Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Cakine : Ma PAL(pile à lire)

retour à l'index de la bibliothèque
Lady Mensonge Lady Mensonge
Margaret Moore   
Livre avec une belle histoire. Amour-Secrets-Rang social.. Les personnages sont vraiment attachants (pour ma part surtout Justin! Lord passionné par les araignées). Une lecture très agréable :).

par Nelyss66
Le Serrurier volant Le Serrurier volant
Tonino Benacquista   
C'est l'histoire d'un homme sans ambition, enveloppait dans une routine apaisante, un quotidien sans vague.
Un jour, tout bascule... Mais, la routine reprendra toujours le dessus sur celui qui le désire réellement. La sécurité d'une vie calme panse les chocs traumatisants. On y découvre des rencontres importantes, de l'émotion, de l'humour, une ambiance parisienne, puis on se laisse partir sous le tissu d'une tranche de vie simple bordée d'évènements extraordinaires. A lire sans modération.
L'Île des chasseurs d'oiseaux L'Île des chasseurs d'oiseaux
Peter May   
Très beau roman c'est la première fois que je lis Peter May et j'ai déjà le deuxième opus et le troisième est commandé à la bibliothèque. Fin McLeod reviens sur son île 18 après l'avoir quitter. Un ancien camarade d'école est assassiné et de retour sur l'île beaucoup de non-dit font surface. Belle écriture et on sent le vent écossait nous ébouriffer les cheveux.

par goretti
Dans ma peau Dans ma peau
Guillaume De Fonclare   
Deux histoires en une.
Le combat de l'écrivain contre son corps, tous les jours.
Les combats des soldats 14-18 contre les corps ennemis tous les jours.
Corps amis, ennemis...l'écrivain ne choisit pas son camps, chaque combat reste combat, chaque corps est corps.
Chaque combat est corps à corps.
Deux histoires en parallèle, deux histoires qui parfois s'entremêlent.
Mélange savamment dosé.
Un bouquin émouvant, instructif.
Le Portrait de Dorian Gray Le Portrait de Dorian Gray
Oscar Wilde   
Je suis impressionné. L'auteur nous prouve dans cet ouvrage que l'influence est la pire des choses de notre monde. Suite à la prise de conscience de la beauté de sa propre image et sous le pouvoir des flatteries, ce livre nous démontre qu'il est très simple de considérer hautement la beauté de manière narcissique. Nous en perdons alors notre pureté. L'ego devient omniprésent et prioritaire à sur nos sentiments, jusqu'à la perversion de l'âme et du vice.
L'écriture est talentueuse. Les discours philosophiques sont sophistiqués. Les personnages sont cyniques à souhait. L'histoire est élégante, raffinée. L'ambiance est bourgeoise et le récit possède énormément de discours d'un grand intérêt : du rapport entre l'art et la vie, de l'influence du regard des autres, de la beauté, de la légèreté, des femmes, des hommes, des paradoxes, etc...
Un ouvrage si riche que je n'ai pu me décider à mettre des citations à cet article.

L'imprévisible L'imprévisible
Metin Arditi   
Source : éditions Actes sud (4eme de couverture)

Anne-Catherine appartient à la haute société genevoise. Elle vient de se séparer de son mari et demande à Guido Gianotti, professeur d’histoire de l’art à la retraite, une estimation pour un tableau dont elle veut se débarrasser. Tout oppose Anne-Catherine et Guido : elle a grandi dans les salons, il est fils d’un immigré italien chauffeur de maître ; elle est encore jeune alors que lui subit l’humiliation d’une virilité déclinante… Pourtant, au contact l’un de l’autre, ces deux êtres blessés par la vie et par leur milieu vont retrouver une dignité. A travers les rebondissements d’une enquête qui entraîne le lecteur dans l’univers des grands peintres de la Renaissance florentine, surgit le récit d’un violent amour crépusculaire.

par library28
Pourquoi pas ? Pourquoi pas ?
David Nicholls   
J'ai lu 'un jour' en tout premier, et je pense pas que cela fut une bonne idée. On retrouve un peu le style de l'auteur, mais le roman reste à certains moments sans queue ni tête, comme si les réflexions du personnages n'avaient aucun sens. Et au début, c'est assez troublant. Mais vraiment. Du genre on se demande si le personnage est sain d'esprit, ou si c'est l'auteur qui est en mode wtf. Mais petit à petit, on s'y fait, et c'est parfois drôle. Oui, il y a des moments où j'ai ris, car le personnage de Brian est complètement pitoyable ! Mais à un point ! Ce qui on finis le livre me comprendront avec la scène du coup de boule, ou quand il rencontre la mère d'une de ses amie dans son plus simple apparat à minuit dans le cuisine, ou bien pour la saint valentin. J'ai même eu parfois pitié de lui, mais au final, j'ai appris à l'apprécier, à vivre sa petite vie misérable, et surtout, je voulais savoir comme cela allait se finir. Mais la fin m'a un peu laissé sur ma faim ( ^_^). Mais ca reste tout de même une bonne lecture qui m'a bien occupé pendant quelques jours ...

par Cywen
La duchesse insoumise La duchesse insoumise
Christine Merrill   
http://chroniqueslivresques.eklablog.com/la-duchesse-insoumise-a109207496

Ce livre doit être le troisième de la maison d’édition Harlequin que je lis. Les deux premiers étaient prêtés, ce dernier, vous pouvez le trouver gratuitement en téléchargement sur leur propre site.

Nous sommes au 19eme siècle, Marcus est le Duc de Haughleigh, un homme dont la réputation n’est plus à faire, tout comme son frère. Les deux sont de véritables Don Juan, allant jusqu’à partager la même maitresse. Lorsque leur mère ferme les yeux, les deux hommes se retrouvent à gérer le domaine et surtout l’apparition dans leur salon, en la personne de Miranda. C’est une jeune femme que la vie n’a pas épargné – on tombe encore dans le cliché, finalement l’homme riche et la femme qui n’a plus rien est récurrent – qui, suite aux divers courriers échangés entre sa tutrice légale et la mère des deux hommes, se retrouve à rencontrer le duc de Haughleigh. Un problème de taille se lit rapidement, elle est venue seule, sans chaperon, dans une maison où deux libertins notoires y vivent et de surcroit, lors de sa route, elle fait la rencontre d’un couple très gentil. Sauf que ce couple est composé du révérant de la paroisse et que sa femme est une véritable commère. La virginité, tout comme l’honneur de cette jeune femme va être mise en péril. Le mariage est donc annoncé pour le lendemain avec l’un des deux hommes.

Marcus l’a épousé par devoir, certes, mais en tant qu’homme marié il va réfréner ses désirs pour les autres femmes, à condition de pouvoir avoir la sienne dans son lit. Il est juste et honnête, nous pouvons le lire lorsqu’il parle avec ce qu’il reste de famille de Miranda. D’ailleurs, ces derniers, son père et sa belle-mère sont vraiment au plus bas, mais ils ne rêvent que d’une chose : que leur fille puisse retrouver son rang d’avant. St John, le frère de Marcus m’a donné des frissons, de déplaisir. Il a beau être charmeur, ce n’est pas pour autant qu’il a une aura d’étrangeté autour de lui. Et cela va se confirmer en lisant de plus en plus. Miranda est innocente, mais pas en tout point. Le travail ne lui fait pas peur, surtout lorsque nous pouvons lire par où elle est passée. Les femmes de l’époque n’avaient pas beaucoup de choix.

Pas mal de problèmes vont s’engendrer, beaucoup de malentendu, venant essentiellement de lettres non données, de personnages qui parlent à tort et à travers, juste histoire de détourner les idées d’une jeune femme et de la mettre dans une position délicate. J’ai aimé le fait que Miranda ne se laisse pas faire, enfin surtout lorsque le Duc n’est pas là. Elle prend des décisions et la plupart des résultats sont vraiment cocasses. Marcus est prévenant, un peu trop pour un libertin, mais c’est un choix qui fait étrange entre ce qu’il fait et la 4ème. Les descriptions des robes – oui, je n’en porte jamais, mais j’adore les lire – sont très bien faites, tout comme les détails de la demeure, mais surtout de certaines fresques des murs. J’ai beaucoup aimé la mère de Marcus, froide, intransigeante, tentant de se défaire du mal qu’elle à pu faire. La comédie qu’elle tente de jouer pour qu’au final cela soit la réalité de la fin de sa vie est bien amenée. Elle a beau être six pieds sous terre lorsque l’arrivée de la jeune femme se fait sous des trombes d’eau, elle va tout de même réussir à continuer à diriger la vie de ces fils.

Il y a, par contre des points négatifs qui ne collent pas avec les personnages. Comme Miranda qui tombe en pâmoison devant les deux frères et dès que l’un ou l’autre se permet de l’effleurer, elle est excitée. Attention, lorsque je dis effleurer, c’est la joue, ou remettre une mèche de cheveux derrière l’oreille. Son corps est en manque d’une chose qu’elle ne connait pas encore et cela est bon pour n’importe quel homme l’approchant de trop près. Quant à Marcus, pour un duc qui doit être rude avec elle, j’attends encore de le voir à l’œuvre. Enfin, sauf au lit, là, il est impétueux, vivant et dur, c’est clair, oups rude pardonnez-moi le lapsus involontaire. Le seul qui reste fidèle à lui-même du début à la fin, il s’agit de St John. Cet homme reste imperturbable, même lorsqu’il lui sera proposé de devenir doux comme un agneau, ce qui m’a bien fait rire.

En fin de compte, c’est un livre qui se laisse lire. Il n’est pas le meilleur que j’ai pu lire, mais il n’est pas non plus le pire. Il m’a bien fait rire par moment, sauf lorsqu’ils vont passer des moments intimes qui seront plutôt bien explicite. Faire attention à qui va le lire donc. Dommage que la fin reste dans la lignée des contes de fées : Ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants, mais c’est un Harlequin, donc pas moyen d’avoir une autre forme de fin :)
Caroline, The Beauvisage novels Book1 Caroline, The Beauvisage novels Book1
Cynthia Wright   
The year is 1783, and rakish Alexandre Beauvisage is returning from the Revolutionary War when he discovers Caroline, unconscious in the Connecticut woods. Dressed as a boy, she has no memory of her past. Against his better judgment, he takes the lovely foundling with him to his home in Philadelphia and finds his life increasingly complicated as the fiery attraction between them builds and Caro's dangerous past reaches out to her.


par Cakine
La Princesse des glaces La Princesse des glaces
Camilla Läckberg   
On suit les histoires d'amis d'enfance qui après avoir vécu sur des chemins séparés, se retrouvent autour du cadavre de l'un des leurs... Qui a fait ça ? Pourquoi ? Erica Falk va tenter de comprendre qui est devenue sa meilleure amie et avec qui elle l'est devenue. Entre suicide et meurtre où est la vérité ?

L'auteure nous plonge dans un décor suédois neigeux, correspondant parfaitement à cette terrible histoire. Décor dans lequel je me suis prise d'affection pour "l'héroïne", Erica Falk qui été vraiment touchante et vraie. J'avais envie de plonger dans l'écrit pour l'aider ou la réconforter. Et l'intrigue, mon dieu cette intrigue, juste fabuleuse, aucun ennui à aucun moment. Elle a été particulièrement bien construite et pour une fois, je me suis contenté de suivre l'histoire sans essayer de trouver l'assassin (de toute manière, j'étais à mille lieux de pouvoir le découvrir). Et quelle fin !!

[spoiler]Elle nous livre dans cet ouvrage, une estimation du ressentiment de viol avec une telle force que l'on détournerait presque les yeux du livre, s'attendant à voir surgir une quelconque illustration de notre esprit.
On voit également la cupidité de l'être humain qui même face à une atrocité est capable de fermer les yeux, mais aussi la souffrance causée par le silence des êtres qui ne veulent qu'oublier ce dont ils ont été témoins. Chaque souffrance est différente, mais toutes sont insupportables...[/spoiler]