Livres
627 741
Membres
736 134

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Capitale du Nord, Tome 1 : Citadins de demain



Description ajoutée par Loumiel 2021-08-22T12:20:09+02:00

Résumé

Amalia Van Esqwill est une jeune aristocrate de Dehaven, issue d’une puissante famille : son père possède une compagnie commerciale et sa mère tient un siège au Haut Conseil. Progressistes, ils lui ont offert, à elle et à d’autres enfants de la Citadelle, une instruction basée sur les sciences et les humanités. Jusqu’au jour où le fiancé d’Amalia se met en tête de reproduire un sortilège ancien dont il a appris l’existence dans un livre. Au moment précis où la tension accumulée dans les Faubourgs explose et où une guerre semble prête à éclater dans les colonies d’outre-mer, la magie refait son apparition dans la ville si rationnelle de Dehaven. Et malgré toute son éducation, Amalia ne pourra rien pour empêcher le sort de frapper sa famille et ses amis.

Deuxième roman de Claire Duvivier, Citadins de demain est le premier volume de la trilogie Capitale du Nord.

Capitale du Nord, constitue, avec Capitale du Sud (dont le premier volume, Le Sang de la cité, écrit par Guillaume Chamanadjian, est sorti en avril 2021) le cycle de la Tour de garde.

Afficher en entier

Classement en biblio - 55 lecteurs

extrait

C'est vrai, père. J'ai mille questions qui me traversent l'esprit et je ne sais comment y trouver des réponses. J'ai l'impression d'être devenue idiote et je regrette la vivacité d'esprit qui était la mienne avant. (...)

C'est une illusion. Ce n'est pas votre esprit qui s'engourdit, c'est le monde autour de vous qui vous apparaît progressivement dans toute sa complexité ; un processus qui ne cessera qu'à votre mort. S'en inquiéter est plutôt sain, mais cela ne doit pas vous paralyser.

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Bronze

Capitale du Nord : citadins de demain, de Claire Duvivier

Je suis un peu mitigé sur ce premier tome du Nord 🙁

Certains aspects m’ont plu : le trio de personnages, leur complicité ; leurs parents, porte d’entrée vers une certaine complexité politique ; les touches de world building, qui donnent envie d’en savoir plus sur l’histoire de cet univers (et qui étaient assez absentes de Capitale du Sud)

J’ai certains aspects qui m’ont paru un peu bof mais j’ai passé outre : le style au passé simple y compris dans les dialogues (on s’y fait) ; le personnage gay dont l’homosexualité est juste suggérée mais jamais dite clairement ni vue (après tout pourquoi pas)

Mais il y a aussi certains aspects qui m’ont plutôt déplu : toute l’intrigue surnaturelle, que j’ai trouvée à la fois trop rapide et trop peu développée, j’ai eu du mal à y croire et à m’y impliquer et son final m’a semblé tomber un peu comme un cheveu sur la soupe (j’imagine qu’il est prévu que ça soit plus développé dans la suite, mais ça m’a semblé mal équilibré pour ce premier tome) ; la surutilisation de « tragiteasing » (ça a sûrement un vrai nom mais je l’ai pas), avec trop régulièrement des phrases de type « si j’avais su la catastrophe que ça causerait », « plus rien ne serait comme avant », etc, pour un événement tragique qui n’arrive en plus que très tard donc j’ai trouvé ça un peu lourd ^^’ (c’est déjà quelque chose que j’aime bof de base, mais là j’ai trouvé qu’il y en avait vraiment beaucoup)

Bref, au final une déception car j’avais très envie d’aimer, mais les éléments positifs sont au final assez classiques et contre balancés par les négatifs. J’espère fort que le tome 2 me plaira plus, et que ce n’est « que » un problème d’équilibrage dans le découpage ^^’

Afficher en entier
Bronze

Le concept est très intéressant : une fresque devéloppée en tandem, deux séries indépendantes mais qui s'entrecroisent, deux visions d'un même monde.

J'ai commencé par Capitale du nord. Et j'en ressors assez déçu. La faute d'abord aux trois personnages principaux, que je trouve plutôt agaçants chacun à leur manière, aucun ne suscite l'attachement. Ensuite, dans une société aristocratique qui glorifie la bienséance (rendant le discours pesant) et la science, la magie arrive à la page 181. Tout le décorum avant cela aurait pu tenir sur moitié moins de pages, nous avons un scénario qui démarre difficilement. Enfin, j'ai eu du mal avec la temporalité. D'un côté nous avons de fréquents retours en arrière, alors qu'il aurait été plus froidement logique (et en accord avec Dehaven) de tout mettre dans le bon sens ; d'autre part on ne comprend que retrospectivement lorsque plusieurs mois se sont écoulés entre certains chapitres. Sans parler des effets d'annonce ("nous ne savions pas encore que nous courrions à la catastrophe") qui tuent le suspense et n'aboutissent sur rien, du moins dans ce premier volet. De façon générale, il manque des informations dès le début (on ne connait même pas l'âge des protagonistes !), elles sont trop dispersées dans le récit.

La fin n'est pas satisfaisante mais, corrélée avec le synopsis du tome 2 sorti il y a peu, nous pouvons espérer que les choses vont enfin s'accélérer. Avec une forte ingérence de la magie dans un quotidien trop rigide, avec une guerre qui menace et en quittant la Citadelle pour se confronter à la vraie vie. Vais-je pour autant acheter le tome 2 ? Ce sera à Capitale du sud de me convaincre que cet univers vaut la peine d'être fouillé.

C'est dommage car j'avais bien aimé "Un long voyage", mais le style d'écriture m'a semblé différent, en tout cas l'alchimie n'a pas pris cette fois.

Afficher en entier
Argent

Une première phrase mythique, une lecture malaisante, une fin terrible !

Difficile de faire un retour sur ce livre tant il y a de choses à dire.

Après avoir lu Le Sang de la Cité (Capitale du Sud tome 1), j’ai enchainé avec Citadins de demain, que j’ai trouvé beaucoup plus complexe. Je n’ai pas pu m’empêcher de comparer les deux, et d’anticiper certaines choses. J’ai cru être prête, mais je ne l’étais pas. J’ai pris une véritable claque à la fin, et ça m’a obsédée pendant toute une nuit.

Comme pour le sud, ça démarre assez lentement, on suit le quotidien de nos personnages, et à un moment on réalise que peu à peu, de manière insidieuse, quelque chose de terrible se prépare : le début tranquille, ce n’était que le calme avant la tempête. Dehaven, qui semble si stable, ne l’est pas.

Assez vite, je me suis sentie mal à l’aise. Le pire, c’est que dès le début, Amalia, notre protagoniste, nous dit d’où part le problème majeur. Le contexte a aussi un gros impact, social ici (ou commercial, comme dirait Mme Van Esqwill ?), alors qu’il était plutôt politique au sud. Le parallèle et le timing entre les deux rend le tout encore plus angoissant : on anticipe, on attend.

Et il y a cette impression d’inéluctabilité : comme si Amalia n’était qu’une spectatrice, condamnée à assister à une lente tragédie.

L’ambiance est là, et elle est dingue.

J’ai pris plaisir à comparer Nox et Amalia, ainsi que les duos Nox/Daphné et Amalia/Hirion, presque des opposés (ou des « reflets » ?).

Globalement, je me suis moins attachée aux personnages de Citadins de demain, la plupart conduits par « la froide logique ». Hirion, je ne l’ai pas aimé. Mais j’ai tout de même beaucoup aimé Amalia et Yonas. Mais le personnage le plus marquant de cette histoire, pour moi, c’est Aliss Van Esqwill, la mère d’Amalia. Le chapitre 10 fut une révélation, c’est pour moi le chapitre qui montre toute la complexité de ce livre, de son contexte, de ses personnages.

Cette notion de « citadin de demain », je l’ai trouvée vraiment idéaliste. Ce discours était beau, optimiste, encore plus dans la bouche de Yonas. Quand celui-ci a échangé avec Amalia et Hirion à ce sujet, ça m’a fait un bien fou, j’avais limite les larmes aux yeux. Quel contraste entre ce titre porteur d’espoir et la fin du livre !

La fin est terrible, l’auteure est terrible avec ses personnages, et c’est terrible pour le lecteur de devoir s’arrêter là ! Je suis sortie de là choquée, il me faut la suite, j’ai besoin de savoir !

