Livres
567 845
Membres
622 678

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Campus Drivers, Tome 2 : Book Boyfriend



Description ajoutée par Gertrude85 2020-08-22T10:15:20+02:00

Résumé

Lorsque Donovan, Campus Drivers adulé et bourreau des coeurs avéré, prend conscience des séquelles que peut causer son comportement, il décide de devenir LE petit ami parfait.

Pour cela, il a besoin du meilleur coach dans le domaine: Carrie. Mais, même s'ils ne se sont jamais fréquentés, celle-ci sait qu'elle ne veut rien avoir à faire avec lui. Les tombeurs d'un soir en quête de repentir, elle n'y croit pas une seconde dans la vraie vie. Elle préfère collectionner les héros des romances qu'elle dévore, c'est bien moins compliqué !

S'il parvient à la convaincre, c'est un programme intensif en romantisme que va devoir suivre Donovan. Mais n'est pas un héros de New Romance qui veut, surtout quand la réalité essaie de jouer avec la fiction !

Afficher en entier

Classement en biblio - 1 773 lecteurs

extrait

— T’as pas mieux à me dire en cette belle journée ? je lance tandis qu’elle repart dans la salle de bains. Genre un truc qui rime avec « anniversaire ».

— Brûle en enfer ? 

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Or

Une très bonne romance, pleine de fraicheur!

Afficher en entier
Diamant

Super 2nd tome. Une très belle écriture fluide et simple. Les personnages sont très attachants et leur histoire hyper craquante. Encore une pépite de C.S. Quill

Afficher en entier
Pas apprécié

Je n'ai pas lu le tome 1, ni ne compte le lire et je ne lirai pas le tome 3. Il n'y a que le tome 2 qui m'avait intéressée.

Je n'ai pas du tout aimé. J'ai même décidé d'abandonner ma lecture. Ce n'est que la deuxième fois que ça m'arrive d'abandonner une lecture. Mais je ne pouvais pas m'infliger ça plus longtemps.

Il rejoint les pires livres que j'ai lu.

Pourtant, l'idée de base était plutôt bien.

Ce roman avait le potentiel d'être une romance mignonne, drôle, légère, rafraîchissante...

Ça a été tout le contraire.

Ce livre est TRÈS MAUVAIS.

Il est TELLEMENT lourd, notamment, à cause des tentatives d'humour de la part de C. S. Quill...

Spoiler(cliquez pour révéler)De plus, À PEINE les 100 premières pages passées, les personnages couchent ensemble une première fois, puis quelques pages après, ils recommencent... A partir de là, j'ai abandonné.

Spoiler(cliquez pour révéler)Pour être précise, page 134 ils couchent ensemble une première fois et page 157 ils couchent ensemble à nouveau et c'est là que j'ai décidé d'abandonner définitivement ma lecture.

Spoiler(cliquez pour révéler)Je ne lis pas de la romance pour lire des scènes de sexe et, quand ils ne couchent pas ensemble, lire à quel point les personnages ont envie de se sauter dessus (ça me donne envie de m'arracher les yeux ce genre de choses).

S'il y en a une ou deux dans l'entièreté du livre je laisse passer mais là je m'en suis prise deux d'affilées alors que je venais JUSTE de dépasser la page 133 sur les 419 qu'il y a en tout.

Il y a une autre chose qui m'a profondément dérangée, c'est une idiotie que l'auteure a écrite, j'y reviendrai dessus à la fin car c'est quelque chose d'important.

À un moment, j'ai trouvé Donovan sympa et touchant. Mais ça n'a duré qu'un instant. C'est juste un abruti ultra lourd et c'est tout.

J'ai trouvé Carrie vulgaire inutilement. Parfois, ce n'était vraiment pas la peine.

Dans les premières pages, je trouvais que Donovan l'était moins qu'elle donc, par rapport à ça, je préférais être de son point de vue mais ça s'est vite gâté.

C'est lourd et lassant.

Je ne vois pas l'intérêt d'être vulgaire pour rien.

Carrie m'a vraiment agacée. Elle est méchante pour rien. Elle se croit tellement spéciale, unique, pas comme les autres. Elle le dit elle-même, à un moment, qu'elle n'est pas comme les autres. Rabaisser les autres femmes pour se faire paraître meilleure est misogyne (et minable, à mes yeux).

Tout comme Donovan, elle est vraiment lourde elle aussi.

Les deux sont des animaux (cf.: page 134). La façon dont cela est amené... Comme si c'était un besoin...

Bref, c'est un gros non pour moi. Ce genre de truc a tendance à me dégoûter.

Donc, je n'ai pas du tout aimé les personnages.

L'humour dans ce livre est lourd et gras... Je n'ai pas de mot tellement ça m'a écœurée et agacée.

La plume n'est pas terrible, trop simple à mon goût.

Je passe maintenant à la chose importante.

Page 104, il y a une ÉNORME bêtise. Donovan fait un clin d’œil à une femme et Carrie le lui fait remarquer. Donovan lui répond qu'il n'a même pas remarqué qu'il l'avait fait et Carrie lui répond : "Trouble Obsessionnel Compulsif".

C'est censé être de l'humour ?

Parce que ça ne ressemble NI DE PRÈS, NI DE LOIN à un TOC.

Je pense que l'auteure a voulu faire de l'humour en utilisant une maladie mentale (déjà, je trouve ça limite insultant...) sauf qu'elle n'y connaît RIEN DU TOUT et ça se voit.

Il n'y a absolument AUCUNE ressemblance entre un clin d'œil fait par réflexe et un Trouble Obsessionnel Compulsif.

Ce qui fait que son trait d'humour n'a AUCUN sens en plus d'être totalement irrespectueux.

Pour commencer, d'après mes recherches, AUCUN TOC ne pousse à faire un clin d'œil.

De plus, un Trouble Obsessionnel Compulsif ne peut pas être réalisé sans le penser.

« Le trouble obsessionnel compulsif (TOC) se caractérise par la présence d’obsessions et/ou de compulsions. Les personnes qui en souffrent peuvent être envahies par des pensées récurrentes et angoissantes – des obsessions – centrées par exemple sur la propreté, l’ordre, la symétrie, la peur de faire une erreur, celle de commettre des actes impulsifs violents ou agressifs, ou encore par un sentiment excessif de responsabilité vis-à-vis de la sécurité d’autrui. Pour prévenir ou réduire leur anxiété, les personnes concernées effectuent des gestes ou actes mentaux répétés – des compulsions – comme des rituels de rangement, de lavage ou de vérification. Ces compulsions peuvent parfois durer plusieurs heures chaque jour. Les personnes qui souffrent de TOC ont pourtant bien conscience que leurs obsessions proviennent de leur propre activité mentale. Il s’agit d’une véritable maladie, parfois très handicapante au quotidien, qui peut même empêcher d’avoir une vie sociale ou professionnelle normale. »

(extrait d'un article de l'Inserm)

J'ai JUSTE tapé "trouble obsessionnel compulsif" sur Internet et cliqué sur le premier lien que j'ai vu.

C. S. Quill n'a MÊME PAS fait l'effort MINIME de chercher la définition d'un Trouble Obsessionnel Compulsif sur Internet pour savoir ce qu'elle écrivait.

Sinon, elle aurait directement remarqué qu'elle écrivait de la mouise (pour rester polie).

C'est SI COMPLIQUÉ que ça de taper Trouble Obsessionnel Compulsif dans Google ?

C'est SI COMPLIQUÉ que ça de faire son job et de se renseigner avant d'écrire ?

Ou alors JUSTE de NE PAS en parler car on n'y connaît rien ?

Il me semble qu'un.e auteur.e est censé.e faire des recherches avant d'écrire. C'est quand même la moindre des choses.

Ça évite de mal informer les lecteur.ice.s qui ne connaissent pas ce dont l'auteure parle et de manquer de respect aux personnes qui sont réellement concernées.

Dans tous les cas, minimiser la souffrance de personnes en comparant une maladie à un réflexe débile du personnage principal masculin, c'est DÉGUEULASSE.

Ce genre de bêtise fait passer les TOC pour des trucs futiles, sans importance et sans impact sur la vie des gens qui en souffrent.

Les Troubles Obsessionnels Compulsifs handicapent quotidiennement les personnes qui en ont.

Ils sont ÉPUISANTS, autant physiquement que mentalement.

Les personnes qui en souffrent vivent dans l'angoisse, la peur et le stress.

Elles peuvent réaliser des compulsions jusqu'à se faire du mal physiquement. Se blesser jusqu'à en saigner.

Et même là, elles sont obligées de continuer à réaliser ces compulsions qui leur font du mal.

Les TOC ont un impact sur leur vie.

Pour certaines personnes, leur vie ENTIÈRE est régie par leurs TOC. Elles n'ont aucun instant de répit.

Et je suis censée trouver drôle qu'une auteure compare cela à un clin d'œil fait par inadvertance ?

Bravo et merci à l'auteure. Allez-y, continuez à écrire de la mouise.

Deux fois que j'essaye des "auteures" de la maison d'édition Hugo et deux fois que je tombe sur des personnes incapables de faire leur travail, qui s'en foutent des autres et qui n'en ont rien à faire d'écrire n'importe quoi.

Je ne pense pas lire quoi que ce soit d'autre écrit par C. S. Quill.

Edit : Pour les rageu.x.ses qui ne supportent pas la moindre critique négative envers leur idole, un petit conseil : ne lisez pas les avis négatifs.

Si vous êtes incapables d'accepter des opinions qui diffèrent des vôtres, ne venez pas sur un site qui permet de donner son avis.

Afficher en entier
Or

J'ai adoré léger avantage a celui ci par rapport au premier

Afficher en entier
Diamant

Ce livre est un véritable coup de cœur pour moi! Je l’ai adoré du début à la fin, et je l’ai largement préféré au premier…!

Les personnages sont très drôles, j’ai rigolé du début à la fin. En plus Carrie a de la personnalité et beaucoup de répartie, elle ne se laisse pas faire, j’adore ce genre de personnage.

Donc vraiment, je vous recommande ce livre, j’ai eu du mal à le lâcher, l’écriture est addictive.

Afficher en entier
Or

C'est mon premier livre de CS Quill et si sa façon d'écrire les dialogue me semble étrange ca n'empêche pas les répliques d'être hilarantes. J'adore le perso de Carrie est tolamement folle, je l'adoooore (sans parler du couple Becca-Carter) ! Et Lewis le 4ème Campus Driver à l'air d'en tenir une sacré couche ! Je lirais les autres tomes.

Afficher en entier
Or

Cette fois-ci, le tome est centré sur le personnage de Donovan. Suite à un évènement survenu durant l’été, celui-ci s’est donné la mission de devenir un parfait petit ami. Et qui de mieux placée pour le former que Carrie, la blonde à lunette qui passe ses journées à lire des romances en idéalisant le mec parfait de ses livres?

Don est un des Campus Drivers, ayant pour habitude d’enchaîner les filles sans se soucier de connaître leurs prénoms. Véritable Don Juan, sa remise en question est touchante, et le moyen par lequel il va tenter d’apprendre à devenir « le petit ami parfait » est assez drôle. Sincèrement, je ne pensais pas qu’il y prendrait goût !

J’ai adoré découvrir le personnage de Carrie. Elle est fidèle à elle-même, avec sa propre histoire et ses propres failles, qu’on découvrira qu’en même temps que Don. Personnellement, j’ai plus réussi à m’identifier à elle qu’à Loïs, rien que par le fait que ce soit une passionnée de lecture. Attention, avec elle, on ne plie pas le haut des pages, et on n’annote pas ses bouquins !

J’avais peur que le changement de personnage d’un tome à l’autre me fasse moins apprécier cette série littéraire, mais au contraire, elle a conforté mon attachement à chacun d’entre eux. On a des nouvelles de Loïs et Lane, mais « de loin » cette fois, puisqu’on ne connaît pas leurs pensées.

Cette saga est une très belle découverte, je pense que les Campus Drivers font faire partie de mes livres « doudous », ces livres qu’on ne se lassera pas de lire et qui font du bien au moral.

Afficher en entier
Diamant

|Instagram : @blogdelyosa|

Il y a un peu moins d’un an, nous avons découvert le premier tome de cette saga qui s’est avéré être un coup de cœur. Nous avions hâte de découvrir les deux autres tomes et nous n’avons pas été déçues par ce deuxième tome !

Rire. Amour. Frais. Cette histoire fait du bien au moral, mais plus encore, elle est addictive à tel point que nous voulions encore plus de Carrie et de Donovan. Le gros point positif de cette histoire, c’est l’humour. On a beaucoup ri, les piques que se lancent les deux personnages principaux sont juste hilarantes.

Nous nous sommes tout de suite attachées à Carrie qui est une grande lectrice tout comme nous. Mais en plus de ça, elle a une répartie incroyable, elle est drôle et solaire. De l’autre côté, Donovan est aussi marrant, taquin et quelques fois maladroit ce qui le rend plus qu’irrésistible. On a complétement flashé sur sa personnalité. Quand ses deux personnalités se rencontrent, c’est une explosion de taquineries, de réparties cinglantes, créant une complicité entre eux au fil des pages. Et on a adoré ce slow burn !

Pour ce qui est de l’idée de bookboyfriend, on la valide complétement. Cette idée a permis à l’auteure de développer des moments mignons entre eux, des moments de jalousie, etc. qui a ajouté une touche de tendresse et de complicité (C.S. Quill fait plusieurs références aux leçons de Carrie sur les bookboyfriend parfait quand ils sont tous les deux).

Bref, ce roman est une vraie bouffée d’air frais, un roman doudou qui fait du bien. On a hâte de découvrir le dernier tome sur Lewis qui s’annonce tout aussi frais et drôle que celui-ci !

Afficher en entier
Argent

J’ai rarement autant apprécié un personnage féminin comme j’ai apprécié Carrie. Je veux dire, cette fille est géniale. Je la veux comme pote. Ses réparties et son comportement sont justes extra.

Et quel plaisir j’ai eu de retrouver mon p’tit Ramos Fernando ! Gros sourire jusqu’aux oreilles. En espérant le revoir un peu dans le tome 3..

Je pense sérieusement relire ce livre (chose que je ne fais que très, très rarement) tellement il dégage quelque chose de chaleureux et surtout que c’est vrai distributeur de sourires à gogo le truc.

Afficher en entier

Date de sortie

Campus Drivers, Tome 2 : Book Boyfriend

  • France : 2020-10-01 (Français)

Activité récente

Eoliy l'ajoute dans sa biblio or
2021-10-15T10:29:13+02:00
Luna28 l'ajoute dans sa biblio or
2021-10-10T17:57:21+02:00
Nola-1 le place en liste or
2021-10-10T15:09:35+02:00

Évaluations

Les chiffres

lecteurs 1773
Commentaires 224
extraits 65
Evaluations 608
Note globale 8.65 / 10

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode