Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de CarolinaBouquine : Ma PAL(pile à lire)

retour à l'index de la bibliothèque
La Passe-miroir, Livre 1 : Les Fiancés de l'hiver La Passe-miroir, Livre 1 : Les Fiancés de l'hiver
Christelle Dabos   
Une lecture enthousiasmante !!

J'ai mis du temps pour lire ce livre, pour différentes raisons, et je ne regrette pas de ne l'avoir découvert que maintenant, alors que je profite enfin de vacances, après de longs mois de travail : j'ai pu le lire à mon aise, presque d'une traite, et en profiter sans être dérangée.

Christelle Dabos a l'âme d'une romancière, une vraie, de celles (et de ceux) qui sont si rares. Elle maîtrise absolument tout : l'écriture (même les ornements de son style - dérives que je ne goûte guère d'habitude, subissant ce genre d'excès en grinçant des dents - sont en totale harmonie avec la magie du monde et les paradoxes de son héroïne, enfin... anti-héroïne, quel défi si brillamment relevé !) l'intrigue, ses personnages, le monde décalé.

J'adore l'écharpe !!!
(désolée, il fallait que ça sorte, alors j'ai cédé ^_^)

Je suis admirative de la manière dont l'auteur a réussi à créer une ambiance si personnelle, si envoûtante qu'il est impossible d'y retrouver des références. De nombreux auteurs (parfois très distrayants et maîtrisant parfaitement leur exercice) ne font que surfer à l'envi sur les thèmes porteurs. Les résultats sont bons, parfois même excellents, mais il n'y a jamais cette magie, cette possible immersion, où le sens critique part au placard (avec l'écharpe, par exemple <3). Mais par bonheur, quelque fois, la magie de l'écriture est là : l'auteur semble s'être si bien approprié les thèmes qu'il a choisi d'exploiter que l'on oublie qu'ils aient jamais été traités avant...

J'ai donc lu ce livre d'une traite ou presque, captivée par cette facilité de lecture - celle qui cache toujours un travail colossal. Aucun effort n'est demandé au lecteur, il peut se laisser bercer, sachant que tout viendra à point : les surprises, les justifications, les révélations.

Le style est incroyablement évocateur. Je suis en générale très hermétique aux descriptions : mon esprit décroche, je ne suis plus, mon regard décolle, il peut m'arriver de mollir, de reposer le livre / mon kindle...
Les descriptions de ce livre, nombreuses et courtes, sont remarquables de poésie et d'efficacité : en quelques mots choisis l'auteur fait jaillir une scène, des images, de la lumière, beaucoup de jeux d'ombres et de lumière, des visages... On s'y croirait ! C'est un grand talent de pouvoir ainsi permettre au lecteur de s'évader sans peine dans un monde imaginaire, comme s'il passait la tête à travers sa page ou son écran, un peu comme à travers un miroir...
(n'oubliez pas votre écharpe, on peut s'enrhumer facilement en plongeant le nez comme ça n'importe où)

Une des faiblesses récurrentes du roman "fantastique" (je mets tout l'imaginaire décalé dans cette rubrique : fantasy, urban-fantasy, steam punk, dystopie, uchronie, conte, SF, fantastique, surnaturel) est d'apporter avec une certaine lourdeur, ou du moins un manque d'élégance, les aspects décalés du monde - ces éléments qui vont permettre au lecteur d'apprécier le décalage entre le monde de l'auteur et le nôtre, et de profiter ainsi pleinement du récit. Parfois il y en a trop d'un coup (le fameux "info-dump" !) ou pas assez (on n'y comprend rien) ou trop tard (on n'est déjà plus là ou alors franchement énervé :( ). Ou alors, le roman s'appuie sur d'autre récits du même genre, alors c'est très clair ; si clair d'ailleurs que ça a de fortes chances d'être assez ennuyeux, parce que déjà vu mille fois (pas toujours cependant, grâce au miracle de la grâce de l'écriture... :) ).

Bon, tout ça pour dire que Christelle Dabos est une championne !! Je suis épatée par sa maîtrise, sa manière d’amener sur la pointe des pieds et avec une discrétion impalpable (l'écharpe peut aller se rhabiller, on parle d'un voile impalpable, là !) les informations nous permettant de nous immerger peu à peu dans son monde : c'est tout simplement du grand art !
Oui, parce que c'est difficile. Très difficile. Difficile du genre presque impossible.
Et que le résultat permet une lecture exquise, avec juste ce qu'il faut de questionnements ("c'est qui celle-là ? " "ça sert à quoi ça ?" "et comment ça se fait que ?") pour apprécier l'explication qui vient sans heurts, juste à temps, ni trop tôt ni trop tard.

De même les capacités "magiques" des personnes dotées de magie ne sont-elles pas exhibées comme des trophées, mais seulement vaguement exposées avant d'être mises en scène aux moment opportuns, jusqu'à l'apothéose finale...

Les personnages (mon grand point de sévérité) sont à l'image du reste : excellents.
Presque stéréotypés au départ pour beaucoup (ce n'est pas une critique, ce procédé me semble au contraire à privilégier dès lors que l'on sait faire évoluer ses personnages) certains nous étonnent alors que le roman se poursuit : Ophélie bien sûr, qui ne révèle bien plus héroïque que son départ chancelant, enrhumé, nauséeux, récalcitrant, ne l'aurait laisser croire. Et l'incroyable tante de Thorn ! Et le petit chevalier que l'on ne cerne toujours pas, mais qui fait froid dans le dos, les personnages secondaires, tout droit sortis de contes de fées pour certains (les vrais, ceux qui font peur)...

Il est rare de voir réunies tant de qualités littéraires chez un même écrivain : l'art d'écrire (je ne parle pas seulement du style, qui semble tant signifier pour un certain type de lecteurs français, mais de l'amenée des choses), l'imagination, la clarté, la faculté à évoquer des images terriblement vivantes et des personnages vrais, plausibles, complexes, humains tout simplement.
Et quand on a la chance de trouver cette harmonie, on le lâche pas !
Je suis sur les starting-blocks pour le tome 2, Christelle, c'est quand vous voulez ! XD


par milabette
Le sceau des sorcières Le sceau des sorcières
Jacques Vandroux   
Je remercie les éditions Robert Laffont et à Netgalley pour la découverte de thriller, bourré de qualités.

Lorsque j’ai « postulé » chez Netgalley pour pouvoir chroniquer ce thriller, j’avais un peu peur des côtés « historique » et « ésotérique » dans le récit. Et bien, je me suis royalement trompée : ce livre est une petite pépite du genre.

Lorsqu’un auteur veut mélanger thriller/polar avec l’Histoire avec un grand H, cela peut en décourager certains, notamment ceux qui n’aiment pas la plume d’un Dan Brown par exemple (pour ne citer que lui). Moi, adorant Dan Brown, j’attends avec une impatience certaine ces livres. Ici, et bien j’ai eu l’impression de me trouver dans un des écrits du maître du genre.

Tout commence par l’enquête menée par Nadia Barka, capitaine de police à Grenoble poursuivie pour usage abusif de la force lors d’une intervention musclée et par son équipe qui enquêtent sur la mise à mort cruelle d’une cheffe d’entreprise à la vie privée particulièrement débridée. A côté de cela, on fait un saut dans le temps et on remonte au XVIIème siècle. On y découvre la vie de Margot Malherbe, poursuivie pour sorcellerie et pacte avec le diable ainsi que celle de Geoffrey de Marbeuf, baron et propriétaire des terres sur lesquelles elle officiait comme guérisseuse. Trois enquêtes et elles n’en font finalement qu’une dans cet ouvrage. Comment les histoires vont-elles se télescoper en un digne final? Et bien à vous de le découvrir, je n’en dévoilerai pas plus au risque de gâcher votre plaisir.

Le suspense est haletant et vous risquez de passer des nuits banches (comme moi d’ailleurs) tellement vous souhaiterez connaître la suite de l’enquête. Malgré qu’il compte près de 560 pages, je ne me suis pas du tout ennuyée. Parcouru par un rythme soutenu, le style d’écriture est fluide et agréable. L’auteur ne se perd pas dans des descriptions inutiles mais suffisantes pour que cela soit digne d’intérêt. Quand on part à Rome avec l’héroïne, on a tout simplement l’impression d’effectuer le voyage avec elle.

Ce livre « Le sceau des sorcières » était ma première lecture de Jacques Vandroux mais elle ne sera pas de loin ma dernière ! En faisant quelques recherches et notamment sur le blog de l’auteur (blog très sympathique, je vous le conseille : www.jacquesvandroux.blogspot.fr), j’ai découvert que « Le sceau des sorcières » était en fait la seconde enquête de Nadia Barka (le premier est « Au cœur du solstice », paru en 2013)… Généralement, je préfère lire dans l’ordre les « suites » de bouquins, mais vu le plaisir ressenti avec « Le sceau des sorcières », je pense que je dérogerai (pour une fois) à la règle.

par Julie-176
Le Secret de Pembrooke Park Le Secret de Pembrooke Park
Julie Klassen   
En achetant ce roman, je ne m'attendais à rien de particulier. Et ce fut un véritable coup de cœur!
Nous suivons les aventures d'Abigail Foster une jeune noble anglaise.
Après un mauvais placement, la famille Foster se retrouve à la ruine. Elle doit vendre leur prestigieuse maison. Par la suite, un mystérieux notaire leur propose d'habiter dans le manoir de Pembrooke Park. Celui-ci est à l’abandon depuis plus de dix-huit ans. Le propriétaire du manoir veut bien leur prêter le manoir pour une durée d'un an, les domestiques de base leur seront fournis et toutes les charges pour remettre le manoir en état le sont aussi. Pourquoi le prêt de Pembrooke Park? Tout simplement parce que la grand-mère de Charles Foster est Mary Catharine Pembrooke vivait dans le manoir il y a bien longtemps.
Aux premiers abords, le manoir de Pembrooke Park m'a fait penser au films Crimson Peak avec son aura inquiétante et... les bruits dans la nuit...
La cadre est vite posé!
En effet, mystères et intrigues poursuivront Miss Foster pendant un certain temps. Petit à petit, elle découvrira la vérité concernant le manoir. Le mystère reste entier même si vous avez découvert une partie de la vérité. Il faudra, généralement, une deuxième confirmation.
Personnellement, j'ai bien aimé l'histoire grâce à ses mystères, le côté "policier" de l'histoire et des différentes relations entre les personnages principaux et secondaires avec Miss Foster.
Au niveau des personnages, chacun cache bien son jeu et parfois leur identité, ce qui parfois peut amener à une confusion. Mais cela se marie parfaitement dans l'histoire!
Concernant l'intrigue, elle est prenante. d'ailleurs les pages défilent vite... surtout avec tous ces secrets.
L'histoire en elle-même est très bien construite. Chaque problème, secret trouve sa résolution en temps voulu. Parfois, un mystère de début trouve seulement sa réponse à la fin du livre, mais bon mieux vaut tard que jamais! D'ailleurs, cette expression est bien assorti au livre!
Une très belle brique qui vous emporte en pleine compagne anglaise du XIXe siècle. Qui m'a réconcilier avec Milady Romance en apportant une véritable romance presque impossible mais magique et indécise jusqu'au bout!
Une romance historique a avoir dans sa bibliothèque pour toutes les romantiques!

par Jenna
Le Septième Guerrier Mage Le Septième Guerrier Mage
Paul Beorn   
Sublimement magnifique (on sait que c'est pas du francais, mais on s'en fiche!)

J'avais commence avec un certain enthousiasme ce nouvel ouvrage de Beorn, le premier a son compte qui paraissait "dans mes eaux"... Et je n'ai pas ete decue!

Des les premieres pages, on est aspires dans cet univers: le dilemne d'un soldat cherchant a fuir la guerre avec son "ecureuil", sa conscience sur pattes. Le marche etrange qu'il doit passer en echange de sa vie: proteger la vallee coute que coute, tandis que dans son esprit, Maitre Hokoun, dont il ne garde le souvenir que du nom, repete ses mantres cruelles.
Et lui qui malgres tout, decide de rester.

La structure alterne entre flash-back et present, au fur et a mesure que le heros redecouvre son passe dans ses delires. Il est la question de traumatismes, de choix douleureux, et l'on peut que feliciter l'auteur d'un tel soin porte au psychisme du personnage.

Le livre se demarque de part la presence de personnage certes ambivalents, mais surtout de personnages portant ce que j'appellerai "des masques": ils se comportent differement, se donne des airs differents en fonction des gens avec lesquels ils sont. Une fois seuls, ils peuvent devoiler une nature completement differente. Cet aspect les rends mille fois plus profonds que la plupart des heros de ce genre de livres. Le fait de saisir ses masques et de les decouvrir nous rapproche d'eux, comme Jal. Cet aspect constitue d'ailleurs un des grands enjeux du livre.
L'univers est travaille, avec differents pays, differentes langues parlees (felicitation a l'auteur d'avoir evite l'eternelle boulette), differentes religions, avec une mythologie et des legendes.

Le narrateur, est, bien sur, de loin le personnage le plus developpe(Jal lui meme), mais de maniere originale: il n'est ni le courageux Druss de Legende, ni le peureux Nico de Farlander. Il est une personne a part, qui a certes peur, mais surtout de la guerre et de la destruction: il cherche un lieu de paix, loin de toutes ces armees et de leur guerriers-mages. Il est donc plus humain qu'aucun des heros evoques plus haut, bien trop extremes pour que l'on puisse s'y identifier.Jal est un heros de fantasy comme on les aimes, avec des qualites, des defauts et des reflexions qui le font evoluer.
Parlant des guerriers-mages et de la magie en generale, je trouve le concept brillant et original, une rarete ces derniers temps.

BREF! Tant de points positifs pour vous inciter a lire cette perle au plus vite! Le septieme-guerrier mage va s'inscrire dans les annales de la fantasy, avec un heros tout a fait a part, et une recherche de la paix exceptionelle. A tous les fans du genre, ce livre est un must! A tous les autres, n'ayant pas l'habitude de se lancer dans ce genre de livres... Soyez Jal, celui-qui-ose.

par Foxi1309
Le Serment du Titanic Le Serment du Titanic
Cathy Gohlke   
Touchant. Émouvant. Bouleversant.
Voici ce que je retiens de cette première histoire de romance pour moi.
Je crois qu'en tant que grande soeur, je me suis très vite identifiée à Owen qui fait tout son possible pour le bien être d'Annie mais qui prend également sous son aile Michael, durant tout le voyage, jusqu'à lui offrir le droit de vivre son rêve.
Du coup, tout au long du reste de l'histoire, je voyais Michael comme un enfant qui apprenait la vie, et le côté le plus difficile ! Même si Annie, pour qui il éprouve de forts sentiments, reste un bon soutien, un pilier dans sa lutte, le fait qu'elle le tienne responsable de la mort d'Owen, le ronge et le fait douter.

Au niveau de l'écriture, je n'ai strictement rien à redire. Il est extrêmement facile de rentrer dans l'histoire, du début à la fin, malgré une époque où les mots n'avaient pas le même sens qu'aujourd'hui.
Cathy Gohlke précise, avant l'histoire, qu'elle a entamé énormément de recherches entre divers continents pour le bouquin et cela se paie. Les détails sont époustouflants ! Moi qui suit une grande amatrice du Titanic, de son histoire et de sa tragédie, j'ai fondu en larmes lors du naufrage, les cris résonnaient dans ma tête alors qu'à la base, ceux ne sont pas des images comme dans le film mais de simples mots sur papier. Ce fut bien sûr la parti du bouquin que j'ai le plus apprécié, même si la correspondance pendant la Première Guerre mondiale est aussi bouleversante !

par Croc-Book
Les Âmes perdues de Dutch Island Les Âmes perdues de Dutch Island
John Connolly   
Un roman mi-policier, mi-fantastique. Un dangereux criminel s'évade dans le seul but de se venger de sa femme qui a trouvé refuge dans une petite île de la côte Est. Quand il débarque sur l'île, il est persuadé que l'affaire sera facile mais l'île est hantée. Des personnages bien dessinés, une intrigue étrange, j'ai bien aimé.

par Evonya
Les Cartographes, Tome 1 : La Sentence de verre Les Cartographes, Tome 1 : La Sentence de verre
S.E.Grove   
Alors je ne sais pas si c'est moi qui ai fait ma blonde ou si le récit est vraiment ardu à la compréhension, mais plus j'avançais dans l'histoire, moins je la comprenais. Dès l'explication des Cartes, j'étais perdue... (et ça n'a fait qu'empirer à chaque nouvelle explication.)
En tout cas, le résultat est que je n'ai pas compris grand-chose de ce que je lisais. Entre le Théo qui débarque plus ou moins de nulle part, Sophia qui se comporte comme une adulte, le lachrima qui vient comme un cheveu sur la soupe (d'ailleurs je n'ai toujours pas compris le rôle de cette créature) l'enlèvement de Shadrack par... euh... bah là encore je n'ai pas compris qui était cette personne, ni ce qu'elle voulait... Bref, j'ai rien pigé ou presque.

Pourtant, je n'ai pas de suite arrêté ma lecture, car bizarrement je n'en avais pas envie. Je me suis un peu retrouvée comme une gamine qui regarde un film dont elle ne saisit pas tout (doux euphémisme) mais qui est grisée par l'atmosphère et l'action de celui-ci. Dans les Cartographes c'est ça, l'univers est très complexe (beaucoup trop d'informations en peu de temps) mais en même temps il est électrisant et donne envie de connaître la suite.
Sauf que, à un moment donné, la gamine qui mate son film auquel elle ne pige rien, fini par ? Par ?
Par... s'endormir, oui !
Donc voilà, quand est arrivé ce moment inévitable où je me suis ennuyée, j'ai préféré stopper là ma lecture.
Par contre, il n'est pas dit que je ne la reprenne pas un jour, quand j'aurais plus de temps, l'esprit plus éclairé et pas d'enfants dans la maison.

Avis complet sur : http://lesreinesdelanuit.blogspot.com/2015/10/les-cartographes-t1-la-sentence-de.html

par toutoun
Les Cartographes, Tome 2 : Le Passage d'Or Les Cartographes, Tome 2 : Le Passage d'Or
S.E.Grove   
Sophia est toujours à la recherche de ses parents, disparus il y a plusieurs années. Mais son oncle, submergé de travail depuis sa promotion, ne lui est plus d'une grande aide pour lui apprendre à déchiffrer les cartes, et trouver des pistes.

Un complot ourdi contre lui va laisser la jeune fille seule, en possession d'une carte nouvelle et donnant de nouveaux indices. Pendant que son ami Théo va essayer de faire innocenter Shadrack, elle s'embarque, seule, sur un navire, vers une destination inconnue et lointaine.

L'un et l'autre vont faire d'étranges et dangereuses découvertes, les menant à différentes solutions. Une chose une sûre: ils ne sont pas au bout de leurs surprises.

Quand j'avais découvert le premier tome, j'avais été un peu déçue. Je n'y avais pas trouvé de structure suffisante, ni de trame bien établie. Et j'avais espéré, à l'époque, pouvoir découvrir dans la suite une amélioration à ce point de vue...

Je n'ai pas été déçue. Dès les premiers chapitres, j'ai bien senti une différence. Clairement, le texte et le scénario ont été mieux travaillé. Travaillant sur deux époques différentes, l'auteur retrace une partie de l'histoire des parents de Sophia, pendant que l'on suit également la jeune fille dans sa recherche pour les retrouver.

Dans un troisième temps, il a également créé un complot, énorme, et astucieux, qu'il a confié à Théo. Trois tableaux, deux territoires différents, et tout s'imbrique parfaitement l'un dans l'autre. Je n'ai pas du tout été perdue, cette fois. A chaque chapitre, je savais très bien où je me trouvais et avec qui. Et chaque chapitre me donnait envie de lire le suivant. Pour moi, c'est un pari gagné, un vrai beau défi relevé, surtout en sachant que j'avais quelques appréhensions.

Du coup, je suis nettement plus intriguée par le troisième tome (y en a-t-il d'autres de prévus?).

J'ajoute également que j'ai un vrai gros coup pour la couverture du roman, que je trouve absolument magnifique! Pas vous?

par bebi
Les Cartographes, Tome 3 : L'illusion écarlate Les Cartographes, Tome 3 : L'illusion écarlate
S.E.Grove   
Une fois n'est pas coutume, deux fois n'est pas un hasard, trois fois c'est un miracle!
Ecoutez, une nouvelle fois, je n'ai rien à redire quant à l'oeuvre de Madame S.E. Grove! Et ici, concernant le troisième et dernier tome de la trilogie des Cartographes!
Encore une fois, cette lecture a été une régalade pour les sens... Pour tous les sens et dans tous les sens du terme!
Déjà, cette poésie dans le texte! Elle ne nous a pas quittés depuis le premier tome! S.E. Grove parvient avec tellement de fluidité et de beauté à défendre des idées empruntes d'un bel idéalisme et de pacifisme en les parsemant à travers de jolies métaphores qu'elle emprunte à un monde gouverné par le fantastique et l'aventure.
Si on en vient à parler de l'univers que l'auteure nous offre, on ne peut rester qu'ébahi devant tant de créativité et d'originalité: car, des Lachrimas aux Elodéens en passant par les Anciens, tout est inédit! Sans parler du fait que l'auteure est parvenue à créer une Histoire (avec un grand H) propre à son monde que l'on a plaisir à retrouver dans chaque petit encart de début de chapitre.
C'est donc avec tristesse que l'on quitte Sophia et tout son petit monde à la fin de L'illusion écarlate, car oui, on s'était attaché à la fois aux lieux (à travers les Âges) mais aussi à cette ribambelle de protagonistes qui amènent chacun de leur côté quelque chose d'important à l'histoire!
En bref, Les Cartographes, série qui se clôt par ce tome, est une lecture qui a beaucoup compté pour moi! À chaque fois que je conseille sa lecture, c'est avec le même enthousiasme! À chaque fois que je débute un nouveau tome, c'est avec la même facilité qui m'entraîne dans cet univers qui parvient brillamment à mêler aventure, fantastique, poésie et Histoire. Je conclurai sur: Un grand merci, Mme Grove, pour ces délicieux moments passés avec Sophia, Théo et tous leurs accolytes!

par Chika
Les dames du lac, intégrale : Tome 1 : Les dames du lac et Tome 2 : Les brumes d'Avalon Les dames du lac, intégrale : Tome 1 : Les dames du lac et Tome 2 : Les brumes d'Avalon
Marion Zimmer Bradley   
Un pur plaisir que de retrouver cette oeuvre magnifique en intégrale.

http://cocomilady2.revolublog.com/les-dames-du-lac-l-integrale-relue-et-adoree-une-fois-encore-19-5-20-a126489064

Dans ce roman, l'auteure nous conte la légende du roi Arthur et de ses chevaliers, les divers affrontements contre les Saxons, dans une ambiance étrange où la religion chrétienne et les anciennes traditions cohabitent.

Ce qui change, c'est que ce sont les femmes que l'on suit dans ce roman : Viviane, la Dame du Lac, la mère d'Arthur, Guenièvre son épouse et l'amante de Lancelot, Morgane, sa demi-soeur et amante etc. Ce sont elles, ces Dames du Lac dont découle le titre.

Tout au long de l'histoire, on se retrouve plongé dans une ambiance moyen-âgeuse et mystique où le fantastique est omniprésent. On y alterne entre féerie, mythologie celtique, mystères, complots et trahisons.
Les femmes s'y dévoilent pour la première fois et on les découvre souvent sous un jour nouveau. C'est ce qui est intéressant et novateur quant à cette histoire connue de tous.

L'écriture de l'auteure est toujours aussi belle et à même de nous emporter dans son monde. Même si le roman est gros en intégrale, il se lit tout seul et on ne voit pas le temps passer. Quant à la couverture de la réédition de Pygmalion, elle est juste sublime et représente un parfait écrin pour ce chef-d'oeuvre que je vous conseille !
Cocomilady