Livres
521 233
Membres
537 493

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Bibliothèque de catswoo : Mes envies

À visage couvert À visage couvert
P.D. James   
Mon premier P.D. James. Cela ressemble à du Agatha Christie. Même ambiance, même façon de procédé du policier et personnages similaires. C'est pas mal, mais je crois que ce n'est plus mon style de polar préféré.

par LOANDRE
Le concerto du fleuve jaune Le concerto du fleuve jaune
Chow Ching Lie   
J'ai moins apprécié ce volume. J'avais été si bouleversée par "le palanquin des larmes" que cette suite m'a un peu déçue.
Toutefois, j'ai apprécié connaître la suite des "aventures" de l'auteur car la fin du premier volume m'a laissé sur ma faim.
Les hommes de bonne volonté, tome 1 Les hommes de bonne volonté, tome 1
Jules Romains   
Conçus par Jules Romains comme la synthèse ambitieuse et multiforme de vingt-cinq années de vie française entre 1908 et 1933, Les Hommes de bonne volonté constituent l'un des ensembles romanesques majeurs de notre temps. De très nombreuses destinées, entrecroisées ou parallèles, animent, au cours d'aventures tragiques ou légères, sentimentales ou comiques, ce tableau panoramique d'une époque confrontée à une page capitale de son histoire : Louis Bastide, l'enfant de Montmartre au cerceau enchanté ; le délicieux chien Macaire, découvrant à ras de terre un Paris insolite ; Quinette, le relieur criminel plongé dans la fatalité de ses entreprises ; le parlementaire idéaliste Gurau, qui affronte les financiers sans scrupules du Cartel pétrolier et les coquetteries de la jolie Germaine Baader ; Haverkamp, l'affairiste, à qui la création d'une station thermale prépare un destin hors du commun ; les deux normaliens : Jallez, dont le récit des amours enfantines avec la jeune Hélène trace une poétique description de Paris ; Jerphanion, que le rêve d'une société débarrassée de ses féodalités n'empêche pas de conquérir le cœur d'une petite modiste, Jeanne. D'autres encore : Laulerque et Clanricard, les instituteurs, qui partagent avec Sampeyre, leur maître en " bonne volonté ", l'espoir d'un monde pacifié... Par son tournoiement maîtrisé de personnages aussi divers qu'attachants, le vaste roman de la maturité de Jules Romains demeure un témoignage inégalé sur les songes, les tourments et les aspirations d'une génération.

par Biquet
Les Soldats de l'aube Les Soldats de l'aube
Deon Meyer   
Un homme assassiné dans sa maison, un testament volé et une veuve qui, n’étant pas mariée au défunt, va devoir faire une croix sur les pépètes.
Voilà un début aussi trépidant qu’un épisode de l’inspecteur Derrick.
Son avocate qui demande à van Heerden, ancien flic de faire la lumière sur ce papier volé…Passionnant comme un Derrick, toujours.
Là, je m’étais dit qu’au lieu de m’attarder en Afrique du Sud, j’aurais mieux fait de décoller pour l’Europe ou de me taper un roman noir américain. Et j’aurais eu tort de quitter l’Afrique du Sud ! Bien fait de prolonger le voyage, même.
Certes, ça commence un peu lentement, mais une fois accroché, la surprise est de taille !
L’écriture ? Un plaisir ! La narration ? Alternance de récit à la troisième personne (pour les faits présents) et certains chapitres à la première personne parce que Zatopek (Zet) van Heerden va nous raconter une partie de sa vie afin d’expier ses fautes passées.
Van Heerden… Un personnage trouble, troublé, torturé, aigri, mais sans sombrer dans la caricature habituelle. Voyez-vous même : Zet a le caractère d’un Dr House croisé avec un pit-bull qui aurait une épine dans le coussinet, le tout avec des relents d’un Mike Tyson. Monsieur est mélomane aussi.
Il y a de la profondeur dans ce personnage auquel on s’attache immédiatement. Un Erlendur du grand Sud, presque (sauf pour le côté Rocky).
Durant son enquête, tout en ronchonnant et en distribuant quelques coups de poings, on va découvrir son passé, ce qui est arrivé lorsqu’il était enquêteur, ainsi qu’une partie de sa jeunesse.
La mort de son père, ses masturbations, son dépucelage (ah, j’en vois qui relèvent la tête, intéressés), ses études… C’est Zet qui nous écrit sa propre histoire, non pas comme un romancier, mais plutôt comme le témoin de sa propre vie.
Deux mystères dans le roman : qui a tué Jacobus Smit et forcé son coffre et que s’est-il putain bien passé ce jour maudit pour l’affecter autant ?? Comment est-il passé d’un enfant souriant à un homme aigri ? Surtout qu’il nous répète que tout le monde se trompe sur la cause de son mal-être. Rhâââ, suspense.
Ma seule petite critique sera que je n’ai pas vraiment senti (au début de ma lecture) que j’étais en Afrique du Sud : hormis les noms des personnes et les noms des journaux à forte consonance hollandaise. C’était plus prégnant dans "La tuerie d’octobre".
C’est plus loin dans le récit, que l’on sentira alors tout le poids de l’apartheid, toujours fidèle au poste, cette haine latente entre les Blancs et les Noirs, cette haine des Boers, les programmes de développement séparés. Ce sera surtout au travers des souvenirs d’un autre personnage du livre, P’tit Mpayipheli, que nous aurons droit à quelques souvenirs sur cette période trouble.
Niveau personnages, Zet n’est pas le seul a être bien travaillé, les autres aussi, de l’avocate aux mercenaires, en passant par les flics, les militaires et tutti quanti. L’auteur ne les a pas laissé en rade et s’est bien penché sur eux aussi.
Ce roman qui avait tout des airs d’un Derrick pépère se révèle donc plus profond que ce que j’avais pensé au début. Le suspense est présent, savamment dosé et le mystère ne sera dévoilé qu’à la fin des 7 jours d’enquêtes (on est en juillet 2002).
Personnages au poil, avec un Zet qui a les manières d’un Rick Hunter – la précision de tir en moins – la sagacité d’un Sherlock et le caractère d’un ours mal léché qui aurait gagné Master Chef, vu la manière dont il nous mitonne des bons petits plats.
On aura un passage limite "Piège de cristal" avec des balles qui siffleront à vos oreilles et là, je vous conseille de vous planquer derrière le divan parce que vous risquez gros si vous restez planté comme des imbéciles au milieu de la pièce.
Un très beau voyage en Afrique du Sud et je compte bien encore réitérer l’expérience avec l’agence de voyage Deon Meyer.
Le cadavre disparu Le cadavre disparu
Mary London   
Un roman policier de Mary London vraiment exceptionnel !J'ai a_do_ré ! L'intrigue est incroyable et vraiment recherché! C'est le troisième livre de l'auteur que j'ai lu et je suis sure que c'est l'un des meilleurs qu'elle ait écrit dommage que son travail ne soit pas reconnu autant qu'elle le mériterait! J'ai enfin compris que le roman se passait vers les années 1970 et non 1700-1800 inconsciemment je situais toutes les histoires de détectives vers l'ère de Sherlock Holmes et Miss Marples !

par iroise1
Trilogie new-yorkaise, tome 1 : La cité de verre Trilogie new-yorkaise, tome 1 : La cité de verre
Paul Auster   
Grosse surprise sur ce livre. Je n'en avais pas eu de très bons échos mais je voulais découvrir cet auteur et le titre ainsi que la couverture m'attiraient. Je m'attendais, induite en erreur par le résumé, à un livre policier un peu classique, du moins à une vraie enquête. En réalité, j'ai trouvé que ce livre tenait plus de la philosophie que du policier. Je n'ai pas arrêté d'être surprise au fur et à mesure de ma lecture, j'ai été totalement emportée, j'ai adoré l'écriture, les remises en question de la réalité, l'enquête puisqu'il y a quand même une enquête, enfin une quête plutôt même. Tout le mystère autour de ces personnages originaux, et la "loufoquerie" du livre. Cela m'a fait penser à un mix entre La Cantatrice chauve de Ionesco et The Big Lebowski, deux univers que j'aime beaucoup. J'ai hâte de lire le tome 2.

par acsjg
La Boîte Noire La Boîte Noire
Tonino Benacquista    Jacques Ferrandez   
Publié initialement en 2000, La Boîte Noire est à nouveau disponible dans une nouvelle édition. Une adaptation virtuose de la nouvelle de Tonino Benacquista par Jacques Ferrandez, qui ravira les amateurs de l’auteur de Malavita comme ceux des Carnets d’Orient.
Le Chat noir Le Chat noir
Edgar Allan Poe   
Le narrateur a toujours eu la passion des animaux, heureux de la partager avec sa jeune épouse. Alors qu'il rentre chez lui, un soir où il avait trop bu, sa haine se porte sur Pluton, son chat préféré. Il mutile la bête avec sauvagerie et barbarie, poussé par des démons invisibles, guidé par une folie meurtrière. Un peu plus tard, obéissant à une pulsion démoniaque, il pend la pauvre bête à un arbre lorsque soudain le feu se déclare dans la maison...

"Le Chat noir" est une nouvelle révélée en France par Baudelaire. A la fois nouvelle et court récit fantastique, c'est aussi l'étrange confession d'un narrateur pour "décharger son âme". Un récit qui va à l'essentiel et qui respecte les caractéristiques du fantastique, une ambiance particulière se déroulant le plus souvent la nuit, des événements étranges et inexplicables, un narrateur qui témoigne de sa propre expérience, une nouvelle qui se termine par un événement sinistre, un thème de la mort omniprésent, le thème du double, une oscillation entre surnaturel et réel, sans compter les figures de style qui ajoutent au "merveilleux"... sauf le cadre qui, une fois n'est pas coutume, n'obéit pas aux règles du fantastique (pas de manoir, de château hanté...), mais bien un cadre assez ordinaire qui contraste avec les événements obscurs. Le lecteur sera donc le témoin de la descente aux Enfers d'un protagoniste persécuté, pervers et déséquilibré, poussé à commettre les pires atrocités, sans cesse tiraillé entre remords et pulsions incontrôlables. Et que dire de la chute surprenante et inattendue.
C'est une nouvelle prenante, macabre et angoissante que j'ai eu plaisir à relire.
Avec "Le Chat noir", Poe fait une fois de plus la preuve qu'il fut un auteur de talent dont l'imagination, tout à la fois fertile et lugubre, marqua profondément le genre fantastique.

par SuperNova
Chambre froide Chambre froide
Minette Walters   
un excellent policier par Minette Walters, le décor cottage anglais rajoute un charme certain au tout, et l'intrigue tient l'haleine de bout en bout avec en prime des personnages centraux originaux et remarquablement bien décrits.

par Cyclope

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode