Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de cafelaitfalcon : Ma PAL(pile à lire)

retour à l'index de la bibliothèque
My Hero Academia, Tome 8 : Momo Yaoyorozu : L'Envol My Hero Academia, Tome 8 : Momo Yaoyorozu : L'Envol
Kōhei Horikoshi   
Mineta a vraiment rendu le tome fun avec toutes ces débilités. Le gamin adulte lui, a eu un portrait fort dégoûtant sur une planche. Pourquoi les vilains sont-ils si moches ? Après, concernant le camp d'entrainement franchement, là aussi, les exercices relèvent de l'improbable. La baston prend rapidement place et on a hâte d'être à la suite pour voir pourquoi ces vilains sont venus jusqu'ici, comment si possible et la manière dont les héros vont les gérer !
Platinum End, Tome 3 Platinum End, Tome 3
Takeshi Obata    Tsugumi Ōba   
Si l'action n'est pas au beau fixe, ce troisième tome n'en reste pas moins bon. Il nous donne un aperçu des tourments de Metropoliman, le pourquoi du comment il souhaite à tout prix devenir dieu, quitte à tuer froidement les autres candidats, y compris des innocents. Nous faisons la connaissance de Mukaido, un personnage étrange et pourtant très humain. Son histoire est touchante et sa volonté de mettre fin à la terreur de Metropoliman parfaitement compréhensible.

Les dessins sont de plus en plus beaux à mesure que les tomes défilent. Les auteurs font vraiment un travail remarquable. Il suffit d'ailleurs de s'attarder sur les couvertures pour le voir : celle-ci est vraiment sublime, de l'expression de Metropoliman aux couleurs de la jaquette.

La fin de ce tome ne laisse présager rien de bon pour Mukaido et Mirai ; Metropoliman entre en scène, déterminer à éliminer aussi rapidement que possible les candidats. Mirai pourra-t-il discuter avec lui sans se faire abattre par la flèche blanche au préalable ? J'ai hâte d'en être rendue au quatrième tome !

par Calypso-x
Platinum End, Tome 1 Platinum End, Tome 1
Tsugumi Ōba    Takeshi Obata   
Lien de l'avis : http://theshadowbooks.blogspot.fr/2016/05/manga-platinium-end-tsugumi-ohba.html

Platinium End est le nouveau manga du duo de génie Tsugumi Ohba et Takeshi Obata. Pour ceux qui ne connaissent pas, ce sont aussi les créateurs du manga Death Note mais aussi du plus discret Bakuman. Takeshi Obata est aussi le dessinateur de l’adaptation manga du light novel All You Need is Kill. Ce dernier fait sans aucun doute parti du top trois de mes dessinateurs favoris pour son trait (en concurrence avec Akira Amano de Reborn, et Yusuke Murata connus pour sa part pour Eyeshield 21 ou plus récemment One Punch Man). Alors avec l’annonce du grand retour du duo avec ce nouveau manga, je ne pouvais absolument pas passer à côté ! Réussiront-ils à créer un troisième manga à sensation ?
Mirai est un jeune homme assez sombre, puisqu’il suffit de moins d’une dizaine de pages pour qu’on assiste à son propre suicide. Il est las de la vie et veut y mettre fin. Il ne trouve pas le bonheur dans ce monde. Mais tout cela était sans compter sur l’intervention de l’ange Nasse qui le rattrape. En effet elle l’a choisi comme candidat pour un jeu de succession et lui offre la possibilité d’être soi-disant heureux. Le jeune homme se retrouve donc avec la mission d’être heureux et aura en sa possession un jeu d’ailes et d’une flèche rouge. Le premier est assez évocateur, quant au second, il permet de faire tomber la cible amoureuse de soi pendant un laps de temps de 33jours. Réussira-t-il à être heureux ? Que renferme réellement ce jeu de succession ? Mirai saura-t-il utiliser correctement les pouvoirs qui sont désormais entre ses mains ?
Je pourrais m’attarder beaucoup plus longuement sur l’intrigue, mais je vous laisse le découvrir par vous-même. L’histoire est sombre tout en gardant un style assez classique pour le moment. Et pourtant cela annonce beaucoup de rebondissements dans le futur. De toute manière, je n’ai presque qu’un doute sur la plume de Tsugumi Ohba. Contrairement à Bakuman qui n’avait rien de fantastique, Platinium End reprend sur de nombreux points le schéma qu’on a pu connaitre avec Death Note. Ici il est question de bonheur, Mirai veut être heureux et c’est dans l’optique d’un monde meilleur que Light Yagami va commencer à utiliser le Death Note. Nasse est un ange là ou Ryuk était un Shinigami, un ange de la mort. On peut même y voir un clin d’œil vu que Light demande a Ryuk des ailes pour voler à notre tendre Shinigami, hors Mirai possède ce pouvoir. Des éléments qui ne parleront absolument pas à ceux qui n’ont pas suivi les travaux du duo, mais qui sans contestation possible feront sourire ceux qui les connaissent bien.
Petit mot aussi sur les dessins, une fois de plus c’est du grand Takashi Obata qui nous offre un monde ultra détaillé, des traits clairs et précis. Ses planches aident sans aucun doute possible à l’immersion dans les aventures et c’est vraiment le duo, avec une écriture gérée d’une main de maitre et des dessins somptueux qui créent cette alchimie.
Petite note pour ceux qui seraient intéressés, Kazé propose en plus de la sortie des tomes en librairie, une publication simultanée sur leur site. En effet chaque mois, vous pouvez acheter le chapitre paru en format PDF. Pour ma part je reste fervent de la version papier (que j’aurais aimé un peu plus qualitatif surtout pour ce genre d’œuvre…) pour le ranger dans ma bibliothèque.

En conclusion, le duo Ohba et Obata est de retour pour mon plus grand plaisir, avec une œuvre qui fait écho à Death Note. J’ai vraiment hâte de pouvoir lire la suite de leur nouvelle histoire et de voir ou ils vont nous transporter une fois de plus. Je ne peux que vous conseiller le titre, et de foncéer lire leurs autres sagas si ce n’est pas déjà fait ! Je vous assure que vous n’en serez pas déçu !

Smokin' Parade, Tome 1 Smokin' Parade, Tome 1
Jinsei Kataoka    Kazuma Kondou   
Une superbe découverte, bien évidemment le fait que cela soit réalisé par l'auteur de deadman wonderland a pesé dans le choix d'achat, mais j'ai été agréablement surprise.

Un bon scénario couplé de personnages beaux, autant graphiquement que dans leur manière d'être. Ils sont badass, déjantés, parfois réalistes, mais la plupart du temps juste barrés. En clair, ils sont géniaux !

Un début fort en émotion et en baston... Hâte de connaître la suite. Voilà une série que je vais suivre avidement.
Le voyage extraordinaire, tome 5 Le voyage extraordinaire, tome 5
Silvio Camboni    Denis-Pierre Filippi   
Un peu déçue par le scénario... pour le coup j'ai eu du mal à me replonger dans l'histoire. Le tome 6 rattrapera sûrement cette petite baisse d'intérêt !
À la croisée des mondes, Tome 1 : Les Royaumes du Nord À la croisée des mondes, Tome 1 : Les Royaumes du Nord
Philip Pullman   
Alors je suis tombée dessus complètement par hasard, pcq j'aimais bien la couverture du tome 2.
J'ai cherché le 1, je l'ai trouvé et je l'ai tout de suis dévoré !!!!
Une trilogie Magnifique !!!!!
Pour ceux qui ne sont pas au courrant:
"Il était une fois dans le nord" relate la rencontre entre Lee Scoresby et Iorek !
"Lyra et les Oiseaux" 2 ans après la trilogie ! (Je ne le trouve pas sur Booknode) Je l'ai trouvé... Bof J'lai lu en 2h tellement il y a peu de page ! Mais c'est intéressant de savoir ce que Lyra devient !
"Le livre de la poussière" Pas encore sortis, et je n'ai aucune idée de la date de sa sortie, il se passe 4 ans après la trilogie, soit 2 ans après "Lyra et les Oiseaux". Dans se livre apparemment on comprendrait mieux la poussière, et on retrouverait nos personnages principaux !!!! :) D'après P.Pullman: "Ca sera un gros, gros livre" :)

par Fred_93
La Sorcière La Sorcière
Camilla Läckberg   
Le premier roman que j'ai lu de Camilla Lackberg et je suis tombé amoureuse du style d'écriture! Mais aussi de son personnage principale Erica et bien sûr de Patrick. Je suis épatée de la manière dont l'auteur nous dépeint trois époques différentes mais qui se réunissent ! On est constamment entouré de Twist et j'avoue que j'en suis devenue friande ! Le final m'a coupé le souffle ! Je recommande à 100%
Platinum End, Tome 2 Platinum End, Tome 2
Takeshi Obata    Tsugumi Ōba   
Je considère après avoir lu ce deuxième tome que l'histoire avance très lentement, mais dans un sens, je trouve que c'est bien. Ça nous offre la possibilité de mieux connaître les personnages et l'univers. D'ailleurs, plusieurs nouveaux personnages, candidats, feront leur apparition dans ce tome [spoiler]et malheureusement plusieurs perdront aussi la vie. [/spoiler]

D'ailleurs, ce que j'aime dans la nouvelle série des auteurs, c'est que l'histoire semble moins complexe que celle de Death Note. Avec Death Note, plus les tomes avançaient et plus le mystère se faisait dense et enchevêtrer. La chasse perpétuelle que menait Light et L pour se démasquer l'un l'autre était sans fin et les enquêtes que menait L devenaient parfois lourdes étourdissantes. Par contre, pour le moment, ce n'est pas le cas dans Platinum End. Nous ne ressentons pas une oppression, une nécessité à tout comprendre et à décortiquer. On se laisse aller par l'histoire et les personnages sans nous compliquer la vie.

par Enrika
Wonder Wonder
R.J. Palacio   
http://wandering-world.skyrock.com/3127404127-Wonder.html

Ouaw. Ouaw. Ouaw ouaw ouaw. On a tous déjà lu un roman qui nous a bouleversé et ému au possible. Qui nous a renversé et nous a coupé le souffle. Qui a changé notre perception du monde. Et qui nous a ouvert les yeux. Wonder fait partie de ces ouvrages. Je ressors de ma lecture totalement déboussolé et plein d'étoiles dans les yeux. Ce livre, c'est une pépite. Un cocktail d'émotions intenses et puissantes, qui restera certainement longuement gravé dans ma mémoire. Ouaw. J'en arrive même au point où je regrette réellement d'avoir déjà refermer le livre, parce que je prends peu à peu conscience que j'ai quitté August et sa famille. Wonder est une vraie baffe. Et, étrangement, c'est une baffe qui fait du bien.
En fait, plus j'avance dans mon avis, et plus je réalise à quel point je me suis attaché à Auggie. Purée, ça faisait vraiment très longtemps que je n'avais pas noué un lien aussi fort avec un personnage fait d'encre et de papier. Et, je dois bien le reconnaître, ça m'avait manqué. August est... indescriptible. Né avec plusieurs malformations faciales et ayant subi vingt-sept opérations, c'est un jeune garçon très différent des enfants "normaux". Dès le départ, j'ai su que l'histoire allait me plaire. Rares sont les romans qui abordent des thèmes aussi sensibles que les handicapes et le regard des autres. Et, avec August, nous en voyons vraiment de toutes les couleurs. J'ai ri. Beaucoup, d'ailleurs. Il y a de nombreuses blagues qui vous attendent dans ce récit, ainsi qu'une pointe d'auto-dérision et d'ironie qui m'a beaucoup plu. Les échanges entre August et son père sont à pleurer de rire, et ils m'ont procuré énormément de plaisir. J'ai eu les larmes aux yeux. Souvent. Très souvent, même. Voyez-vous, Wonder nous fait vivre l'ascenseur émotionnel. On passe du rire aux larmes en quelques chapitres. On s'attache tellement à tous les protagonistes qu'il est juste impossible de ne pas vibrer, pleurer, rire, détester telle ou telle personne, être heureux ou totalement démunis avec eux. L'auteure a su offrir une telle humanité à tous les personnages que j'en suis encore scotché. Mais August est définitivement le protagoniste le plus touchant et le plus passionnant du roman. Haaaa, qu'est-ce que je l'aime ce "Auggie Doggie".
Le truc, voyez-vous, c'est que l'on comprend véritablement toutes ( mais vraiment TOUTES ) les personnes qui peuplent le récit. La famille d'August, leurs réactions, celles de ses amis et celles de ses ennemis. R.J. Palacio a réussi à tenir ce pari complètement dingue de décrire toute une palette d'émotions ultra sensibles à faire partager. En effet, le handicape bouleversant d'August ne laisse personne insensible. Dégoût, peur, pitié, amitié, nous voyageons au cœur de sentiments profonds et authentiques. Pendant toute ma lecture, je n'ai pas cessé de me demander comment je réagirais si je rencontrais August. Du coup, j'ai bien compris que toutes les émotions se valaient, et qu'on ne pouvait que comprendre les ressentis de tous les héros. L'auteure a su retranscrire à merveille l'horreur que vivent les personnes comme Auggie jour après jour, et je dois bien avouer que ma perception à ce sujet a énormément été modifiée. Surtout que nous ne découvrons réellement August qu'à la 120ème page, au moment où sa sœur, Via, nous le décrit. Avant, on s'imagine un peu comment il pourrait être, mais rien ne nous prépare à ce que l'on découvre. Sincèrement, je ressens encore un énorme pincement au cœur pour ce garçon tellement attendrissant et si adorable.
