Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Camberwolf : Mes envies

retour à l'index de la bibliothèque
Dead zone Dead zone
Stephen King   
Titre en français : L'accident.

Ce livre fut mon premier Stephen King. Et je n'ai pas été déçu. Du début à la fin on va de surprise en surprise, le résumé à beau dévoiler beaucoup, le suspence reste intacte.

La finesse de l'écriture est telle qu'on se demande à chaque instant "qu'aurions-nous fait à sa place ?" c'est dire comment on est pris dans l'histoire !

A lire, lentement pour savourer chaque instant de l'intrigue.

par Biibette
La Terre La Terre
Émile Zola   
La vulgarité que dénonce favorable60 n'a d'égal que sa naïveté. Zola ne décrit que la réalité des choses qui était autrement plus dure que dans notre monde aseptisé, même s'il ne faudrait pas tant s'éloigner pour retrouver, pas si loin de chez nous, cette "vulgarité", même de nos jours. C'est un livre profond.

par asymptote
L'Œuvre L'Œuvre
Émile Zola   
Le parcours torturé d'un artiste se révèle ici sous la plume de Zola. Comme celui de tous les membres de sa famille, le destin de Claude Lantier est tragique. La vision du monde artistique est plutôt noire mais le roman est un des meilleurs de la série des Rougon-Macquart.

par syl1984
La Joie de vivre La Joie de vivre
Émile Zola   
Une oeuvre vraiment bouleversante . Je crois que c'est le roman le plus intime de zola, on sent cette préoccupation de l'auteur pour la mort . Pauline serait elle sont exutoire ? Sa façon de se rattacher lui même à la vie ?
Les sentiments que l'on peut ressentir face à la perte d'un être cher sont tout simplement retranscrits avec brio, une oeuvre qui m'a profondément touchée .La critique faite de la science se dessine aussi subtilement.
Une oeuvre sur le doute, sur le "pourquoi vivre quand tout finira par disparaître". Un roman en somme très humain.

par Sadess
Pot-Bouille Pot-Bouille
Émile Zola   
Ce n'est pas un secret, j'aime Emile Zola et la façon dont il sait dépeindre avec une grande réalité les sentiments les plus viciés de ses personnages et Pot Bouille n'échappe pas à la règle...
Ce roman, le dixième des Rougon-Macquart, est une belle critique de la vie bourgeoise parisienne. On y découvre plusieurs familles où les faux-semblants sont de mise et notamment Octave Mouret avant qu'il ne devienne le propriétaire du magasin "Au Bonheur des Dames".
J'ai également apprécié le fait qu'il n'y est pas autant de descriptions que dans le "Ventre de Paris" par exemple qui selon moi traînaient beaucoup trop en longueur parfois.
Néanmoins dans ce roman, celle de Mme Josserand, cette mère harpie qui n'élève ses filles que dans l'unique but de se trouver un bon parti, m'a énormément plu !
Pour résumer, Pot Bouille est un régal. Aussi je le recommande à tous les amoureux d'Emile Zola.

par Nadia974
Nana Nana
Émile Zola   
ce commentaire est difficile à réaliser.
On ne peut écrire pour un livre comme Nana "c'est nul" ou "c'est bien" car toute une analyse est nécessaire pour comprendre ce livre aux multiples facettes. Nana est quelqu'un qui détruit tout sur ce passage mais cela n'est pas délibéré : Elle est la cause et la conséquence d'une société corrompue. Elle va sortir de la misère et de l'alcoolisme pour essayer de se faire une place dans le beau monde.
Cependant, comme tous les Rougon-Macquart elle a une tare héréditaire, un vice qui va lui poser de nombreux obstacles sur son chemin.

par myra44
Son Excellence Eugène Rougon Son Excellence Eugène Rougon
Émile Zola   
On poursuit la découverte de la France sous le Second Empire, aux côtés cette fois d'Eugène Rougon, digne fils de Pierre et Félicité Rougon. Le thème de la politique y est abordé franchement, avec la mise en avant des intrigues, des favoris poussés sur le devant de la scène, des rivalités féroces. Le pouvoir ne semble même plus être le véritable objectif, mais plutôt celui de faire tomber ses ennemis. L'empereur n'est qu'une ombre à côté des ministres ; ce sont les autres personnages qui mènent la danse et exercent leur volonté. Ce roman, a défaut d'être aussi poétique que les autres, demeure tout de même très intéressant. On peut voir ce tome comme l'annonce de la décadence prochaine de l'empire de Napoléon III.

par Shanen
La Faute de l'abbé Mouret La Faute de l'abbé Mouret
Émile Zola   
Sublime.
J'ai lu quelques Zola à ce jour, et je classe celui ci parmi les meilleurs. Je l'ai trouvé très immersif, avec une naïveté profonde qui m'a personnellement touché.
Son écriture est toujours soigné, parfaite, imagé et quelque fois même poétique.
Comme à chaque roman, des passages sont certes trop longs, mais cela permet de mieux rentrer dans le personnage. J'ai apprécié le changement de comportement, de lieu, il nous fait bien transparaitre la nature fraiche et chaleureuse, face à la froideur de l'architecture, ce qui est donc en parallèle avec la nature humaine dans ce roman.

Je le conseille vraiment.

par FlW-Lucas
La Conquête de Plassans La Conquête de Plassans
Émile Zola   
Virtuose Zola ! Roublard, maître dans l'art de construire une intrigue haletante tout en déjouant les pronostics de ses lecteurs. La description de la vie politique provinciale avec ses subtilités ridicules et sa mesquinerie absout le machiavélisme de l'abbé Faujas. On ressort de cette plongée infernale lessivé mais on en redemande.

par Nadia974
Le Rêve Le Rêve
Émile Zola   
Je continue sur ma lancée, en essayant de lire tous les Rougon Macquart avant d'atteindre l'honorable âge de 20 ans.
J'ai choisi par hasard, une édition commenté. Et cela a été un bon choix car nous plongeons dans le milieu des dentelliers et des brodeurs avec un vocabulaire qui n'est pas courant, et même si les descriptions sont parfois très longues et sans grand intérêt pour l'évolution de l'histoire il est parfois agréable de savoir à peu près de quoi on parle.
Ce roman a en effet des touches de " La faute de l'abbé Mouret" par son côté religieux très présent, cette question de la perfection, l'un par le Paradis et Angélique par la virginité et les Saintes,et aussi par l'histoire d'amour passionnelle et impossible, comme on peut le retrouver également dans " Une page d'amour".
Je me contente pour l'instant de relater des faits, et d'un point de vue personnel, je pensais au fur et à mesure de ma lecture, avoir un déclic comme je l'ai eu pour les deux livres cités au dessus et placer " Le rêve " en diamant comme pour ces deux là. Je ne l'ai malheureusement jamais eu, à cause de la lourdeur de l'écriture que j'avais ressenti dans Germinal, et parce que j'espérais, après la polémique sur la Terre ( que je n'ai pas encore lu) que l'on pourrait avoir enfin un livre qui se termine bien ( hormis le Bonheur des Dames, et encore, je n'en vois aucun). Certes, cela prouve que l'auteur ne se trahit pas et continue dans sa voie, à savoir étudier les méfaits du vice dans l'hérédité, ici l'orgueil, la passion démesuré, et prouver qu'une vie de raison est souvent bien plus sage. Mais déçue, car je suis de celles qui aiment que l'on décrive sous tous les angles les qualités des personnages, qu'on emploie métaphores, pléthore d'adjectifs, de qualificatifs, de descriptifs pour comprendre qui il est ( cela explique sans doute pourquoi mon fantasme absolu n'a jamais été Edward Cullen, de Twilight), et je m'étais vraiment attachée à Félicien, puis à ce qu' Angélique devenait, puis à leur passion.

par Amelie116