Livres
564 717
Membres
617 360

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Commentaires de livres faits par Carole94P

Extraits de livres par Carole94P

Commentaires de livres appréciés par Carole94P

Extraits de livres appréciés par Carole94P

https://www.my-bo0ks.com/2021/09/les-maccoy-tome-1-5-dans-les-yeux-de-caleb-alexiane-thill.html

Après avoir terminé le premier tome des MacCoy, je n'avais qu'une envie, me jeter sur la suite. Qui m'attend d'ailleurs juste à côté et est prévu pour finir en beauté ce dimanche après-midi. Mais avant ça, j'ai jeté mon dévolu sur un bonus, Dans les yeux de Caleb (uniquement disponible au format numérique).

J'ai donc pris sur moi pour faire abstraction de ce format qui ne me convient pas pour en savoir un peu plus sur Caleb, un personnage tellement mystérieux et très surprenant. Après tout, pour un peu plus de cent pages, je pouvais clairement faire l'effort. Et je peux vous dire que c'est un VRAI plus pour l'histoire.

Dans les yeux de Caleb, ce sont quelques chapitres du premier tome mais du point de vu de ce dernier. Je me suis beaucoup demandé le pourquoi du comment de certaines réactions et je dois dire que je ne suis pas déçue, bien au contraire.

Caleb est un personnage complexe. Si je l'ai apprécié dans L'Ogre et le Chardon, certaines de ses réflexions et certains actes sont clairement discutables. J'étais donc ravie de découvrir l'envers du décor. Tiraillé entre devoir et sentiments personnels, j'ai trouvé bien plus profond ce personnage.

De même, j'ai apprécié également avoir un aperçu de ses relations avec ses "hommes", Duncan mais aussi Dyclan dans des moments clés. Je trouve d'ailleurs ce dernier un peu moins détestable suite à l'événement Marlène. Je trouve que ça donne bien envie de les connaître un peu plus.

Une chose est sûre, ce bonus d'une centaine de page vaut la peine d'être lu. Je trouve qu'il vient parfaitement compléter l'histoire du premier tome et donne encore plus envie de se jeter sur la suite, ce que je file faire !
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
https://www.my-bo0ks.com/2021/09/les-maccoy-tome-1-l-ogre-et-le-chardon-alexiane-thill.html

Après de multiples recommandations sur la série Les MacCoy d'Alexiane Thill, je n'ai pu m'empêcher de sauter sur l'occasion d'acheter le premier tome et de le faire dédicacer à l'occasion de Festival New Romance 2019. Depuis, il m'attendait sagement dans ma PAL. J'avais à la fois hâte de le découvrir (vu tous les bons avis) et un peu peur aussi de certains aspects. Ce qui fait que je ne le sors de ma PAL que... deux ans après. Mais comme on dit, mieux vaut tard que jamais.

Avant de vous parler de mon ressenti, quelques mots sur l'histoire des MacCoy. Dans ce premier tome, nous suivons Phèdre qui débarque à Edimbourg dans le seul but de se faire oublier. Elle suit les dernières volontés de son père en entreprenant ce voyage mais ne s'attendaient surement pas à tomber dans une guerre entre des clans. Très vite, elle rejoint le clan MacCoy dont les traditions sont ancrées et pourraient bien jouer un rôle plus grand encore dans ce conflit.

Lorsque j'ai commencé ma lecture, je savais que j'allais avoir quelques soucis concernant la violence et le côté possessif/contrôleur des personnages masculins. Bon, concrètement, le démarrage de L'Ogre et le Chardon nous met dans l'ambiance, âme sensible, s'abstenir. Le passage est violent, dur et donne une idée de la suite.

Pour le coup, si ce passage s'est révélé difficile, je me suis dit que mes peurs s'étaient finalement envolées rapidement. Il faut dire que la plume de l'autrice, Alexiane Thill, est hyper addictive ! Je ne m'attendais pas à autant accroché et surtout, si vite. C'est simple, je me suis faite violence pour ne pas engloutir ma lecture le premier soir et m'en laisser un peu pour le lendemain. Le style est un juste équilibre entre descriptions et dialogues. On s'imagine aisément les décors et on s'immerge rapidement dans l'histoire.

Parlons maintenant un peu personnage. Phèdre, alias Ed, est une héroïne au lourd passé. On s'en rend vite compte avec les quelques flashs que nous avons de son passé. Autant vous dire que j'avais la gorge nouée rapidement. Mais malgré ses faiblesses, elle se montre tout de même courageuse, forte et déterminée. Face au clan MacCoy et cette avalanche de testostérones, elle ne s'aplatie pas mais sait tout de même ne pas faire trop de vague quand cela est nécessaire. J'ai beaucoup aimé son évolution et sa relation avec Caleb, qui pourtant n'est pas sans ombre.

Caleb MacCoy est clairement un highlander. Nous sommes bien avec un chef de clan dominant. Ses manières sont parfois un peu rudes mais on sent rapidement que son personnage a encore beaucoup à dévoiler. Car pour le moment, entre deux moments mignons avec Phèdre, on a également beaucoup de tension sexuelle et d'enjeux stratégiques. J'aime assez ce mystère qui plane autour de lui et suis curieuse d'en apprendre plus.

La romance arrive assez rapidement et en même temps elle se fait désirer. Si c'est clair comme de l'eau de roche que nos personnages craquent l'un pour l'autre, les choses avancent cependant un peu plus lentement. Ce que je trouve vraiment cool. D'autant que tous les deux me font mourir de rire à se provoquer. Pourtant, je ne vous cache pas qu'un passage m'a faite grincer des dents et laissée totalement sur le ... Je ne citerais pas celui-ci dans ma chronique pour que vous gardiez le suspense mais... oui, je pense que ce passage n'aurait pas existé, j'aurais pu avoir un coup de cœur pour ce premier tome. Paradoxalement, il m'a également émue aux larmes, ce qui en soit n'est pas une mince affaire.

Côté intrigue, j'ai été happé par cet affrontement entre clan, les enjeux stratégiques derrières mais aussi toutes ces traditions mises en avant. Le mystère autour du passé de Phèdre, mais aussi du lien entre MacCoy et Campbell, les rapports tendus entre chaque clan et la vérité sur notre héroïne, tant d'éléments qui font qu'on est pleinement dans l'histoire. Je ne me suis pas ennuyée une seconde.

Comme je vous le disais au début, la plume de l'autrice est terriblement addictive. A tel point que les pages s'enchainent, les rebondissements aussi et on arrive rapidement à la fin de ce premier tome. Et là, grosse claque pour moi avec le "A suivre". Je l'avoue, je ne savais absolument pas si les tomes suivants étaient des tomes compagnons ou une suite à proprement parlé. Je suis donc restée ébahie devant mon livre en me disant que je ne pouvais absolument pas attendre le Festival à Reims pour le tome 2.... Que je me suis empressée de me faire livrer le lendemain.

En conclusion, je ne sais pas si cela vient du fait de mes dernières lectures (très très érotiques et violentes) ou du fait que l'autrice à une plume telle, quelle me fait oublier les quelques éléments auxquels habituellement je prête plus attention, mais j'ai adoré ma lecture de ce premier tome de MacCoy ! Je ne pensais pas que j'apprécierais autant avec le seuil de violence et le côté dominant des personnages masculins ainsi que la condition de la femme dans l'histoire, mais... ça a bien fonctionné sur moi. Phèdre et Caleb m'ont beaucoup plu et j'ai hâte de les retrouver dans le second tome !
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
https://www.my-bo0ks.com/2021/09/psi-changeling-tome-6-marques-de-feu-nalini-singh.html

A chaque mois son tome, ce mois-ci c'était au sixième tome de la série Psi-Changeling de me convaincre.

Dans Marques de feu, nous nous concentrons sur Mercy, la sentinelle dominante des DarkRider et Riley, lieutenant de la meute des SnowDancer. Tout deux ne sont pas prêts à s'aplatir devant qui que ce soit. Il faut dire que le loup et le léopard en eux ne sont pas du genre à se laisser contrôler quelqu'un d'autre. C'est aussi pour ça qu'ils sont de très bons éléments au sein de leurs meutes respectives. Mais travailler ensemble c'est aussi prendre le risque d'en vouloir plus et nos deux personnages vont l'apprendre à leurs dépends.

J'avais quelques appréhensions avec celui-ci puisque vu les deux personnages au centre de l'histoire, je me doutais assez que le côté bestial et cru allaient être de la partie. Et concrètement, c'est le reproche qui revient assez souvent avec cette série, le fait qu'on tombe rapidement dans l'érotique, le cru sans approfondir vraiment les relations. Mais, comme chaque tome est différent et surtout, qu'ils sont dans ma PAL, je tente le coup.

Marques de feu est... comme je m'y attendais assez axée sur l'attirance physique et l'érotique. D'ailleurs, moi qui pensait que toute cette tension sexuelle n'arriverait qu'un peu après de résistance de la part de nos personnages, j'ai été de suite mise dans le bain puisque dès les premières pages, (le premier chapitre) Mercy et Riley cèdent à leurs pulsions sexuelles. Pour un tome d'un peu plus de 460 pages, je me demandée comment allait tourner l'histoire après avoir commencée si vite.

Du coup, comme je m'en doutais, la relation Mercy/Riley est sympa mais... très peu approfondie à mon goût. A tel point que du coup, en comparaison avec les autres couples il m'a manqué quelque chose. Alors certes, leur côté dominant, surtout Mercy est intéressant et vient souffler un vent de fraicheur sur tous ces mâles maniaques du contrôle mais... j'aurais voulu un peu plus que ça. D'autant qu'au final, leur relation commence très vite et quelques passages où ils s'ouvrent l'un à l'autre sont mignons et commencent à équilibrer le récit mais on reste en surface. Et ça, c'est dommage.

Côté intrigue, je dirais qu'on stagne un peu. L'Alliance humaine prend de plus en plus de place dans l'histoire et si on sent que les choses vont encore plus mal tournées qu'elles ne le sont déjà, pour le moment cela reste encore discret. Je l'avoue les chapitres dans le camp adverse n'apportent pas grand chose pour moi, je dirais même que je préfèrerais qu'ils n'y soient pas car ça laisserait place à plus de suspense. Je pense notamment à Nikita.

En revanche, comme d'habitude, je suis toujours aussi fan de retrouver les autres personnages des tomes précédents. J'ai la sensation de les apprécier encore plus que lors de leurs tomes respectifs et je trouve que c'est plutôt bien joué de la part de l'autrice de continuer de les inclure dans les tomes suivants par le biais de quelques passages de leurs points de vues ou en les croisant tout simplement. Mention spéciale pour mon couple fétiche Lucas et Sasha et puis la palme des moments drôles pour les frères de Mercy.

En conclusion, si dans l'ensemble ce tome reste bon, on s'attache doucement mais surement aux personnages de Mercy et Riley, je regrette tout de même le fait que leur relation soit essentiellement physique et peu approfondie. Il y avait beaucoup de potentiel pour ce couple et je dois dire que je reste sur ma faim. En revanche, je suis bien curieuse de découvrir le prochain tome, puisqu'il semblerait que ce soit un ennemis-to-lovers, et ça, c'est parfait.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
https://www.my-bo0ks.com/2021/09/le-journal-de-mr-darcy-amanda-grange.html

Voilà bien plusieurs années que je veux lire Le journal de Mr Darcy. En fan totale d'Orgeuil et Préjugés et de Jane Austen, je ne pouvais absolument pas passer à côté de celui-ci. Il faut dire que le personnage de Darcy est fascinant. Pourtant, j'ai repoussé le moment de l'acheter (dans cette belle édition reliée Milady) et il n'a finalement plus été disponible. Alors quand j'ai su que Hauteville allait sortir sa version poche dorée, j'ai sauté sur l'occasion.

Le journal de Mr Darcy, c'est l'histoire d'Orgueil et Préjugés mais du point de vue de Darcy. Si vous avez aimé celui-ci, alors vous devriez sans problème apprécier celui-là. En tout cas, pour ma part, j'ai été conquise. Il faut dire que Darcy fait partit de mes personnages masculins préférés et j'étais plus que ravie d'avoir son point de vue sur une histoire que je connais par cœur.

Comme à son habitude, Darcy est - au début - assez agaçant, dans le sens où il est habitué à son petit cercle et Elizabeth a beaucoup trop de caractère à son goût. Pourtant, au fil des pages, on voit cette carapace se fissurer et sa véritable personnalité prendre le dessus. J'ai aimé découvrir un peu plus ce personnage grâce à Amanda Grange. Notamment sa vie, son lien très fort avec sa sœur, son dévouement pour ses proches mais également ses réactions face à Lizzy. Cela le bouscule un peu de son quotidien.

J'ai également apprécié le fait qu'on voit son opinion évoluer au contact d'Elizabeth. Le fait qu'il jugeait parfois trop sur les apparences (ou l'argent). Petit à petit, il apprend de ses erreurs et se rend compte que finalement, toutes les vérités ne sont pas bonnes à dire. J'ai notamment aimé le fait qu'il avoue ses erreurs et fait amende honorable. Un petit pas pour l'homme mais un grand pas pour son égo.

L'histoire d'Elizabeth et Darcy fait partie de mes préférés et j'ai été ravie de me replonger dans cette ambiance, cette histoire et retrouver ces personnages le temps de quelques chapitres. La plume de l'autrice est agréable, fluide et les pages se tournent toutes seules. A tel point que je me suis retrouvée à la dernière page en me disant que c'était déjà fini.

Pari réussi pour Amanda Grange. Le journal de Mr Darcy a tenu toutes ses promesses pour moi.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
https://www.my-bo0ks.com/2021/09/eiffel-nicolas-d-estienne-d-orves.html

La tour Eiffel, monument emblématique de la France et surtout de Paris. Tout le monde la connait sans vraiment la connaître. Car si on est habitué à la voir, combien d'entre nous savent pourquoi et comment elle a été bâtie.

Prochainement au cinéma, sort le film du même nom. Ce roman, publié chez Michel Lafon en est d'ailleurs tiré. J'étais vraiment curieuse de le découvrir pour en savoir plus sur la fameuse tour mais aussi son créateur.

Alternant les chapitres entre passé, durant lequel Eiffel acquiert une notoriété certaine avec notamment La statue de la liberté dont il a été l'ingénieur et le présent, c'est à dire le moment où il est question de construire la Tour Eiffel.

Le récit ne manque pas d'anecdotes, d'informations méconnues sur Gustave Eiffel mais aussi toutes les constructions de l'époque et notamment les conditions de travail de celles-ci. L'ingénieur n'avait au début, aucune envie de travailler sur cette tour. Mais il finira par changé d'avis. A travers ce court roman, on en apprend bien plus sur la Tour de fer mais aussi sa conception et les multiples problèmes subvenus au cours de sa réalisation.

En plus de l'aspect biographique de l'histoire, l'auteur, Nicolas d'Estienne d'Orvers nous propose également une touche de fiction à son récit. Car si certains éléments appartiennent au réel, d'autres sont plutôt là pour nuancé le tout.

En conclusion, Eiffel est un roman intéressant mêlant aspects techniques, historiques et fiction. On passe un bon moment de lecture et je suis d'autant plus curieuse de voir le film dont il est tiré, prochainement au cinéma.
Avez vous apprécié ce commentaire ? +1
https://www.my-bo0ks.com/2021/09/from-new-york-with-love-tome-3-clair-de-lune-a-manhattan-sarah-morgan.html

Comment résister à l'appel d'un roman de Sarah Morgan alors qu'il se trouve juste sous mon nez, dans ma PAL. Exit le fait qu'au moment de ma lecture il faisait 27 degrés et qu'on étouffait, bonjour Clair de lune à Manhattan qui se déroule entre Thanksgiving et Noël, le tout sous de la neige.

J'avais plus que hâte de découvrir l'histoire d'Harriet, la jumelle de Fliss. La discrète et amoureuse des chiens m'avait déjà bien plus dans les deux précédents tomes, centrés sur son frère et sa sœur. J'étais donc déjà convaincue que se serait une bonne lecture, et ça n'a pas loupé. Il faut dire que Sarah Morgan sait toujours nous donner le sourire avec ses personnages. Ils entrent totalement dans la catégorie des romans "doudou", c'est-à-dire des romans réconfortants, pleins de bons sentiments, qui donnent le sourire et font rêver.

Harriet a toujours été discrète. Il faut dire que son bégaiement, plus jeune lui a causé de nombreux soucis. Non seulement avec son père, cet odieux personnage mais également à l'école. Aujourd'hui, cela fait partit du passé. Avec Fliss, leur petite entreprise de promeneuses de chiens marchent du tonnerre et Harriet voudrait prouver à tous qu'elle peut aussi être la jumelle badass et sûre d'elle. Elle se lance donc dans l'objectif de faire chaque jour quelque chose qu'elle n'aurait jamais fait. Cela commence par les sites de rencontres qui débouche sur une fuite dans les toilettes du restaurant, à une chute de la fenêtre. Résultat, Harriet atterri aux urgences et tombe sur... Ethan, l'urgentiste.

Comment vous dire à quel point j'aime les personnages de Sarah Morgan ? Harriet est une héroïne vraiment attachante, généreuse et foncièrement bonne. Elle a le cœur sur la main et redoute un peu les moqueries des autres. J'ai de suite accroché à son personnage et me suis retrouvée dans plusieurs de ces traits. Ethan, de son côté est passionné par son boulot. Même si aux urgences, les galères sont de mises, il est totalement dévoué aux autres. Parfois un peu trop, pour son propre bien. J'ai aimé découvrir ce médecin, qui a sans doute oublié les petits bonheurs du quotidien. Persuadé de ne jamais aimer, on le découvre au fil des pages, d'abord distant, puis qui se dévoile à Harriet.

Une fois encore, le couple que forment nos deux héros est juste génial. J'aime cette évolution lente et cette tension qui monte petit à petit entre eux. Très différents, ils vont tout de même se découvrir quelques points communs et c'est finalement grâce à la chienne de sa soeur qu'Ethan va s'ouvrir au monde qui l'entour et à Harriet. J'ai adoré les voir craquer l'un pour l'autre quand ils ne s'y attendaient pas et cette alchimie qu'ils ont ensemble.

Clair de lune à Manhattan se déroule à la période de Noël, je l'avoue, j'ai adoré cela. Il faut dire qu'en ce moment, je suis déjà en train de repéré mes romances de Noël pour la fin d'année. Pour autant, je n'irai pas jusqu'à dire que celui-ci est une romance de Noël à proprement parlé (du moins pour moi), dans le sens où certes, quelques scènes y sont présentes mais ce n'est pas le sujet principal. On est plus sur le parcours de nos personnages, les urgences pour Ethan, les chiens et les défis que se lance Harriet pour le reste. En revanche, j'ai trouvé que ces moments ajoutaient clairement de la magie à l'histoire.

La cerise sur le gâteau est sans doute la plus belle surprise que Sarah Morgan aurait pu nous faire. Si vous ne le savez pas encore, elle est l'autrice de plusieurs séries (Snow Crystal, Coup de foudre à Manhattan et d'autres romans). Jusqu'à maintenant, nous avions l'occasion de trouver quelques clins d'œil discrets aux personnages des autres séries et tomes mais avec Clair de lune à Manhattan, sortez les mouchoirs, la nostalgie est de retour puisque non seulement il y a des allusions mais en plus nos deux personnages vont passer quelques jours dans le Vermont, à Snow Crystal en compagnie du Clan O'Neil. Et autant vous dire que c'était Noël pour moi ! Au programme : du rire, des émotions, des retrouvailles et quelques larmes!

J'ai terminé Clair de lune à Manhattan avec le sourire aux lèvres et la sensation d'être sur un petit nuage. Une fois encore, j'ai adoré ma lecture et ne peut que vous conseiller de lire ses romans (dans l'ordre, c'est mieux), car même s'il s'agit de plusieurs trilogies, comme je vous le disais, nous croisons quelques uns d'entre eux (pour notre plus grand bonheur).
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
https://www.my-bo0ks.com/2021/09/le-sang-de-la-guerriere-florence-cochet.html

A la lecture du résumé du Sang de la guerrière, j'avais de suite eu envie d'en savoir plus. Il faut dire que cela s'annonçait tout particulièrement riche en rebondissements et un univers à la fois sombre et entrainant. Comme à mon habitude, j'ai repoussé la lecture, encore et encore pour ne finalement le découvrir quatre ans après. Mais comme on dit, mieux vaut tard que jamais.

Avons de vous parler de mon ressenti, quelques mots sur Le sang de la guerrière. Dans un univers fantasy, nous faisons la rencontre de Shandra, dont l'apprentissage avec son maître actuel s'achève. Celui qu'elle a toujours considéré comme un père s'en va et cède la place à un autre maitre, Kalhen, Un guerrier au service du Roi. Très vite, Shandra va se rendre compte que dans la vie, tout est une question de survie et que la confiance n'est pas une chose à accorder à la légère.

Lorsque j'ai commencé Le sang de la guerrière, j'étais franchement bien enthousiaste. Je pensais d'ailleurs de suite accrocher à l'héroïne, Shandra, qui s'annonçait assez badass. Finalement, à la lecture des premières pages, je me suis dit que je m'étais peut-être faite de fausses idées. Certes, l'héroïne ne manque pas de courage et ses aptitudes pour le combat font d'elle une future guerrière assez impressionnante mais on se rend vite comte que c'est une façade. Elle manquait un peu de piquant. Finalement, seul le fait qu'elle avait son sabre avait une quelconque utilité. Un peu comme si elle était remplaçable... D'ailleurs, on ne sait pas grand chose du fait qu'elle est l'élue et les raisons de cela.

Concrètement, nous sommes plonger dans l'univers sans trop d'explications. C'est assez déroutant, surtout que certains termes, certaines choses se déroulent et nous ne savons pas encore bien de quoi il retourne. Mais je dirais que ce n'est pas dérangeant dans le sens, où comme beaucoup d'univers fantasy, les débuts sont complexes. C'est au fil des chapitres que les choses deviennent un peu plus claires même si, tout n'est pas encore très compréhensible.

Non, en vérité, ce qui m'a dérangé, ce sont les coupures dans le temps. Exemple : notre héroïne fait la connaissance du mystérieux Kalhen, lors d'une cérémonie. Au début, on sent bien que c'est tendu. Je me suis donc dit : super, un ennemies-to-lovers, comme je les aime. Mais... hop, chapitre d'après, le temps à passer et nos deux héros cèdent à leur attirance physique. Après leur nuit, nouveau chapitre et petit bond dans le temps.

Vous l'aurez donc compris, dans Le sang de la guerrière on ne s'arrête pas beaucoup sur les détails. Ce qui fait que tout est flou et les choses s'enchainent bien trop vite. La quête de Shandra, le couple Shandra/Kalhen (qui était prometteur mais n'est finalement que survolé), les rebondissements ainsi que les révélations perdent en réalisme et en intensité. Je comprends qu'un auteur souhaite ne pas trop se répandre sur les émotions ou les moments plus calmes. Mais là, je trouve qu'on passe à côté de beaucoup de chose et surtout, on peut difficilement s'attacher aux personnages. Ce qui est dommage car, en dehors de l'héroïne (qui m'agaçait plus qu'autre chose) les autres avaient tout de même un fort potentiel.

Plus j'avançais dans ma lecture et moins je sentais que j'appréciais. Il faut dire que la présence des divinités, les actes sous couverts de "je n'avais pas le choix" ont commencé a m'hérisser le poil. Et puis quand vient les coucheries à droite à gauche (certaines sans consentement) et le fait que les personnages agissent sur le coup de la vengeance, c'en est devenu trop. D'autant qu'après ça, nos personnages sont copains comme cochons. Arrivée au milieu de ma lecture, j'avais le sensation d'une mauvaise blague avec notre héroïne et ses acolytes.

Côté rebondissements, certes les quêtes s'enchainent les unes après les autres, apportant leurs lots de révélations mais, finalement, tout leur est imposé plus ou moins par les divinités ou encore l'Empereur et l'Impératrice. Donc au final, je trouve qu'on perd en intérêt au fil des pages puisqu'ils ne font que suivre le chemin tout tracé qui les attend. C'est dommage car, l'univers était prometteur et on découvre pas mal de créatures surnaturelles sur le trajet et j'ai particulièrement apprécié cela.

Je suis arrivée au bout de ma lecture assez perplexe. De bons éléments étaient là pour proposer une histoire prometteuse avec une quête des plus complexes mais... le rythme du récit n'est à mon sens pas le meilleur. Les sauts dans le temps (au début surtout), le fait que certaines choses ne soient pas expliquées, le manque d'approfondissement des personnages, même au niveau de leurs relations et le côté érotique de l'histoire sont venus entachés les bases intéressantes à cela. Finalement, je suis allée au bout pour voir si la suite s'améliorait mais j'aurais tout aussi bien pu m'arrêter à mi-parcours car les dés étaient malheureusement jetés. Quel dommage... j'en ressors déçue plus qu'autre chose.
Avez vous apprécié ce commentaire ? +1
https://www.my-bo0ks.com/2021/09/la-couleur-du-mensonge-tome-1-erin-beaty.html

Une fois de plus, je sors un livre qui trainait depuis bien trop longtemps dans ma PAL, pourtant, ce n'est pas faute de ne pas avoir envie de le découvrir puisque La couleur du mensonge me faisait cruellement envie à sa sortie et même après. D'ailleurs, je dois dire que cette lecture m'aura beaucoup surprise et pour cela, je dois dire que l'autrice, Erin Beaty sait jouer avec ses lecteurs.

La couleur du mensonge c'est l'histoire de Sage Fowler. Reccueillie par son oncle et sa tante à la suite du décès de son père, préceptrice pour ses cousins, la jeune femme a toujours pensé pouvoir être libre une fois cela terminé. Mais son oncle lui a obtenu une entrevue avec la marieuse... Sage voit son avenir totalement brisé... mais finalement, sa langue bien trop pendue (pour une future mariée) et son côté observateur vont lui ouvrir une porte à laquelle elle n'aurait jamais pensé : apprentie auprès de la marieuse. Sur les routes pour le Concordium, l'événement le plus important pour les marieuses et les futures épouses, Sage va découvrir que la guerre est sur le point d'éclater. Mensonges, trahisons et stratégies sont de mises et ça sera à celui qui aura vu le plus d'indices.

Pour une fois, je dois dire que lire après tout le monde a un gros désavantage. Car depuis la sortie du troisième et dernier tome de La couleur du mensonge, j'ai eu l'occasion de voir - malgré moi - bon nombre de choses passées et notamment le personnage masculin aux côtés de notre héroïne. Du coup, je ne vous cache pas que pendant les trois quarts de ma lecture j'étais dans un état de doutes perpétuels, de peur (d'un triangle amoureux) et de possible colère qui montait en moi. Finalement, après le GROS retournement de situation que je n'avais absolument pas vu venir (si ce n'est un détail à un moment), je ressors de ma lecture totalement soufflée, heureuse et vraiment abasourdie de m'être faite avoir. Mais pour le coup, c'est un mal pour un bien. Je ne citerais donc pas d'autres personnages car c'est en gardant la surprise qu'on profite le plus.

Cette parenthèse faite, parlons un peu du début. Je sais que beaucoup l'ont trouvé long mais... pour ma part, j'ai de suite accroché. Sage est une jeune femme qui souhaite être indépendante et ne veut pas se résumé à être mariée. Elle aime être pédagogue et est curieuse de tout ce qui l'entoure. J'ai d'ailleurs beaucoup apprécié son côté observateur et ce recul dont elle fait preuve. Cette opportunité auprès de la marieuse va se révéler bien plus dangereux qu'elle ne le pensait et surtout mouvementé.

Car si la compagnie des futures épouses est un calvaire pour elle, celle des soldats chargés de leur sécurité durant le trajet pour le Concordium, est une mine de renseignement. La jeune femme a alors usé de toutes ses techniques pour obtenir des informations. Mais entre deux mensonges, l'amour pourrait bien se glisser entre les mailles du filet. Une romance qui, comme je vous le disais plus haut, m'a fait passer par toutes les étapes. Je n'étais pas sûre de comprendre le pourquoi du comment, j'avais peur de la voie que prenait pour finalement l'apprécier à sa juste valeur. Il faut dire que le personnage masculin a plus d'un tour dans son sac.

La couleur du mensonge est un premier tome riche en rebondissements et en révélations. Personnellement, je ne me suis pas ennuyée une seconde. Entre complot, trahison, révélation, Sage va vite devoir savoir à qui faire confiance. Mais les apparences sont souvent trompeuses et cela donne lieu a des scènes vraiment drôles, tandis que d'autres seront gênantes pour notre héroïne. Clairement, je me suis laissée embarquée par l'ambiance, les enjeux militaires et stratégiques et ai englouti ce premier tome.

La fin de La couleur du mensonge est totalement dingue. Mon pauvre petit cœur a été mis à rudes épreuves et je ne m'attendais absolument pas à ça. Je crois qu'un peu plus et j'avais les larmes aux yeux. Etrangement, je m'attendais à ce que l'autrice finisse son premier tome sur un cliffhanger de malade pour avoir envie de sauter sur le suivant sans attendre mais... je trouve la fin de celui-ci, certes, ouvertes mais me laisse tout de même la sensation d'avoir eu "une fin". Dans le sens où si cela avait été un one-shot, ça ne m'aurait pas dérangée. Je suis tout de même curieuse des deux autres tomes et vu que j'ai adoré l'univers, je me laisserais très certainement tentée par la suite.

En conclusion, j'ai adoré ce premier tome de La couleur du mensonge. Les personnages sont attachants, hauts en couleur et surprenants. Je me suis laissée embarquée par l'histoire dès les premières lignes et tenu en haleine jusqu'à la dernière page. J'ai adoré les personnages principaux mais aussi les acolytes. La romance quant à elle m'a totalement soufflée. Je suis rarement bernée comme cela. Il ne m'a pas manqué grand chose pour avoir un coup de coeur !
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
https://www.my-bo0ks.com/2021/09/la-saga-des-travis-tome-3-la-peur-d-aimer-lisa-kleypas.html

Après avoir lu le second tome de La saga des Travis durant le mois d'août, je continue donc avec cette famille avec le troisième tome, La peur d'aimer sur Jack Travis. Le premier tome m'avait bien plu et j'avais été quelque peu déçue par le second tome, sur Haven. J'étais donc enthousiaste, mais quelque peu refroidie par le précédent en commençant La peur d'aimer. Pour autant, j'étais curieuse de découvrir Jack, qu'on aperçoit bien plus dans Bad Boy.

Jack est un célibataire très convoité, qui n'a pas eu de relation sérieuse avec une femme depuis bien longtemps. Quand Ella Varner débarque à la réception avec un bébé, il ne comprend pas bien le rapport avec lui. De son côté, Ella se retrouve avec Luc, tout juste quelques jours, abandonné par sa soeur Tara avec une idée en tête retrouver le père de Luc et lui faire prendre ses responsabilités. Très vite, Ella va rendre compte que Tara n'a pas été totalement franche sur l'identité du père de Luc et va s'attacher à son neveu...

Lorsque j'ai commencé ma lecture de La peur d'aimer, j'ai plutôt bien accroché à l'héroine, Ella. Cette jeune femme qui s'est éloignée de sa famille quelques années plus tôt semble épanouie dans sa vie professionnelle et relationnelle. Pourtant, quand sa mère va l'appeler et lui demander de venir chercher Luc, le bébé de sa sœur Tara, elle quitte tout pour venir prendre soin du petit bout et faire la lumière sur l'identité du bébé et venir en aide à sa sœur.

J'ai aimé cet aspect de l'histoire. La venue de Luc dans la vie d'Ella va totalement chambouler la jeune femme. Déjà parce qu'un bébé n'était clairement pas au programme pour elle mais en plus elle va devoir tout tenter pour retrouver le père de Luc, avoir des nouvelles de sa sœur et composer avec une mère comme la sienne. J'ai trouvé que cette partie était la plus réussie de l'histoire. Même si, celle-ci ne dure que durant la moitié de La peur d'aimer, pour passer au second plan par la suite.

On sent à quel point sa sœur compte pour elle et les séquelles que toutes deux ont à cause de leur passé. Mais le plus frappant, c'est le côté toxique de leur mère. Cette femme est un poison à elle toute seule et cela ne peut qu'accentuer la compassion que l'on ressent pour Ella. Pour autant, je ne vous cache pas que pour une femme qui se veut indépendante, elle se calque beaucoup trop sur les goûts de son petit-ami végétalien. Ce qui est un poil agaçant.

Concrètement, je suis plutôt en dents de scie concernant Jack. Si j'ai aimé en partie son comportement et notamment son comportement avec sa soeur ou encore avec Luc, je dois dire que son côté homme des cavernes avec sa possessivité, sa manie de tout contrôler et surtout son recours à l'argent pour tout. En fait, il couvre tellement de cadeau, d'aides Ella, que ça en devient too much. D'autant que cela fonctionne totalement sur la jeune femme.

Du coup, du côté du couple, je suis là aussi un peu mitigé. J'ai aimé certains aspects de leur histoire avec notamment le fait que Jack évolue beaucoup durant ce tome-ci. J'ai apprécié leur histoire pendant la première moitié du temps. C'est à dire le temps qu'ils apprennent à se connaître. Ensuite, je trouve qu'ils perdent en intérêt et le côté possessif de Jack devient assez usant.

En revanche, je suis toujours aussi fan du côté famille et j'étais ravie de retrouver les personnages des autres tomes. Liberty et Graig, restent mes chouchous et j'étais ravie de les retrouver et étrangement, j'ai plus accroché au couple Hardy et Haven dans ce tome-ci. Il faut dire que nous n'avons que les bons côtés, en les suivant, de loin.

En conclusion, j'ai plutôt bien accroché au début de ce troisième tome de La saga des Travis. J'ai aimé certains aspects de leur couple comme la présence de Luc et ce que cela implique mais j'ai trouvé leur relation plus physique et gouvernée par le côté possessif de Travis pour qu'elle me plaise plus. Je ressors donc de ma lecture un peu plus satisfaite qu'avec le tome précédent mais un peu déçue tout de même dans le sens où on a la sensation que l'argent fait le bonheur... Dommage !
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
https://www.my-bo0ks.com/2021/09/un-fabuleux-destin-sarah-watson.html

A la lecture du résumé d'Un fabuleux destin, j'étais vraiment curieuse d'en savoir plus. Il faut dire que celui-ci avait de quoi intriguer le lecteur. Un fabuleux destin, c'est l'histoire de quatre amies. Quatre amies, dont les vies sont différentes, tout comme leur situation. Alors qu'elles s'apprêtent à terminer le lycée pour choisir les universités dans lesquelles elle souhaitent aller, chacune doit faire des choix. Des choix qui pourraient bien changer leurs destins. Parmi elles, la future présidente des Etats-Unis...

Quand j'ai commencé ma lecture, j'étais vraiment curieuse de découvrir cette histoire et j'avais envie d'en savoir plus sur ces quatre filles. Mais ce qui m'a le plus rendu curieuse c'est de savoir laquelle de ces quatre filles serait la future présidente. Un mystère qui se sera révélé qu'à la la toute fin, de quoi tenir le lecteur en haleine.

Je dois avouer que les cinquante première pages ne m'ont pas totalement convaincu. Certes le mystère autour de l'identité de la fameuse présidente intrigue mais pour le coup, j'ai trouvé que cela n'était pas suffisant pour être happée par l'histoire. Je ne sais pas si cela venait de la plume de l'autrice, où le fait que le début posait les bases de l'histoire mais j'ai eu un peu de mal à me mettre dedans en me demandant si j'arriverai à aller au bout de ma lecture... Finalement, après avoir persisté quelques chapitres plus loin, j'ai enfin accroché à l'histoire et suis aller au bout.

Il faut dire qu'au fil des pages, on apprend à découvrir les filles et à vouloir certaines choses pour elles. Jordan, la journaliste en herbe et sa volonté de sauver le parc, quitte à se faire passer pour plus âgée auprès du Conseiller, Ava, la solitaire artiste qui n'a jamais connue sa mère biologique, CJ, dont le parcours scolaire était irréprochable mais échoue à son examen pour l'université ou encore Martha dont la vie familiale est chaotique et doit enchainer les petits boulots pour son avenir. On fait la connaissance de ces quatre filles, leur vie, leurs ambitions, leurs doutes, leurs peurs mais aussi ce lien puissant qui les unit. J'ai particulièrement été touchée par l'histoire d'Ava, bien plus réservée que ses amies et j'ai également bien accroché à l'histoire de Jordan, même si les deux autres amies ne sont pas en reste.

Finalement, on se laisse assez facilement embarquer par l'histoire et les pages défilent plutôt bien. On est curieux de les voir évoluer, faire des découvertes sur elles-mêmes et surtout, prendre des choix qui changeront leurs destins. Bien sur, la question de savoir qui serait parmi elles, la future présidente se pose tout du long, du moins pour nous lecteurs. Bon, pour le coup, le mystère a vite et résolu, j'avais clairement ma petite idée là-dessus et je ne m'étais pas trompée. Mais j'avais bien envie de savoir ce qu'il adviendrait également des autres.

Un fabuleux destin est un roman qui aborde de nombreux sujets. L'amitié y est centrale. D'ailleurs, c'est avant tout une histoire d'amitié. Car malgré les épreuves que les quatre filles traversent, c'est cette amitié qui leur permet de continuer à avancer et aller au bout. J'ai trouvé ce point bien traité. Vient alors d'autres sujets comme les différences sociales, la famille, l'amour et tout un tas de sujets typiques pour des jeunes s'apprêtant à partir pour l'université.

La conclusion du roman apporte son lot de réponses et m'a bien plu dans l'ensemble. Je dis dans l'ensemble car j'ai trouvé que certains points auraient gagnés à être un peu développer... sans doute pour laisser place à de multiples possibilités. Elle m'a paru un peu rapide et simple. Mais elle reste tout de même intéressante et j'ai apprécié la morale de l'histoire derrière tout ça.

En conclusion, j'ai passé un bon moment de lecture avec Un fabuleux destin. C'est une lecture sympa et on s'attache aux héroïnes au fil des chapitres. Le gros point fort du roman est l'amitié qui unit ces quatre amies et ce lien fort entre elles qui subsistent malgré les épreuves. J'ai trouvé ça vraiment beau. Même si tout n'a pas été parfait pour moi et que quelques éléments m'ont manqué, j'ai passé un bon moment de lecture.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
https://www.my-bo0ks.com/2021/09/romeo-et-juliette-william-shakespeare.html

Qui n'a jamais entendu parlé de Roméo et Juliette ? De nos jours, je crois que c'est tout simplement impossible, même en étant réfractaire à tout ce qui touche à la romance et à l'amour en général. J'ai toujours vu les adaptations, les revisites et toutes autres œuvres qui abordaient l'histoire de Roméo et Juliette pourtant je l'avoue, je n'avais encore jamais lu le roman à la base.

Alors quand j'ai su que Hugo Roman allait le sortir dans sa collection Classique, j'ai de suite sauté sur l'occasion de redécouvrir cette histoire intemporelle, que l'on connait tous par cœur mais que je regrettais de ne pas avoir étudié en cours ou lu en dehors. Cette année, j'y ai donc remédié et j'en suis ravie.

Je me suis replongée avec plaisir dans cette histoire d'amour impossible et clairement tragique. Le fait que ce soit une pièce de théâtre fait que les pages s'enchainent très rapidement. C'est en lisant l'œuvre que je me suis rendue compte à quel point le film Roméo + Juliette de 1996 (ça ne rajeunit pas tout ça) avec Leonardo DiCaprio lui est fidèle. Car en lisant chaque scène, je me visualisais sans problème les passages du film.

Le temps de quelques pages, j'étais donc moi aussi à Vérone et me suis laissée embarquée par les paroles enflammées de nos deux amoureux. L'alternance de scènes drôles, puis totalement loufoques pour enfin devenir plus sombre et finir de façon tragique, fait qu'on ne s'ennuie pas une seconde. Et puis, il faut dire que celle-ci est très courte puisque le roman fait tout juste 200 pages avec une mise en page assez aéré.

Au final, je ne suis pas déçue de ma lecture et il rejoint mes incontournables que je suis contente d'avoir enfin découvert.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
https://www.my-bo0ks.com/2021/09/l-as-de-coeur-morgane-moncomble.html

J'avais vraiment hyper hâte de découvrir L'as de coeur de Morgane Moncomble. Il faut dire que ces derniers romans m'ont beaucoup plu et notamment le dernier en date : En équilibre dans la collection New Way. Ici, nous repartons sur une romance New-Adult et dans le domaine du poker. J'étais donc encore plus curieuse de le découvrir car je trouve que peu de roman aborde ce sujet.

Mais avant d'entrer dans le vif du sujet, quelques mots sur l'histoire. Nous y suivons Rose et Levi. Alors qu'il s'apprête à rejoindre le tournoi de poker pour la dernière fois, Levi n'a qu'un objectif. Le remporté et anéantir Tito Ferragni, l'homme qui lui a tout pris, son père, sa famille. Et c'est en tombant sur Rose, une as des jeux et des mensonges qu'il compte parvenir à empocher la victoire. Mais pour des menteurs comme eux, les secrets sont à double tranchant et à Vegas, tout est possible.

Quand j'ai commencé ma lecture, je me suis rapidement mise dans l'ambiance. Il faut dire que la plume de Morgane a toujours fonctionné avec moi. Ni trop descriptif, ni pas assez. Un juste milieu. Pour autant, j'ai été surprise de le lire en trois soirs contrairement à mon habitude d'engloutir les romans. Mais passons. Dès les premières lignes, je trouve que l'ambiance du jeu, du bluff et les secrets de nos personnages font qu'on se sent de suite dans de bonnes conditions. Un peu comme avoir une épée de Damoclès au-dessus de la tête et cette tension qui grandi au fil des pages. On sent que les choses vont se corser et cela ajoute un petit truc à l'histoire.

Nos deux personnages ont un lourd passé. J'ai aimé découvrir cela au fur et à mesure. Levi a pour objectif de gagner le tournoi pour la seule personne de sa vie qui le connait vraiment. Au fil des chapitre, on découvre cette facette de lui qu'il prend soin de cacher devant les "projecteurs". On découvre ses ambitions, son passé, ses faiblesses mais aussi ses points forts. Parce que Levi, c'est un vrai gentil. Et je trouve que c'est rafraichissant en romance et d'autant plus dans le domaine du poker ou tout est question de bluff.

Rose de son côté est bien plus mystérieuse. J'ai beaucoup aimé cet aspect de l'histoire d'ailleurs. Je trouve que c'est bien joué de la part de l'autrice de nous révéler ça plus tardivement. Bien sur, on sait qu'elle joue, bien même, quelle fume et boit beaucoup et qu'elle ne devrait absolument pas entrer dans un casino. Mais les raisons de cela nous sont dévoilés que bien après. Je dois dire que certains points m'ont surprises (dans le bon sens) et j'ai apprécié d'autant plus cela. Pour une jeune femme solitaire comme elle, rien n'est facile et Levi et son équipe pourraient bien lui faire entrevoir un peu de lumière dans son présent si sombre.

Concernant le couple que forme Levi et Rose, je dirais que j'ai été assez surprise que cela commence doucement. Il faut dire que Rose n'a pas froid aux yeux et entre eux, c'est électrique. Mais au final, j'ai trouvé ça vraiment cool qu'ils prennent un peu leur temps, car cela laisse de beaux moments de complicité à deux et une belle relation de "confiance" qui se créée. J'ai aimé les voir évoluer, changer d'opinion et se rendre compte que les apparences sont souvent trompeuses. D'ailleurs le schéma du faux couple joue aussi beaucoup dans cela. Un schéma que j'affectionne tout particulièrement. La seconde partie du roman passe aux choses supérieures et même si j'ai moins apprécié certains passages, je dois dire que j'ai fini le roman avec le sourire aux lèvres et c'est tout ce que je souhaitais.

Dans L'as de coeur, chaque petit détail à son importance. J'ai apprécié que Morgane développe la partie jeu. Le poker a une place importante dans la vie de nos deux personnages et j'ai trouvé vraiment sympa le fait que cela ne soit pas juste là pour poser les bases de l'histoire. Non, dans L'as de cœur, les parties de poker et la stratégie sont de mises. On se sent vraiment au coeur de l'histoire et je dois dire que la tension dans les dernières pages du tournoi le prouve. Enfin, la confrontation tant attendue à été à la hauteur de mes attentes. Que de rebondissement pour ce final.

En conclusion, L'as de coeur est une romance comme je les aime. Du jeu, une fausse relation, quelques secrets. Des personnages hauts en couleur, drôles, mignons et sexy à la fois. Avec Levi et Rose on ne s'ennuie pas une seconde. Mais la vengeance est un plat qui se mange froid et tous les coups sont permis pour y parvenir.
Avez vous apprécié ce commentaire ? +1
https://www.my-bo0ks.com/2021/08/the-curse-tome-3-the-kiss-marie-rutkoski.html

En 2018, j'ai enchainé les deux premiers tomes de la trilogie The Curse de Marie Rutkosi dans l'idée de sauter sur le troisième volet à sa sortie, que j'avais précommandé. Finalement, les circonstances ont fait que à cette époque là, j'achetais plus vite que mon ombre de nouvelles sorties et j'ai donc repoussé, repoussé et encore repoussé ma lecture de The Kiss. Trois ans après (soit pas si longtemps que ça, comparé à d'autres), je sors donc The Kiss de ma PAL avec... avouons-le, peu de souvenirs des deux premiers. Mais comme les dernières lectures pour lesquelles j'avais fait ça, ont finalement été de bonnes surprises, je me suis dit : on y va, on verra ce que ça donne.

Bon concrètement, je vous déconseille fortement de faire ça car... les événements reprennent peu de temps après la fin du second tome et... autant vous dire que c'est assez compliqué de se remettre dedans. J'ai pourtant persévéré en souvenirs des deux premiers tomes, que j'avais beaucoup aimé. Mais autant être honnête, cette lecture m'aura laissé de marbre jusqu'au bout.

Concrètement ce tome souffre de quelques longueurs mais surtout de problèmes de rythme. Du coup, j'ai trouvé difficile de me mettre véritablement dedans. Il faut dire que certains passages sont clairement étirés alors que d'autres passent en un claquement de doigts. Je m'attendais à de belles scènes de batailles, parce que c'est le dernier et c'est inévitable avec l'Empereur, la confrontation avec le père de Kestrel mais non... en fait, tout se résout d'une autre façon et j'avoue que la fin m'a donné la sensation de rester trop en surface et ne pas prendre le temps de développer cela comme il se doit.

Entrons un peu dans les détails. Dans un premier temps, nous retrouvons Kestrel, dans le camp de travail, droguée à l'extrême et totalement esclave. Après avoir tenté de lutter face à eux, petit à petit, elle va être brisée par les circonstances au point d'en devenir amnésique. Un retournement de situation assez surprenant et qui pimente un peu l'histoire. D'ailleurs, j'ai trouvé intéressant qu'elle oublie sa relation avec Arin, j'ai trouvé que ça donnait à leur histoire un second souffle dans le sens où ils vont devoir (enfin surtout elle) retomber amoureux l'un de l'autre.

Pour autant, je ne vous cache pas que cette amnésie dure un peu trop longtemps à mon goût et prend le pas sur l'histoire dans son ensemble. Alors oui, j'aime assez lorsque la romance est importante dans une histoire, mais ici, il y aussi de nombreux enjeux politiques, stratégiques et une bataille à venir... et finalement, ces aspects sont occultés par la romance (ou l'absence de romance entre nos deux héros).

Côté personnage, j'appréciais beaucoup Kestrel à l'époque et... je ne sais pas... J'aime ce côté manipulateur, qui cache ses pensées et arrive avec les mots à retourner son petit monde mais ici, j'ai trouvé que ce n'était plus que le reflet d'elle-même. Son passage dans les camps joue sans doute beaucoup mais du coup, je n'ai pas eu la sensation de la retrouver. De son côté, Arin a bien évolué. J'ai apprécié le fait qu'il commence à s'adoucir et qu'il perde cette colère constante qu'il avait. Il reste intéressant à suivre et pour le coup, il est un peu dépassé face à l'amnésie de Kestrel, ce qui vient compliquer un peu les choses.

Concrètement, je m'attendais à quelque chose d'explosif pour ce troisième et dernier tome de The Curse. Dans mon souvenirs, Marie Rutkoski maniait l'art de jongler entre émotions, rebondissements et romance et je dois avouer que The kiss m'a plutôt fait l'effet d'un flop. Il y a de bonnes bases mais... je l'avoue, je me suis ennuyée pendant la majorité de ma lecture. Au final, je dirais même que si je l'ai fini ,c'est en partie parce que je suis nostalgique des deux premiers tomes que j'avais beaucoup apprécié...

En conclusion, je pense que si j'avais lu ce tome à sa sortie, j'aurais sans doute plus apprécier ma lecture de The Kiss même si on aurait été loin du coup de coeur. Malheureusement, à l'heure actuelle, cette lecture m'a laissé de marbre. Je n'ai pas ressenti d'émotions, d'excitations à l'idée de finir la trilogie et j'ai trouvé que cette conclusion était certes pas si mal, mais je m'attendais à beaucoup mieux. Je reste donc sur ma faim avec The Kiss. Une déception tout de même car si je m'attendais à ne pas autant accrocher que cela, j'ai eu la sensation que le tout manquait cruellement de piquant.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
https://www.my-bo0ks.com/2021/08/enchantment-of-ravens-margaret-rogerson.html

J'avais beaucoup aimé Sorcery of thorns, de l'autrice, Margaret Rogerson. J'étais donc vraiment contente de savoir que Enchantment of Ravens allait sortir dans la collection BigBang des éditions Bragelonne. Et pour ne rien gâcher, la couverture (identique à la VO) est vraiment superbe et très fidèle à l'histoire.

Dans Enchantment of Ravens, nous sommes à nouveau dans un univers fantasy Young Adult. Il s'agit, comme pour Sorcery of Thorns, d'un one-shot et donc pas de tomes à venir pour celui-ci ! Isobel, une artiste peintre s'est attirée la sympathie de bon nombre de faés au fil des années. Il faut dire que ses portraits sont toujours parfaits. Et pour un faé, dont la pratique de l'art lui est fatale, la jeune artiste est une aubaine. Mais lorsque Corneille, le prince de l'automne vient à son tour lui demander son portrait, tout dérape. Dans le regard du prince de son portrait, on peut y voir une émotion qu'ils n'ont pas et Isobel va devoir répondre de ses actes devant un tribunal faés. En chemin, rien ne se passera comme prévu et Isobe pourrait bien commettre plus grave encore.

Lorsque j'ai commencé ma lecture, je me suis rapidement mise dans le roman. Il faut dire que la plume de l'autrice, Margaret Rogerson est fluide et nous donne suffisamment de détails sur ce qui entoure nos personnages pour qu'on s'imagine la scène. Sa plume a ce petit truc qui fait qu'on tourne les pages sans s'en rendre compte. L'univers est fascinant et je dois dire que j'étais ravie de voir que l'autrice s'émancipait du genre avec des faés, bien loin de l'image qu'on s'en fait.

Ici, le mythe des faés de toutes beautés, parfaits et sans le moindre défaut est brisé. Car si en apparence, ils le sont bien, dans la réalité, nous sommes à l'opposé. Dans Enchantment of Ravens, nous comprenons donc rapidement (grâce à Isobel notamment), que derrière les illusions qu'ils usent continuellement, c'est tout autre chose. A commencer par eux même. Ils ne sont pour ainsi dire, pas si beaux et parfaits que ça. Mais le pire dans tout ça, c'est qu'ils se voilent la face quotidiennement avec leur nourriture pourrie, les vêtements usés et les charmes qu'ils mettent en place pour donner l'illusion qu'au contraire, il s'agit de splendides buffets ou de robes de la dernière mode. Le paraître est tel qu'il en devient grotesque.

De même, s'ils ont l'habitude de faire appel aux mortels pour l'art, qu'ils ne peuvent pratiquer, ils ne manquent pas une occasion de se jouer d'eux. D'ailleurs, je dois dire que j'ai été assez surprise du choix de l'autrice de montrer que l'humanité était bien plus positive et évoluée que les faés. Généralement c'est plutôt l'inverse en fantasy. On envie les faés, leurs pouvoirs, leur beauté. Mais cela s'explique totalement par cette héroïne, forte de caractère qui voit clair dans leur jeu.

Car Isobel vient elle aussi s'émanciper des héroïnes du genre en voyant au delà des apparences et de la beauté des faés. Amenée à les côtoyer régulièrement en tant que peintre, elle n'en reste pas dupe. Elle fait attention à ses paroles mais également à ses demandes. Car en échange de ses portraits, elle obtient des sortilèges pour la protéger elle et sa famille. J'ai aimé cette volonté farouche de rester elle même, jusqu'au bout et de ne pas se laisser tenter par la fascination pour les faés.

Bien sur, elle n'est pas insensible au prince de l'automne, Corneille. D'ailleurs, comment lui en vouloir. Elle même se fait des réflexions sur la facilité avec laquelle elle est tombée sous son charme. Pour autant, elle ne tombe pas en pamoison devant lui. Elle ne lui donne pas son vrai nom et refuse d'être touchée par lui de quelques façons que ce soit. Elle tient à garder la tête froide et se méfie des sortilèges de ces derniers.

Corneille, de son côté est un personnage très mystérieux. Ne pas avoir son point de vue joue beaucoup dans ce mystère. On sent bien qu'il s'attache à l'héroïne rapidement, mais reste pour autant très secret sur sa vie et ses pensées. Et puis, précisons également qu'il respecte Isobel dans ses choix et ses demandes. Exit le faé matcho qui force un peu les choses ou se croit au-dessus d'un "non".

Dans Enchantment of Ravens, la romance est bien présente. Et je dois dire que j'ai plutôt bien accroché à celle-ci, malgré le "coup de foudre" immédiat entre nos deux personnages. Il faut dire que si cela est rapide, les choses n'évoluent pas rapidement par la suite. Bien au contraire. D'ailleurs, je dois dire que j'ai particulièrement apprécié les scènes entre eux, souvent très drôles et mignonnes. Corneille étant un faé, il ne comprend pas toujours les moments d'humanité dont à besoin Isobel. Les pauses pipi, manger de la viande non cuite tout juste chassée, le côté pudique ou encore les émotions qui peuvent la submergée. Le contraste entre nos deux personnages est tellement flagrant qu'on ne peut s'empêcher de sourire devant des scènes aussi cocasses.

De façon générale, je dirais que le récit peut se découper en trois parties. La première, qui met en place les bases de l'histoire de le départ d'Isobel pour son procès suite à son portrait du prince, se déroule durant une bonne partie du roman. Il est vrai que les avoir tous les deux dans la forêt peut donner la sensation de ne pas beaucoup avancer mais finalement, cela permet de creuser la relation entre nos deux personnages.

Puis, vient la seconde partie, où nous évoluons dans le monde des faés, avec notamment Mouche, et d'autres personnages. Ici, Isobel découvre vraiment l'envers du décor des faés et le fait qu'ils aient recours aux sortilèges pour tout. On en apprend également un peu plus sur leur mode de fonctionnement et je dois dire que j'ai été assez fasciné par cela.

Vient enfin le dernier petit tiers. Le dénouement de l'histoire. Là où tout s'accélère et prend son sens. Je dois dire que j'aurais voulu que cette partie soit un peu plus étoffée. Le roman faisant moins de 400 pages, j'avais quelques doutes sur l'approfondissement de certains points et je dirais que cette partie en souffre un peu. N'ayez pas peur, la conclusion de l'histoire est à la hauteur et je dois dire que j'ai été assez surprise par les derniers bouleversements mais j'avoue que quelques chapitres de plus n'auraient pas été de refus.

En conclusion, j'ai passé un très bon moment de lecture avec Enchantment of Ravens. Un univers à la fois similaire au genre, tout en ayant beaucoup de points originaux pour le rendre différent. Une héroïne vraiment sympa qui certes, tombe vite amoureuse mais n'en perd pas son objectif et ses intérêts. Enfin, un personnage masculin mystérieux comme on les aime. J'ai passé un bon moment en leur compagnie et suis toujours aussi fan du style de l'autrice. Seul petit regret, qu'il n'est pas été plus long, notamment sur la dernière partie, mais c'est le risque avec un one-shot.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
https://www.my-bo0ks.com/2021/08/quoi-qu-ils-en-disent-noemie-dani.html

Je n'avais encore jamais découvert la plume de l'autrice, Noémie Dani et étais curieuse de voir ce que ça allait donner. Le pitch de départ s'annonçait vraiment sympa et avait tout pour me plaire. Finalement, un mélange de pleins de détails a fait que je suis restée vraiment sur ma faim concernant cette lecture. Manque de pot pour Quoi qu'ils en disent, je suis malade depuis quelques jours et l'envie de lire n'est pas au rendez-vous ce qui fait que j'ai beaucoup plus de mal à me mettre dans mes lectures. Alors forcément, quand on accroche pas des masses aux personnages, ça coince.

Avant d'entrer dans le vif du sujet, quelques mots sur l'histoire. Dans Quoi qu'ils en disent, nous faisons la connaissance de Louna, vingt ans, exilée dans le fin fond de l'Ardèche par ses parents pour l'été dans le but de réviser pour ses études d'ostéo. Et ce n'est pas sa tante éloignée Madeleine ou le voisin qui a failli la renverser le premier jour qui vont la faire changer d'avis... quoique, le voisin pourrait bien être à son goût. De son côté, Gabriel, père d'une petite fille, séparé de sa femme et agriculteur dévoué, ne voit pas d'un bon oeil cette nouvelle venue. Surtout si on prend en compte les treize ans qu'ils les séparent.

