Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Cam1526 : Ma PAL(pile à lire)

retour à l'index de la bibliothèque
Effacée Effacée
Teri Terry   
J'avais commencé par lire un extrait gratuit de ce roman, et quand je l'avais fini, mes premiers mots avaient été: "Je veux le lire en entier".
Je ne m'étais pas trompée, ce livre m'a plut, pour moi, ce n'était pas une dystopie comme les autres, elle est différente.

Pourquoi? Et bien, pour plusieurs raisons:

- Déjà, il n'y a pas de triangle amoureux, et l'histoire d'amour ne prend pas toute la place dans le roman, elle reste un des éléments principaux sans étouffer le reste.

- Les personnages sont plus vrais que nature. Avec un coup de cœur pour Phoebe, M Gianelli et la mère de Kyla, dont les personnalités sont attachantes et admirables.

- Alors que d'autres auteurs auraient sans doute voulu nous faire détester le Dr Lysander, ici, ce n'est pas le cas. Elle est humaine et on n'arrive pas à la cerner.

- Tous les éléments s'emboitent les uns dans les autres sans problèmes. Rien n'est laissé au hasard, aucun personnage n'est placé à un endroit sans signification, tout est pensé pour la scène qui va ensuite se dérouler.

- Le fonctionnement de la société. Du nouveau! Une très bonne idée, avec, certes, une révolution qui se dessine dans les prochains tomes comme dans toute dystopie, mais un fond de toile différent.

- Et pour terminer, le don de Kyla. Ses dessins, sa main gauche. A la fin, nous sommes toujours en suspense concernant ce point...

En bref, un roman qui se lit d'une traite, doté de personnages agréables et véridiques, on ne s'ennuie pas une seconde et l'on ne peut s'empêcher de réfléchir en même de temps que Kyla, posant parfois le livre pour tenter de comprendre certaines choses.
J'attends la suite avec impatience, en espérant qu'elle ne sortira pas dans trop longtemps.

par Jay117
Et si c'était vrai... Et si c'était vrai...
Marc Levy   
Mon tout premier Marc Levy ... que dire ? Ce livre, qui se lit avec une fludité hors du commun, a tous les points positifs qu'un roman peut avoir : amour, mystère, enquête, secret, amitié ... Un mélange qui vous met l'eau à la bouche, dès les premières pages, et qui nous tient en haleine jusqu'aux dernières.

par myra44
BullShit BullShit
Nicole Kranz   
Cloisonnée dans le stratagème du harcèlement moral, tel un taureau, Chloé s'abandonne aux règles pensant naïvement vivre un bel amour avec Cédric. Sadisme permanent, c'est sous la pression d'un homme puissant qu'elle se soumet.

Au terme d'une corrida, il n'est pas impossible que l'animal échappe à la mort. Il n'est pas impossible que le taureau parvienne à se transformer en matador. Quand cela se produit, on ne coupe ni les oreilles ni la queue de l'homme. Et on ne bouffe pas non plus ses couilles.

Dommage ?
Le Manoir, Tome 1 Le Manoir, Tome 1
Emma Cavalier   
Le Manoir est actuellement en rupture de stock. Quelques exemplaires sont peut-être encore disponibles d'occasion, mais rien n'est moins sûr. Les éditions Blanche, à ma connaissance, n'envisagent pas de rééditer ce roman... C'est bien dommage.

Après Fifty Shades of Grey d'E.L. James (finalement bof), 80 notes de jaune de Vina Jackson (percutant) et certains titres de Maxim Jakubowski (auteur apparemment peu connu en France) comme Montana ou encore Confessions d'un pornographe romantique (surprenant et sans fard, pour le moins), je poursuis ma quête de connaissances du monde BDSM en me procurant Le Manoir... et là, c'est l'apothéose. Tout y est. Tout ce que je voulais voir, lire, ressentir, craindre aussi. Une vraie plongée en apnée où respirer n'a aucune importance.

