Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de candybyjazz : Liste de bronze

retour à l'index de la bibliothèque
L'Âge de raison L'Âge de raison
Helen Fielding   
Autant j'avais bien apprécié le premier, autant celui là ne m'a pas plus intéressée que ça.. Je l'ai trouvé moins prenant, Bridget m'a moins plu, ses histoires aussi ! Après, c'est une affaire de goût !

par lullaby02
Le journal de Kurt Cobain Le journal de Kurt Cobain
Kurt Cobain   
Dévoiler au grand jour le journal intime de Kurt Cobain était quand même sacrément déplacé de la part des éditeurs. Malgré ce détail, on ne peut qu'être enthousiaste à l'idée de le lire, et ainsi d'en savoir plus sur cette icône du Grunge qui demeure encore de nos jours adulé par bon nombre de fans.
Ses écrits sont particulièrement entraînants, sans oublier bien évidemment les nombreuse illustrations autour qui sont du qualités remarquables, on peut vraiment sentir à travers tout ça cette fameuse rage qui l'habite du début à la fin.
Il est juste profondément regrettable que des gens puissent avoir l'idée saugrenue de profiter à outrance de la célébrité d'une personne disparue.


par Reckless
Respire Respire
Anne-Sophie Brasme   
J'ai découvert ce court roman de moins de deux cents pages par son adaptation au cinéma. C'est d'ailleurs lors du générique que j'ai repéré le nom de l'auteur et ai pu aller jeter un œil au roman. Si globalement ce livre a su trouver quelques échos en moi, notamment grâce à la maturité de l'écriture qui permet de s'identifier au personnage principal, mon avis reste tout de même mitigé.

Déjà, l'histoire est purement narrative. D'un bout à l'autre du livre, Charlène, la personnage principale, raconte. Ce mode de narration est parfois un peu lourd. Elle se contente de raconter ce qu'il s'est passé, comment elle en est arrivée là et les brefs moments de réflexions sur sa condition passée ou actuelle auraient parfois mérité d'être un peu plus poussés.
Cette impression est, je pense, surtout accentuée par le format court du livre. Cent quatre-vingt dix pages, ça se lit relativement vite, et lorsque celles-ci couvrent plusieurs années de vies, les ellipses ou raccourcis sont assez fréquents. Je préfère quand les histoires prennent le temps d'être racontée.
Ici, même si le but n'est pas réellement de raconter la vie de Charlène mais d'exposer comment sa vie à pris une telle tournure et pourquoi elle a fini en détention, j'ai souvent eu l'impression que des passages étaient vite expédiés.

Cependant, ce qui fait la force du roman, c'est surtout son sujet. Un sujet dur, dérangeant. Charlène est une adolescente torturée, qui même enfant, avait du mal à trouver sa place et à s'intégrer. Les affres de l'adolescence n'ont pas arrangé les choses, et l'enfer commence réellement lorsqu'elle rencontre Sarah. Sarah c'est l'antagoniste de Charlène. Brillante, lumineuse, sociale. Elle fascine autant que Charlène semble quelconque. Et fascinée, Charlène l'est dès le début. On sent l'attirance immédiate qui se crée, puis qui se consolide au fil que leur amitié grandit. Mais également à mesure que l'emprise de Sarah sur Charlène augmente. Plus Sarah brille, plus Charlène s'efface. L'une domine et l'autre se soumet. Le tourbillon n'a pas de fin, la spirale infernale prend Charlène au piège. Et inévitablement, l'histoire se termine en drame.

Bon, je dois quand même avouer que si mon avis sur le livre reste un peu partagé, c'est surtout à cause de l'adaptation de Mélanie Laurent qui m'a beaucoup plu. Plus que le livre même, finalement. Je m'attendais vraiment à ce que l'histoire corresponde au film que j'avais aimé, et c'était loin d'être le cas. Mélanie Laurent a adapté l'histoire avec un procédé de narration complètement différent dans lequel on suit l'histoire de Charlène, découvrant et suivant sa rencontre avec Sarah et l'emprise qui se crée avec minutie. On plonge dans la spirale avec Charlène au lieu d'être un simple spectateur d'une histoire racontée. Le film joue plus sur les sentiments et l'empathie que sur le réflexif. C'est sûrement pour cette raison que ça a mieux fonctionné me concernant. À ça s'ajoute deux actrices, Joséphine Japy et Lou De Laâge, respectivement Charlène et Sarah, parfaites dans leur rôles et une très belle mise en scène, épurée mais qui reste très frappante.

Finalement, il est sûrement préférable de prendre livre et film comme deux histoires différentes, sans chercher à les comparer. On trouve du bon dans chacun et le message identique qu'ils cherchent à faire passer marque dans les deux cas.

http://desmotsenvrac.blogspot.fr/2015/03/respire-danne-sophie-brasme.html

par x-Key
La Jeune Fille à la perle La Jeune Fille à la perle
Tracy Chevalier   
Il ne faut surtout pas se laisser arrêter par le fait que l'histoire se passe au XVIIème siècle. (je dis ça pour ceux qui n'aiment pas les romans historiques, ça ressemble plus à une histoire "romantique" !)
C'est avant tout l'histoire de Griet, une jeune fille obligée de devenir servante pour subvenir aux besoins de ses parents et de sa soeur. Comment sa vie va être bouleversée, aussi, par sa rencontre avec son maître, le peintre Vermeer.
C'est écrit simplement, d'une écriture fluide qui vous emporte. Un petit roman dur à lâcher avant la fin !

par Nath56
PS : I Love You PS : I Love You
Cecelia Ahern   
Tout le long de ce livre, j'ai pleuré, quand c'était triste, quand c'était émouvant, mon chum me disait arrête de le lire si cela te fait pleurer et je lui répondais: "c'est trop bon". C'est un livre magnifique, tout en émotion et en espoir. Le film est différent, mais tout aussi bien.

par jujube
La Mécanique du cœur La Mécanique du cœur
Mathias Malzieu   
Superbe duel entre deux hommes pour les beaux yeux d'une demoiselle. Je l'ai dévoré !

La métaphore poétique est omniprésente et naît dans chaque mot, chaque phrase, chaque page de cet ouvrage. Ce conte « cinématographique » rappelle l'univers de Burton. On devine facilement que Jack, c'est Mathias Malzieu. Miss Acacia est la muse amoureuse Olivia Ruiz. Une belle histoire d'amour sur l'amour et ce qu'elle entraîne aussi avec elle (la haine, la jalousie, l'abandon, le doute, la mort...)
Au revoir là-haut Au revoir là-haut
Pierre Lemaître   
L'écriture est fluide , précise et maitrisée pour cette histoire à mi-chemin entre le thriller et le témoignage sur la "grande " guerre. Phrases longues, percutantes et angoissantes au début de l'ouvrage , comme pouvaient l'être les sensations d'agonie des soldats dans les tranchées. Le rythme s'accélère sur la fin , au fur et à mesure que s'accélère la course contre le temps des différents protagonistes. Les personnages sont fouillés , pleins de contradictions , mais bien ancrés dans cette époque elle même très ambivalente qui valorise ses morts mais ne tient pas compte de ceux qui sont revenus vivants de ce carnage .
Une belle réussite et un vrai plaisir de lecture.
Les gens heureux lisent et boivent du café Les gens heureux lisent et boivent du café
Agnès Martin-Lugand   
Sur un fond de désespoir, ce livre nous transport au pays des émotions humaines. Un petit bijoux, plein d'espoir, d'amour, et surtout un merveilleux moment de lecture, pour une fin toute en retenu, et d'avenir....
À LIRE

par ambre2
Millénium, Tome 3 : La reine dans le palais des courants d'air Millénium, Tome 3 : La reine dans le palais des courants d'air
Stieg Larsson   
Dommage qu'il marque la fin de la série. L'évolution du personnage de Lisbeth au cours de la sage était vraiment intéressante à suivre, un personnage atypique et torturé qui commençait à s'ouvrir aux autres.

par joe
La Part de l'autre La Part de l'autre
Éric-Emmanuel Schmitt   
Ce livre ammène une question que l'on ne s'est pas assez posé : Et si Hitler avait été différent ? Si la vie l'avait rendu différent ?

L'auteur nous emmène dans un récit incroyable, car si les deux Hitler sont identiques au départ, ils s'éloignent, il se séparent. Le constraste devient à la fin total. Ils n'ont plus qu'en commun que le nom.

Ce qui est incroyable, c'est l'imagination et l'appui historique de l'auteur qui a su nous inventer un 20ème siècle sans le Hitler que nous connaissons.

On peut trouver dérangeant de ressentir les sentiments d'Hitler à toutes les périodes de sa vie. Puisque l'auteur décrit à merveille les sentiments. Le roman en lui même est assez choc. Les scènes de guerre sont parfois d'une violence presque intolérables. beaucoup d'allusions sexuelles aussi.

Chapeau très bas à l'auteur, avec un roman qui fait réffléchir.


par Altanais