En parlant de sa sœur, d'ailleurs, je l'ai également adoré. Olivia est aussi extraordinaire que son petit-frère. Vivre avec une personne handicapée n'est pas facile, et on le comprend encore mieux grâce à ce merveilleux récit. Via éprouve de nombreuses choses, et, même si on sait pertinemment qu'elle aime August par-dessus tout, on la comprend sans aucune peine lorsqu'elle veut cacher son identité et sa maladie à son lycée, ou qu'elle déteste ses parents pour ne pas lui prêter assez d'attention. On comprend. On comprend, vraiment. Il y a une telle empathie qui se met en place avec tous les personnages que je suis certain qu'ils vont mettre énormément de temps à quitter mon esprit. On comprend également les parents d'August, leurs peines, leurs peurs, leurs envies. C'est renversant. Ouaw. Ouaw, ouaw, ouaw.
Wonder nous livre également de belles leçons de vie, et est une véritable ode à l'amour et à l'espoir. Même si Auggie va devoir faire face à de nombreux détracteurs et à des critiques acérées, sa famille et ses amis sont toujours là. L'amour est un thème récurrent dans ce livre. L'amour le plus pur du monde. L'amour le plus brillant et lumineux qui puisse exister. J'ai été époustouflé par les relations qu'entretiennent tous les membres de la famille de Auggie, ainsi que les liens qu'a tissé celui-ci avec ses camarades de classe. Il n'y a rien de plus fort que l'amour. Nous le comprenons grâce à August. On saisit également qu'il faut profiter de chaque instant, et que la vie vaut réellement la peine d'être vécue. Et qu'il faut, bien sûr, changer son point de vue et ses convictions sur les personnages malades ou handicapées. Sincèrement, Wonder m'a transformé. M'a changé. A modifier mes préjugés et mes idées pré-conçues. Et si, habituellement, je déteste le changement, il est, cette fois-ci, extrêmement bienvenu. Merci madame Palacio pour ce tremblement de terre sentimental.
Concernant l'écriture de l'auteure, elle colle merveilleusement bien au récit. A la fois enfantine mais pas trop, complètement maîtrisée et ultra poignante, aucun mot ne vous laissera indifférent(e). Chaque phrase est choisie à la perfection et colle magnifiquement bien aux thèmes abordés dans le roman. Il y a de nombreuses expressions "coup de poing" parsemées dans l'intrigue qui nous poussent à avancer encore et encore dans celle-ci, parce qu'on devient littéralement accros à toutes les palpitations que nous fait ressentir Wonder. De plus, les chapitres sont très très courts, et nous avons le droit à de nombreux points de vue qui rythment l'histoire avec brio. On ne s'ennuie jamais, et on ne veut absolument pas quitter August avant d'avoir lu le dernier mot de son aventure. La preuve, j'ai achevé Wonder en une journée.
En résumé, Wonder est une lecture indispensable, puissante et intense, à ne louper sous aucun prétexte. Nous rencontrons un héros terriblement attachant, qui me manque déjà atrocement. Son histoire est frappante et déchirante, et elle s'abat sur nous tel un tsunami gorgé d'espoir, de lumière et de douceur. Nos perspectives sont brisées et démolies, et on referme Wonder avec le sentiment d'avoir été dévasté. Et c'est magnifique. August est véritablement un être humain en or, qui nous permet de revoir nos positions sur les handicapés et les malades, ainsi que sur ce que NOUS leur faisons en les jugeant, en les critiquant ou en les évitant. Une déclaration d'amour dévastatrice à l'espoir et à l'amitié, aux luttes que certains et certaines mènent tous les jours pour survivre et exister, et un roman saisissant et brillant, qui devraient se retrouver entres les mains d'absolument tout le monde.

par Jordan
Le Clan des Otori, tome 1 : Le Silence du Rossignol Le Clan des Otori, tome 1 : Le Silence du Rossignol
Lian Hearn   
le silence du rossignol vous entraine dans une quete épique, au coeur d'un japon féodal où se cotoient poésie délicate et terrible violence.
vengeance, traitrise, honneur et loyauté, beauté, amour fou...
derrière les visages impassibles et les codes immuables se cachent des coeurs passionnés et des sentiments farouches.

un roman d'une force eclatante...

par lady