empathie et de compassion, qui fait bien souvent passer le bien-être des autres avant le sien, qui aime profondément les animaux … et surtout, qui manque profondément de confiance en elle. Estelle apprend à vivre seule, sans la direction de sa mère, qui avait toujours son mot à dire sur tout et ne cessait de critiquer ses choix, ses actes, ses paroles … Il y a beaucoup de colère chez Estelle, une colère qu’elle n’ose pas exprimer, qu’elle n’ose même pas ressentir, et cela la rend incroyablement fragile. Malgré tout, j’ai eu quelques difficultés à m’identifier à elle : elle est bien trop fêtarde à mon gout ! C’est d’ailleurs le seul reproche que je peux faire à ce livre : présenter les fêtes alcoolisées comme une chose parfaitement normale à l’adolescence, et pour moi qui ait toujours eu horreur de ce genre de choses, cela me semble très cliché : non, tous les ados n’aiment pas se saouler à frôler le coma éthylique tous les samedis soirs !

Ce roman, c’est donc une histoire d’amour compliquée. Compliquée parce qu’Enzo n’est pas prêt à laisser quelqu’un découvrir ses secrets, ses faiblesses, ses souffrances. Compliquée parce qu’Estelle a ressenti cette douleur chez lui et tient absolument à l’aider, parce qu’elle l’aime, de toutes ses forces, de tout son cœur, de toute son âme. Elle l’aime tellement qu’elle est prête à le perdre, si cela peut le sauver … Voici l’une des grandes questions cachées derrière ce livre : que doit-on faire, lorsqu’on est tiraillé entre sa raison et ses émotions ? que doit-on faire lorsqu’on sait que suivre la voix de sa conscience, c’est prendre le risque de trahir un secret, de trahir la confiance que quelqu’un nous a accordé ? Pour Estelle, qui jusqu’à présent n’avait jamais eu l’occasion de prendre des décisions, puisque sa mère choisissait tout pour tout le monde, c’est un déchirement : elle va devoir faire un choix. Et on se sent tiraillée avec elle, et alors on souffre avec elle. Ce livre, c’est comme une cocotte-minute d’émotions : ça commence doucement, et puis progressivement, sans qu’on ne s’en rende vraiment compte, la tension augmente, enfle, s’accumule, et ça finit par exploser. Et alors arrive le final, ce final qui n’a rien d’une happy end à la Disney, ce final qui m’a littéralement fait éclater en sanglots, parce que c’est atrocement déchirant, comme final. On a tellement envie de la réécrire, cette fin !

Mais cette fin, elle se comprend. Parce que ce livre n’est pas seulement une jolie romance pour adolescentes. Ce roman, il aborde des thématiques sensibles, très dures : le deuil, la maltraitance, l’automutilation … Bien plus qu’un roman sur le premier amour, c’est vraiment un roman sur la souffrance que nous propose l’auteur. La souffrance qu’on s’inflige, que l’on nous inflige, que l’on inflige aussi, parfois … Cette souffrance que l’on peut soit tenter d’oublier, soit au contraire dont on veut se souvenir car elle fait partie de nous, de notre histoire, parce qu’elle a fait de nous celui ou celle que nous sommes … C’est vraiment un roman difficile, par moments, parce que cette souffrance est présente un peu partout, même lorsque les personnages tentent de la masquer. J’ai deviné beaucoup de choses bien avant qu’elles se soient « dévoilées », parce que les indices étaient nombreux … Et on est d’autant plus triste pour Enzo et Estelle que l’on sent que tout cela ne pourra pas finir bien, ce serait trop beau pour être vrai … On a envie d’y croire, jusqu’à la fin, on a envie que l’amour règle tous les problèmes, mais ce livre n’est pas une romance à l’eau de rose, alors forcément tout ne s’arrange pas comme sur des roulettes ! Pour ma part, j’espère bien recroiser le chemin d’Estelle et Enzo dans un futur roman de Clara Richter, afin d’avoir de leurs nouvelles, en espérant qu’elles soient bonnes, parce que je les aime bien, ces deux zigotos !

