Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Cathy2909 : Liste d'argent

retour à l'index de la bibliothèque
Le Père Goriot Le Père Goriot
Honoré De Balzac   
Bon, je suis partie sur un mauvais appriorit mais j'avais tord. Excepté le fait que ce roman soit un peu long au début du récit et qu'il ne soit pas très très facile à lire, je l'ai trouvé réellement bien. L'histoire, en elle même, est très intéressante. J'aime la façon dont Balzac nous explique la vie de Goriot et de Eugène, car il explique en réalité deux personnes contraires : d'un côté la vieillesse, la connaissance, l'expérience, la fin et de l'autre la jeunesse, l'ignorance, l'innocence, la découverte, le commencement.
Un classique très intéressant et rempli de philosophies humaines.

par myra44
Les Heures Les Heures
Michael Cunningham   
Trois femmes, trois époques, une journée, un fil conducteur, un roman de Virginia Woolf « Mrs Dalloway », voilà pour la trame de ce roman …Rien de plus n’est donné quant à l’histoire de ce roman ; intriguée, auteur inconnu pour moi et je me lance dans cette nouvelle lecture ! J’aime assez ce concept, ne rien dévoiler quant à la trame de l’histoire ; une totale découverte au fil des pages.
D’un chapitre à l’autre, nous passons de l’une à l’autre. Le roman commence avec le suicide de Virginia Woolf, nous partageons ses ultimes moments. Episode terrible, écrit avec pudeur, sans pathos rendu réaliste, plausible comme sous le sceau de dernières confidences. Tour à tour, au fil des chapitres, nous nous immisçons dans l’inconscient des ses trois femmes liées par une même connivence spirituelle, une même sensibilité exacerbée proche du désespoir et de la détresse, une forte et puissante dépression chronique. Ce sont des écorchées vives qui cultivent avec brio les apparences et les faux-semblants. Leurs âmes souffrent et crient sans rien laisser en transparaître !!! Peu de notes d’espoir pour leurs espérances inassouvies surtout bien mises en avant chez Laura Brown. Elle préfère se perdre dans la lecture comme une fuite en avant toute intérieure.
Par les monologues intérieurs de ses trois figures féminines, le romancier Michael Cunningham effleure tout en finesse les thèmes de la maladie (le sida) avec Richard poète maudit, malade au bord de la folie ; de la vie avec Clarissa qui malgré tout trouve que l’existence reste une formidable et belle aventure ; de l’hésitation sexuelle ; de la mort omniprésente, tentation suicidaire pour la plupart des personnages ; du temps personnage à part entière. Tic tac … Pour certains les heures filent trop vite, pour d’autres elles s’étirent vers l'infini ! Tout le long des chapitres qui concernent « Clarissa Dalloway », l’auteur nous renvoie par subtiles touches au roman de Virginia Woolf, des rappels qui si nous avons lu le roman gênent un peu la lecture. Nous nous renvoyons trop dans l’œuvre de Mrs Woolf. Pour aperçu : dans la rue, Clarissa et les badauds sont interpellés par une pétarade qui les attire vers le lieu d’un tournage de séquence de film. Dans « Mrs Dalloway », un pneu qui éclate séduit et captive la foule qui se perd en conjectures quant à l’occupant de l’automobile. A chaque section, inconsciemment, nous cherchons les clins d’œil et la comparaison s’installe : l’achat des fleurs, la soirée qui se prépare, le passé qui resurgit sans cesse etc. Alors, forcément impossible de ne pas prévoir le suicide d’un des personnages. Arrêtons là l’énumération le plaisir de la découverte risque d’être gâché !
Ne pas chercher d’action, dans ce roman, il n’y en a pas ! « Les heures » reste un récit introspectif, tout en douceur et en tristesse. Une très belle surprise, une lecture subtile et un très bel hommage à Virginia Woolf. J’ai beaucoup aimé le regard de l’auteur sur la romancière, sa douleur morale et sa difficulté à écrire. Je me suis surprise relire plusieurs fois certains passages avec un réel plaisir, emportée dans les détails, l’artistique, les émotions et la délicatesse !

par Cathy2909
Pressentiments Pressentiments
Katherine Webb   
Un roman qui m'a captivé du début à la fin ...
Je n'ai pu le poser tellement prise par cette histoire ...
J'ai adoré gros coup de cœur ...
Et merci à ma petite fée pour ce présent ...
À lire excellent en tout point.
Le Cycle de la brume, tome 1 : Le Prince de la brume Le Cycle de la brume, tome 1 : Le Prince de la brume
Carlos Ruiz Zafón   
http://wandering-world.skyrock.com/3044632925-Le-Prince-De-La-Brume.html

Ouaw ouaw ouaw... J'ai l'impression de sortir d'un rêve... Ce roman m'a fait entrer dans un monde brumeux ( sans mauvais jeux de mots ), fait d'étrangeté et de mystère. En lisant Le Prince De La Brume, je plongeais à chaque fois dans un univers doux, saisissant et ensorcelant. J'ai adoré, vraiment. Même maintenant, j'ai du mal à croire que j'ai déjà fini cet ouvrage fabuleux... Et je ne peux pas m'empêcher de me demander si je n'ai pas rêvé ses pages. C'est bien la première fois que je ressens ça. Ouaw.
Cela faisait bien des mois que je voulais découvrir l'auteur Carlos Ruiz Zafón. On m'avait à de très nombreuses reprises conseillé de lire ses écrits... Je dois bien avouer que je cherche à savoir pourquoi je n'ai pas tenté l'expérience plus tôt ! Le style d'écriture de monsieur Zafón est vraiment enchanteur et profond. Toutes les descriptions sont intenses et parviennent à nous faire pénétrer au coeur d'une intrigue exaltante. Ouaw. Il n'y a vraiment que ce mot qui me vient à l'esprit.
Ce roman est le premier qu'a écrit l'auteur, et je dois bien avouer que j'ai eu l'impression qu'il en avait publié des dizaines tant il arrive à nous ancrer dans son récit. Le Prince De La Brume nous ramène à l'année 1943, en pleine période de guerre. C'est dans ce chaos que vivent Max, sa grande-sœur Alicia, la cadette de la famille Irina et leurs parents. Maximilian Carver, le père, a pris une décision qui a surpris tout le monde : il souhaite déménager dans un village pour s'écarter au maximum du lieu en proie aux batailles dans lequel ils vivent.
Tous les cinq vont alors emménager dans une bourgade aux allures paradisiaques : tous les habitants sont très gentils, leur maison est située près d'une mer d'un bleu électrique et chaque lieu semble être habité d'une luminosité quasi-paradisiaque. Mais voilà, Max se doute que sous ses airs magiques, le village cache quelque chose. Dès son arrivée dans son nouveau lieu de vie, il va d'ailleurs être envahi d'un mauvais pressentiment. Il semblerait qu'une chose maléfique plane dans leur domicile, et notre petit héros ne peut pas s'empêcher de se sentir étranger dans sa nouvelle maison.
Après que Max et sa famille aient fini de s'installer dans leur nouvelle demeure, ce dernier va décider d'explorer l'immense jardin derrière chez lui. Ce qu'il va y découvrir m'a autant effrayé que lui : des dizaines de statues qui semblent être sur le point de prendre vie y sont installées. Pire encore, des bandes vidéos mystérieuses des anciens locataires paraissent receler un secret enfoui depuis des années...
Mais ce n'est pas tout. Après sa première investigation, Max va prendre la décision de sillonner son nouveau village. Là, il va faire la rencontre de Roland, un jeune homme de dix-sept ans, avec lequel il va rapidement se lier d'amitié. Alliés à la sœur de Max, Alicia, ils vont tous les trois tenter de percer à jour les énigmes qui ont pris, au fur et à mesure des années, possession de la bourgade dans laquelle ils vivent.
A partir de là, je ne divulgue plus rien de l'intrigue, ce serait vraiment du gâchis. Nos trois personnages principaux forment un trio qui m'a bouleversé. J'ai adoré vivre cette magnifique aventure à leurs côtés. Ils m'ont fait trembler, frissonner et beaucoup ému. J'ai aimé discerner leurs failles, leurs forces et leurs caractères uniques. Ils se battent dans l'attente d'un but commun : celui de comprendre quelle est cette impénétrable histoire du Prince de la Brume.
Nous voilà alors submergés par un torrent de sensations fortes et extraordinaires. Il y a quelque chose que vous devez absolument savoir : pendant que je lisais, j'en arrivais même à ne pas vouloir éteindre la lumière tellement j'étais angoissé ! Certains passages m'ont vraiment effrayé et ont fait pulser l'adrénaline en moi ! Et qu'est-ce que c'était formidable ! J'ai fondu pour la superbe histoire que l'auteur m'a servi !
Toutes les pages sont mirifiques et nous coupent le souffle. J'ai avalé ce roman en une journée tant il devient une obsession. Partout où j'allais, je ne pouvais pas m'arrêter d'y penser. D'ailleurs, Le Prince De La Brume m'a pas mal fait penser à un dessin-animé que j'ai vu il y a des années et qui n'arrête pas de me hanter : Le Voyage De Chihiro. Je ne sais pas si vous connaissez ( si non, je vous oblige à le visionner ), mais c'est vrai que, souvent, la comparaison m'a paru être appropriée.
Pour conclure, je n'ai qu'une chose à dire : je suis complètement tombé sous le charme de Carlos Ruiz Zafón. Je vais m'intéresser à ses romans de beaucoup plus prêt désormais. Le Prince De La Brume m'a fait rêver, c'est aussi simple que ça. Je suis ressorti de cette lecture inédite avec plein d'étoiles dans les yeux et le coeur plein de songes. Les protagonistes sont adorables, et leur quête va les mener dans un univers incroyable et époustouflant. Le mot de la fin ? Ouaw.


par Jordan
Le jour enseveli Le jour enseveli
Rosamond Lehmann   
En publiant en 1953 le Jour enseveli, Rosamond Lehmann mettait un point d'orgue à sa carrière de romancière commencée
un quart de siècle auparavant avec Poussière.

Anthony Burgess salua ce livre comme un portrait de femme impressionnant qui nous fait - mieux que vingt analyses - comprendre comment nos tourments d'amour naissent d'un impossible mariage en chacun de nous de féminité et de virilité.





Autrement dit, voici un roman essentiel.

Source : 10-18

par LIBRIO64
L'adieu à la femme sauvage L'adieu à la femme sauvage
Henri Coulonges   
un livre interressant pour ce donner un point de vu sur cette periode de l'histoire!!

par moiracian
Le Procès Le Procès
Franz Kafka   
L'un des romans les plus étranges et obscurs qui n'ai été donné de lire... et surtout absurde aussi. C'est justement tous ces ingrédients qui rendent le roman intéressant. Le "héros" accompagné du lecteur plonge de plus en plus au fil du récit dans l'absurde, l’obsession et l'oppression. Les paysages et les situations dépeintes confirment ces ambiances. C'est vraiment très étrange d'éprouver ce genre de sensations puisque en prenant du recul on se rend compte qu'il ne se passe pas grand chose. Même le passé de Joseph K. est très peu évoqué, on n'est vraiment dans l'instant présent. En résumé, le lecteur suit Joseph K. dans la bureaucratie judiciaire,dans sa vaine tentative de découvrir ce dont il est coupable. Je ne vous en dévoile pas trop... Je le conseille vivement à ceux qui veulent découvrir quelque chose de nouveau et qui veulent se pencher sur une œuvre qui porte à de nombreuses réflexions. Très étrange et absurde ce procès?!


par tomodachi
La Maison du lac La Maison du lac
Hannah Richell   
Hannah Richell possède un talent de conteuse indiscutable ; la psychologie de chaque personnage et les tensions de la vie en communauté sont toutes deux très bien analysées. La nature et son changement au fil des saisons est magnifiquement bien décrit. C’est un roman nimbé de mystères et d'émotions que je conseille vivement pour l’intrigue, superbe. Sur la fin, chair de poule assurée et petite larme au coin de l’œil ...

par Cathy2909
Le Monde de Sophie Le Monde de Sophie
Jostein Gaarder   
Beaucoup de personnes ont tendance à dire aux futurs lycéens : "tu vas faire de la philo,tu vas voir c'est nul, on comprend rien, ça sert à rien !". Et bien je dis, lisez "Le monde de Sophie" et nous en reparlerons. Mes filles ont tout autant apprécié cette approche de la philo. Je le relis régulièrement et y découvre à chaque fois matière à intérêt et questionnement. Un très bon livre.

par mounzaza
Esprit d'hiver Esprit d'hiver
Laura Kasischke   
Un grand trait de génie transforme une banale journée d’hiver, le décor du quotidien, en cauchemar hanté par un halo de mystères. Laura Kasischke a su créer une atmosphère oppressante jusqu’à une fin tragique, prévisible, redoutée et glaçante comme le blizzard déchaîné qui gifle et nous frappe avec une révélation des plus choquantes. Après coup, certains détails remontent en surface et peut-être inconsciemment avons-nous, nous aussi refusé la réalité, tant elle apparaissait si monstrueuse …
Difficile de dire si c’est moi qui ai dévoré ce récit ou le contraire ???

par Cathy2909
  • aller en page :
  • 1
  • 2
  • 3