Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Carla-alsa : Ma PAL(pile à lire)

retour à l'index de la bibliothèque
Wonder Woman : Warbringer Wonder Woman : Warbringer
Leigh Bardugo   
Ma note: 5/5
Chronique disponible sur mon blog: https://callmeeluh.wordpress.com/2017/09/04/dc-icons-tome-1-wonder-woman-warbringer-de-leigh-bardugo/

“Sisters in battle, I am shield and blade to you. As I breathe, your enemies will know no sanctuary. While I live, your cause is mine.”

Leigh Bardugo étant mon auteure préférée de tous les temps, c’est sans surprise que je me suis jetée sur son dernier livre dès sa sortie (ou plutôt dès que j’avais terminé ma lecture en cours). J’avais à la fois peur et hâte de découvrir ce dont elle était capable en dehors du Grishaverse, et comme il fallait s’y attendre je n’ai pas été déçue!

Diana est une jeune Amazone de 17 ans. Bien qu’elle soit la fille de Hyppolyte, ses sœurs Amazones ne la considère pas comme l’une des leurs puisqu’elle est la seule à être née sur l’île de Themyscira. Elle cherche donc à gagner la reconnaissance des Amazones par tous les moyens.
Un jour elle brave l’interdiction de sauver et ramener un humain sur l’île en sauvant Alia d’un naufrage. Mais Alia n’est pas une humaine comme les autres: elle est une Warbringer, descendante de Hélène, et sème malgré elle la discorde là où elle va.
Elles vont se lancer dans une quête afin de mettre fin à cette longue lignée de Warbringer et sauver le monde d’une guerre sans précédents.

Avant de commencer ce livre j’avoue que j’avais un peu peur. Je suis loin d’être une grande fan de comics (non pas que j’aime pas, mais c’est loin d’être une passion) et j’avais peur de ne pas trop comprendre cet univers, mais Leigh Bardugo est parvenue à rester fidèle à l’univers DC Comics tout en permettant à ceux qui connaissent moins de comprendre l’histoire.

Malgré un début un peu difficile pendant les deux ou trois premiers chapitres, j’ai rapidement été prise dans l’histoire et bientôt je ne savais plus me détacher de ma lecture. La plume de Leigh est toujours aussi magnifique et addictive, et malgré ma relecture de Six of Crows au début de l’été, je me rend compte qu’elle m’avait bien manqué.

“We can’t help the way we’re born. We can’t help what we are, only what life we choose to make for ourselves.”

J’ai adoré chacun des personnages. Que ce soit Diana, Alia, Theo, Nim et même Jason, j’ai trouvé que c’était difficile de ne pas s’attacher à eux. Leigh développe parvient encore une fois à créer des personnages divers et assez large, loins des clichés et surtout tous plus incroyables les uns que les autres.
D’ailleurs, même si l’histoire est de base centrée sur Diana, on se rend rapidement compte que l’auteure met surtout l’accent sur les autres personnages, et même si c’est quelque chose qui m’a surpris j’ai beaucoup aimé. En faisant ça on se rend compte que même si Diana est une Amazone destinée à devenir une héroïne, ces autres personnages, bien qu’étant humains, sont également des héros.

J’ai trouvé l’innocence de Diana tellement adorable. Ayant grandi sur Themyscira, et malgré ses cours sur la civilisation humaine, elle ignore beaucoup de choses sur le monde, ce qui peut l’amener dans certaines situations assez drôles. Heureusement elle pouvait compter sur ses nouveaux amis pour l’aider à s’habituer à ce nouveau monde. Malgré tout elle reste vraiment badass, et j’ai trouvé ça intéressant qu’on découvre en même temps qu’elle se dont elle est capable.

Contrairement à ce que laisse entendre le résumé (en tout cas en français), il y a très peu de romance dans Wonder Woman: Warbringer. Honnêtement je trouve que c’est pas plus mal, ça permet de rester centrer sur l’intrigue principale, même si j‘ai eu un peu l’impression qu’il y avait une romance juste pour en mettre une dans ce livre.

“We cannot spend our lives in hiding, wondering what we might accomplish if given the chance. We have to take that chance ourselves.”

Pour moi ce livre était une vraie bombe: des dialogues géniaux, une bonne dose d’humour, des scènes de combat incroyables, des personnages incroyables, et surtout un plot-twist très surprenant. Bon malheureusement pour moi je savais déjà que ce plot-twist allait arriver (ça m’apprendra à décider de braver la balise ‘spoiler’ de certains sites quand j’ai même pas passé la moitié), mais c’est vrai que si je n’avais pas été au courant, je ne l’aurai pas vu venir.
C’est ce que j’aime le plus dans les livres de Leigh Bardugo: sa capacité à nous surprendre alors que tous les indices qui nous permettent de comprendre ce qu’il va arriver sont là.

Sans surprise, j’ai adoré ma lecture. Après tout, c’est de Leigh Bardugo qu’on parle, j’étais quasi sûre d’adorer ce livre. Elle a prouvé qu’elle était capable d’écrire en dehors du Grishaverse et de faire un travail toujours aussi incroyable, ce qui me donne très envie de lire ses prochains livres qui ne feront pas parti du Grishaverse. Mais d’abord, LISEZ CE LIVRE !!

par Callmeluh
Après la vague Après la vague
Orianne Charpentier   
http://prilla-in-booksland.skyrock.com/3215221273-Apres-la-vague-d-Orianne-Charpentier.html

J'avais vu ce livre au salon du livre, et le résumé m'avait intrigué. Je m'attendais à quelque chose d'assez triste ou déprimant, mais ce livre est en réalité plutôt léger et pleins d'espoir. Je sais que j'ai beaucoup aimé ma lecture, mais j'ai toujours du mal à déterminer si c'est un coup de cœur, ou pas. C'est en tout cas une lecture que je ne suis pas prête d'oublier car elle m'a beaucoup touchée et bouleversée.
On rencontre ici Maxime, en vacances avec sa famille. Il ne veut pas aller visiter un temps et reste donc avec sa sœur Jade sur la plage. Tout semble aller bien, jusqu'à l'arrivée d'un tsunami qui détruira tout, qui coûtera la vie à Jade, et qui marquera Maxime à jamais.
Maxime m'a beaucoup touchée de part son humanité et ses réactions qui sont tout à fait réalistes et compréhensibles. Il est authentique. Il pourrait ressembler à n'importe qui. Il a ses doutes et ses peurs, mais il est aussi courageux. Son histoire m'a touchée, et je me suis attachée à lui dès les premières lignes. Il est le seul personnage qui soit vraiment décrit, les autres n'apparaissant que pendant un laps de temps très court. Cependant, ils sont tous touchants à leur façon.
L'écriture est magnifique. J'ai trouvé le prologue très poétique, je suis très vite rentrée dans le livre, et même si la suite perd un peu de cet aspect, je n'ai pas pu décrocher de ma lecture, si bien que je l'ai lu d'une traite en environ 30 minutes. L'écriture est donc très agréable, fluide, et surtout très addictive. On ressent beaucoup d'émotions, mais j'ai surtout eu une sensation étrange. Je m'explique : j'étais triste, j'avais une boule à la gorge, et en même temps, je ressentais beaucoup de joie. Orianne Charpentier a un vrai don pour l'écriture.
Le récit va très vite, notamment parce qu'il est très court, mais on est happé par lui, on veut connaitre les réactions de Maxime car on ne sait pas ce que l'on ferait à sa place. L'histoire est rythmée par des voyages et des rencontres, qui nous ouvrent les yeux sur le monde. Même si cela peut paraître trop irréel, et impossible à réaliser dans la réalité, j'y ai quand même cru du début jusqu'à la fin, je n'ai pas douté un seul instant. La fin est très bien faite, elle fini le livre sur une touche joyeuse, et j'ai même versé ma petite larme.
En conclusion, Après la vague est une excellente petite lecture que j'aurais aimé plus longue. L'histoire est original, et on ressent des émotions contradictoires. On se remet en question en lisant ce livre, et cela nous montre qu'il faut toujours garder espoir, ne jamais abandonner.

par Prilla
Come Back to Me, Tome 1 Come Back to Me, Tome 1
Mila Gray   
J'ai beaucoup aimé cette lecture qui m'aura faite rire, grimacer, froncer les sourcils, pleurer...le tout en quelques centaines de pages.
Les personnages sont tellement attachants qu'on a envie de les serrer dans nos bras et ne jamais les relâcher!!!
Une découverte très émouvante avec ce livre très réussi!!!
Colocs (et rien d'autre) Colocs (et rien d'autre)
Emily Blaine   
Depuis le départ de Maddie et Connor, Ben : l'ami et collègue de travail de Connor, squatteur de canapé aux cheveux bleus, dévoreur de céréales et pâtissier de son état vit au loft avec Ashley, la meilleure amie de Maddie, véritable pile électrique blonde, amatrice de muffins et de téquila ; et déclencheuse de cataclysme. Cela fait six mois que les deux jeunes gens vivent en colocation. Cette relation, basée sur des échanges de post it, de sucreries et de chamailleries, semble convenir à Ashley... peut être moins à Ben ...

C'est avec un énorme plaisir que, dès mes premières secondes de lecture, j'ai retrouvé la plume pétillante et drôle d'Emily Blaine. Dès les premières lignes, on sait qu'on va passer un très bon moment. En plus du style enjoué de l'auteur, nous retrouvons un couple aussi improbable qu'attachant qui vit une histoire inédite pour eux. Le fait que les chapitres nous donne, par alternance, le point de vue de Ben et celui d'Ashley, est un super bonus. Cela nous permet de mieux cerner le caractère des personnages et l'évolution de leur relation.

Tout réside sur l'association de Ben et Ashley. Ben est le calme quand elle est la tempête, il est stable quand elle est imprévisible... Deux ingrédients si différents et pourtant si complémentaires. Ben est un jeune homme timide, bien élevé, comme en pâtisserie il laisse peu de place à l'improvisation, il aime que les choses soient carrées... Mais ça c'était avant de rencontrer Ashley, elle est la pointe d'acidité dans son monde de douceur, sa cerise sur le gâteau. J'ai aimé le côté romantique que Ben, sa manière d'être gêné devant certaines attitudes de sa colocataire, sa patience pour tenter de la canaliser mais aussi j'ai aimé le voir laisser sortir le cro magnon sous son costume de prince charmant, il est drôle (j'adore ses "yodismes"), sa maladresse attendrissante et sa gentillesse communicative [spoiler]il est resté ami avec son ex qui lui a tend les cheveux en bleu c'est dire lol[/spoiler] Même si Ben n'est pas vraiment le type de garçon qui fait battre mon cœur (je suis plus bad boy lol) , j'ai rapidement été sous son charme...et pourtant je suis pas dessert lol ! Ashley elle m'avait déjà séduite dans l'opus précédent. J'ai aimé son côté naturel, insouciant, libre ; elle est l’énergie à l'état pur. Et même si l'abus de téquila n'est bon ni pour sa santé , ni pour son entourage, elle est l'amie que l'on rêve d'avoir (ou pas lol).Sa tendance à pousser Ben dans ses retranchements est excellente ! Elle croque la vie à pleine dent, comme les desserts que son colocataire lui concocte d'ailleurs. On découvre que ses airs bravaches, sa facilité à changer de rencards et de messages de répondeur cachent des failles. Ashley m'a beaucoup touchée. On arrive à lui pardonner toutes ses bourdes.

On retrouve également tous les protagonistes rencontrés auparavant et c'est un plaisir de voir comment ils ont évolué !

J'ai essayé de prendre mon temps, de savourer ma lecture mais je n'ai pas pu me retenir... Colocs (et rien d'autre) est addictif ! C'est comme une fraise tagada, pétillante sur le dessus avec un coeur tendre... on ne peut pas s'arrêter de mettre la main dans le paquet jusqu'à la dernière... Accro je suis, Encore j'en veux ^^

Ne passez pas à côté !!!!

PS : Mme Blaine, pouvons nous caresser l'espoir de savoir qui c'est qui ..... s'il vous plait, s'il vous plait, s'il vous plait...* petits yeux implorants*


par BeaMars
À nos amours manquées À nos amours manquées
Kate Eberlen   
https://mademoisellemaeve.wordpress.com/2017/08/12/miss-you-kate-eberlen/

Miss you est le premier roman de Kate Eberlen. Et je suis persuadée que cette histoire ravira bon nombre d’amateurs de drames.

Malheureusement, ce n’est pas mon cas. Moi, j’aime être transportée de joie et de bonheur en lisant, me creuser les méninges en jouant les détectives ou frissonner de peur et d’angoisse à la lecture d’un bon thriller. Mais pleurer ? Je déteste ça.

Je suis sensible. Parfois, quand je suis fatiguée je peux même pleurer en regardant une pub à la télé ou en écoutant de la musique. Et je ne vous parle pas des films et des dessins animés qui me font littéralement sangloter. Et je déteste ça.

Alors, vous vous doutez bien qu’il y a des romans que je ne lirai jamais, du style Nos étoiles contraires, Un jour, Avant toi… Moi je veux des histoires d’amour qui se terminent bien, sans mort et sans chagrin.

J’ai eu un peu peur en commençant Miss you. La mère de Tess meurt d’un cancer, le frère de Gus a disparu dans un accident de ski et la vie ne semble pas très jolie pour ces deux personnages. Ils se rencontrent en Italie. On comprend qu’ils sont faits l’un pour l’autre. Mais pourtant rien. Ils vont se croiser de temps en temps au cours de leur vie.

J’ai eu un peu peur parce que j’ai pensé à Un jour (je n’ai pas lu le roman, j’ai vu le film et je suis encore traumatisée. Pourquoi ?) et à Quoi qu’il arrive de Laura Barnett et que du coup j’avais peur que ça finisse mal. Alors j’ai presque lu ce roman en fermant les yeux – ce qui n’est pas évident – et en veillant à ne m’attacher à personne au cas où l’auteure aurait envie de faire disparaître un personnage.

Du coup, je n’ai pas vraiment passé un bon moment. Et d’un certain côté c’est dommage, parce que c’est un très bon roman, mais un très bon roman pour quelqu’un d’autre que moi. Du coup, si vous aimez les drames, les histoires d’amours contrariées et les sentiments romanesques, penchez-vous sur ce Miss you, vous pourriez tomber sous le charme…
À un détail près À un détail près
Kristan Higgins   
Un avis + détaillé sur http://wp.me/p6618l-3st

{Jenni} : Une couverture très girly qui m’a tapée dans l’oeil et un résumé intéressant et intrigant, qui présage une jolie romance à l’horizon.

[...]

Entre révélation, secret, partage, amitié, amour, larmes et sourires… « A un détail près », vous entraîne dans une romance agréable, le temps de quelques heures.

Un avis mitigé pour cette lecture mignonne mais longuette, à cause de trop de longueurs sur certaines choses et d’un manque de profondeur. Des précisions sur certains détails ne sont pas forcément nécessaires et ils ont eu tendance à plomber le récit.

Je n’ai pas pour autant décroché car les personnages sont sympathiques et intéressants. Je suis parvenue à me perdre avec tous ces personnages, au point de ne plus savoir par moment « qui était qui et qui faisait quoi » !

L’attente de voir le rapprochement entre Lévi et Faith est ce qui m’a fait poursuivre la lecture. On tourne les pages rapidement, tout en espérant à chaque fois en apprendre davantage sur eux.

On sait d’entrée de jeu la finalité, mais l’auteure est parvenue par sa plume délicate et légère à nous transporter. L’intrigue tient la route et les personnages sont sympathiques.
Les Ailes d'émeraude, Tome 1 Les Ailes d'émeraude, Tome 1
Alexiane De Lys   
Je voudrais vous remercier à vous tous pour vos gentils commentaires, vos félicitations et vos encouragements! Sachez qu'ils me vont droit au cœur!
Et merci à vous d'avoir partagé les aventures de Cassiopée. Grâce à vous, elle est désormais vivante, elle et ses amis! Bisous à tous :)
Invisibilité Invisibilité
Andrea Cremer    David Levithan   
Je ressors plutôt mitigée et un peu déçue de ma lecture.

Globalement, j'ai été séduite dès le début par l'originalité de l'histoire mais mon intérêt est retombé pour de multiples raisons.

L'écriture et le style des auteurs ne sont ni particulièrement attrayants ni mauvais, ça se lit bien mais j'ai trouvé quelques longueurs qui m'ont freinée dans ma lecture.

L'histoire est plutôt originale : un jeune homme de 16 ans, Stephen, qui est invisible depuis sa naissance, vit dans son appartement au vu et au su de tous.
Son père est un grand absent et sa mère décédée depuis peu.
Un jour, de nouveaux voisins emménagent.
La jeune fille de la famille, Elisabeth, le voit, sans se rendre compte qu'elle est la seule.

Sans en dévoiler plus, c'est très intrigant, ça donne envie.
Malheureusement, la suite ne m'a pas du tout emballée.
J'ai retrouvé une trame qui m'a fait penser à 16 lunes et compagnie : une romance surnaturelle, une malédiction, de la sorcellerie, un combat... etc. C'est trop redondant.

C'est soit trop ado, soit mal exploité, ou les deux mais je n'ai pas été convaincue.
J'ai été gênée par des longueurs également, les personnages ont trop de réflexions intérieures et certaines conversations sont trop étirées pour ne rien dire.
Le tout est plutôt plat quand on voit la taille du livre et la fin n'apporte pas tous les happy ends attendus.

Les personnages sont plus ou moins bons.
Stephen est plutôt attendrissant.
Elisabeth tombe trop rapidement amoureuse et ce n'est pas très crédible.
Le frère, Laurie, est un personnage qui m'a beaucoup plu par ses initiatives, son amitié, sa loyauté et son humour.
Il est le vrai "plus" de l'histoire.
Le grand-père est un mystère pour moi, je n'ai pas bien compris ses raisons de maudire ainsi sa fille et son petit-fils.
Ca manque d'explications et de crédibilité là encore.

En conclusion, je dirais que c'est un bon roman pour les adolescents tout particulièrement.

Je remercie Camille et les éditions Michel Lafon pour ce partenariat.
Mon midi, mon minuit Mon midi, mon minuit
Anna McPartlin   
Je vais essayer tant bien que mal de vous retranscrire de la façon la plus fidèle possible toutes les émotions que ce livre m’a fait ressentir, parce que ça en vaut la peine.

Mon midi, mon minuit, a été pour moi une grande leçon de vie et de reconstruction. Emma a perdu son amour ; Anne, Richard, Seàn et Clo ont perdu leur fidèle ami. Comment se remettre d’une telle perte ?
Ce roman est plein d’espoir, de vie, d’humanité, de simplicité. Il est bien loin de tous les clichés qu’on a vus/lus des millions de fois : Emma n’en veut pas au chauffeur qui n’y est pour rien, Emma n’en veut pas à ses amis, ne les rejette pas, n’en veut pas au monde entier. Elle s’en veut à elle-même, puis à plus personne. Elle accepte petit à petit ce vide dans sa vie et la bande d’amis se soutient avec autant de force que de tristesse. Emma va progressivement accepter que ce n’est pas sa faute, qu’elle n’y est pour rien, qu’elle a le droit d’aimer, de vivre à nouveau, qu’un rire oublié ne veut pas dire que John ne sera plus jamais en elle.

J’ai adoré chacun des personnages, pour leur force et leur humanité. On les voit reprendre vie peu à peu, se soutenir, ne jamais se lâcher. On ne peut que s’attacher à chacun d’eux.
Mon midi, mon minuit, n’est pas seulement l’histoire d’Emma, de son deuil, c’est aussi l’histoire de sa reconstruction, l’histoire de Clo et de ses péripéties avec les hommes, l’histoire de Seàn et de son amour caché, l’histoire de Nigel et de ses croyances, l’histoire d’Anne et de Richard. Des amis qui puisent leurs forces dans leurs liens, malgré la distance, malgré leurs problèmes.

Combien de fois j’ai pleuré, combien de fois j’ai ri, combien de fois j’ai admiré les personnages pour leur intelligence, leur façon de s’accrocher à la vie, de ne pas s’apitoyer sur leur sort ?

C’est un roman simple, poignant, addictif, et humain. L’auteur m’a totalement immergée dans son univers, grâce à sa magnifique écriture. Ce roman est une véritable leçon de vie. Anna McPartlin nous fait passer du deuil, au déni, à l’acceptation, en douceur, avec amour, sans même s’apercevoir de la route qu’on a déjà accomplie.

Vous l’aurez compris : Mon midi, mon minuit est un véritable coup de cœur, un véritable hymne à la vie, un roman à lire de toute urgence. Je remercie encore une fois les éditions Cherche midi pour l’envoi de ce roman !

par Maelis31
La Meilleure d'entre nous La Meilleure d'entre nous
Sarah Vaughan   
Boulimique ou au régime s'abstenir ! On parle de nourriture à toutes les pages, et on prend 3kg rien qu'à le lire ! Hahahahaha

C'est un livre pour les vacances racontant les péripéties de 4 femmes et 1 homme autour d'un concours de pâtisserie.
Et il y a un 6ème personne Kathlenn Eaden sans qui ce concours n'aurait pas lieu.

Il se lit plutôt bien, (les passages de recettes à n'en plus finir sont un peu trop longues pour moi!). L'écriture est fluide et l'histoire tient tout de même en haleine pour aller jusqu'à la fin.
Pourquoi cuisinons-nous, pour oublier, pour nourrir un vide, pour panser nos blessures ?

par Bibounine
  • aller en page :
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4