En bref, vous l’aurez compris, ce livre est un nouveau coup de cœur. C’est triste, oui, mais c’est beau. C’est dur, oui, mais c’est beau. C’est un très beau roman, très bien écrit. C’est un roman qui fait pleurer, mais qui fait sourire aussi. C’est une ode à l’amour et à l’espoir, à l’amitié et au pardon. C’est un véritable condensé d’émotions, qui aborde avec beaucoup de finesse, de douceur, de justesse, des thématiques graves, des sujets terribles … C’est un livre dont on ne ressort pas indemne, c’est un livre qu’on ne peut pas oublier facilement, parce que c’est un livre qui ne laisse pas indifférent. On ne peut pas s’empêcher de s’attacher à Enzo et Estelle, si fragiles mais si forts à la fois, si complexes, si humains … C’est un livre qui fait réfléchir sans que l’on ne s’en rende compte, un livre qui pose des tas de questions, un livre qui invite chacun à trouver sa propre réponse … C’est donc un livre que je conseille sans hésitation, sans restriction, parce que c’est un très beau livre, une très belle histoire portée par une très belle plume !

http://lesmotsetaientlivres.blogspot.com/2018/08/des-bleus-au-corps-clara-richter.html

par Aryia
Night School, tome 2 : Héritage Night School, tome 2 : Héritage
C.J. Daugherty   
Ce livre est juste un diamant, tout comme le premier !
Il est tout simplement superbe. A tous ceux qui hésitent à le lire, balayez vos appréhensions d'un ample geste de la main et plongez-vous dans ses pages ! Vous allez être époustouflés. Toujours aussi génial, bien écrit, c'est agréable de voir apparaître de nouveau personnages, comme Zoé, qui est mon coup de coeur, elle est fraiche et dynamique, et Nicole, que j'aime moins, mais quand même.

[spoiler]Ma seule déception, c'est qu'Allie ne soit plus avec Carter... Ils allaient si bien ensembles...

Pour cette histoire de taupe... J'ai peut-être une idée (Jerry Cole) mais j'attends le tome 3 pour valider mon hypothèse !

Et pour Jo... La pauvre quand même. Après, il faut bien avouer que ce n'est pas l'un de mes personnages préférés, c'est plutôt le contraire, mais bon, elle ne méritait pas de mourir.[/spoiler]

En tout cas, c'est un livre splendide, vraiment merveilleux, que tout le monde devrait avoir lu au moins une fois dans sa vie. Les autres manquent quelque chose, sérieux.

Hâte d'avoir le tome 3 entre mes mains, pour le dévorer comme les deux autres !
Night School, Tome 5 : Fin de partie Night School, Tome 5 : Fin de partie
C.J. Daugherty   
Et bien me voilà en mode nostalgique et oui je suis triste de dire au revoir à Allie, Carter, Sylvain et Cimmeria.
C.J Daugherty a su nous offrir un univers envoûtant, angoissant, oppressant, captivant et attendrissant, et ce pendant toute la durée de cette saga qui aura réussi à me faire vibrer sur la totalité des cinq tomes. Je suis tout simplement fan de cette auteure, de son univers, de sa plume, de sa saga et de Carter ... en bref, je suis totale addict de Night School !!!
Avec Fin de partie je m'attendais à de l'action, beaucoup. Je vous rassure tout de même, nous en avons et d'ailleurs ça démarre sur les chapeaux de roues !! Mais ici nous sommes plus dans la stratégie, la patience, la réflexion et l'attente. Nathaniel, Allie et Isabelle se livre à une véritable partie d'échec, et c'est celui qui placera au mieux ses pions sans se précipiter qui gagnera la partie !
Et autant dire que Nathaniel est très fort à ce jeu ! Mais c'est sans compter sur la motivation et la détermination d'Allie. En tout cas ce tome a surtout joué avec mes nerfs et ma patience. Rien ne se fait dans la précipitation, tout est calculé et réfléchi pour nous amener là où tout doit se terminer.
En résumé, même s'il m'a manqué un épilogue (juste pour voir ce que deviennent nos chouchous et parce que j'aime ça) ça reste un final qui clôture parfaitement cette saga qui aura su jouer avec nos nerfs et nos cœurs pendant trois ans.
Vous aimez le suspense, l'action, la stratégie, les trahisons, les doutes et les révélations, et bien avec Night School vous serez servis !

par coco69
Night School - Prequel Night School - Prequel
C.J. Daugherty   
a lire ici aussi :) .
http://nightschoolfrance.blogspot.be/search/label/chapitre%20bonus .
Complément plutôt sympa de ce qui se passe au moment où Cimmeria est attaqué.

par jOOh
  • aller en page :
  • 1
  • 2