Livres
594 108
Membres
671 474

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par anonyme 2017-01-03T04:41:33+01:00

Les convives étaient pour la plupart des marchands et des voituriers, tous d'une politesse extrême, qui firent quelques questions à Cacambo avec la discrétion la plus circonspecte, et qui répondirent aux siennes d'une manière à la satisfaire.

Afficher en entier
Extrait ajouté par anonyme 2016-12-31T05:02:31+01:00

Les voila qui se mettent tous deux à table ; et après le souper, ils se replacent sur ce beau canapé dont on a parlé ; ils y étaient quand le signor don Issacar, l'un des maîtres de la maison, arriva. C'était le jour du sabbat. Il venait jouir de ses droits, et expliquer son tendre amour.

Afficher en entier
Extrait ajouté par anonyme 2016-12-30T14:14:18+01:00

Candide s'enfuit au plus vite dans un autre village ; il appartenait à des bulgares, et des héros abares l'avaient traité de même. Candide, toujours marchand sur des membres palpitants ou à travers des ruines, arriva enfin hors du théâtre de la guerre, portant quelques petites provisions dans son bissac, et n'oubliant jamais Mlle CUNEGONDE. Ces provisions lui manquèrent quand il fut en Hollande ; mais ayant entendu dire que tout le monde était riche dans ce pays-là, et qu'on y était chrétien, il ne douta pas qu'on ne le traitât aussi bien qu'il ne l'avait été dans le château de de monsieur le baron avant qu'il en eût été chassé pour le yeux de Mlle CUNEGONDE.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Emy78 2016-04-01T18:14:16+02:00

Monsieur le baron était un des plus puissants seigneurs de la Vestphalie , car son château avait une porte et des fenêtres.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Melanie0704 2016-03-23T19:36:52+01:00

Monsieur, mon très cher amant, il y a huit jours que je suis malade en cette ville ; j'apprends que vous y êtes. Je volerais dans vos bras si je pouvais remuer. J'ai su votre passage à Bordeaux ; j'y ai laissé le fidèle Cacambo et la vieille, qui doivent bientôt me suivre. Le gouverneur de Buenos Aires à tout pris, mais il me reste votre coeur. Venez, votre présence me rendra la vie, ou me fera mourir de plaisir.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Ravine 2016-03-12T19:49:07+01:00

"Ils disputèrent quinze jours de suite et au bout de quinze jours ils étaient aussi avancés que le premier. Mais enfin ils parlaient, ils se communiquaient des idées, ils se consolaient. Candide caressait son mouton. 'Puisque je t'ai retrouvé, dit-il, je pourrai bien retrouver Cunégonde.'"

Afficher en entier
Extrait ajouté par CharmSpirit 2016-01-08T22:34:16+01:00

"Dieu a puni ce fripon, le diable a noyé les autres"

Afficher en entier
Extrait ajouté par CharmSpirit 2016-01-08T13:46:08+01:00

Quand on n'a pas son compte dans un monde, on le trouve dans un autre

Afficher en entier
Extrait ajouté par AudacieuseErudite 2015-08-19T15:12:06+02:00

"Toute la petite société entra dans ce louable dessein ; chacun se mit à exercer ses talents. La petite terre rapporta beaucoup. Cunégonde était à la vérité bien laide ; mais elle devint une excellente pâtissière ; Paquette broda; la vieille eut soin du linge. Il n'y eut pas jusqu'à frère Giroflée qui ne rendît service ; il fut un très bon menuisier, et même devint honnête homme ; et Pangloss disait quelquefois à Candide : " Tous les événements sont enchaînés dans le meilleur des mondes possibles ; car enfin, si vous n'aviez pas été chassé d'un beau château à grands coups de pied dans le derrière pour l'amour de Mlle Cunégonde, si vous n'aviez pas été mis à l'Inquisition, si vous n'aviez pas couru l'Amérique à pied, si vous n'aviez pas donné un bon coup d'épée au baron, si vous n'aviez pas perdu tous vos moutons du bon pays d'Eldorado, vous ne mangeriez pas ici des cédrats confits et des pistaches. -- Cela est bien dit, répondit Candide, mais il faut cultiver notre jardin."

Afficher en entier
Extrait ajouté par AudacieuseErudite 2015-08-19T15:11:45+02:00

"Travaillons sans raisonner, dit Martin ; c'est le seul moyen de rendre la vie supportable."

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode