Livres
528 880
Membres
549 174

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Je profitai du bain pour immerger mes oreilles et cesser de l’entendre. Je me sentais bien dans cette position. J’avais fermé les yeux. J’aurais voulu faire le vide dans ma tête, mais c’était impossible. Je revoyais tous ces visages croisés ce matin. Michel Sardou, Stephan Eicher, mon collègue qui ressemble à Pierre Bachelet, les deux autres ringards qui se prennent pour David et Jonathan... et puis Romain et sa piètre imitation de Francis Cabrel. J’avais toutes les raisons de m’inquiéter pour ma santé mentale.

Afficher en entier

Le reportage se poursuivit et on y voyait le maire partir à la rencontre des habitants du village venus apporter leur aide pour déblayer les ruelles. Cinq hommes turbulents l’accostèrent, et l’un d’entre eux lui déclara fièrement : "Vous allez être content monsieur le maire... on a débarrassé toute la place du marché !" Pas de doute ! Ce gars-là, c’était Framboisier, le chanteur du groupe Les Musclés. Il était accompagné de toute sa bande de joyeux lurons. Comme le maire, épaté, leur faisait remarquer qu’ils avaient abattu un travail de forçat, Framboisier lui répondit : "La fille du pharmacien nous avait préparé des pilules pour nous remonter. On les a avalées, ça nous a fait de l’effet !"

Afficher en entier

Bizarrement, ma première réaction fut de réfléchir en toute hâte à la meilleure façon d’annoncer la nouvelle à mon médecin : « Bonjour docteur. Depuis ce matin, je suis entourée de sosies. Comme je suis la seule à les voir, j’ai bien conscience qu’ils ne sont pas réels et qu’ils n’existent que dans ma tête. Pourriez-vous appeler les urgences psychiatriques ? » Sans oublier d’ajouter par un « S’il vous plaît », qui jouerait sans doute en ma faveur.

[Louise]

Afficher en entier

— Je suis désolé, Louise, mais je ne comprends rien à ce que tu me racontes. J’ai presque plus ma tête à moi, depuis toi !

— Ta tête ! Parlons-en de tête  ! Regarde-toi  ! Lui dis-je en l’empoignant par le bras et en l’emmenant devant un grand miroir accroché sur un mur du salon.

— Et bien… Quoi ma gueule   ! Qu’est-ce qu’elle a ma gueule ?

— Ah non ! Soit cohérent, s’il te plaît. Tu es Johnny ou Cabrel ? J’aimerais savoir… c’est déjà assez compliqué comme ça. »  !

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode