Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Cacoethes-scribendi : Liste d'argent

retour à l'index de la bibliothèque
La Passe-miroir, Livre 2 : Les Disparus du Clairdelune La Passe-miroir, Livre 2 : Les Disparus du Clairdelune
Christelle Dabos   
Les livres de Christelle Dabos méritent plus que le Diamant.
Que dire de ce livre à part que je regrette de l'avoir refermer aussi vite, que j'attend la suite avec impatience et que je vais très certainement me relire ces deux tomes de nombreuses fois d'ici la sortit du prochain, comment ne pas parcourir cet univers incroyable encore et encore et dire qu'on va avoir le droit à deux autres perles de ce genre (peut être plus).
Il se passe tellement de chose pour notre chère Ophélie dans ce tome, impossible d'en faire un résumé ou de dire ce que j'ai préféré (en même temps j'ai tout aimé donc...).
Gros coup de cœur pour Thorn.

Le troisième est en cours de rédaction et même si je suis impatiente, Christelle peut et doit prendre son temps, mais son imagination est tellement magique qu'on ne risque pas d'être déçu.
La Passe-miroir, Livre 3 : La Mémoire de Babel La Passe-miroir, Livre 3 : La Mémoire de Babel
Christelle Dabos   
Que d’émotions en refermant ce troisième tome.

Quand je claironne que La Passe-Miroir est mon nouveau Harry Potter, je n’exagère pas. C’est une histoire doudou, dans laquelle je me plongerai au même titre que dans HP en cas de coup de blues.

Le principal défaut de ce tome ? Le même que les autres : PAS ASSEZ ! Comment fait Christelle Dabos pour pondre des pavés de 500 pages trépidantes d’action dont on sort avec une impression de trop peu ?!
Ici, c’est particulièrement accentué par le fait qu’Ophélie est loin d’autres personnages importants : [spoiler]Bérénilde, Victoire, Archibald, Renard, Gaëlle et bien entendu la superbe Victoire qui m’a totalement charmée. Personnages qu’on ne voit que le temps de quelques chapitres beaucoup trop courts à mon goût…[/spoiler] De ce côté-là, c’est une petite déception.
Le personnage de Victoire est très prometteur ! C’était intéressant de voir le monde par ses yeux, j’ai hâte de la revoir !
Ca aurait pu être sympa également que le grand-oncle joue un rôle plus large, un peu comme Roseline.

Concernant l’intrigue, j’ai été ravie de constater quelques précisions bienvenues, accompagnées d’éclaircissements qui épaississent encore un peu plus le mystère comme Madame Dabos sait si bien les distiller. [spoiler]Un monde bien réel imaginé par une romancière, Eulalie Dilleux… une jolie mise en abîme ![/spoiler]
J’ai été un peu déçue de la méthode employée par Ophélie pour en savoir plus : adopter une nouvelle identité (procédé déjà utilisé avec Mime) et attendre de gravir les échelons. Pour un troisième tome, je trouve ça dommage de devoir recourir à de tels artifices.
Les nouveaux personnages rencontrés sur Babel ne m’ont pas plus charmée que cela, excepté Ambroise, Blasius et le Sans-Peur. Au passage, bravo à Christelle d’avoir intégré à l’histoire une personne handicapée et une personne homosexuelle, c’est assez rare (notamment en littérature jeunesse !) pour le souligner.

On pourrait croire que je trouve plus de défauts que de qualités à ce tome. Ce n’est pas le cas ! C’est simplement plus facile de mettre le doigt sur quelques défauts objectifs que sur les raisons qui font de ce roman un véritable page-turner avec une intrigue qui gagne en profondeur de tome en tome.

Le couple Ophélie/Thorn fonctionne sur les mêmes rouages qui en font un duo hors clichés ; ils évoluent peu à peu au plus grand plaisir de la fleur bleue qui sommeille au fond du lecteur. Une question demeure : quel est le problème de Thorn dans ce tome avec le désinfectant ?? Je suis tout ouïe si quelqu’un a compris ^^’

C’est une saga intelligente qui n’a de cesse de surprendre son lecteur et de lui faire se poser des questions à chaque nouvel indice, chaque révélation.

Dans ce tome précisément, Christelle Dabos dépeint sans équivoque une société dystopique où la censure et le contrôle de soi pour la cité est la règle. Pour une fois, on voit clairement comment une telle société se met en place et on sait que nos héros vont tout faire pour empêcher que ce modèle s’étende à d’autres arches. C’est un aspect que j’apprécie énormément dans cette série.

Maintenant il n’y a plus qu’à attendre le dernier tome. Je l’attendrai patiemment, mais avec de grandes expectatives !!
La Passe-miroir, Livre 4 : La Tempête des échos La Passe-miroir, Livre 4 : La Tempête des échos
Christelle Dabos   
Je viens de finir ce quatrième tome. Je viens de terminer la saga de La Passe-Miroir.
Très clairement, un sentiment domine, mais j’y viendrai plus tard.

Je voudrais commencer par saluer l’incroyable imagination de Christelle Dabos. Depuis le tome 1, on connaît son talent pour créer un univers riche et foisonnant, surprenant à de nombreux égards. Depuis le tome 3, on comprend que l’intrigue se déploie comme rarement dans un roman de fantasy. Cette saga m’a déstabilisée, car elle repose sur des ressorts totalement différents de ceux des autres romans fantasy, d’aventure. Tout était imprévisible. Ce tome 4 nous donne enfin les réponses à nos questions et, comme je m’en doutais, je n’ai pas encore tout compris à 100% à ces histoires d’échos, d’Autre et d’inversements.
Ce que je sais, c’est que ce tome, comme les précédents, m’a totalement immergée dans son univers et je suis ravie de ma lecture.

Mais tout de même, le sentiment prédominant, c’est la frustration. Certains passages m’ont bouleversée mais j’aurais voulu une autre fin (et je suis certaine que je ne suis absolument pas la seule…). [spoiler]J’aurais voulu une belle fin pour Thorn et Ophélie, enfin ! Avec un Thorn réparé et en paix, ils auraient pu être enfin heureux et libres…[/spoiler] Une fin pas forcément en apothéose, mais une fin plus glorieuse en tout cas ! Aussi, comme pour le tome 3, je suis frustrée de ne pas avoir plus vu des personnages importants [spoiler](Bérénice, Archibald, Victoire, la tante Roseline… Je les aimais tellement dans les deux premiers tomes que je suis déçue de leur peu de présence dans les deux derniers !)[/spoiler]

Je suis consciente que ce sentiment de frustration, c’est la preuve que le talent de Christelle fonctionne. Je sais aussi que l’intrigue est résolue et que c’est le principal. Mais je ne peux pas m’empêcher d’être un peu triste pour tous ces personnages, un peu délaissés au profit de l’Histoire.

Je vais sans doute cogiter encore un peu à propos de toute cette intrigue que Christelle Dabos a mis en place, Dilleux, l’Autre, les échos, l’Envers. Je vais aussi m’imaginer la suite de l’histoire avec cette nouvelle donne. Cela ne me dérange pas que la fin soit ouverte : la saga de La Passe-Miroir pourra ainsi continuer dans l’imagination de chacun.e d’entre nous…
Golem, Tome 1 : Magic Berber Golem, Tome 1 : Magic Berber
Elvire Murail    Marie-Aude Murail    Lorris Murail   
J'ai dû lire la série 2/3 fois et je devrais la relire. Car c'est le genre de livres qu'on lit au collège d'une certaine manière et on dont on comprend de plus en plus de choses en mûrissant et en ayant une connaissance du monde.
Dans ce premier tome, le plus chouette, c'est Golem, le jeu, et en particulier la manière dont Jean-Hugues se l'approprie. Jean-Hugues (pensez à M. Polochon dans Les Profs) se crée sa nana virtuelle, bien roulée avec les yeux verts qui scintillent au soleil, et joue à tuer les méchants avec. Et il a un dragon qui s'appelle Bubulle !
Et puis on voit la vie dans "la cité" : les jeunes ados, super attachants (même si on voit surtout Majid alias Magic_Berber dans ce premier tome), et leur famille, notamment leurs mères en courses qui achètent de la Pataprout (ah, l'histoire de la Pataprout !).

Non, vraiment, Golem c'est un vrai plaisir à lire, j'y repense avec beaucoup de tendresse.
C'est simplement dommage que les couvertures desservent le contenu, surtout pour le public que vise la série...
Je conseille ! Ne pas s'arrêter aux a priori ;)
Golem, Tome 2 : Joke Golem, Tome 2 : Joke
Elvire Murail    Marie-Aude Murail    Lorris Murail   
Un deuxième tout aussi bien que le premier.
On fait plus ample connaissances avec les autres jeunes : Sébastien, Aïcha, Samir.
Le déguisement de Joke est une très jolie référence à E.T. ;)
Golem, Tome 3 : Natacha Golem, Tome 3 : Natacha
Lorris Murail    Marie-Aude Murail    Elvire Murail   
Bubulle, l'animal de compagnie tout feu tout flamme :)
J'adore les incartades de fiction dans la réalité. Et là, un golem électrique, un dragon miniature, pour finir sur une Lara Croft blonde explosive qui s'appelle Natacha... J'adore !
Les aventures de tout ce petit monde continue : Samir, Sébastien et Majid d'un côté, Jean-Hugues, Nadia et natacha de l'autre, sans compter les personnages secondaires : la famille des personnages principaux...
Natacha est peut-être mon personnage préféré, avec Jean-Hugues :)

A découvrir !

Golem, Tome 4 : Monsieur William Golem, Tome 4 : Monsieur William
Lorris Murail    Marie-Aude Murail    Elvire Murail   
C'est dans ce tome que l'histoire se corse, que les choses sérieuses commencent.
La critique de la société de consommation se fait plus sentir, tandis que les personnages sont de plus en plus en danger.
Toujours un tome génial, qu'il faudrait que je relise pour avoir tous les éléments en tête.
Golem, Tome 5 : Alias Golem, Tome 5 : Alias
Elvire Murail    Lorris Murail    Marie-Aude Murail   
Dans ce tome, il y a de l'action, de la vraie !
Une fin en apothéose, même s'il est vrai que c'est un peu le bazar.
La fin d'une très bonne série qui touche à tout, qui mériterait d'être plus connue !
A Comme Association, Tome 1 : La Pâle Lumière des Ténèbres A Comme Association, Tome 1 : La Pâle Lumière des Ténèbres
Erik L'Homme   
Une série sympathique écrite en duo, avec ce qui était les deux meilleurs écrivains jeunesse fantasy du moment. Cela n'augurait que du bon et ça a été le cas.
J'ai adoré tous les clins d'œil fait dans la narration aux autres œuvres des auteurs et à de nombreuses autres choses, notamment grâce aux jeux de mots de Jasper (un jour, je relirai les livres et j'essaierai de ne passer à côté d'aucun, ce qui est difficile, certains étant vraiment fins !).
Ce n'est pas vraiment l'histoire en elle-même qui vaut le coup (par moment, elle fait un peu "feuilleton"), mais l'univers, l'ambiance, les personnages.
A Comme Association, Tome 2 : Les Limites Obscures de la Magie A Comme Association, Tome 2 : Les Limites Obscures de la Magie
Pierre Bottero   
On fait connaissance avec le personnage d'Ombe, aussi sombre et sarcastique que Jasper était candide et comique.
Ce personnage ressemble beaucoup au personnage type que Pierre Bottero a développé (adolescente fougueuse à l'enfance trouble, qui semble dure mais qui reste fragile au fond). Mais ce n'est pas très grave, car l'univers est très différent des habitudes de l'auteur, plus urbain.
Une bonne suite.