Livres
387 703
Comms
1 359 542
Membres
275 926

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait de Cavalier vert, Tome 1 ajouté par Cazolie 2014-02-24T10:58:28+01:00

Elle était sur le point de perdre le contrôle de son existence au profit d'un cheval, d'un revenant et d'une broche.

Afficher en entier
Extrait de Cavalier vert, Tome 1 ajouté par Marie-A 2016-10-07T12:24:11+02:00

Abram s'arrêta et leva les yeux. Karigan suivit son regard et contempla le pin blanc le plus haut qu'elle ait jamais vu. Son tronc était si épais que même Abram ne pouvait l'entourer entièrement de ses bras.

Afficher en entier
Extrait de Cavalier vert, Tome 1 ajouté par Cazolie 2014-02-24T10:59:18+01:00

Melry : - Ca te dérangerait d'aller surveiller dehors Fastion ? Laisse un peu d'intimité à Karigan d'accord ? Si tu veux voir une fille à poil, va en ville.

Afficher en entier
Extrait de Cavalier vert, Tome 1 ajouté par anonyme 2013-07-04T12:57:25+02:00

Elle pouvait presque entendre ses tantes énumérer ses tares. « Irresponsable », dirait tante Gretta. Tante Brini ajouterait : « Entêtée ». « Impulsive », la déclarerait tante Tory. Tante Stace résumerait le tout d'un mot : « G'ladheon », et les tantes hocheraient toutes la tête d'un air entendu, signifiant leur unanimité. Karigan rejeta vivement une mèche de cheveux derrière son oreille. Elle ne pouvait s'empêcher d'approuver l'appréciation de ses tantes. On aurait dit qu'elle faisait toujours les mauvais choix, le genre de choix destiné à la fourrer dans le pétrin.

Afficher en entier
Extrait de Cavalier vert, Tome 1 ajouté par eydura 2014-01-13T22:37:39+01:00

Te réfugier dans la peur te condamnera, lui avait-il dit un jour. Elle n'a pas sa place sur un champ de bataille. Il est sain d'avoir peur, mais la peur est une ennemie.

Par Maître Rendel, professeur d'escrime à Selium.

Afficher en entier
Extrait de Cavalier vert, Tome 1 ajouté par Shiromegami 2013-03-20T23:17:53+01:00

La Mort du Cavalier

- Je suis un messager... Cavalier Vert. (Le corps du jeune homme fut parcourut de convulsions douloureuses, un filet de sang coula de ses lèvres le long de son menton.) La sacoche, derrière la selle... message important... le roi. Question de vie ou de mort. Si vous aimez la Saco... Sacoridie et son roi, prenez-le. Apportez-le-lui.

- J... je...

Une part d'elle-même mourait d'envie de prendre ses jambes à son cou en hurlant, tandis que l'autre ressentait l'urgence de la situation. S'enfuir à Corsa au lieu d'attendre que son père vienne la chercher à Selium comportait un irrésistible parfum d'aventure qu'elle avait anticipé. Mais c'était le terrifiant visage de la véritable aventure qui la regardait à présent.

[...]

- C'est dangereux.

Il frémit.

Partout autour d'eux le silence se fit, un calme chargé d'espoir, comme si le monde retenait son souffle en attendant sa décision.

Avant de pouvoir s'en empêcher, Karigan dit :

- J'irai.

Afficher en entier
Extrait de Cavalier vert, Tome 1 ajouté par Gruvioler 2014-10-15T19:26:04+02:00

Les larmes perlèrent de nouveau à ses yeux, mais ses pensées solennelles furent balayées lorsqu’elle vit Mlle Feuille Sorbier assise, guindée, au bout d’une table ridiculement longue qui pouvait rivaliser de taille avec celles du hall de réception de Selium. L’argenterie était de mise, là encore, et la table regorgeait littéralement de mets. Karigan se demanda quel clan pouvait bien avoir été convié à partager ce festin avec elles.

— Assieds-toi, je t’en prie, dit Mlle Feuille Sorbier.

Fort heureusement, les trois couverts avaient été placés du même côté de la table plutôt qu’aux deux extrémités. Sans cela, elles auraient été obligées de crier pour parvenir à mener une conversation.

Mlle Feuille Sorbier posa une serviette de table sur ses genoux.

— F’ryan Coblebaie n’a pu se joindre à nous, bien que nous ayons fait notre devoir et adressé l’invitation. Il semble qu’il gaspille beaucoup trop d’énergie pour rester en contact avec ce qui est de chair, et il souhaite se préserver en vue d’occasions où sa présence serait vraiment nécessaire. (Elle dit cela d’un air dédaigneux, montrant par là ce qu’elle en pensait.) Cheval non plus n’a pu venir. Letitia a résolu qu’il ne mettrait pas un sabot dans la maison. En compensation, Rolph lui a procuré du grain de première qualité et le foin le plus moelleux.

— Comme tu peux le voir, dit Mlle Fleur Sorbier, nous avons strictement respecté l’étiquette. Letitia a catégoriquement refusé que nous dînions dans la cuisine, là où Feuille et moi soupons en temps normal. Comme c’est amusant d’utiliser de nouveau la vieille table de Mère. De temps en temps, des parents ou d’anciens collègues de mon père venaient nous rendre visite à Sept Cheminées. En prévision, Letitia passait sa journée en cuisine à mitonner les plats et à cuire le pain. Belle époque que celle-là.

Afficher en entier
Extrait de Cavalier vert, Tome 1 ajouté par Gruvioler 2014-10-15T18:59:08+02:00

— Qui êtes-vous ? demanda-t-elle. Et que faites-vous ici, au milieu de nulle part ?

Le pommeau de la canne de Mlle Feuille Sorbier cogna contre la table basse. Scones et cookies rebondirent, les tasses à thé s’entrechoquèrent.

— Fleur, dis-moi. Avons-nous oublié de faire les présentations ?

Une expression horrifiée passa sur le visage dodu de Fleur, et elle plaqua les mains sur sa bouche.

— Oh ! Feuille. Dans notre empressement à plaire, nous avons oublié. Cela fait si longtemps que personne ne nous a rendu visite. Mon enfant, peux-tu nous pardonner d’avoir oublié cette très élémentaire politesse ?

Karigan les regarda sans prononcer un mot.

Les demoiselles durent interpréter cela comme un signe de pardon, puisqu’elles poussèrent toutes deux des soupirs d’authentique soulagement.

— Bon, alors, dit Mlle Feuille Sorbier, laisse-nous nous présenter de manière appropriée. Nous sommes les sœurs Sorbier. Je suis Feuille, et voici ma sœur Fleur.

— Notre cher papa, le défunt professeur Sorbier, nous a donné des noms rappelant des éléments de la végétation locale, dit Fleur avec un petit rire. Des surnoms affectueux, pour être exacte. Rien de plus que des diminutifs.

— À la naissance, dit Mlle Feuille Sorbier, on nous a baptisées Isabelle…

— … et Pénélope, compléta Fleur. Mais nous usons rarement e nos prénoms officiels.

Afficher en entier
Extrait de Cavalier vert, Tome 1 ajouté par Gruvioler 2014-10-15T18:58:20+02:00

Des cookies, des scones et du quatre-quarts furent servis pour accompagner le thé, et pendant que les dames discutaient des caprices du temps et de jardinage, l’esprit de Karigan se mit à déborder de pensées tourbillonnant telle la crème dans sa tasse de thé, tout particulièrement lorsque Fleur servit une quatrième tasse et la plaça devant une chaise vide.

Mlle Feuille Sorbier remarqua que Karigan observait la tasse.

— Je suis navrée que ton autre compagnon ne puisse se joindre à nous, mais Letitia a refusé catégoriquement qu’il entre dans la maison. Elle a été inflexible.

Karigan n’y tint plus.

— Un compagnon ? Quel compagnon ? Je voyage seule.

— Oh ! ma chère. Ton sens de l’observation doit être déplorable.

— Ou alors elle est bouchée, dit Fleur d’un air compatissant.

— Je faisais bien évidemment référence au compagnon que tu nommes Cheval. Je peux rassurer que, bien qu’il n’ait pu se joindre a nous pour le thé, le palefrenier le traite avec soin.

— Cheval. (Karigan remua sur sa chaise, se demandant si les dames étaient folles.) Et l’autre ?

Fleur et Feuille Sorbier échangèrent des regards surpris.

— Si tu ne sais pas de quoi je parle, mon enfant, alors ce n’est peut-être pas à nous de te l’expliquer, répondit Mlle Feuille Sorbier.

— Oh ! Allons, Feuille. Elle va nous prendre pour de vieilles idiotes. Ma chère enfant, un esprit est à tes côtés.

Une gorgée de thé fit fausse route et Karigan s’étrangla violemment.

— Ha ! fit Fleur, tracassée. J’avais bien dit à Letitia de ne pas mettre de noix dans les scones.

Mlle Feuille Sorbier tapa Karigan dans le dos énergiquement.

— Un quoi m’accompagne ? bredouilla celle-ci.

— Mince, dit Fleur. En plus, elle est sourde.

— Un ESPRIT ! beugla Mlle Feuille Sorbier en mettant ses mains en porte-voix.

— Je vous en prie, dit Karigan. (Son dos était douloureux, et ses oreilles sonnaient encore.) Je vous entends très bien.

— Oh ? (Mlle Feuille Sorbier, sceptique, haussa un sourcil.) Une ombre t’accompagne. Un spectre, un fantôme, une forme éthérée. Tu sais bien, ma chère : un esprit. (Son apparente aisance concernant ce sujet était déconcertante.) Il te suit. Toi-même, ou bien quelque chose te concernant, le lie au monde terrestre.

Karigan pâlit. Bien sûr ! elle avait entendu des histoires de défunts qui revenaient rendre visite aux gens aimés de leur vivant. Les histoires d’esprits qui hantaient les bâtiments de Selium abondaient, mais elle ne leur avait jamais accordé beaucoup de crédit.

— Mes félicitations, Feuille. Tu as bouleversé la chère enfant.

Afficher en entier