Quand j'ai commencé ma lecture, j'étais vraiment enthousiaste à l'idée de découvrir cette histoire. Mais je dois avouer que j'ai vite déchanté et ce pour la simple et bonne raison que j'ai trouvé Louna, notre héroine, tellement superficielle... Son comportement, ses réflexions, à 20 ans, elle manque de maturité et surtout devrait tourner sept fois dans sa bouche sa langue. Alors oui, ça lui donne un côté rebelle de ne pas avoir de filtre mais... trop c'est trop. D'ailleurs, elle se plaint que Gabriel souffle le chaud puis le froid mais... comme on dit, c'est l'hôpital qui se fout de la charité.

Vient alors Gabriel. Bon, je pensais franchement accroché à lui, parce que des agriculteurs en romance ce n'est pas trop présent et je me suis dit, super, une romance qui change un peu. En soit, il est plutôt sympa, passionné par son boulot, prêt à tout pour ses vaches et j'aime bien cet aspect. Mais... rien de nouveau sous le soleil finalement... Je suis restée sur ma faim le concernant. En fait, je pense qu'il aurait gagné à être plus approfondi et notamment sa relation avec sa fille.

Généralement, je suis assez bon public pour les romances dans lesquels se trouvent le schéma d'un parent seul avec un enfant. Je trouve que la présence d'un enfant vient certes, compliquer un peu les choses (mais pour le mieux) mais qu'en plus, cela vient ajouter un peu d'innocence et de bienveillance à une histoire. Et c'est l'un des points qui m'a le plus déçu. A vrai dire, j'ai trouvé que la petite Zélie ne faisait office que de figuration dans Quoi qu'ils en disent. Elle fait quelques brèves apparitions mais... en fait, même son père fait peu attention à elle dans les moments clés. Alors oui, Louna a bien des attraits mais... un moment qu'ils passent tous les deux et monsieur ne pense qu'à sa nouvelle voisine fraichement débarquée ? Honnêtement, j'ai trouvé que cette partie de l'histoire n'était pas suffisamment convaincante, même si, vers la fin ça s'améliore, c'était trop tardif pour moi.

Concernant le couple en lui même, je reste sur ma faim. La différence d'âge est évoquée du côté de Gabriel et ces treize ans posent problème mais uniquement vers la fin. Pour le coup, j'ai trouvé Louna tellement immature que... je l'ai bien senti moi, cette différence d'âge. Je trouve que ce schéma, ça passe ou ça casse. C'est à double tranchant et j'en attends sans doute un peu trop mais ici, je n'ai pas été convaincue par le déroulement de leur relation. Sans doute lié à leur début de relation qui m'a faite lever les yeux au ciel je l'avoue... la scène de l'orage a été le premier d'une longue liste. C'est dommage car la brontophobie est un thème que je trouve intéressant d'aborder (je pense bien sur au deuxième tome de La chronique des Bridgerton), mais ici, cette peur passe à la trappe en deux secondes grâce aux mains habiles du héros ? Non vraiment, je trouve ça dommage.

Je ressors de ma lecture perplexe. Sur le papier, il y avait tous les éléments pour passer un bon moment de lecture et peut-être que le moment n'était pas le plus propice pour moi mais... je suis restée sur ma faim concernant cette lecture. L'héroïne m'a agacé et le manque d'approfondissement de certains points m'a dérangé. C'est dommage car en soit, Quoi qu'ils en disent n'était pas si mal, j'ai même été au bout de ma lecture mais... je vais vite passer à autre chose. Je ne doute pas qu'il plaira à d'autres et l'espère sincèrement.
Avez vous apprécié ce commentaire ? +1
https://www.my-bo0ks.com/2021/08/psi-changeling-tome-5-otage-du-plaisir-nalini-singh.html

Une fois de plus, me voilà plonger dans la série Psi-Changeling. Bien repartie avec le tome 4 la semaine précédente, je n'ai pas perdu de temps et me suis plongée dans le tome 5, qui, lui aussi était dans ma PAL depuis bien trop longtemps. Et je dois dire que j'en ressors vraiment satisfaite !

Dans Otage du plaisir (franchement, je ne suis pas fan du titre...), nous suivons donc Ashaya, la psi que nous avons un peu plus que croiser dans le tome précédent et Dorian, le sniper léopard du clan. Entre eux, personne n'aurait pu dire que ça collerait. Il faut dire que Dorian n'a toujours pas enterrer cette haine qu'il voue aux psi depuis la mort de sa sœur. Alors être chargé de la surveillance de Keenan, le fils d'Ashaya, puis d'elle, ne sera pas de tout repos.

Quand j'ai commencé ma lecture, j'étais un peu sceptique. Surtout concernant le personnage Ashaya. Il faut dire que dans le tome précédent elle n'a pas vraiment le beau rôle, même si à la fin, elle sauve deux enfants en plus du sien. Pour autant, elle dégageait cette froideur typique des psi, et son obstination dans Silence semblait vraiment hermétique. Mais contre toute attente, j'ai rapidement accroché à son personnage. Car bien sur, derrière cette apparence se cache bien d'autres choses. D'abord, son fils, Keenan. Si elle laisse penser qu'il n'a aucun intérêt pour elle, nous lecteurs, savons que c'est l'exact opposé. Et puis vient Amara, sa sœur jumelle. Et là, j'ai trouvé que l'autrice avait réussi à traiter son sujet comme jamais. Le lien entre elles est fort, destructeur par moment et néfaste une bonne partie du temps. Pourtant, il est là et Ashaya, malgré tout ce qui lui arrive ne peut se résoudre à abandonner sa sœur. J'ai aimé l'évolution de ce lien et tout ce qu'il inclut.

Maintenant, parlons un peu de Dorian. Pour le coup, j'étais assez enthousiaste à l'idée de le découvrir vraiment. Il faut dire que le sniper qui n'a jamais pu se transformer avait un fort potentiel. J'aimais sans franc-parler et les petites piques qu'il glissait par-ci, par-là. Contre toute attente, j'ai eu du mal avec son personnage ou plutôt ses instincts pendant un tiers du roman. On sent le côté sauvage, primitif, animal et ses pensées sont typiquement masculines, crues et bon, personnellement le côté homme des cavernes, ce n'est pas trop mon truc. Cette haine qu'il voue à Ashaya est en totale contradiction avec ce désir brutal qu'il ressent pour elle....

Fort heureusement, au bout d'un tiers du roman, cet aspect de lui s'adoucit. Il apprend à cerner Ashaya et notamment cette carapace qu'elle montre à tous et voit au delà de l'apparence et de son attirance plus que flagrante. J'ai aimé découvrir cet autre aspect de lui et notamment lorsqu'il est question de Keenan.

La relation Ashaya/Dorian est, étonnamment, pas si rapide que ça. Certes, Dorian aurait pu vite régler cela, mais se révèle bien plus droit dans ses pompes qu'on pourrait le penser. Au final, leur relation met du temps à se mettre en place, et ça, j'apprécie. Ils s'ouvrent petit à petit à l'autre et j'ai aimé la relation qu'ils nouent au fil des pages.

L'intrigue de l'histoire n'est pas en reste puisqu'avec la fuite d'Ashaya, les plans du Conseil Psi sont mis à rude épreuve. Les projets mis en place commencent à se faire connaître de tous et t je dois dire que j'ai été surprise par de nombreux éléments. L'ennemi le plus coriace et cruel n'est pas toujours celui auquel on pense et je trouve ça d'autant plus intriguant. Enfin, j'ai aimé en apprendre plus sur les diverses parties et suis encore plus curieuse de découvrir la suite.

Au final, ce cinquième tome ne m'aura fait qu'une bouchée puisque je l'ai lu d'une traite ou presque. Je suis contente de voir que cette série continue de me surprendre. Et je dirais que ce cinquième tome de Psi-Changeling vient se placer juste derrière le premier tome, qui reste mon préféré. Le couple Dorian/Ashaya partait difficilement mais m'a finalement beaucoup plus et l'intrigue m'a tenu en haleine. Enfin, je suis toujours ravie de retrouver les personnages des premiers tomes, une manière de suivre aussi leur évolution.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
https://www.my-bo0ks.com/2021/08/from-new-york-with-love-tome-2-un-ete-dans-les-hamptons-sarah-morgan.html

La semaine passée, je sortais enfin de ma PAL le premier tome de la série From New York with love de Sarah Morgan. Ses romans étant toujours des lectures réussies, j'étais donc bien emballée à l'idée de la sortir enfin de ma bibliothèque. Comme prévu, j'ai adoré ma lecture. C'est donc tout naturellement que j'ai glissé dans ma PAL de la semaine le second tome, Un été dans les Hamptons.

Dans Un été dans les Hamptons, nous suivons Fliss, la sœur de Daniel, que nous avons rencontrée dans le premier tome. Fliss et sa jumelle, Harriet ont toujours été les opposés. Si sa sœur est réservée et n'ose pas souvent dire leurs quatre vérités aux gens, Fliss, de son côté n'a pas froid aux yeux. Pourtant, derrière cette carapace de jeune femme forte et extravertie, se cache des cicatrices de leur passé familial. Et ce n'est pas le retour de Seth, son ex-mari, beaucoup trop parfait qui va aider Fliss. Pour faire face à ça, elle fonce se réfugier chez sa grand-mère dans les Hamptons. Mais... qui sait sur qui elle pourrait tomber.

Avant même de commencer ma lecture, j'avais déjà beaucoup trop hâte de découvrir l'histoire de Fliss. Il faut dire que les jumelles ont un fort potentiel, déjà dans le premier tome. Et savoir que Fliss a été marié et le voir ressurgir comme ça, était déjà beaucoup trop intriguant. Mes attentes étaient donc assez élevées. Mais comme toujours avec Sarah Morgan, on passe un excellent moment de lecture et même plus, on en ressort avec le sourire !

Fliss est une héroïne vraiment attachante. D'abord, j'aime beaucoup cette relation fusionnelle avec sa jumelle. On sent à quel point protéger sa sœur est important pour Fliss. A tel point, quelle s'en oublie peut-être un peu. J'ai aimé la découvrir au fil des pages, voir ses peurs, ses faiblesses et surtout, sa force de caractère. Elle ne se laisse pas faire mais garde pourtant cette part de fragilité. Une fragilité que seul, Seth, a déjà aperçu. D'ailleurs, j'ai trouvé particulièrement touchant de la voir si peu sûre d'elle avec lui.

Seth, de son côté est un personnage qu'on découvre totalement dans Un été dans les Hamptons. Il faut dire que dans le premier tome, on ne fait que l'apercevoir. Ici, on découvrir qui il est vraiment. Vétérinaire dévoué, amoureux des chiens et tout particulièrement Lulu (mention spéciale pour sa manie de jouer les mortes), j'ai de suite craqué pour son tempérament calme, sa gentillesse, cette pointe d'humour qui ressort et surtout, son comportement avec Fliss. Je crois que je n'ai rien à lui reprocher du tout. Pour tout vous dire, il est irréprochable.

La relation Fliss/Seth a commencé il y a des années. Alors qu'ils étaient jeunes et assez fougueux. Un passé que l'on découvre au fur et à mesure de la lecture et je dois dire que j'ai apprécié chaque petit retour en arrière Le présent n'est pas en reste. Car si il y a dix ans ils ont été marié, aujourd'hui, on est bien loin de tout cela. Leur relation recommence doucement mais surement. D'abord parce que le passé les a profondément touché et marqué mais en plus parce que Fliss est passée maîtresse dans l'art de l'évitement. Ce qui donne lieu a des scènes drôles et pleines de sous-entendus. J'ai aimé la douceur et l'écoute dont faisait preuve Seth pour laisser à Fliss le temps de s'ouvrir de nouveau. J'ai aussi été émue par les moments clés, les moments de révélations qui concernent notre couple. Ils sont terriblement attachants et mignons à souhait. Avec eux, on passe par toutes les émotions.

Enfin, je suis toujours aussi fan du côté familial, et encore plus avec la grand-mère de Fliss. Une femme tellement émouvante, pleine de bons sentiments et au cœur d'or. La relation qu'elles ont toutes les deux est vraiment belle et ajoute vraiment quelque chose au roman. De plus, je suis ravie de tous ces clins d'œil aux autres personnages des autres tomes. Un peu comme l'impression de ne jamais les quitter... Une belle et grande famille qu'on retrouve toujours avec plaisir.

Une fois encore, Sarah Morgan a su me captiver avec son histoire. Un été dans les Hamptons a été une vraie bouffée d'air frais dans mes lectures. Je m'étonne toujours de la rapidité avec laquelle je m'attache aux personnages. Il y a toujours ce petit truc qui fait qu'on se sent pleinement dans l'histoire. Et je dois dire que j'ai adoré Fliss et Seth, autant que Daniel et Molly d'ailleurs ! J'ai encore plus hâte de découvrir l'histoire d'Harriet maintenant !
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
https://www.my-bo0ks.com/2021/08/le-livre-perdu-des-sortileges-tome-1-deborah-harkness.html

Une fois de plus, je découvre un livre, longtemps après tout le monde, en sortant de ma PAL des reliques. Cette fois, c'est Le livre perdu des sortilèges, un roman très très connu et vivement apprécié par bon nombre de personne que je connais. Pour ma part, je n'avais jamais su vraiment de quoi il parlait avant qu'il ne me soit offert. C'est donc une totale découverte pour moi.

Avant de parler ressenti, quelques mots sur l'histoire, si comme moi, vous n'avez pas encore eu l'occasion de le découvrir. Dans un monde où démons, sorcières et vampires se vouent une haine insurmontable, Diana Bishop, sorcière d'une longue lignée a toujours refusé d'utiliser sa magie, quitte à tourner le dos à l'héritage familial. Pourtant, lors de l'une de ses recherches sur des manuscrits anciens, elle va tomber sur l'Ashmole 782. Après ça, plus rien ne sera pareil et surtout, elle ne pourra plus être Diana Bishop, une jeune femme simple et ordinaire. Vampires, démons et sorcières en auront après elle et ce manuscrit jusqu'alors perdu.

Quand j'ai commencé ma lecture, je ne savais donc pas vraiment dans quoi je mettais les pieds si ce n'est les quelques ligne du résumé. Je l'avoue, j'étais assez "effrayée" par la brique qu'est le premier tome du Livre perdu des sortilèges, en sachant que deux autres suivaient. La plume de l'autrice est assez fluide et finalement, les pages n'avaient pas trop de mal à défiler.

L'univers de l'autrice est hyper, méga travaillé. On sent les recherches derrières, mais également la passion qu'à son héroïne, Diana pour les manuscrits et l'histoire. Chaque petit détail à sa signification, son explication et est développé. Pour le coup, rien n'est laissé au hasard. Au même titre que son héroïne avec ses recherches ou encore les différentes créatures qu'elle va rencontrer, chaque élément est approfondi avec soin. C'est tout à son honneur que l'autrice nous explique son univers et ses points importants. L'univers est assez intriguant et rend curieux sur ce fameux livre perdu.
En revanche, je ne vous cache pas que trop de descriptions, tuent les descriptions. Comprenez-moi bien, j'apprécie savoir dans quoi je mets les pieds et ne suis pas contre un peu d'histoire, mais pour le coup, ici, tout est trop détaillé. A tel point que j'avais l'impression de suivre un cours et non plus lire un roman pour le plaisir. Moi qui ne suis pas amatrice d'histoire, j'ai rapidement déchanté quand j'ai constaté que les développements de l'autrice étaient assez présents et ce, tout au long du roman. Je l'avoue, certains passages étaient tellement longs que je les ai trouvé assez indigestes... Ce qui est assez dérangeant sur un roman d'une telle taille.

Côté personnages, Diana est une sorcière qui s'ignore. J'ai aimé le fait qu'elle ne sache finalement pas grand chose d'elle même et, tâtonne un peu pour développer sa magie et en apprendre plus sur son héritage et son passé. J'ai également apprécié sa volonté à vouloir rester celle qu'elle est et d'arriver là où elle est en st grâce à son travail et non ses dons. Si j'ai aimé son côté indépendant au début du roman et le fait qu'elle ne veuille pas être une demoiselle en détresse à sauver, j'ai eu l'impression que c'était finalement tout ce qu'elle était par la suite. Elle se rebelle quelque peu par moments mais pour finalement être rapidement en détresse et sauver par tout ceux qui sont près d'elle. Et ce n'est pas sa relation avec Matthew qui va l'aider, puisque ce dernier est d'un naturel hyper protecteur.

Si vous n'êtes pas amateurs de romances, vous risquez d'avoir une petite overdose. Moi qui suis adepte, j'ai quelques fois levé les yeux au ciel face à la romance. Matthew, le vampire, mystérieux, possessif, un "brin" maniaque du contrôle, tombe rapidement sous le charme de notre héroïne, Diana. C'est un personnage intéressant, assez torturé par son passé et d'une droitesse assez impressionnante. J'ai apprécié en découvrir plus sur lui et sa vie.

A vrai dire, si j'ai aimé dans l'ensemble le couple qu'ils forment, il n'est à mon sens, pas sans défauts. La rapidité, est le premier point qui m'a chagriné. On peut clairement appelé ça un coup de foudre, mais soit, pourquoi pas. Finalement, c'est plutôt la suite qui s'est avérée en dents de scie. J'ai aimé la découverte de Diana sur les vampires, leur mode de vie, le fonctionnement au sein de leurs clans. Toute cette phase où ils apprennent à se connaître qui est vraiment appréciable et vient cimenter un peu plus le lien qu'ils ont. Pour autant, ce vouvoiement tout du long est particulièrement pénible, surtout quand ils dépassent le stade du couple récent et se promettent l'amour éternel. Le vouvoiement devient vraiment lourd. Et puis... je n'en reviens pas de dire ça mais... ils deviennent assez gnian-gnian.

Niveau intrigue, la première partie est essentiellement centrée sur ce livre perdu que tout le monde voudrait avoir. J'ai d'ailleurs beaucoup apprécié le fait qu'il soit si inaccessible et le mystère autour de cela. Un mystère qui tient le lecteur jusqu'au bout d'ailleurs. Je n'aurais jamais pensé à ces révélations là. J'ai aussi beaucoup apprécié la partie "traque" même si c'est assez horrible pour Diana, je trouvais que cela venait pimenter l'histoire jusqu'à son départ pour la France.

Vient alors toute la partie un peu longuette qui se concentre sur la romance et la famille de Matthew. Comme je vous le disais plus haut, la romance n'a pas su me convaincre totalement. J'ai trouvé qu'ils étaient assez extrêmes dans leurs comportements. Le statut de leur couple évolue trop vite à mon goût et j'ai trouvé ça très bizarre le côté époux/fils et enfants.

Arrive enfin la dernière partie de l'histoire, qui se concentre à nouveau un peu plus sur l'Ashmole. Avec un gros soupirs de soulagement, l'intrigue repart de plus belle, en compagnie de la famille de Diana (Em et Sarah) qui sont justes géniales, tout comme leur maison et la présence des fantômes. D'autres personnages viennent s'ajouter au groupe et cela donne lieu à pas mal de petits rebondissements, ce qui redonne un peu de souffle à l'histoire et vient répondre à pas mal de questions du début.

En conclusion, je dirais que Le livre perdu des sortilèges est un roman vraiment travaillé niveau univers. Chaque élément à sa petite histoire et cela ajoute au réalisme du récit. J'ai aussi beaucoup aimé les choix de l'autrice quant à ses créatures et leurs provenances. Tout comme le côté scientifique de l'histoire avec l'ADN. Les personnages ont du potentiel et le couple est assez mignon. La romance est omniprésente et si dans l'ensemble je l'ai apprécié, j'ai trouvé qu'elle était trop rapide et tombait un peu trop dans le too much. Du coup, elle ne m'a pas convaincu jusqu'au bout. En revanche, je reconnais que l'autrice a su maintenir ma curiosité en éveille face au manuscrit. Il y a donc du bon et du moins bon. Beaucoup de longueurs pour ce premier volume qui auraient pu être coupée car elles alourdissent le récit. Je ressors donc contente d'avoir enfin découvert Le livre perdu des sortilèges et suis curieuse quant à la suite, même si concrètement, je n'ai pas envie de me jeter sur le second tome.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
https://www.my-bo0ks.com/2021/08/loin-de-la-foule-dechainee-thomas-hardy.html

Après Nord et Sud, me voilà de nouveau plonger dans un classique. Il faut dire qu'avec ma collection de chez Romans Eternels, j'ai de quoi découvrir, redécouvrir les grands classiques qui ont marqué les esprits depuis de nombreuses années. Je n'avais encore jamais lu de romans de Thomas Hardy et j'étais curieuse de voir ce que cela allait donner sur moi.

Dans Loin de la foule déchaînée, nous faisons la connaissance de plusieurs personnages. Gabriel Oak, l'un des principaux, un "jeune" plus si jeune pour l'époque, berger ruiné qui à la suite d'un incendie va travailler pour cette ferme qu'il vient tout juste de sauver des flammes. Face à lui et non des moindres, Bathsheba Everdene. D'abord venue s'installer avec sa tante, la jeune femme va ensuite être suffisamment fortunée pour avoir une ferme et tout un tas d'employés, dont Gabriel. Puis vient les nombreux prétendants de la jeune femme et les personnes qu'ils côtoient tout deux.

Lorsque j'ai commencé ma lecture, j'ai été assez dérouté par le rythme du récit. La plume de l'auteur est certes plutôt fluide mais j'ai trouvé que le tout avait pas mal de longueurs. Ainsi, j'ai mis quelques chapitres pour me mettre dans l'histoire.

Côté personnages, je suis assez mitigée. Si j'ai apprécié le personnage de Gabriel, le travailleur, l'homme dévoué, patient, qui n'est ni trop présent ni pas assez, j'ai très vite été frappé par sa naïveté et surtout, le fait qu'il se fasse marcher sur les pieds par Bathsheba. Elle en fait ce qu'elle veut et honnêtement, j'avais pitié de lui.

Parlons maintenant de Bathsheba. D'abord, j'ai buté sur son prénom tout du long. Je l'avoue, j'ai fini par m'arrêter à Bath, parce que... vraiment, je butais dessus à chaque fois. La jeune femme est souvent comparée à Lizzy d'Orgueil et Préjugés. Pour le coup, mise à part cette volonté d'indépendance, pour moi, les comparaisons s'arrêtent là. Bathsheba est une femme indépendante, qui voit le mariage comme une privation de liberté (en soit, pour l'époque c'est pas si loin), mais elle est également égoïste. Ce qui m'a le plus agacé, c'est sa manie de jouer avec les hommes.

D'abord avec Gabriel, qu'elle sait, fou d'elle. Bon soit, pourquoi pas, elle le repousse assez rapidement et passe son chemin en femme libre et indépendante. Puis vient Boldwood. Avec une mauvaise blague par lettre "épousez-moi", elle le rend fou de désir. Insistant à l'extrême, il revient sans cesse tenter sa chance. Concrètement, à chacune de ses apparitions, je levais les yeux au ciel parce que... trop, c'est trop. J'avais envie de secouer la demoiselle pour qu'elle l'envoie bouler une bonne fois pour toute. Arrive enfin Troy. A partir du moment où il débarque, vous pouvez dire adieu à l'héroïne réfléchie, indépendante qui ne se laisse pas faire. Elle s'aplati littéralement devant lui, à peine le premier compliment énoncé. Pire que ça, elle croit dur comme faire à ses paroles, qui bien sur, ne sont que du vents.

Arrivé à ce stade de l'histoire, je ne savais plus quoi faire. Je suis déjà anti-triangle amoureux en temps normal, mais là, c'était le summum. Fort heureusement, Loin de la foule déchaînée était une lecture commune et donc, j'ai été au bout de ma lecture, bien décidée à savoir comment l'histoire allait s'achever.

Ai-je souris lorsque Bathsheba se fait avoir à son propre jeu ? Séduire des hommes pour les laisser sur le carreaux et tomber sur un mari qui ne l'aime pas et s'en rendre compte après coup ? Fait. Pour le coup, je me suis faite la réflexion que c'était un peu le karma qui la rattrapait...

Si dans l'ensemble j'ai apprécié la fin de l'histoire et la tournure des événements, je dois dire que j'ai trouvé ça assez bref et peu développé en comparaison avec le reste. J'aurais aimé davantage de profondeur sur les événements finaux et toutes les mésaventures qu'il arrive à Bathsheba. Car en soit, j'ai apprécié la conclusion, du moins le chemin qu'elle prenait.

Avec les classiques, il est difficile - parfois - de mettre des mots sur une lecture. Je crois que le style de Thomas Hardy n'est pas pour moi. Le rythme du récit est un peu trop dans le descriptif et les longueurs sont assez présentes durant tout le roman. Quant aux personnages, je reste vraiment mitigée. Je n'ai pas apprécié l'héroïne, et ai eu du mal avec ses prétendants. Seul Gabriel sort du lot mais... trop gentil à mon goût. En conclusion, si l'ensemble est plutôt pas mal, je n'ai pas eu vraiment de plaisir à découvrir cette histoire. Le triangle amoureux joue pour beaucoup. Je ferais donc l'impasse sur les autres romans de l'auteur.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 17-08
https://www.my-bo0ks.com/2021/08/hell-magali-inguimbert.html

Je ne connaissais pas encore la plume de l'autrice et j'étais curieuse de découvrir Hell, un roman dans le résumé est assez intriguant. Je m'y suis donc plongée sans attente particulière.

Dans Hell, nous faisons la connaissance de Jessie. La jeune fille est envoyée chez son oncle et sa tante pour une raison obscure qu'on ne connait pas encore. Tout ce que l'on sait, c'est qu'elle broie du noir, a changé radicalement de look et se renferme jour après jour. Ajouté à cela une petite rébellion typique de l'âge, sa mère voit son séjour chez eux comme une seconde chance pour elle, un nouveau départ. Mais les démons du passé ne sont jamais très loin et il devient difficile de repousser Austin, qui semble voir derrière son apparence.

Au début de ma lecture, j'étais assez partagée. La plume de l'autrice est assez fluide, agréable et les pages se tournaient sans problème. Pour autant, j'ai eu quelques déboires avec notre héroïne Jessie. Même si on sait que cette apparence, ce comportement cruel et sombre ne sont que le reflet d'un passé qu'on devine petit à petit, j'avais tout de même envie de la secouer. Je l'ai trouvé beaucoup dans le jugement, notamment avec son oncle et sa tante, on a à faire à une héroïne en colère, qui rejette tout d'un bloc pour rester seule et ne pas avoir à sortir de sa coquille.

Fort heureusement, pour contre balancer cette noirceur, vient Austin. Ce garçon est clairement une perle. Le rayon de soleil de ce roman. Car vous vous en rendrez vite compte, Hell aborde de nombreux sujets forts et difficiles. Austin vient donc éclaircir tout cela. Certes, il est un peu cliqué quand on y pense, mais on lui pardonne aisément cela. Il a de l'humour, mais pas trop, il est attentif et observateur et surtout, très à l'écoute. J'ai aimé sa personnalité, qui tranche avec celle de Jessie et cette douceur qu'il a pour elle.

Si très vite, on comprend qu'entre ces deux là, la romance arrive, elle n'est pour le coup absolument pas rapide. C'est même tout l'inverse. On peut naturellement la qualifié de slow-burn. Jessie et Austin sont mignons à souhait, hésitants parfois dans leur comportement l'un avec l'autre. J'ai aimé cette évolution lente, prévisible, certes mais appréciable tout de même. Entre eux, c'est avant tout une relation d'amitié qu'ils nouent, mais en plus, Jessie et son passé en sont le principal obstacle.

Un obstacle que j'ai trouvé plutôt bien traité dans l'ensemble. Le traumatisme de ce qu'a vécu Jessie est bien creusé. Pour une fois, il n'est pas juste là pour poser les bases d'une histoire, non, il fait partie prenante de l'histoire d'Hell. Sa réticence à s'ouvrir aux autres, la difficulté pour elle de faire confiance, et d'accepter d'être toucher par les autres sont des éléments qui ajoutent au réalisme de l'histoire.

En revanche, si je parle de son ensemble, c'est parce que j'ai trouvé la résolution de cette affaire, le dénouement final et la façon dont cela se déroule trop juste. Manipuler la vérité pour faire justice, c'est quelque chose que je n'accepte pas, même si les intentions sont bonnes. De plus, j'ai trouvé cela trop rapide dans la conclusion, trop simple et trop facile. Au final, j'ai trouvé que cela manquait d'approfondissement dans la dernière ligne droite du roman. Dans la réalité, on sait à quel point ses affaires mettent du temps à être résolues. Du coup, j'ai trouvé qu'ici on restait sur notre "faim".

Côté rythme je dirais que c'est en dents de scie. La première partie nous présente une héroïne en colère. Il m'a fallu un temps pour m'attacher à elle et passer au delà son côté tête brûlée. Certains passages étaient un peu lents et il est vrai qu'il y avait quelques répétitions. Puis, vient les moments avec Austin, ceux où elle commence doucement mais surement à s'ouvrir et laisse son côté cruel en retrait. Et là, on apprécie pleinement la lecture.

En conclusion, j'ai passé un bon moment de lecture avec Hell. Il y a eu du bon, notamment un personnage masculin vraiment attachant, une ambiance musicale forte (Marron 5, que j'adore), et une belle évolution de l'héroïne. Le roman aborde de nombreux sujets importants et forts parfois avec beaucoup de réalisme. Pour autant, quelques éléments ne m'ont pas totalement convaincu, comme le dénouement final concernant le personnage de Jessie, la facilité avec laquelle cela se conclue ou encore le rythme, pas toujours entrainant.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
https://www.my-bo0ks.com/2021/08/affaire-de-coeur-tome-2-coeurs-enflammes-l.h.cosway.html

Après avoir lu le premier tome d'Affaire de cœur, j'ai vraiment eu envie de poursuivre avec cette série. Il faut dire qu'une promotion alléchante du tome 2 m'a rapidement convaincu. J'ai donc fait une entorse à mon No-Buy, et me suis procurée le second tome, Cœurs enflammés.

Amis lecteurs, si vous n'avez pas lu le premier tome de cette série, n'allez pas plus loin, car même le nom du personnage de ce tome est un spoiler au premier volume, Six de cœur.

Quand j'ai pris connaissance du résumé de Cœurs enflammés, ma curiosité a de suite été en alerte. Il faut dire qu'après avoir fait connaissance de Jay dans Affaire de cœur, et notamment de son tragique passé, ce second tome ne peut que surprendre de part son personnage principal : Jack, le petit frère de Jay, censé être mort en même temps que ses parents. J'étais donc franchement enthousiaste à l'idée de découvrir ce personnage et surtout son histoire.

Jack McCabe n'a jamais eu la vie facile. Le décès de ses parents très jeunes dans un incendie, ses brûlures et l'abandon de son frère ont eu de lourds séquelles sur lui. Aujourd'hui, il se produit en représentation avec le cirque Spektakulär. Une petite troupe unie qui parcours villes après ville.

Quand j'ai commencé ma lecture, j'étais vraiment curieuse de découvrir le pourquoi du comment. Il faut dire qu'avec Jay qui a toute sa vie tenté d'avoir sa vengeance sur ceux qui s'en sont pris à sa famille et le privant ainsi d'eux, quitte à mettre sa vie entre parenthèses j'avais vraiment envie de savoir comment l'autrice allait nous tourner cela. D'autant que ses recherches étaient poussées et donc, je me demandais comment il n'avait pas appris que son frère était en vie. Ce mystère plane durant tout le roman et c'est également ce que j'ai le plus apprécié dans Cœurs enflammés.

Côté personnages, j'avais plus que hâte de faire la connaissance de Jack. Jay avait fait sensation dans le premier tome de Affaire de cœur et donc, je pensais que là aussi, j'allais être séduite. Pourtant, je dois avouer que ça ne s'est pas passé comme prévu. Si j'ai aimé le côté mystérieux du personnage et la partie cirque (bien que peu exploitée finalement), l'homme en lui-même ne m'a pas tellement plu. J'ai eu beaucoup de mal avec son comportement, à souffler le chaud puis le froid et enfin ses penchants sexuels... mouais non, très peu pour moi.

De son côté, Lille est une jeune femme qui rêve d'émancipation. Elle a toujours suivie les directives de sa mère et voit la proposition de la patronne du cirque comme une aventure inattendue. Du jour au lendemain, voilà qu'elle rejoint la troupe, avec l'aide de Lola et sous l'œil avisé de Jack. Elle tombe raide dingue du mystérieux Jack en quelques secondes. Un coup de foudre rapide et il est vrai, assez cliché. Ca ne m'a pas tellement dérangé en soi, en revanche, j'ai trouvé son comportement, ses réactions et ses réflexions parfois too much. En fait, elle n'a - à mon sens - pas vraiment été développé. Elle est totalement aveuglé par son attirance pour Jay et perd de son intérêt au fil des pages. Ce qui est dommage car son personnage avait de bonnes bases pour la rendre plus intéressante, je pense notamment à son départ précipité ou, sa fameuse liste qui n'est que mentionnée...

Finalement, l'autrice met plus en avant son personnage masculin, son côté torturé (qui l'est vraiment) et l'attirance plus qu'omniprésente entre nos deux personnages. C'est un jeu du chat et de la souris version érotique ++. Et c'est vraiment sur ce point que je suis déçue. Car la romance m'a laissé un arrière goût de trop peu. J'ai eu la sensation qu'en dehors du côté physique de leur relation, il ne se passait rien. Pas d'approfondissement, pas de moment drôles comme avec Jay et Matilda... je m'attendais à plus...

Dans l'ensemble, Cœurs enflammés se lit bien, j'ai aimé l'univers du cirque, même si finalement, on survole un peu le côté représentation pour se concentrer sur l'attirance de deux personnages. Mais j'ai aimé le peu qu'on avait; notamment Marina, la patronne, King, son frère dont l'histoire à l'air prometteuse, l'adorable Lola, qui est une vraie bouffée d'air frais et même la particulière Violet. Je pense que l'histoire aurait gagné à être un peu plus développé, à l'image des représentations du tome 1. Personnellement, j'étais assez fascinée par cela et cela mettait vraiment dans l'ambiance.

Vient enfin, l'événement qu'on attendait tous. Le moment des retrouvailles. Les révélations finales. LE moment où les deux frères sont face à face. Clairement, ce passage là, je l'attendais de pieds fermes. J'ai été, du début à la fin, prête pour ce moment. Bon, dans son ensemble, je dirais que c'était pas si mal mais... je suis tellement triste de ne pas avoir eu le point de vue de Jack, pendant ses fameuses retrouvailles... d'autant qu'avec Lille et ses questions existentielles... j'aurais pu m'en passer. Quelque part, j'ai trouvé ça trop simple, d'avoir juste un résumé fait à Lille pour ce qu'ils se sont dit...

Peut-être en attendais-je trop pour ce tome ? Le premier avait mis la barre haute ! Et j'avoue avoir beaucoup apprécié retrouver Jay et Matilda, qui ont illuminé cette fin de tome comme jamais. Avec une brève apparition, ils ont réussi à me donner le sourire avec leur répliques. Du coup, j'ai terminé ma lecture sur une note plutôt positive. Pour autant, je reste assez mitigée sur ma lecture. Jack et Lille sont mignons, attachants mais... manquaient cruellement de profondeur. Je reste vraiment sur ma faim concernant la romance et l'histoire en fond. Les personnages secondaires auraient également gagné à être un peu plus importants pour ne pas avoir que l'attirance physique entre nos deux héros dans cette histoire.

En conclusion, une lecture assez sympa, une plume agréable (comme pour le premier) mais moins convaincant que le premier tome, qui m'avait vraiment séduite. J'en attendais plus des deux personnages principaux qui n'étaient pas assez travaillés pour moi. Une romance trop en surface pour que je sois conquise. C'est dommage car il y avait de bonnes bases. En revanche, je suis curieuse de découvrir le prochain tome sur l'énigmatique King.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
https://www.my-bo0ks.com/2021/08/psi-changeling-tome-4-mienne-pour-toujours-nalini-singh.html

En 2015, je découvrais la plume de Nalini Singh en même temps que sa série Psi-Changeling. A cette époque, j'avais tellement adoré le premier tome, que je m'étais empressée d'acheter les suivants pour être tranquille et pouvoir enchainer les tomes (qui sont des tomes compagnons, un tome : un couple). Pourtant, à la lecture du tome 3, j'ai abandonné celle-ci en cours de route n'accrochant pas au couple et à leur histoire. Une déception totale qui à l'époque m'a fait mettre de côté les suivants. D'ailleurs, je n'ai jamais chroniqué ce tome.

Six ans plus tard, je me mets un coup de pied au c... et j'ai enfin sorti de ma PAL le tome 4. Persuadée que j'aurais du mal avec ma lecture (allez savoir pourquoi), j'y suis donc allée sans attentes particulières. Au final, j'en ressors assez satisfaite et même un peu plus que ça puisque j'ai bien accroché aux personnages et j'ai déjà programmé de lire le suivant dans peu de temps.

Dans Mienne pour toujours, nous suivons Talin une humaine et Clay, le léopard. Plus jeunes, ils ont vécu l'enfer. Enfin, surtout Talin. Pour la sauver de cette vie, Clay a tué de façon très violente ce beau-père qui abusait de la fillette qu'était Talin. Ce jour a marqué leurs esprits. Clay est allée en prison et Talin a disparu des radars et s'est faite passer pour morte. Mais quelques années plus tard, Talin se tourne vers celui en qui elle a toujours eu confiance pour sauver des enfants...

Lorsque j'ai commencé ma lecture, j'ai plutôt bien accroché avec les personnages. Talin est une jeune femme traumatisée. Son passé mais aussi les séquelles qu'elle a gardé l'ont profondément changé. Pour autant, la jeune femme est totalement dévouée à l'association pour laquelle elle travaille. J'ai aimé ce courage dont elle fait preuve, tout en ayant une certaine réserve. On sent à quel point le traumatisme est important et même dans sa relation actuelle avec Clay. Pour autant, quand il est question de sauver et retrouver les enfants dont elle a la charge, elle ne recule devant rien et cette force est tout à son honneur.

De son côté, Clay partait avec un handicap. Je l'avoue j'étais perplexe quant à son personnage au vu du résumé. Le côté obsessionnel me rendait sceptique mais finalement, on apprend à le connaître et son point de vue nous apporte de nombreuses réponses. Il est partagé entre la joie d'avoir retrouver celle qu'il aime et la peur qu'elle éprouve à son contact. Un personnage bien plus complexe qu'il n'y paraît et que j'ai beaucoup apprécié découvrir.

Dans l'ensemble, je dirais que j'ai bien aimé leur relation. Notamment les retrouvailles et le début. Ils sont hésitants, peu sûrs d'eux et j'aime assez la façon dont l'autrice a traité le sujet difficile de l'assassinat du beau père de Talin et les séquelles encore présents. J'aurais voulu un peu plus de profondeur au sein même de leur couple mais bon, j'ai été agréablement surprise par leur couple.

Ce que j'ai aussi apprécié, c'est qu'on retrouve bon nombre de personnages des précédents tomes. Bien sur, je suis ravie de retrouver Lucas et Sasha, du premier tome, qui sont mes chouchous indétrônables. D'ailleurs, c'est assez marrant car malgré les années depuis ma lecture de leur tome, je ne les ai pas oublié. C'est aussi super sympa de retrouver les autres couples et d'en apprendre plus sur tout le mystère autour des psi/changelings et les problèmes qui en découlent. Une intrigue que l'on suit depuis le début, un peu comme un fil conducteur.

En conclusion, ce tome 4 est à mon sens bien meilleur que le précédent et m'a réconcilié avec la série. Je repars donc sur une bonne base pour enchainer les tomes suivants. Je suis curieuse d'en apprendre plus sur les autres personnages et suivre l'intrigue autour des psi. Le couple Talin/Clay était mignon à suivre et j'ai aimé les sujets abordés dans ce tome. Il ne détrône pas le premier tome mais en tout cas, j'ai passé un bon moment.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
https://www.my-bo0ks.com/2021/08/from-new-york-with-love-tome-1-rencontre-dans-l-upper-east-side-sarah-morgan.html

Sarah Morgan est une autrice pour laquelle je fonce les yeux fermés sur chacune de ses sorties. Il faut dire que sa plume a quelque chose d'unique et toujours des histoires à la fois touchantes, poignantes et juste ce qu'il faut de sexy. Pour autant, j'ai beau avoir acheté ou demandé bon nombre de tomes, certains n'étaient pas encore lus, comme le premier tome de la série From New York with love, qui est plus ou moins lié à la série Coup de foudre à Manhattan, puisque notre héros de Rencontre dans l'Upper East Side n'est autre que l'ami de Lucas (de Noël sur la 5e avenue).

Ami lecteur, je te conseille donc fortement de lire la série Coup de foudre à Manhattan avant de lire celui-ci, puisqu'on y croise les personnages de cette série.

Dans Rencontre dans l'Upper East Side, nous faisons donc la connaissance de Molly et Daniel. Molly est amoureuse, amoureuse de son dalmatien. Sa vie n'a jamais été aussi simple qu'aujourd'hui. Après avoir fui Londres pour des raisons personnelles, la jeune femme est désormais rédactrice pour le courrier du cœur en ligne mais également autrice d'un roman. Le tout, sous le nom de plume d'Aggie. Une identité secrète qu'elle fait tout pour garder. Pourtant, quand lors de sa balade hebdomadaire avec son chien dans Central Park elle tombe sur Daniel, lui aussi accompagné de son chien, cela vient ébranlé ses certitudes.

Déjà, je peux vous dire que j'ai rapidement accroché à Molly. Cette jeune femme à la vie bien rangée m'a de suite plu. J'ai aimé sa personnalité, un peu réservée, son amour pour son chien et le fait qu'elle s'émancipe des héroïnes auxquelles on a l'habitude en romance contemporaine. Il faut dire que Molly, bien que séduite par Daniel, ne va absolument pas tomber dans le piège du dragueur/charmeur. Il faut dire qu'en tant que psy, elle connait un rayon à l'amour... enfin, quand cela concerne les autres. Quelque part, je me suis beaucoup reconnue dans ses réflexions et c'est sans doute ce qui fait que je me sois autant attachée à elle.

Daniel, de son côté est aux premiers abordes, le séducteur. Le charmeur de ses dames, bien habitué à n'avoir aucune difficulté avec les femmes. Pourtant voilà qu'un beau matin, pour attirer l'attention de Molly, il va emprunter un chien. Et il va aller de surprise en surprise. Cet avocat réputé, bien connu pour son aversion pour les relations durables, va rapidement tomber sous le charme de Molly. J'ai, là aussi beaucoup apprécié son personnage. Car derrière cette assurance et cette désinvolture se cache des cicatrices et bien plus de profondeur. Autre point fort de ce roman, c'est la présence des sœurs de Daniel. Gros coup de cœur pour les jumelles. D'ailleurs, je suis plus que ravie de les retrouver dans les deux tomes suivants.

La relation Molly/Daniel est, ce que l'on pourrait appelé slow-burn. Il faut dire que Molly a beaucoup d'aprioris et fera bien galérer Daniel. Mais finalement, c'est tellement plus drôle et mignon comme ça que j'ai tout simplement adoré l'évolution de leur relation. D'abord au fil de leurs rencontres matinales, puis, avec l'insistance de Daniel, lors de rendez-vous. Sarah Morgan sait tenir le lecteur en haleine même si en romance, on sait que quoiqu'il arrive le happy-end est de mise. J'ai beaucoup aimé voir ses deux "anti-couples" tomber sous le charme l'un de l'autre et se rendre compte que finalement, ils ne peuvent pas se passer l'un de l'autre. D'ailleurs, là aussi, l'autrice s'émancipe des clichés, puisque les freins à leur couple de viennent pas de Daniel mais de Molly.

Comme toujours, Sarah Morgan a ce petit truc qui rend accro à ses histoires. C'est drôle, mignon et juste ce qu'il faut de sexy pour passer un bon moment. Et puis, les émotions ne sont jamais loin. Même si je n'ai pas eu de coup de coeur pour Rencontre dans l'Upper East Side, j'ai adoré ma lecture. Cela tombait parfaitement avec mes vacances car c'est exactement le genre de lectures que j'aime à ce moment là. Et une chose est sûre, j'ai hâte de me plonger dans la suite, qui est déjà prévu pour très prochainement.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
https://www.my-bo0ks.com/2021/08/les-royaumes-desunis-tome-1-la-guerriere-d-acier-kim-richardson.html

Le premier tome des Royaumes désunis, La guerrière d'acier était depuis bien longtemps dans ma PAL. Mais ayant envie d'alterner mes lectures et surtout mes genres, j'ai sauté sur l'occasion de le découvrir enfin. Quand magie est synonyme de crime et lorsqu'un Prête cruel et ses sbires maintiennent "l'ordre" mieux vaut marcher droit et faire profil bas. Du moins, c'est ce qu'Elena a toujours fait. Pourtant, quand on lui demande de voler une couronne détenue par le Grand Prête lui même, Elena ne recule devant rien pour avoir l'espoir de quitter enfin la fosse avec Rose, celle qui a veillé sur elle depuis tant d'années. Mais tout ne vas pas se passer comme prévu. Capturée et amenée directement devant le Grand Prête, deux choix vont se présenter à elle. Participer à la grande course, la remporter et sauver sa vie enfin que celle de ses proches ou mourir et infliger de la souffrance à d'autres.

Lorsque j'ai commencé ma lecture de La guerrière d'acier, j'étais vraiment curieuse de découvrir l'univers de l'autrice, Kim Richardson. Il faut dire qu'en ce moment, je suis assez friande de fantasy et n'est jamais rassasiée. Le début de La guerrière d'acier est assez classique. La plume de l'autrice, que je connaissais déjà est agréable et fluide, ce qui fait que les pages défilent toutes seules. L'autrice pose les bases de son histoire avec une héroïne qui a l'air d'avoir du répondant. On sent très rapidement qu'en plus d'être une bonne voleuse, elle est bien plus que cela et très vite, quelques éléments viennent éclairer notre lanterne.

Pour autant, plus j'avançais et plus j'avais envie de secouer Elena. Les premiers chapitres annoncent une jeune femme forte, débrouillarde et qui ne se laisse pas marcher sur les pieds mais rapidement, cette image se fissure avec l'arrivée de beaux gars durant la course et c'est le fiasco total. Il n'a fallu que dix secondes et de bonnes manières pour que notre héroïne craque totalement pour un autre personnage masculin. Elle même se rend compte de sa faiblesse totale face à lui d'ailleurs. Du coup, notre héroïne en devient assez agaçante à craquer aussi naïvement pour le premier venu et ce dans des circonstances aussi chaotiques et pire encore à ne pas voir l'évidence même

C'est dommage car on se doute bien qu'une romance arrive avec Jack (qui soit dit en passant est bien plus cool) et déjà là au démarrage de l'histoire. Son côté mystérieux, ses réponses piquantes et son histoire personnelle (qu'on commence à deviner au fil des pages) font de lui un personnage bien plus intéressant et surtout une romance en devenir comme je les aime.

Niveau univers et intrigue, je dois dire que c'est plutôt pas mal. L'immersion dans l'histoire se faisant assez facilement, on comprend rapidement les camps qui s'opposent et notamment qui est l'ennemi auquel il faut faire face. Elena va devoir redoubler d'efforts tout au long de ce premier tome de Royaumes désunis et surtout en apprendre bien plus sur elle-même si elle veut s'en sortir. J'ai d'ailleurs bien aimé toute cette signification sur ses dons, leur provenance et ce qu'elle va devoir faire par la suite.

Le rythme est plutôt bon lui aussi, dans le sens où on est rapidement mis dans l'ambiance et les rebondissements sont assez nombreux. On va de découvertes en découvertes et je pense qu'il y a encore matière à faire quelque chose de meilleur pour la suite, notamment parce que l'héroïne en apprend bien plus sur elle en fin de tome.

Alors me direz-vous, pourquoi pas plus de 3/5. Eh bien, si les bons éléments sont là, il y a tout de même quelques défauts à ce premier tome. Principalement liés à son héroïne. Son immaturité, tant au niveau des beaux garçons qu'au niveau de ses réactions sont assez agaçants. Comme je vous le disais plus haut, j'avais envie de la secouer à ne pas voir ce qui se trouve juste sous son nez. Elle est aussi rapidement dépassée, exit la guerrière dure à cuire, notre héroïne a bien souvent la nausée et vide son estomac très fréquemment. Quand à sa capacité à savoir se battre, je reste dubitative puisque c'est finalement son don (assez spécial) qui fait qu'elle s'en sort bien plutôt qu'à sa prétendue habilité à se servir des armes et donc à savoir se battre. Enfin, l'intrigue est certes prenante mais pour le moment, c'est un peu trop "simple".

En conclusion, La guerrière d'acier est un bon premier tome. L'univers est intéressant et promet pas mal de chose. L'héroïne a du potentiel et la romance est prometteuse. Je pense qu'il y a les bases et que la suite sera sans doute meilleure. Car si j'ai bien aimé ce premier tome, ce n'était pas non plus le summum de la fantasy. Affaire à suivre donc
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
https://www.my-bo0ks.com/2021/08/la-saga-des-travis-tome-2-bad-boy-lisa-kleypas.html

Le mois dernier, je découvrais la plume de Lisa Kleypas à l'occasion de ma lecture du premier tome de La saga des Travis. Une série que j'avais dans ma PAL depuis quelques années. Bien décidée à remédier à cela, j'ai choisi de glisser dans ma PAL d'août, le second tome, Bad Boy, centré sur la sœur, Haven et Hardy, que nous avions déjà rencontré dans le premier tome.

J'étais vraiment curieuse de découvrir l'histoire d'Hardy, car je dois dire qu'il n'avait pas tellement fait sensation auprès de moi dans Mon nom est Liberty. Pour autant, j'étais assez impatiente de faire plus ample connaissance avec Haven, la seule fille des Travis. Je me suis donc lancée dans cette lecture avec quelques attentes mais pas non plus trop.

Comme pour le premier tome, le résumé nous parle du présent, mais nous avons tout d'abord une bonne moitié dans le passé. Haven est alors avec Nick, son premier petit-ami, bien décidée à rester avec lui pour la vie quitte à se mettre le clan Travis à dos. Celle-ci se marie et s'éloigne doucement mais surement de sa famille pour finir par être totalement isolée. Ce mariage idyllique en apparence se révèle être catastrophique pour Haven. Violence, manipulation, isolement, cette première partie de bad boy est très très sombre et fait mal au cœur au vu des événements qui s'y déroulent. Honnêtement, en ce moment, ce n'est vraiment pas le genre de lecture que je recherche et je dois dire que ça m'a foutu le cafard...

La seconde partie se déroule dans le présent. Haven tente d'échapper à Nick et trouve en sa famille un soutien sans faille. J'aime beaucoup le fait que toute la famille réponde présente pour elle. Et c'est aussi l'occasion pour nous de retrouver Liberty, Graig et leur petit bout, un peu comme si on ne les avait pas quitter à la fin du premier tome. Haven tente de se reconstruire petit à petit et même si le chemin est long, on sait que la lumière au bout du tunnel est là. Hardy est donc davantage présent et contribue à cela. Pourtant l'ombre au tableau (le passé d'Haven et les violences) est toujours bien présente et plane au dessus de notre héroïne. A tel point que j'ai trouvé que l'histoire n'arrivait pas avancer dans le sens où on broie toujours du noir... Il faut dire que l'autrice n'est pas tendre avec Haven et les ennuies sont loin d'être finis.

Du côté des personnages, je reste assez perplexe. Comme je m'y attendais, Hardy n'a pas su me convaincre totalement. J'ai aimé le fait qu'on en apprenne plus sur lui mais je n'ai pas spécialement adhéré à sa personnalité et son comportement. Un peu trop sûr de lui, qui souhaite tout contrôler, ce n'est pas vraiment des éléments que j'apprécie.

Pour ce qui est de Haven, c'est difficile à dire. En fait, toute son histoire est tellement entachée par ce qu'il lui arrive, que j'ai eu du mal à m'attacher à elle. Certes, on ne peut que se révolter face à ce qui lui arrive mais malgré tout, je n'ai pas eu d'émotions ou la gorge nouée... Pourtant, les événements sont importants et ne laissent pas indifférents.

Du couple, le couple que forme Haven et Hardy n'a pas réussi à me convaincre. D'abord, parce que celui-ci arrive finalement tardivement, presque 2/3 du roman, mais aussi peut-être parce qu'individuellement, ils n'ont pas su me plaire. Même si je reconnais que certains passages étaient drôles puis mignons, je n'ai pas eu l'étincelle.

En conclusion, j'ai trouvé ce second tome nettement moins prenant. Le démarrage a été compliqué et je n'ai pas réussi à m'attacher plus que ça à nos deux héros. J'en attendais un peu plus de la part d'Haven, qui finalement est très effacée et comme je m'en doutais, Hardy... reste Hardy. C'est dommage que les sentiments n'étaient pas davantage approfondis car vu les sujets forts abordés, l'histoire aurait pu m'émouvoir... mais cela n'a pas été le cas. En revanche, j'aime toujours le côté familial, retrouver les membres du clan Travis et les suivre tous un peu. Je lirais le troisième tome (qui m'attend dans ma PAL) et aviserait quant à la suite.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 06-08
https://www.my-bo0ks.com/2021/08/nord-et-sud-elizabeth-gaskell.html

Quand j'ai commencé la collection Romans Eternels, c'est avant tout pour les romans de Jane Austen. Pourtant, j'étais curieuse des découvertes que j'allais faire pour des auteurs dont je ne connaissais que les noms. C'est le cas pour Elizabeth Gaskell. La seule chose que je savais de Nord et Sud, c'est qu'il était assez fréquemment comparé à Orgueil et Préjugés.

Alors quand ma copine Noémie m'a proposé une lecture commune de Nord et Sud, j'ai sauté sur l'occasion. Car voyez-vous, il me faisait envie et peur à la fois. Il faut dire qu'il n'est pas tellement fin, c'est même un beau volume et j'avais peur d'être déçue, vu tous les avis positifs que j'avais lu. Au final, trois jours après avoir commencé Nord et Sud, j'en ressors pleinement satisfaite.

Avant de vous parler de mon ressenti, quelques mots sur l'histoire de Nord et Sud. Nous suivons la jeune Margaret, heureuse d'être de retour chez ses parents dans le Sud de l'Angleterre, après avoir passé du temps chez sa tante en compagnie de sa cousine, récemment mariée. Mais voilà que son destin est de nouveau chamboulé par le départ de l'Eglise de son père. La famille est obligée de quitter le sud tant aimé pour le nord et ses villes en pleines révolution industriel. Margaret et sa mère voient d'un très mauvais œil ces changements et auront bien du mal à se faire à cela. Petit à petit Margaret va comprendre toute l'étendue des problèmes de différences sociales. Et la personne de John Thornton, un patron ne manquera pas de "l'agacer".

Si ce n'est le schéma de base à savoir deux personnages que tout oppose et qui semblent ne pas s'apprécier (du moins en apparence), les comparaisons s'arrêtent là. Elizabeth Gaskell s'attaque davantage à la révolution industrielle, aux différences sociales et à l'opposition entre patrons et ouvriers. Ainsi, à travers certains de ses personnages nous découvrirons les deux côtés et pourront être amenés à réfléchir à cela.

Lorsque j'ai commencé ma lecture, j'ai été frappé par la fluidité de l'histoire. La plume d'Elizabeth Gaskell est vraiment agréable et je dois dire que les pages défilaient toutes seules. La fatigue n'aurait pas été là, je n'aurais sans doute fait qu'une bouchée de ma lecture. Nous découvrons donc le contexte de l'histoire, les personnages (notamment Margaret et ses proches) et surtout la vie calme et paisible sur sud de l'Angleterre. Puis en opposition à cela, nous découvrons le nord, les entreprises fleurissantes, les patrons/ouvriers qui s'opposent et les premières grèves.

Margaret est une jeune héroïne pleine de curiosité, de volonté qui n'a pas sa langue dans sa poche. Très vite, la comparaison avec Lizzy d'Orgueil et Préjugés pourra se faire. Comme cette dernière, ses manières, sa façon de parler mais aussi son franc parlé, feront d'elle une héroïne qui se démarque des jeunes filles de l'époque. J'ai aimé son personnage même si par moment (notamment quand il est question de Thornton) j'avais envie de la secouer. Un peu comme Lizzy, l'orgueil est un frein à leur relation.

Parlons maintenant de Thornton. Ce personnage m'a de suite plu. J'ai aimé les passages le concernant, tant pour sa personne que pour al vue qu'il mène. Patron d'une affaire, il va devoir faire face aux grèves, aux rebellions et aux risques que cela peut engendrer. J'ai également apprécié le fait qu'entre le patron et l'homme les différences soient là. Ainsi, lorsqu'il n'est pas au travail, il révèle son vrai visage. L'homme qui prend soin de sa mère, sa sœur mais aussi de ses proches. Celui qui tente de ne jamais juger trop rapidement.

La relation entre Margaret et John est également au cœur de Nord et Sud. Pour autant, ne vous attendez surtout pas à ce que cela aille vite. Ces deux là sont têtus comme des mules, surtout Margaret. J'ai adoré les voir apprendre à se connaître, se rendre compte que les apparences sont trompeuses. Le couple qu'ils forment est tout simplement magique. Un peu à l'image de Darcy et Lizzy, j'ai apprécié chacun de leur moment. Tantôt à se lancer des piques, tantôt à chercher à sonder l'autre. John tombe rapidement sous le charme de Margaret et le voir se faire briser le cœur par cette dernière est un crève cœur. Heureusement, sans se montrer insistant ou autre, il sera toujours là pour la soutenir en cas de problème.

D'ailleurs, j'ai été assez surprise par tous les bouleversements qu'endure notre héroïne. L'autrice ne l'épargne pas. Et c'est dans ces difficultés que Margaret va briller. J'ai apprécié la voir évoluer pour devenir cette femme forte et courageuse qu'elle est et ce, jusqu'au bout.

En conclusion, Nord et Sud était une lecture que je redoutais un peu. J'avais peur d'être déçue mais finalement j'ai adoré ma lecture. Ainsi, il vient se placer juste derrière Orgueil et Préjugés (qui a une place à part dans mon cœur), mais n'a rien à lui envier !
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0


Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode