Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Camberwolf : Mes envies

retour à l'index de la bibliothèque
Nana Nana
Émile Zola   
ce commentaire est difficile à réaliser.
On ne peut écrire pour un livre comme Nana "c'est nul" ou "c'est bien" car toute une analyse est nécessaire pour comprendre ce livre aux multiples facettes. Nana est quelqu'un qui détruit tout sur ce passage mais cela n'est pas délibéré : Elle est la cause et la conséquence d'une société corrompue. Elle va sortir de la misère et de l'alcoolisme pour essayer de se faire une place dans le beau monde.
Cependant, comme tous les Rougon-Macquart elle a une tare héréditaire, un vice qui va lui poser de nombreux obstacles sur son chemin.

par myra44
Coup de gigot : et autres histoires à faire peur Coup de gigot : et autres histoires à faire peur
Roald Dahl   
A vrai dire je n'ai lu que coup de gigot. Même en connaissant la fin, l'écriture rend ce livre superbe à lire et à relire encore et ncore. C'est... succulent.
Réparer les vivants Réparer les vivants
Maylis De Kerangal   
Je ressens cette impression de vouloir dire plein de choses tout en ne sachant pas comment les formuler. Ce roman m'a pris par surprise, il m'intriguait mais je n'en attendais rien. Je ne m'attendais pas à ce que son histoire me percute aussi violemment.

Lire les premières pages de Réparer les vivants, c'est accepter d'être pris dans l'engrenage, accepter de devenir spectateur, heure après heure, du chamboulement de nombreuses vies, du processus incroyablement complexe du don d'organes et de la transplantation cardiaque.

On vit l'histoire au côté de personnages avec lesquels l'empathie ne se fait pas attendre. Dès le début, on est pris dans la toile. On nous les présente tous, leur nom d'abord, puis leur vie, par des anecdotes, ces détails qui semblent insignifiants et, au contraire, ces autres détails qui font tout.
Et puis, on nous présente également le côté plus médicalisé de l'événement. Les formalités, les processus, les opérations. Le mécanisme alambiqué de reconstruction d'un corps par un autre. On en apprend beaucoup, mais - et c'est un aspect du roman que j'ai beaucoup apprécié - l'auteur veille à ne jamais faire un constat froid et médical de la situation. Il y a une facette très humaine dans cette histoire. C'est un drame pour certains, une lueur d'espoir pour d'autres, et tous restent humains et c'est avec profondément d'humanité que le sujet est traité.

Si l'écriture de Maylis de Kerangal me laissait songeuse au début par sa nature très dense (de longues phrases aux nombreuses propositions qui s'étirent inlassablement, pouvant même, parfois, faire la taille d'une page entière), ce style effréné nous entraîne sans relâche dans ces vingt-quatre heures décisives avec une poésie et un sens réflexif qui m'ont beaucoup impressionnés. L'écriture est consistante mais on s'y noie allègrement.

Réparer les vivants est de ces romans qui frappent, tant par leur sujet qui mérite d'être abordé que par la façon dont ceux-ci sont traités. Le réalisme qui se dégage de l'histoire est tel, que j'en ai souvent pleuré, heurté par la sincérité des mots que j'avais sous les yeux, par la violence et la douleur de la perte, la difficulté d'accepter un processus comme le don d'organes (que ce soit pour les proches du donneurs ou pour le receveur d'ailleurs).
Le livre m'a touché, m'a fait réfléchir et va me rester à l'esprit un moment.

http://desmotsenvrac.blogspot.fr/2015/09/reparer-les-vivants-de-maylis-de.html

par x-Key
Une page d'amour Une page d'amour
Émile Zola   
C'est pour moi, le plus beau de la série des Rougons-Macquart au point de je l'ai volontairement sorti de mon groupe Zola pour le mettre en Diamant. C'est de la poésie en prose. Bien sûr de longues descriptions de Paris mais qui nous repose. Ce livre est le calme parfait, la douceur loin de l'agitation de la ville et le thème est particulièrement triste mais on l’accueille avec sérénité. Les émotions sont dignes et sincères. Bref magnifique.
Du grand Zola!

par Edith972
Beaucoup de bruit pour rien Beaucoup de bruit pour rien
William Shakespeare   
Un petit coup de cœur !

Ah, Shakespeare, Shakespeare, tu me ferais toujours rêvée ! Le dieu du théâtre ! Avec lui, je ne sais jamais vraiment à quoi m’attendre quand je me lance dans une de ses pièces. J’ai adorée Le Songe d’une Nuit d’Eté, Roméo & Juliette, Othello, La Tempête et Antoine et Cléopâtre, j’ai beaucoup aimée La Mégère Apprivoisée et Macbeth, mais j’ai été un peu déçue de Hamlet, Le Roi Lear et Jules César. C’est toujours inattendu avec lui, mais je suis contente de dire Beaucoup de bruit pour rien rejoint mes nombreux coups de cœurs shakespearien !

Léonato accueille le retour de soldats et du prince Don Pédro avec sa fille, la pure et vertueuse Héro, et sa nièce, l’acerbe et taquine Béatrice. Parmi les soldats, il y’a Claudio, jeune gentilhomme qui se prend d’amour pour Héro et Bénédict, qui joue à « je t’aime, moi non plus » avec Béatrice. Parmi ces deux romances, il y’a aussi Don Juan, qui veut empêcher le bonheur de Claudio en salissant la réputation de Héro…

Bénédict et Béatrice, mon énorme coup de cœur du livre ! Ah, quel couple magnifique et délirant ! Ils passent leur temps à se taquiner et à se lancer des piques, à essayer de se persuader qu’ils ne s’aiment pas, à se calomnier, puis à jouer au chat et à la souris, alors que cela crève les yeux qu’ils sont fous l’un de l’autre, mais qu’est-ce que leur relation est palpitante et donne le sourire ! C’est eux qui donnent tout le charme et le piquant de cette pièce de théâtre ! J’ai bien aimée Héro, mais j’ai détestée Claudio, il ne la mérite pas.

C’est comédie, qui à une touche de drame et de complot, est rafraîchissante mais aussi stressante, William Shakespeare torture nos nerfs comme il aime tellement le faire avec cette pièce original et unique en son genre, qui nous emmène dans la belle Italie et ses charmes, avec de la romance, du doute, des trahisons, de l’inattendue, des personnages charismatiques, une histoire entraînante et de l’humour, bref du grand Shakespeare dans toute sa splendeur !

J’ai hâte, très hâte d’en commencer un nouveau !
Barbe bleue Barbe bleue
Amélie Nothomb   
Ce livre est un chef d'oeuvre... ! Franchement j'ai retrouvé tout ce que j'aimais chez Amélie : Des personnages mystérieux, des dialogues sublimes, son humour noir et le champagne. Franchement je l'ai dévoré et je ne regrette pas d'avoir attendu un an pour le lire. Vivement la sortie du prochain. L'idée des couleurs est géniale, et comme d'habitude la fin est inattendue. J'ai adoré.

par MFHPT
Loulou de Montmartre, Tome 16 : Les Petits Rats de l'Opéra Loulou de Montmartre, Tome 16 : Les Petits Rats de l'Opéra
Françoise Boublil   
Loulou dance absolument bien se qui nous fait rentré dans un livre passionnent.


par alix2004
Misère de la Kabylie Misère de la Kabylie
Albert Camus   
Par un petit matin, j'ai vu à Tizi-Ouzou des enfants en loques disputer à des chiens kabyles le contenu d'une poubelle. À mes questions, un Kabyle a répondu : « C'est tous les matins comme ça. » Un autre habitant m'a expliqué que l'hiver, dans le village, les habitants, mal nourris et mal couverts, ont inventé une méthode pour trouver le sommeil. Ils se mettent en cercle autour d'un feu de bois et se déplacent de temps en temps pour éviter l'ankylose. Et la nuit durant, dans le gourbi misérable, une ronde rampante de corps couchés se déroule sans arrêt. Ceci n'est sans doute pas suffisant puisque le Code forestier empêche ces malheureux de prendre le bois où il se trouve et qu'il n'est pas rare qu'ils se voient saisir leur seule richesse, l'âne croûteux et décharné qui servit à transporter les fagots. Les choses, dans la région de Tizi-Ouzou, sont d'ailleurs allées si loin qu'il a fallu que l'initiative privée s'en mêlât. Tous les mercredis, le sous-préfet, à ses frais, donne un repas à 50 petits Kabyles et les nourrit de bouillon et de pain. Après quoi, ils peuvent attendre la distribution de grains qui a lieu au bout d'un mois. Les sœurs blanches et le pasteur Rolland contribuent aussi à ces œuvres de charité.

par x-Key
Evernight, Tome 4 : Afterlife Evernight, Tome 4 : Afterlife
Claudia Gray   
Je dois dire que la couverture est vraiment tres belle ^^ et de ce que j'ai lu en anglais ca me donne envie de lire la suite ne francais !
[spoiler]Et à tous ceux qui se plaignent que Bianca soit devenue un fantome ,je vous rappelle que au debut l'histoire est basé sur Romeo et Juliette et que Juliette fait semblant d'etre morte donc par logique c'est normal que Bianca soit un fantome et que à la fin les deux meurent ....mais ce ne sont que des suppositions[/spoiler]

par Clocloooo