Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Captainkuchi : Mes envies

retour à l'index de la bibliothèque
Miss scandals Miss scandals
Pauline Libersart   
Depuis l'enfance, Amelia subit les mauvaises plaisanteries de son frère et de son comparse, Damian, le jeune duc de Knightbridge. Mais, à quelques jours de son entrée dans le monde, une nouvelle farce dégénère, la poussant à quitter la demeure familiale.

Abandonnant son avenir tout tracé de Lady, elle devient - Oh scandale ! - suffragette.

Pour Damian, la révélation est brutale. Il réalise qu'Amelia a grandi. Elle est devenue une jeune femme qui suscite son admiration autant que son désir.

Au même moment, la guerre éclate en Europe, jetant le monde dans le chaos...

(Déjà paru sous le titre "Amélia la scandaleuse")
Sur le fil Sur le fil
Estelle Maskame   
Alors, par où commencer ?

Personnellement je n'ai pas été à fond dans ce livre. J'étais très heureuse de découvrir qu'Estelle Maskame avait écrit un nouveau bouquin car j'avais aimé sa trilogie "Did i mention". Mais ce livre ne m'a pas autant plu que ces derniers.

Parlons d'abord de l'héroïne Mackenzie. Cette fille vie avec sa mère qui est alcoolique suite à une fausse couche, son père qui ne fait rien pour aider sa femme qui s'enferme dans l'alcoolisme parce qu'il comprend qu'elle puisse se détruire, et bien sur Mackenzie qui n'ose rien dire car elle a peur de faire souffrir sa mère. Un jour, une de ses proches amies ( qui a accessoirement un frère jumeau avec qui Kenzie flirt ) perd ses parents dans un accident de voiture. Mackenzie prend peur car elle ne sait pas comment réagir. Elle décide donc de s'éloigner de ses amis et de les laisser dans leur souffrance car elle a peur de ne pas savoir quoi leur dire, ni comment réagir. Elle va aller jusqu’à demander à ses deux potes de ne pas leur parler non plus, pour lui éviter cette gêne. Sérieusement !! Qui fait ça ?

Jaden qui a perdu ses parents reste toujours aussi positive, et essaie d'aller de l'avant car même si c'est dur, il comprend qu'il doit continuer à faire sa vie et à être heureux comme ses parents l'auraient voulu. J'ai plutôt aimé ce type. Il était doux, gentil, intelligent, calme. Et ça change des bouquins que j'affectionne, où le héros est anti social et complètement détraqué et passe son temps à taper sur tout ce qui bouge (ou à coucher avec). Il m'a touché.

MAIS ce livre est une connerie. Quel être humain décide de laisser tomber ses potes suite aux décès de leurs parents parce qu'il a peur de ne pas savoir quoi dire, comment réagir ou parce qu'il a peur qu'ils ne deviennent plus jamais heureux ? Qu'ils aient changés ? La meuf sa mère à fait une fausse couche, je comprends que ça peut briser quelqu'un mais de là à devenir alcoolique, je trouve ça un peu poussé. Encore plus poussé sachant que cette femme à déjà une fille. J'ai trouvé ça vraiment trop débile quoi. Ensuite quand Kenzie décide qu'enfin elle est prête à aller se faire pardonner, bien sur le mec qui a des sentiments pour elle l'accueil les bras ouverts.

Je ne sais pas ce qui s'est passé dans la tête d'Estelle Maskame quand elle écrivait ce livre, mais ça m'a vraiment énervé. Son héroïne est pourrie, elle est nulle. Elle aurait du trouver une autre intrigue pour cette histoire parce que franchement c'était n'importe quoi.

Je ne sais pas s'il y aura un deuxième tome vue la fin, mais honnêtement s'il y en a une, je ne pense pas que je le lirais.

par danao
Just don't mention it Just don't mention it
Estelle Maskame   
Ce tome ne sort pas le 21 Juin en français mais bien en anglais, c'est une erreur.


EDIT : Apparemment la sortie prévue en français serait fin Juin 2019 (le 31) mais pour l'instant rien d'officiel.
Ce qu'il n'est pas, Tome 1 Ce qu'il n'est pas, Tome 1
Bingo Morihashi   
Peignant la situation familiale de la famille de Matsunaga, des sœurs imbuvables et tyranniques et un père absent, son désir d’autonomie est parfaitement compréhensible. Et quand il rencontre Mirai Oba, son colocataire, je me suis demandée comment l’histoire allait se dérouler au fil de ces 6 tomes : l’un étant un garçon vivant avec une personne possédant le cœur d’un garçon mais l’anatomie d’une fille, divers scénarios se jouaient.

L’auteur prend son temps, pour présenter les personnages secondaires, construire la nouvelle vie de Matsunaga, ses nouveaux liens et finit même par m’habituer au tempérament docile et benêt de ce dernier qui est incapable de dire non et de s’opposer franchement à quelqu’un.

Pour l’instant, on est imprégné de la trans-identité de façon générale, et du mal être de la personne concernée sur divers angles : l’enfance, le fait qu’on n’offre pas à une petite fille des jouets de super héros sous prétexte que « c’est pour les garçons » et les magical girl pour les filles. Les problèmes pour la vie scolaire et celle en communauté : certains vont ébruiter cet état de fait, considérer que c’est un scoop à partager, ainsi que le harcèlement ou les moqueries qui peuvent apparaître aussi.

Le fait de se sentir mal dans sa peau est aussi abordé, tout comme la psychanalyse que suivent ces personnes, mais pas sous l’angle de l’apitoiement. Mirai est un personnage avec un tempérament fort, et mène à la baguette Matsunaga et ces deux-là feront rire, comme ils pourront agacer à certains moments, dans leur petite vie de lycéen, en proie aux relations amicales et amoureuses.

Sur le blog : https://letempodeslivres.wordpress.com/2019/05/17/ce-quil-nest-pas-tome-1/#more-3529
L'Appartement L'Appartement
Danielle Steel   
J'ai beaucoup aimé, comme tous les livres de cette auteure que j'ai eu l'occasion de lire.
Toi seul Toi seul
Carine Pitocchi   
un livre mignon avec des personnages simple. C'est un bon livre pour passer une après-midi à la plage ou se détendre mais sans rien de plus. Il ne révolutionne pas les histoires d'amour. C'est passable.

par ninon64
Everless Everless
Sara Holland   
«I know better than to be afraid of stories.»

Ce moment où je viens de passer les dernières heures plongée dans la préparation de mon examen de droit pour le bac (parce que j'aime préparer les choses en avances) et que je ne sais plus parler que de liberté sexuelle... Du coup, vous voulez un cours ? Non, très sérieusement. Mon cerveau va exploser. En plus, je suis malade (oui je passe ma vie à être malade, c'est dingue -la fille que vous pouvez entendre éternué à l'autre bout de la Terre, c'est moi-) donc c'est franchement pas cool. (Je raconte ma vie aussi, au cas où vous ne l'auriez pas du tout remarqué.)

BREF.

Première chose, mes amis, parlons de la couverture. De manière très simple, je la trouve vraiment très belle. J'adore les couleurs et j'admets que ce truc de sablier me plait bien. Ah, que voulez-vous, il en faut peu pour être heureux.... Wait. ♫♪ Il en faut peu pour être heureux, vraiment très peu pour être heureux, il faut se satisfaire du nécessaire... ♪♫ Non ? Enfin, tout ça pour dire que j'aime cette couverture, voilà.

J'avoue que je n'ai rien à dire sur la plume de Sara Holland. Rien. Du. Tout. Nada. Nothing. At. All. Bref, vous avez compris. Le néant total. *hausse les épaules*

In Time meets Red Queen. (Et pour les incultes, In Time est un film.)

Soyons honnêtes. Entre les personnes qui ont moyennement aimé voir pas du tout apprécié ce roman et celles qui l'ont adoré, je n'avais pas envie de me faire mon propre avis. Je voulais juste rester sous ma couette à entendre une illumination qui me donnerait l'envie de donner sa chance à Everless. Bon, j'admets que l'illumination n'a pas perdue de temps. J'ai lu Everless assez rapidement, et je n'ai sérieusement pas vu les pages défilées. Ce qui, je suppose, est une bonne chose. Ce n'est pas tant que l'histoire soit addictive mais plutôt le simple fait qu'elle est suffisamment entraînante pour ne pas vous lâcher. Oui, il y a une nuance, merci.

Cela dit, il est temps que vous ayez mon verdict, non ? Je suis entrée dans l'histoire aussi facilement qu'on rentre dans un jeans à notre taille (pourquoi il faut toujours que je dise des trucs pareils ?) et très honnêtement, j'ai beaucoup aimé l'histoire en elle-même. Elle a du potentiel, et même s'il est vrai que ça aurait pu être encore mieux, je suis presque certaine que le second tome saura nous donner ce petit mieux. Everless a tout pour plaire, une bonne intrigue, de bons personnages, une pointe de romance, et un univers intéressant, sans oublier les retournements de situations.

Mais de quoi ça parle ? Dans le Sempera actuel, Jules et son père ne roulent pas sur l'or. Ils vivent dans un petit coin appelé Crofton et ils doivent se battre pour ne pas finir à la rue et mourir de faim (enfin ça reste à voir, je ne suis pas sûre). Cependant, lorsque Jules était enfant, ils vivaient à Everless qui est le domaine de l'une des familles les plus puissantes de Sempera ; les Gerlings. Suite à un accident avec les frères Gerlings, Jules et son père ont dû fuir et se cacher. Depuis Jules nourrit une haine profonde pour ces foutus Gerlings et un des frères en particulier. Mais à présent que son père a du mal à les faire vivre, Jules décide de retourner à Everless en tant que servante malgré le fait que son père lui a dit et redit qu'elle ne devait jamais y retourner. Everless est un endroit dangereux et avec la Reine en visite à l'occasion du mariage d'un des frères Gerlings avec sa fille adoptive, Jules va être forcée de découvrir qui elle est vraiment au risque de perdre ceux qu'elle aime le plus...

Je ne l'ai pas encore dit mais si vous connaissez le film In Time vous vous doutez peut-être que la vie à Sempera c'est de l'argent et que l'argent c'est du temps. Alors laissez-moi vous raconter une petite histoire... Il était une fois (parce que je ne me priverai certainement pas du plaisir d'un tel début) sur les terres de Sempera, un Alchimiste et une Sorcière. L'Alchimiste vola le cœur de la Sorcière, volant par la même occasion son immortalité (sinon c'est pas drôle) et mélangea le temps au sang. Et quitte à faire des expériences cheloues, autant aller jusqu'au bout. L'Alchimiste mélangea aussi le temps au métal et en fit de l'argent (money money). Pour faire simple, plus vous avez d'argent, plus vous pouvez vivre longtemps (par longtemps entendez des siècles, merci). Bah, on savait bien que l'immortalité c'était pas gratuit. ;) En tout cas, toute cette affaire est fascinante à découvrir.

Ce tout petit aspect, qui est un élément important de l'histoire puisque c'est là-dessus qu'elle se base m'a énormément plu. J'ADORE. Même si j'admets que je ne voudrais pas que ça devienne une réalité parce que j'ai tellement de chance que je serais pauvre comme pas possible et que je serais donc condamnée à mourir jeune. Non, merci.

Le world building de Everless m'a énormément plu. En plus du côté argent = temps, il y a un tas de petits détails qui m'ont charmée. Comme par exemple, Briarsmoor. Je n'en dirais pas plus sur cette petite ville (pour ne pas vous gâcher le plaisir) mais je veux y aller pendant mes vacances. Sérieusement, je suis tellement fan.

MAIS ALORS pourquoi est-ce que ce roman n'est pas un coup de cœur ? Eh bien, premièrement je suis malade donc ça réduit carrément mon amour pour à peu-près tout. SORRY. Ensuite, malgré tout Everless a quelques défauts, on ne va pas se leurrer. La principale raison c'est qu'au final, il n'y a pas tant de surprises que ça. Il y a en bien une ou deux bien placées, mais au-delà de ça, Everless n'offre pas grand-chose de nouveau qui puisse m'éblouir. Et de plus, certaines choses me paraissaient sous-développées et j'ai trouvé ça super dommage. Je n'en dirais pas plus, pour ne spoiler personne, mais en tout cas, c'est sûr qu'il y a de bons éléments mais il y en aussi de moins bons...

Ah les personnages... J'adore parler personnages. C'est le moment où soit je suis super emballée soit totalement entrain de ramer. C'est cool, je trouve. ^^ Je suis partagée concernant les personnages de Everless. Il y a bien deux ou trois que j'ai apprécié, un ou deux que j'ai détesté, et quelques autres qui ne m'ont fait ni chaud ni froid... C'est très hétérogène, pour ma part.

• Jules c'est le genre typique de personnage principal que tu peux adorer et détester en même temps. Des fois elle fait des trucs bien, et des fois comme ça elle fait un truc débile comme pas possible et tout ce que tu peux faire c'est la regarder faire en secouant la tête. Cela dit, dans la mesure où elle n'est pas le pire personnage principal que j'ai croisé et que je considère qu'on fait tous des choses franchement merdiques parfois, je tolère. (Je suis sympa comme ça.)

• Alors Roan, notre très cher Roan... Le Gerlings préféré de tout Sempera. Un volontaire pour lui donner une claque dans la gueule ? Non ? Tant pis, je me dévoue. Comme vous pouvez le savoir, je suis quelqu'un de patient et de tolérant. Je suis pacifiste, même, la plus part du temps. Mais là, non. Pas possible. Ce gars m'a tellement insupporté avec ses airs de mec gentil et parfait qui chie des arcs-en-ciel... Excusez mon langage. C'est simple, chaque fois qu'il souriait j'avais envie de le gifler. Il ouvrait la bouche ? Gifle. Il bougeait ? Gifle. Il respirait ? Gifle. Simple comme bonjour. Bon, pas besoin de vous le cacher, je ne l'aime pas. Dès le début, lui et moi ne pourrions pas nous entendre. À la fin, je ne regrette rien. (Comprendra qui aura lu le livre.) *rire diabolique.*

• Liam (le vilain petit canard Gerlings de Sempera) c'est mon bébé, c'est le personnage que j'ai préféré dans ce bouquin, et moi aussi je vais commencer à faire des expériences cheloues pour le rendre réel... C'est un personnage complexe qui, je pense, n'a pas fini de nous surprendre. J'ai hâte de le retrouver dans le prochain tome pour voir ce qu'il a encore en réserve. Et puis j'aime bien son air d'éternel boudeur. JE L'AIME D'AMOUR.

• Que puis-je dire sur Caro ? C'est un personnage diaboliquement génial. Je l'adore même si elle a littéralement pris mon cœur entre ses mains et l'a serré, elle l'a écrasé jusqu'à ce qu'il n'en reste plus rien et ensuite elle m'a laissé à genoux ramasser les dernières miettes de mon pauvre cœur et m'a laissé les regardé partir en poussière... Je vous le redis, je l'adore.

• Les autres, en clair, je m'en fous. Sauf Hinton, parce qu'il est trop mignon et que j'ai envie de lui faire pleins de câlins.

Parlons Romance. Comme je l'ai dit plus haut, Everless nous offre une pointe de romance. Ou plutôt un aperçu d'une romance potentielle ? Je ne saurais même pas vraiment comme décrire ce que Sara Holland nous a offert mais en tout cas, c'était pas mal. Alors déjà, je suis bien heureuse que la romance ne soit pas l'aspect principal de l'intrigue parce qu'autrement je sens que j'aurais fini par me taper la tête contre un mur. La romance dans Everless était bien partie pour soit aller dans le mauvais sens (aka avec un gars que je ne supporte pas) soit finir en triangle amoureux (aka quelque chose que je ne supporte pas non plus -heureusement que je suis censée être tolérante et tout le blala-). MAIS remercions le dieu du livre pour ça, on a évité le pire. Je suis pleinement satisfaite avec ce que nous a offert Sara H. dans ce premier tome et maintenant je suis impatiente de découvrir ce qu'elle réserve à ces deux personnages pour la suite. Bien-sûr vous vous doutez que je ne vous dis pas de quels personnages il s'agit pour ne pas vous spoiler, oh gentil âme que je suis. → nouveau ship en vue. ♥

La fin m'a TELLEMENT plu. C'est probablement l'une des choses que j'ai préféré. Je n'ai pas grand-chose à dire dessus hormis qu'elle m'a donné envie de me rouler par terre comme un gros bébé en pleurant toutes les larmes de mon corps sans trop savoir pourquoi. Je l'ai trouvé à la hauteur de mes attentes et elle prouve vraiment le potentiel de l'histoire et du prochain tome. Pourtant, j'avoue que j'avais un peu peur que Sara Holland se prenne pour Victoria Aveyard mais NON, nous sommes sauvés ! Paix à nos âmes.

En conclusion, je suis plutôt impatiente de pouvoir découvrir le second tome. Everless n'est pas parfait mais j'ai un bon pressentiment concernant Evermore. Il y a de très bons éléments qui font que Everless réussit à se démarquer des autres de son genre mais il me manque encore un petit quelque chose pour que cette histoire soit véritablement "unique". Une dernière chose : LIAM. Juste ça et je suis comblée. Maintenant vous m'excuserez mais je vais aller pleurer le fait que ce mec soit fictif sur ma dissertation de philo (que je dois rendre mardi donc faut que je me presse). ;)

«“Fox”, said Snake, curling slowly around her friend's heart. “It's time we face the truth.”»

theblacksunshineblog.wordpress.com/2018/04/01/everless-sara-holland/

par Sheo
Comment mon été est parti en fumée Comment mon été est parti en fumée
Jennifer Salvato Doktorski   
http://www.lmedml.fr/2019/05/16/comment-mon-ete-est-parti-en-fumee-jennifer-salvato-doktorski/

PRÉPAREZ L’ÉTÉ… PARTEZ EN ROAD-TRIP AVEC ROSIE…
Les éditions Hugo New Way ont encore frappé avec un roman Young Adult qui nous offre une bonne dose de bonne humeur, de bonnes réflexions au fil du récit, une héroïne en plein doute, à la recherche d’elle-même.

[Comment mon été est parti en fumée] est le genre de roman qui met en perspective des thématiques qui toucheront les jeunes lecteurs, Rosie, notre héroïne est totalement dépassée depuis que son petit ami l’a trompée, cela l’a conduite à certaines extrémités comme mettre le feu à sa voiture, et le harceler… (juste un tout petit peu…). Quand Matty, son meilleur ami, lui propose un road-trip, elle n’est pas spécialement emballée, mais si ce voyage s’avérait libérateur ? Rosie a tout à vivre et à apprendre…

DES PERSONNAGES TERRIBLEMENT ATTACHANTS…
Dès les premières lignes, on se rend compte que notre Rosie est un sacré phénomène. Impulsive ? Un petit peu. Indécise ? Totalement. Perdue ? Assurément ! Rosie est une adolescente qui doit faire face à son premier chagrin d’amour. Gérer une rupture n’est pas chose aisée lorsque l’on ne comprend pas pourquoi… Rosie est imparfaite, elle se laisse guider par ses émotions, entre désespoir et colère, elle ne sait plus comment refaire surface. Surtout qu’elle doit assumer les conséquences de ses actes. Pour s’éloigner de Joey (l’infidèle) elle va partir en road-trip avec Matty (son meilleur ami) et deux de ses potes. Elle va apprendre à vivre avec trois geek pendant plusieurs jours. Sortira-t-elle indemne de cette aventure ? Aura-t-elle appris de ses erreurs ?

Rosie a un tempérament qu’elle a du mal à contenir, elle est passionnée et elle est parfois égoïste. Ses caprices vont lui valoir quelques problèmes qui nous offrent des situations assez cocasses. Matty, Spencer et Logan vont accompagner notre héroïne au fil de la route, lui permettant de se remettre en question. J’ai particulièrement aimé notre quatuor. Matty est adorable, Spencer hyper drôle et Logan… Et bien lui est assez intriguant au départ. Il a une attitude hostile envers Rosie mais c’est un jeune homme très intéressant qui m’a plu.

UN ROAD-TRIP RYTHMÉ… UNE VRAIE BOUFFÉE D’AIR FRAIS !
Je suis une grande fan de road-trip ! Ici l’ambiance durant cette aventure est géniale, inconstante et pleine de rebondissements. La cohabitation de nos héros ne sera pas chose aisée et c’est ce que j’ai aimé.

L’autrice nous offre beaucoup de réalisme dans cette histoire. Notez qu’elle s’adresse d’abord à des jeunes lecteurs, il est donc « normal » que nos personnages aient des réactions adaptées à leur âge.

Le récit est truffé d’humour, d’autodérision, de remise en question, d’éveil à l’amour et à l’amitié. Rosie va vivre un certain nombre d’aventure aux côtés de trois garçons qui lui permettront d’ouvrir les yeux sur son quotidien, ses priorités, sa personnalité et sa vision de la vie. Elle saura trouver des réponses aux questions qu’elle se pose en devenant plus mâture même si certaines de ses décisions restent impulsives et inexplicables, mais c’est vraiment propre à la période de l’adolescence.

ET L’AMOUR, DANS TOUT ÇA ?
J’ai particulièrement aimé l’approche de l’autrice en ce qui concerne les sentiments amoureux. Rosie est dévastée par sa rupture, elle va devoir faire face à des émotions violentes qu’elle aura du mal à gérer. Bon, en brûlant la voiture de son ex, on se rend compte qu’elle n’a vraiment pas su gérer, haha ! Bref, l’amour dans ce roman est très bien amené, rien n’est définit, tout reste à venir. Nos personnages vont apprendre beaucoup sur eux-même tout au long de ce road-trip. Les liens vont se tisser, se modifier et prendre vie. La notion d’amitié est aussi abordée et de manière tout aussi importante par rapport aux sentiments amoureux, j’ai trouvé cela très important que l’on puisse se rendre compte de la différence.

EN BREF :
[Comment mon été est parti en fumée] est un roman inspirant, fun et rafraîchissant. L’autrice nous offre une héroïne un peu déjantée aux prises avec des émotions qu’elle va devoir gérer tout au long de ce road-trip infernal qu’elle partagera avec trois geek au grand cœur. L’histoire est originale, les thématiques sont vraiment bien exploitées pour nous offrir un récit jeune et dynamique. J’ai adoré voyager à travers les Etats-Unis, pris beaucoup de plaisir avec l’ambiance country que l’autrice installe dans son histoire. Un roman à lire pour se mettre de bonne humeur.

A lire si vous aimez…

Les road-trip.
Les héroïnes qui se cherchent et qui apprennent de leur erreurs.
Les récits Young adult.
Les thématiques fortes et bien exploitées.
Fallen Crest, Tome 5 : University Fallen Crest, Tome 5 : University
Tijan   
Dans ce cinquième tome de « Fallen Crest », nous changeons complètement de décors puisque Sam et Logan rejoignent Mason en faculté.
De nouveaux cours, de nouveaux lieux, des nouvelles têtes. Sam veut profiter de ce nouveau départ pour repartir de zéro.
Sauf que Sebastian Park se tient dans l’ombre, à attendre la moindre des occasions pour se venger de Mason.

J’ai trouvé ce tome plutôt rafraîchissant par rapport aux quatre derniers.
Cela est dû principalement au fait que les lieux sont nouveaux dans ce tome. Les personnages grandissent, mûrissent et aspirent à la tranquillité. Enfin, pour tout le monde sauf pour Logan qui lui, ne changera jamais.
Alors bien sûr, même s’ils sont plus « grands », nous retrouvons les éternelles disputes, joutes verbales et conspirations qui font la force de cette série. Logan est encore le maître des répliques chocs et cela pour notre plaisir.

J’ai également plutôt apprécié le combat que vont se livrer pendant tout le livre Mason et Sebastian.
Ils ont chacun leurs équipes, chacun essaie de gagner la bataille. Sebastian campe bien le rôle du gars de bonne famille complètement imbu de lui-même et détestable. On sent qu’il est plus dangereux que ce qu’il veut bien le montrer et qu’il a plus d’un tour dans son sac. Il apporte une noirceur un peu moins juvénile au récit, une intrigue plus mature que ce que l’on a pu lire avant dans l’univers de TIJAN.

Il y a également beaucoup de secret dans ce livre, beaucoup de personnages qui cachent un passé pour telle ou telle raison.
Même si c’est rapidement évident que certains protagonistes ne disent pas tout, on se prête au jeu à élaborer des théories et à faire défiler les chapitres pour savoir enfin la vérité.
J’avoue avoir été surprise par moments, comme quoi on ne peut pas tout deviner et que TIJAN a réussi cette fois-ci à bien cacher son jeu.

Par contre, comme dans les précédents tomes, il y a beaucoup de passages très longs et/ou qui ne servent aucunement à l’avancée de l’intrigue. Quel dommage que l’auteur se perde encore dans ces passages qui viennent alourdir notre lecture.

La fin arrive et emmène un nouveau problème.
Forcément, on commence à être habitués à ce fonctionnement, cette façon de tenir en haleine le lecteur. J’avoue, je suis déçue de ce qui attend les personnages dans le prochain tome, du personnage qui apparaît et qui sera celui qui viendra mettre certainement la zizanie entre Mason et Sam.
Peut-être que je me trompe. Cela sera à voir dans le sixième tome.


En conclusion, « Fallen Crest #5 » est un opus qui vient souffler un vent de fraicheur sur la série. TIJAN a réussi à trouver un autre chemin pour se renouveler, sans pour autant laisser de côté les aspects de cette histoire qui en ont fait son succès.
J’ai apprécié cette intrigue plus mature, plus noire, avec plus de secrets que ce qui avait été écrit avant.
A voir si dans les deux précédents tomes l’histoire continue sur cette lancée.

( https://lectrice-lambda.blogspot.com/2018/07/fallen-crest-5-tijan.html )
Une fois ne suffit pas Une fois ne suffit pas
Jacqueline Susann   
La descente aux enfers d'une jeune femme fragile dans le New York décadent des années 70.

1972 - January Wayne, la jeune et jolie fille d'un ancien magnat d'Hollywood aujourd'hui ruiné, retourne à New York après un long séjour dans un hôpital suisse. Son père a épousé une millionnaire qui tente de la marier avec son jeune cousin David Milford, un riche playboy. January commence à travailler pour une ancienne camarade d'école, l'éditrice en chef d'un magazine féminin à succès. Elle tombe amoureuse de Tom Colt, un écrivain plus âgé qui lui sert de père de substitution mais la délaisse. La jeune femme sombre alors dans l'enfer de la drogue et suit les pas de sa mère disparue tragiquement quand January était enfant.