Livres
567 826
Membres
622 648

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par Matoline 2021-09-22T18:11:14+02:00

Chapitre 7 :

Ella

«… Il se retourne vers moi et remarque que je grimace de douleur.

– Je t’ai fait mal ?

– C’est maintenant que tu t’en soucies ? craché-je.

– Désolé, j’ai cru que tu étais…

– Une Mexicaine venue te vandaliser. Oui, tout le monde sait qu’on est qu’une bande de criminels nous autres Latinos, fais-je, la voix tremblante.

Je sens que je suis au bord des larmes et j’essaye de ne pas craquer.

– N’importe quoi !

Il passe une main sur son visage un peu confus.

– Je n’ai jamais dit ça. Et puis si tu ne t’étais pas mise à courir comme si tu avais quelque chose à te reprocher aussi.

Mon premier sanglot s’échappe bruyamment sans que je puisse l’en empêcher. Je cache mon visage dans mes genoux en essayant de me ressaisir mais rien n’y fait.

Mon départ de Chicago, les retrouvailles fiasco avec ma mère, cet endroit, ces inconnus qui me traitent comme de la merde. C’est trop pour une seule journée. Je me sens seule, tellement seule.

– Hé, hé, hé ne pleure pas je suis désolé de t’avoir bousculée.

Une main hésitante se pose sur mon épaule je fais un geste brusque pour le sommer de ne pas me toucher. Il se retire immédiatement. Mais comme je ne me calme toujours pas, il revient à la charge. ...»

Afficher en entier
Extrait ajouté par Matoline 2021-09-22T18:10:43+02:00

Chapitre 5 :

Ella

«… Tout ce que je sais, c’est que sa présence et son silence commencent à me taper sur le système.

– Je suis fatiguée. J’aimerais pouvoir me coucher.

– Oh oui bien sûr. Je te laisse, on aura l’occasion de discuter demain.

– Oui… Ou jamais, marmonné-je à moi-même.

Je sors mes affaires de mon sac pour bien lui signifier de me laisser tranquille. Je soulève mon tee-shirt en me disant qu’elle va prendre ça pour un signal et ficher le camp. À mon grand soulagement, elle se dirige vers la sortie.

– Bon, alors bonne nuit.

– Oui c’est ça ! Bonne nuit.

Avant de refermer la porte, elle se retourne et me dit cette phrase qui finit d’achever nos retrouvailles foireuses :

– Ella ! Je préfère que tu ne m’appelles pas maman devant tout le monde. Personne ne sait que j’ai été fille mère et dans cette société un peu guindée aux principes moraux étriqués, cela pourrait me coûter mon travail. J’espère que tu comprends.

– Pas de problème Lisa !

Je lui fais le sourire le plus assuré que j’aie en stock en essayant d’ignorer la brûlure de ce nouveau rejet... ...»

Afficher en entier
Extrait ajouté par BooksUniverses 2021-09-14T18:25:15+02:00

– Donc tu dis que tu vas habiter ici ? Mon père est au courant de ça ?

– Moi qui pensais que l’interrogatoire était terminé, plaisanté-je. Je crois que oui mais je n’en suis pas sûre. Je suis censée le rencontrer demain.

– Tu ne vas pas être déçue du voyage.

Son ton est amer.

– Méfie-toi de ma belle-mère, et un conseil : évite de lui dire que tu t’es baignée dans la piscine !

– Ou que j’ai vu son beau-fils se faire sucer dans cette piscine.

Mon Dieu !

Je plaque une main devant ma bouche.

Pourquoi j’ai dit ça ?!

Voilà mon plus grand problème dans la vie. Ma grande gueule, mon incapacité à la fermer, à ne pas dire exactement tout ce qui me passe par la tête.

Je sens mes joues chauffer. Et dire que cette conversation prenait enfin une tournure civilisée, et bien sûr je viens de tout gâcher.

Les yeux de Zack s’écarquillent, puis il éclate de rire, et je ne peux m’empêcher de faire de même.

– En effet, je ne pense pas qu’elle apprécierait. Par contre, toi, j’ai eu l’impression que le spectacle te plaisait. J’ai vu comment tu matais.

Il fait un geste vers son pénis.

Il est sérieux !?

– Quoi ? Non ! Il ne faut pas prendre tes rêves pour une réalité.

Il place ses mains derrière lui pour s’asseoir plus confortablement, ce qui a pour effet d’abaisser légèrement son short. Mon regard se pose maladroitement sur cette ligne en V qui mène tout droit vers...

– Tu vois, tu es encore en train de me mater.

– N’importe quoi !

Il retourne l’écran de son téléphone pour m’éclairer le visage.

– Et en plus tu rougis.

Je place instinctivement mes mains sur mes joues pour faire baisser la température.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode