Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Carolane-11 : Ma PAL(pile à lire)

retour à l'index de la bibliothèque
Rétrograde Rétrograde
Peter Cawdron   
Peter Cawdron signe ici un excellent thriller psychologique et technologique dans un univers de SF très bien construit.
Liz Anderson devra braver plus fort que Mars, les conflits humains à des millions de kilomètres de la Terre.
L intrigue mène le lecteur dans une quête de vérité où l Homme devra désormais penser pour l humanité et plus en nations.
Cette lecture est addictive, très visuelle donc préparez vous pour un voyage lointain dépaysant et glaçant.
The Rosewood Chronicles, Tome 2 : Apprentie Princesse The Rosewood Chronicles, Tome 2 : Apprentie Princesse
Connie Glynn   
Ayant adoré le premier volet, j'avais grand hâte de découvrir cette suite. Si le prologue m'a immédiatement replongée dans l'ambiance, les premiers chapitres m'ont un peu refroidie à cause de leur lenteur. En effet, ce n'est encore que la fin des vacances d'été, donc en soi, il ne se passe pas grand-chose. C'est pour ça que j'ai été ravie quand Ellie et Lottie retournent à Rosewood Hall pour la rentrée. A partir de là, tout s'est enchaîné et je n'ai pas pu lâcher le livre jusqu'à la fin.
La première partie, qui délivre beaucoup d'informations sur les origines de Lottie, m'a véritablement passionnée. Le mystère m'a totalement emportée, au point que j'essayais de le résoudre avant Lottie de mon côté. Et j'étais ravie de la révélation finale, surtout qu'elle était en lien avec des passages du premier tome.
La seconde moitié du livre m'a beaucoup plu aussi, même si elle est nettement moins marrante. Là, on se concentre plus sur les Léviathans et les empoisonnements que Rosewood subit. L'enquête des filles est très intéressante, et j'ai adoré la suivre "en temps réel". C'est entraînant, à tel point qu'on tourne les pages frénétiquement pour avoir le dernier mot de l'histoire.
Revenir à Rosewood avec tous les personnages, c'était comme retrouver de vieux camarades de classe. Ce qui m'a aussi beaucoup plu les concernant, c'est la façon dont ils se serrent les coudes au moment où il y en a le plus besoin. L'amitié est au centre de cette saga, et je suis fan du message transmis ("ensemble, on est plus forts").
Concernant le trio de tête, j'ai aimé l'évolution de Lottie, bien qu'à cause de son rôle de Sénéchale, elle paraisse bien plus âgée que ses 15 ans. Et comme l'histoire se centre beaucoup sur elle cette fois, Ellie passe un peu dans son ombre. Quant à Jamie, j'avais mal pour lui. A la fin du livre, la crainte qu'il se laisse dévorer par ses démons et fasse une énorme bêtise ne me lâchait pas. J'ai même un peu peur de son évolution dans l'opus suivant... Concernant le triangle amoureux qui se tisse entre eux, j'avoue que même s'il est un peu plus original que ce que j'ai vu jusqu'à présent, ça n'en reste pas moins agaçant (car je n'aime pas les triangles amoureux).
Ce qui m'a aussi fait lever les yeux au ciel, c'est l'abondance de romances. Il faut savoir que les romances, je les consomme avec modération, donc un petit peu, c'est sympa, mais 4 (voire 5, vu les sous-entendus), ça commence à faire beaucoup à mes yeux. Autant je comprends les enjeux du triangle amoureux et j'approuve celle d'Anastasia parce qu'elle a une importance capitale dans l'histoire, autant la romance de Micky m'a parue de trop. Elle arrive comme un cheveu sur la soupe et ne fait pas avancer l'intrigue, ce qui fait que je ne lui ai trouvé aucun intérêt. Pour moi, c'était juste un moyen de l'auteure d'insister encore sur un point qu'on a pourtant déjà bien compris grâce aux autres romances. J'ai trouvé ça lourd et maladroit, parce qu'on n'a pas besoin de ça pour comprendre le message qu'elle veut nous transmettre : il passe très bien sans en faire des caisses. Quant à la romance qui semble se tramer pour Ollie, je me suis dit que c'était pour mieux lui donner de raisons d'intervenir dans le tome 3. Même si lui non plus n'a pas besoin de ça pour ça puisque Lottie est à elle seule une raison suffisante pour qu'il intervienne, justement...
En bref, malgré un petit point noir à mes yeux, c'est une chouette suite, qui se lit facilement grâce à la plume simple et fluide de l'auteure et rapidement grâce à tous les mystères qu'on veut résoudre. J'ai effectué mon retour à Rosewood Hall avec grand plaisir, et j'attends le dénouement de cette saga avec impatience !

par KarolynD
La Noirceur des étoiles, Tome 2 : Les Astres perdus La Noirceur des étoiles, Tome 2 : Les Astres perdus
Jessica Naide   
La cité de Tanegashima est en vue, et le capitaine Iwata Kazuya espère que les secrets qu’elle renferme lui donneront des indices autant sur la signification de ses étranges rêves que sur les origines de Sotcha.

Mais une fois arrivé sur la planète aride d’Asgi, Kazuya se voit dans l’obligation de réintégrer la Résistance, peu encline à accepter le retour d'un héros du passé.
Kazuya retrouve le combat armé et Sotcha, laissé de côté, n’a pas d’autres choix que de s’ouvrir aux autres et aux forces mystérieuses de la planète pour déjouer les pièges mortels du désert.

Alors que le jeune homme découvre peu à peu qui il est, Kazuya arrivera-t-il à garder son équipage soudé pour faire face aux machinations de la Deuxième Ethnie, aux caprices des pouvoirs en place et aux faux-semblants de la Résistance ?

par Katsura
Qui m'aime me le dise ! Qui m'aime me le dise !
Sophia Peignot   
Céleste est une jeune femme craintive et qui aime avoir tout sous contrôle. Elle tient une pâtisserie, ouverte grâce à ses compétences. Cela ne lui donne pas beaucoup de temps pour sortir, ni faire de rencontres. Pourtant, cela va changer le jour où sa mère lui annonce le décès de sa grand-tante Oscarine. À l’enterrement, elle va y faire la rencontre de Herbert, un vieux monsieur qui est un ami d’Oscarine, et qui va l’informer qu’en fait, cette dernière était en réalité la grand-mère de Céleste. Il va alors s’ensuivre un périple au travers des États-Unis pour retrouver le grand-père biologique de la jeune fille.

Ce roman a été un coup de cœur à tous les niveaux. J’aime beaucoup lire des romans feel-good de temps à autre, et celui-ci sort incontestablement du lot. J’y ai retrouvé tous les codes du genre littéraire et l’auteure a su maîtriser son intrigue.

J’ai passé un excellent moment de lecture avec ce roman qui se savoure comme une sucrerie et qui met de bonne humeur instantanément. Beaucoup de rebondissements sont venus parsemer une intrigue riche en émotions. J’ai énormément ri, mais j’ai aussi été profondément émue. L’auteure a su manier son suspense jusqu’au dénouement.

Le point fort de ce livre, ce sont ses personnages. Je les ai trouvés remarquablement conçus et très attachants. Herbert m’a fait tellement rire, avec son caractère bougon. J’ai beaucoup accroché au personnage de Céleste aussi, que j’ai trouvée touchante et imparfaite, ce qui lui donne beaucoup de crédibilité.

Je dois avouer être passée par un carrousel d’émotions. L’auteure a su les retransmettre à la perfection, sans trop en faire et en rendant cette histoire crédible et belle. J’ai été profondément touchée par l’évolution des liens entre Céleste et Herbert.

La plume de l’auteure est vraiment addictive. Une fois commencée, la lecture devient très difficile à stopper. J’ai été conquise par son idée d’intituler chaque chapitre avec une citation que l’on allait retrouver au cours de la lecture de ces derniers.

Ce roman est un véritable concentré de bonne humeur et se dévore comme un bonbon au goût d’évasion et de dépaysement, le tout aux côtés de deux personnages émouvants et touchants. À lire sans hésitation.

par Waterlyly
Un happy end pour moi aussi Un happy end pour moi aussi
Melanie Lacroix   
L'avis de Galie de Words of love, https://wordsoflovebooks.jimdofree.com/2020/01/19/un-happy-end-pour-moi-aussi-mélanie-lacroix/

De la romance à petits prix, des résumés attractifs, voilà ce que nous proposent les éditions Harlequin, et nous, on adore !

Alice est presque trentenaire. Elle vit une relation avec Tristan, a un appart qu'elle adore et un job sur Paris, ville où elle a toujours voulu vivre. Bref, la vie parfaite, jusqu'à ce que tout s'écroule : son mec la quitte, son proprio a décidé de vendre son logement et son entreprise se délocalise dans le Nord ! Cela ne pourrait pas être pire...malheureusement si : sa grande tante Nanou qu'elle a toujours considéré comme sa grand-mère décède.
Quand elle est convoquée chez un notaire à Lille, elle se dit que c'est peut-être l'occasion de prendre un nouveau départ. Nouvelle ville, nouveau bureau, nouvelle maison...nouvel amour ? Ça, c'est une autre histoire !

Dans les remerciements, l'auteure nous souhaite d'avoir passé un bon moment. Et bien, c'est exactement ce que j'ai passé. J'ai apprécié découvrir Alice et vivre avec elle cette nouvelle vie. C'est une jeune femme pétillante qui finalement sait rebondir face aux difficultés. J'ai aimé la voir réaliser que le bonheur ne se résume pas à atteindre l'idéal qu'on s'est fixé. Il peut se trouver n'importe où tant qu'on se sent bien dans sa vie, entourée de personnes authentiques et bienveillantes, dans une ville où il fait bon vivre, dans une maison qui a sa propre histoire et de nouveaux souvenirs à se créer. Loin de la superficialité relationnelle et du rythme effréné de la vie parisienne. Je ne connais pas Lille mais j'ai désormais envie de visiter cette ville, ses monuments, m'y balader à vélo...

La force de ce roman, ce sont ses personnages. Alice est entourée de collègues enjouées, de mamies geek et dynamiques... tous sont attachants. Et on n'oublie pas la gent masculine. J'avoue avoir été surprise par la tournure des évènements. J'ai aimé que finalement rien ne soit écrit d'avance, qu'on puisse ne pas voir tout de suite certaines choses car c'est parfois le cas dans la réalité. Le coup de foudre fait rêver mais c'est finalement aussi beau quand le cœur a besoin de temps pour convaincre.

Ce roman n'est pas un coup de cœur mais comme je viens de le dire, c'est aussi agréable de découvrir une histoire plus ancrée dans la réalité, avec de vraies valeurs. Donc Mélanie Lacroix, si c'est pour cela que vous écrivez, alors continuez!
Millésime 54 Millésime 54
Antoine Laurain   
https://mademoisellemaeve.wordpress.com/2018/06/23/millesime-54-antoine-laurain/

Mon amie Stelda aime beaucoup Antoine Laurain. C’est elle qui m’a fait découvrir l’univers de l’auteur en me prêtant Le chapeau de Mitterrand – et je dois dire que j’avais été plutôt séduite et amusée par cette lecture. Antoine Laurain a sorti un septième roman en avril Millésime 54, et Stelda me l’a gentiment mis entre les mains la dernière fois que je suis repartie de chez elle.

En découvrant le résumé, j’ai tout de suite pensé que ça allait me plaire. Pas à cause du vin – je n’y connais rien et que je n’en bois pas – mais au mystère…

Après une petite mésaventure qui les a réunis, Hubert, Magalie, Julien et Bob vont partager une bouteille de vin trouvée à la cave. Et le lendemain, ils vont se réveiller dans le Paris de septembre 1954, l’année de leur bouteille. « WTF? », comme dirait mon amie Wassan.

Millésime 54 est un sympathique voyage dans Le temps. Les personnages vont croiser Edith Piaf, Jean Gabin, Robert Doisneau, Audrey Hepburn… Évidemment, ils vont tenter de retourner dans leur époque, malgré le charme des années cinquante. Ils vont aussi profiter de leur séjour pour en savoir plus sur leurs propres histoires de famille.

À travers cette aventure, ils vont apprendre à se connaître et vont surtout grandir – il n’y a pas d’âge pour devenir meilleur. Et c’est ce qui est chouette dans ce roman. On s’y sent bien, c’est plein de jolies choses et c’est souvent ce que je recherche dans un roman. Franchement qui dirait non à un roman qui rend heureux ! Pas moi en tout cas !
Félin pour l'autre ! Tome 5 Félin pour l'autre ! Tome 5
Wataru Nadatani   
Un tome très sympathique, avec une partie marrante et un dernier chapitre émouvant. Super.
J’ai bien aimé le moment où, après que Fuji a tout fait le ménage, Tora et Hime se mettent dans la tête de mettre leur odeur et finissent par tout mettre sans dessus dessous.

par Plume16
En plein vol En plein vol
Jean-Christophe Tixier    Manon Fargetton   
Le destin peut parfois rapprocher deux êtres qui n’avaient rien en commun. Deux vies différentes. Avec un passé commun. Des cheminements différents. Un peu tordu, non? Pas vraiment. Deux étudiants arriveront-ils à faire un bout de chemin ensemble malgré leurs différences? Lui est gay, révolté et anciennement hébergé par Le Refuge. Elle, a une vie comme beaucoup d’autres. Un petit ami et une famille qui l’aiment. Qu’ont-ils en commun? Leurs études de sociologie.
En plein vol est un récit à deux voix de deux êtres à la recherche d’un but à leur existence. C’est l’âge où l’on rêve à un idéal. Faut-il tout quitter pour réaliser cet idéal? Deux êtres aux sensibilités si différentes. Deux êtres à fleur de peau. C’est l’âge des rêves pavés de bonnes intentions. C’est l’âge des illusions réelles. Des rêves plein la tête. Des galères plein la vie. Faut-il renoncer ? Faut-il vivre? Faut-il faire de sa vie une galère quotidienne pour enfin exister?
En plein vol est l’histoire de ces jeunes laissés pour compte pour leur choix de vie, d’existence. Des jeunes lâchés par leur famille car ils n’ont pas fait le choix qu’elle attendait d’eux. C’est tellement plus simple que d’affronter avec eux le problème de leur différence. Plutôt que de prendre le problème à bras le corps. Un roman écrit à deux mains pour expliquer une jeunesse brisée. Paumée. Marquée par une vie trop dure pour eux. Des êtres blessés. Brisés en plein vol.

par diamelee
Et le désert disparaîtra Et le désert disparaîtra
Marie Pavlenko   
Ce récit laisse songeur, fait réfléchir... En effet, nous suivons d'abord cette adolescente qui vit dans un monde entièrement recouvert par le sable, où le seul moyen de survivre et de partir chasser les derniers troncs d'arbres qui persistent encore sur terre. Ils leur serviront à manger, se chauffer, boire... Samaa rêve de partir chasser bien que cela lui soit interdit. Son rôle, en tant que femme et de donner à manger à l'Ancienne, une vieille dame qui raconte des légendes improbables auxquelles Samaa ne croit guère : comme quoi il faut sauver les arbres, qu'ils sont notre seuls chance de survie, qu'avant les animaux existaient partout etc... Un peu déroutant de voir que Samaa est certaine que la destruction des arbres sera son salut. On ne peut que faire un parallèle avec notre histoire actuelle, où la nature disparaît à une vitesse folle et se demander si le désert nous recouvrira également.

Lorsque Samaa s'échappe à la poursuite des chasseurs, elle tombe dans un trou profond dans le désert. Cheville cassée, elle devra rester plusieurs jours dans ce trou. Dedans, un arbre, gigantesque, qu'elle apprendra à apprivoiser: son écorce, ses feuilles, les insectes autour, et la source d'eau à ses racines... Samaa n'avait jamais vu cela. Elle découvre la vie qui va peu à peu, changer son regard sur le monde. Mais d'abord, elle devra trouver un moyen de sortir du trou. Ensuite, elle sauvera la monde. En plantant des arbres ?
.
Ce roman n'est pas un roman d'aventures dystopiques comme on a pu l'entendre, non c'est un texte tout doux et philosophique qui parle de l'importance des arbres et de respecter la nature. Ode à l'écologie, il nous amène à apprécier la nature autour de nous, tant qu'il en est encore temps, et tout faire pour préserver l'environnement. Un livre au message important à travers la quête initiatique de Samaa. On ne peut que rapprocher l'histoire de celle du Petit Prince.
Ce texte se déroule lentement, lancinant, c'est voulu évidemment, mais je dirais que cela m'a quelque peu gênée au début de ma lecture, puis, on se laisse guider, par les mots, par le message. Un beau texte !
Préférer l'hiver Préférer l'hiver
Aurélie Jeannin   
Je remercie les éditions #HarperCollins et #NetGalley pour cette très belle lecture. J'ai à remercier aussi Katia qui m'a incité à le choisir, et d'ailleurs j'ai hâte d'en voir sa chronique.

Pour ma part, c'est un très bon roman très noir, triste, brusque, dur. Un roman de femme, de deuil, d'enfants perdus… mais pas que. Elles ont choisi d'aller vivre dans un coin perdu, seules, en hiver, dans une cabane en pleine forêt. Elles se réfugient dans la lecture et la sobriété de ce lieux.

"Maman distingue les écrivains et les romanciers. Elle dit que les romanciers savent raconter des histoires. Que ce qui importe aux écrivains, ce sont les mots, leur enchaînement et leur rythme. Ceux qui excellent dans les deux, elle les appelle les auteurs. Et j'adore la voir savourer leur œuvre auprès du feu."

C'est cette nature rude et froide qui va les tenir en éveil, mais à vouloir s'isoler pour se retrouver n'est jamais simple et quelques fois d'autres ennuis vont jalonner leurs parcours.

Un extrait qui m'a beaucoup touchée :

"Au début, son absence l'avait rendu éminemment présent. Elle était quelque chose en pus, qui occupait mon esprit et me tisonnait sans relâche. Avec le temps, elle est devenue quelque chose en moins. Même plus un trou à combler ou quelque chose qui manque. Elle est un effacement. Mon père est devenu un non-sujet de ma vie. Je ne nourris plus vraiment de sentiments pour lui. Il a été et il n'est plus."

J'ai beaucoup aimé l'histoire ainsi que l'écriture diversifiée, on voit très bien les scènes qui se jouent sous nos yeux, on ressent dans nos tripes les émotions, les silences. D'autres sujets sont posés au fil de l'histoire parcimonieusement.

"Quelle est la véritable intelligence? Celle qui consiste à faire toujours plus ou celle qui permet de faire mieux? L'homme saura-t-il être assez intelligent pour, désormais, savoir adapter son progrès? Acceptera-t-il de ralentir? De faire moins ou différemment? Saura-t-il s'arrêter pour mieux progresser et durer? Je l'avais remerciée, vivement, presque trop, avais-je pensé ensuite."

J'ai relevé bien d'autres extraits mais je ne vais pas tous vous les donner. Si mon retour vous interpelle, allez-y, foncez, ce récit est excellent.

par annick69