Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de camy99 : Liste d'argent

retour à l'index de la bibliothèque
Madame Bovary Madame Bovary
Gustave Flaubert   
Sans trop en dire, l'auteur dénonce ici le romantisme féminin en y décrivant la vie d'Emma avec le réalisme de sa plume.
Il s'agît de l'histoire d'une femme dont la vie manque de péripéties rythmées par la passion. La vie lui laisse entrevoir un monde luxueux mouvementé dont elle rêve éperdument. Elle se nourrit de chimères, imagine une vie meilleure.
Il s'agît de l'histoire d'un retour brutal à la réalité, d'un désabusement féminin et d'une vie ennuyeuse, et malgré l'apparition de passions amoureuses et de réconfort religieux, les derniers chapitres nous conduisent inévitablement vers une fin tragique.
J'ai apprécié le style d'écriture, cependant les descriptions des lieux sont longues. Le must étant la description des différents personnages... Je n'ai pas d'étude approfondie, mais je suis certain qu'il y aurait beaucoup à analyser dans cet ouvrage. On pourrait parler de Grand Art de Littérature.
L'Île des esclaves L'Île des esclaves
Pierre De Marivaux   
Une pièce assez comique très courte et qui se termine par une très belle morale ! A lire !

par Roxye
Promise, Tome 1 : Promise Promise, Tome 1 : Promise
Ally Condie   
Magnifique livre, l'histoire est intrigante et on est tout de suite plongée dans l'univers de Cassia cette jeune fille si troublante par le fait qu'elle est au départ un parfait petit pion et qu'en fin de compte elle se révèle bien plus maligne que d'autre. Les description sont très bien faite et je n'ai eu aucun mal à m'imaginer la ville, plus particulièrement le quartier où elle et ses parents, ainsi que ses amis, vivent. Toutefois je trouve dommage qu'il n'y est pas plus de description de la maison et de l'école.

Une chose est sur : Ce livre ne sera pas gardé par les officiels plus tard...

par Elboise
Le Vicomte pourfendu Le Vicomte pourfendu
Italo Calvino   
Un roman drôle, étonnant et source de réflexion... La mésaventure d'un homme, coupé en deux sur un champ de bataille, ne laisse pas de surprendre et d'intriguer, surtout lorsque l'on s'aperçoit que ses deux moitiés mènent chacune leur vie de leur côté, l'une faisant le bien et l'autre le mal...
La réflexion qui s'ensuit sur l'égale inhumanité des extrêmes et l'essentiel mélange de vices et de vertus dont l'homme est fait rend ce livre curieux, instructif derrière le comique et le farfelu apparents !
La Vérité sur l'affaire Harry Quebert La Vérité sur l'affaire Harry Quebert
Joël Dicker   
Une claque monumentale. Un coup de maître. Voilà ce qu'est ce livre. Comment peut-on écrire quelque chose d'aussi bien ? D'aussi abouti ? L'enquête est parfaitement menée, l'écriture est merveilleuse et on ne s'ennuie pas un seul instant ! Grâce aux flash-back on s'attache à la victime et aux personnages secondaires. On est triste que cette histoire d'amour n'ait pas pu durer, et on se surprend à espérer qu'elle s'en sorte quand même, même si nous savons pertinemment que c'est impossible. J'ai été extrêmement émue par cette fille qui a tout fait pour Harry. C'est si dur de commenter sans en dire trop ! J'ai dû faire des pauses pour reprendre mon souffle, je m'apercevais souvent que je ne respirais plus pendant ma lecture. Impossible de lâcher ce livre avant la fameuse révélation qui allait régler cette affaire. Et une fois le livre fini, on est pris de nostalgie, on en veut encore.
Ce livre est un petit bijou que je conseille vraiment à tous ceux qui hésitent encore.
Le Cycle de la brume, tome 1 : Le Prince de la brume Le Cycle de la brume, tome 1 : Le Prince de la brume
Carlos Ruiz Zafón   
http://wandering-world.skyrock.com/3044632925-Le-Prince-De-La-Brume.html

Ouaw ouaw ouaw... J'ai l'impression de sortir d'un rêve... Ce roman m'a fait entrer dans un monde brumeux ( sans mauvais jeux de mots ), fait d'étrangeté et de mystère. En lisant Le Prince De La Brume, je plongeais à chaque fois dans un univers doux, saisissant et ensorcelant. J'ai adoré, vraiment. Même maintenant, j'ai du mal à croire que j'ai déjà fini cet ouvrage fabuleux... Et je ne peux pas m'empêcher de me demander si je n'ai pas rêvé ses pages. C'est bien la première fois que je ressens ça. Ouaw.
Cela faisait bien des mois que je voulais découvrir l'auteur Carlos Ruiz Zafón. On m'avait à de très nombreuses reprises conseillé de lire ses écrits... Je dois bien avouer que je cherche à savoir pourquoi je n'ai pas tenté l'expérience plus tôt ! Le style d'écriture de monsieur Zafón est vraiment enchanteur et profond. Toutes les descriptions sont intenses et parviennent à nous faire pénétrer au coeur d'une intrigue exaltante. Ouaw. Il n'y a vraiment que ce mot qui me vient à l'esprit.
Ce roman est le premier qu'a écrit l'auteur, et je dois bien avouer que j'ai eu l'impression qu'il en avait publié des dizaines tant il arrive à nous ancrer dans son récit. Le Prince De La Brume nous ramène à l'année 1943, en pleine période de guerre. C'est dans ce chaos que vivent Max, sa grande-sœur Alicia, la cadette de la famille Irina et leurs parents. Maximilian Carver, le père, a pris une décision qui a surpris tout le monde : il souhaite déménager dans un village pour s'écarter au maximum du lieu en proie aux batailles dans lequel ils vivent.
Tous les cinq vont alors emménager dans une bourgade aux allures paradisiaques : tous les habitants sont très gentils, leur maison est située près d'une mer d'un bleu électrique et chaque lieu semble être habité d'une luminosité quasi-paradisiaque. Mais voilà, Max se doute que sous ses airs magiques, le village cache quelque chose. Dès son arrivée dans son nouveau lieu de vie, il va d'ailleurs être envahi d'un mauvais pressentiment. Il semblerait qu'une chose maléfique plane dans leur domicile, et notre petit héros ne peut pas s'empêcher de se sentir étranger dans sa nouvelle maison.
Après que Max et sa famille aient fini de s'installer dans leur nouvelle demeure, ce dernier va décider d'explorer l'immense jardin derrière chez lui. Ce qu'il va y découvrir m'a autant effrayé que lui : des dizaines de statues qui semblent être sur le point de prendre vie y sont installées. Pire encore, des bandes vidéos mystérieuses des anciens locataires paraissent receler un secret enfoui depuis des années...
Mais ce n'est pas tout. Après sa première investigation, Max va prendre la décision de sillonner son nouveau village. Là, il va faire la rencontre de Roland, un jeune homme de dix-sept ans, avec lequel il va rapidement se lier d'amitié. Alliés à la sœur de Max, Alicia, ils vont tous les trois tenter de percer à jour les énigmes qui ont pris, au fur et à mesure des années, possession de la bourgade dans laquelle ils vivent.
A partir de là, je ne divulgue plus rien de l'intrigue, ce serait vraiment du gâchis. Nos trois personnages principaux forment un trio qui m'a bouleversé. J'ai adoré vivre cette magnifique aventure à leurs côtés. Ils m'ont fait trembler, frissonner et beaucoup ému. J'ai aimé discerner leurs failles, leurs forces et leurs caractères uniques. Ils se battent dans l'attente d'un but commun : celui de comprendre quelle est cette impénétrable histoire du Prince de la Brume.
Nous voilà alors submergés par un torrent de sensations fortes et extraordinaires. Il y a quelque chose que vous devez absolument savoir : pendant que je lisais, j'en arrivais même à ne pas vouloir éteindre la lumière tellement j'étais angoissé ! Certains passages m'ont vraiment effrayé et ont fait pulser l'adrénaline en moi ! Et qu'est-ce que c'était formidable ! J'ai fondu pour la superbe histoire que l'auteur m'a servi !
Toutes les pages sont mirifiques et nous coupent le souffle. J'ai avalé ce roman en une journée tant il devient une obsession. Partout où j'allais, je ne pouvais pas m'arrêter d'y penser. D'ailleurs, Le Prince De La Brume m'a pas mal fait penser à un dessin-animé que j'ai vu il y a des années et qui n'arrête pas de me hanter : Le Voyage De Chihiro. Je ne sais pas si vous connaissez ( si non, je vous oblige à le visionner ), mais c'est vrai que, souvent, la comparaison m'a paru être appropriée.
Pour conclure, je n'ai qu'une chose à dire : je suis complètement tombé sous le charme de Carlos Ruiz Zafón. Je vais m'intéresser à ses romans de beaucoup plus prêt désormais. Le Prince De La Brume m'a fait rêver, c'est aussi simple que ça. Je suis ressorti de cette lecture inédite avec plein d'étoiles dans les yeux et le coeur plein de songes. Les protagonistes sont adorables, et leur quête va les mener dans un univers incroyable et époustouflant. Le mot de la fin ? Ouaw.


par Jordan
Le Cycle de la brume, tome 2 : Le Palais de minuit Le Cycle de la brume, tome 2 : Le Palais de minuit
Carlos Ruiz Zafón   
http://wandering-world.skyrock.com/3066874781-Le-Palais-De-Minuit.html

Haaaaaaa Carlos Ruiz Zafón, que j'aime vos romans ! Le Palais De Minuit nous entraîne dans un univers unique, saisissant et oppressant, qui nous rend très rapidement accros. La plume de l'auteur est juste exquise, et c'est un véritable plaisir de voyager dans le monde ténébreux et plein de surprises qu'elle nous offre. J'ai, malheureusement, moins aimé ce livre au Prince De La Brume, chef-d'œuvre qui m'avait renversé. Mais j'ai tellement adoré le fait de retrouver les mêmes éléments qui m'avaient fait tomber amoureux avec les écrits Carlos Ruiz Zafón que ma lecture m'a tout de même conquis.
Nous plongeons cette fois dans la ville de Calcutta, en 1932. Nous rencontrons les membres de la Chowbar Society, club formé de six adolescents sans parent qui vivent dans un orphelinat depuis leur plus tendre enfance. Ils ont connu des tas d'horreurs dans leurs vies, comme la recherche de leurs passés, de leurs racines, et la réponse à la question qu'ils se posent tous : "comment ai-je atterri ici ?". Nous avons à faire à six personnes écorchées vives, qui veulent juste profiter au maximum de leurs derniers instants ensemble. En effet, maintenant qu'ils ont tous seize ans, ils vont devoir faire leur entrée dans la vie active et dissoudre le groupe si cher à leurs coeurs.
Sauf que rien ne va se passer comme prévu venue l'heure de la dernière nuit de la Chowbar Society. Alors que les six adolescents vont tous se regrouper au Palais De Minuit, un lieu sacré à leurs yeux, Ben, le meneur de la bande, va se retrouver face à son passé et à son avenir en affrontant ses démons. Il va faire la rencontre de sa sœur jumelle, Sheere, et, ensemble, ils vont devoir lutter contre une ombre aussi maléfique que familière : Jawalah, un esprit diabolique qui n'a qu'un seul but, les tuer.
Nous voilà alors submergés par un flot de frissons et d'adrénaline, le tout saupoudré de peur et d'excitation. Carlos Ruiz Zafón nous emmène avec lui au plus profond des tunnels de l'unique gare de Calcutta, un lieu hanté qui fascine autant qu'il terrorise. Ben, Sheere, et les autres membres de la Chowbar Society, vont se retrouver au milieu d'un jeu atroce, dans lequel mort, espoir, peine et passion s'entremêlent. Jawalah est un protagoniste affreux, qui m'a donné à maintes reprises des sueurs froides.
J'ai vraiment beaucoup aimé l'univers noir et intriguant que nous offre l'auteur. Nous passons véritablement par toute une palette d'émotions, certainement due à la constellation de personnages qui croisent notre route. On s'attache à eux sans aucune peine. Leur dévotion et leur détermination sont juste magnifique. Le Palais De Minuit nous montre le sens de l'amitié, la vraie. Tous les héros sont décidés à rester unis, quoiqu'il ne leur en coûte.
Malgré un univers très séduisant, j'ai été un peu déçu et fatigué des descriptions assez longues que contient le roman. Les lieux sont décrits en profondeur, et c'est parfois trop. Ces longues mises en avant de la ville, de la gare et des tunnels m'ont ennuyé, et elles freinent le récit. Je pense que c'est cela qui m'a obligé à moins apprécier Le Palais De Minuit que Le Prince De La Brume. On ne peut malheureusement pas s'empêcher de comparer les deux ouvrages, car les ingrédient qui les constituent sont les mêmes.
A contrario, on ne peut pas éviter d'être éblouis par ces derniers. La panique et la détresse s'écoulent en nous par vagues intenses, qui nous coupent le souffle. J'ai adoré avoir une boule au ventre tout au long de ma lecture. On sent que quelque chose d'énorme se prépare. Et que Ben et Sheere sont les deux personnes qui vont devoir faire preuve d'un courage hors norme. On a mal pour eux, car ce n'est pas seulement l'ombre de Jawalah et de ses pouvoirs maléfiques qui les menacent. Oh ça, non. Ils vont devoir faire face à leurs secrets et aux révélations sur leurs existences. En affrontant Jawalah, ce sont eux qu'ils vont devoir combattre. Leurs propres âmes.
Le roman nous file entre les doigts avec une rapidité rare, et on passe par tout un tas d'états passionnants à vivre. L'intrigue est menée à la perfection, et elle nous consume jusqu'à nous pousser à nous ronger les ongles avec frénésie. La fin de l'histoire est parfaite, et elle colle merveilleusement bien à l'univers que nous venons de découvrir. On en veut encore, et on veut tout savoir sur l'avenir des adolescents qui nous ont tant charmé.
En conclusion, Le Palais De Minuit, bien que moins bon à mes yeux que Le Prince De La Brume, est un ouvrage prenant et hautement angoissant. Les protagonistes sont sensationnels, et le monde dans lequel l'auteur nous immerge est extraordinaire. Je crois que je suis en train de devenir fan des romans de Carlos Ruiz Zafón. Ce dernier possède vraiment un don pour nous enchanter et nous captiver. Je n'ai qu'une hâte désormais : foncer sur les livres de l'auteur qui m'attendent dans ma Pile A Lire !

par Jordan
Dracula Dracula
Bram Stoker   
En fait, le mythe du vampire a beaucoup évolué. Dracula est peut-être ce qu'on en a fait de plus proche par rapport aux superstitions et aux croyances anciennes. Mais bien entendu, Bram Stocker n'en a pas utilisé tous les éléments sinon Dracula aurait été encore plus laid et se serait baladé en linceuil ;) En fait, je me demande si ce n'est pas le personnage vampirique le plus étoffé en littérature classique.

par Angie
Nos étoiles contraires Nos étoiles contraires
John Green   
http://wandering-world.skyrock.com/3080070673-The-Fault-In-Our-Stars.html

Il y a des livres qui vous plaisent, qui vous embarquent avec eux dans un univers fascinant et qui vous permettent de vraiment vous évader. Et puis, il y a des livres comme The Fault In Our Stars. Ceux qui vous font rire et pleurer, qui vous bouleversent jusqu'au point à penser à eux au lycée, lorsqu'on est avec des amis, qui nous dévastent et vous consument jusqu'à la dernière page. C'est définitivement le cas de ce magnifique ouvrage. Rien qu'en repensant à sa fabuleuse histoire, j'ai des papillons dans le ventre.
En lisant le résumé, on se doute que l'intrigue va nous toucher. Vous commencez à me connaître, j'ai des tendances un peu étranges, comme celle d'aimer les histoires atrocement tristes. Alors quand Marie m'a conseillé The Fault In Our Stars, j'ai vite compris que j'allais être bouleversé. Et mon sentiment s'est révélé exact. Ce roman m'a ébranlé au plus haut point. On passe du rire aux larmes en un claquement de doigt, on a sans cesse envie de rassure les héros, et on prend une énorme gifle à la fin du livre. Tout ce que j'aime.
Nous rencontrons deux protagonistes extraordinaires : Hazel et Augustus, tous deux atteints d'un cancer. J'ai envie de dire "Évidemment, ils vont se rencontrer. Évidemment, ils vont s'attacher l'un à l'autre. Évidemment, ils vont tomber amoureux. Et évidemment, il va leur arriver la chose la plus horrible du monde.", mais ce serait rendre affreusement justice au livre. Car oui, l'intrigue est exactement ça, mais également tellement plus. Tellement, tellement plus.
Tout d'abord, et peut-être que cela va paraître vraiment étrange, j'ai énormément ri pendant ma lecture. Hazel et Augustus possèdent un sens de l'humour franchement décalé, et une auto-dérision sur eux-mêmes et leurs maladies à toute épreuve. Leurs répliques sont sensationnelles et drôles, et on ne peut, grâce à celles-ci, que s'attacher à eux. Ils ne veulent sous aucun prétexte que leurs cancers ne prennent possession d'eux. Ils ne veulent pas qu'ils leurs dictent leurs vies. Ils veulent se battre. Toujours et encore. Pour vivre. Exister. Ne pas être oubliés.
Les personnages secondaires sont également marquants et hautement touchants. Les parents d'Hazel et Isaac, par exemple, sont aussi bien décris que les deux adolescents. Ils sont profonds, bruts, réels. On sent que l'auteur a vraiment travaillé son chef-d'œuvre. Tout y est parfait. D'ailleurs, John Green est vraiment un romancier exceptionnel. Sa plume est saisissante, haletante, prenante. On se perd dans chaque phrase, chaque tournure, chaque mot, chaque expression. Il parvient à nous faire sourire et à nous écrire des moments coup de poing quelques passages après. On passe par toutes les émotions possibles. Et qu'est-ce que c'est beau. J'en veux encore !
On s'amuse et on a les larmes aux yeux pendant premières deux cents pages, où tout se met en place. On apprend à découvrir pleinement Hazel et Augustus. Leurs failles, leurs faiblesses, leurs points forts, leur détermination à survivre malgré tout. Absolument tout. Et lorsqu'ils tombent amoureux, que la romance peut vraiment s'épanouir, c'est à ce moment précis que l'auteur décide de nous achever. Le coup de grâce est enfin donné.
Les cents dernières pages sont atroces. Aussi bien fascinantes qu'émouvantes. Notre moral connait alors une chute libre. C'est par la répétition de phrases frappantes et littéralement ravageuses que John Green rend son histoire encore plus renversante qu'elle ne l'était déjà. J'ai pleuré. Beaucoup. J'ai eu les yeux gonflés pendant de longues minutes. Cette horrible centaine de pages nous dévore et nous coupe le souffle. Ce n'est pas plus compliqué. Pourtant, je savais que j'allai avoir mal, que j'allai souffrir. Mais la peur n'évite pas le danger. J'ai donc plongé avec Hazel et Augustus dans un ouragan de sentiments annihilants. Ouaw. Juste ouaw.
Concernant la romance en elle-même, elle fait partie d'une des plus belles que j'ai jamais découvert. Nos deux fantastiques héros représentent tout l'un pour l'autre. Ils s'accrochent car ils savent pertinemment que la vie va horriblement les séparer. Alors ils profitent de chaque moment. Chaque seconde qui s'égraine est un pas de plus vers la conclusion de leurs existences. Ils décident d'écrire le dernier chapitre de leurs vies ensemble. Oh god. Comment ne pas succomber à cette histoire, sincèrement ?
En refermant The Fault In Our Stars, j'étais dans un état second. J'ai dû attendre un petit moment avant de pouvoir repenser normalement. J'avais le coeur qui battait à cent à l'heure, les idées confuses, l'esprit embué. Ce livre nous offre une très, très belle leçon de vie. On réalise qu'il y a des cas pires que les nôtres. Que la vie vaut la peine d'être vécue, malgré ses hauts et ses bas. Qu'il faut profiter de tout, à tout moment. Car d'un instant à l'autre, tout peut violemment basculer. Hazel et Augustus sont deux personnages qui resterons très certainement gravés dans ma mémoire pendant très longtemps, tout comme leur passionnante et frappante histoire. Merci à John Green pour avoir écrit un tel livre. Merci, merci, merci. Et, évidemment, merci à Marie pour me l'avoir conseillé. Je serais passé à côté d'un vrai trésor.

par Jordan
Le Malade imaginaire Le Malade imaginaire
Molière   
Le théâtre n'est pas ma spécialité mais lire un pièce de Molière est totalement différent !!!

par olive03
  • aller en page :
  • 1
  • 2
  • 3