J’ai cependant 2 choses qui m’ont gênée à la lecture :

1 - même remarque que pour le sud, et c’est un choix éditorial qui n’épargnera pas les livres suivants : la police d’écriture est trop grosse.

2 - j’apprécie le langage distingué de la noblesse, mais le subjonctif imparfait, je n’en peux plus ! Trop de « nous hésitassions », « vous m’élevâtes » !

Je recommande de lire les tomes de La Tour de Garde dans l’ordre de publication, en commençant par le Sud puis en passant au Nord, afin d’apprécier la montée de la tension et les différentes allusions à l’autre capitale.

Afficher en entier
Argent

Dans la florissante cité portuaire de Dehaven, Amalia, rejeton d’une des familles régnantes de la ville, a reçu une éducation originale, basée uniquement sur la raison et l’expérimentation. Ses deux meilleurs amis, Hilion et Yonas sont eux aussi les fruits de cette expérience dont le but est de faire d’eux de futurs adultes éclairés, capable d’endosser leurs responsabilités avec rigueur et efficacité.

Prête à évoluer dans les hautes sphères de la ville, à l’égal de ses parents et de sa grand-mère, membre du Haut-Conseil, elle se retrouve malheureusement témoin de la colère qui gronde au cœur de la cité comme au sein des colonies qui font la richesse de Dehaven. Sans compter Hilion qui choisit ce même moment pour s’enticher d’un étrange ouvrage qui parle de mystères étranges poussant le jeune homme à s’interroger, expérimenter, réveillant une magie oubliée… mais non point dangereuse.

Après le Sud, j’ai donc attaqué le Nord. Ce roman est le premier volume de la trilogie parallèle qui, avec « Capitale du Sud » de Guillaume Chamanadjian, compose l’univers de la Tour de Garde. Des liens existent bel et bien entre ces deux cités : des personnages croisés, des rumeurs qui atteignent leurs portes respectives ou ce jeu de la Tour de Garde, loisir adoré que se partagent les deux cités. Concernant la plume des auteurs, j’ai le sentiment que chacun a bien choisi sa cité. Gemina, c’est l’aventure, les couleurs chatoyantes, les jurons, les parfums capiteux…quand Dehaven est plus calme, plus policée. On s’y exprime avec préciosité (j’avais oublié à quoi ressemblait l’imparfait du subjonctif avant de le lire ici !). Nox est fougueux, fort en gueule quand Amalia est posée, sourit au lieu de hurler même si ses réparties peuvent être piquantes. Claire Duvivier prend le temps de poser son histoire, laissant chaque personnage s'installer. On l’imagine très bien déployer tranquillement les pièces de son jeu, un demi sourire aux lèvres… pour mieux vous prendre par surprise et vous laisser tout étourdi ! Un premier volume captivant dont j’attends la suite avec impatience!

Afficher en entier
Or

Citadins de demain est le premier tome de la saga Capitale du Nord qui est la seconde saga se déroulant dans l’univers de la tour de garde. L’accès à l’univers est plus facile en commençant par le premier tome de Capitale du Sud. La capitale du Nord est mise en avant via un groupe de jeunes gens dont l’éducation est le fruit d’une expérience. Ils ont été conditionnés pour être très intelligents mais complètement déconnectés de la réalité du monde. L’héroïne est au départ détestable au possible, c’est le genre de personnage qu’on apprécie ne pas aimer et qu’on aime découvrir petit à petit. C’est l’exact opposé des personnages que l’on suit dans la capitale du Sud qui sont au coeur du quotidien de la cité et très attachants. J’ai adoré voir comment cette troupe inadaptée évolue et découvrir à quel point ils ne comprennent pas les choses les plus évidentes alors qu’ils ont été formés pour tout comprendre. A première vue, rien ne rattache le Nord et le Sud mais quelques détails commencent à montrer qu’il y a des passerelles. Là aussi le jeu de la tour de garde est important et là aussi il y a un passage vers un autre monde paralèlle sombre et dangereux. J’aime l’idée d’avoir un jeu cérébral type échecs mais qui est démocratisé et accessible à tous, il ne faut pas forcément être « supérieur » dans de nombreux domaines pour être bon à ce jeu-là. La tour de garde fait appel à d'autres compétences que chacun peut ou non développé. C’est un point de bascule important pour l’égo de notre personnage principale. J’aime beaucoup cette double saga et être témoin de la façon dont les deux vont s’imbriquer.

Afficher en entier
Or

Très bon tome d'ouverture qui introduit la Capitale du nord.

Le personnage principale va être intéressant à suivre.

Les liens avec le tome 1 de la Capitale du Sud sont déjà évident.

Le style est magnifique.

Afficher en entier
Or

Je fais le choix de chroniquer ces deux tomes ensembles malgré le fait qu’il s’agisse de livres très différents.

Avec un peu de recul, je peux dire que ces livres sont des coups de cœur, et font partie de mes meilleures lectures 2022.

Je tiens à souligner tout d’abord l’originalité de l’univers, et du lien, à sa voir le jeu de la tour de la garde, qui les unis. Pour moi c’est du jamais lu, et c’est une belle réussite !

L’univers est magnifiquement bien construit, profond, précis, s’inspirant pour le sud, de l’Italie, de la fin de l’Antiquité, et peut-être un peu du trône de fer… Pour le nord, on retrouve Amsterdam, la Flandre, la froideur scientifique.

Je me suis immédiatement immergée dans la magnifique ville de Gemina, ses coutumes, ses stratégies politiques, sa magie. La place accordée à tous les sens dont le goût : par le vin et le métier de Nox et à la musique, au rythme et la poésie m’a enchantée. Dehaven a été plus difficile à saisir, la cité est froide, pragmatique, l’usage du passé simple à outrance, surtout dans les dialogues, a retardé mon entrée dans le récit. Mais, à environ la moitié du livre j’ai eu une sorte de déclic, et impossible alors de m’arrêter. Ce livre va crescendo, le rythme s’accélère lentement mais sûrement, la menace d’abord imperceptible apparaît de façon progressive mais irrémédiable, et un climat de danger nous entoure pour culminer sur un final époustouflant !

Bien sûr, les personnages valent le détour, ils sont complexes, profonds, réalistes.

Si je devais souligner un défaut se serait la longueur des chapitres, vraiment une grosse trentaine de pages à chaque fois !!!

Je conseille donc ce livre sans aucune hésitation, et j’ai vraiment hâte de lire les tomes suivants…

Afficher en entier
Lu aussi

Après capitale du Sud, on passe au nord celui-ci a été très long, je me suis énormément ennuyé vraiment publier est dur à lire, car les personnages ne m’ont pas plus accroché que ça pourtant, il y en a plusieurs, mais aucun ne m'a enchanté. Il y a de l'action seulement à la fin vraiment à la toute fin, c'est intéressant, mais ça arrive trop tard. Je vais continuer cette saga doucement petit à petit, car j'ai quand même la curiosité de savoir comment ces 2 capitales vont se relier et s'accorder.

Afficher en entier
Or

Dans citadin de demain, nous suivons un trio d'amis formé par leurs familles à devenir l'élite d'une cité Etat. Cycle en parallèle de celui de cité du Sud.

J'ai trouvé que ce roman était agréable à lire avec une mise en place un peu lente. J'ai beaucoup apprécié le chassé croisé entre les deux cycles et j'apprécie la plume de Claire Duvivier qui m'a fait revoir mon passé simple.

Afficher en entier
Bronze

Une lecture un peu en dent de scie. J’ai aimé certains passages mais l’ensemble n’a pas vraiment été satisfaisant.

Je pense que mon problème est que je suis ressortie de cette lecture frustrée. Surtout parce que j’ai l’impression d’avoir attendu en vain que ça démarre, et que même le final n’arrangeait rien.

Je vais maintenant vous en parler plus en détail, ça m’aidera à vous expliquer ce qui n’a pas marché pour moi.

Amalia Van Esqwill fait parti de l’aristocratie de Dehaven. Officiellement les nobles n’existent plus, ils n’ont plus de titres. Mais la famille d’Amalia est resté parmi les plus riches grâce au commerce.

Ses parents sont progressistes. Ils ont décidé, avec une autre famille du coin, d’élever leurs enfants pour en faire des « Citadins de demain ». En gros fini l’éducation stricte, la politique, la religion, les bonnes manières, la littérature … Tout ce qui fait l’éducation dans la haute société normalement.

Amalia, ainsi que son demi-frère, son voisin, Hirion, et la sœur de celui ci, ont appris la diplomatie, « les humanités » (sciences sociales), le commerce, les sciences, la technologie … Tout pour être un parfait chef d’entreprise plus tard.

On les a aussi tenu éloigné de tout ce qui est croyance populaire, magie, et autres sujets de superstitions réservés au peuple.

Evidemment les choses ne sont pas non plus parfaites. Suite à une maladie qui l’a rendu folle, la sœur de Hirion est vite écartée, ainsi que son demi-frère qui n’a vraiment pas de gout pour ce genre de matières, il part donc faire l’armée dans les colonies d’outre mer qui sont en train de se révolter.

Elle se retrouve donc plus ou moins seule avec son voisin. Leurs parents décident de leur rajouter un compagnon histoire qu’ils ne se sentent pas trop seuls. C’est ainsi que Yonas, le fils de l’éclusier du coin rejoint le duo qui se transforme en trio d’amis inséparables.

Nous avons donc une fantasy que j’appellerai sociale. On y parle en fond de colonisation, de lutte des classes, de science opposée à la croyance, …

Notre trio grandit au milieu de cette cité rationnelle en plein changements. Il vont être témoin de l’évolution de la société petit à petit.

Essentiellement on y suit leur vie de tout les jours. Avec ce que chaque année apporte à la situation.

Amalia et Hirion, dés qu’ils sont en age, sont fiancés par leurs parents, car c’était évidemment leur but depuis le début. On parle de leurs premières découvertes, de la façon dont ils réagissent à cette obligation avec leur éducation libre, etc …

Toute cette partie la a été le coté que j’ai le plus aimé dans ce livre. Pas tout par contre, les passages des préparatifs du mariage m’ont laissé de coté, ce n’est pas un sujet que je trouve particulièrement intéressant.

Mais même ce qui m’a le plus plu n’a pas non plus été une grosse révélation, car en terme d’intrigue ça n’était pas palpitant, j’ai trouvé que l’ensemble manquait quand même pas mal de ressort dramatique.

Une partie est surement du au fait qu’Amalia est un personnage assez froid et pragmatique. Elle n’est pas vraiment engagée émotionnellement face aux événements. Elle ne ressent rien de particulier pour Hirion mais elle se fait juste à l’idée qu’il va devenir son mari, comme si c’était inévitable.

La partie de l’intrigue qui m’avait attiré dans le résumé éditeur était celle sur la magie donc je ne vous ai pas encore parlé. En fait, Hirion va devenir progressivement fasciné par la magie. En cachette bien sur car c’est un sujet qu’on lui a interdit dans son éducation. Et bien sur tout ce qui est interdit devient fascinant.

Il fabrique un miroir magique qui lui permet de voir une autre Dehaven. Il va enquêter pour savoir de quelle Dehaven il s’agit : monde parallèle? Passé lointain? Futur?

Mais je crois que cette partie a été ma plus grosse déception du livre. Ça aurait pu être fascinant si on en voyait plus que quelques aperçus par ci par la. Du coup on n’a pas l’impression que ça avance, ça manquait clairement de développement par rapport à ce que j’en attendais. Ce n’est vraiment pas du tout le point central de l’ensemble, plus une petite intrigue secondaire qui n’avance guère durant tout le tome.

Je crois que mon avis du livre peut se résumer à : Une grosse partie intéressante mais pas passionnante sur la vie de tout les jours de trois adolescents de la haute société progressiste, auquel s’ajoute une grosse déception sur le coté magie qui manquait de développement et reste secondaire tout du long.

A l’heure ou j’écris ces lignes je ne suis pas vraiment motivée pour lire la suite.

https://delivreenlivres.home.blog/2022/02/13/la-tour-de-garde-capitale-du-nord-tome-1-citadins-de-demain-de-claire-duvivier/

Afficher en entier

Date de sortie

Capitale du Nord, Tome 1 : Citadins de demain

  • France : 2021-10-01 (Français)

Activité récente

loveuse l'ajoute dans sa biblio or
2022-11-24T20:07:58+01:00
Yerrix l'ajoute dans sa biblio or
2022-10-27T14:06:29+02:00
Givres le place en liste or
2022-07-06T21:03:06+02:00

Évaluations

Les chiffres

lecteurs 55
Commentaires 17
extraits 3
Evaluations 26
Note globale 7.69 / 10

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode