Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Carobookimdraw : Ma PAL(pile à lire)

retour à l'index de la bibliothèque
Et après... Et après...
Guillaume Musso   
Je l'ai lu après plusieurs autres livres de Musso et j'ai eu l'impression que celui-ci était un croisement entre tous, même s'il n'est ni le premier, ni le dernier à avoir été écrit. En tout cas, comme j'aime, j'en redemande et je conseille ce roman à tous ceux qui ne l'ont pas encore lu. Nathan était un personnage très attachant, Mallory, Bonnie et même Jeffrey aussi. Un peu de surnaturel, tout en restant réaliste, et une histoire d'amour très belle, sur fond d'histoire triste. Un bon Musso, à lire.
Fight for Love, Tome 3 : Remy Fight for Love, Tome 3 : Remy
Katy Evans   
Je suis tellement chamboulées par ce livre que je ne trouve pas les mots pour expliquer ce que j'ai ressenti pendant ma lecture!!! Rémy est juste incroyable, il est attachant, aimant, passionnant et passionné! Il m'a fait totalement redécouvrir l'histoire.
Et quelle ne fût pas ma joie quand je me suis aperçue qu'il ne s'agissait pas seulement du point de vue de Rémy du tome 1 mais des deux tomes précédents ainsi que des moments qui se passent après!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! Un vrai plaisir à consommer sans modération!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
Katy Evans est véritablement une auteur que j'affectionne particulièrement et il me tarde de lire d'autres de ses livres (la suite de la saga Real bien sûr mais également ce qu'elle publiera après en dehors de cette saga).

Fight for Love, Tome 4 : Rogue Fight for Love, Tome 4 : Rogue
Katy Evans   
Voilà une saga ou je nage à contre courant, puisque je ne suis pas fan de Remington Tate. Mais là j'ai été conquise et j'ai vraiment adoré ce quatrième tome.
L'univers de ce livre est sombre, dur, violent, et sort de la romance ou du new adult qu'on a l'habitude de lire.
Pour moi "Rogue" est plus aboutit que les précédents tomes. Il y a une vraie histoire, une vraie intrigue, un fil conducteur qui nous emporte dans l'histoire de Mélanie et Greyson. Les personnages ont un passé difficile, et tellement de point en commun. Ils sont touchants et émouvants et c'est tellement beau de les voir essayer de se construire un lendemain, malgré le sentiments qu'ils ont de pas mérité ce bonheur et cet amour. Et même si bien sûr on devine la fin, les chemins pour y arriver ne sont pas de simple embûche ... là on parle d'enlèvement, de meurtre et de passage à tabac !
"Rogue" nous offre une narration à deux voix. Celle de Mélanie et Greyson. Ce qui nous permet de découvrir l'univers très sombre et dur de Greyson et de voir jusqu'à quel point ça l'affecte.
En résumé, un quatrième tome très réussi qui nous ouvre les portes d'un autre monde que celui de Rémy et j'en suis fort contente.
Mélanie et Greyson nous entraînent sur les chemins de la violence, de la tristesse, du doute, de la peur, de l'espoir et de la passion avec malgré tout beaucoup de tendresse.

par coco69
Endless Love, Tome 1 : Endless Love Endless Love, Tome 1 : Endless Love
Cécilia Tan   
>>> http://www.leslecturesdelily.com/2015/01/endless-love-ecrit-par-cecilia-tan.html

Ce livre m'a mis en pétard tellement je l'ai trouvé mauvais et il me remet en colère en tapant mon avis. Je suis rarement dans un tel état à cause d'un livre !
Je n'ai pas du tout aimé cette lecture. Pour moi, l'histoire n'est pas recherchée, elle n'apporte absolument rien. L'héroïne est une fille facile, sans caractère, sans intérêt, elle m'a agacée. J'ai trouvé trop de points communs avec d'autres romans érotiques. À quoi ça sert de nous resservir un roman similaire aux autres ? J'aurais largement préféré autre chose. C'est clair que j'ai détesté ce livre et que je ne lirais pas la suite.
Ah, si, pour finir sur une note positive, la couverture est très jolie, sensuelle et coquine, au moins un bon point !
L'analphabète qui savait compter L'analphabète qui savait compter
Jonas Jonasson   
Un livre excellent. J'adore ce monde déjanté de Jonasson. Des personnages complétement loufoque qui ne sont pas fait pour se rencontrer mais qui enfin de compte se complète. On ne peut qu'aimer ces histoires surtout pour ceux qui ont le même genre d'humour.
Métronome : L'histoire de France au rythme du métro parisien Métronome : L'histoire de France au rythme du métro parisien
Lorànt Deutsch   
Dans la préface du livre, Lorànt Deutsch annonce qu’il va raconter « l’Histoire [...] encore vivante sur les lieux où jadis elle se déroula ». Premier souci : aucune source et aucune bibliographie ne sont disponibles.

Et le « Métronome » comporte des erreurs : « au moins une dizaine » selon William Blanc. Parmi elle, il est par exemple écrit dans le « Métronome illustré » :

« Quand Childéric s’envola pour le paradis des guerriers germains, son fils Clovis acheva [le Louvre]. »

William Blanc corrige :

« Le Louvre aurait été construit par le père de Clovis, alors qu’il l’a été par Philippe Auguste, sept siècles plus tard, en 1190. »

Mais pour le site Histoire pour Tous et J.Perrin, les coquilles sont une chose, avancer des faits sans « étayer », en est une autre :

« Lorànt Deutsch affirme mais ne livre aucune vision critique. Par exemple, sa théorie comme quoi Jeanne d’Arc serait la demi-sœur du roi Charles VII [...]. Avancer des hypothèses, c’est le b.a.-ba de tout livre d’histoire. Mais on ne peut pas se contenter de lancer un pavé dans la mare en quelques mots, sans rien justifier, et passer ensuite au paragraphe suivant. »

Exemples des épisodes 1 et 2 de la série

Prenons pour exemple le prolongement télévisuel du « Métronome », soit l’adaptation de l’ouvrage par France 5, réalisée par Fabrice Hourlier. Concentrons nous sur les deux premiers épisodes, qui durent environ cinquante minutes chacun.

Des rois, chefs et saints omniprésents

Au-delà des lutéciennes « qui faisaient leur shopping » au forum et des raccourcis chronologiques soudain entre le VIe et le XIVe puis le VIIe et le XIIe, Lorànt Deutsch a une particularité : il ne parle pratiquement que des saints, des empereurs, des chefs, des rois. Et les encense.

Ce sont eux, et seulement eux, qui font l’histoire. De Saint Denis « notre saint » à Martin de Tours, « un homme généreux qui se consacra aux pauvres », en passant par Sainte Geneviève qui, avec son « charisme, sa foi chrétienne, son autorité et sa richesse, lui permettent de prendre la haute main sur le destin de Paris », on ne compte plus les hommes d’Eglise.

Omissions historiques et légendes au présent de vérité générale

Dès lors que Lorànt Deutsch parle de sanctuaires, d’abbayes ou d’églises, une musique dramatique est utilisée. Le vocabulaire de l’écrivain est parfois exagéré lorsqu’il s’agit de décrire ces lieux avec objectivité : « grandeur de notre patrimoine » ; « symbolique » ; « émouvant » ; etc.

Et tout est fait pour glorifier, en oubliant certains passages de l’histoire, ou en ommettant d’employer le conditionnel :

en 885, Paris est assiégé par les Vikings. Et selon Lorànt Deutsch, dans l’épisode 2, c’est le comte de Paris d’alors, Eudes de France, « véritable héros », qui a permis de les faire partir. Il oublie de préciser que le roi Charles III le Gros a dû payer un tribut aux Vikings pour qu’ils déguerpissent, comme le précise Christophe Naudin.
Les miracles ? Ils existent ! Martin de Tours sauve un lépreux et l’évêque Saint Marcel tue une bête mystérieuse. Lorànt Deutsch raconte aussi l’histoire du serrurier Biscornet à Notre-Dame qui signe un pacte avec le diable. Tout cela est raconté au présent, sans aucune précision ou mise en garde.
Les révolutionnaires, ces horribles « persécuteurs »

Enfin, avec Lorànt Deutsch, il ne fait pas bon être révolutionnaire et défier l’ordre, la monarchie ou la royauté. Car avant même que la révolution ne soit évoquée par l’écrivain, les acteurs en prennent pour leur grade.

L’écrivain parle, dans un premier temps, de « fureur révolutionnaire » ; « fureur populaire » et des « nouveaux persécuteurs » qui « saccagèrent » une abbaye bénédictine. Dans l’épisode 2, le présentateur va plus loin.

Selon lui, les révolutionnaires auraient sciemment stocké du salpètre [poudre à munition, ndlr] dans l’église Saint-Germain avec « une volonté réfléchie de faire pourir de l’intérieur le fondement des édifices religieux ». Comme l’avance Christophe Naudin, Lorànt Deutsch oublie de préciser qu’il pouvait tout simplement s’agir d’un lieux de dépôt pour les armes.

Et lorsqu’il évoque le roi Dagobert, au sujet de sa mauvaise réputation, la faute revient à « la brutalité révolutionnaire ». Il précise :

« La Révolution, qui se moque bien de la vérité historique, a produit cette rengaine pour railler les rois et les saints. »

Des convictions politiques trop visibles

D’après William Blanc, ces erreurs et ommissions sont « orchestrées » afin de rendre compte d’une histoire « où rois et saints catholiques sont à la fois héros et moteur ». La comparaison avec le livre « Le Tour de la France par deux enfants » est appropriée selon lui.

Sur le site Histoire pour Tous, J. Perrin acquiesce :

« L’histoire ne cesse de graviter autour des rois, des reines et de leurs proches au point que nous avons parfois le sentiment que c’est à eux seuls que nous devons cette histoire. »

Matthieu Lépine, professeur d’histoire, parle en ces termes de l’émission dans un article consacré à la série :

« Cette émission, présentée comme un outil d’éducation populaire n’est en réalité qu’une arme de propagande, faisant à la fois l’éloge de la monarchie, la glorification de la chrétienté et le réquisitoire de la Révolution française. »

Et William Blanc de conclure :

« Derrière cette vision, il y a sans doute un auteur qui a du mal à cacher ses convictions royalistes et catholiques ultra. »

Lorànt Deutsch : « un royaliste de gauche »

Loin de la frilosité de certains artistes à s’épancher sur leurs opinions, l’écrivain français assume ses positions politiques dans les médias : il se dit « royaliste de gauche ».

Il l’a afffirmé au micro de RMC le 28 septembre 2009, puis lors de l’émission « On n’est pas couché » le 27 novembre 2010, et plus récemment sur Europe 1 le 6 avril 2012.

Et au Figaro, en mars 2011, il déclare :

« Pour moi, l’histoire de notre pays s’est arrêtée en 1793, à la mort de Louis XVI. Cet événement a marqué la fin de notre civilisation, on a coupé la tête à nos racines et depuis on les cherche [...].

C’est comme avec la religion, on essaie de faire triompher la laïcité, je ne sais pas ce que cela veut dire. Sans religion et sans foi, on se prive de quelque chose dont on va avoir besoin dans les années à venir. Il faut réintroduire la religion en France, il faut un concordat. »


par kaline
Raphaël, Je veux que tu vives, mon enfant... Raphaël, Je veux que tu vives, mon enfant...
Barbara Carpentier   
La beauté de ce livre réside non seulement dans les efforts entrepris par les parents pour sauver leur enfant, mais encore par la volonté fournie par l’enfant pour survivre, pour s’adapter tant bien que mal aux inconvénients de sa maladie et de ses traitements avec intelligence, coopération pour que son état ne fasse pas de la vie familiale un enfer quotidien. Ce qui mène, tout au long de ces pénibles années, au renforcement de la solidité du couple malgré les durs défis à relever.
Une très belle leçon de courage.

Carnets secrets Carnets secrets
Jean-Luc Delarue   
Je suis ressorti bouleversé par ce livre !
Raconter avec beaucoup de douleur et de joie par moments .
Un homme que j'aimais beaucoup .
Son parcours ses blessures ancrées dans ses chairs qui l'ont poursuivie toute sa courte vie.
Des parents enfin si on peut dire pour moi ils portent juste le nom mais ne lui ont rien apporté coté affectif que de souffrance .
Un petit garçon qui l'aimait plus que tout ainsi que sa femme .
Une femme admirable et bien courageuse.
Des amis justes pour l'argent !
Très peu de vrai mais !
Mais les vrais sont resté peu nombreux dans le parcours de sa maladie .
Une femme qu'il aimait plus que toute sa tendre grand-mère .
Il a commencé à sombrer à la suite du décès de sa grand-mère .
Les paparazzies lui a pourri la vie ...
Un petit garçon qu'il ne pouvait voir que très rarement il en souffrait tellement .
Un homme vraiment instruit qui aimait l'Art la littérature...
Et pour moi un homme bien ...
Malgré ses failles...
J'ai beaucoup aimé ce livre ...
À lire...
Enfants maudits Enfants maudits
Jean-Paul Picaper   
Un livre poignant qui nous fait découvrir une autre facette de la guerre et surtout de l'après-guerre.
La France des Tueurs en Série La France des Tueurs en Série
Frédéric Vézard   
Depuis les années 1970, la France n'est plus épargnée par les tueurs en série. Qu'ils se nomment Émile Louis, Francis Heaulme, Guy Georges, Patrice Alègre ou Pierre Chanal, ces monstres ont prouvé que le phénomène a franchi nos frontières depuis longtemps. D'où viennent-ils ? Comment en arrivent-ils à ce degré de violence ? Pourquoi n'a-t-on pu les empêcher de nuire ? Dans ce livre très documenté, Frédéric Vézard retrace le parcours de neuf d'entre eux. À travers des entretiens avec les criminels et ceux qui les ont croisés - proches, victimes, mais aussi médecins, enquêteurs ou magistrats - nous découvrons la part d'ombre de notre société. Une enquête inquiétante sur ceux qui sont de plus en plus souvent sur le devant de la scène criminelle et médiatique.


par sanael