L'histoire commence simplement. Pauline est archiviste et se présente à la demeure des Andringer pour un entretien d'embauche, mais très vite, l'auteur nous plonge dans l'ambiance, sans détour :
« — Afin de nous faire gagner du temps à tous les deux […] la maison où tu te trouves, que nous appelons communément « le Manoir » est un lieu de rencontres sadomasochistes […] si tu travailles ici, tu y seras confrontée quotidiennement. […] Si cela te pose un problème, je t'invite à partir tout de suite. »
Pauline n'émet aucune objection, même si, dans sa tête, tout se chamboule instantanément. Elle ignore encore à quel point, mais elle vient d'entrer dans un univers qui va la changer à jamais.

J'ose dire que, si certaines scènes sont redondantes dans leur forme et pas nécessairement érotiques dans le sens littéral du terme, il y a dans ce roman toute une mise en œuvre impliquant le lecteur de façon plutôt judicieuse ne pouvant, à aucun moment, le laisser indifférent. La personnalité de Pauline est rapidement cernée. Cette jeune femme est dotée d'un caractère vif, plutôt déterminé et va fatalement se frotter à l'autorité du maître des lieux. Je dirais même, du Maître, tout court. Car son employeur, Julien, est certainement l'individu auquel Pauline n'aurait jamais imaginé se soumettre, si tant est qu'elle jamais songé à se soumettre à qui que ce soit.
Nous sommes, lecteurs curieux et avertis, soumis en même temps qu'elle, bien que de façon singulièrement différente, assurément. Tout à tour, nous allons suivre l'initiation de cette jeune femme que rien ne préparait à une telle vie, à de tels actes, ni même à de telles idées. Avec elle, nous allons découvrir ce qui se passe réellement au Manoir. Avec elle, nous allons craindre, souffrir, nous insurger, trembler, pleurer... et aimer aussi.
Car Le Manoir est avant tout, et je dirais même surtout, une romance. Une vraie. À la différence près que l'approche des sentiments éprouvés par les protagonistes sont quelque peu insolites pour le néophyte, voire impensables.
Pourtant, il s'agit bien d'amour et, au fil des pages, nous en prenons violemment conscience. Julien a un passif très intense dans le milieu (je tairai les détails pour ne pas gâcher le plaisir des futurs lecteurs), mais pour lui, rien ne se fait à moitié. Quant à Pauline, elle découvre des sensations coupables, honteuses, inquiétantes... tout en étant curieuse d'en savoir plus, d'en ressentir plus.

Entraîné dans une spirale addictive, le lecteur passera par chacun des caps vécus par Pauline, par chacun des doutes éprouvés par Julien, par chaque morsure, coup de cravache ou de fouet. Observateurs et témoins impudiques, nous sommes aspirés dans ce récit tantôt choquant, tantôt effrayant, parfois même révoltant... mais nous poursuivons la lecture, tout comme Pauline se perd dans cette atmosphère ambiguë dont elle sait qu'elle ne saura plus se passer.
Nous tournons les pages, les unes après les autres, avides de savoir jusqu'où tout cela peut aller, s'il y a une limite à la dévotion de la jeune femme, un seuil qu'elle refusera de franchir.

C'est une lecture bouleversante dans tous les sens du terme. Des émotions et sentiments fortement contradictoires m'ont assaillie tout le long de mon périple dans ce Manoir à l'histoire dérangeante. Pourtant, en fermant le roman, j'éprouvai un manque à l'idée que c'était déjà fini. J'ai été sincèrement émue par ma lecture, autant que j'ai été troublée, gênée, choquée... Mais, incontestablement, Le Manoir est LE roman à lire si vous voulez découvrir le juste dosage entre soumission, domination et romance.

Un premier roman pour Emma Cavalier, et, sincèrement, j'espère que d'autres suivront, qu'ils voguent ou non sur ce thème qu'elle a su amadouer avec tact et réalisme, car sa plume, en plus d'être subtile, franche et agréable, sait jongler avec les mots pour leur donner la force qu'il faut.
Bref, je ressors grandie de ma lecture. Grandie et changée...


par Christy
Elle et lui Elle et lui
Marc Levy   
Une romance qui fait passer un bon moment, mais un livre qui est loin d'être le meilleur de Marc Lévy.
Mia et David sont mari et femme, acteurs de profession. Mais David a trompé Mia et Mia a décidé de le quitter, fuir Londres pour Paris où elle est hébergée chez une amie. C'est en consultant ses mails sur l'ordinateur de sa meilleure amie qu'elle tombe sur un site de rencontre... à partir de là, une nouvelle chance s'offre peut-être à elle, elle pourrait s'appeler Paul...

C'est une romance qu'on pourrait s'amuser à résumer comme ça :
« Le premier jour », Paul et Mia ont été maladroits et mal à l'aise tous les deux, victimes de quelques quiproquos et petits mensonges, et « La première nuit » n'a pas été une vraie réussite non plus. Pourtant, chez chacun d'eux, quelque chose a changé, comme une petite flamme en train de renaître, « Un sentiment plus fort que la peur » sans doute mêlé d'envie et de crainte, « Une autre idée du bonheur » peut-être, celle que deux adultes s'autorisent comme savent le faire « Les enfants de la liberté », de l'insouciance.
Les jours passent, les chemins se croisent, se décroisent.
On dit que l'humain a plusieurs vies sur terre... « Et si c'était vrai ? », « Si c'était à refaire » sans doute Mia et Paul le referaient-ils, plus forts de leur expérience, pour pouvoir « La prochaine fois » tenter un « Toutes ces choses qu'on ne s'est pas dites ». Embarqués dans une aventure qu'ils n'avaient prévue ni l'un ni l'autre et qui nous rappelle par certains côtés « L'étrange voyage de monsieur Daldry ». On leur souhaite à l'un comme à l'autre bien plus que « Sept jours pour une éternité », mais cela dépend de Marc Lévy.

par SuperNova
Wild Cards, Tome 1 : Attirance & confusion Wild Cards, Tome 1 : Attirance & confusion
Simone Elkeles   
Après la saga des Fuentes (tome 1 : Irrésistible alchimie ; tome 2 : Irrésistible attraction ; tome 3 : Irrésistible fusion) qui fait bien évidement partie de mes préférées, je ne doute absolument pas de celle-ci, surtout après ce superbe résumé qui ressemble à Irrésistible alchimie. De plus, la couverture donne vraiment envie ! J'ai juste hâte de le dévorer, en espérant qu'il sorte rapidement !
Kingdom, Tome 2: Tyran Kingdom, Tome 2: Tyran
T. M. Frazier   
CRUE, VIOLENT, DÉSTABILISANT. Si vous n'aimez pas les romances noirs passer votre chemin mais si non régalez-vous.

Ok wow je ne l'avais pas vue venir celle-là. J'ai été surprise, déstabiliser, choquer et j'en passe. Après avoir lue King et le Cliffhanger avec lequel l'auteur nous avait laisser j'ai littéralement sauter dans la suite. Tyrant m'a bien surprise car la tournure que prend ce livre on ne le voit pas venir du tout. T.M Frazier a un style bien a elle avec ses romances noirs & il est extrêmement bien maîtriser & assumer. C'est un style particulier car ce n'est pas du gros love avec des petit problèmes mineur enrober dans du rose bonbon. Non c'est du crue, de la violence, du langage brut, du sang, des scènes parfois difficile à lire mais c'est tellement bien construit car malgré tout il y a de l'amour pas du genre conventionnel mais beaucoup d'amour. King & Doe sont géniaux & leur histoire est captivante. Si vous aimez les romances noirs et bien KING & TYRANT sont tout à fait pour vous. J'ai été complètement prise de court quand l'auteur nous sort une twist que je n'avais pas vue venir, c'était du bon travail. Vraiment cette auteur m'a grandement surprise certe on aime ou on aime pas. Pour ma part j'ai aimer et la fin était parfaite juste simplement parfaite.
J'attends l'histoire de Bear avec fébriliter.

par Marieno89
Kingdom, Tome 1 : King Kingdom, Tome 1 : King
T. M. Frazier   
Mais?? Je n’ai pas les mots pour décrire KING de manière délicate... Car ce n’est pas un livre délicat c’est vulgaire, sans queue ni tête, un « bad boy » avec des aspects douceureux pour faire passer les tueries, et les insultes. Qui justifie qu’une héroïne sans personnalité tombe amoureuse de lui. Le premier chapitre commence alors que KING a douze ans et déjà le roman n’a aucun sens, même dans des quartiers très pauvres et avec une mère comme la sienne, même en ayant grandi plus vite que la moyenne et en étant devenu mature à son insu, à douze ans personne ne s’exprime comme ça. Du sexe, des insultes, des révélations absurdes encore du sexe et des insultes c’est ce qui constitue le roman page après page. La seule chose qui m’a fait tenir jusqu’à la fin (et encore j’ai du lire en diagonale parce que honnêtement s’attacher à des personnages sans profondeurs comme cela c’est difficile) c’est l’histoire de Doe, là protagoniste principale, j’avais envie de comprendre qui elle était et pourquoi elle avait atterri là, mais même ça, c’est décevant. En ce qui concerne la fin, oui, bon petit sursaut pour ceux qui n’ont pas détesté vous aurez envie d’avoir le tome deux directement dans les mains, pour moi personnellement c’est la fin de KING.

par summeraws
Les Héritiers, Tome 1 : La Princesse de papier Les Héritiers, Tome 1 : La Princesse de papier
Erin Watt   
Beaucoup de bruit pour pas grand chose concernant ce livre. L'écriture est simpliste, pleine de répétition et surtout vulgaire. Beaucoup de gros mots et un langage très cru concernant le sexe. J'espère vraiment que les ados américains ne parlent pas ainsi car ça serait très inquiétant.
Concernant Ella on essaye de la faire passer pour une fille qui a du caractère mais [spoiler]La fille est prête à faire une fellation à un mec qui l'insulte de sal... toutes les 2 minutes wtf, ensuite elle tombe amoureuse de lui et ne peut pas résister parce-qu’il est trop beau donc qu'il te manque de respect, te menace et t'harcèle c'est pas bien grave. Euh non je ne suis pas d'accord ce n'est pas de l'amour vache c'est mal et dévalorisant pour la femme [/spoiler]

Reed ce n'est absolument le genre de personnage masculin qui me plait. Ce n'est pas un bad boy c'est un mec irrespectueux et vulgaire.

Leur histoire d'amour tombe comme un cheveux sur la soupe ainsi que le statut de "petite soeur" d'Ella y a 2 pages vous la détestiez et là d'un coup sans elle votre famille sera brisé. C'est n'importe quoi.

Bref le livre est tout de même prenant, qui nous laisse en suspens à la fin je lirais surement le second tome mais je ne le qualifierais pas de bon livre bien au contraire.

par suhani76
Love Game, Tome 4 : Tied Love Game, Tome 4 : Tied
Emma Chase   
Je ne suis pas une adepte de la narration exclusivement masculine. Je préfère de loin avoir les deux points de vue, mais Drew c’est mon exception ! C’est tellement bon de le retrouver aux commandes.
Emma Chase est très forte car on a vraiment l'impression d'être dans la tête d'un homme sans parler du fait qu'on arrive à oublier que c'est une femme qui nous livre les penser et les conseils de Drew.
Bref, j’ai tout simplement adoré ce tome. On retrouve un Drew quelque peu changé mais qui n'a rien perdu de son humour, de son sens de l'autodérision, et il dit toujours ce qu’il pense et puis quel sex-appeal !
Sincèrement comment résister à cet homme qui se fait un devoir de nous livrer les pensées les plus intimes des hommes au sujet du sexe, qui nous conseille sur la vie à deux. Sans parler du fait que nous allons découvrir un homme amoureux et totalement dévoué à sa future femme, un papa dingue de son fiston, un ami fidèle, un frère à l’écoute, un homme joueur, un tonton disponible et toujours prêt à rendre service.
Et puis cerise sur le gâteau, on retrouve bien sûr MacKenzie, mais surtout nous faisons la connaissance de James !! Le digne fils de son père. Les voir évoluer tous les deux est un pur délice. James est juste excellent :-)
En résumé, Love Game 4 clôture parfaitement bien cette saga. Ça a été un vrai bonheur de retrouver toute la bande et c’est avec nostalgie que je quitte Drew. Je relirai ces livres avec beaucoup de plaisir car Drew est quand même un être exceptionnel !

par coco69
  • aller en page :
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4